AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Minus et Cortex [Ruriren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 972
Rang : C


Message(#) Sujet: Minus et Cortex [Ruriren] Mar 16 Mai 2017 - 5:46



Et voilà! Ça devait bien finir par arriver je suppose... Maintenant que je suis à nouveau un shinobi on ne se prive pas de me convoquer pour diverses tâches ingrates au Kenkyuuko. Comme si le fait de servir son village allait automatiquement de pair avec de longues et ennuyeuses heures de travail! Cette fois-ci c'est l'une des machines à l'apparence humaine - bien que plus imposante - sensée transporter la masse de matériaux que ce laboratoire consomme qui fait des siennes. Pourquoi? Et bien c'est le soucis, justement: j'ai beau chercher dans les amas de fils et autres générateurs, je ne trouve rien! Rien du tout!
"Qu'est-ce qui m'a pris de rempiler, moi?" ouais le pire c'est qu'on m'a même pas forcé! "La première fois aurait dû me servir de leçon! Et tu parles d'un putain de salaire! Le rapport avantage/emmerdes est loin d'être équitable, tu peux me croire!"
C'est bien à l'androïde X-23 que je m'adresse, ouais. À défaut de comprendre ce qu'il dit j'ai au moins l'impression que ses yeux - ou plutôt ses capteurs - m'observent avec un semblant d'intérêt. Le tout pendant que je suis en train de bidouiller dans ce qui devrait servir d'estomac à un humain. En l'occurrence, un amas de circuits qui semblent parfaitement normaux.
"Je sais, je sais... Toi on ne te paie pas du tout!" en même temps... "Mais c'est normal qu'on t'exploite! J'veux dire... on t'a quand même créé pour ça! Et quand je dis on je ne parle pas de moi hein? Les autres recherchent l'efficacité avant tout et dans ce domaine t'as pas l'air trop mal, j'dois avouer. Mais ils se sont pas foulés sur le design, sérieux! Un truc utile, c'est cool! Mais un truc utile et beau, c'est encore plus cool!"
Je jette un regard à droite puis a gauche après avoir décidé de m'accorder une pause bien méritée. Enfin je suppose que c'est tout à fait relatif mais l'important c'est encore que je le pense, moi! Bref! Après m'être assuré que personne ne rôde dans les environs immédiat de l'atelier dans lequel je me trouve, donc, je porte ma bouteille de whisky à la bouche et en prends quelques rapides rasades. Suffisamment pour calmer mon désir mais pas assez pour savourer pleinement le breuvage en question. C'est comme ça, l'armée: faut toujours se cacher pour faire des trucs cool!
"De mon temps on s'emmerdait pas à réparer les trucs qui fonctionnaient pas tu sais?" ha le fameux c'était mieux avant... "Les robots déglingués, on les explosait et puis basta! On se f'sait pas chier! Et maintenant paraît qu'faut faire durer le matos le plus longtemps possible, qu'on peut faire du neuf avec du vieux! Mon cul, ouais!"
Je ne sais pas si c'est un message des dieux de la mécanique ou un truc du genre mais je me prends une saleté de décharge. Par réflexe je retire vivement mon bras et me bousille le p'tit juif sur l'établi derrière moi. Ce qui, évidemment, m'arrache une volée de juron que la décence m'empêche de retranscrire ici. Ma réaction? Bah... Disons que je me mets à défoncer à coups de pied l'androïde. Ça n'aidera sûrement pas à le réparer mais ça fait un bien fou. Sauf à mon gros orteil qui en prend aussi pour son grade. Seconde volée d'insultes et tout le tralala!

Et comme si ce n'était pas assez tout ceci se termine en apothéose lorsque la bestiole de métal se détache de son support et s'écrase de tout son long sur ma vieille - mais encore vaillante! - carcasse. Ouch! C'est qu'il pèse son poids ce bidule. J'essaie un instant de repousser cette masse un brin envahissante en usant de la force mais je me rends compte rapidement que c'est peine perdue. Et le plus drôle dans tout ça? Ben c'est que mon seul bras encore libre de ses mouvements est celui constitué d'une prothèse. Autrement dit: j'oublie pour sceller cette saloperie! Adieu liberté...

<==========<>==========>

L'avantage c'est que j'ai au moins pu me saisir de ma bouteille de whisky et la finir tranquillement avant de la glisser sous l'établi. Une façon de faire disparaître les preuves! J'ai assez vécu pour savoir que l'alcool est interdit dans l'enceinte de ce bâtiment qui se veut à la pointe de la technologie. Alors j'allais tout de même pas appeler à l'aide pour être pris en flagrant délit! J'suis pas con hein! Mais maintenant que tout est réglé je vais enfin pouvoir demander à l'un de mes estimés collègues de me dégager de là!
"HEY! Y'A QUELQU'UN?" vu qu'on me répond pas je suppose que non... "ALLO SUNA? ICI YAMATO! VOUS ME RECEVEZ?"
Alors je gueule, je gueule et je gueule encore. Tellement que j'ai de nouveau soif! Bon il faut dire aussi que les breuvages que je m'enfile ne sont pas réputés pour leurs capacités d'hydratation. N'empêche que je commence à envisager la possibilité que personne ne me retrouve avant que je meurs. Et on écrira quoi sur ma tombe, hein? Ci-gît un espèce d'abruti mort écrasé par un robot? Super! Bel exemple pour la postérité! Quoique... Ce sont bien des pas que j'entends à présent!

Je découvre finalement une tête passée dans l’entrebâillement de la porte de l'atelier. Comment qu'il s'appelle déjà, lui? Rin? Ron? Ren? Ran? Je n'suis plus trop sûr de la lettre du milieu... Bref, l'essentiel c'est encore qu'il soit là! Reste plus qu'à lui expliquer comment j'ai pu finir écrasé sous cet amas de métal, maintenant. En espérant que ce soit assez crédible pour qu'il ne se foute pas trop de ma gueule!
"Hey salut R'n! Ça va?" oui enfin on s'en fout! "J'ai... heu... glissé et dans l'élan de ma chute j'ai entraîné X-23 avec moi. Si tu pouvais me donner un coup de main je t'en serais éternellement reconnaissant!"
Ou du moins quelques minutes! Je lui décoche mon plus beau sourire comme si cela pouvait peser dans la balance de son choix puis me contente d'attendre en me disant que ce n'est qu'un mauvais moment à passer. Et puis ce n'est rien comparé au contrôle de la prostate qu'on m'a fait subir y'a quelques jours. Je survivrai...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chûnin - Membre du Kakumeigun
Messages : 256
Rang : B+


Message(#) Sujet: Re: Minus et Cortex [Ruriren] Mar 16 Mai 2017 - 17:37



Saibogu Ren

Le Kenjyokuu, Kenkojyuu, Kenkyuujo ou un truc dans le genre, le repaire au nom imprononçable du QGSDS, autrement dit le Quartier Général Secret Des Saibogu, même si y'avait que moi qui l'appelait comme ça. Pas vraiment secret non plus mais ça faisait quand même plus classe, faut l'admettre. Y'a pas d'mal à tricher de temps en temps si ça fait du mal à personne. Enfin bref, je me baladais dans ce bâtiment susnommé. J'arpentais les couloirs en poussant un gros chariot rempli de matériel, c'était ma technique secrète pour rien faire tout en faisant croire aux autres que j'bossais comme un malade.

Mon casque vissé sur les oreilles, j'écoutais de la musique grâce à un bijou de notre technologie (même si j'ai pas besoin de préciser que c'est un bijou normalement car tout le monde sait que ce que font les Saibogu c'est l'avenir du monde et qu'un jour on sauvera l'univers grâce à nos machines ! Bah ouais, quand la terre s'effondrera, qui c'est qui volera dans les airs grâce à une machine surpuissante pour pas tomber dans le vide ? Exact, les Saibogu.)

Donc voilà le décor, moi dans les couloirs du laboratoire, écoutant la dernière chanson à la mode. Comme il y avait personne, j'en profitais pour me laisser aller et chanter les paroles à tue-tête, parce que c'était quand même super entraînant.

« I know what you are, what you are baby ! Look at you, ning mor kosto reyo ! »

Ouais bon les paroles c'était pas encore trop ça mais c'est en s'entraînant qu'on devient meilleur. Et hop, le refrain !

« WOUMENAZE WOUMENAZE WOUME WOUMENAZE YO WOUMENAZE OHHHH ! »

Tiens, j'avais jamais entendu ce passage de la chanson... La technologie ça, j'vous l'dis ! Tant pis, entraîné par le rythme, je chantais quand même.

« HEY Y'A QUELQU'UN HEY HEY HEY Y'A QUELQU'UUUUUUUUUUUN ! »

Là elle parlait carrément de Suna, ça en devenait un peu flippant ! Même ces couloirs, ils sont flippant. Est-ce que quelqu'un aurait pris le contrôle de mon casque pour m'envoyer des ondes et me faire exploser la tronche ?! Pris de panique, j'arrachais le casque de mes oreilles et l'envoyait bien loin avant qu'il n'explose. Mais les cris "Y'A QUELQU'UUUUUN" ne s'arrêtaient pas pour autant. Et même encore plus bizarre, ils venaient pas de mon appareil.

Sur ma droite se trouvait une porte et les appels venaient de cette direction. C'était peut-être un piège, il fallait rester prudent. Si mes ennemis avaient piégé mon casque, ils n'hésiteraient pas à piéger toute une pièce pour m'envoyer dans la quatrième dimension (ou la sixième, j'sais plus).
Doucement, j'ouvrais la porte... Pour y trouver un homme écrasé par un robot. Et quand il tourna la tête, l'illumination assaillit mon esprit. Ça devait être quelque chose dans les cheveux, ou dans le chapeau. Il avait les mêmes cheveux que moi, et la même peau bronzée ! En plus il était Saibogu ! Aucun doute, mon véritable père biologique se trouvait là, écrasé par X-23. Les yeux écarquillés et n'écoutant absolument pas les explications de l'homme, je m'exclamais :

« Papa... PAPA C'EST TOI ? PAPA ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 972
Rang : C


Message(#) Sujet: Re: Minus et Cortex [Ruriren] Sam 20 Mai 2017 - 9:27


Beuh... C'est mon fils, lui? Je fronce les sourcils et l'observant, me rendant compte qu'il n'est guère aisé de dévisager quelqu'un lorsque votre champ de vision est inversé. Les cheveux et la peau, je veux bien! Mais bon il y a pas beaucoup de blonds dans le désert en général si l'on excepte les Kawaguchi. Ceux-là, on peut compter sur eux pour ne rien faire comme tout le monde! Et puis la peau... Bah faut dire que quand tu te fais cramer la peau sur des générations ça te fait exploser le taux de mélanine. Des noirauds basanés, t'en as des milliers à Kaze. Si l'autre estime que ça fait de moi son père...

Après il faut bien reconnaître que j'ai troussé pas mal de gueuses dans le pays. Alors même si le pourcentage reste faible et en bon mathématicien que je suis - hum! - je ne peux pas exclure cette possibilité. Fais chier! Dire que c'est peut-être un de mes rejetons qui me tirera de ce mauvais pas. Normalement c'est les pères qui sauvent les fils! Question de logique! Bon bon bon... Et on fait quoi maintenant? J'sais pas si l'autre s'attend à un câlin ou un truc du genre mais je suis toujours écrasé par la masse de X-23. Autrement dit: je ne peux pas fuir! Quelle merde! Alors on va se la jouer comme d'habitude et nier!
"Ouais non j'ai bien connu ton père et il s'est fait massacrer à la guerre! Désolé hein!" ça arrive ma foi... "Et puis j'sais pas si tu as remarqué mais je suis beau, moi!"
Voilà qui devrait faire l'affaire! Non parce que je le vois venir l'autre: d'abord je suis son père et c'est tout mignon tout rose. Et après il commence avec les reproches du genre "pourquoi t'es parti? J'avais besoin d'une figure paternelle! Ma mère a dû trimer pour rapporter de quoi manger le soir et elle ne s'est jamais remise de ta disparition!". Puis ça va parler ryos et autres choses du genre. Alors merci mais... non merci!

Mais d'un autre côté je ne peux pas vraiment me le mettre à dos. Déjà parce que j'ai la gorge niquée et que je devrai continuer à gueuler en espérant attirer l'attention de quelqu'un d'autre que lui s'il ne souhaitait pas m'accorder son aide. Les jeunes sont si ingrats de nos jours! Et ensuite parce que le poids de l'androïde commence à devenir dérangeant. Mon armure bloque en partie la pression exercée par le métal sur mon torse. Mais d'un autre côté j'ai des fourmis dans les jambes et je n'ai pas spécialement envie de me faire amputer. Une prothèse, ça suffit!
"Par contre tu as une certaine lueur d'intelligence dans le regard! Et ça, tu vois, ça ne trompe pas!" ce qu'il ne faut pas dire! "Alors peut-être que t'es mon gamin en fin de compte... T'as pas une photo de ta mère? Des fois qu'elle me dise quelque chose?"
Un peu d'espoir devrait suffire à le motiver à me sortir de là! Le bon fiston qu'il s'imagine être va le pousser à sortir son vieux père des emmerdes et après je n'aurai qu'à lui balancer cash que je suis impuissant depuis ma plus tendre enfance ou une connerie du genre. Et il ira chercher ailleurs un abruti prêt à payer pour ses études, ses fringues ou même ses cadeaux d'anniversaire! D'ailleurs il a quel âge machin?
"On papotera de tout ça dès que je serai sorti de là ok?" et que je pourrai fuir ce traquenard! "Alors on en revient au problème initial: R'n aurais-tu l'obligeance de virer cette saloperie, je te prie?"
J'ai soiiiiiiiiiiiiif! Mais attends! Pourquoi je prends encore des pincettes? Ce qu'il lui faut, à ce R'n, c'est une figure paternelle. Et une figure paternelle, ça gueule je crois! Faut être autoritaire, donner des fessées, distribuer des punitions... J'imagine que ça doit être marrant de temps à autre. Ce qui manque à ce garçon pour se motiver, en fin de compte, c'est de la discipline!
"SORS-MOI DE LÀ PUTAIN! SORS-MOI DE LÀ OU JE TE DÉFONCE LE CUL FAÇON YAMATO!"
Hum... Le choix des mots est peut-être pas trop trop judicieux. Si ça se trouve il est de l'autre bord - et là c'est sûr que c'est pas mon fils! - et il va vouloir que je mette mes menaces à exécution. Un brin anxieux mais davantage irrité par cette situation inconfortable, j'attends que mon pseudo-fiston daigne finalement m'aider. Bordel!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chûnin - Membre du Kakumeigun
Messages : 256
Rang : B+


Message(#) Sujet: Re: Minus et Cortex [Ruriren] Jeu 25 Mai 2017 - 2:22



Saibogu Ren



Comment est-ce possible ? Comment est-ce possible ? COMMENT EST-CE POSSIBLE ?

C'était la question qui tournait en boucle dans ma tête actuellement. Déjà, pourquoi je ne l'avais pas remarqué avant ? Ça, c'est le destin ou quelque chose dans le genre, c'est clair. On était pas prêts à connaître la vérité avant aujourd'hui. C'est Dieu ou un autre truc du genre, ptêtre les anges, qui ont décidé de faire tomber X-23 sur lui pour qu'on soit obligé de se regarder dans les yeux et se reconnaître. L'effet papillon ou quelque chose comme ça, ça s'appelle. Y'a un ptit papillon qui bat des ailes quelque part à Ki no Kuni et le résultat c'est qu'un jeune retrouve son papa perdu à Suna. Merci, petit papillon.

Mais le-mec-que-je-crois-que-c'est-mon-père commença à dire des trucs vraiment bizarres. Mon père, mort à la guerre ? Merde, j'avais jamais pensé à ça. En plus du papa à la maison et du papa sous X-23, j'avais un papa mort à la guerre ? En pensant à mon papa de base, mon esprit était encore plus confus. Avant aujourd'hui, je n'avais jamais pensé qu'il aurait pu ne pas être mon véritable géniteur. Pour mieux réfléchir, je faisais les cent pas autour de papa toujours bloqué sous le robot.

« Nan mais attends, tu comprends pas, j'ai un papa à la maison aussi ! Et il m'a jamais dit qu'il était pas mon vrai père ! »

Je m'arrêtais et tournait le dos au duo papa-robot. À présent, je murmurais presque d'une voix lugubre.

« Mais j'aurais dû m'en douter... J'aurais dû voir avant que... qu'il ne pouvait pas être mon vrai père... parce qu'il a... parce qu'il a... »

Je me retournais et déclamais de façon très théâtrale :

« DES REFLETS ROUX ! IL A DES REFLETS ROUX ! ET MOI J'EN AI PAS, REGARDE ! »

Bah ouais, selon la règle de la génétique, si mon père a des reflets roux et que moi j'en ai pas, c'est que c'est pas mon vrai père, CQFD ! Je m'accroupissais auprès de mon je-crois-véritable-père pour lui montrer qu'effectivement, je n'avais pas de reflets roux.

Une photo de maman ? Mais ouais, c'était une bonne idée !

Je sortis mon portefeuille de ma besace qui était presque aussi gros que le sac lui-même. Mais dedans se trouvait plein de choses utiles : un petit tournevis et un tournevis moyen, quelques vis, une brosse à dents, du papier et un stylo, un remède miracle contre la gueule de bois, des bonbons, des croquettes pour chat, un peu d'argent et finalement des photos de chaque membre de ma famille.

Je lui montrais la photo de maman et un brin d'amertume me monta à la gorge. Comment avait-elle pu me mentir pendant tant d'années ? Je ne savais pas si j'allais pouvoir lui pardonner en apprenant la vérité. Est-ce que mes frères et soeurs étaient au courant ? Je ne voulais pas faire exploser la famille... Et mine de rien, je l'aimais bien mon ancien papa, je serais triste qu'il soit obligé de partir de la maison. Perdu dans mes pensées, je n'avais pas entendu l'avant dernière remarque de nouveau papa, mais j'avais bien entendu la dernière où il gueulait.

« Ah, euh, ouais, désolé. »

A la une, à la deux, à la trois : je poussais X-23 sur le côté pour libérer le pauvre homme qui se trouvait dessous. Il se mit debout, et une autre pensée m'effleura l'esprit :

« Hé attends, t'es pas en train de me faire croire que t'es mon père parce que t'as des dettes que t'arrives pas à régler hein ? Non parce que moi, on peut pas m'arnaquer comme ça ! C'est pas beau de se servir des sentiments de quelqu'un ! »

Ce baratin, ça marchait pas sur moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Minus et Cortex [Ruriren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Vent :: Sunagakure no Satô :: Kenkyuujo-