N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Un nabot dans un palais immense ( Yanosa )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 64
Rang : C+

Message(#) Sujet: Un nabot dans un palais immense ( Yanosa ) Mer 31 Mai 2017 - 4:33



Il y a quelques jours, le jeune Sumu s'était rendu au petit village de Kesshô. Cet endroit était une création du clan Suishô, voulant vivre entre membre du clan mais n'exerçant pas une volonté sectaire, bien au contraire, c'était un lieu où n'importe quel personne peu importe ses origines et ses croyances pouvait venir s'y rendre, de plus, l'activité principale de cette petite bourgade est essentiellement l'artisanat. Il s'était rendu là-bas pour avoir une entrevue avec la cheffe et grande prêtresse du clan : Suishô Sugako. Suite au discours fédérateur du nouveau Tsuchikage Oterashi Yanosa, le jeune homme avait eu quelques craintes à l'égard des positions de son clan.

Il fût rassurer suite à l'échange avec la prêtresse . Elle était déjà ravis que le jeune homme soit inquiet pour les intérêts du clan. Ensuite, elle rappela que les Suishô n'avait certainement aucune préoccupation à se faire par rapport au nouveau gouvernement. En effet, Sugako avait fait beaucoup pour aider à intégrer les siens au sein de l'Empire quand il était encore d'actualité. Même si le nouveau gouvernement avait changé, elle ne comptait pas leur tourner le dos mais bien au contraire. C'est donc avec confiance qu'elle attribua une missive à Sumu qu'il devait remettre en main propre au nouveau chef d'état. Le document comprenait le point de vue et les engagements du clan, par le biais de sa cheffe, pour aider Iwa à devenir un grand pays.

Dernièrement, Sumu savait que l'homme qu'il recherchait se trouvait à l'ancien palais impérial. C'était en quelque sort le QG d'Oterashi. Cependant, il ne savait pas trop comment aborder la personne, qui au passage l'intimidait beaucoup juste en évoquant son nom ou son nouveau grade. Le jeune homme avait un grand respect hiérarchique. Pendant le discours de ce dernier au porte de la citadelle, il avait fait part de ses attentes pour les Iwajins. Il attendait surtout des actes de leurs part que des paroles. N'étant qu'un simple Genin n'ayant aucune renommé ni même influence, il avait trouvé que prouver l'allégeance du clan pour le pays pouvait être considéré donc comme un acte. Du moins c'est ce qu'il espérait.

L
e voilà donc maintenant dans la grande ville qu'est Iwagakure pour se rendre à l'ancien palais, qui se trouve dans les hauteurs, surplombant tout le reste. Il ne s'y était presque jamais rendu dans le passé, car il n'avait jamais eu le besoin de s'y rendre, étant donné son rang faible dans la hiérarchie de l'armée. Il était donc naturellement stressé à l'idée de s'y rendre. Il lui fallu bien une bonne demie-heure, le temps de trouver le chemin et de parcourir les rues menant à l'ancien palais où siégeait avant l'Empereur défunt. Quand il arriva à la base de l'édifice, il pu constater une scène dont il ne s'attendait pas vraiment.

U
ne troupe d'homme, à la carrure bodybiulder, transportant des meubles de taille impressionnante à l'extérieur du bâtiment. Est ce que le nouveau Kage avait l'intention de déménager ? Que ce pouvait-il bien se passer à l'intérieur ? Au vu du mobilier qui était transporté, il y avait une sacré fortune se déplaçant devant lui. Mais la richesse était bien une chose qui n’intéressait pas le jeune homme et s'il voulait vraiment devenir riche, il ne lui suffisait juste de confectionner quelques cristaux pour arrondir ses fins de mois.

S'avançant à l'intérieur du palais avec garde, ne voulant pas déranger ce beau monde qui travaillait, il cherchait où pouvait être le dirigeant. Ne connaissant pas l'architecture de l'endroit, il allait sûrement passer un moment, au vu de son sens de l'orientation pour trouver la personne qu'il cherchait. Après bien une vingtaine de minutes à tourner en rond, il commençait à désespérer. Il s'arrêta donc devant la première personne qu'il jugea digne de lui donner un indice de l'endroit où pouvait se situer le Tsuchikage, et bien-sûr, le pourquoi de sa visite ici.

- Excusez-moi.. Je cherche depuis un moment le Tsuchikage, est-ce-que vous sauriez où je peux le trouver ? Je viens de la part de Suishô Sugako et j'ai un message de sa part à remettre en main propre..

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1995
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un nabot dans un palais immense ( Yanosa ) Lun 5 Juin 2017 - 20:04

Les efforts, il ne s'en épargnait aucun. S'il y avait bien un aspect de la vie devant lequel l'Oterashi ne rechignait jamais à agir, c'était bel et bien face aux efforts physiques que requéraient encore en ce bas monde la grande majorité des actions en tout genre. Bien sûr, beaucoup demeuraient également anodines : pousser une porte, ramasser une feuille de papier tombée à ses pieds en prenant soin de préserver son dos, faire couler de l'encre sur ce même papier pour y coucher une pensée, une consigne ou un nom,... Tant d'actions tangibles qui, indépendamment les unes des autres en tout cas, ne revêtaient aucune vraie symbolique, ne témoignaient d'aucune volonté distincte ou d'un plan supérieur quelconque. Ce qu'avait entrepris Yanosa il y avait déjà de ça plusieurs jours, en revanche, ne partageait pas ce trait anodin et en était même le plus lointain opposé. En quelques mots : vider le Palais impérial.

L'Ombre de la Terre n'avait jamais voué une quelconque haine ou un irrespect total au feu Kamui. Sur bien des aspects, c'était même plutôt le contraire, et si Kakeshuou n'avait jamais été un homme sur lequel il aurait voulu prendre modèle, Yanosa lui avait toujours concédé de grandes qualités, vitales à ses yeux pour obtenir la moindre considération de sa part. C'était un guerrier : il avait vécu ainsi, et quoi que pouvaient en dire les habitudes administratives qu'il avait du adopter pendant les dernières décennies de sa vie, avait péri ainsi en ayant jamais tourné le dos à la violence, à la confrontation nécessaire et aux actes portés par la vraie volonté, performative et « impératrice ». Aussi, vider, démolir et remodeler l'ensemble de ce qui ne ressemblerait bientôt plus du tout à un palais ne revêtait pour le guerrier rouge aucun intérêt vengeur ou malicieux : cet espace, en cet endroit surélevé qui surplombait toute la Citadelle d'Iwa, ils allaient tout bonnement et simplement en avoir besoin pour autre chose, et les impératifs de cette nécessité ne souffraient d'aucune forme de nostalgie. Bien des soldats et guerriers de rangs divers n'avaient pas hésité à manifester leur mécontentement lorsque Yanosa et Asuka avaient mis ce chantier en route, et le duo acceptait cela, jusqu'à un certain point. Le plus important, au final, demeurait la collaboration effective des personnels qui oeuvraient à Iwa, et non leurs bons sentiments à l'égard de leur feu Empereur.

En ce jour, Yanosa apportait son concours au ménage par le vide de l'aile ouest, symétriquement identique à celle de l'est, afin d'en déblayer les différents composants principaux. Les ouvrages innombrables de grandes bibliothèques furent soigneusement traités et dirigés vers le Complexe, et les bois nobles et richement travaillés des meubles qui les avaient supporté pendant tout ce temps furent arrachés de leurs parois d'accueil respective, un travail qui pouvait demander la mobilisation de beaucoup d'hommes... ou bien d'un homme particulièrement pointilleux sur le terme de l'efficacité, et doté du corps adéquat. Un soldat, qui avait longtemps parcouru ces couloirs et cette bibliothèque-ci -le palais en comptait plusieurs-, sortit dans le couloir attenant pour aller reprendre son souffle après avoir démantelé un énorme meuble en bois massif. Il fut assez rapidement interpellé par un jeune homme à l'accoutrement singulier, qui lui demanda où pouvait se trouver le « Tsuchikage ».

« Et bien, ta quête touche à sa fin petit. Il est juste là, à l'intérieur, en plein combat contre la bibliothèque. Fais gaffe à toi surtout. »

En effet, le moment n'était peut-être pas le meilleur pour s'approcher de Yanosa de trop près : celui-ci était en train de tirer comme un forcené sur les charnières de la grande étagère principale, faisant craquer le bois et la pierre sous ses mains nues et le regard circonspect de plusieurs observateurs essoufflés et en sueur. Yanosa prit appui avec un pied sur la paroi de pierre adjacente, forçant sa prise et tirant davantage, débloquant subitement tout le meuble qui se décrocha su mur et commença à tanguer sur le côté. Tel un guerrier en plein combat, l'Oterashi pivota alors sur le côté pour se mettre hors du chemin de l'étagère géante et lui adressa un violent coup latérale, qui fendit littéralement le bois vers sa base pour la faire s'écrouler en partie sur place. Une autre accroche était encore en place de l'autre côté de l'imposante structure en bois. C'est lorsque l'Ombre s'aprêtait à se diriger vers cet autre versant qu'il remarqua l'approche du jeune Suishô, pour qui il prit la peine de s'arrêter.

« Hm ? Tu es ? Je ne crois pas qu'on t'ait demandé pour ces... « travaux ». Un problème ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 64
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Un nabot dans un palais immense ( Yanosa ) Lun 5 Juin 2017 - 23:51


Après avoir demandé où se trouvait le Tsuchikage, la personne qu'il avait interrogé lui donna l'emplacement de celui-ci. En faite, il se trouvait juste à quelques pas de là, dans une salle derrière. Sumu n'avait pas trop comprit pourquoi il devait faire attention, sous prétexte qu'il se battait contre .. une bibliothèque ? Cela n'avait pas vraiment de sens pour lui avant qu'il se rende dans la salle indiqué. Au final, il se rendit compte qu'il devait prendre l'avertissement au pied de la lettre. Un homme aux cheveux rouge, bien plus grand que le pauvre petit Genin, était littéralement entrain d'essayer d'enlever ce meuble accroché au mur. Après un grand effort, il réussit à le décrocher et, avec l'agilité d'un ninja, il défonça littéralement la majeur partie de l'étagère. Le jeune Sumu était complètement abasourdi par ce qu'il était entrain de voir, et d'un côté, il n'avait pas envie d'être à la place du meuble, au vu de la force de son destructeur.

L'homme imposant n'avait plus qu'une partie de l’armoire à défaire, mais, avant de se donner le coup fatal, il se rendit compte de la présence du Suishô. Il stoppa donc ce qu'il était entrain d'entreprendre avant de demander à ce dernier qui il était et surtout ce qu'il faisait là. C'était donc bien le Shodaime Tsuchikage qui se trouvait devant lui à se démené d'abattre ce meuble en bois. La seule foi où le jeune homme avait pu apercevoir l'Oterashi, c'était lors de son rassemblement devant la citadelle, quand il adressa son discours à toute les forces armées d'Iwa. C'était à la suite de se rassemblement que le jeune Sumu était parti rejoindre son clan pour savoir les positions de ce dernier par rapport au nouveau gouvernement. Pendant quelques secondes, le pauvre Genin ne savait pas vraiment quoi répondre, au vu de la situation précédente. Il avait peur de contrarier le Kage ou bien pire de l'énerver. Il devait juste faire simple, décliner son identité.

- Excusez-moi Tsuchikage-sama.. Je me nomme Sumu et j'appartiens au clan Suishô, je ne suis qu'un simple Genin et non je n'ai pas été demandé pour .. tout ceci..

Le pauvre Sumu était à la limite du bégaiement à chaque mots. Le simple fait pour lui de se retrouver en face de cet homme si imposant lui donnait à la foi la chaire de poule et un léger sentiment de fascination. Il avait après tout en face de lui le fameux Guerrier Rouge. La première foi qu'il en avait entendu parler, il ne savait pas du tout qui était cette personne. C'était lors d'une mission il y a quelques temps, sa première d'ailleurs, visant à transmettre un parchemin au commandant du fort de la Griffe. Il apprit d'ailleurs au cours de sa mission que ce sois-disant parchemin n'était autre qu'un moyen de communication, mêlant ingéniosité et fuuinjutsu. Et le créateur de se chef-d’œuvre n'était autre que la personne en face de lui. Outre qu'il soit devenu maintenant le chef du village, c'est aussi une personne doué de créativité. Le jeune Genin chercha pendant quelques secondes la missive qu'il était venu livrer à Yanosa, puis le tendit en s'inclinant légèrement.

- Je suis venu expressément vous voir pour vous remettre ceci.. C'est une missive en provenance directe du village de Kesshô, c'est de la part de la grande prêtresse Suishô Sugako.. Après votre discours près de la citadelle, je me suis rendu au village des Suishô pour avoir un entrevue avec la cheffe du clan, à propos des futurs agissement du clan pour subvenir à Iwagakure..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1995
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un nabot dans un palais immense ( Yanosa ) Mar 6 Juin 2017 - 23:25

Yanosa porta son regard sur le jeune Suishô et le détailla précisément. Physiquement, bien sûr, en prenant note de son habillage plutôt excentrique et surtout peu adapté à une contrée aussi chaude à cette époque de l'année, mais aussi et surtout en terme d'aura. L'Oterashi le sonda en effet sans vergogne pour aussitôt se faire une idée du tempérament du garçon, qui semblait à la fois droit dans ses bottes et assez peur sûr de lui. En témoignaient les petites inflexions, imperceptibles même pour Sumu lui-même, qui suintaient presque de son corps aux sens du guerrier rouge alors qu'il s'avançait vers lui. Il l'intimidait... ou l'impressionnait, au choix, quoi que ces deux sentiments pouvaient souvent s'entremêler. Yanosa ne s'était jamais habitué à ressentir ces émotions chez autrui, lui qui exécrait toutes formes de vénération ou de déification même les plus minimes, mais il reconnaissait aussi l'utilité de susciter pareils attitudes à son égard. En effet, par trop souvent, il était bien plus facile de convaincre une tierce personne du bien fondé de sa propre idée ou conviction si la personne en question se plaçait elle-même d'office en une qualité inférieure à la vôtre. Une certaine hiérarchie existait, dans le fond, celle de la force, de corps comme d'esprit, et il était vrai que l'Oterashi avait cultivé les deux avec assiduité durant des décennies à présent.

« Aaaah, coupe le « sama » je t'en prie.. ! Moi c'est Yanosa, juste, Yanosa, c'est bien compris ? Bien, enchanté Sumu. Alors, dis-moi... »

Et il l'écouta. Il tendit rapidement la main pour s'approprier le rouleau de parchemin qui devait contenir la missive dont parla juste après le jeune homme. Un message officiel de la part de la prêtresse des Suishô, qui vivait toujours au creux des montagnes du nord pour guider son peuple déchu des hauteurs. Sugako... Yanosa ne l'avait jamais rencontré en personne, mais il s'en faisait une idée assez tranchée de quelqu'un à la fois très attachée aux traditions les plus simples comme les plus absurdes, mais également contraint par le contexte à collaborer activement avec le pouvoir en place au Pays de la Terre. Le guerrier rouge était bien conscient des pressions que devaient subir les membres du clan Suishô, seulement récemment assimilé aux troupes du feu Empire et frappé par la fatalité naturelle, mais il savait également en son fort intérieur que ces pressions, les manieurs de cristal se les faisaient peser tout seul sur leurs épaules. Il pouvait comprendre leurs doutes, mais il se ferait un devoir, sinon une obligation, de les aplanir très vite. Ses hypothèses se vérifièrent lorsque, ouvrant le parchemin devant Sumu pour en étudier rapidement le contenu, Yanosa reçut officiellement le support des Suishô par le biais de leur prêtresse.

« Hmm.. Tu as pris une bonne initiative, Sumu, dit-il en lisant encore la missive jusqu'à la fin.

Je ne me faisais pas d'idée contraire sur la question, dit-il finalement en tendant le parchemin à Sumu pour qu'il en dispose, mais il est toujours appréciable de savoir... que les peuples du pays sont prêts à agir de concert. Les Suishô... ne sont peut-être pas les habitants les plus nombreux du Pays, mais je crois en l'idéologie dominante, pas en l'idéologie majoritaire. Sugako pourra se rassurer, et rassurer les siens : votre clan aura sa place, comme tous les autres. C'est d'ailleurs pour ça... que j'ai déjà prévu de missionner un homme de confiance pour prendre contact, « officiellement ». Vois-tu, Sumu.... il se pourrait que toi et les tiens... soyez bientôt mis au cœur d'un grand projet. Cela tombe donc très bien de savoir que nous pourrons tous compter sur la collaboration de chacun. »

A ces mots, Yanosa se détourna d'un tiers du jeune Sumu pour faire face à l'immense paroi de pierre finement taillée et polie, derrière laquelle se trouvait de grands halls désormais vides et séparés par des parois moins épaisses. Le squelette serait bientôt à nu, et il deviendrait possible d'installer les premières pièces. Pour le reste... c'était avec les ingénieurs et les Jisetsu que ça allait devoir se régler.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 64
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Un nabot dans un palais immense ( Yanosa ) Mer 7 Juin 2017 - 5:44


Toujours intimidé par la présence du Kage, surtout par sa grandeur lui qui devait bien faire deux voir trois têtes de plus que le jeune Genin, il lui remit donc la missive venu tout droit du petit village de Kesshô. Mais tout de suite, le grand homme qui se trouvait devant lui voulu mettre les choses au claire. En sa présence, cela ne servait à rien de l'appeler par son nouveau titre et d'y ajouter formule de politesse. C'était tout simplement Yanosa. Cela posait quelques problèmes d'entré de jeu pour Sumu, qui est très habitué à vouvoyer son interlocuteur, surtout quand il s'agit d'un supérieur, mais si c'était un ordre direct du Tsuchikage, il n'avait donc pas vraiment le choix, et allait devoir faire ainsi en dépit de sa volonté.

Rapidement, l'Oterashi mit alaise le jeune Suishô, qui n'était vraiment mais vraiment pas habitué à au côté d'un homme d'une telle renommée. Un homme beaucoup plus expérimenté que lui pour le combat et aussi bien dans la vie de tout les jours, car il avait certainement une dizaine d'été de plus que lui. Il ne portait pas la tenue habituel d'un chef du gouvernement, sûrement pour le pas le gêner dans ses efforts de « déménagement » et avec la chaleur qui faisait en cette période, par contre pour Sumu, il ressentait un courant d'air qui s'engouffrait dans le grand palais quasiment vide, ce qui lui donnait de léger frisson.

Par la suite, il écouta attentivement ce qu'avait à dire Yanosa par rapport au contenu de la missive. Premièrement, il fit une remarque plus que gratifiante pour son initiative de s'être proposé garant du clan pour le pays de la roche, ce qui donna un sentiment de fierté au jeune homme. Il mit ensuite à terme aux doutes que pouvaient avoir le jeune homme par rapport à son clan et sa position dans le nouveau gouvernement. Tous les peuples du pays auront un rôle à jouer pour redonner la force à se jeune pays, et selon ses dires, les Suishô allaient être au cœur d'un grand projet. Mais de quoi pouvait-il parler ? Il devait sûrement avoir des plans pour l'avenir, donnant un rôle important au clan originaire des montagnes. Cela intriguait le jeune Genin.

Tout un tas de question filaient dans l'esprit de Sumu. Il n'avait absolument aucune idée de ce que pouvait penser Yanosa à se sujet. Il devait donc lui faire par de sa curiosité pour en savoir plus. Après tout, il était question de son clan, et cela lui semblait peu évident que le Kage lui cache ses projets par rapport à cette communauté, mais il n'était pas sûr d'avoir réponse à toutes ses questions.

- Excusez-moi Tsuchi... Enfin excuse-moi Yanosa, mais tu as bien dis qu'il était probable que mon clan prenne par à un projet de grande ampleur.. ? Je ne comprend pas trop la signification.. Et surtout en quoi les Suishô pourraient-être plus compétent que d'autres pour cette tâche.. J'avoue que je n'arrive pas trop à suivre ce que vous.. enfin tu racontes..

Extrêmement gêné de tutoyer son interlocuteur, le pauvre Sumu ne savait pas vraiment comment s'y prendre. Même pour la grande prêtresse, il l'avait toujours parlé avec un grand respect, mais l'Oterashi n'était pas un homme banal, et semblait préféré un langage franc plutôt qu'un langage soutenu, et ce n'était vraiment pas aux habitudes du jeune Genin, qui regardant un peu partout, attendait une réponse du Tsuchikage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1995
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un nabot dans un palais immense ( Yanosa ) Mer 7 Juin 2017 - 11:15

Distrait par la pensée du projet qui avait été mis en branle, Yanosa garda son regard juché haut vers les colonnades dénudées et privées de tout apparat. Il entendait le jeune Sumu lui parler, mais demeurait comme imperméable à ses questions et ses balbutiements, comme absorbé par autre chose. Cela ne l'empêchait pas pour autant d'entendre et bien sûr de comprendre ce que lui disait le Suishô, mais la pensée seule de ce qui trônerait un jour entre ces murs avait de quoi lui faire parcourir un léger frisson à travers la colonne vertébrale. Un mélange d'excitation fasse au défi à relevé et mêlée à la crainte de ne pas parvenir à un résultat concluant à temps. Car s'il était bien une chose sur laquelle Yanosa n'avait aucune emprise, c'était le temps. Même les membres les plus érudits du clan Jisetsu, pourtant passés maîtres dans la compréhension et l'influence sur la matière et la ligne temporelle, ne pouvaient pas lui offrir plus de temps qu'il n'en avait pour porter ce projet à son terme plus rapidement. Il suffisait de jouer de malchance. De ne pas être capable de réagir assez vite, assez bien, et la Citadelle pouvait tout aussi bien disparaître du jour au lendemain, frappée par une Créature de chakra aux choix arbitraires, dictés pour ce qu'il en savait personnellement par la pure haine du genre Humain.

Sortant de ces réflexions, l'Ombre se retourna et afficha un instant un regard dur à l'encontre de Sumu, comme si il venait de le déranger au milieu de quelque chose de très important. Puis, se rappelant ce qu'il venait de lui demander, il se ravisa et recomposa un faciès neutre.

« Quoi, tu ignorerais donc toi-même la particularité des membres de ton clan, Sumu ? » demanda-t-il, sans vraiment attendre de réponse.

Se détournant du Suishô, Yanosa marcha d'un pas résigné vers l'autre versent de l'imposante bibliothèque en passe d'être totalement détruite et recyclée. Il empoigna les gonds des attaques sur le côté en forçant ses doigts à s'engouffrer dans le petit interstice et se mit à tirer, à tirer fort.

« Les Suishô... maîtrisent le cristal, je ne t'apprends rien.... Hnnh ! Mais... le cristal, en lui-même... sais-tu ce que c'est, Sumu ? »

D'un effort supplémentaire, l'Oterashi parvint à décrocher l'immense meuble en bois et, faisant rapidement signe à toute l'assistance de reculer, fit de même pour laisser la tonne de bois s'écrouler dans la vaste salle avec fracas. Le tout n'était à présent plus qu'un tas informe de planches richement travaillées destinées à être réemployées ailleurs. Se dirigeant à nouveau vers Sumu, le guerrier rouge reprit.

« La cristallisation du chakra. Le condensé de ce qui fait l'énergie. L'équilibre absolu entre tous les éléments, l'unique matériau capable de tous les canaliser. C'est, en tout cas, une ferme théorie que je vais tendre à prouver très bientôt... Et pour ce que nous préparons ici, Sumu... nous aurons grand besoin d'un matériau capable de réguler l'énergie, de la contrôler même à très grande échelle. Tu vois donc pourquoi ton clan sera particulièrement utile ici, en plus de contribuer aux efforts communs : leur maîtrise innée du cristal sera indispensable... sinon vitale, au succès de ce projet.

Mais, il est encore trop tôt pour t'en parler en détails. Nous ne sommes de toute façon qu'aux prémisses de tout ceci. Merci encore de m'avoir apporté ce message. Tu ferais mieux... de rejoindre Hiyori, à présent. Vous avez vous aussi bien des choses à faire, je gage... 
»

Annoncée comme un fait anodin, le fait que Yanosa ait en réalité depuis le début fait le rapprochement entre le nom de Sumu et son mentor particulier sonna également comme une surprise. Peu de choses échappaient en effet à l'Ombre, dont les sens balayaient continuellement la Citadelle...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 64
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Un nabot dans un palais immense ( Yanosa ) Mer 7 Juin 2017 - 19:38


Son interlocuteur avait l'air quelque peu évasif. Il contemplait le palais maintenant quasiment vide de tout meuble, laissant l'impression au jeune homme que le Kage préparait quelque chose d'innovant. Par la suite, il s'adonna une dernière foi à la destruction de l'armoire qui était encore accroché au mur, mais en même temps, il prit le temps de répondre aux questions que se posait le Genin. Il lui parla de la cristallisation du chakra, et par la même occasion, lui apprit certaines choses dont il ne s'était jamais posé la question. Il lui parla de ce que pouvait servir le cristal, qui à l’entendre parler à ce sujet, donnait l'impression qu'il voulait vraiment s'en servir à des fins.. peu orthodoxe.

Tout cela était inconnu au jeune Suishô. Pour le clan, le cristal n'est autre qu'un don de la divinité Bund. Étant reclus dans les montagnes pendant des générations, ils n'avaient pas besoins de se poser des questions quand à son fonctionnement et ses capacités autres que la sculpture. De plus, ce n'était pas un clan guerrier à l'origine. Même s'il était peu envisageable que le Tsuchikage puisse lui aussi maîtriser cet art, il avait l'air d'en savoir beaucoup à se sujet.

Les Suishô, par leurs doctrines, ne s'étaient jamais posé de question au point de vue scientifique de la chose. D'ailleurs, la science était jusque très récemment proscrit par le clan. Cela venait à mettre en doute les fondements du clan, et avec l'existence de Bund. Pour eux, ce n'était rien d'autre qu'une partie de la lumière sacrée de la divinité, qui au contact du sol, avait formé les cristaux. Mais il y avait sûrement une autre réalité à tout ça, et le jeune homme n'était pas encore près à connaître les réponses. Cela lui fit penser au petit village de Suishô qui se trouvait au nord du pays, Ehime, peuplé de guerrier utilisant le cristal de manière martial. Peut-être que cette branche du clan en savait plus à ce sujet. Un jour où l'autre, le jeune Sumu allait bien devoir se rendre là-bas, pour obtenir des réponses, et pour aussi développer le Shôton pour mieux l'utiliser au combat.

- Je n'avais aucune idée de la réel capacités du cristal.. Le clan, par ses croyances, ne c'est jamais penché sur ce sujet, enfin à ma connaissance.. Mais avec la qualité des chercheurs qu’abritent Tsuchi no Kui, j'imagine que vous en serrez bientôt plus là dessus..

Puis, Yanosa lui parla ensuite d'une personne qu'il avait connu récemment par le biais d'une mission, justement accordé par le Kage lui même. Ce n'était rien d'autre que le Jisetsu Hiyori. Pourquoi devait-il se rendre au près de lui ? Est-ce-que cela avait un lien avec la missive qu'il avait reçu quand à la formation d'une nouvelle équipe ? Tant de question encore sans réponse encore.. Par cela, le jeune homme avait bien comprit que le Tsuchikage lui avait consacré bien assez de temps pour aujourd'hui, et un homme de son rang devait avoir d'autre préoccupation plus importantes que de traiter d'affaire avec un Genin.

- En tout cas, je te remercie pour de m'avoir consacré du temps pour répondre à mes questions. Si jamais le pays à besoin du clan et de moi-même, nous sommes à ton services. Sur ce, j'imagine que je dois donc rejoindre Hiyori , même si je ne sais pas vraiment pourquoi.. Encore merci Yanosa..

Saluant respectueusement à plusieurs reprises l'Oterashi, le jeune Genin se rendit par la suite en dehors de la citadelle, pour rejoindre ensuite l'académie des ninjas. Il ne savait pas du tout ce qui l'attendait, mais son esprit était remplit de question qui était encore sans réponse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un nabot dans un palais immense ( Yanosa )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Iwagakure no Satô :: Ancien palais impérial-