N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 A tout le monde, à tous mes amis. Je vous aime, mais je dois partir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1644
Rang : SSS

Message(#) Sujet: A tout le monde, à tous mes amis. Je vous aime, mais je dois partir. Lun 12 Juin 2017 - 18:39

Natsuki tira sur la ficelle de son sac, et se considéra comme fin prêt à partir. Comme il était de nature organisée – maniaque selon certains, mais l'on ne bouclait pas des journées comme la sienne sans un minimum d'organisation -, il avait plus ou moins toujours de préparé le nécessaire pour un départ précipité, que ce soit pour une mission de combat ou autre. Il lui suffisait juste d'ajouter les quelques détails variables à la situation à laquelle il sera confronté pour lever le camp en moins de cinq minutes.

Et ce qu'il manquait aujourd'hui, c'était d'annoncer son départ de Konoha. La façon dont tout allait évoluer avait changé par rapport au plan initial, mais cela n'en demeurait pas moins un départ tout de même. Il en avait déjà touché un mot à Mizuki, naturellement, mais c'était plus pour rendre l'annonce formelle qu'autre chose : elle était déjà au courant de tout via Miko. Évidemment, et même s'ils se voyaient un peu moins, Natsuki avait également annoncé à Iji qu'il allait s'absenter quelques temps pour une mission, sans savoir si cela se comptera en jours, en semaines, ou en mois.

Il ne restait qu'une seule personne à qui il ne l'avait pas encore dit, fait qui allait se corriger aujourd'hui même : il l'attendait justement chez lui, après lui avoir donné rendre-vous quelques jours plus tôt. Il ne lui avait précisé ce dont il retournait exactement, simplement que ce n'était rien de grave, mais qu'ils avaient à parler de l'avenir.

Cette personne, ce fut celle qui frappa à sa porte.


« Bonjour Leika. »
la salua Natsuki avec un grand sourire en lui ouvrant la porte. « Tu vas bien ? Merci d'être venu. Je sais que tu es un peu plus occupée en ce moment, surtout avec tes cours de médecines à suivre, mais je ne serai pas excessivement long. Viens avec moi, nous serons mieux pour discuter sur la terrasse. »

Aujourd'hui était une belle journée, telle que l'on l'attendait de l'été : un ciel bleu, deux nuages perdus, et trois fois trop de température affichée au thermomètre. Natsuki la guida sur le petit balcon qu'il avait fait construire, à peine assez large pour que trois personnes puissent se tenir face à face – ou face à dos - sans se gêner, mais assez long pour qu'un ancien prophête puisse inviter la moitié de ses apôtres à son dernier souper.


« Tiens, c'est pour toi. »
lui dit-il en déposant un parfait à la pistache sur la place qu'elle occupait à table.

Il s'installa à côté d'elle, puis posa un regard un peu perdu sur le Village de Konoha qu'il pouvait voir depuis son balcon. Pensif, il se concentrait sur ce panorama comme s'il le voyait pour la dernière fois, même s'il savait qu'il ne l'oubliera jamais. Malgré tout, il semblait détendu, et c'est de cette même voix qu'il entra dans le vif du sujet.


« Leika, je viens bientôt partir pour une longue mission. »
commença-t-il sans détourner le regard de l'horizon. « Je ne sais pas trop combien de temps elle va durer, des mois probablement. Bien que j'aurai l'occasion de rentrer de temps en temps à Konoha, globalement, je vais être très absent, et ne serai pas en mesure d'accomplir l'essentiel de mes rôles habituels. Cela inclut être le mentor de Matsudaï, et donc le tien. »

Il lui laissa déjà le temps d'assimiler cette première information, qui était en soi la plus grosse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : genin
Messages : 979
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: A tout le monde, à tous mes amis. Je vous aime, mais je dois partir. Jeu 15 Juin 2017 - 16:51

Natsuki m'avait donné rendez-vous quelque jours plus tôt afin que je vienne lui rendre visite chez lui aujourd'hui même.
Je gravissais donc les marches du Septième Ciel conduisant jusqu'à son domicile, la tête dans les nuages sans vraiment savoir ce qu'il allait ressortir de cet entretien. Je n'étais pas plus curieuse que cela. Moi et mon sensei avions l'habitude de nous voir en diverses occasion cela n'éveilla donc aucun soupçon pour moi.

Puis finalement, j'arrivais devant le pas de sa porte. Je frappais distinctement à cette dernière, trois petits coups jusqu'à ce qu'il vienne m'ouvrir, m'accueillant, comme toujours avec bonne humeur et chaleur.

"Merci Natsuki ! Je vais bien et toi ? Les études, ça va, j'arrive à gérer, mais le mariage ça devient compliqué ! Ma belle-mère et ma mère s'entendent à merveille !"

Et c'était peut de le dire. Je revenais d'une séance plutôt épuisante de shopping en vue de ma nuit de noces. Oui, oui, vous avez bien lu. Ma nuit de noces. Et bien, je vais vous avouez un petit secret. On pourrait penser que les nobles avec leurs faux airs de coincer ne parlent jamais de sexe … Et bien détrompez-vous. Elles m'avaient toutes deux traînée dans des boutiques où je n'aurais jamais osé mettre un seul pied. J'aimais la lingerie oui, mais là, c'était vraiment trop osé pour moi. Beaucoup trop osés. Je voyais désormais ma mère, mais surtout ma belle-mère d'un œil très différent. Il valait mieux que je n'en parle pas à Ryokai.

Bon, la finalité de cette histoire, c'est que je m'en sortais avec joli ensemble en dentelle blanche. Une guêpière ainsi que des dessous en broderie fine et des bas de soies de la meilleure qualité possible.

Je suivais donc Natsuki à travers la maison en lui résumant mes déboires :

"Elles m'ont traînée faire les boutiques de lingerie ! Je n'ai jamais vécu quelque chose de plus humiliant que de défiler en string devant ma mère et ma belle-mère !"

J'en rougissais d'ailleurs, mais bon, lorsque Natsuki me présenta une part de gâteau, je retrouvais rapidement mon sourire et toute gourmande que j'étais, je commençais immédiatement la dégustation de ce dernier.

"C'est trop bon ! C'est l'œuvre de Sakurako ?"

Mais la discussion vira vite sur un point beaucoup moins positif dont la première expression que j'eus fut un simple :

"Oh !"

Il exprimait bien des émotions. De la surprise, de la déception, de la peur, des angoisses. Hors, mon maître avait le même métier que moi et son grade impliqué qu'il était obligatoirement destinés à accomplir des missions de la plus haute importance. Je baissais les yeux, réprimant moult émotions pour finalement me contenter d'un simple :

"Quand pars-tu ? Tu seras présent pour le mariage ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1644
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: A tout le monde, à tous mes amis. Je vous aime, mais je dois partir. Dim 2 Juil 2017 - 19:15

« Non, il est de moi. Tu sais que je cuisine moi aussi de temps en temps. Sakurako en fait déjà bien assez au restaurant pour moi, je ne vais pas en plus lui demander de remplir mon réfrigérateur. »

Même si un frigo bien rempli humain était l'équivalent d'un repas Akimichi pour trois personnes. Ce n'était toutefois pas le sujet qui retenait le plus l'attention aujourd'hui. Pas après que Natsuki ai annoncé un départ épisodique mais prolongé de Konoha.


« Je ferai mon possible pour y être présent en tout cas. J'ai dans l'idée que les distances ne seront pas un problème pour moi, aussi à moins d'être mort ou mourant – ou en plein travail qui ne peut pas se décaler -, tu peux compter sur ma présence pour l'événement : je ne veux surtout pas le rater. »


Natsuki se tut un moment, et se replongea dans sa contemplation du paysage konohajin.


« Je pars dans trois jours, pour une durée que j'ignore encore. Cela dépendra de comment avancera l'opération à laquelle je suis affecté. Mais je ne pense pas que j'aurai l'occasion de te manquer beaucoup. Tu as maintenant ton propre étudiant à gérer, tes études de médecine à travailler, ta carrière, et comble de tout, un mariage à organiser, ce qui ne laissera pas beaucoup de cases blanches dans ton agenda pour regretter mon départ. »


Natsuki plongea sa main dans son sac laissé sur le côté de sa chaise, et en tira un carnet rose estampillé du logo '' Hello Nibi '', qu'il posa sur la table à côté de Leika.


« Cela nous permettra de rester en contact. Les faucons messagers appartenant à l'époque des dinosaures, nous pourrons communiquer presque instantanément avec ceci. J'ai lié ton cahier à un exemplaire que je possède avec un sceau, afin que tout ce qui est écrit dans l'un soit retranscrit sur l'autre. Pour qu'il fonctionne, tu as juste à '' l'allumer '' en insufflant un peu de ton chakra dans le sceau que tu vois ici. Un peu comme ce que nous avions eu pour notre mission au Pays de la Pluie, à la différence près que c'est moi qui ai produit le sceau. C'est encore à l'étude, donc ce n'est pas impossible qu'il dysfonctionne parfois, ou qu'il y ai de la latence entre l'émission et la réception en fonction de la distance. Je continue de travailler dessus et de l'améliorer quand j'en ai l'occasion. Cela reste loin du niveau des Saibogu cela dit. Je les ai vu une fois créer carrément un hologramme de la personne capable de voir et entendre ce qu'il y avait autour d'elle alors qu'elle se trouvait à des milliers de kilomètres de là. Un peu loin de mon niveau, en somme. »


Natsuki se tut sur ses paroles prononcées avec une certaine légèreté, et laissa planer un moment où le silence s'appréciait, un verre à la main.


« C'est probablement l'un des derniers moments de tranquillité que nous avons l'occasion de vivre avant un sacré bout de temps. »
finit-il par dire. « Moi avec ma mission et toi avec tout le reste. J'ai dans l'idée que les événements vont drastiquement s'accélérer au cours des prochaines semaines. Soit s'accélérer, soit tout va s'écrouler sur nous. L'un dans l'autre, j'espère sincèrement me tromper avec cette impression, et pouvoir encore vivre des jours paisibles de la sorte. »

Il en était arrivé à un point où la menace de Kyubi qui pesait sur eux ne l'affectait plus, parce que d'une part, c'était dans un avenir qui n'était pas immédiat, et que de l'autre, le continent passait son temps à être sous la pression de quelqu'un ou quelque chose. Makka, Meteora, les Furyou, le Shoraizen, les Démons à Queues, Jiseyama... Il commençait à avoir l'habitude maintenant.


« Tu ne te sens jamais fatiguée de la vie que l'on mène parfois ? »
demanda-t-il, la voix un peu las et les yeux clos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : genin
Messages : 979
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: A tout le monde, à tous mes amis. Je vous aime, mais je dois partir. Jeu 6 Juil 2017 - 0:18

La bouche encore pleine de gâteau, j'accueillis avec une certaine surprise la nouvelle. Natsuki avait fait ce gâteau. Je le savais bon cuisinier, mais bon pâtissier, ce n'était pas le cas. Je léchais ma cuillère avec délectation :

"Il est vraiment super bon Natsuki ! J'ai beaucoup d'appétit en ce moment, mais ça tombe bien parce qu'avec le mariage qui approche, vous avez tout le don pour m'offrir de savoureuses friandises. Je ne vais plus rentrer dans ma robe de mariée !"

Je disais ça en rigolant, mais pas tant que ça au final. Je grossissais et pas seulement à cause de ce que je mangeais même si mon appétit était assez fort en ce moment. La nouvelle qui allait suivre pourtant risquait fort de me couper l'appétit. Je reposais ma cuillère finalement avant de plonger mon regard dans les yeux de mon supérieur.

"Merci d'essayer d'être présent. C'est vraiment important pour moi que tu sois présent pour ce jour-là. Je n'aurais le soutien d'un clan, mais je m'en moque bien tant que les personnes qui me sont chères sont là et je suis vraiment heureuse de te compter parmi ces personnes."

Malgré tout, il essaye de me rassurer en évoquant un emploi du temps outrageusement chargé. Oui, mon emploi du temps était très chargé pour les jours à venir. J'avais du mal à donner de la tête partout en même temps, mais ce n'était plus que pour quelques semaines encore, après la vie reprendrait son cours. Mes études, ma grossesse, mon élève et mes projets. J'essayais malgré tout caché l'angoisse que j'éprouvais au fait que je n'aurais plus son appui pour me soutenir dans mes décisions, dans mes projets… Il me dit alors un présent. Un carnet rose dont il m'expliqua rapidement le fonctionnement de ce dernier.

Mes mains glissèrent jusqu'au cahier que je pris doucement dans mes mains avant dans observer la couverture. Je ne pus m'empêcher une petite remarque :

"Rose … Ça fait très girly au fond !"

Puis, je le serrais doucement contre ma poitrine :

"Merci Natsuki, j'en prendrais grand soin et je m'en servirais régulièrement, à la fois pour te donner des nouvelles, mais aussi si j'ai besoin de te parler de quelque chose d'important."

Accueillant une nouvelle fois ses paroles de façon solennelle, je gardai le silence tout en continuant à serrer contre ma poitrine le petit carnet.

"Je suis encore jeune, tu sais… Toi aussi d'ailleurs. Non, je ne suis pas fatiguée. Je me dis que pour moi, la vie ne fait que commencer et j'ai encore beaucoup de choses à vivre et je pense à tout ce qu'il faut protéger pour que nous puissions continuer à apprécier cette vie…"

Oh oui, je voyais vraiment les choses différemment depuis deux mois à présent. Un mariage, un bébé en préparation. Comment pourrais-je être fatiguée de tout cela alors que la vraie vie, elle, elle ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1644
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: A tout le monde, à tous mes amis. Je vous aime, mais je dois partir. Sam 8 Juil 2017 - 12:35

Natsuki se fendit d'un sourire sans réelle conviction lorsque Leika s'amusa de la couleur du carnet de communication qu'il lui avait choisit.

« Je me suis dit que cela te plairait. »


La vérité était qu'il avait surtout des actions dans l'entreprise de cette marque, ainsi que sur les figurines de combats articulées Miko. Mais bon, chacun ses petits secrets.


« Je me servirai du mien moi aussi, pour te raconter comment se passe mon voyage et quelles sont les régions que je visiterai. Cela sera pour moi l'occasion de remplir mon carnet de recette avec les différentes cuisines du continent. Le Septième Ciel tout comme moi en profiteront beaucoup : je pourrai organiser de nouvelles semaines à thème pour l'événement trimestriel du restaurant. »


Natsuki parlait de cela comme s'il s'absentait pour un voyage de tout repos, mais c'était surtout pour ne pas trop inquiéter Leika au sujet de sa mission. Déjà parce que comme tout assignation, il était soumit au secret professionnel.


« J'ai ajouté une option sur le carnet. Tu le sentiras très légèrement vibrer en posant ta main dessus si un nouveau message non lu se trouve à l'intérieur. Cela cessera dès que tu l'ouvriras à la dernière page utilisée. Si tu veux changer cela, je peux donner l'impression qu'il est plus lourd, plus chaud, qu'il change de couleur ou qu'il fasse de la musique quand il reçoit un message, mais il faut que l'on voit cela maintenant. »


Tant de fonctions différentes pas forcément utiles mais qui avaient demandé des semaines de travail. Pas forcément perdues ou inutiles heureusement, puis cela l'avait aidé à progresser dans le domaine du fuinjutsu en général.

Tout cela pour en revenir à la question qu'il avait posé, presque plus pour lui-même que pour Leika, en sachant où il allait mettre les pieds bientôt.


« Je ne pense pas que ce soit une question d'être vieux ou jeune, mais de la façon dont nous remplissons nos vies. Vivre intensément en faisant de chaque seconde une expérience, ou se laisser porter par le courant et voir notre existence passer sans rien en faire d'autre. »


Savoir que l'on avait encore beaucoup de choses à vivre ne signifiait pas forcément que l'on s'adonnait les moyens de le faire.


« Oui, protéger. C'est notre mission première, celle que l'on assure avec plus ou moins de succès depuis des années, quand nous ne sommes pas la cause des catastrophes dont l'on cherche à s'extirper. Tout n'est pas blanc ou noir, bien entendu, et nous ne faisons pas que corriger nos erreurs, ou celles de nos aïeux, mais tu t'es déjà demandée à quoi ressemblerait notre monde si nous n'étions pas là ? »


Aux yeux de Natsuki, quelqu'un d'autre, une autre entité dont le principal atout serait la force, occuperait tôt ou tard une position équivalente aux Villages Shinobi s'ils n'existaient pas. Pour autant, le Nara tatoué ne niait pas l'intérêt de ce qu'ils faisaient pour la sécurité de chacun – ou du moins, de leur Patrie. Car ils avaient beau être au cœur de la moitié des conflits, et que les catastrophes se succédaient les unes aux autres, les périodes de paix qu'ils arrivaient à apporter entre deux étaient inestimables. De se dire que pendant quelques temps, les peuples pourront se lever sans la crainte du lendemain, sans se dire qu'une épée pendait encore et toujours au-dessus de leur tête, c'était déjà beaucoup.

Mais de savoir que quoi que l'on fasse, ce n'était que jamais que temporaire, cela pouvait peser parfois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : genin
Messages : 979
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: A tout le monde, à tous mes amis. Je vous aime, mais je dois partir. Lun 10 Juil 2017 - 0:55

"Dans ce cas je préférerais qu'il change de couleur ! Non pas que je n'apprécierais pas d'avoir de tes nouvelles, mais j'avoue que si il te prend de m'écrire au milieu de la nuit, je n'apprécierais pas trop le fait d'être réveillé par un vibreur ! Je tiens à mon sommeil monsieur !"

J'avais dis ça sur un ton humoristique, mais les symptômes de ma grossesse étaient bel et bien présent et le sommeil me restait précieux. Je tournais délicatement les pages du carnet pour observer le papier et son grammage avant de regarder Natsuki et de lui sourire :

"Envoi moi les recettes et des cadeaux par les voies ordinaires aussi de temps en temps ! Je suis curieuse de tout ce que tu vas voir au travers le monde ! J'aurais tellement aimé t'accompagner, mais j'ai des obligations maintenant !"

J'avais pris une pose fière en disant ça, redressant le buste et me la jouant sérieuse avant de retrouver mon attitude naturelle très rapidement, le sourire aux lèvres. Comme à son habitude, Natsuki se lança dans un sujet pour le moins imaginaire. Il aimait se poser des questions existentielles et surtout, imaginaire concernant la vie si elle avait été autrement :

"Je ne sais pas trop. J'avoue que je ne me pose pas ce genre de question, je préfère vivre au jour le jour."

Je n'avais jamais été une grande philosophe, surtout à présent que j'avais d'autre priorité. Entre mais mains, je tournais toujours les pages du petit carnet.
Soudain, je me levais et j'allais chercher un stylo non loi avant de me rasseoir. J'écrivis alors quelques mots dans le carnet :

Tu vas me manquer. Tâche de revenir en vie !


Un petit message simple certes, mais qui trahissait bel et bien l'attachement que j'avais lié avec mon professeur au cours de ces années à ses côtés.
Je relevais la tête, observant la réaction de Natsuki et, visiblement satisfaite, je déclarais :

"Je voulais juste essayer !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1644
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: A tout le monde, à tous mes amis. Je vous aime, mais je dois partir. Mar 11 Juil 2017 - 17:55

Il fut difficile de dire ce qui était le plus exagéré dans la réaction de Natsuki : son soupir, ou le roulement de ses yeux vers le ciel. L'un dans l'autre, il restait assez convaincant si l'on ne le connaissait pas – ce qui n'était pas le cas de Leika.

« J'ai dit '' que tu le sentiras très légèrement vibrer lorsque que tu poseras ta main dessus '', pas un tremblement de niveau quatre sur l'échelle de Richter ou de quoi remplacer Ryokaï lorsqu'il sera en mission. Je sais que tu m'as dit que tu en prendras soin, mais de là à dormir avec, tout de même. »


Natsuki récupéra le carnet de Leika, et tapota du majeur gauche à deux reprises le sceau d'allumage. Ce dernier s'étendit alors, sur toute la surface du cahier, première comme dernière de couverture, en un presque infinité de petites branches et courbes tarabiscotées. Avec un crayon assez fin, un enfant pourrait s'amuser au labyrinthe avec, mais il perdrait probablement la vue à force d'user ses yeux dessus bien avant d'en trouver la sortie.


« Il y a une couleur en particulier qui te ferait envie ? »


Tandis qu'il posait la question, il attrapa dans son sac une loupe et un stylet en fer noir. Le premier accessoire lui permit d'y voir un peu mieux au milieu de la complexité du code de son fuinjutsu, et de chercher la partie qu'il voulait trouvait. Car comme l'avait expliqué l'un de ses professeurs dans le domaine, '' le fuinjutsu est d'une simplicité extrême : une forme précise sert à un but précis. '' Et une fois qu'il eu mit la main sur la partie qui l'intéressait, il laissa filtrer son chakra à travers son second outil pour modifier avec une précision chirurgicale les courbes de ses sceaux. Mais alors qu'il s'efforçait de changer la fonction vibreur afin de la remplacer en cas de message par la couleur choisit de son étudiante, le livre commença à fumer.


« Leika. Renverse ta chaise longue et cache-toi en-dessous, j'ai un problème. »


L'annonce de Natsuki fut effectuée sans la moindre once de panique, mais sa voix suggérait qu'effectivement, il ne plaisantait pas. Le bruit qui s'échappait du carnet évoquant une mèche de dynamite allait plutôt dans son sens, si l'on ne comptait pas le fait que le Nara tatoué agitait de façon de plus en plus précipitée son stylet sur les sceaux.


« Mmh, je crois que c'est bon en fait. Relève-toi si tu es déjà par terre. »


Écartant sa loupe, Natsuki éventa de la main les volutes de fumée résiduelles pour les chasser. Il observa le résultat de son travail, puis satisfait, double tapota à nouveau sur le sceau qui se recroquevilla pour reprendra son apparence première. Leika pouvait récupérer son cadeau.

La conversation s'étant faite en parallèle, ils en étaient plus ou moins au moment où Leika testa sa nouvelle propriété. En réponse, le contenu du sac de Natsuki commença à faire de la musique.


« Je ferai au mieux, ma foi. »
répondit-il avec un sourire en consultant son message. « Je dois me montrer à la hauteur de ma réputation. »

Sa triste réputation, celle de '' l'éternel survivant '', celle d'être toujours le seul à en réchapper lorsque le reste de ses compagnons d'arme se font décimer.


« Bien, maintenant que tu es au courant de mon départ, je ne vais pas te prendre davantage de ton temps : c'était surtout cela que je voulais t'annoncer. Cela, et te remettre ce carnet. Ne t'inquiète pas, c'est sans danger – évite juste de le plonger dans un bassin d'eau où tu te trouves. Merci d'avoir prit le temps de passer chez moi, Leika. »


Il disait cela, mais il avait le temps de prendre encore un peu le soleil avec elle sur le balcon, même si les sujets abstraits n'étaient clairement pas la tasse de thé de la demoiselle. Ce qui n'était pas grave en outre-mesure : les compagnons de route qu'il allait partir chercher s'y prêteront plus volontiers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : genin
Messages : 979
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: A tout le monde, à tous mes amis. Je vous aime, mais je dois partir. Jeu 13 Juil 2017 - 0:06

La blague de Natsuki me fit rougir et je baragouinais un petit :

"Non mais à quoi tu penses…"

Moi qui pensais uniquement au bruit que cela aurait pu provoquer en pleine nuit, j'étais loin d'imaginer que Natsuki le comparerait à un vibromasseur. J'étais bien assez satisfaite des performances de mon homme pour me procurer un tel objet. Cependant, il consentit à ma requête et me subtilisa le petit livre pour en trafiquer les sceaux :

"Disons vert ! La couleur de la chance ! J'espère que ça te portera bonheur ! Donc un nouveau message et il deviendra vert !"

Oui enfin, quand je parlais de chance, je ne m'attendais pas que quelques minutes après avoir commencé à exécuter son travail d'orfèvre (qui avait, sois disant passant, éveillé ma curiosité au point que j'analysais minutieusement chacun de ses faits et gestes) il me demande de me cacher derrière ma chaise. Mais je connaissais mon sensei et je m'exécutais sans poser la moindre question, car je connaissais le ton qu'il avait employé et ce que cela signifiai. Heureusement, la chance était avec nous et je sortis de ma cachette improvisée quelques secondes plus tard pour enfin récupérer mon précieux cadeau.

Rien de grave n'était arrivé et à présent, je pouvais utiliser ce dernier normalement. Malheureusement, le temps des aurevoir était révolus et je me levais pour saluer une dernière fois mon sensei en murmurant :

"Est-ce que tu veux que je vienne aérer un peu la maison de temps en temps, arroser tes plantes ou bien encore nourrir Montesquieu ? Je ne sais pas si ce dernier t'accompagne, mais en cas de besoin, cela ne me dérange pas de m'en occuper !"

C'était la moindre des choses que je pouvais faire même si je me doutais bien qu'il avait déjà pris des dispositions quant à cela.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1644
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: A tout le monde, à tous mes amis. Je vous aime, mais je dois partir. Jeu 13 Juil 2017 - 14:25

Natsuki afficha un sourire reconnaissant.

« C'est vraiment très aimable à toi de me le proposer Leika, et je sais que je peux compter sur toi en cas de besoin. Mais je ne vais pas t'embêter avec cela, tu auras déjà bien assez à faire. Pour ce qui est de l'entretient de la maison, je vais faire comme pour celle de mes parents depuis que j'ai déménagé et que l'on me cherche, à savoir laisser un sceau dans un coin qui fait apparaitre un clone. J'y transfèrerai un peu d'énergie de temps à autre depuis là où je serai, juste assez pour qu'un double puisse y prendre forme et se charger de quelques menues tâches ménagères, comme aérer et faire vivre un peu la maison »


Pour ce qui était de son oiseau messager par contre...


« Concernant Montesquieu, il ne vit pas avec moi, mais dans la volière de Konoha. Sa cage n'est jamais fermée, ce qui lui permet de se promener librement, et de chasser lui-même. Je préfère le savoir ainsi que toujours enfermé et juste sortir quand j'ai besoin de ses services. Un animal mérite mieux que cela, même s'il a été dressé pour un usage militaire principalement. Tant qu'il vient quand je le siffle, je ne lui demande pas davantage de contrainte. »


L'on ne pouvait pas attendre grand chose de plus d'un animal avec un cerveau aussi petit par rapport à sa taille en même temps. Surtout lorsque le dressage devait commencer dès l’œuf pour arriver à un résultat convenable. Mais pour le reste, l'on pouvait dire que les oiseaux messagers accomplissaient des miracles. Car pour peu qu'ils n'étaient pas suivit, ils arrivaient toujours à trouver le destinataire de la missive qu'ils portaient, peu importe où il se trouvait.


« Cela dit, même si une porte n'a jamais arrêté un shinobi, je vais tout de même te laisser un double des clefs de ma maison, au cas où. L'on ne sait jamais ce qu'il peut se passer. »


Le reste de l'établissement par contre pouvait très bien se gérer tout seul. Natsuki avait laissé les droits de commandes pour les fournitures nécessaires à chacun des responsables des secteurs, si bien que la seule pièce du Septième Ciel qui n'allait plus vraiment servir était celle de son bureau. Mais pareil, elle allait entrer dans le domaine de gestion de son double ménager.


« Évite de venir juste pour faire la fête ou pour profiter du jacuzzi. »
lui glissa-t-il avec un clin d’œil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

A tout le monde, à tous mes amis. Je vous aime, mais je dois partir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville :: Le Septième Ciel-