AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Chat perché

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Messages : 1826
Rang : Par


Message(#) Sujet: Chat perché Jeu 11 Mai 2017 - 21:10

Contexte du groupe
Le Manoir des Ketsueki à Suna avait beau dater de l'arrivée du clan au village caché du sable, il n'en restait pas moins porteur d'histoires, et si toutes commençaient bien par « il était une fois... » aucune ne finissaient par « ils vécurent heureux... ».

Grande bâtisse dont l'étage est uniquement composé de chambres et de salle de bains, vestige de la grandeur des manieurs de sang et de leur communauté, il plane en ce lieu une atmosphère bien étrange.

Depuis le départ de Yami et des Ketsueki de Kaze qu'elle a rallié à sa cause, tous les Sunajins pensaient le manoir aussi désert que leur contrée : enfin presque tous...
Bien que tous l'ignoraient, l'Hachidaime s'y rendait de temps à autre dans le seul but de s'entretenir avec la propriétaire des lieux par le biais de ses partisans... Oui... Les présences étaient encore nombreuses sur place bien qu'aucune d'elles ne semblaient plus vraiment humaines.

De la sinistre cave où les traces d'anciens rituels sanglants étaient encore visibles, tout comme ces marques de griffures sur le bas de la porte côté intérieure annonciateur d'un sort bien funestes pour ceux qui y avaient été traînés, jusqu'à cette autre porte peu commune à l'étage, blindée, réparée et incontestablement d'ouvrage Saibogu : tous semblaient renfermer leur lot de secrets et ce n'était certainement l'impressionnante bibliothèque du rez de chaussée qui prétendrait le contraire pas plus que l'immense salle à manger dans laquelle étaient affichés sur les murs les portraits des précédents chef de clans de la lignée de Comtes...

Nururu, Tali et Hisagi s'y rendaient aujourd'hui.
Ouvrant la lourde porte d'entrée crissant sur ses gonds qui donnait sur un hall tout aussi impressionnant tant par son agencement que par la hauteur sous plafond dévoilant des poutres apparentes. Mais tout cela était bien dérisoire face au superbe vitrail reflétant son motif et ses couleurs au centre de la pièce sous les rayons du soleil. Les armoiries du clan : un calice emplit d'un liquide vermeil.

Les trois visiteurs venaient y trouver des indices ou toute information pouvant les conduire auprès de Ketsueki Yami, comme le leur avait missionné leur Daimyo.
Et s'ils pensaient ne pas trouver âme qui vivent, ils seraient probablement surpris du contraire : comme cette bonne et significative odeur qui provenait de la cuisine, témoignant d'une préparation récente par exemple...

Toutes les pièces étaient susceptibles de révéler son lot de surprise ou de cauchemars...
Par où allaient-ils commencer ? S'ils étaient en quête d'exploration, les résidents eux, préféreraient sans doute s'amuser un peu. Pourquoi pas un cache cache ou … un chat perché … ?


Plus d'informations sur l'agencement du Manoir : http://www.shinobinohattan.com/t16968-le-manoir-ketsueki-description

Règles générales
    Ø Respectez l'ordre de post, et privilégiez ce RP pour ne pas le faire traîner.
    Ø Résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide. N'hésitez pas à exporter le code de vos techniques via votre Fiche Technique dynamique.
    Ø N'hésitez pas à utiliser le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.
    Ø En cas de soucis, vous pouvez envoyer un MP à @Aburame Mizuki.

Indications particulières
    Ø Rappel : votre groupe est en « compétition » avec les deux autres. Vous devez être les plus intéressants, les plus motivés, les plus drôles même, les plus épic pour attirer Yami !

Ordre des participants

Tali
Ketsueki Nururu
Yamada Hisagi

Chroniqueur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com

avatar
Informations
Grade : Chef Kawaguchi
Messages : 799
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Sam 13 Mai 2017 - 17:55

L'occasion était trop belle, le moment parfait et le contexte idéal pour refuser ce que le daimyo avait demandé. Cet ultime affront fait par le Chambellan ne resterait pas impuni. Il en était donc à ce point fou pour chercher une déserteur de Suna? Voulait-il absolument que son village devienne un repaire de brigands, ou la corruption dictait tout? Ou l'on pouvait donc déserter et se faire prier de revenir? Le pays était-il donc à ce point proche de sombrer? On envoyait ceux qui défendaient Kaze et Suna chercher celle qui avait quitté le village au pire moment. La logique lui échappait, l'éthique et la morale de cette opération également. Suna sombrait, mais au moins un village militaire n'était pas réduit à mendier l'aide d'une Ketsueki? Qui était-elle pour qu'on mobilise ainsi des shinobis d'horizons aussi différents qu'opposés. La Kawaguchi était donc dès le départ sur les nerfs, et il ne lui en faudrait pas longtemps que ce manoir devienne un château de sable si on se jouait d'elle.

On lui avait assigné des compagnons aussi pittoresques que faibles. Une qu'elle connaissait déjà, un souvenir d'une nuit pas si lointaine ou elle avait hébergée la Gekei. Car oui c'était une Gekei même si elle affirmait le contraire, le contraire était qu'elle Ketsueki. Tous les membres de ce clan étaient donc soit des horreurs de la nature, soit des abrutis, soit des traîtres. Elle comprenait déjà pourquoi l'Hikite avait voulu rendre ce clan infirme, infirme et voué à disparaître. La maladie du sang, c'était une idée de génie. Décimer des clans sans qu'on puisse l'incomber à quiconque. Elle entra la première, sans prendre la peine de toquer toujours avec la cigarette au bec.

Le temps elle en avait autant qu'elle le souhaitait. Elle n'allait certainement pas se presser, ni même rentrer dans les jeux pervers des gardiens de cet endroit sordide. Jetant un léger regard neutre à Nururu, elle tira sur sa cigarette. Ils feraient comme ils souhaitaient, elle avait déjà des idées de quoi faire. Elle enchaîna les mudras, se clona et envoya les clones deux par deux fouiller la maison. Le premier duo se dirigea à l'étage, le second dans la lugubre cave. Elle avait vu et connu pire, le rite d'initiation du Soldat Ultime n'avait rien à envié avec les tortures Ketsuekis.

Ils étaient fait de sang, et les siens de sables. Pendant longtemps en guerre, en conflits aujourd'hui le constat était le même. Tali n'aimait aucun des Ketsuekis, et possédait une haine envers quelqu’un d'entre eux. Mais ça c'était moins pire en comparaison du jugement qu'elle avait envers les Yamadas. Clan de nomades, clan de clochards surtout! Un mode de pensée impossible à comprendre, la chaleur qu'ils dégageaient devait dès la naissance brûler les neurones du malheureux. Un mode de vie à la cool, pour un clan dont le plus connu des membres était également un déserteur. Un déserteur et un imbécile, il était proche de la Comtesse également déserteur. Lui avait été Kage et elle était destinée à l'être, mais Suna en avait de la chance de connaître les deux membres de ce couple dont la simple pensée donnait des envies de vomis à la Kawaguchi.

-Je vous attends démons. Sortez, on va jouer à un de mes jeux préférés. Si je te trouve je t'éclate.

Un sourire malsain sur ses lèvres, tandis qu'elle avançait avec son autre clone.

Elle n'avait pas encore commencée la recherche que déjà, déjà les envies de meurtres commençaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 36
Rang : C


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Sam 13 Mai 2017 - 18:05

Nous sommes aux portes du manoir Ketsueki. Je suis a plusieurs reprises passée devant durant mes promenades nocturnes à travers le village sans jamais oser franchir le pas. J'ai entendu dire qu'il était abandonné, chose que je trouve encore déplorable à ce jour. Seulement voilà. Comme je suis une bonne Kunoichi qui se respecte en essayant d'arrêter de tuer des « i-nno-cents » on m'a confié une mission aussi curieuse que trépidante. Moi, Tali, ainsi qu'un quidam dont je ne connais pas encore le nom, devons retrouver les traces d'une certaine Ketsueki Yami. Elle ne me dit absolument rien, mais la simple mention de ce nom est à mes cinq yeux une raison valable pour la rencontrer.

De ce que je crois comprendre cette fameuse Yami doit devenir la prochaine cheftaine du village. Partant de là, l'équation est assez simple. Ketsueki plus humaine de pouvoir égal meilleur amie de Laddy Nururu. Je me dis qu'il doit s'agir d'une personne vraiment importante pour qu'on la recherche ainsi. Seulement je ne comprends pas trop ce que l'on va bien pouvoir faire dans ce manoir, sans doute trouver des trucs à relier avec des machins qui nous conduirons jusqu'à la buveuse de sang. Pour l'occasion je ne porte mas mon capuchon rabattu sur ma tête ainsi que mes nombreux foulards. Non, c'est une araignée dévoilée au monde qui entre dans ce beau manoir. Et qu'elle n'est pas ma surprise une fois à l'intérieur ! Le plafond est particulièrement haut !

« Waaaaaaaaaaaaaaaah !! Vous avez vu toutes ces poutres ? »

Sitôt dit, sitôt fait, je crache un jet de toile sur la première à ma portée pour commencer à me hisser au sommet. Delà je rampe le long du plafond voûté. Une petite nuée de chauve-souris s'envole à mon arrivée. Je me balade, en rampant, filant entre... les toiles d'araignées ? Décidément ce plafond est sans doute un des meilleur du monde ! L'idée d'y rester un petit moment ne m'échappe pas et je décide de continuer à me promener tout en étendant un peu plus ma toile avant qu'un son soudain n'attire mon attention un peu plus bas. Je tourne la tête et constate que mon attention n'est pas au goût de tout le monde. Je tisse un nouveau fil et me laisse suspendre la tête en bas jusqu'à arriver à leur hauteur, le tout en me balançant.

« Heu... Confirmation !! Ketsueki Yami n'est pas là haut ! Huhuhuu ♥ » Dis-je tout en imitant le salut militaire d'une de mes mains libres. « Dites... Vous pensez que l'on va vraiment trouver quelque chose ici ? Les lieux on l'air complètement désert.... »

…..
♪♫♪
…..

« Huhuhuuuu !! Vous avez compris la blague ? Les lieux... désert !! Huhuuu !! » Je laisse planer un court moment de silence le temps de constater leur mine morte de rire. « Pourquoi vous ne riez pas ? Pourtant c'était très drôle ! ♥» Nouveau moment de silence. Toujours la tête en bas, je fronce les sourcils que je n'ai pas. « Vous les humains n'avez aucun humour... »

A ces mots je rembobine ma toile, préférant me réfugier dans les hauteurs à la recherche d'araignées capable de saisir toutes les nuances rocambolesque de mes blagues. Je commence alors à me balader un peu partout dans le premier étage, rampant le long du plafond du couloir assez peu intéressée par ce qui s'y trouve. Une odeur au rez-de-chaussez finit cependant par attirer mon attention. Cela sent la décomposition et le sang humain. Je retombe sur deux pattes, dévales les marches puis pousse la porte pour y glisser mes chélicères dans son entrebâillement.

« Hé hooooooooo !! Est-ce qu'il y a quelqu'un !? »

Rien si ce n'est l'écho de ma voix qui se répercute dans l'obscurité. J'entre totalement en laissant la lumière du grand hall pénétrer dans la salle. Il s'est visiblement passé des choses assez violente ici. Sans doute des histoires de tortures humaines pour effrayer les petit Kazejin avant d'aller se coucher le soir. Ou alors tout ceci peut bien être l’œuvre d'une araignée sans aucun sens des convenances. Seulement hormis l'odeur est quelque trace de sang je ne trouve rien de bien intéressant et les clones de la madame ne sable n'aident pas à la tâche. L'endroit n'est pas très agréable a vivre et je doute pouvoir attraper une quelconque proie en m'y installant, car oui je compte bien élire domicile ici. Cela sera d'autant plus justifier si l'on n'arrive pas à retrouver madame Ketsueki Yami. Après tout ce serait du gâchis de laisser ce manoir avec un si beau plafond à l'abandon.

Je continue quand même de fouiller dans les placards. J'y trouve une vieille boite à musique toute cassée et réduite en morceaux ainsi qu'un beau crâne humain. Je décide de le prendre pour moi avant de remonter au-rez-de-chaussez.

Delà je longe de nouveau les hauteurs pour arriver juste au-dessus de l'homme venu enquêter avec nous, celui qui est torse nu sur son avatar, et tente de le surprendre en me balançant sous ses yeux, le tout dans le but de lui faire peur avec mon crâne dans la main dont je fais remuer la mâchoire.

« Bwaaaaaaaaaaaaaaaaah !! Hagagagah !! Comment vas-tu petit humain ? Hagagagah !! Il n'y a rien d'intéressant à trouver dans cette pièce. Cela ne sert à rien de chercher... hagagagah.... Tu risques simplement de tomber sur un os... »

…..
♪♫♪
…..


Dernière édition par Ketsueki Nururu le Mar 16 Mai 2017 - 10:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 85
Rang : C


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Mar 16 Mai 2017 - 8:30


Pendant des années Hisagi avait parcouru de désert de Kaze. Au début, il était en groupe, mais depuis la catastrophe naturelle du Pays du Bois, le jeune garçon marchait seul à la recherche des amis qu’il avait perdus lors des secousses.
Les années infructueuses l’avaient finalement conduit à rejoindre le lieu que les quatre garçons de l’orphelinat d’Aketana avait utilisé il y a bien des années comme prétexte de sortir de la ville portuaire du Sud de Kaze.
Hisagi n’avait jamais obtenu le moindre indice concernant ses amis, mais quelques chose avait finit par le convaincre que les réponses se trouveraient peut-être au village caché du Sable, Suna.

Cela faisait quelques jours que le jeune garçon avait pénétré l'enceinte du village. Il s’y était trouvé un refuge bien plus confortable que tout ce qu’il avait connu durant ces dernières années.
Puis, ses efforts s’étaient alors concentrés sur la recherche de ses deux camarades de route.
À ce jour, il n’avait toujours rien trouvé et allait probablement terminer la journée bredouille comme la veille et l’avant-veille.

Il marchait dans les rues de Suna lorsqu’il vit deux personnes sur le point de rentrer dans une grande demeure qui depuis l’extérieur donnait la nette impression d’avoir été abandonnée. Qu’est-ce que ces deux personnes pouvaient bien foutre ici ?
Simplement curieux, le garçon s’arrêta devant la bâtisse et y entra ensuite.
Il y découvrit une impressionnante hauteur sous plafond ainsi qu’un immense vitrail reflétant à la lumière du jour un emblème ou un truc qui s’en rapprochait.
Mise à part cela, l’endroit était vachement glauque. Il y régnait une atmosphère très froide, très écrasante.
Hisagi lui, ne calcula presque pas les deux autres personnes présentes, l’une à l’air plutôt coincée et sur les nerfs, l’autre, a contrario, est déchaînée et passe son temps à chanter. On omettra de parler de sa tête d’araignée, Hisagi préférait ne pas en savoir plus à ce sujet pour l’instant.

Elles partirent alors toutes les deux chacun dans leurs côtés, démarrant leur exploration du manoir.
Et rapidement, la tronche de tisseuse de toile revint pendue la tête en bas.

* - Non chérie, ne t’attend pas à ce qu’un roux t’embrasse alors que tu as la tête en bas* pensa le chauffage ambulant.

Non seulement, c’était impossible, car la tisseuse était complètement affreuse et de deux, il pleuvait pas à torrent, l’émotion, la passion de cette scène romantique du 7ème art seraient alors gâchées. Laissons donc Peter Parker et Marie-Jeanne Watson où ils sont.
Voyant qu’elle n’avait pas forcément trouvé l’auditoire rêvé pour se taper une bonne barre, elle rembobina sa toile et disparu à nouveau dans les hauteurs du manoir.

Hisagi lui continua sa route dans les couloirs sombres de la bâtisse, guidé par l’odeur qu’un homme digne de ce nom ne peut pas omettre. L’odeur dégageait par une cuisine !
L’araignée fit alors une nouvelle apparition en se balançant comme une horloge face au shinobi.

- Sérieusement ? demanda-t-il l’air déçu, je m’attendais à ce que tu me sortes un truc du style “Tomber dans la toile du loup”.

Avec l’humour complètement décalé de la tisseuse cela avait été fortement envisagé par le brun. Néanmoins, elle semblait assez sociable, une vraie Aragog, la taille, l’âge, la progéniture et la voix glaciale en moins. Si tu m’entends Aragog, paix à ton âme.

- Je vais faire un tour dans la cuisine se contenta-t-il d’ajouter.

Se souvenant soudainement d’une discussion qu’il avait entendu auparavant concernant la mission confiée à certain shinobis de Suna afin d’enquêter sur une personne. Hisagi comprit qu’il s’était embarqué dans cette histoire et que désormais, il ne pouvait faire marche arrière.
La personne recherchée, une femme répondant un nom de Ketsueki Yami s’approchait du titre suprême, le titre de Kazekage, l’Ombre du Vent et Chef du village de Suna.
Le garçon n’avait pas vraiment souhaité s’embarquer dans les affaires du village, mais à avoir commencé, autant terminer. Puis cette Yami devait être une personne importante, avec beaucoup d’information. Peut-être qu’elle serait capable de donner au brun au chapeau les informations qu’il désirait depuis longtemps.

Se prenant donc au jeu de l’enquête, il pénétra dans la grande cuisine, il s’y dégageait bel et bien une odeur récente. Chose particulièrement étrange lorsque l’on sait que le manoir et supposé être à l’abandon. Hisagi y fit un tour et trouva rien de bien particulier, des verres, des assiettes et des couverts étaient rangés ici et là. Les ustensiles de cuisine également. Les casseroles étaient empilées, bref. Rien de bien foufou.
Alors comment expliquer cette odeur ? Il remarqua alors une porte dans le fond de la pièce. Une chambre froide ? Le garde-manger ? Hisagi l’ignorait et il ne tarderait plus à le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 1457


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Mar 16 Mai 2017 - 14:10

Les trois nuisibles se séparèrent...
N'avaient-ils donc jamais visionnés de films d'horreur pour s'y risquer ? Ce genre même où le spectateur se tirait les cheveux de constater la stupidité des protagonistes errants en solitaire dans une grande maison lugubre de laquelle ils ne savaient rien ni même ne connaissaient les secrets si ce n'était qu'elle était soit disant abandonnée … ? Vous, spectateur de cette scène, pouvez désormais reproduire la même chose.

Du côté des clones de la Kawaguchi à l'étage dans le long couloir bordant les chambres, il n'y avait absolument rien à déplorer. Toutes les portes étaient fermées et si tout le fond semblait avoir brûlé, laissant une tapisserie noircies et des tableaux méconnaissables rien d'autre n'alerta les doubles. Y'avait-il eu un incendie ici ? Pourquoi sur une simple parcelle du couloir uniquement ? Rien ne pouvait le lui dire. Il aurait fallut qu'elle soit témoin d'une demande déclinée qui déchaîna les enfers pour cela...

Pour l'originale et sa copie dans la cave, en revanche, cela semblait plus attrayant. Bien qu'il ne semblait pas y avoir âme qui vive – doux euphémisme - , les lieux étaient calmes. Pourtant, cela contrastait nettement avec les divers sceaux rituels écarlates placés sur le sol et les murs ainsi que les quelques piques crochues tâchés de ce qui semblaient être du sang séché qui y étaient fixés comme des patères. En regardant un peu plus près l'établi pour y voir les quelques instruments bien étrange qui y trônaient, il était évident que ces accroches n'étaient pas des porte manteaux...
Hormis cet aménagement bien lugubre et la froideur de la cave qui n'était pas due qu'à la température de la pièce, il n'y avait ici aucune informations susceptible de conduire à la Ketsueki.

La Gekei araignée avait également fait un tour sur place mais elle ne s'y attarda pas suffisamment pour observer tout ce que la Kawaguchi avait vu. Elle avait toutefois l'avantage d'être une adepte de l'escalade si bien qu'elle s'aventura sur la hauteur des poutres pour y tisser sa toile.
Se pensait-elle seule là haut ? Bien des habitants de la demeure préféraient l'altitude... Une paire d'yeux invisible la fixait depuis déjà de longues minutes et si la Gekei ne pouvait la voir, peut être entendait elle le bruit du bois qui se faisait frapper doucement non loin d'elle.

Le Yamada lui, avait opté pour la cuisine. Non pas pour y faire mijoter quelque chose mais bien appâté par l'odeur de nourriture qui s'en dégageait malgré le désert apparent des lieux. La pièce était raffinée, un îlot central de marbre blanc faisant office de plan de travail, surplombé d'un lustre aux allures de chandeliers.

Alors que le Sunajin s'avançait vers la porte du fond, celle-ci s'ouvrit et laissa entrevoir le jardin : une porte vers l'extérieur donc. Toutefois, ce n'était certainement pas là dessus que s'attarda le Yamada mais plutôt sur le chat violet bipède qui tenait une marmite entre ses pattes et portait une toge de cuisinier sur la tête.
Surprise, la créature s'arrêta tandis que ses pupilles à la verticale se rétrécirent et que ses longues oreilles retombèrent. Sans quitter l'homme du regard, le félin déposa la marmite sur le comptoir et disparu à sa vue aussitôt, laissant une toge blanche flottée avant que celle-ci ne soit comme balayée d'un coup de patte pour se retrouver au sol.
La porte par laquelle venait d'entrer le sunajin s'ouvrit de nouveau et se referma sans que personne ne se manifeste : visiblement, la créature était partie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 36
Rang : C


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Jeu 18 Mai 2017 - 13:20

Décidément les habitants de Suna ne sont vraiment pas des humains sujets aux plaisanteries. Pis encore, ils ne semblent pas éprouver la peur.

« Hagagagah !! Tu n'es vraiment pas drôle petit homme... Tu devrais chercher un peu plus le sens de l'humour hagagagah.... Si comme moi tu tiens à ta peau... »Hagagais-je tout en continuant d'articuler la macho ire inférieur du crâne pour imiter la parole.

Mais puisque je ne trouve pas preneur à mes blagues je préfères encore encore partir à la recherche de la demoiselle.Yami qui, certainement doit bien se cacher quelque part dans le manoir. Je remonte ainsi ma toile et repart explorer les lieux en écumant les couloirs. Je n'hésite pas un seul instant à m'infiltrer dans toutes les pièces, quitte à passer par les combles. Je fouille de nouveau dans toutes les chambres parce que je se suis pas certaine d'avoir regardez sous tous les lits, ni dans tous les placards.

« YAMIIIIIIIIIIII-SAMAAAAAAAAA EST-CE VOUS ËTES LÀ !? »

Cris-je tantôt en soulevant un matelas, tantôt en ouvrant un tiroir. Je commence alors à douter que nous puissions la trouver. A dire vrai, si elle se trouve vraiment ici, cela veut dire qu'elle doit savoir se cacher au moins aussi bien qu'une araignée. Et si tel est le cas alors cette noble dame mérite toute mon admiration. Seulement, la patience n'étant mon fort, je finis par me lasser et décide de retourner dans le hall principal pour me suspendre en haut de la voûte. Je place alors deux mains en portes voix puis me remet à crier.

« YAMI-SAMA OÚ ÊTES-VOUS ? NE FAITES PAS VOTRE TIMIDE » J'hésite un peu avant de finalement lancer des arguments. «  SI VOUS VOUS MONTREZ JE VOUS DONNERAIS DES COOKIES ». Pas de réponse si ce n'est l'écho de ma voix qui se répercute à travers toute la structure. « ILS SONT A BASE D'ARAIGNÉES ET SONT VRAIMENT DÉLICIEUX ! »

Dis-je en espérant la convaincre par cette argumentation. Après tout c'est d'une logique implacable. Si elle sait se cacher comme une araignée c'est qu'elle pense araignée et que, par conséquent, elle aime les araignées, que ce soit en fibre et en chitine ou sous forme de cookies préparés avec soin. Et pour tous ceux qui pensent que le cannibalisme c'est mal, je vous renvois vers ma présentation.

En attendant je finis par perdre patience. Suspendue à ma toile, la tête en bas, je croise tous mes bras pour montrer à quel point je suis frustrée et même si je suis entièrement seule dans la salle. Seulement au bout de quelques secondes un bruit étrange finit par attirer mon attention. C'est un son cyclique et répété qui fait penser à un métronome, mais qui semble venir de nul part. Je regarde autour de moi, dubitative, mais je vois rien de particulier, pourtant, plus je prends mon temps pour écouter et plus je réalise que le son est proche, très proche a dire vrai on dirait que quelqu'un est en train de taper sur poutre en-dessous de moi.

Je continue de l'écouter longuement sans tout de suite me rendre compte que mon corps s'est mit à effectuer, passivement, un mouvement de balancier au bout de ma toile, en accord avec le « poc » répété sur la poutre. Le tout manque de m'hypnotiser, mais je viens à recouvrer mes esprits en secouant vigoureusement la tête, puis décide de partir à la recherche de ce sont aussi mystérieux qu’envoûtant. Je rampe alors sur la poutre, l’examinant minant en long, en large et en travers jusqu'à finit par me heurter à quelque chose d'étrangement étrange. Je me frotte la tête devant cette chose invisible qui émet du bruit devant moi. Car il y a bien un truc, cela j'en suis certaine.

Je commence alors à l'examiner avec mes six mains, attrapant ce que je peux afin de tirer dessus. Cela ressemble à de la peau, une peau étrangement rugueuse.

« Hey ho machin !! Est-ce que tu es vivant ? » Dis-je tout en essayant de le secouer vigoureusement.


Dernière édition par Ketsueki Nururu le Mer 24 Mai 2017 - 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chef Kawaguchi
Messages : 799
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Dim 21 Mai 2017 - 2:28

-Si c'est pas la Ketsueki qui me tuera, c'est l'ennuie de ce dépotoirs qui aura ma peau.

On s'ennuyait ferme côté Kawaguchi. Faut dire aussi que les interactions avec de l'action c'forcément les deux autres qui les avaient. Le favoritisme ça aide à remplir les quotas de lignes nécessaire pour faire avancer cette enquête aussi. M'enfin ce ne sont là que les réflexions d'une Kawaguchi qui même pendant l'acte, même avec Kazushi ne s'ennuyait pas autant. Non sérieusement elle ne tombait sur rien d'intéressant, et hormis décrire comment le silence régnait dans les environs, la poussière et l'ambiance morbide le tour de la maison et de tout ce qu'elle voyait était fait.

Mais il fallait broder, et elle était fortiche dans ce domaine. Si elle n'avait rien à faire, alors elle n'aurait rien à faire avec l'art et la manière. Elle se moquait éperdument de ses compagnons Yamada et Ketsueki. Bon l'araignée était un peu comme un animal de foire, c'est chiant si elle disparaissait faudrait en trouver une autre comme elle et ça prendrait du temps. Côté Yamada aussi inconnu que non désirable, il pouvait aller se faire cuire un œuf à Konoha si il le souhaitait. Et si ses talents claniques auraient, peut-être pu aider à comprendre la scène en haut ou ça sentait le cramé bha premièrement Tali refusait de coopérer et deuxièmement, la haine envers tout ce qui est non Kawaguchi ça vous parle? Des fois que ça ferait répétition sur répétition mais bien sur pas moyen de tomber avec quelqu'un de son clan.

Là elle aurait pu parler, avancer main dans la main. Mais non à la place elle se retrouvait au point mort à fumer cigarettes sur cigarettes en attendant, qu'elle un de ses clones ou des deux autres insignifiants personnages ne tombent sur un indice même minime. Si l'enfer pouvait être résumé, ça serait surement à une situation du genre, pas d'actions. Un sentiment oppressant et une course contre la montre. Non décidément elle préférait faire les choses dans son coin, personne ne lui demandait des comptes ou une cadence rapide au moins. La vie en solitaire c'était si beau, mais c'un autre sujet. Maintenant que les quotas sont remplis elle allait pouvoir tenter d'avancer.

-Bon, je m'ennuie ferme, alors si même le plancher pouvait se mettre à me parler avant que je remplisse cette baraque de sable ça m'arrangerait. On ne dira pas que j'ai saboté la mission au moins.

Les clones continuaient de fouiller la maison en attendant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 85
Rang : C


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Mar 23 Mai 2017 - 11:01


Les recherches dans la cuisine ne se montrèrent pas fructueuses, du moins, au début.
La pièce était digne de ces cuisines de luxe qu'on pouvait trouver dans les manoirs les plus luxueux. Cela ressemblait en rien à ce que Hisagi avait connu depuis aussi longtemps qu'il s'en souvenait.
Pour lui, ce qu'il avait connu se limitait à sa chambre d'Hôpital à Akenata, l'Orphelinat où il avait passé la plus grande partie de sa vie et enfin le désert de Kaze no Kuni qu'il avait exploré de long en large.
Bref, tout cela pour dire que le luxe de ce manoir l'impressionnait tout autant que ce qui le rendait mal à l'aise.

Ce qui le rassurait cependant était d'entendre et de constater que les deux autres dépêchés sur les lieux semblaient tout aussi bredouille que lui.
Au moins, il n'était pas le seul à tourner en rond.
Il ignorait que ce la première femme faisait, cette dernière ne parlait pas, ne rigolait pas, bref, elle était morose et l'homme au chapeau pourrait parier sans sourciller qu'elle pourrait être capable de donner l'envie de se suicider à un mort.
La Tiseuse de Toile elle, était tout l'opposé, elle criait à l'entendre à travers toute la demeure.
Les gens étaient-ils tous comme cela à Suna ? Soit bruyant soit ennuyant ? Dans quel merdier s'était-il encore foutu ?

C'est alors que le plus étonnant se produisit, la porte du fond de la pièce s'ouvrit alors qu'Hisagi s'avançait vers cette dernière.
La porte donnait vers le jardin à l'arrière du manoir, mais ce n'est pas ce qui attira l'attention du jeune homme dans un premier temps. Ce fut plutôt le chat violet dressé sur ses deux pattes arrières vêtus d'une tenue de cuistot et portant une marmite.
Ce dernier fut tout aussi étonné de croiser le regard d'Hisagi.
Et durant ce bref instant, le jeune homme se demanda ce que pouvait bien foutre ce chat ici ? C'était bien le manoir de Ketsueki Yami ? Alors qu'est-ce qu'il foutait à venir faire la cuisine ici ?
Ouais, c'est plutôt étonnant de penser à cela alors qu'un chat violet bipède et cuisinier te fait face, mais bon, Hisagi avait fait la rencontre d'une femme araignée... Il n'était plus à une ou deux créatures étranges.

C'est alors que le chat déposa la marmite et quitta la pièce par le porte qu'il venait d'ouvrir.
Sans réfléchir, Hisagi le poursuivit alors que le chat avait mystérieusement disparu. La jeune garçon sortit même dans le jardin mais sans grande surprise il ne vit pas l'ombre d'un chat.
Il s'essaya alors à une tentative désespérée.

- Je ne sais pas qui tu es, ni même ce que tu faisais dans ce manoir, mais si tu connais Ketsueki Yami pourrais-tu lui dire que le village la cherche pour lui faire part d'une urgente affaire... S'il te plait ?

Peut-être que le chat avait disparu ? Peut-être s'était-il juste caché ? Dans tout les cas, il reviendrait peut-être récupérer sa marmite ?
Hisagi retourna alors à l'intérieur s'installa sur l'ilot central de la cuisine et attendit quelques minutes en s'amusant en allumant le bout de ses doigts avec son affinité Katon.
S'il n'avait pas de nouvelles, il retournerait voir les deux autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 1457


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Mer 24 Mai 2017 - 15:18

L'arachnide ne tenait pas en place. Allant à droite, à gauche, en bas, en haut... Elle explorait sans vraiment chercher, se contentant d'appeler la propriétaire des lieux en omettant complètement les fouilles plus minutieuses qui lui auraient peut être permis de découvrir des éléments qui, à défaut de la conduire jusqu'à la Ketsueki, aurait pu lui permettre d'en apprendre plus sur celle qu'ils recherchaient pour devenir leur nouvelle Kazekage...

Toutefois, elle semblait avoir découvert une présence bien plus intéressante...
Hypnotisée par le bruit sourd mais peu audible qui s'agitait comme un métronome, elle en pistait l'origine et fini par se cogner contre ce qui se cachait de cette réalité. Pourtant, quoi que ce fut, la chose ne broncha pas d'un iota, se contentant de demeurer sur la poutre sans cesser de frapper celle ci dans un rythme d'horlogerie.
Finalement, une tête féline famélique se dévoila face à l'araignée animée d'un sourire carnassier malaisant. Le corps de l'animal restait invisible renforçant ce sentiment d'inconfort face à cette rencontre du troisième type.

« J'ai perdu la tête mais elle est toujours là. »

Méphisto avait une façon bien à lui de s'exprimer mais il répondait tout de même à l'interrogation de la Gekei, intriguée par cette petite chose qui n'était visiblement pas comme lui. S'il avait été plus loquace, peut-être lui aurait-il demandé où se trouvait son maître en temps qu'invocation mais ce n'était pas un félin très bavard ni même du genre à se poser la moindre question : c'était même plutôt lui qui en suscitait auprès de ceux qu'il rencontrait...
L'entièreté de son corps se dévoila finalement alors qu'il trônait telle une gargouille imperturbable sur sa poutre, continuant de marteler le bois de sa queue décharnée.

Du côté de la Kawaguchi les moyens n'étaient pas vraiment mis en œuvre pour trouver quoi que ce soit. A vrai dire, même les murs du manoir se demandaient ce qu'elle faisait ici à part les infester de sa nicotine. Les fouilles de ses clones ne donnaient pas le moindre indice puisque tout cela était bien trop superflu, comme si elle ne savait pas elle même ce qu'elle était venue chercher. Les âmes errantes elles mêmes s'ennuyaient à l'observer malgré l’inexistence de leurs émotions qui les rendaient en principe incapables de ressentir la moindre chose...

Le Yamada semblait étrangement stoïque malgré la rencontre qu'il venait de faire mais sa coéquipière du jour devait peser dans la balance des bizarreries dont il ne s'offusquait plus à force d'en côtoyer. Toujours était-il qu'il avait beau eu chercher à suivre le félin bipède, il n'était pas parvenu à retrouver sa trace : tant dans la maison que vers le jardin.
Le chat n'entendit pas l'ombre du discours du jeune shinobi : il avait quitté la cuisine et errait désormais ailleurs sous son camouflage.
Il fallait dire qu'il ne s'attendait pas à voir d'autres personnes en plus du jeune homme dans le Manoir... Que voulaient-ils ? Il guettait son frère qui discutait avec une araignée au plafond en se demandant quand est-ce que l'autre allait laisser le champ libre de la cuisine. S'il devait décamper, il n'était pas question qu'il parte sans le pudding qu'il avait lui même préparé !
Se grattant le sommet du crâne avec une griffe sans que personne ne puisse le voir, il se décida finalement à attirer l'homme torse nu en dehors de la pièce. Pour se faire, il éveilla ses sens pour percevoir le chakra de l'inconnu et être sûr de sa position avant d'aller rouvrir la porte de la cuisine en travers de laquelle il balança le contenu d'un verre d'eau tout en relâchant le verre au sol afin de mieux s'éloigner.
S'il jouait les esprits frappeurs, il allait bien finir par partir non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 36
Rang : C


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Jeu 25 Mai 2017 - 16:49

Le machin dûment cité est bel et bien vivant. J'en ai la confirmation au moment où je vois un bout de tête apparaître. Un bout de tête de chat. De tête de chat qui parle. Pour le coup j'ai du mal à cacher ma surprise et l'observe, hagarde, mes six mains agrippées à lui durant de longue secondeS. Je peine à croire ce qui se trouve en face de moi. Pourtant cela semble réelle et je ne pense pas être victime de ce truc cité dans le guide de combat que l'on appel genrutsu.

Ce qui signifie que ce que j'ai devant moi ne peut que être vrai. Un chaton qui parle, c'est vraiment étonnant. Je commence à me dire que ce manoir Ketsueki renferme plein de secret et de bonne chose. Je l'écoute faire une petite allusion à sa tête perduE qui flotte dans les airs. Il me sourit avec des dents humaines. Pour le coup j'y trouve quelque chose de dérageant.

« Mais non ! Qu'est-ce que tu racontes Monsieur.Lechat, Tu vois bien que ta tête est encore là sinon tu ne pourrais pas me parler. »

Comme quoi le fait d'être un chat qui parle avec des dents humaines ne veut pas dire qu'il est intelligent.

« D'ailleurs ! Comment ça se fait que tu parles ? Je n'ai jamais vu de chat parler. Si j'avais su cela plutôt j'aurai sans doute réfléchis à deux fois à manger tes congénères. »

Pour autant cela ne veut pas dire que je ne l'aurai pas fais, mais c'est une information toujours intéressante à savoir, par acquis de conscience. Le temps d'y réfléchir une poignée de seconde le chat continue de tapoter sa queue contre la poutre en bois. Le son cyclique a à nouveau le don de m’hypnotiser si bien que je me retrouve à suivre de la tête le mouvement. Seulement cette fois j'arrive à m'en décrocher rapidement. Il ne peut m'avoir deux fois avec ce subterfuge.

« Tu peux arrêter s'il te plaît ? Cela me fait mal à la tête ? »

Il ne fait rien et cette fois-ci, en plus de sa queue, c'est sa tête qui se balance de gauche à droite. J'expire longuement par les narines tout en croisant les bras et je remarque, un peu en retard, que je suis en train de tapoter nerveusement du pied au rythme du balancier. Je me crispe alors, serrant cette fois-ci les poings pour exprimer ma frustration avant de finir par attraper la queue pour l'empêcher de taper la poutre. Ce machin en forme de chat, car oui je commence réellement à douter de ses origines en tant que félidé, tourne la tête, m'adresse un nouveau sourire accompagné d'un regard perçant. Il me regarde. Je le regarde, il me reregarde, je le reregarde. Bref, il arrive à me mettre quelque peu mal à l'aise si bien que je finis par lâcher prise. Sitôt sa queue rachitique se met de nouveau à frapper le bois...

« Je dois te prévenir... Si ça continue comme ça toute cette histoire va très mal se terminer. Moi la grande Lady Nururu te fera mettre en prison ! » Dis-je en bombant le torse après avoir remis un peu d'ordre dans ma robe.

Il ne semble pas plus inquiété que cela par mes menaces. Peut-être devrais-je tout simplement le tuer puis le manger ? J'hésite un instant puis me dis que ma démarche ne serait pas très constructive, d'autant plus qu'à la base je censée être ici pour retrouver quelqu'un et non me faire un festin de chat.

« Dis ! Tu n'aurais pas entendu parler d'une certaine Ketsueki Yami-sama ? Nous sommes ici en train de la chercher parce que nous devons lui donner une promotion. Elle doit devenir la grande chef du désert et assouvir le monde connu des hommes en les réduisant tous en esclavages. »

C'est globalement l'idée que je m'en fais, sinon quel est l'intérêt d'être chef de quelque chose?

« Ha... Mais... heu... Je dis la vérité par contre. Yami-sama n'a rien à craindre de moi. Parole d'araignée !! » Dis-je en levant une main devant moi et en posant une deuxième sur mon cœur.

Je ne sais pas trop si je suis très convaincante. En même temps je n'ai pas beaucoup d'expérience en ce qui concerne la communication avec les chats qui parlent et qui perdent leur tête. Notamment celui-ci qui, toujours, continue de battre la mesure tel un métronome. Je me penche alors un peu plus vers lui pour le scruter sous toutes les coutures. Craignant d'avoir mangé un détail à son sujet.

« Dis-moi Monsieur.Lechat... Tu n'aurais tout de même pas essayé de te jouer de moi par hasard ? Comme par exemple en essayant de me faire croire que tu n'es pas un chat robot. »

C'est la seul hypothèse qui me vient à l'esprit pour justifier son comportement « mécanique » et le fait qu'il ait l'air de répondre complètement à côté de la plaque. D'autant plus que de ce que j'ai cru comprendre Suna est le village des fabricants de robots.

« Bon je n'ai pas de temps à perdre. Je suis désolée, mais je dois aussi continuer la recherche et tu vas m'accompagner. Comme ça je pourrais continuer de fouiller pendant que tu réponds à toutes mes questions. »

Sitôt dit, sitôt fait, je crache un jet de toile qui s'enroule autour de lui pour former un cocon épais qui ne laisse dépasser que sa tête. L'autre extrémité et rattachée à une longue toile qui me sert à le traîner. Je place le tout sur mon épaule puis saute de haut de la poutre pour me retrouver en bas dans le grand hall. De là je commence à marcher tout en laissant traîner le cocon derrière-moi, plaçant de nouveau mes mains en porte voix.

« YAMIIIIIIIIIIII-SAMAAAAAAAAA ! OU ETES VOUS ? J'AI VOTRE CHAT ROBOT BIZARE AVEC MOI ET J'AI PLEIN DE CHOSE A VOUS DIRE !! N'AILLEZ PAS PEUR JE NE MORT PAS. HUHUHUUUU ! ♥ »

Avec un peu de chance mon humour l'incitera à sortir de sa cachette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chef Kawaguchi
Messages : 799
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Lun 29 Mai 2017 - 17:17


-Ketsueki Yami. Votre allié, Toshiro Ogami a été démit de ses fonctions. Je ne suis pas ici pour faire un cache-cache avec un de vos chats, l'idée même qu'une nation s'agenouille devant une déserteuse me répugne. Mais le Daimyo a décidé que vous régnerez sur Suna. Ce sera vous, et pas un autre, alors nous avons le choix. Vous pouvez nous faire tourner en rond indéfiniment, vous faire désirez mais la finalité est la même. Un des groupes vous trouvera, et vous viendrez ici pour recevoir votre sacrement. Vous êtes celle qui dirigera ce village, votre ancien amant s'est échappé. Suna n'a plus rien, et rêve pourtant de tout. Vous étiez à la tête du Kakumeigun. Vous savez combien la situation est délicate, alors si Jashin porte ma parole à vos oreilles répondez nous.

Ou mourrez, chacun des clones diffusait le message en boucle dans chaque pièce de la maison. Si un félidé l'entendait alors, alors peut-être qu'il transmettrait le message à l'intéressée. Suna sombrait, depuis trop longtemps pour qu'on laisse ce village sans maître. Une main de fer les guidant vers un chemin convenant mieux à ce pays. Tali n'approuvait pas le choix du Daimyo, pas plus qu'elle n'appréciait Suna. Néanmoins elle admettait volontiers s'être fourvoyée sur le prédécesseur de la Ketsueki, elle n'avait donné qu'une seule fois sa parole à un dirigeant de Suna. Plus jamais, plus jamais elle n'aurait pareil déception.

Ketsueki Yami avait une réputation à la hauteur de ses actions, la cruauté de son clan sauverait surement Suna. Sa soif de sang, son clan maudit par un vice digne d'animaux sauvages. Ce serait eux qui montreraient le chemin à suivre à toutes les générations, et les Kawaguchis observeraient. Dans le désert personne n'avait besoin de protection, ils se suffisaient. Mais Suna n'était pas aussi indépendante, comme n'importe quel village une fois la tête tombée le corps suivait. Et chacun avait beau faire un effort pour tenter de maintenir ce cadavre sans tête dans la bonne direction, sans un cerveau en état ils n'iraient nul part.

Et Tali avait besoin du retour de la Ketsueki, si elle échouait elle serait la première à tomber sur le responsable de cette mascarade. Si elle réussissait alors Suna tiendrait son rang, dans n'importe quel cas de figure ils y gagnaient tous au change. Alors oui elle n'était pas très enjouée à cet instant de faire une partie de cache-cache et de jouer à l'inspecteur en cherchant des indices.

Elle espérait que sa méthode s'avérerait plus efficace. Elle actionna la deuxième partie de son discours, allumant une cigarette en contemplant les différents Comtes et Comtesses du clan Ketsueki.

-Votre clan n'est pas tombé malade par hasard, je possède les informations à l'origine de cette maladie. Votre clan n'est pas le seul à avoir souffert de ces forces inconnus. Revenez Ketsueki Yami ou à défaut montrez au moins un signe de votre présence, je ne vais pas vous implorez. Ni supplier un de vos félins, je n'appartiens pas à Suna. Mais eux, eux sont perdus et le seront sans leader. Je vais ouvrir mon sac et poser le dossier sur la table en face de moi. Si ça vous intéresse, j'ai beaucoup à offrir sans rien demander en échange. Juste pour que vous vous manifestiez.

Les clone diffusaient le même message, cherchant eux aussi un félidé. La démarche de la Kawaguchi n'était pas la même, si elle voulait sortir d'ici le plus vite possible alors il lui fallait retrouver Yami avant les autres.

Pour le futur d'une nation.

Pour son pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 85
Rang : C


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Mar 30 Mai 2017 - 10:49


À côté de ce manoir, la glauque Maison des Poupées de Disneyland aurait presque des airs de maison pour enfant.
Passer un quart d'heure sur des barques à observer des poupées danser, existait-il sérieusement quelques chose de plus glauque ? La réponse est oui et ce lieu maudit ce trouve à Suna.
Le Manoir Ketsueki est ce lieu et ici mes amis vous aurez la chance de pouvoir côtoyer des chats violets adeptes de la cuisine, une femme à la tronche d'araignée, une autre dont le seul mot connu de son vocabulaire est "destruction" (Bon en faite, c'est pas vraiment le bas, elle semble en connaître beaucoup plus et semble capable de s'en servir mais elle donne plus l'impression de vouloir faire sa badass plutôt qu'à fournir du concret.
Parallèlement, vous trouverez aussi un gamin torse nu portant un chapeau et vous le prendrez certainement en pitié priant pour qu'il parvienne à ressortir parfaitement sain d'esprit de ce cirque ambulant.

Suite à sa rencontre avec le chat cuistot, Hisagi était resté dans la cuisine attendant avec patience que le chat décide de se montrer à nouveau. Il fallait dire que le gamin avait en sa possession un otage de choix, la marmite contenant ce que le chat avait concocté. Il allait revenir, c'était absolument certain. "Quand ?" était simplement la question.

Pourtant ce fut bien le Kazejin qui se lassa le premier. Lui qui pendant des minutes entières était resté assis sur l'ilot central de la cuisine se décida finalement à retourner voir ses "partenaires" du jour.
C'est alors que la porte s'ouvrit à nouveau. Hisagi fit volte face ne quittant plus des yeux l'encadrement de la porte.
Il vit alors une masse d'eau apparaître de nul part et foncer dans sa direction.
Libérant une dose minime de chaleur, l'eau s'évapora et disparu comme si de rien était.
Une oeuvre orchestré par le chat ? Il voulait jouer ? Très bien... Mais hélas pour lui cela ne serait pas avec une pelote de laine qu'Hisagi le ferait jouer.
La mise en scène du chat avait qu'un objectif, pousser le garçon à sortir de la pièce. C'était aussi évident que d'avoir un nez au milieu de la figure et encore dans certain cas comme celui de la Tiseuse par exemple, cette logique universelle n'était pas respectée.
MAIS ! Il était également évident qu'Hisagi n'allait pas offrir au chat frappeur ce qu'il souhaitait : "La voie libre pour récupérer sa bouffe".

Sans piper mots, Hisagi s'empara de la marmite et décida de partir faire un tour dans la maison, ou disons, qu'il décida de retourner voir les deux autres "humains" présents dans la bâtisse.
Sur le chemin il croisa bien évidemment la tronche d'araignée qui tirait elle aussi un chat tout aussi chelou que celui de la cuisine.

- Sérieux, c'est la maison de chat bizarre ici ... J'en ai croisé un dans la cuisine tout à l'heure dit-il en désignant la marmite qu'il portait d'un bras.

Le plan allait doucement se mettre en route.

- Je sais pas ce que c'est, ça ressemble à un truc un peu gluant mais appétissant.

Il ouvrit alors le couverte, le posa sur une commode non loin de lui et trempa alors son doigt dans la mixture avant de le porter à sa bouche. Le résultat était plutôt positif et en dépit de sa texture de la chose, c'était plutôt pas mauvaise, il retrempa alors son doigts une nouvelle fois comme les accros au Nutella sont capables de la faire puis demanda à l'Araignée si elle voulait essayer.
À force de narguer le chat, sans doute qu'on finirait par y voir la queue.

- Pas de nouveau sur M'Dame Yami ? finit-il par demander.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 1457


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Mar 30 Mai 2017 - 22:40

La petite araignée au plafond était plutôt audacieuse. C'était du moins ce qu'aurait pu se dire Méphisto s'il avait pris le temps de la réflexion pour analyser la petite Sunajin. Mais le félin n'était pas du genre a penser. Il vivait l'instant présent sans se soucier du continuum espace temps de cette réalité qui était aussi bien la sienne qu'elle ne l'était pas.
Le plus fidèle messager de la Comtesse Sanguinaire était toujours là sans y être, observant sans vraiment prendre compte de sa présence la Gekei qui lui demandait de cesser son mouvement de balancier, le faisant automatiquement répondre par l'inverse en ajoutant sa tête dans le rythme en plus de sa queue sans se départir de son sourire carnassier.

Il n'eut que faire de ses menaces, qu'il n'avait d'ailleurs même pas vraiment écoutées.
Il y avait du monde au Manoir aujourd'hui : c'était étrange. Toutefois, cette notion était un concept qui ne signifiait rien aux oreilles du matou. L'étrange... qu'était-ce donc à part un sentiment personnel dicté par les croyances et l'éducation de chacun ? Non. Méphisto ne s’embarrassait pas de ce genre de choses. Il vivait n'importe quelle situation dans son ensemble sans chercher à analyser sa nature profonde.

Les propos que fini par tenir la Gekei en revanche, attisèrent sa curiosité. Cela se remarqua à la convergence de son regard soudainement animé dans la direction de l’intéressée sans changer son expression carnassière et détachée pour autant.
Elle parlait de sa maîtresse ? Une promotion ? Devenir la chef du désert et assouvir le monde en esclavage ? De quoi parlait-elle au juste ? Méphisto n'avait pas l'air très malin et bien entendu c'était tout le contraire.
En cet instant, il voyait très clairement un panneau lumineux guidé d'une flèche qui surplombait la tête de l'araignée pour la désigner avec la mention « it's a trap ». Le même genre de piège qu'il avait déjà pu lui même façonner en faisant écrire un « drink me » sur une bouteille au contenu possédant des propriétés uniques ou un « eat me » sur un biscuit du même acabit.

« Après tout, qui pourrait craindre l'insecte ? »

Feulait-il pourtant sans s'énerver à l'attention de la Gekei qui affirmait qu'elle ne disait que la vérité et que Yami n'avait pas à craindre d'elle. Celle-ci ne s'arrêta d'ailleurs pas là et évoquait l'hypothèse qu'il ne soit qu'un chat mécanique.

« Tous mes rouages fonctionnent. Je crois... Je pense... Qui sait ? »

Finalement, un cocon se forme autour du félin qui ne bronche pas et garde son sourire tandis qu'il se faisait traîner à travers le manoir, visiblement captif dans son propre logement.

C'est à ce moment là que Hotep repassa dans le hall en suivant l'homme torse nu, observant son frère qui semblait être dans une mauvaise posture tout en se contentant de hausser les épaules. Méphisto saurait s'en sortir, alors que son pudding lui était sans défense dans les mains d'un malotru qui osait goûter son plat gourmet !

Le félin bipède écarquilla ses yeux, agrandissant ses iris à la verticale. Ça en était trop ! Il réapparut devant l'homme, ôtant son camouflage tout en le pointant d'un doigt accusateur :

« Kas' zot sol' molot kaldor ! »

Il avait l'air vraiment en colère et la langue des Anciens, des Karsol'rei, ne faisait que renforcer cette sensation par son intonation.
Voyant qu'il ne comprenait pas, Hotep pointa la marmite avant de se pointer lui même. Il n'y avait qu'une chose à comprendre : c'était à lui , un point c'était tout. Même si sa propre formulation s'était montrée moins polie...

De son côté, la Kawaguchi faisait entonner le même discours à tous ses clones dans chacune des pièces. La manœuvre était ingénieuse : elle voulait que l'un des occupants de cette bâtisse, toujours fidèles à Yami, l'entende.
Cela ne manqua pas d'arriver jusqu'aux oreilles d'Aastet, la féline bipède impériale de la Comtesse.
Cette dernière laissait traîner ses grandes oreilles fines dans le manoir depuis qu'elle avait entendu les non invités y pénétrer. Ce qu'elle entendit était à la fois curieux et intéressant, bien qu'elle n'était pas certaine de comprendre le sens de tous les mots formulés dans une langue qu'elle ne maîtrisait pas encore dans son intégralité.

Si la mention d'un pouvoir offert sur un plateau sonnait vraiment comme un piège, Aastet était formelle quant à la véracité des propos de la jeune femme. Les battements cardiaque, étonnamment calmes, de la Kawaguchi qu'elle percevait en témoignaient.
Elle quitta sa planque pour se tenir face à la femme dans l'une des chambres, consciente qu'il s'agissait d'un clone, mais devant toutefois lui demander des précisions.

« Kas' aska helkry. Kezfal kor ikera ? »

Aastet dévisageait l'intruse avec un dédain certains bien qu'elle était en train de la questionner. Bien entendu, la Kawaguchi était dans l'impossibilité de comprendre ce dialecte qu'elle utilisait pourtant facilement avec sa maîtresse. La féline se refusait de faire l'effort d'essayer de traduire dans la langue de la Kunoichi mais l'affaire concernait celle dont elle était la Gardienne...

« Tu dire choses en répété. Important. Pourquoi ma maître ?

La féline bleutée savait pertinemment que sa maîtresse n'avait plus à faire avec les Sunajins, excepté l'homme brun qu'elle voyait ou contactait de temps à autre. Elle voulait s'assurer d'en savoir le plus possible avant d'avoir à retransmettre le message que voulait faire passer ces indésirables...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 36
Rang : C


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Sam 3 Juin 2017 - 11:52

Autant dire que communiquer avec ce chat, qu'il soit ou non un robot, n'est pas très constructif. Il lui manque de toute évidence une case. Je ne sais pas si je pourrais en tirer grand chose, mais je continue de le garder sous la main, dans le doute, sait-on jamais. Alors qu'il traîne derrière-moi j’aperçois de nouveau l'humain, sortir ce qui semble être les cuisines avec ce qui semble être une sorte de marmite, qu'il dépose sur une commode dans un coin du grand hall. Il vient se plaindre de la nature, passablement maladroite, de la part des chats qui résident dans la maison. Cela veut dire que celui que j'ai réussi à capturer n'est pas le seul. Dans tous les cas je me contente d’acquiescer de la tête en guise de réponse à sa remarque.

« Si tu veux mon avis je pense que cela est du à un manque cruel de calcium de leur part. » Dis-je en levant l'index pour souligner la pertinence de mes propos.

C'est un mot que j'ai entendu il y a longtemps alors que je vivais encore en cage. L'un des humains en blouse blanche avait parlé de quelque chose du genre pour dire que je n'étais pas en forme. Les chats de cette maison doivent être touchés par le même mal. Je finis cependant par me gratter je bas du menton de mon autre main, dubitative.

« Tu sais comment on fait pour avoir du calcium toi ? Cela pourrait être la solution à tout nos problèmes. Si on en donne au chat ils auront peut-être mieux et pourrons nous aider à retrouver Yami. »

J'ai tout juste le temps de terminer ma phrase que le fameux second chat, qui se tient sur deux battes cette fois ci, déboule dans le grand hall visiblement très en colère du fait qu'on lui ait volé sa marmite. Pour le coup je ne peux m'empêcher de rejoindre l'humain dans ses idées. Ce manoir est vraiment remplit de créature étrange. Une question me traverse alors l'esprit. Est-ce que mademoiselle Ketsueki Yami serait une chatte ? Cela explique beaucoup de chose, notamment le fait qu'il y ait plein de ces animaux dans le manoir et veut dire que le village de Suna serait diriger par une chatte ? Si telle est vraiment le cas, je doute de la pertinence de ce choix. Elle a beau être une Ketsueki je doute que le fait d'être une chatte joue en sa faveur. Une araignée peut-être, mais une chatte...

Le fil tissé par mes pensées et coupé court par les fortes exclamations de l'animal, assurément très en rogne à l'idée qu'on lui vole sa préparation. De son côté l'humain torse nu ne s'est pas fait prier pour goûter le contenu de la marmite. Il y a une espèce de masse gélatineuse a l'intérieur, cela me fait vaguement penser à ce qu'il reste de mes proies une fois que je les ai laissée se dissoudre par mes enzyme gastrique. Je pense qu'il est peut-être bon de calmer un peu le jeu. Heureusement, contrairement à tout le monde, je pars avec une grosse longueur d'avance sur tout le monde. Faisant dès lors face au félin, je tends ma main vers l'avant pour attirer son attention tout en me préparant à faire une sommation somme toute solennel, le temps de sortir mon fichier word.

« Olo urum opradaz ?! »

Fais-je, théâtral, si bien que le son de ma voix se répercuta dans tous les grands hall, tout en balayant l’aire de mes mains dans de grands gestes. Il se passe un petit intervalle de silence, assez gênant, durant lequel nous attendons la réaction du chat devant mon discours. Seulement cela n'a pas l'effet escompté. Je me suis peut-être trompée quelque part ce qui ne m'étonne pas quand je vois son comportement. J'ai du dire une bêtise. Le fait d'avoir potentiellement l'air idiote m'agace fortement. Serrant les poings le long de mon corps, je me tourne, pleine de frustration, avant de croiser les bras, essayant d'avoir l'air aussi hautaine que possible.

« Hum... De toute façon je suis certaine que tu es trop bête pour comprendre, sale chat ! »

En attendant la situation n'avance pas vraiment ce qui est assez problématique quand on sait que cela risque de rendre très colère l'organisatrice de cette mission. J’essaie donc de trouver une solution, tout en restant dans mon coin. Les chats semblent être à la fois la solution et le problème à cette énigme pour retrouver Yami. Non content de manquer de calcium, ils ne sont pas très coopératif et un peu bêta sur les bords. Je pose alors mon regard sur le chat debout, puis sur sa marmite, encore sur le chat, puis de nouveau sur la marmite.

« Ho !! » Je m'exclame tout en levant l'index. « Je crois que j'ai une idée. Huhuhuuu ! ♥ »

Je m'avance alors lentement vers la marmite et l'arrache brusquement des mains de l'humain, pour la placer au-dessus de ma tête en la penchant légèrement sur le côté, prête à renverser son contenu à tout moment.

« Vous chats sur deux pattes, je vous sommes d'amener votre maîtresse félidé jusqu'à nous et ce sur le champ, auquel cas j'offrirai votre préparation en sacrifice et vous serez obligée d'en préparer un nouveau. MOUAHAHAHAHA ! »

Il n'y a pas à dire. Je suis une araignée aussi cruelle que diabolique.

Spoiler:
 


Dernière édition par Ketsueki Nururu le Jeu 15 Juin 2017 - 11:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chef Kawaguchi
Messages : 799
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Dim 4 Juin 2017 - 14:36

-Si toi pas comprendre toi chercher maître.

Non parce que à s'époumoner pour qu'au final l'autre comprenne rien, c'est vite usant. Mais l'apparition de la félidé à la couleur étrange, un chat bleu c'est pas commun encore moins quand le chat en question parle un mélange de ch'ti de Suna, montrait néanmoins que Yami avait des oreilles à Suna. Et surtout que Ogami avait donc bien laissé ces invocations garder le manoir en l'absence de la concernée et du clan qui allait avec. Et le discours répété de la Kawaguchi avait visiblement fait mouche. Maintenant le nouveau problème concernait le dialecte et ce que pouvait comprendre l'animal.

Le clone s'éclaircit donc la voix histoire d'être sur que les oreilles de la chose puissent entendre au maximum son discours. Comment devait-elle présenter les informations qu'elle possédait? Comment faire comprendre d'une manière simple et efficace à un QI négatif, servant d'intermédiaire que le message est urgent et important. Avec des mots simples, comme on s'adresserait à un enfant sans doute. Elle alluma une cigarette, elle ne pouvait pas communiquer par esprits et elle n'avait pas du tout envie de rentrer dans le cerveau du félin.

-Avoir informations concernant maladie Ketsueki. Origine problème, moi savoir que brun amie de Yami disparu.

C'était humiliant et terriblement réducteur que de parler de cette manière mais c'était l'essentiel. Bon en espérant que cette fois elle comprenne plus en détails de quoi il s'agissait. Pourquoi sa maîtresse? Parce qu'un péquenot dans son palais avait décidé que c'était la personne la plus qualifiée pour ce poste. Qu'est ce qu'elle en savait de plus? Rien, depuis quand on devait s'expliquer avec un chat pour obtenir quelque chose? Clan de fous je vous le dit.

-Yami être chef de Suna maintenant. Yami venir ici, vite.

Elle ne pouvait pas être plus limpide. Bon maintenant qu'elle avait fait le maximum pour que le courant passe bien entre avec le chat, elle ne pouvait pas faire grand chose d'autre. Tali ne donnerait le dossier qu'à la principale concernée et certainement pas à un intermédiaire et encore moins un animal de compagnie.

Village de fous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 85
Rang : C


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Mar 6 Juin 2017 - 22:09


La fille, ou qu'importe ce qu'elle était qu'il avait de manière totalement objective surnommé la tisseuse ne semblait pas avoir de nouveau concernant le Ketsueki. Au final, elle déambulait simplement dans le manoir en tirant ce pauvre chat prit au piège dans sa toile.
De ce fait, les deux camarades improvisés pataugeaient littéralement dans le pudding.
Cependant la présence de ces drôles de chats était significative. Ils étaient très certainement la clef qui permettrait au trio de retrouver la trace de Yami. S'il avait du faire une estimation, Hisagi aurait très certainement évalué ces chances à hauteur de 80% voir plus.

Mais pour l'instant, on ne pouvait pas dire que les humains parvenaient à s'y prendre avec les animaux résidant dans cette grande demeure.
L'un était piégé dans une toile d'araignée, et l'autre avait essayé de balancer un verre d'eau dans la gueule du jeune garçon avant d'entreprendre une partie de cache-cache.
Autant dire que les rapports ne devaient pas être très très glorieux.

Et la tisseuse semblait tout aussi allumé que les deux chats. Un manque de calcium ? Sérieusement ? Si son captif avait été un chaton, le brun aurait pu accordé quelques crédits à cet hypothèse. Or Méphisto dont j’emploie ici le nom à but narratif car j'en ai marre d'écrire le mot chat, avait tout sauf l'air d'un chaton.
Le shinobi au chapeau de cow boy était cependant disposé à éclairer la lanterne de Miss Tronche d'araignée.

- Pour faire simple, on trouve majoritairement du calcium dans les produits laitiers, les produits qui ont été fait à base de lait. Par contre, on dit que les jeunes enfants apprécie particulièrement le lait, mais qu'il n'en ai pas de même pour les chats adultes. Je pense pas que ça soit le problème ici... finit-il par concéder.

La chat violet fit alors une irruption brutale alors qu'Hisagi venait tout juste de goûter au contenu de la marmite.
C'était plutôt bon, mais le chat d'humeur colérique donnait franchement l'envie de récupérer son dû.
L'araignée imita alors le chat en répondant dans un langage inconnu du jeune Maître de la chaleur.
Le silence s'installa... Toujours étant, que le brun ignorait ce qui avait bien pu être dit. Alors qu'importe ! Il fallait trouver un moyen de s'attirer les faveurs des chats.

La tisseuse s'embarqua alors dans un numéro de chantage ayant dans le fond très peu de chance d'aboutir. Pourquoi menacer ? Alors qu'une discussion aurait pu être entamé ? Le cerveau d'une araignée était donc si petit ?
Pire, elle avait osé prendre la marmite des mains d'Hisagi.
Soupirant... Il essaya néanmoins de remettre les choses dans leurs contextes.

- Je pense pas que ça soit une bonne idée. Ce n'est pas bien de jouer avec la nourriture puis, ce chat semble avoir tout donné dans la préparation de cette drôle de gelé. D'ailleurs elle excellente ! Le goût en bouche est fabuleux.

Ignorant si l'araignée pouvait comprendre à quel point cette nourriture pouvait être importante il s'essaya à une séance explicative.

- C'est comme si tu avais un bon morceau bien saignant du repas que tu préfères le plus.

Entendant faire entendre raison la Tisseuse, le brun tourna sont regard vers le chat violet.

- Je ne comprend pas votre langue, mais je suis persuadé que vous vous nous comprenez... Nous ne tendons pas un piège à Madame Yami. Mais de ce que j'ai pu entendre, la situation de Suna est assez problématique et le précédent Chef du Village a été démit de ses fonctions. Les hautes-instances souhaiteraient placé Dame Yami à la tête de Suna. C'est la raison pour laquelle nous sommes ici... Aucun mal ne sera fait à votre délicieux plat demanda-t-il en inclinant le buste.

Le hasard et la chance ferait le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 1457


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Mer 7 Juin 2017 - 21:01

Hotep arqua un sourcil inexistant en écoutant et en observant cette étrange créature arachnide. Pourquoi parlait-elle du calcium ? C'était bon pour les os ! Il y en avait parfois beaucoup dans ses préparations lactées mais il évitait tout de même d'en faire trop souvent : le lait avait tendance à lui rester sur l'estomac.

Il fut d'autant plus surpris de la voir soudainement parler son langage. Le connaître serait un bien grand mot puisqu'elle n'avait visiblement aucune idée de ce qu'elle était en train de raconter mais il était encore plus curieux de s'interroger sur la situation dans laquelle elle avait entendu ou lu cette phrase... Ce n'était pas comme si les Anciens existaient encore, bien pour cela qu'ils s'appelaient ainsi d'ailleurs, et encore moins pour se renseigner sur le tourisme.
Toutefois, le ton de la bizarroïde laissait entendre cela comme une insulte et à la voir porter la marmite en hauteur, Hotep comprit bien vite que si elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'elle disait, elle savait ce qu'elle faisait.

Une veine se gonfla sur le front du chat irrité. Elle le menaçait ! Sa maîtresse contre la sécurité de sa préparation culinaire... Même s'il avait eu les moyens de la contacter, il savait d'avance que la conduire dans ce bourbier sous prétexte que sa nourriture était en danger aurait le don de « légèrement » irriter sa maîtresse... Non, un chat ne comptait pas sur ses maîtres, il savait se débrouiller tout seul ! Ce n'était pas cette... humaine ou peu importe ce que c'était, qui le ferait marcher au chantage ! Il avait sa fierté !

Résigné, il croisa les bras et détourna la tête pour bien faire comprendre qu'il n'en ferait rien, bien qu'il agissait à contre cœur comme le souligna ses paupières closes mais tremblotante, témoignant d'une lutte sans merci sur sa propre conscience pourtant en vacances les trois quart de ses neufs vies.

Il se radoucit toutefois à l'entente des compliments de l'homme torse nu, se prêtant à hocher la tête en guise de remerciement avant de se fermer de nouveau subitement en adoptant la même posture que précédemment, relevant sa propre bêtise. La corruption après la menace ?! C'était du joli !

Cependant, ces individus avaient le chique de piquer sa curiosité, laissant sa patte encadrer son menton tandis qu'il réfléchissait ce que l'on venait de lui dire.
En effet, sa maîtresse était attendue à Suna pour remplacer l'homme brun aux yeux bleus qu'il avait côtoyé fréquemment. Il savait que Yami tenait à cet homme alors il posa une simple question.

« Il est arrivé malheur à Oogami ? »

Oui, il lui semblait bien que c'était comme ça que Yami l'appelait.
Si c'était le cas, cette dernière voudrait sûrement le savoir ! Cela voulait donc dire qu'elle devrait prendre sa place ?

« Pourquoi elle voudrait revenir ? Elle est partie d'elle même. »

Une réflexion étrangement pertinente venant de sa part...

« Vous avez besoin d'elle, mais elle pas de vous. »

Oh cela il le savait ! Sa maîtresse ne s'ennuyait pas ! Lui et ses compagnons étaient même bien plus souvent mêlés au feu de l'action que lorsqu'elle était encore au village !
Le chat croisait de nouveau ses bras, toute trace d'hostilité disparue pour laisser place à la perplexité.

De son côté, Aastet peinait à converser avec l'inconnue. Contrairement à Hotep, elle était aux côtés de Yami depuis moins longtemps que lui et ne faisait de toute-façon pas le moindre effort pour apprendre ce langage dont elle connaissait des bases suffisantes, s'exprimant dans son dialecte avec celle dont elle était la Gardienne.

Elle observait la Kawaguchi avec toujours autant de dédain, d'autant plus en l'entendant formuler ses phrases comme une idiote ! Elle avait beau connaître encore des difficulté avec la langue actuelle qu'elle savait reconnaître quelqu'un qui l'infantilisait. Cela lui aurait à coup sûr hérissé les poils si elle en avait. Au lieu de cela, elle se renfrogna, affichant clairement son inintérêt pour les paroles désuètes de la manieuse de sable.

« Pas aller chercher maître. Maître appeler pour que moi venir. Et même si pouvoir, moi pas le faire. »

Elle haussa des épaules, indifférente en usant de la même façon crétine de s'exprimer que l'autre humaine sans faire le moindre effort.

« Message donné à maître quand maître m'appeler. Demain ou plus loin. »

En effet, les kuchiyoses ne venaient à leur maître que lorsque celui-ci les invoquaient. Aastet n'avait donc pas la moindre idée de quand Yami serait mise au courant par cette nouvelle soit disant « urgente ». Si encore elle savait où sa maîtresse se trouvait elle aurait pu tenter de faire le voyage pour la retrouver par elle même mais elle n'en avait clairement pas envie en plus de ne pas avoir la moindre idée d'où elle pouvait se trouver.
C'était que sa maîtresse bougeait beaucoup... Entre Kawa, Haï ou même Shimo depuis quelques temps, les possibilités étaient beaucoup trop nombreuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chef Kawaguchi
Messages : 799
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Mer 14 Juin 2017 - 0:23

-Alors je serai là pour transmettre le message à ton maître. Je donnerai les documents, et les informations en face à face. Je ne souhaite pas passer autrui, surtout étant donné votre lien.

De Kuchyose à invocateur, Tali préférait largement le donner au shinobi concerné. Elle avait déjà obtenu à l'instant des informations précises et importante, d'ici deux jours maximum Yami reviendrait sur les terres de Kaze. Si aucun n'autre groupe n'avait d'informations pareil, Tali venait de propulser les siens à une distance de trop pour les autres concurrents. Car oui, le reste était des adversaires pour rencontrer en tête à tête la nouvelle Kage. Tali n'était pourtant pas, encore, dans l'optique de rencontrer Yami en tête à tête. C'était son orgueil qui lui dictait de ne pas donner le message à un intermédiaire. Néanmoins, l'esprit de compétition la poussait à continuer à chercher des informations supplémentaires.

-Vous pouvez déjà lui dire que Toshiro Ogami a été démit de ses fonctions.

Yami ne reviendrait ici que plus rapidement, après tout la relation entre les deux shinobis avait été révélé à tous. Lors d'un procès encore dans les anales pour son inutilité vu la capacité de ce manchot en sandalettes et en chaussette de s'échapper des prisons sunajins. L'été venant, et l'envie des Yamadas de se reposer au soleil avec une femme, et un cocktail, Kioshi disparaîtrait peut-être. Sinon il reviendrait pour confronter son amante, les paris pouvaient déjà être ouverts à cet instant. Elle observa un instant le couloir avant de reprendre son discours. Avec un ton plus sérieux cette fois.

-Les réticences de Yami ne doivent pas l'empêcher de donner une réponse à Suna. Si elle aime sa patrie comme la rumeur circule alors, j'espère qu'elle se déplacera au moins. Suna ne supportera pas une absence de dirigeant de plus.

Elle ne défendait pas la cause du village, néanmoins si Suna disparaissait maintenant. Personne ne pouvait être en mesure de contenir les dégâts d'un tel cataclysme. Des moyens surhumains ne changeraient rien. Elle haussa les épaules affichant un maigre sourire.

-Si ce message peut-être transmettre alors faite le. Si Yami ne se décide pas rapidement, les dégâts seront irrémédiables.

Un peu de mélodrame, on sait jamais avec ces bêtes là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 36
Rang : C


Message(#) Sujet: Re: Chat perché Jeu 15 Juin 2017 - 13:01

Comment ? Ce petit humain ose me contredire ? Surtout qu'il n'a pas du tout, mais alors pas du tout l'air de savoir de quoi il parle. C'est pourquoi je laisse planer un petit moment de silence, gardant un petit sourire amusée, l'une de mes mains empoigne toujours fermement le fil de toile rattaché au cocon qui enferme l'autre chat tandis que deux autres mains continuent de maintenir la marmite au-dessus de ma tête. La quatrième, quant à elle, lève un index qu'elle balance en métronome en signe de désaccord.

« Tététééé ! Tu fais erreur petit humain. Le lait n'est pas une bonne source de calcium, on en trouve notamment en plus grande quantité dans les amandes, haricot, poisson et légume vert, d'autant plus que le lait ce n'est pas super top pour l'organisme, ça l'acidifie, ça perturbe le système immunitaire, et ça peut entraîner des troubles des articulations et du diabète. »

Bien évidemment cette règle ne s'applique pas pour ceux qui versent du lait dans leur céréale Capitaine Yukulélé.

« C'est pourquoi je conseillerai plutôt à ces chats un régime à base de poisson, ce qui leur fera également une petite cure d'oméga trois qui devrait les remettre en forme. »

Bien que dans cette histoire j'ignore foncièrement ce qu'est de l'oméga trois ou du calcium, mais cela l'humain n'est pas nécessairement obligé de le savoir. Pourtant cela ne l'empêche pas de faire une leçon de morale, comme quoi je dois me montrer compatissante vis-à-vis de ce plat durement préparé par le chat. Quelque part il a raison, je hausse les sourcils que je n'ai en me disant, qu'en effet, je ne peux que le comprendre. A mes yeux il n'y a pas plus cruel qu'une proie qu'un inconnu viendrait me voler, alors que je me suis donnée tant de mal pour la capturer et le liquéfier.

« Hum... Je vois... » Dis-je encore un peu dubitative.

Je redresse la marmite au-dessus de ma tête de sorte à ce que son contenu ne menace plus de s'écraser sur le sol, mais je le garde tout de même bien en l'air, attachée que je suis à l'idée de le faire chanter avec ce mets. Le chat de son côté semble tout de même se radoucir à cette vision. Il semble ensuite s'inquiéter pour un dénommé Oogami, un nom qui me dit vaguement quelque chose.

« Ho ! Je me souviens ! Des gens ont fait pleuvoir une montagne de sel sur lui. Je crois qu'il est mort noyé dessous. »

Mais ce n'est pas vraiment le sujet, ni la raison de notre présence ici. L'humain s'exprime plutôt bien, enfin je crois, mais le chat aussi, ou plutôt dans sa façon de contredire notre discours en prétextant que madame Ketsueki Yami n'a pas besoin de nous. Je tourne la tête en direction de l'humain, pour lui adressé un regard quelque peu confus.

« Il a raison... » Dis-je en haussant les épaules.

Toujours en gardant la marmite au-dessus de ma tête, je vais me placer au côté du chat.

« Non tu n'as pas le droit d'y toucher. Tu pourras de nouveau qu'à la condition de dire à Ketsueki Yami que si elle vient à Suna, elle sera puissante crainte et respectée par tout le monde. Tu pourras aussi lui dire qu'elle aura l'honneur de rencontrer Lady Ketsueki Nururu, futur grande conquérante de Kaze et du monde et ça ce n'est pas rien !! »

Elle aurait ainsi le privilège de me voir asseoir mon règne sur toute chose.

« Elle pourra même être à mes côtés si elle voudra, mais pour cela elle devra d'abord passer une batterie de test. Huhuhuuu. Je ne m'entoure pas de n'importe qui. ♥ »

Je lui tends une main amicale. J'ai déjà vu les humains faire cela pour sceller des accord.

« cela te va ? Si tu fais ça je te rendrais ta casserole ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Chat perché

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Vent :: Sunagakure no Satô :: Quartiers Résidentiels :: Manoir Ketsueki-