N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Plumer la vermine, ou la mettre aux fers [Mission ft Kinzoku Jin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 108
Rang : C

Message(#) Sujet: Plumer la vermine, ou la mettre aux fers [Mission ft Kinzoku Jin] Jeu 25 Mai 2017 - 23:16

Après avoir déchiré l’enveloppe, le jeune Mouken tire la lettre dans laquelle se déclinent les lignes ajustées qui définissent l’objet de sa mission. L'odeur du papier enveloppe subtilement ses narines tandis que ses yeux parcourent la convocation.



    Consterné, il lui faut un moment avant de se faire un avis. Faut-il concéder, pour cela, que son esprit vagabonde : il s’interroge d’abord sur la raison pour laquelle l’administration judiciaire lui a toujours procuré des lettres en aussi piteux état. Un tel manque de soin est à des années lointaines du luxe dans lequel se pavane le fauconnier, d'ordinaire. Peut-être est-ce une certaine manière, assez maladroite, d’inviter les shinobis à supprimer cette missive après l’avoir lue, ose-t-il présumer. La règle de la confidentialité est d’or pour les ninjas, d'autant plus s'il s'agît d'une mission aussi douteuse que celle qu'il est invité à accomplir, bon gré mal gré.

    En tout cas, le programme envisagé fait honneur à l'étiquette que l'administration a collé sur l'aspect de cette mission : elle est particulière. Véridique. Infiltrer un gang en usant d'un repris de justice fait naître une tourmente dans l'esprit du noble, guère convaincu de la nécessité de ce tour de manège. Cela ne doit pourtant pas endiguer sa performance. Il fera à son aise, quoiqu'il advienne, car la primauté est accordée à la mission, et non aux contrariétés passagères. Ainsi, enhardi, il refoule ses tracas et se gonfle d'orgueil, prêt à en découdre avec son comparse. Coopérer avec un voyou ne l'inquiète guère. Au contraire, il regarde cette opportunité comme l'occasion inespérée de montrer sa force.

    Alors, une question s'impose : comment préparer cette rencontre ?

    De toute évidence, son esprit sournois valdingue et butte sur tout un tas de possibles. Mais la seule idée qu'il retient, peut-être la moins bonne, est la suivante : il s'autoproclame chef de mission.

    Inutile de souligner que la soif de pouvoir est une tare de longue date pour Mouken. Son plaisir inavoué pour la souveraineté financière n'était que le prémisse d'une ambition coupable et arrogante. Aussi faut-il admettre que tous ceux qu'il a fréquenté jusqu'ici n'ont été que des pions sur l'échiquier, des actionnaires de sa propre prospérité. Des esclaves inconscients pour sa montée en puissance, des dévots prêts à l'asseoir sur le trône impérial qu'il envisageait d'avoir pour lui tôt ou tard. Sur l'échiquier, pour sûr, il deviendra Roi.

    C'est avec cette certitude ancrée au fond de son âme qu'il se rend sur le lieu de rendez-vous, qui n'est autre que la prison de Kumogakure. Il se doute que ce signe augure la face cachée de son intervention. Ce n'est pas tant le gang qu'il va devoir surveiller : c'est Jin. Cette conclusion n'offre aucune ambiguïté sur la trame à respecter. Il dominera le criminel et ne tolérera aucun écart de conduite, si tenté que cela ne devienne nécessaire au cours de l'aventure pour s'intégrer au groupuscule concerné.

    Sur place, il se soulage du poids de son sac qu'il laisse tomber à terre, avant de se dresser devant les bureaux indiqués par sa convocation. Il doit d'abord affronter l'accueil de l'administration pénitencière, qui se présente sous la forme d'un homme adipeux, dont le tour de taille et le visage mal rasé témoignent de la négligence qu'il accorde à son train de vie. Un ignare parmi tant d'autres, résolu à assumer une vie qui n'a pas vraiment de sens, selon l'imagination de Mouken. Son opinion, déjà gâtée par l'apparence repoussante de son interlocuteur, se trouve encore détériorée par une remarque sèche et antipathique l'interrogeant sur les motifs de sa visite. Aucune chaleur humaine, aucun tact. Quelle tristesse.

    - Bonjour. Washi Mouken, Genin. Je viens chercher Kinzoku Jin, qui bénéficie d'un droit de sortie à titre exceptionnel. Je suis son chef de mission. Dîtes-lui qu'il se hâte, je n'ai pas de temps à perdre.

    Dit-il avec une pointe d'arrogance. Une façon sublime et mesquine d'entrer en scène, selon le fauconnier. Il jubile déjà à l'idée de cette rivalité fougueuse qui va naître.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 64
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Plumer la vermine, ou la mettre aux fers [Mission ft Kinzoku Jin] Jeu 1 Juin 2017 - 13:56

Le grincement métallique de sa porte de cellule le tira de ses rêves alors qu'il se trouvait assis au sol, adossé à l'une des parois de sa geôle. Devant lui, un mec imposant dont les traits ne semblaient pas marquer une grande intelligence.

"Leve toi le Kinzoku ! T'as du boulot !"

"Oy Oy... Tu devrais baisser d'un ton si tu veux pas que je te brise la mâchoire en sortant..."

Se redressant, le renégat laissa son corps entrer dans le faible halo de lumière qui traversais par le fin soupirail de sa cellule. L'intégralité de ses chairs portaient encore les stigmates de son affrontement douloureux avec les assaillants de Kumo... Bien sur, il n'avait jamais fait cela pour la reconnaissance que ces ordures Kumojin pouvait lui apporter, mais pour le simple plaisir de voir le sang couler... Pourtant, le simple fait d'être remis en boite comme un chien que l'on amenait au chenil le faisait se questionner sur la pertinance de l'accord passé avec le Shadis quelques semaines auparavant.
Lorgnant un instant par dessus son épaule, il ne put apercevoir ce qui le forçait à agir ainsi, et qui se dévoilait clairement aux rayons du jour... Un sceau Bakusho présent à l'arrière de sa nuque. Ce simple souvenir lui arracha un renâclement méchant alors qu'il se saisissait de sa cape sur sa couchette et la jetait par dessus ses épaules.


"N'ouvre pas ta gueule pour autre chose que me préciser le but de ma sortie..." invectiva-t-il le garde, visiblement tétanisé par tant de violence verbale, avant de passer devant lui sans lui adresser un regard.

A défaut d'être respecté, ce qu'il ne recherchait pas, l'homme de métal commençait à être craint par ses geôliers... En effet, du à sa nouvelle situation, peu pouvaient lui rabattre le caquet de manière arbitraire car il était désormais devenu un asset pour le village. Ainsi, tant qu'il n'outrepassait pas la joute verbale, la plupart des gardes se contentaient d'encaisser sous le regard moqueur de Kinzoku qui ne cherchait qu'à faire dérailler toute cette machine bien huilé et à fracasser le crane du premier qui oserait la ramener. Au moins celui là aurait un peu de répondant...

Débarquant finalement dans l'antichambre de l’accueil pénitencier, il entendit au loin des voix étouffées par la porte fermée tandis qu'il récupérait un maigre équipement auprès d'un autre gardien.


"Bonjour. Washi Mouken, Genin. Je viens chercher Kinzoku Jin, qui bénéficie d'un droit de sortie à titre exceptionnel. Je suis son chef de mission. Dîtes-lui qu'il se hâte, je n'ai pas de temps à perdre."

"Oui, nous en avons été informé il est en trai..."

La porte sur le coté de Mouken s'ouvrit alors violemment tandis qu'elle dévoilait Jin la jambe en l'air et les mains dans les poches, fixant directement le juvénile genin venu le quémander.

S'avançant lentement vers le centre de la pièce, il attrapa prestement des mains du type bedonnant le maigre parchemin stipulant sa mission. Son nez se plissa légèrement alors qu'il relevait les yeux vers le Fauconnier et qu'un sourire en coin se dessinait.


"Première chose... Je prend le temps qu'il me plait, et je me contrefous de ce que t'as à redire la dessus..." il froissa alors le parchemin dans son poing "Deuxième chose, je n'ai pas de chef, et encore moins une face de cul dans ton genre, tout ce que je lis la dedans c'est que t'es l'espèce de pauvre type qui n'a pas les couilles pour être mis au milieu des embrouilles et qu'on laisse glaner des infos planqué derrière son étal de légumes...Tout au plus tu pourras me servir de messager... Si tu veux me matter, viens j'attends avec impatience de voir ce qu'un type comme toi peut faire contre moi..." lacha-t-il finalement avant de porter une main à sa nuque et de faire craquer cette dernière en toisant Washi de toute sa hauteur.





Dernière édition par Kinzoku Jin le Lun 5 Juin 2017 - 2:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 108
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Plumer la vermine, ou la mettre aux fers [Mission ft Kinzoku Jin] Sam 3 Juin 2017 - 21:47



    L’arrivée en fanfares de Jin ne passe certainement pas inaperçu et, au gré des sermons, tout le monde demeure bouche bée. L’ex-incarcéré déferle, vomissant sur tous les autres, prenant la mesure de sa liberté en savourant le plaisir de pouvoir se palabrer au milieu de la plèbe. Mouken, cependant, reste de marbre et toise son comparse avec une assurance noble. Inutile d’admettre qu’en réalité, il se sent désarmé devant cette extrême violence, presque convaincu qu’il n’y a rien à faire pour contrôler l’énergumène : la seule chose qui reste à faire, c’est ne pas perdre la face et tenir tête, au possible.

    Refoulant ses doutes, il laisse le méprisant achever sa satire avant que de contre-attaquer au vol. La moindre minute de silence pourrait manifester ses tourments, aussi se doit-il d’être réactif. Alors, dans un calme hypocrite, il avale l’air et libère sa gorge pour répondre.

    - J’applaudis la qualité de ta charmante plaidoirie, mais tu peux quand même te la foutre au cul, minable. Je me contrefiche de ton baratin et de ton humeur scatophile. Tu fais le boulot comme tout le monde. Et tu la fermes, surtout.

    Autour des deux Genins, le monde semble figé. D’aucuns peuvent deviner que les deux vauriens sont prêts à se jeter l’un sur l’autre et à s’éviscérer dans une chorégraphie macabre – l’un déchirant avec ses serres, l’autre défonçant avec ses mains de fer. Un duel qui s’annonce des plus spectaculaires, mais qui ne ferait qu’avorter la mission confiée aux deux extravertis.

    Alors, reprenant son sang-froid et taisant son instinct de prédateur-né, le rapace humain s’avance vers Jin, comme pour prendre un ascendant psychologique. Les doutes demeurent, pourtant Mouken se doit d’être impérial. A mesure qu’il se rapproche, son cœur palpite davantage. Mais rien ne doit endiguer sa marche. Il continue d’avancer, avec la sensation que chacun de ses pas le rapprochent d’un gouffre vertigineux. Jin est dangereux, menaçant, violent. Il faut s’attendre au pire.

    Le voilà à présent nez-à-nez avec son adversaire. Est-ce une erreur ? Seul l’avenir nous le dira.
    Il s’approche encore plus près, plongeant ses yeux sanguinaires dans ceux du forcené. Ses iris dévorent celles de Jin avec une fougue prédatrice : il se montre tel qu’il est. Un être instinctif, un chasseur n’accordant aucun répit à sa proie. Alors, tout à coup, il se sent envahi pour une immense sensation de puissance. Une chaleur monte dans sa gorge, il sent ses doigts trembler. Voilà l’excitation qui remplace la peur. Aussi est-il prêt à régler ses comptes, à boire le sang de Jin jusqu’à la dernière goutte.

    Sa faim s’est réveillée, et il est redevenu le prédateur qu’il est d’ordinaire.

    - Maintenant que les choses sont claires entre nous, tu vas redescendre de tes grands chevaux et m’expliquer comment tu veux qu’on procède. Effectivement, ce n’est pas un péteux comme moi qu’on enverra au casse-pipe. Ca, malheureusement, c’est ton boulot, mais je ne suis pas là pour faire de l’empathie. Donc tu vas remuer toute cette merde et je veillerai à ce qu’on te sorte de là en un seul morceau. Sache, néanmoins, que je ne fais pas dans le sentimentalisme, et que si la mission dégénère à cause de tes âneries, tu en auras pour tes frais et je te laisserai à ton sort. Maintenant, je t’écoute. Si tu as déjà des infos, je suis preneur.

    La réponse est exprimée d’une voix sèche, et le souffle de Mouken fouette volontairement le visage de son vis-à-vis : le voilà, à l’instar de ce dernier, dans la provocation. Est-il tombé dans le piège en jouant à son jeu ? Ou est-il parvenu à convaincre le forcené ?

    Dans tous les cas, l’ambiance reste électrique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 64
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Plumer la vermine, ou la mettre aux fers [Mission ft Kinzoku Jin] Lun 5 Juin 2017 - 2:27



Leur croisement de regard se voulait intense, et la tension était palpable... Cependant, l'atmosphère pesante ne sembla pas retomber, même si le Kinzoku fini finalement par ignorer le défi que lui jetait le nabot pour laisser son regard se balader aux quatre coins de la pièce. Après son entrée fracassante, les gardes étaient restés interloqués, mais désormais la porte d'entrée venait également d'être ouverte, et plusieurs shinobi laissaient apparaitre leurs corps dans l'embrasure, près à mettre un terme aux velléités du prisonnier. De son coté, Mouken tentait de garder la face, et Jin baissa à nouveau ses yeux sur lui...

Son nez se plissa alors qu'il jetait au fauconnier un regard dédaigneux qui ne souffrait d'aucun doute quant à son ressenti pour le shinobi de Kumo. Il avait beau tenter de rentrer dans le jeu du fou, il restait encore par trop poli et désireux de vouloir faire marcher sa petite coopération pour que le manieur de métal le prenne au sérieux dans ses menaces vaines.
Nez à nez, le Kinzoku tenait ses poings serrés dans ses poches mais ne semblait témoigner d'aucune envie de faire parler la poudre. Au contraire un sourire narquois s'afficha à la commissure de ses lèvres. Il lui demandait à lui comment il voulait qu'ils procèdent ? Ce type était il correctement fini ? C'était ça le chef autoritaire qu'il voulait paraitre ? Un petit capitaine qui demandait l'avis de ses camarades ? Qu'il aille se faire voir, voilà tout ce que pensait Jin. Il savait pertinemment ce qu'il avait à faire maintenant, mais discuter de sa façon de faire avec un gars qui semblait ne rien piger à où il mettait les pieds lui donnait juste une envie de meurtre...

Soupirant de dépit, l'utilisateur du Kinton se dégageât finalement de la proximité de Mouken en le repoussant vivement à l'aide d'une paume de main posé sur son torse, il tourna les talons vers la sortie, fendant la masse de garde qui ne savaient plus trop s'ils devaient sortir leurs armes ou non.


"Fais ce que tu veux "capichef"... Moi je vais boire un verre..." ironisa-t-il en s'éloignant les mains dans les poches.

Le suivrait il ? Franchement il n'en avait rien à foutre... Un sourire carnassier s'afficha sur son visage alors qu'il sortait à la lumière du jour, se délectant des premiers rayons du soleil. C'était un bon jour pour fracasser des cranes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 108
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Plumer la vermine, ou la mettre aux fers [Mission ft Kinzoku Jin] Lun 5 Juin 2017 - 13:15




    Ainsi le rebelle se détache-t-il, repoussant le fauconnier et prenant la porte.

    Désappointant, se dit-il. Une manière de fuir ce duel, selon lui, mais qu'à cela ne tienne - ce comportement permet de déclarer officiellement que la mission commence.

    Faisant fi de l'attitude fugitive de Jin, Mouken observe tout azimut les visages encore marqués par la scène qui vient d'avoir lieu. Le calme semble réapparaître sur ces faciès tétanisés, et quelques murmures sont échangés. Le dresseur, au milieu de la rumeur, ressent une étrange sensation de malaise - comme si, tout à coup, lui aussi devenait une sorte de délinquant juvénile. Etiquette qu'il ne sait tolérer, et dont il tient à se détacher aussitôt.

    - Messieurs-dames, oubliez cette histoire. Je vous ramènerai cet énergumène, avec je l'espère, un peu plus de raison qu'il n'en dispose actuellement, déclare-t-il à voix haute.
    - Vous ramènerez ce que vous pourrez, répond le geôlier ayant introduit le détenu. C'est une cause perdue, ce type.
    - Prenez votre temps, jeune homme, surenchérit le bedonnant homme d'accueil.

    Le ninja, surpris par ces réponses, se sent tout à coup envahi d'une certaine forme d'empathie. Ces deux-là rejettent le Kinzoku avec plus de politesse qu'il n'en faut, ce qui a le don d'excéder son allié improvisé. Non seulement ces gardes sont-ils ingrats, mais ils se montrent médisants qui plus est. Nul doute qu'une fois que le Genin aura mis les voiles, ces deux-là se mettront à pérorer également sur lui. Aussi se résout-il, épousant l'indéfectible insubordination de Jin, à les invectiver sèchement.

    - Ne fuyez pas vos responsabilités pour autant.

    Une manière quelque peu rustique de défendre le détenu, façon Mouken.

    Il finit par sortir de la pièce à jurons pour prendre un grand bol d'air frais, déjà esquinté par ce milieu pire qu'anxiogène. La première étape consiste à convoquer son faucon, qui ne tarde pas à apercevoir le bras dressé à l'équerre de son maitre, signe qu'il doit s'y suspendre. D'un grand coup d'ailes, l'animal fond sur son hôte et se dévoue. Ce dernier lui caresse le sommet de la tête avec une certaine tendresse, ouvrant sur le prédateur de grands yeux affectueux. Il sait toute la liberté dont profite l'animal, et songe que Jin doit à présent savourer celle qu'il vient de retrouver.

    Alors, bienveillant, Mouken décide de ne pas l'empoisonner de sa présence. Il sait que, pour être respecté, il ne faut pas se montrer trop envahissant, surtout avec ce genre de profils. Caressant toujours la tête du rapace, il lui glisse quelques mots à l'oreille, puis se redresse pour le contempler de nouveau. Honô, que le dresseur se plait à surnommer "l'Intrépide", roucoule avec allégresse. Il n'est pas le faucon le plus docile de sa portée, et pourtant il s'agît de son compagnon le plus redoutable.

    - J'ai bien réussi à te dresser, toi. Je réussirais avec lui aussi, avance-t-il avec conviction.

    Puis, d'un mouvement vif et flamboyant, il expulse l'oiseau dans les airs pour lui offrir le ciel.

    Enfin, il réfléchit à ce qu'il doit faire de son côté. Trouver un promontoire. Il saute derechef sur le toit de la prison et s'accroupit. Sa main monte jusqu'à son front, formant avec ses doigts une casquette, tandis qu'il observe l'horizon. Le rapace a pris ses aises et plane légèrement.

    Son regard de prédateur ne lâche pas Jin d'une semelle.

    Pour sa part, il sait ce qui lui reste à faire : collecter des témoignages. D'un bond, il quitte son poste pour gagner un autre toit, puis un autre, enchaînant les sauts avec une adresse formidable. Direction le centre ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Plumer la vermine, ou la mettre aux fers [Mission ft Kinzoku Jin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kumogakure no Satô-