N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 La fête de l'été [Konoha & autres]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Gauche de l'Hokage
Messages : 779
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: La fête de l'été [Konoha & autres] Sam 15 Juil 2017 - 11:20

La vision qui nous entoure est celle d'un véritable chaos ambiant. Des techniques shinobis commencent à fuser. Les esprits s'échauffent. Je constate toutefois quelques bonnes nouvelles. Kihran, directeur de l'Académie et médecin notoire, est au chevet de l'Hokage. C'est une bonne chose. Kibo, l'ex-kazekage qui semble avoir été blessé dans le mouvement de panique, est surveillé par Leika qui m'a déjà parlé de ses stages à l'hôpital Konoha. C'est donc sous contrôle. Enfin, cette partie là. Car des esprits s'échauffent et je constate qu'un clone de Satochi se frite (miam) avec Shigo, qu'un shinobi est en train d'attaquer Ryokai - lui je le reconnais facilement à son chakra familier. Tout s'enchaine à différents endroits et avec le surplus d'informations de mes techniques sensorielles, c'est assez perturbant et complexe à en tirer des conclusions claires. Il faut que Gao ou Yusei mette de l'ordre là-dedans.

Shizu - une superbe Inuzuka avec tout ce qu'il faut là où il faut, et je ne parle pas de ses ninkens - vient nous rejoindre. Elle a l'air un peu essouflée comme si elle venait de faire un aller retour à l'hôpital sous effet d'un boost de vitesse, mais elle est peut-être simplement en train de succomber à mon charme naturel.

Niveau zone que j'ai ratissé avec ma sensorialité... Je ne vois pas de technique de camouflage dans le coin, par contre Hiromasa - mon disciple Hyûga à qui j'apprends l'art du Juken - a vu le terroriste et m'indique la direction qu'il a prise. Ha, enfin une bonne indication ! N'étant pas directement à côté de l'Hokage quand le coup est parti, je n'avais aucune idée de par où commencer les recherches. Je garde bien évidemment mes techniques sensorielle activées.

Merci Hiromasa, ton aide m'est précieuse ! Mets-toi à l'abri si possible, ou si besoin urgent aide à contenir le mouvement de panique. Satochi, dans cette direction, suis-moi.


Je saute du haut du toit, je me réceptionne sans trop de souci et je me mets à courir dans la direction indiquée par Hiromasa. Le chemin le plus rapide pour y aller. Je me fraie un chemin dans la foule en hurlant en "LAISSEZ PASSER". Elle me fait passer directement à proximité de Gao. Je lui lance un regard et lui dis simplement.

En poursuite.


Il comprendra, surtout si Satochi et Shizu sont derrière moi - voir si d'autres shinobis se joignent à nous. J'ai du feu dans le corps. L'adrénaline monte. Un sentiment de rage m'envahit. De colère. J'ai comme cette boule dans le ventre, mais pas la boule qui gêne la veille d'un examen. Non, j'ai cette chaleur intense qui s'en dégage. J'ai une étoile radiante dans le bide qui me brûle tout mon corps d'une seule envie. Celle de briser une paire de jambes et de trainer celui qui a oser faire cet acte haineux face à la justice. Je me maudis de ne pas avoir pris mon arme fétiche avec moi, je ne suis pas équipé pour une bataille et je devrais l'être en permanence.

Je me fais une promesse silencieuse de ne plus me séparer d'armes. Plus jamais.

Je compose quelques mudras, et aussitôt, je me propulse d'un bon en avant avec une rapidement grandement améliorée. Merci, Yohru, de m'avoir enseigné cette technique. J'envoie des impulsions de chakra derrière moi pour accélérer chacun de mes pas et me propulser par l'intermédiaire de mes tenketsus sur mon corps. Chaque impulsion m'accélère et me fait sentir le vent fouetter mon visage et assécher mes yeux. Là, je me dirige en ligne droite, donc c'est plutôt mes tenketsus arrière qui sont sollicités. J'espère ne pas avoir perdu trop de temps. Chaque seconde compte pour retrouver le coupable, et c'est le rôle qui m'incombe. Je fouille la ruelle sombre et ses alentours à l'aide de mes yeux et de mes diverses capacités sensorielles à l'affut du moindre indice ou d'une silhouette qui s'échappe. Que la chasse commence !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jonin
Messages : 914
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: La fête de l'été [Konoha & autres] Sam 15 Juil 2017 - 15:25



Tout allait bien trop vite pour Eichiro qui peinait à suivre l’évolution des choses autour de lui mais une chose était sûre, tous semblaient l’ignorer, peut-être n’était-il pas assez menaçant pour être pris au sérieux ? Que ce soit l’homme au caméléon, celui avec les Byakugan ou la kunoichi de Konoha, tous s’affairaient à prendre en charge Bibo, toujours allongé au sol.

Les doigts d’Eichiro se crispèrent sur ses rouleaux d’invocation, son regard fatigué se posa le Nanadaime Kazekage. Est-ce qu’il était mort ? Son fidèle allié… Celui qui avait payé sa tournée, on dit que les hommes naissent égaux mais ceux qui payent des verres aux inconnus sont les meilleurs, Bibo était de ce genre-là. Un homme droit et généreux, avec une bonne descente comme on en voit rarement. L’espace d’un instant, des souvenirs inondèrent l’esprit du Yamanaka, il revoyait le sourire amusé du sunajin, les tapes dans le dos amicales après un shot ingurgité, son rire joyeux et doux comme une cuillère de miel Aburame.

Qui pouvait s’en prendre à une personne si bienveillante et chaleureuse, le cœur du Yamanaka se remplissait de colère devant une telle injustice,

« Qui a fait za ! - s’exclama Eichiro en tournant sur lui-même pour s’adresser à toutes les personnes autour de lui. – Bibo est une personne merveilleuse ! Vous zallez le payer ! »

Derrière la foule, Eichiro remarqua des ninjas s’engouffrer dans une ruelle, peut-être que l’auteur de cet acte immonde était là-bas. Le marionnettiste se retourna vers les personnes au chevet de Bibo,

« Sauvez-le madame ! » - demanda le shinobi à Leika, le regard plein d’espoir.

Le marionnettiste adressa un dernier regard à Bibo, son fidèle ami. Puis il leva les yeux vers Yuna,

« Zi tu veux venger notre ami, zuis moi » dit-il en levant le poing, symbole de sa détermination.

Eichiro se retourna et il se mit à courir, en penchant dangereusement en avant, ses bras en arrière pour conserver le peu d’équilibre qu’il avait à disposition. En titubant, le nukenin se lança dans la même direction que plusieurs ninjas avant lui.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin d'Iwa
Messages : 406
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: La fête de l'été [Konoha & autres] Dim 16 Juil 2017 - 3:23




Nous étions là, poser tranquillement devant le spectacle de marionnette, j’expliquais à mon invocation comment je voyais les choses, comme quoi, pour la conscience des gens, il fallait un peu embellir les évènements, sinon plus d’un ne pourrait plus dormir, mais d’un côté c’était aussi triste de leur cacher une partie de la violence de se monde… Si jamais le pire s’abattait sur le village, ils ne seraient que panique, voyant pour la première fois ce qu’il se passait vraiment en dehors de leur rempart…

Enfin bref ! Une fois le spectacle terminé, je nous dirigeai un peu plus long, dans une petite rue ou Kahôn avait d’ailleurs eu du mal à se faufiler sans pousser une partie des gens haha… Une fois au bout, cette impasse donnait sur un petit bouiboui, très sympathique j’avais connu via une mission quand j’étais plus jeune. Le vieux monsieur qui tenait l’échoppe faisait une soupe spéciale pour la fête de l’été, c’était le seul endroit ou tu pouvais en boire, et c’était seulement pendant le festival qu’il l’a faisait, il était très traditionnel !

C’est pour cela qu’il refusa évidemment à mon rhino de renter dans sa salle, logique vous allez me dire, mais avant que mon compagnon pique une crise comme il avait l’habitude, je pris sur moi de commander deux soupes à emporter, dont une végétarienne, pour le pachyderme, parce que mine de rien, ça bouffait pas de viande ce gros machin la !

Ça m’avait couté un bras ! Bah déjà parce que la portion pour rhino était « légèrement » plus imposante que la mienne, et que surtout il faisait venir plein d’ingrédient frais du bout du monde exprès ! Mais ça en valait le coup !

Une fois en possession de notre potion magique, nous nous dirigeâmes vers un endroit un peu plus dégager du centre du festival, pour être un peu tranquille pour déguster notre repas… Je crois bien que c’était la première fois que je passais un repas avec lui, et qu’il ne râla pas, ni même un mot sortit de son museau, trop occupé à se rassasier !

Mais bien vite, notre instant tranquillité fût interrompue ! Un son puissant claqua dans le ciel, puis une seconde fois en une seconde ! Crachant ma soupe violemment sur le sol, je ne pris même pas besoin de donner mes ordres que mon compagnon partit en courant devant moi ! Je l’enfourchais d’un mouvement rapide, c’était l’avantage avec lui, il savait quand il fallait faire le con et quand il fallait agir !


- Kahon, on y va ! Va falloir faire gaffe aux passant, je vais te guider écoute moi bien !

Lui indiquant les petites passages, les raccourcis à prendre, pour arriver au plus vite ! Une fois plus ou moins sur place, je vis toute l’armée de Konoha en mouvement, tout le monde était évacué de la place, et au milieu gisant dans son sang, la Hokage… C’était donc ça les fameux coups de tonnerre… Je savais que je n’allais pas servir à grand chose en me rapprochant d’elle, ni en essayant de passer autour pour voir ce qu’il s’était vraiment passer.

C’est quand j’aperçu Bankichi que je savais qu’il y avait quelque chose à faire !


- Sui…

- J’ai compris hmpf !

Toujours grincheux, mais j’avais l’impression qu’on se comprenait de mieux en mieux ! Une fois au côté de Bankichi, je remarquais que d’autres nous avait rejoint, ou l’avait rejoint en même temps que moi… Je pus apercevoir Shizu Inuzuka, reconnaissable à ses peintures de guerre sur le visage ainsi qu’à ses ninkens et aussi Satochi Rakuzan, récemment promu Amekage !

Me rapprochant de lui, je lui fis comprendre que j’allais envoyer un message au Bras droit de Mizuki, afin qu’il sache qu’il avait une équipe sur le coup, mais que j’allais avoir besoin d’une empreinte de chakra pour que ça paraisse un minimum officiel. Une fois le blabla terminé, j’invoquai une autre petite bête à qui je confiais le rouleau !

YoHôn:
 

Rouleau a écrit:
Gao-san

Ici KenJuro JoKi, Chuunin de KoNNoha

Je vous informe raPidEment qUe Hyuuga Bankichi, Rakuzan Satochi, Inuzuka Shizu et moi-mêMe sommes à la pouRsuiTe d'un suspppect.

Ci-jointe l'empreinte Chakratique de Rakuzan Satochi, afin de vérifier mes dires.

Ps : Faite pas peur au gamin s'il vous plait, c'est ça première vrai mission.
Ps 2 : Faites pas attention aux fautes, je l'ai écrit dans la va-vite sur un dos de rhino, ya deux minutes


Oui, je ne pensais pas que Kahon pouvait réaliser se genre de mission, du moins pas encore, juste son apparence et son attitude pourrait faire tout balancer…

- Bon, mon bonhomme, tu vas aller donner ça à Gao Senritsu, et seulement lui, Kahon te guidera et te protègera, okay ?!

- Aye sir !

- Laisse moi faire ! Je m'occupe du gamin !

Ce n’était encore qu’un petit jeune, mais il avait déjà de grande compétence en sensorialité, je savais qu’il n’irait pas se faire berner par un bunshin ou tout autres techniques de dissimulation, et surtout, c'était l'un des rares qui appréciait la compagnie de Kahôn...

Quand à moi, je me propulsai de ma monture afin de reprendre la course poursuite à pied, avec mes camarades… Dans le pire des cas, je pourrais invoquer à nouveau si c’était nécessaire !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 745
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La fête de l'été [Konoha & autres] Lun 17 Juil 2017 - 0:51

« - Le tir Raiton ne pouvait pas être lancé d’une aussi grande distance vu la foule, donc l’utilisateur devait forcément se trouver à un endroit où il avait l’Hokage en vue. De plus, pour quelqu’un qui se trouvait à ses côtés, vous semblez être anormalement intacte. Je ne saurais dire comment, mais mes présomption sont que vous avez un lien avec ce qu’il vient de se passer… Ce qui est pour m’arranger. »

En effet, c’était après tout le plan. Konoha était une menace pour tous ceux que je combattais après tout, j’avais accompli tous ces actes dans le but de mettre fin à ses immondices. Infiltrer le village n’était pas mince affaire, je ne savais même plus comment je m’y étais pris. L’adrénaline, sans doute. Toujours était-il qu’alors que je cherchai un moyen d’éliminer Aburame Mizuki, la chef de cette infâme organisation, la solution m’était apparue sans que je n’aie à faire quoique ce soit. Une chance, oui, mais cela ne me sortait pas de ce problème. J’étais maintenant en territoire ennemi, et il était évident qu’ils allaient sonder quiconque serait suspect, je ne pouvais pas me laisser attraper. Mais en même temps… Je ne pouvais pas laisser tomber quelqu’un qui m’aidait pour ma cause.

« - On a besoin de se mettre à l’abri avant qu’ils nous remarquent. Suivez-moi. »

Sans l’ombre d’une hésitation, je repris le bras de la dénommée Ahiko pour essayer de l’emmener à l’abri. Je ne savais pas qui elle était, mais elle m’aidait dans mon but, donc j’allais l’aider à survivre. Cependant, elle ne semblait pas être de mon avis, essayant de m’empêcher de l’aider. Comment ça ? La voilà en train de crier pour prévenir tout le monde, je n’en croyais pas mes oreilles ! Je me retournai vers elle pour essayer de la faire taire, mais le mal était fait.

« - Qu’est-ce que vous faites ?! Nous devons nous enf-… Et merde. »

Encerclé, me voilà mal entouré de plusieurs Konohajin, m’observant d’un air étrange. Pourquoi donc, n’avaient-ils jamais vu un ennemi en plein milieu de leur village ? Pathétique. Les observant l’un après l’autre pour reconnaître les visages que je connaissais, je me mis en garde, sans pour autant user de mon chakra. Le Yôton me serait utile en ces lieux regroupés, mais j’en avais besoin pour m’enfuir, et il y avait beaucoup trop de civils. Ils appartenaient peut être à la faction ennemie, mais ça ne changeait rien quant au fait qu’ils n’avaient rien à voir avec cela.

« - Si vous pensez m’avoir aussi facilement, c’est que vous n’êtes qu’une bande d’amateur. Approchez donc, et je vous réduirais en cendre ! »

L’intimidation dans ma voix était telle que j’espérais qu’ils prennent mon bluff. Certains semblaient en effet hésitant à m’approcher. Peut-être qu’ils ne voulaient pas courir de risques, et ils auraient bien raison. Pourtant, la plus courageuse de ces soldats était une jeune femme à la chevelure céruléenne, que je ne connaissais que trop bien. Elle était une ennemi, mais cela n’empêchait en rien que je saluai ses valeurs de guerrière. Elle me parla… D’illusion ? De quoi parlait-elle ? Nous étions ennemis, et la voilà à me parler avec respect, non, ce n’était pas possible. Ma mission était de… Ma mission… Je n’arrive plus à m’en rappeler. Non, je devais forcément être en mission, il n’y avait aucune raison pour que je me jette dans la gueule du loup sans plans. J’avais beau réfléchir, je ne comprenais pas. Non, y avait forcément quelque chose, mais… Non, j’aurais mes réponses plus tard, pour l’instant, je devais fuir.

« - Je vous sais intelligente pour savoir que ce genre de mensonge ne marchera pas sur moi. Je vous respecte, Yell, et je vous sais mère… Mais si vous m’empêchez de partir, je n’hésiterai pas à faire de votre fils un orphelin ! »

Aussitôt ces mots que je me jetai dans la mêlée, repoussant ou du moins essayant de neutraliser le plus d’opposants possibles. Étrangement, aucun ne semblait essayer de contrer mes coups, seulement de les esquiver. Me sous-estimaient-ils ? Non, c’était sans doute qu’ils ne voulaient pas se risquer à frapper un allié si j’esquivai à mon tour. Les coups étaient faciles repousser, du moins pour que je n’utilise pas trop de mon énergie, mais j’allais vite venir à court si l’on continuait ainsi. Cependant, je fus pris de court par celle dont je me méfiais parmi les péons, alors qu’elle arriva à me passer dans le dos. Pas le temps de me retournai, je me préparai mentalement à encaisser le coup mais… A la place, j’eu comme l’impression que ma tête devenait plus légère, un poids retiré.

« - Je… Qu’est-ce que… Yell-san ? »

Je ne comprenais pas ce qui venait de se passer, ma mémoire semblait me jouer des tours. A un moment, j’étais encerclé d’ennemi, et l’instant d’après j’étais à Konoha ? Non, j’étais déjà à Konoha, mais… Argh, la situation était compliquée ! Une main à la tête pour essayer de déchiffrer les évènements, je n’eut pas le temps alors que Yell me réveilla encore en me rappelant la situation. Ce qu’il se passait… Mizuki ! Bordel, comment j’avais pu oublier ?! Le regard tourné vers le groupe principal, je remarquai ainsi une réprimande de Satoshi envers… Yamanaka Shigo ? Je l’avais rencontré une fois, mais pourquoi il serait…

« - Une illusion… Je vais le massacrer. »

Serrant le poing, je me retenais de me jeter sur l’individu et le frapper jusqu’à le rendre inconscient pour éviter qu’il ne sévisse encore. Mais je n’avais pas le temps pour ça, nous avions bien plus important qu’à faire. Plus tard cependant… Mettant les châtiments de côtés, je repris ma place de commandement, observant ce que je pouvais faire, je regardai alors l’un après l’autre les membres qui semblaient vouloir traquer l’assassin : Satochi, Hyûga Bankichi, un type aux cheveux que je ne connaissais pas et-

« - Yamanaka Eichirou ! »

Sans attendre, je concentrai mon chakra dans mes jambes afin de le traquer et l’attraper par le col, le ramenant avec moi près de la zone. Le tenant droit face à moi, par les épaules, je constatai avec horreur qu’il était complètement torché. Conservant le peu de calme qui me restait, je composai un müdra et accumulai mon chakra afin de cracher un jet d’eau sur le visage du Yamanaka. Comme méthode de dégrisement, y a rien de plus efficace. Profitant de l’instant où il était un peu plus réveillé, je le regardai droit dans les yeux pour annoncer la situation.

« - Yamanaka Eichirou. Notre Hokage est aux portes de la mort, et nous avons absolument besoin de savoir ce qu’il s’est passé. Tu es le seul à pouvoir nous aider, je t’en prie… Aidez-la. »

Sans attendre sa validation, je le traînai juste à côté de l’Hokage, prenant ainsi le moment de l’observer, ainsi que ses soigneurs. J’espérais vraiment que Kihran soit capable de la maintenir le temps que les médecins compétents arrivent… Mais les choses n’étaient pas fini. Me redressant je repartais pour rejoindre ma nouvelle destination, non sans donner un dernier ordre aux shinobis autour.

« - Yamanaka Shigo est relevé de ses fonctions le temps que la situation se calme, et a donc interdiction de participer à quoique ce soit. Que personne ne le laisse utiliser de chakra, sous peine d’arrestation pour trahison ! Il en va de même pour toute personne étrangère au village, fige en observant le groupuscule autour de Kibo, si ni moi ni Gao-san ne vous a donné l’autorisation d’utiliser votre chakra, vous serez arrêté pour avoir représenté un danger potentiel à l’autorité du Feu ! »

Le ton imposé ne laissant pas la place à la discussion, et ignorant toute complainte si y en avait, je repris enfin ma marche pour me poster face à la personne qui m’avait interpellé : Ahiko. Toujours aussi remonté de m’être fait ridiculisé de la sorte, je ne perdais pas de temps et rapprochai mon visage du sien pour lui faire comprendre que j’en avais plus qu’assez.

« - Ce que j’ai dit tout à l’heure vaut autant maintenant. Vous êtes notre suspect numéro un pour la simple raison que vous étiez la plus proche de notre Kage lors de l’attaque, idéal pour la frapper avec une telle précision. Maintenant, vous allez me dire ce que vous savez, et croyez-moi… Je suis malheureusement à court de patience pour accepter tout mensonge… »

HRP:
 


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin d'Iwa
Messages : 107
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La fête de l'été [Konoha & autres] Lun 17 Juil 2017 - 5:22



La Fête de l’Été tourne à l’enlèvement des Sabines !

Tout le monde est tellement stressé, tellement à cran, que personne ne se donne le temps ou la peine d’analyser sérieusement la situation. Les chefs donnent des ordres de chefs, sans distinction des grades de chacun ou de l’inquiétude de la population. Les Ninjas s’énervent et s’emballent dans ces actions incompréhensibles ; et ce joli bordel devient des plus dangereux pour la foule en agitation constante et les médecins qui tentent bon gré mal gré de faire leur travail.

Au milieu de tout cela, Hiyori estime qu’il a bien fait de rester sur place. Il se rend utile à sa façon, et joue un « rôle » dans cette situation délicate. Même s’il faut croire que bien agir n’est jamais assez. Préférant l’adage « L’habit ne fait pas le moine » à celui de « On ne doit pas juger l’homme et le vin, sans les éprouver soir et matin », les étrangers – pourtant invités à la fête aux dernières nouvelles ! – deviennent rapidement les brebis galeuses aux yeux des forces et autorités « compétences ».
Si le Hyuga fait preuve de méfiance, ses arguments sont recevables. Il vient de voir une Sunajin s’en prendre à l’une des leurs, et sans que l’Iwajin ne réagisse à cela. Il avait espérait que ses mots suffiraient, mais il faut croire que non. Du coup, le Clone de Pierre apparaît comme une énième menace ! Pas bon, tout ça … . Mais en confirmant les propos avancés par le Balafré, il ne rompt pas contact ! Une bonne chose, dont on peut encore tirer quelque avantage … .

» Je suis avant tout ici pour la Fête. Et pour aider. Tout le monde semble agité, mais le plus évident vous échappe ! La population n’a pas conscience de ce qu’il se passe, et bientôt les victimes s’accumuleront : des anciens piétinés, des enfants perdus et des blessés supplémentaires … ! Il faut ramener le calme pour mieux cibler vos objectifs …

Les derniers propos sont dits en observant la jeune femme médecin. Hiyori a suivi toutes les consignes, et laisse faire la professionnelle, retirant ses mains. Le barman lui a envoyé un torchon plus épais, comme demandé ; mais maintenant, ç’a n’a plus beaucoup d’importance.
La jeune Medic-Nin réalise un mudra pour libérer le Kazekage d’une éventuelle emprise. Tout semble se dérouler comme prévu. Même s’il ne sourit pas, le Jisetsu caché reste content ! Il a pu contribuer à un petit rôle dans cette pièce de théâtre à la fois courte et lugubre, sans avoir à s’attirer des ennuis. En tout cas, jusque-là.

Mais c’est sans compter sur l’intervention d’un nouveau Ninja qui, sans se présenter, vocifère des ordres et met soudainement le délicat équilibre du petit groupe en jeu. Suite au départ de l’alcoolique, ne reste plus au bar que le couple Konohajin, la Sunajin et le Balafré en personne. Et Léone. L’avertissement tombe comme une bombe ! L’homme originaire d’Iwa, pour avoir l’audace de venir d’une terre étrangère et d’utiliser son chakra pour venir en aide à autrui, sera donc en état d’arrestation ! En un éclair, plusieurs possibilités et solutions à cette nouvelle crise traversent la tête du Vétéran de la Roche. Fuir, résister, se rendre, parlementer, prendre un otage, supplier à genoux ; ce ne sont pas les idées qui manquent ! Mais à choisir, mieux vaut prendre la plus intelligente !
Dans ces circonstances, Hiyori a deux avantages : son âge – qui au regard de certains fera son expérience – et le fait que le donneur d’ordres s’éloigne trop rapidement pour vérifier que ses ordres sont bien respectés. Il compte certainement sur les deux soldats de la Feuille pour lui obéir au doigt et à l’œil.

D’un regard, il fait signe à Léone de se placer derrière lui, disparaissant des yeux des curieux.

» Léone. Je fois en savoir plus sur ce qu’il se passe. Rapproche toi de la scène avec ton camouflage. Disparais au moindre danger ou risque de te faire repérer.
Okay, Boss !


Sans en dire davantage, et se cachant de la vue de tous, Léone adopte le camouflage propre à son espèce et disparaît définitivement de la vue de tous. Son objectif reste simple : il doit se rapprocher de la scène où l’Hokage se trouve, et observer les faits. Sa vision lui permettra aisément de remplir cette mission. Et avec son camouflage avancé, il ne se fera pas repérer. Et même si tel était le cas, il disparaîtra rapidement, sans qu’on ait pu l’identifier.

De son côté, Hiyori préfère calmer le jeu et tenter derechef de gérer la situation. Il se lève doucement, met ses mains en évidence. Il s’adresse aux trois personnes présentes, mais en priorité aux Konohajins.

» J’ai renvoyé mon Invocation, et je suis prêt à faire de même pour mon Clone, même si – je me répète – ma première volonté est de vous aider. Les Hyuga ont la réputation d’être la police de Konoha. M’arrêter serait une grande erreur diplomatique à une époque où les villages essaient de se solidariser contre des menaces plus grandes. Je suis prêt à rester sous votre garde, et à me porter garant de cette jeune Sunajin si elle conserve son calme ! – le ton est un peu plus forcé, mais il est important d’intimer à tous de ne pas agir dans la précipitation. – Nous resterons avec vous, sans besoin de mise aux arrêts, sans sceau de contrôle ou de menaces que ce soit de votre part ou de la nôtre. Est-ce que ça vous convient ?

La question est posée certes calmement et simplement, mais Hiyori est conscient du multi-risque. Ce ne sont pas ses douces paroles qui lui éviteront les geôles. Dans le même temps, ses propos sont loin d’être erronés ! Et bien des facteurs échappent à son contrôle : le caractère électrique de la jeune Yuna, tout comme la détermination et l’état d’esprit des deux membres du Village de la Feuille … .


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 949
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La fête de l'été [Konoha & autres] Lun 17 Juil 2017 - 7:32

C'est dans ses moments-là que nous devons arriver à faire le vide en nous et à nous consacrer sur l'essentiel, sur notre mission. Beaucoups d'ordres sont donnés, mais nous n'avons pas tous la capacité d'être au four et au moulin en même temps. J'ai choisi ma mission pour le coup et c'est celle d'aider mon prochain. Des ordres sont vociférés d'un peu partout, mais surtout, surtout, la panique gagne même nos supérieurs alors que c'est justement le moment où ils devraient faire preuve d'intelligence. Se poser, réfléchir le plus calmement possible de la situation et de l'urgence que génère cette dernière. C'est dans ses moments-là que l'on voit bien ce qu'il nous manque ? Un vrai leader. Seulement voilà, tout le monde ne s'impose pas comme il le faudrait… Comme une Mizuki en somme. J'ai toujours mon regard plongé dans les yeux du Matsuno, gardant à l'esprit son état de santé, mais je ne peux pas m'empêcher de hurler intérieurement même si je sais que cela me sera reproché. À défaut d'user la parole, je croise mes mains pour composer un mudra et j'entre en contact mental avec mon époux pour commencer :

*Ryokai ! Ça va, calme-toi ! Il y a plus urgent à gérer, n'oublie pas notre rôle ! Toi aussi, tu es jonin ! Toi aussi, tu peux donner des ordres ! Il doit y avoir des blessés un peu partout dans le village ! Charge-toi de ta mission, retrouve la personne qui a essayé d'assassiner Mizuki ! Tu es un Hyuga, tu es un traqueur ! Trouve-le ! Je m'occupe des blessées !*

À peine ai-je fini de lui parler que déjà, je rassemble mes mains pour former de nouveaux mudras formant alors cinq clones ligneux de ma personne qui se positionne devant moi. Mon regard, alors, se pose sur les deux personnes devant moi. La Sunajin qui m'a attaqué et l'Iwajin qui m'a aidé et qui se retrouve dans une situation inquiétante. Je commence par l'homme plus âgé que moi :

*Merci pour votre aide ! Pouvez-vous m'aider à transporter le Kazekage à l'hôpital de Konoha avec votre golem de pierre, il faut que son corps reste assez stable et je pense que votre ami peut nous aider ? Mes clones vont partir à la recherche d'éventuels blessés civils, si vous souhaitez m'aider. Vous serez accompagné, donc personne ne pourra normalement s'en prendre à vous !*

Puis, je me tourne vers la jeune femme :

*Nous allons transporter le nanadaïme à l'hôpital. Il doit se faire opérer sa blessure est grave.*

Que souhaitait-elle faire ? Je n'attendrais pas sa réponse indéfiniment, car nous avions beaucoup plus important à gérer pour le moment.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 653
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: La fête de l'été [Konoha & autres] Lun 17 Juil 2017 - 18:37

Je n’avais effectivement aucune idée de ce que la soirée nous réservait, même que ce qui se passa était la dernière chose à laquelle je m’étais attendu. La fête battait son plein dans les rues de Konoha, qui étaient assailli par les commerçant autant que par les performances de rues. Les rues étaient noires de mondes. Je me promenais donc avec le Nara dans les rues, bavardant de tout et de rien. De tout sauf de travail, car nous nous étions fait le mandat de laisser le travail de côté pour une seule soirée et de profiter de l’été. Nous étions justement en train de déguster chacun un dessert glacé, l‘air étant chaud, certes, mais pas oppressant. Tout allait pour le mieux, mais ce n’était pas pour durer. Je n’étais en aucun cas un expert en sensorialité – mon instinct animal y était sans doute pour quelque chose – mais je sentis l’atmosphère changé. L’air était soudainement plus lourd, plus humide, et le Nara sembla le remarquer lui aussi, me lançant un regard interrogateur. Quelques secondes plus tard le tonnerre éclata dans la nuit qui, pourtant, n’avait aucun nuage, puis un éclair vint accompagner le bruit. Puis plus rien. C’était comme si le village tout entier c’était arrêté. J’eu tout juste le temps de me demander d’où l’éclair pouvait provenir que je compris aussitôt la situation. Le village avait été attaqué.

Après ces quelques secondes de stupeur, ce fus le branle-bas de combat. Alors que tous les shinobis se mirent à l’action, moi y compris. Ma priorité était de mettre Shikatoru en sécurité. On venait tout juste de s’en prendre à l’Hokage en plein cœur de son village, il n’était donc pas fou de croire que le Daimyô du Feu était le prochain sur la liste. La nomination du Nara était toute récente, mais je n’avais aucun doute que la nouvelle c’était sut vite à travers la Yuukan. Je fis immédiatement apparaître deux clones à mes côtés.


- Vous allez escorter Shikatoru-sama jusqu’à l’appartement, au quartier Gekei. C’est l’endroit le plus sûr pour lui pour l’instant, leur ordonnai-je.

- Tu ne m’escortes pas toi-même?

- Non. Je doute que tu sois en réel danger, sinon nous n’aurions même pas cette conversation.

- Alors où vas-tu si tu ne m’accompagne pas?

- Je vais aller voir si je ne peux pas apporter mon aide au village. On se tient au courant.


Je serrai la main du Daimyô puis je décollai, laissant Shikatoru avec mes deux clones. J’étais persuadé que deux de mes clones accompagné du Nara pourrait se défendre. Une fois dans les airs, je ne pus m’empêcher de comparer le village à une fourmilière : toutes les rues, bondé de gens, se déplaçait à toute vitesse. Je remarquai toutefois un endroit du village qui était dégagé et qui ne bougeait pas. Je sus aussitôt que quelque chose à cet endroit n’allait pas du tout. Activant mon œil d’aigle, je plongeai mon regard sur la scène et n’en cru pas mes yeux. Mizuki-sama était allongée sur le sol, dans son propre sang, alors que plusieurs figures imminentes du village se tenait à ses côtés pour lui venir en aide. Il était évident que si elle était pour survire, elle devait être amené dans une salle d’opération. Je plongeai vers le scène à toute vitesse, chaque seconde étant importante.

En m’approchant de plus en plus, je vis que même autour de l’Hokage il semblait y avoir de l’action. Yusei-san avait attiré l’attention de tous avec ce qui ressemblait de loin à une querelle. Les choses se réglèrent alors que je m’apprêtais à me poser. J’atterris à l’extrémité du cercle qui s’était formé autour de l’action. Sans plus attendre, je m’approchai du Senritsu pour me rapporter à lui.


- Senwashi Gekei. Gao Senritsu je presume? J’aurais aimé que nous nous rencontrions sous d’autres circonstances. Je jettai un coup d’œil rapide vers l’Hokage et remarquai pour la première fois que c’était Kihran qui lui apportait des soins. Si vous avez besoin de l’amener où que ce soit, je suis votre homme.

Je ne voulais rien imposer au Senritsu, l'Aburame n’était de toute façon pas en état d’aller nul part pour l’instant, mais elle devait être amenée à l’hôpital le plus raidement possible. Je porterai Kihran et Mizuki s'il le fallait. Sous ma forme de grand aigle, cela ne poserait aucun problème.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 818
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: La fête de l'été [Konoha & autres] Lun 17 Juil 2017 - 18:57

La Fête de l’Été. Ce qui avait été une tradition à Konoha prenait une toute autre ampleur cette année puisque l’entièreté du Yuukan était invitée à cette fête et, de ce fait, une foule de shinobis de tous les villages se côtoyaient l’espace d’une journée pour oublier leur soucis et leur différents. En ces temps troubles où la menace des Bijuus et les répercussions de la guerre se faisaient encore sentir, cette initiative était d’autant plus bienvenue et je m’étais joint rapidement à la foule qui s’amassait dans le Centre-Ville du village. Partout différentes festivités avaient lieu, que ce soit dans les bars, sur les terrasses ou directement dans la rue où plusieurs interprètes amusaient la foule de leur art. Pour ma part, je me prélassais sur une terrasse avec un bon repas devant moi, le regard vaguant sur les différents artistes de rue. Partout où je regardais il y avait quelque chose d’intéressant et le fait de voir des bandeaux de plusieurs couleurs rendait à la scène quelque chose d’irréel; qui aurait cru voir cela un jour?

Puis, le rêve que je voyais devant moi se transforma soudainement au cauchemar. Un éclair, puis un deuxième traversèrent le ciel et s’abattirent pratiquement devant mes yeux, dans la grande place à une dizaine de mètre de ma position. Il ne fut que peu de temps pour que je réalise la gravité de la situation alors que les poils de ma nuque s’hérissaient et que les odeurs désagréables de la peur m’emplissaient les narines avec une force que j’avais rarement sentie. Quelque chose de très grave était arrivé. Je mis quelques pièces distraitement sur la table avant de quitter les lieux pour me rapprocher de l’œil du cyclone. Je fus alors stopper net dans mes mouvements par la voix retentissante de Senritsu Gao, celui qui avait pris place comme Bras-Droit de l’Hokage. Ses paroles confirmèrent mes craintes et encore plus tandis que je l’entendais nous dire que nous avions été attaqués. J’ignorais ce qui s’était passé, mais avec la virulence de la réaction je ne pouvais que m’attendre au pire. En un rien de temps les ordres étaient donnés et lentement la foule commença à bouger. De mon côté, je savais ce que j’avais à faire : retrouvé l’enfoiré qui s’en était pris à nous.

Sans perdre une seconde, je m’élançai vers le toit de la structure que je venais de quitter, non seulement pour avoir une vue d’ensemble de ce qu’il se passait, mais également afin de pouvoir me distancer des odeurs et des sons que j’étais sur le point de sonder. Déjà devant mes yeux je voyais mes compatriotes s’agiter suite aux paroles du Senritsu, apercevant un groupe se formant à l’épicentre de la tragédie alors qu’un autre s’élançait au loin. En même temps, une vibration retentit sous mes pieds et avant que je n’aie le temps d’avoir peur d’une récidive je vis des ronces jaillirent autour de nous, enveloppant Konoha dans un cocon protecteur. Quiconque avait osé s’attaqué à l’Autorité ne pouvait plus sortir d’ici; ce dôme de ronces allaient se refermer sur lui – ou elle- tel une plante carnivore.

Sachant notre coupable pris dans nos filets, j’étendis mes sens autour de moi. Au début ce ne sont que les odeurs qui me parviennent plus distinctement, mais rapidement les sons commencèrent également à me parvenir avec beaucoup plus de précision et je commençai sans plus attendre à scruter les environs. En compagnie de mes ninkens, je me mis à la recherche de toute odeur qui aurait pu être suspecte ou qui n’avait pas sa place à Konoha, ce qui n’était pas une mince affaire avec tous les nouveaux visiteurs, en même temps de garder l’oreille attentive au moindre son qui pourrait cacher quelque chose. Voyant les gens s’activer là où il y avait le plus d’action, je décidai de faire un scan des environs, plus particulièrement des foules qui suivaient les directives donner par les Genins. Si j’avais été l’auteur d’un tel acte – et je dis bien si puisque ça n’était absolument pas mon genre de faire ce genre de choses – je profiterais du chaos suivant un tel événement et le couvert de la foule afin de me retirer discrètement de la scène du crime. Certains avaient peut-être des pistes qui mèneraient peut-être à la capture du malfaiteur, mais mon instinct me disait que c’était la place que je devais être et la chose que je devais faire.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 575
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: La fête de l'été [Konoha & autres] Lun 17 Juil 2017 - 23:28

    Hélas, Gao n’eut pas le temps de s’exprimer pour le moment pour prendre l’un ou l’autre parti. En soi, ce n’était pas étonnant : le bras droit de l’Hokage se devait d’avoir un emploi du temps de ministre. Cependant, comme l’on interagissait avec le Yamanaka à plusieurs reprises, lui devait bien y réagir, d’autant plus s’il avait le temps d’être narré comme il se doit.

    Deux clones du Rakuzan rien que pour lui. Et une formidable démonstration de la confiance de l’Amekage en sa personne. Mais surtout, des propos forts perturbants :

    « Laisser Kihran s’occuper des soins auparavant ? N’aviez-vous pas demandé le soutien d’un Yamanaka juste avant ? »

    Il s’agissait de son idée, à laquelle un Konohajin venait y répondre par l’affirmative, pour qu’il se rétracte finalement ? Mais la suite était plus étonnante encore : Yôgan Yusei, qui juste avant combattait ses propres alliés, pouvait s’approcher du corps agonisant de l’Hokage sans que qui que ce soit ne réagisse. Car il est vrai qu’il vaut mieux surveiller une personne dont on a des soupçons sans preuve mais laisser agir à sa guise un commandant qui s’était retourné contre les siens sous les yeux de nombre de témoins.

    Mais surtout, il quémanda l’appui d’un Yamanaka. Un Yamanaka étranger aux couleurs de Konoha et qui semblait avoir bien trop bu pour pouvoir prendre la route sereinement. Evidemment, dans ce cas il y avait bien moins de danger et ça ne contredisait nullement le dernier argument avancé par son confrère Satochi : d’attendre les soins de Mizuki avant la fouille psychique.

    Pis encore, il releva Shigo de ses fonctions. Pour quelle raison ? Il n’en avait donné aucune. En tout cas, le Namikage et l’Amekage étaient tous deux d’accords sur un point : Shigo ne fera rien. Double menaces, double sanctions, sans aucune preuve. Pourquoi ? Parce que quelques personnes étaient victimes d’illusions ? En effet, Shigo était l’unique utilisateur du Genjutsu au sein du village qui accueillait en plus moult étrangers à l’occasion de la fête.

    « Vous avez raison Yôgan Yusei…
    Si et le Namikage et l’Amekage me voient comme un danger, que Konoha laisse celui qui s’était battu contre les siens approcher de l’Hokage blessé au lieu de moi, et que l’on préfère faire appel au soutien de personnes étrangères au village et en état d’ébriété plutôt que de solliciter l’aide d’un Chûnin de la Feuille, vous devez évidemment avoir raison.
    Il semble que je n’ai pas ma place ici.
    Senritsu Gao, il semblerait que je sois traité comme un ennemi. Vous êtes la seule personne ici à pouvoir contredire les « ordres » qui m’ont été donné. Alors, à moins que vous ne sollicitiez mon soutien, autorisez-moi à m’en aller. J’ai interdiction de faire quoique ce soit, alors pourquoi risquer ma vie en restant spectateur ici ?
    J’espère que vous parviendrez à trouver le coupable, et surtout à secourir notre cher Hokage. Oh, et si, comme il semble être le cas, des illusions sévissent : je vous conseille d’insonoriser la zone près de l’Hokage si vous le pouvez. Le son et la vue, ce sont les deux nerfs les plus couramment usités dans l’art du Genjutsu, et même à trois rues d’ici un cri saurait vous atteindre vous, ou même l’Hokage, sans que vous ne le remarquiez…
    Je me retire donc. Amekage, vous pourrez utiliser toutes vos ressources pour rétablir la sécurité à Konoha. Senritsu Gao, je vous souhaite donc bonne chance, à moins qu’il n’y ait contre ordre.
    Au revoir. »


    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin
Messages : 374
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La fête de l'été [Konoha & autres] Mar 18 Juil 2017 - 5:07

Soupirant...

Tu étais finalement la seule qui arrivait à garder un semblant de cohérence dans ce foutoir horrible... Tout le monde était animé par des émotions diverses. La peur, la colère, la tristesse, la confusion... Franchement... Tu te retrouvais là, parfaitement calme et sereine, capable d'entrevoir les dangers du contexte actuel sans pour autant succomber à la détresse collective. Tu avais bien entendu eu un réflexe de survie l'espace d'une minute ou deux, mais il ne t'avait pas fallu beaucoup de temps avant de nettoyer ton esprit de toutes ces informations futiles.

Konoha avait tout déclenché. Réagissant à la menace comme des anticorps pour tuer le virus à la racine. Certains étaient occupés à s'ameuter autour de l'Hokage meurtrit, d'autres à rechercher l'ennemi. Apparemment il y avait même une discorde au sein même des hauts effectifs de Konoha. N'étaient-ils pas tous préparer à ce genre de cas ? Au vue des systèmes de défense du village, tu espérais au moins qu'ils aient un sang froid assez prononcé pour éviter de ce genre de bourde. Tu haussais le regard, tu n'avais rien à faire là.

Aider les citoyens ? Ce n'était pas ton boulot. Ils étaient déjà occupés à se piétiner entre eux pour espérer survivre chacun de leurs cotés. Malgré la présence des Genin et des Chuunin qui normalement devaient canaliser la détresse collective, la nature humaine avait tôt fait de reprendre ses droits. Quelconque aide venant de ta part ne t'aurait mené que dans une situation des plus exécrables.

Il ne fallait pas jouer avec précipitation, ce que semblait oublier ton partenaire sillonnant déjà les toits. Prenant le loisir de saisir un cocktail se trouvant sur un stand abandonné, tu t'étais positionnée dans un coin de telle sorte à avoir une vision et une écoute globale de la scène. Sirotant ce jus, tu attendais que le temps passe, tout en restant vigilante aux défilements des divers actes.

Tout le monde était obnubilé par un unique objectif plus ou moins personnel. Toi, tu étais abstraite à tout ceci. Ton regard sillonnant les rangs des villageois et de l'effectif présent. Tu avais certainement l'esprit le plus éclairé en cet instant, malgré les divers ninja senseurs déployés à la tâche.

- C'est donc cela la première puissance mondiale...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1478
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La fête de l'été [Konoha & autres] Jeu 20 Juil 2017 - 16:29

Poste a supprimer


Dernière édition par Jisetsu Id le Jeu 20 Juil 2017 - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La fête de l'été [Konoha & autres] Jeu 20 Juil 2017 - 16:30

Une fête voilà ce à quoi devais s'attendre la petite sauvage. Les yeux d'étonnement de la petite accompagner de prêt cette fois par son médecin se demande pourquoi on l'amène. Côte à côte ils s'approchent de l'évènement. Un peut étonné, la petite n'est pas vraiment rassuré surtout que plus on avant, plus elle remarque que les rues se font de plus en plus bondé. Du bruis vient de là où nous allons. Du moins dans la direction que l'on avance. Je regarde plusieurs fois le médecin tout en tentant d'aller vers une autre direction en vain car le médecin me faisais comprendre qu'on allait la bas. Le lieu n'est toujours pas à portée de vue, mais le monde commence à se faire en masse tellement que de marcher entre devient plus difficile. Le contacte obligatoire la gène. Puis à un moment elle sens l'odeur d'une viande grillé. Je regarde dans les alentours puis remarque une sorte de cabane ou un homme prépare de la cuisine se fut à ce moment-là qu'elle fut hors de contrôle de son médecin pris par surprise. Courant pour prendre une brochette, un homme la stoppe net la prenant par le poignet tout en utilisant ce drôle de langage que tousses autour d'elle semble avoir déjà adopté. Il est évidant que cet homme fut mécontent d'une chose qu'elle ait faite sans vraiment qu'elle sache ce que c'est. Elle force pour se sortir de l'emprise en vain quand arrive le médecin qui se met à s'interposer. L'homme làche prise et par instinct elle se pose derrière la cape blanche de celui ci. Quand juste derrière elle, elle voit une fille plus jeune qu'elle lui tirer sur ca chemine ce qui la fait regarder dans ca direction. Cette dernière tient une brochette de porc. L'odeur qu'elle a sentit provenais aussi de ça. L'enfant là tend et les yeux de la fille aux cheveux rose se mets à briller. Elle ne laisse pas non plus le temps à la petite de rétracter sa proposition se mettant déjà à engloutir la nourriture en un temps record. Certain disent qu'elle a peut être réussie à en connaitre le gout à mon avis pour moi c'est passé directement dans l'estomac. Il n'en reste plus que le pic. Pendant qu'elle tend le pic la fille et ça mère qu'elle vient juste de remarquer semble bien rire. Notre chère actrice principale de ce poste fit de même avant de voir ses deux derniers repartir au stand et revenir avec deux nouvelles brochettes. Une que la grande dame lui donne et l'autre qui fut donné à la petite fille.

La suite ne fut pas si agréable pour elle. Des cris se fit entendre au loin et un mouvement de foule phénoménale arrivé en notre direction. Plusieurs personnes furent bousculé et certaines même piétinés. Cela pris une telle ampleur que le médecin qui l'a pris en charge fut séparé d'elle. La sauvageonne ne savait pas vraiment quoi faire pétrifier par ce changement soudain et dangereux pour elle. Elle vue se moment au ralentie, celui d'un homme faisant bien quatre ou cinq tête de plus qu'elle et ayant une carrure d'un bucherons lui foncer dessus. Cet homme la bousculant celui à côté de lui lui marcha sur le bras. Elle n'eux même pas le réflexe de crier de douleur qu'elle se protège le visage. Le temps de réaliser elle fut plusieurs fois piétiné. L'humain perdait de l'estime dans sa manière de penser. Regardant comme elle peut, elle eux le réflexe d'éviter un coup et de pouvoir se remettre sur ses jambes. Elle se mets à hurler. Un crie persan et sans savoir elle s'est mise à agripper un couteau surement tomber du stand de brochette. Les cris dépassèrent les hurlements de peur de la foule laissant à un grand nombre de personnes étonné et ralentissant le pas pour voir si cela n'esit pas un dangé Bien sûr qu'ils peuvent voir cela comme une menace une fille prenant une position de félin tenant un couteau à la main. Comment on peut interpréter cela autrement. Cependant la course aveugle de cette foule fut ralentie le temps de l'étonnement. Et certain repris raison en voyant la suite des évènements.

Une sorte de délimitation entre elle et les autres fit son apparition, certaine la regarda et remarque aussi plusieurs personnes à terre, la plus part étant des personnes âgée ou des enfants de jeune âge. Certain remarquèrent qu'il n'y a pas que les ennemis qui était le dangé de ces concitoyens, mais aussi leur propre manière d'agir. Su pose l'arme juste après cela car elle pue remarquer cette petite fille s'être fait bruler. Elle s'approche de cette dernière puis la regarde elle crie:

Maman. Je veux ma maman.

Bien sûr pour la fille aux cheveux rose cela ne signifit rien de spécial et si elle s'est approchée d'elle plus qu'autre par cela est simplement pour voir si elle peut récolter plus de brochette. La main de cette fille fut brulée, surement par une eau chaude ou de l'huile venant aussi du stand de brochette. Elle regarde plus loin et elle vue la mère de cette fille. Aux yeux de Su elle n'est qu'une autre personne lambda, mais elle aussi lui a donnée de quoi manger. Elle la pointa du doigt et cette petite se mit à regarder sa mère tout en la rejoignant Tandis que Su subtilisa discrètement la brochette de la petite afin de continuer son festin.

Hrp:
Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 25
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La fête de l'été [Konoha & autres] Lun 24 Juil 2017 - 8:43

Comme tous les shinobis et villageois présents à Konoha ce jour-là, Yatori s’était rendue sur la place publique afin d’assister au discours d’Aburame Mizuki. Une jeune femme pleine d’énergie, d’entrain, déterminée à faire de Konoha la première puissance mondiale et surtout à protéger les habitants du pays du Feu. Les Aburame avaient connu une ascension extraordinaire, positionnant coup sur coup deux Kage, deux femmes qui plus est ! Cela avait grandement impressionné la Nara qui rêvait, secrètement, de faire partie de ces Hautes Dames qui dirigeaient le monde et étaient respectées par toutes et tous.

Ce fut donc des étoiles dans les yeux qu’elle se rendit sur place pour écouter le discours de la cheffe des Armées, du plus haut galon que l’on puisse trouver dans le village. On sentait la bonne humeur dans la foule, on sentait que le public prenait cet évènement avec douceur, avec gaieté, et avec beaucoup d’entrain. Tous voulaient passer un bon moment, et c’était ce qui se passait.

Car avant ce tragique incident, c’était un bon moment.

Mais voilà, incident il y eut. La Hokage fut frappée deux fois par des attaques venues de nulle part. Yatori ne s’y attendait clairement pas et sa première réaction fut de rester sans voix. Elle ne comprenait pas ce qui venait de se passer. Comment était-ce possible qu’une femme de son rang ait pu être touchée aussi directement par deux attaques aussi puissantes ? La Nara n’avait pas la réponse.

Et alors que ses idées commençaient à se faire de plus en plus claires, et que son cerveau commençait déjà à tourbillonner dans tous les sens, l’agitation se saisit de la foule et de violentes et longues bousculades s’enchaînèrent. Les civils étaient effrayés… C’était un fait. Mais on pouvait aussi lire de l’effroi sur le visage de chaque shinobi. Cette attaque directe était un danger bien plus grand qu’il n’y paraissait, et ils se devaient de réagir. Des shinobis expérimentés prirent alors la tête des opérations, en l’absence de leur cheffe. Yato put alors s’apercevoir que même si la tête manquait, le corps continuait toujours à bouger de façon cohérente.

La jeune Nara ne trouva cependant pas sa place dans toute cette cohue. Elle n’était pas assez gradée et n’avait pas l’expérience de ce genre de situation, il lui était donc impossible d’anticiper et de savoir quoi faire. Elle resta donc plantée, paniquée, pendant de longues secondes où tout le monde la basculait. Mais en voyant les visages marqués par l’effroi, et s’efforça de réagir et se mit en mouvement, après tout. Elle aussi, était une shinobi de Konoha !

Suivant les foules, elle se présenta à un gradé de Konoha afin de lui demander sans grande force de conviction si elle pouvait être utile. Ce dernier, dans le feu de l’action qui tentait de coordonner les opérations la regarda de haut en bas, et lui fit pour seule réponse.

- Rentre chez toi petite, ne restes pas dans nos pattes.
Abasourdie alors qu’elle voulait aider, Yatori resta alors figée. Une fois de plus, elle était inutile. Et c’est en relevant les yeux après de longs instants qu’elle s’aperçut qu’un des membres de son clan la regardait avec dépit. Sur son visage, on pouvait clairement lire qu’il la prenait pour une incapable et qu’elle ne serait jamais utile au village. Elle était considérée comme une ratée, et elle resterait.

Dévastée par ce nouveau manque de confiance flagrant, la jeune femme reprit un peu d’aplomb tout en séchant ses larmes. S’ils ne voulaient pas d’elle ici, elle n’avait rien à faire dans ce village et il était grand temps de partir. Ni une, ni deux, elle prit ses jambes à son coup et se dirigea vers les portes du village. Elle n’emporta rien, à part sa tristesse. L’agitation en ville lui permit de se glisser in extremis dehors alors que les Remparts commençaient à être sous extrême surveillance. Tout juste pour qu’elle s’échappe de ce village qui avait autrefois été une prison pour elle…

La jeune Nara ne savait pas où elle se dirigeait, mais une chose était sûre… Elle voulait mettre le plus de distance possible avec son clan. Ce clan qui l’avait rejeté depuis sa toute jeunesse juste à cause de la couleur de ses cheveux. Leur mémoire était bien courte, car si on y regarde bien, un des plus puissants ninjas de Konoha est un Nara aux cheveux clairs lui aussi…

Ce fut donc la fin de la très courte aventure shinobi de Yatori en tant que Konohajin… Mais le début de son Aventure qui s’annonçait palpitante !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La fête de l'été [Konoha & autres]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-