N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Il pleut sur la ville comme il pleut sur nos âmes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1522
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Il pleut sur la ville comme il pleut sur nos âmes. Mar 16 Mai 2017 - 19:39

Tout allait très vite ces derniers temps, peut-être même trop. Les événements se succédaient les uns aux autres sans discontinuité, ou devaient s'enchainer, ce qui imposait un rythme soutenu pour que chaque trame puisse être à sa place et les intrigues se dérouler. Quand il n'y en avait encore qu'une seule à gérer, cela allait à peu près, mais quand il y en avait plusieurs... c'était souvent celle qui mettait le plus la pression sur les participants qui avançait le plus vite, en dépit de l'ordre narratif.

Heureusement qu'il n'y en avait qu'un seul à presser tout le monde...

Ces pensées accompagnaient Natsuki alors qu'il s'engageait à vive allure sur la sortie qui allait le conduir dans un endroit non loin de Kouba. Il avait retiré ses lunettes de soleil sitôt qu'il avait franchit la frontière, parce que ce n'était pas le genre d'article très utile au Pays de Pluie, et avait remit le toit de la décapotable qu'il conduisait pour ne pas abîmer les sièges. Seul le blouson en cuir qu'il portait sauvait encore un minimum les apparences, bien qu'il restait à broder dans le dos le nom et l'insigne du groupe que Miko voulait monter. Car bien que personne n'était encore réunit, ils étaient au moins tous d'accord sur un point : il leur fallait un nom.

Dommage que personne n'en avait encore trouvé un.

Arrivé sur place, Natsuki gara sa voiture et quitta son véhicule pour se rendre en direction de l'Abri, un établissement qui s'était – probablement – fait un nom dans la région. La pluie continuait de tomber drue dehors, et pendant un instant, il s'était demandé s'il ne valait mieux rester à l'intérieur encore un temps, histoire d'attendre que la météo se calme - avant de réaliser le ridicule de sa réflexion. En définitif, il était clair que l'on ne s'installait dans ce pays que si l'on planifiait de ne pas sortir de chez soi. Curieux endroit donc pour ouvrir un service d'hôtellerie, quand l'on y repensait, mais Natsuki n'était personne pour juger les goûts et les couleurs : des touristes devaient arriver à se perdre même ici.

S'approchant de l'Abri dont la nouvelle enseigne peina à couvrir celle du Marcassin Agité sur laquelle elle était accrochée, il aperçu à quelques mètres de là une fenêtre s'ouvrir. Un oiseau prit son envole depuis cette dernière, avant d'enchainer immédiatement sur un piqué et se poser dans les cheveux de Natsuki.

Planté au milieu de la rue par la créature aviaire qui lui picorait le crâne pour lui faire savoir qu'il avait un message, le Nara tatoué leva un regard maussade en l'air, et croisa celui de l'expéditeur du message.

***********

Eichiro et Natsuki avaient prit place dans un endroit tranquille de l'établissement où ils étaient sûrs de ne pas être dérangés, après que le visiteur ai pu se sécher un minimum.


« Ne vous inquiétez pas Eichiro, je ne suis pas là pour exiger des comptes sur votre silence de ces dernier temps. »
commença Natsuki d'un ton neutre. « Dernièrement, il s'est passé beaucoup de choses sur tout le continent - ou du moins, sur son essentiel -, dont les répercussions nous ont tenu tous occupé. Ce courrier était pour moi, si j'ai bien comprit ? Vous voulez m'en faire un résumé, ou préférez-vous que je le lise moi-même si vous avez un instant ? »

***********

« Toutes mes condoléances pour votre famille, Eichiro. Cette nuit a été terrible pour beaucoup de monde. Les ninja morts au combat pour tenter de repousser Rokubi se comptent par centaines, un chiffre bien dérisoire si l'on le compare à celui des civils qui ont perdu la vie dans les diverses attaques du Démon à Queues partout sur le continent. Et c'est en partie pour cela que je suis venu vous voir aujourd'hui. »


Natsuki replia la lettre selon le très célèbre origami '' boule de papier '', et la lança dans le feu de la cheminée non loin d'eux. La Racine ne gardait pas de trace écrite.


« Toutefois, il semble qu'il y ai des sujets que vous souhaitez aborder avec moi au préalable. Je vous écoute donc. »


Ce faisant, il porta sa tasse de thé à ses lèvres – car si un établissement hôtelier ne lui avait pas encore proposé quelque chose à boire pour le réchauffer de la pluie, alors il pourra encore longtemps courir après sa première étoile – en écoutant le Yamanaka.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Juunin d'Iwa
Messages : 913
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Il pleut sur la ville comme il pleut sur nos âmes. Mer 17 Mai 2017 - 19:38



Le ninja tendit le bras dans le vide et d'un mouvement sec il donna un peu d'élan au messager à plumes en espérant le voir très vite disparaître dans l'obscurité quotidienne du pays de la Pluie. Mais Eichiro arqua un sourcil en voyant le faucon plonger vers le sol au lieu de s'élever dans les airs, pouvait-il être gêné par la pluie ? Peu probable... Les pupilles bleutées du Yamanaka suivirent l'oiseau qui fondait en direction d'une personne qui approchait de l'établissement et malgré la météo capricieuse d'Ame, le marionnettiste n'eut aucun mal à reconnaître le Nara tatoué alias le destinataire du message... Que faisait-il là ? Comment ? Un coïncidence ? Sans perdre une seconde, Eichiro adressa un hochement de tête à Natsuki, lui indiquant qu'il le rejoignait en bas.

En toute hâte, le Yamanaka quitta son bureau et sauta d'un trait les escaliers menant au rez-de-chaussée pour se rendre à la porte d'entrée, il aurai aimé avoir un peu plus de temps pour se préparer à cette rencontre mais visiblement le destin se moquait bien de ses plans.

***

Après avoir accueillit respectueusement son supérieur, Eichiro le mena dans un coin de la salle principale, une table privée proche du foyer qui réchauffait la pièce et à l'écart des autres clients, assez nombreux ce soir vu la pluie plus sévère que d'habitude qui tombait sur la région.

Immédiatement, le Nara prit la parole en se voulant presque rassurant sur la raison de sa venue ici, il avait facilement comprit que le faucon portait un message qui lui était adressé et il demanda alors à Eichiro si il devait le lire ou pas.

» Vous pouvez le lire Natsuki-sama, après tout, il vous était adressé ce courrier. - répondit le Yamanaka sur un ton aussi neutre que celui de son interlocuteur. - Je suis heureux de vous revoir, c'est une sacrée coïncidence que vous soyez arrivé ici... - continua le marionnettiste avec un léger sourire.

Un silence s'installa quelques minutes entre les deux hommes en attendant que Natsuki puisse lire le message et ne jette le courrier dans les flammes crépitantes.

***


» Merci Natsuki-sama - répondit le Yamanaka aux condoléances que présentait le chef de la Racine. - J'espère que Konoha n'a pas trop souffert de ces attaques, les informations sont très difficiles à vérifier ici, les gens sont encore très... Touchés par les récents événements mais je crois avoir entendu dire plusieurs fois que le village caché de la Feuille s'en était très bien tiré contrairement à Suna...

D'un signe de la main, Eichiro interpella un employé de l'établissement qui hocha la tête et se dépêcha de préparer un plateau avec diverses boissons qu'il déposa sur la table entre les deux ninjas avant de se retirer aussi vite qu'il n'était venu.

» Oui effectivement, par où commencer... - répondit le marionnettiste aux derniers propos de Natsuki. - Depuis la perte de mes proches, je n'ai pas pu me résoudre à retourner à Taki où j'étais entrain d'enquêter sur ce groupe de mercenaire dont je vous ai déjà parlé, j'ai d'abord eu le besoin de mettre en terre ma famille et de trouver un endroit où m'installer, j'ai découvert ce lieu qui était abandonné par son propriétaire et j'ai réussi à relancer ce commerce en accueillant les victimes sans-abri après les attaques de Rokubi et je suis maintenant le nouveau propriétaire aux yeux de tous.

Eichiro prit alors un verre d'eau et il le porta à ses lèvres avant de reprendre.

» Je n'ai pas arrêté de penser à Rokubi, à ma famille et le deuil a été très long, je suis resté ici depuis et je n'en suis pas spécialement fier. Le fait est que je me sens responsable de cette endroit et de ses résidents... J'ai appris que Rokubi avait été vaincu, j'aurais aimé participé à la destruction de cette créature mais j'étais très occupé ici... C'est un regret que je vais devoir supporter pour le restant de mes jours...

Le Yamanaka leva son regard pour le planter dans celui de Natsuki,

» J'ai besoin de rester ici encore quelques temps, pour m'assurer que l'établissement puisse perdurer en mon absence, bien sûr, je continuerai de récolter des informations grâce aux nombreuses personnes que séjournent ici et qui viennent des quatre coins du Yuukan et je vous ferai parvenir toutes les informations importantes. J'ai le sentiment d'avoir beaucoup à faire ici... Et c'est sans parler de l'apparition de Kyubi, j'essaie de me renseigner un maximum sur les bijuus qui, pour moi, semblent êtres la nouvelle menace de notre monde, et c'est sur ce sujet que j'enquêterais dès que j'aurais réglé quelques derniers détails ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1522
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Il pleut sur la ville comme il pleut sur nos âmes. Jeu 18 Mai 2017 - 12:42

Natsuki secoua négativement la tête.

« En terme d'infrastructure, Konoha n'a pas été touché. Quelques villes ont connu des dégâts, mais au niveau de la population, la plupart des civils ont pu s'en sortir, et tout est mit en œuvre pour ces rescapés afin qu'ils puissent rebâtir les fondations de leur vie. Là où les dégâts ont été les plus lourds, comme vous avez pu en être témoin, c'est là où Rokubi s'est manifesté directement. Malgré tous les shinobi qui se sont dressés contre lui, malgré tous ceux qui ont donné leur vie pour faire gagner du temps aux autres, il y a eu beaucoup de morts. Le Pays du Vent pour sa part compte un immense cratère de plus dans son désert. De la ville et des milliers d'habitants qui se trouvaient à cet endroit-là, il n'en reste pas la moindre trace. »


Natsuki restait très détaché dans son énoncé, essentiellement parce qu'il avait été au cœur de tout cela, et qu'il avait déjà eu l'occasion d'évacuer tout son ressenti à ce propos. L'heure était maintenant à se tourner vers l'avenir : il n'avait ni le luxe ni le droit de laisser des regrets le freiner.

Et puisqu'il savait maintenant que bien qu'ils étaient un peu à part, ils se trouvaient tout de même dans une salle commune, Natsuki tira une carte de l'une de ses nombreuses poches et l'apposa sur la table. Après avoir tapoté deux fois du doigt le sceau qui se trouvait au centre, les branches qui le composaient s'étendirent brièvement en chevauchant le relief sur leur chemin jusqu'à gagner le sol, et disparaître. Le monde autour d'eau cessa alors d'être bruyant, comme si une bulle invisible les isolait des sons extérieurs. Une nécessité, maintenant qu'ils abordaient des sujets plus confidentiels, dans un monde où les murs et les frontières n'étaient pas vraiment des barrages pour qui savait écouter.


« Il n'y a pas de regret à avoir. Personne ne peut être partout, et à l'image d'un Village minier, tout ne tourne pas uniquement grâce aux mineurs : autrement, ils auraient rapidement fait de tous mourir de faim avec des outils cassés au milieu de tas d'or. En aidant des réfugiés et des rescapés avec ce bâtiment, en leur procurant un toit et de quoi manger, vous avez contribué vous aussi à sauver beaucoup de vies. J'aurai apprit pour l'Abri un peu plus tôt, et j'aurai pu vous fournir quelques fonds de notre organisme – vu qu'il ne doit pas être rattaché à Konoha - , mais je vois qu'en réalité, vous avez déjà de confortables moyens. »


Sous entendu, il n'avait pas notion si bien payer les membres de la Racine. Pour le nombre qu'ils étaient, en même temps...


« Kyubi n'est pas encore un problème dans l'immédiat. Nous avons un an devant nous pour nous préparer à lui faire face, et d'ici là, c'est dans sa prison qu'il va patienter. Mizuki fait de son mieux pour faire réaliser à des Villages secondaires comme Kumo ou ce que va devenir l'Empire – lesquels sont classés comme tels suite à leur préférence à se faire la guerre entre eux au plus mauvais moment – que les Démons à Queues ne sont pas que l'affaire d'une minorité. Si tout se passe bien, il y aura donc du monde qui attendra le Renard à Neuf Queues à la sortie de sa détention. »


Sauf que...


« Cela sera un problème aussi, cela dit. A l'image de la véritable boucherie qui ne commence qu'une fois que plusieurs factions ont terrassé le dragon, des querelles vont forcément éclater lorsque va tomber le moment où il conviendra de décider ce que va devenir Kyubi à la fin du combat. Et quand je dis Kyubi, vous pouvez remplacer son nom par n'importe quel autre Démon à Queues. Mais ce ne sera un problème que plus tard. Il y en a d'autres à solder dans l'immédiat. D'où ma présence ici, avec vous. »


Natsuki le jaugea du regard quelques instants, comme s'il voulait se conforter dans sa décision de lui annoncer ce qui allait suivre.


« Rokubi a causé un véritable massacre sur le continent, et rares sont ceux qui n'ont pas été touchés par les conséquences. Tout cela, c'est parce que nous nous sommes reposés sur nos acquis, que nous nous croyions capable de faire face à tout après avoir traversés tant de crises comme celle de Makka ou des Furyou. Dans notre dos, le Démon à Queues a eu le temps de se préparer, et d'arriver à ce dont nous avons été témoin. Il est hors de question que cela se reproduise. Qu'importe les motivations des autres Démons à Queues, Ichibi, Rokubi et Kyubi nous ont démontré que le temps de la cohabitation est révolu – sans regard pour qui de l'Homme ou de la Bête en est responsable. Et c'est pourquoi nous n'allons pas leur laisser l'occasion de planifier leur devenir : la situation requiert une frappe préventive. »


Le Nara tatoué laissa quelques instants à Eichiro pour digérer la première partie.


« Miko Aburame a parfaitement conscience de cela. C'est pourquoi elle a décidé de quitter son poste de Daimyo, et de se lancer à la traque de ces monstres pour les éliminer. Sauf que seule, même elle sait qu'elle ne peut y arriver. A ce titre, elle est venu me rencontrer pour que je l'assiste dans ce projet. Et c'est pour les mêmes raisons que je suis là devant vous aujourd'hui : j'espérai pouvoir compter sur votre coopération pour rechercher des informations sur les différents Démons à Queues – localisation, comportement, capacités, faiblesses -, ainsi que le moment venu, les affronter pour les détruire. »


Un projet de grande envergure donc.


« Nos intérêts sont donc partiellement partagés, puisque vous m'avez justement confié avoir le désir d'enquêter sur les Démons à Queues. Toutefois, cela inclura de bouger, et de ne pas toujours être ici lorsqu'il s'agira d'enquêter. Bien évidemment, vous ne seriez pas toujours en traque, mais assurément davantage nomade que sédentaire. »


Natsuki le jaugea à nouveau du regard.


« Je ne vous demande pas forcément de répondre maintenant si vous êtes intéressé ou non par ma proposition. J'ai bien conscience que compte tenu de la situation actuelle, et de votre situation même, vous avez besoin de réfléchir, et de régler beaucoup d'affaires avant de pouvoir prendre un tel engagement. Toutefois, l'horloge tourne, et je ne pourrai pas attendre indéfiniment : dans une semaine, j'ai rendez-vous au Temple de Kyubi pour débuter cette croisade. Vous avez jusqu'à sa date pour faire savoir votre décision finale, sachant que la seule réponse qui sera considérée comme un '' oui '' est votre présence là-bas le jour J. »


Natsuki tira de sa poche un rouleau avec sceau de cire, imprégné du chakra même de Mizuki, qu'il tendit à Eichiro.


« Ce document vous assurera l'immunité sur le territoire de l'Autorité du Feu vis-à-vis de votre statut de déserteur. Il est valable jusqu'à la semaine prochaine, donc vous n'aurez aucun problème pour nous rejoindre au Temple de Kyubi si vous décidez de venir. »


Immunité renouvelable lors de la réunion.


« A vous de voir ce que vous voulez faire maintenant. Pour vous, pour votre établissement, pour les réfugiés qui s'y trouvent, pour le continent qui est une fois de plus menacé. »


Car il parlait il parlait, mais il était peut-être temps qu'il laisse à Eichiro le loisir de s'exprimer sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Juunin d'Iwa
Messages : 913
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Il pleut sur la ville comme il pleut sur nos âmes. Jeu 18 Mai 2017 - 20:24



Eichiro hocha légèrement la tête, rassuré par les nouvelles qu'apportait le Nara sur l'état du village, après tout, Konoha était le village qui comptait les ninjas les plus puissants du monde dans ses rangs, il n'était pas étonnant que les membres de la Feuille aient su protéger leur nation. Quand le Yamanaka observa son supérieur déployer un sceau autour d'eux pour créer une zone privée, son visage se ferma et son regard azur devint sérieux, si Natsuki déployait une telle barrière contre les curieux, c'est qu'il comptait aborder des sujets importants.

Pendant plusieurs minutes, Eichiro écouta les propos de Natsuki en acquiesçant de la tête régulièrement. Le marionnettiste laissa le chef de la Racine parler sans le couper une fois, absorbant ses paroles. Le Nara se montra réceptif à l'histoire d'Eichiro il semblait même accepter sa demande de retrait provisoire et il aborda ensuite des sujets beaucoup plus intéressants, les projets de Mizuki, la position de Konoha face aux autres villages shinobis, l'année de répit avant que le démon Renard soit relâché sur le monde et enfin, Natsuki révéla alors les plans d'Aburame Miko et sa nouvelle quête pour traquer et détruire les Démons à queues.

Si Eichiro n'était pas un expert dans la maîtrise de ses émotions et de son corps, il aurait pu frissonner d'excitation en écoutant la proposition de Natsuki, traquer et éliminer la menace que représentes les bijuus, combattre aux côtés des plus grands ninjas de l'histoire contre les créatures les plus démoniaques et les plus puissantes du monde. En tant que shinobi, le Yamanaka ne pouvait pas être insensible à une telle invitation mais en tant qu'homme, Eichiro n'y voyait que des opportunités, d'abord un moyen de se venger, un moyen de se faire des contacts à travers le Yuukan et de côtoyer des ninjas d'exception, une occasion de développer son réseau d'information et son influence, peut-être même découvrir des occasions d'ouvrir des nouveaux commerces et diversifier ses activités.

Mais malgré toutes ces idées qui fusaient dans son esprit, le Yamanaka resta impassible, son regard toujours dirigé vers son interlocuteur. Mais Natsuki tira alors un rouleau de sa poche, une immunité pour son statut de déserteur, la possibilité de retourner à Hi et même à Konoha sans craindre d'être emprisonné et exécuté, le châtiment des traitres... Les pupilles bleutées du marionnettiste étaient irrésistiblement attirées par le document.

Eichiro resta muet quelques secondes et il prit la parole en relevant le regard.

» C'est... Assez inattendu... - dit-il calmement. - J'imagine que les autres villages et groupes indépendants doivent déjà se préparer à cette tâche, la puissance qu'offre les démons peut valoir très cher sur le marché, il y aura une concurrence sévère. - continua le Yamanaka même si la combinaison Miko-Natsuki était un duo d'une puissance inégalable. - Mais vous avez raison Natsuki-sama, les bijuus sont une menace, si leur puissance tombe entre les mains de personnes hostiles à notre nation et ses territoires annexés, les évènements avec Rokubi se reproduiront et peut-être même en pire... Je comprends totalement la décision de Miko-sama et je suis honoré d'apprendre que vous avez pensé à moi...

Les mains posées à plat sur la table, Eichiro tendit le bras pour saisir le document de Natsuki avec un léger sourire.

» En désertant Konoha, je n'aurais jamais imaginé pouvoir retourner un jour dans les forêts de Hi en toute sérénité... - continua le ninja qui semblait être prit de nostalgie. - Forcément pour traquer ces monstres, il faudra en apprendre énormément sur eux, leurs faiblesses, leurs positions exactes, des informations sur leurs capacités... Et après tout, n'est-ce pas pour ce genre de tâches que la Racine m'a formé ?

Bien sûr, les Yamanaka étaient des experts mondialement reconnus et redoutés dans la récolte d'information, le statut de déserteur d'Eichiro lui offrait aussi plus de liberté sur ses méthodes et Konoha n'aurait pas à être responsable des agissements d'un ninja nukenin.

» Je vais réfléchir très sérieusement à cette proposition, même si je pense savoir quelle décision je vais prendre et si vous êtes là c'est que vous pensez que je vais accepter. J'aurais cependant quelques questions, notre petite équipe comptera uniquement Miko-sama, vous-même et moi ? A qui devrais-je rendre des comptes avec cette nouvelle hiérarchie ? Quelles sont mes limites étant donné l'importance de notre mission ?

Ici, le Yamanaka cherchait à savoir jusqu'où l'escouade du Feu était prête à aller. Des données qui pourraient le conforter dans sa décision, ou au contraire le pousser à refuser. Même si il accordait beaucoup d'importance à l'Abri et à son développement, l'offre de Natsuki était plus qu'intéressante et Eichiro se sentait déjà accepter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1522
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Il pleut sur la ville comme il pleut sur nos âmes. Ven 19 Mai 2017 - 10:56

Natsuki hocha simplement la tête, le visage aussi neutre que son interlocuteur qui avait été à même école que lui.

« Il risque en effet d'y avoir rapidement de la concurrence sur ce nouveau marché du travail. Ce n'est même pas un risque en réalité, mais une certitude. D'où l'importance de nous hâter. Bien que je le déplore, nous ne changerons pas notre nature profonde, et chaque nation militarisée aura tôt fait de vouloir acquérir la puissance des Démons à Queues. Coopérer avec d'autres s'avèrera donc difficile. Et c'est justement pour éviter que chacun se déchire pour eux que nous sommes là : nous allons détruire les Démons à Queues, purement et simplement. »


Pas d'enjeux, pas de gagnant, pas de conflit.


« Toutefois, les autres ne seront pas forcément nos principaux concurrents / adversaires. Car la menace prioritaire reste avant tout Jiseyama, l'homme derrière le réveil des différents Démons à Queues. Shukaku il y a trois ans à Suna, Kyubi cette année au Pays du Soleil, et très vraisemblablement celui qui a influencé l'hôte de Rokubi – si ce n'est pas lui même qui l'a crée. Je vous avais fait parvenir un rapport sur lui, suite au fiasco qu'il avait engendré à Suna pendant l'examen Chûnin. »


Eichiro était désormais au courant des grandes lignes, et Natsuki avait le sentiment qu'il ne s'était pas trompé en faisant appel à lui. Ce n'était peut-être pas le ninja avec la force de frappe la plus massive qu'il connaissait, mais ce genre ne projet ne pouvait pas se dérouler convenablement qu'avec des muscles. Le Yamanaka avait de nombreuses autres capacités qui auront assurément un poids non négligeable dans la balance.

Ne restait désormais plus qu'à répondre aux dernières questions du membre de la Racine.


« Non. Si tout se passe bien, nous serons quatre. Impérativement même, je suis d'avis que nous devons être quatre. Un groupe plus large attirera forcément l'attention, et moins limitera grandement nos probabilités de vaincre les Démons à Queues. C'est pourquoi, pour le parfait équilibre entre efficacité et taille, j'ai choisi avec un grand soin les deux shinobis qui se joindront à Miko et moi. Il y a vous d'une part, et celui que je vais aller retrouver dans un autre pays quand j'en aurai terminé avec vous. Il s'agit d'un médecin itinérant, qui compte en qualité supplémentaire de beaucoup s'intéresser à la nature du chakra. L'un de ses sujets favoris se trouve être les Démons à Queues et leur histoire, un versant sur lequel il a beaucoup orienté ses recherches par le passé. Et je ne doute à aucun moment que depuis la dernière fois où je l'ai rencontré, il a énormément creusé ce filon. Il sera donc autant utile pour ce qui est d'étudier les Démon à Queues et de trouver un moyen de s'en débarrasser définitivement que de nous maintenir en vie. »


Chaque membre du futur quatuor occupera une place capitale dans le projet.


« Pour ce qui est des comptes à rendre, il n'y aura que nous, et nous serons tous sur un pied d'égalité. Nous ne serons pas toujours tous ensemble pour enquêter afin de couvrir plus de terrain, mais les rapports ne se feront qu'entre nous : même Konoha sera laissé en dehors de cela. »


Quant à la dernière question, celle qui prouvait bien qu'Eichiro était un membre de la Racine...


« Hormis quelques limites morales évidentes, comme incendier un village de civils, il n'y en a pour ainsi dire aucune. Nous avons besoin d'informations, nous avons besoin de pistes, nous avons besoin de trouver les proies que nous cherchons, nous avons besoin de les abattre : toutes les méthodes sont bonnes pour y parvenir. Et l'argent sera la dernière des choses dont vous aurez à vous soucier. »


Eichiro était loin d'être bête, il ne devrait pas avoir de difficulté à faire la différence entre le gris et le noir.


« Je pense avoir fait le tour en ce qui me concerne. Si vous n'avez pas d'autres questions, je vais prendre un repas ici avant de repartir. »


Natsuki s'apprêta à annuler son sceau de silence, mais retint son doigt au dernier moment.


« Oh si, une dernière chose. Vous allez me conduire à votre bureau tout à l'heure : je vais avoir besoin d'un peu intimité avec vous pour remettre votre Sceau à jour. »


Le Sceau de la Racine, qu'il avait développé - et continuait de développer - lui-même alors que curieusement il était loin d'être le premier membre à avoir intégré cette organisation. Une sécurité indispensable à ses yeux, mais qui ne l'avait pas été jusqu'à son arrivée visiblement : la Racine était restée aussi secrète qu'elle l'a toujours été même sans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Juunin d'Iwa
Messages : 913
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Il pleut sur la ville comme il pleut sur nos âmes. Ven 19 Mai 2017 - 16:33



L'échange continuait sans perdre en intérêt et en intensité, à son tour le Nara répondit aux paroles du marionnettiste. Le but de l'équipe était de détruire purement et définitivement les bijuus pour éviter qu'ils ne soient capturés ou libérés dans le futur, Eichiro n'était pas d'accord avec cette philosophie mais ce n'était pas le moment de faire mauvaise impression donc il continua d'écouter en silence, impassible.

Donc quatre personnes, pas de rapport chef/subordonné, pas de limites, pas de comptes à rendre, des moyens financiers illimités... C'était assez similaire au statut du Yamanaka lors de ses missions pour la Racine sauf que cette fois si il n'aurait pas de supérieur à qui obéir. Eichiro commençait à sentir monter en lui un sentiment de satisfaction qu'il n'avait pas ressenti depuis longtemps, ce soir pluvieux lui offrait probablement la meilleur opportunité de sa vie. L'occasion de gagner en puissance et en influence tout en continuant de développer ses projets personnels.

Natsuki termina alors en annonçant qu'il souhaitait prendre un repas et retoucher le sceau de la Racine qu'Eichiro portait.

» Très bien. - répondit le nukenin. - Et ne vous inquiétez pas, personne ici ne se souviendra nous avoir vu ensemble, ni même vous avoir vu tout court.

Le Nara brisa alors le sceau de silence et les ninjas purent entendre à nouveau l'ambiance chaleureuse qui remplissait la pièce. Le Yamakana leva le bras en direction d'une jeune femme qu'il interpella par son prénom, c'était sa première employée du domaine et probablement la plus loyale.

» Mikoho ! Apporte nous deux plats du chef s'il te plaît ! - demanda le marionnettiste avec un sourire.

La jeune femme hocha la tête et elle s'éclipsa dans les cuisines pour parler avec le cuisinier de l'hôtel. Natsuki était aussi un spécialiste dans la restauration, Eichiro peut-être obtenir quelques critiques constructives de ce repas.

Une dizaine de minutes s'écoula et Mikoha rapporta deux assiettes sur un large plateau en acier, il présenta le plat au Nara en lui donnant aussi des couverts. Deux "hamburgers", une recette exotique dont l'origine exacte était inconnue accompagnés avec des frites et des légumes.

» Itadakimasu ! - dit le Yamanaka en invitant son supérieur à commencer.

Pendant le repas, Eichiro et Natsuki purent échanger quelques banalités comme l'évolution de Konoha, les promotions de certains ninjas, et d'autres sujets tout à fait banals.

Une fois le repas terminé et les digestifs avalés, le Yamanaka demanda à Natsuki de le suivre dans son bureau comme il l'avait demandé. Le marionnettiste s'installa dans un fauteuil et présenta son sceau de la Racine, à Natsuki de faire le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1522
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Il pleut sur la ville comme il pleut sur nos âmes. Ven 19 Mai 2017 - 17:55

« L'on oubliera que j'ai un repas à payer aussi ? » demanda Natsuki avec un sourire complice ?

L'essentiel de ce qu'il avait à transmettre d'important était fait, maintenant ils pouvaient laisser tous deux place à une atmosphère un peu plus légère et détendu. Un peu plus de sourire donc, d'humour et de discussion sur des sujets autres autour d'un plat. Ce fut aussi l'occasion pour mettre Eichiro au courant ce qu'il se passait à Konoha qui n'avait pas figuré dans les dernières nouvelles que lui avait fait parvenir Natsuki – une partie tout du moins, une fois épluché ce qu'il n'avait pas nécessité de savoir. Le Nara tatoué lui parla un peu de son équipe shinobi, de son établissement le Septième Ciel, et lui donna éventuellement quelques conseils sur comment gérer au mieux ce genre de commerce de son point de vu. Des idées parfois sujettes à débats, mais il n'était pas fermé d'esprit.

Au cours de ces dialogues, le fameux plat du chef leur fut apporté, plat qui prenait la forme d'un sandwich rond accompagné de pommes de terre frit et autres verdures diverses. Natsuki le jaugea d'un air observateur, essentiellement parce qu'il sentait que c'était ce que l'univers attendait de sa part dans l'immédiat. Il en huma l'odeur de viande cuite qui en émanait, souleva la partie du haut pour observer la sauce qui ne manquera pas de s'échapper du côté opposé à celui où il mordra, et évalua le poids de la bête à la louche.


« Ce n'est pas la première fois que je vois un sandwich chaud avec de la garniture – surtout que depuis qu'au Pays du Bois, ils ont prit l'habitude de rouler leurs pizza -, mais je dois admettre que je n'en avais jamais vu un de cette forme, et avec ce type de pain. »


Natsuki en goûta une première bouchée, puis hocha de la tête.


« Ma foi, la sauce est plutôt réussi. Je ne vais pas vous demander la recette de cette dernière, puisque j'imagine qu'elle est la pierre angulaire de la composition et que vous ne la cèderez pas, mais c'est un plat vraiment bon. »


En même temps, l'on partait forcément du constat que c'était bon. C'était un peu une norme sociale dans les Rp, un peu comme de dire à quelqu'un dans la réalité que son bébé est beau, même si l'on n'en pense pas la moitié – si ce n'est tout le contraire.


« C'est le genre de plat avec les frites et les légumes – surtout les frites en fait – qui donne envie d'être consommé avec une boisson pétillante et sucrée. Vous n'avez jamais eu l'impression que cela complèterait l'ensemble à merveille ? »


Natsuki se passa d'alcool à la fin du repas, car c'était lui qui conduisait, et suivit Eichiro jusqu'à son bureau, où ils ne furent plus que tous les deux. Le Yamanaka installé dans son fauteuil, Natsuki fit comme lui et prit ses aises en retirant son blouson de cuir et en remontant ses manches. Parce qu'il avait décidé qu'il y avait un lavabo ici, il pu se mettre au travail sans mettre des doigts qui sentaient la frite, la sauce et la viande sous le nez de son patient.


« Ne vous en faites pas. J'ai beaucoup progressé depuis la dernière fois, et comme vous en avez déjà un, je n'ai plus besoin de m'enfoncer très loin dans votre bouche. »
le rassura Natsuki en lui tapotant l'épaule alors qu'il se tenait derrière lui.

Avec une prise douce mais ferme, il maintint la tête d'Eichiro bien en place en suivant de ses mains les lignes de sa mâchoire. Les indexes, majeurs et pouces commencèrent à bouger dans un ordre précis, et après quelques secondes, le Yamanaka pu sentir les branches d'un sceau s'étirer dans sa bouche jusqu'à rejoindre celui déjà existant. Elles laissèrent des tracés minuscules à l'intérieur, complétant des emplacements vides ou reformant des courbes selon une autre inclinaison. Le tout ne dura pas plus d'une dizaine de secondes, après quoi Natsuki n'eu pu qu'à conclure la séance en posant sa main sur l'épaule du jeune homme.


« C'est terminé. Le sceau est toujours en place, et je vois qu'il n'a bloqué qu'une seule fois votre langue. Je l'ai remit à jour et corrigé les défauts de la version précédentes. Vous devriez maintenant arriver à prononcer à nouveau les mots abricot, placide, et cornemuse. »


Ce qui était toujours pratique. Pas indispensable, mais pratique.


« Sur ce, je vais y aller. J'ai encore de la route à faire, et j'aimerai arriver avant que la nuit tombe. »


Heureusement que c'était l'été, et que les journées étaient longues : déjà que Natsuki détestait conduire sous la pluie, il détestait encore plus conduire sous la pluie
de nuit.

« Prenez bien le temps de réfléchir à tout cela la tête à froid Eichiro : vous avez une semaine pour cela – en partant du principe que le rapport temps/distance est un concept très malléable. A bientôt peut-être. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Juunin d'Iwa
Messages : 913
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Il pleut sur la ville comme il pleut sur nos âmes. Ven 19 Mai 2017 - 18:31



Eichiro se prépara au mieux à ce qui allait arriver, il savait ce qu'allait faire Natsuki et personne n'appréciait avoir la main d'un autre dans la bouche et le Yamanaka se préparait mentalement. Tel un de ses propres pantins, il se laissa manipuler par le Nara qui avec un maximum de délicatesse lui plongea deux doigts dans la gorge pour atteindre le fûin.

Quand Natsuki eut finit et qu'il annonça avoir remarqué que le sceau avait bloqué une fois Eichiro, des souvenirs remontèrent dans l'esprit du marionnettiste. C'était il y a bien longtemps plusieurs années, il s'en souvenait comme si c'était hier, un talent de Yamanaka maître de la mémoire. C'était un soir où il annonçait à sa compagne qu'il devait partir quelques semaines pour une mission secrète et il était tellement certain d'y perdre la vie qu'il avait essayé de se confier à l'amour de sa vie, c'est à ce moment là que le sceau s'était activé.

» Merci Natsuki-san, ce fut bien moins désagréable que la dernière fois... Vous vous améliorez.. - plaisanta le nukenin. Quand le Nara décida de partir, Eichiro se leva et l'accompagna à l'extérieur. - A bientôt Natsuki-san, je vous souhaite bon voyage, je vais y réfléchir ne vous inquiétez pas.

Une fois le Nara remonté dans sa voiture, Eichiro retourna dans la salle à manger où étaient encore installés les clients. Le Ninja fit le tour des tables et serra la main de toutes les personnes présentes tel un hôte chaleureux, il profita de ces contacts pour légèrement verrouiller les mémoires de ses cibles, il bloqua l'accès à tous les souvenirs concernant Natsuki, ils ne se souviendraient plus l'avoir vu ici et encore moins l'avoir vu discuter avec le marionnettiste. Et tant qu'à y être, il y implanta aussi des bonnes impressions sur la qualité du domaine et ils garderaient tous un excellent souvenir du repas et des logements de l'Abri, EIchiro ne manquait jamais l'occasion de gagner de la bonne publicité gratuite.

Une fois cette tâche faite, le Yamanaka remonta dans son bureau pour pouvoir réfléchir calmement et pourquoi pas ressortir tous ses pantins, histoire de les nettoyer et de penser à la suite de cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Il pleut sur la ville comme il pleut sur nos âmes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Ame no Kuni :: Au Marcassin Agité-