AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Souvenir d'un pacte (Kuchiyose)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Nanadaime Kazekage
Messages : 1848
Rang : S


Message(#) Sujet: Souvenir d'un pacte (Kuchiyose) Jeu 15 Juin 2017 - 22:33


Mon départ pour Suna était imminent. Je préparais mon fils pour ce long voyage jusqu’au village caché du sable. Cette journée avait été dure pour moi, ma vie prenait un mauvais tournant, mais je devais trouver la motivation de continuer de l’avant, je devais le faire pour lui, pour Satomu. Je rangeais délicatement le papillon cristallisé dans sa poche avant de m’accroupir pour lui lasser les souliers.

    — Papa ?

    — Qu’est-ce qu’il y a Satomu ?

Demandais-je tout en gardant la tête baissée pour faire un nœud avec ses lacets.

    — Pourquoi tu as un oiseau tatoué sur la nuque ?

    — Un oiseau ? Je n’ai pas d…

Je me levais soudainement pour m’approcher d’une glace et visualiser par moi-même les dires de mon enfant. Ce sceau venait de s’activer, ce qui voulait dire que je pouvais les invoquer, ils avaient jugé que j’étais prêt à utiliser leur force. Enfin une bonne nouvelle dans cette période sombre. Je m’appuyais sur le lavabo, fermais les yeux et ressassais les souvenirs liés à cette histoire.

******

SOUVENIR 1 (Flashback - période : guerre contre Konoha / lieu : désert de Kaze, proche de Ki no Kuni)

Je venais de m’être fait exiler de Suna, je vivais désormais au Pays du Bois avec Ema et Satomu. Je sombrais de plus en plus dans ma folie, je voulais à tout prix tuer Aburame Miko. Ma relation avec ma femme prenait un mauvais pli, les disputes étaient choses courantes, tout comme ses pleurs. J’avais pris un peu de distance aujourd’hui, marre de me prendre la tête avec mon épouse. Je foulais le sable de Kaze, il me manquait et je voulais me vider la tête, bien que cela soit impossible tant que cette femme vivait.

    — Nanadaime…

J’étais perdu dans mes pensées, cet appel n’atteignit jamais mes oreilles.

    — Nanadaime…

Cette fois, je levais le regard et scrutais l’horizon, curieux et pas sûr d’avoir bien entendu.

    — Nanadaime…

Non, il y avait bien quelqu’un qui m’appelait et cette petite voix m’énervait, elle était aigue et j’avais l’impression qu’on se moquait de moi.

    — Nanadaime…

    — Sors de ta cachette !

Criais-je comme un fou au beau milieu du désert.

    — Je suis là, sur ta gauche.

Je détournais mon regard et vit un hibou perché sur un cactus tout sec. Le volatile me toisa du regard, pivotant sa tête dans tous les sens. Était-ce lui qui me parlait ? J’attendais.

    — Vous êtes fou, mais ce n’est pas vous. Nous voulons vous aider.

Encore un qui pensait que j’étais fou. Un sourire nerveux s’afficha sur mon visage. Pour qui me prenait-il ? Je n’étais pas un faible et ce n’était certainement un hibou qui allait pouvoir m’aider à mettre un terme au jour de Miko.

    — Je n’ai pas besoin de ton aide.

La tête du volatile tourna quelque fois.

    — Nous pouvons vous aider à tuer l’Aburame. Signez ce parchemin de votre sang et nous serons à vous.

Nous ? Mais de qui parlait-il. J’étais vraiment en train de parler tout seul avec un hibou ? Je perdais vraiment la tête. À moins qu’il dise vrai,il s’agissait peut-être…

    — Tu parles d’un pacte Kuchyose ?

    — Vous n’avez donc pas perdu toute votre tête.

Répondit-il du tac au tac. Les invocations étaient une force supplémentaire non négligeable, je pouvais surprendre la Daimyo de Hi. Je n’avais plus rien à perdre, j’avais déjà tout perdu. Ma folie me poussa à m’approcher de cet oiseau pour conclure un accord dont je ne connaissais pas les tenants et aboutissants. Mon envie de tuer Miko était tellement forte que j’étais prêt à tout, sans y réfléchir plus que ça.

Le hibou me montra sa patte où un parchemin était attaché. Je prenais possession du petit rouleau et l’ouvrait. Plusieurs sceaux figuraient sur le papier et l’emplacement où je devais signer de mon sang était clairement indiqué. Mon regard se porta une dernière fois sur le volatile, mais impossible de déceler quoi que ce soit dans ses grands yeux ronds. J’avais plutôt l’impression que c’était lui qui lisait dans mon esprit.

Je croquais mon pouce pour ensuite marqué le parchemin de mon sang. L’accord était conclu. Je sentis une brûlure sur la nuque, un sceau s’était vraisemblablement créé.

    — Quelle est la suite des opérations ?

    — Nous viendrons à vous.

Annonça le hibou, mais je ne comprenais pas. Soudainement, il disparut dans un nuage de fumée. Je restais planté là comme un imbécile. Que venais-je de faire ?

******

SOUVENIR 2 (Flashback - période : fin de la guerre / lieu : Sunagakure)

Une autre période sombre. J’étais seul dans mon petit et lamentable appartement. J’avais vendu ma maison, Ema m’avait abandonné et j’étais redevenu un simple Shinobi. Je cuisinais, un bête serpent du désert, quand brusquement je me retrouvais dans une contrée rocheuse et remplie de falaises. Je n’avais jamais mis pied ici et je ne comprenais pas pourquoi et comment j’avais atterri ici. Cependant, les réponses ne tardèrent pas à arriver. Un petit hibou, que je connaissais, vola vers moi pour se poser sur mon épaule.

    — Nanadaime

Recommença-t-il alors que je contemplais cette zone envahie par différents volatiles. Ils avaient tous la tête de hibou, mais leur corps et taille changeaient.

    — Vous n’êtes plus fou, l’heure est venue. Suivez-moi.

L’oiseau s’envola restant à quelques mètres de moi. Je pouvais le suivre sans peine, mais je ne connaissais pas notre destination. Les autres volatiles étaient tout aussi curieux que moi, ils me regardèrent tous, comme s’ils n’avaient jamais vu un humain. C’était peut-être le cas…

    — Dis, on va où là ?

L’oiseau réalisa un manœuvre pour changer de trajectoire et voler à côté de ma tête.

    — Nous allons voir le grand chef.

Le grand chef qu’il disait. D’accord, mais j’avais d’autres questions.

    — Où sommes-nous exactement ? Et comment j’ai fait pour atterrir ici ?

    — Nous sommes dans les Montagnes Hane, un endroit secret. Vous ne connaissez pas l’invocation inversée ? Le sceau sur votre nuque ne vous permet pas encore de nous invoquer, mais nous, nous pouvons le faire.

Nous atteignîmes une sorte de grotte, qui faisait office de palais je suppose. Des gardes-hibou se tenaient devant l’entrée et ils étaient armés, j’avais de la peine à m’y faire. Tous s’inclinèrent lors de mon passage, mais pourquoi ? Parce que j’étais Kazekage ou parce que j’avais signé un pacte avec eux et par conséquent, était devenu leur maître ? Aucune idée, mais cette question attendra, vu que je faisais désormais face à un hibou bien plus grand que moi et imposant.

    — Nanadaime ou Kibo ? Ne réponds pas, je connais ta réponse.

Il marqua une pause.

    — Heureux de t’accueillir parmi nous. Je savais que tu allais guérir, contrairement à d’autres…

Regard noir en direction du petit oiseau qui m’avait accompagné jusqu’ici.

    — Je me présente, Zukutaiken, Grand Sage de ce peuple. Nous sommes des grands-ducs du désert, nous veillons, dans l’ombre, sur Kaze. Nous avons signé un pacte avec toi bien que tu ne sois pas encore capable de nous invoquer. Tu es un fils du désert, nous t’avons admiré et haï pour certain d’autre nous. Nous t’avons approché dans l’espoir que tu redeviennes celui que tu étais : un espoir pour nos terres, pour notre monde. Longuement nous avons recherché un Shinobi méritant le respect de notre peuple. Moi, le Grand Sage, j’ai misé sur toi. Nous t’aiderons à accomplir ton objectif, notre objectif, celui de rendre ce monde meilleur. Si nous t’avons invoqué aujourd’hui, c’est pour officialiser notre collaboration, mais également pour te familiariser avec notre monde.

Il marqua une pause avant de reprendre.

    — Tu dois sans doute avoir des questions ?

Effectivement j’en avais, dont une qui me tracassait.

    — Pourquoi ne puis-je pas vous invoquer ?

    — Très bonne question Kibo ! Lève la tête.

Je m’exécutais.

    — Tu vois le sceau qui siège dans le vide ? Il contient une jauge, cette dernière est presque vide. Chaque membre de notre monde doit t’accepter en insufflant son Chakra dans la stèle entre nous. Une fois que tu gagnes la confiance de plus de la moitié de notre peuple, tu pourras nous invoquer, mais seulement ceux t’ayant accepté. Comme tu l’auras certainement compris, pour le moment, nous sommes très peu à t’accorder notre confiance. À toi de gagner notre confiance par tes actes.

Je comprenais leur système. La voix du peuple était importante, j’avais la même vision que Zukutaiken. Je ne pouvais pas mieux tomber, mais je devais encore faire mes preuves.

    — Que se passe-t-il si la jauge se vide complètement ?

Le Grand Sage afficha une mine sérieuse.

    — Le contrat se brise. Tu comprendras que le moindre faux pas pourrait désactiver ton sceau et tu ne pourras plus nous invoquer.

Le grand volatile se leva et se dirigea vers la pierre qui nous séparait.

    — Je t’en prie, approche-toi.

Mes pas me portèrent à ses côtés.

    — Cette stèle, réalisée par nos Ancêtres, est notre bien le plus précieux. Elle nous lit à toi et sur cette dernière, nous pouvons partager, échanger, donner nos forces. Nous sommes d’excellents guerriers, spécialisés dans la sensorialité, mais grâce à toi, nous pouvons exceller dans d’autres domaines tels que le Taijutsu et le Fûinjutsu. Malheureusement, nous sommes dépourvu de défense, il en faudra peu pour nous faire disparaitre une fois que tu nous auras invoqué. Nous cherchons une solution à ce problème, mais pour le moment, nous n’avons rien trouvé, si ce n’est améliorer notre capacité à esquiver et anticiper les attaques.

J’écoutais le hibou, alors que nous étions épiés de toute part. Je réfléchissais à une solution, comme si leur problème était devenu le mien et c’était le cas. Si je parvenais à trouver une solution, peut-être allais-je gagner des voix ? Cette histoire de Kuchiyose pouvait s’avérer très utile et je pouvais atteindre un tout autre niveau. Si j’avais la capacité de repérer et me camoufler, alors là, je pouvais faire mal à qui que ce soit.

Ce problème n’était pas simple à résoudre. Malheureusement pour eux, je ne pouvais pas générer de rempart pour les protéger, moi-même n’avait aucune défense, je me contentais d’encaisser les coups et de ne rien sentir grâce aux sceaux des Suzurane. Et si… je partageais ce pouvoir avec eux ?

    — Je possède un sceau Suzurane, est-il possible que vous en bénéficiez ?

J’ignorais si cela était faisable ou pas, mais le Grand Sage allait sans doute me donner une réponse, lui qui semblait tout savoir.

    — Intéressant. Voilà une piste que je n’avais pas explorée, mais je crains que ce ne soit possible. La seule solution serait de transférer le sceau sur la stèle pour que nous puissions l’utiliser, mais toi, tu ne pourras plus accéder à son pouvoir.

Devais-je me libérer d’une telle capacité ? Elle m’était quand même bien utile, elle m’avait sauvé la peau à plusieurs reprises. Cependant, il fallait dire que je fonçais tête baissé sachant que les sceaux allaient me protéger, je pouvais trouver une autre solution et avec l’appui de Kuchiyose « invincible », je pouvais gagner à l’échange.

    — Très bien, je vous transmets mon pouvoir.

Incrédule, Zukutaiken agrandi ses yeux déjà bien grands.

    — Tu es sûr ? Il n’y aura plus pas de retour possible. Tu prends un risque énorme.

    — Oui, votre soutien sera plus important que ce pouvoir.

    — Bien. Cependant, tu perdras ton pouvoir une fois que plus de la moitié des membres de notre communauté auront placé leur confiance en toi. Je ne veux pas te priver d’une telle capacité sans rien te donner en échange.

J’acquiesçais et m’inclinait respectueusement pour remercier le Grand Sage.

    — Place ta main ici, sur mon aile. Je me charge de réserver le transfert, qui se fera, comme je te l’ai dit, une fois que tu pourras nous invoquer.

Nous insufflâmes notre Chakra et je laissais le chef des grands-ducs réaliser l’opération. Un nouveau sceau, grisé comme pour indiquer qu’il était inactif, pris place sur la stèle. Il était relié à la jauge, comme si tout allait se faire automatiquement une fois que celle-ci sera à moitié pleine.

Mon action marqua des points auprès du peuple de Zukutaiken qui était désormais muni d’une défense éphémère, mais ô combien puissante. Un léger sourire pouvait être perceptible sur le bec du Grand Sage, il le savait, il ne s’était pas trompé dans son choix en me donnant l’opportunité de devenir leur maître.

    — Suis-moi je vais te présenter les nôtres et te montrer notre vaste domaine. Je te donnerais bien sûr tous les détails concernant le Kuchiyose, comment invoquer l’un de nous et etc.

******

J’ouvrais les yeux, j’étais face à ce miroir. Heureusement que le Grand Sage m’avait laissé le sceau Suzurane jusqu’à aujourd’hui, sinon je n’aurais pas survécu aux attaques de Tsukiko. Je pense que mon geste, celui de venir en aide à la Kawaguchi, avait dû en convaincre plus d’un dans les Montagnes Hane.

Je mordais mon pouce et invoquais Zukuchiisais. Ce dernier tourna sa tête dans tous les sens pour comprendre où il se trouvait. Il posa son regard sur moi, alors que je souriais.

    — Nanadaime ?

    — Alors, je t’ai convaincu ?

Lui demandais-je sachant qu’il n’avait pas donné son accord pour que je sois leur maître lors de ma dernière et seule visite chez eux.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 661
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Souvenir d'un pacte (Kuchiyose) Ven 23 Juin 2017 - 15:05


Me convaincre, Nanadaime? Peut-être!
Mais rien n'est gagné...pas totalement encore.


Le petit hiboux parlait sur un ton neutre, malgré sa petite voix claire. Tournant toujours la tête, comme pour s'habituer au décors qui l'entourait à présent, il finit par s'envoler un peu plus haut, prenant appuie sur ce qu'il y avait de plus proche du Kazekage, sans trop devoir s'éloigner, puis secoua ses plumes en étirant les ailes. Le nuage de fumé lié à son invocation se dissipait tranquillement dans l'air pendant qu'un court, mais tout de même pesant silence s'installa entre eux. Décidément, tout deux étaient liés dans une réflexion probablement commune à savoir: Qu'est-ce que je fais de lui maintenant? Puis finalement...le plus petit prit la parole, toujours sur le ton qu'il avait précédemment.

Qu'attends-tu réellement de nous Nanadaime? Je ne te mentirai pas Nandaime, tu as déjà un peu plus de la majorité du peuple des hiboux de ton côté, mais il te manque une voie pour réellement nous invoquer à ta guise. Dit-il en plongeant son bec sous l'une de ses ailes, comme pour se gratter le plumage.

Nous sommes conscient de qui tu es et de ce que tu représente Nanadaime! Mais comme n'importe quel homme ton chemin est sinueux. Pas toujours blanc, ni totalement noire...mais nous avons grand espoir que tu saura choisir les bons choix. La voie des hiboux est une voie de sagesse et de patience! Alors prend le temps de réfléchir Nanadaime...cherche en ton fort intérieur et dicte moi ce que ton esprit recherche dans une collaboration étroite avec nous!

Un message parfaitement sensé, au final. Il est normal pour un peuple de vouloir connaître les raisons d'un contrat aussi important avec un Shinobi, peu importe lequel. Surtout venant de la part d'un peuple animal aussi contemplatif et réfléchit que ces rapaces intelligents. Ils étaient à la fois réputés pour leur esprit cultivé et leur patience, mais aussi pour leur acharnement envers ce qui représentait un adversaire ou un danger pour eux. Un pouvoir dangereux et à n'utiliser qu'en cas de nécessité...c'est ce qu'ils prônaient du moins. En tout temps, il faudrait au Nanaime respecter et se rappeler que c'est les hiboux qui choisissent leur shinobi et non l'inverse.

Je ne te hais pas Nanaime. Je veux seulement servir aux côtés de quelqu'un qui en vaut la peine. Kazekage représente énormément chez vous, mais n'est pas gage de servitude chez nous. De respect...oui...mais l'on ne met pas nos vies entre les mains de quelqu'un que l'on respecte seulement. J'imagine que tu comprends Nanadaime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Souvenir d'un pacte (Kuchiyose)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Hôpital-