N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 L'avènement des plumes noires ! ( Kuchiyose des corbeaux )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Emissaire de Maskine
Messages : 1728
Rang : S

Message(#) Sujet: L'avènement des plumes noires ! ( Kuchiyose des corbeaux ) Mer 14 Mar 2012 - 18:23

Il ne faut jamais oublier que le clou qui dépasse se fait taper dessus. Voilà un proverbe bien connu des Shinobis. Malheureusement peu étaient ceux qui arrivaient à l'appliquer en toute circonstance. Moi-même je n'y arrivais pas. Je ne parvenais jamais à dompter ma personnalité. En ce jour, j'étais dans une bibliothèque quelque part au pays de la foudre. J'étais désireux d'entreprendre une quête concernant les Kuchiyose. Je souhaitais réussir à plier un animal à ma volonté, et je cherchais donc dans des ouvrages le moyen d'y parvenir. Je me doutais bien que ce ne serait pas une mince affaire, mais pour devenir plus fort, quelques sacrifices étaient nécessaires. Et ce temps perdu était l'un d'eux. Le parchemin dont je faisais la lecture, mentionnait un pacte de sang entre l'homme et l'animal afin de sceller leur arrangement. Je devais bien admettre que je me posais la question sur l'art et la manière de se lier à une bête. Devions nous mesurer cela par une épreuve de force ? Si c'était le cas, en fonction de l'animal ça pourrait devenir plutôt problématique. J'étais un spécialiste des attaques à courte distance, si mon adversaire était un oiseau par exemple, je partais déjà avec un très gros désavantage. En revanche si c'était une épreuve d'intelligence ou encore s'il fallait juste se lier d'amitié avec la bête, la difficulté en serait moindre. Après tout j'étais un clown et j'avais plutôt une haute estime de moi même concernant mon intellect.

Ce livre avait donc été plutôt instructif, mais ce qui suit allait l'être encore plus. Je demandais au bibliothécaire s'il s'y connaissait un peu au sujet des invocations. Il me répondit qu'il avait une certaine culture dans le domaine. Je demandais alors, dans quel pays pouvais-je découvrir des animaux susceptible de m'intéresser et qui accepteraient de se lier à moi. Là la réponse se fit sous forme d'énigme ou du moins s'en était une pour moi. Il me répondit qu'à défaut de me convenir, certains animaux caractériels ne m'accepteraient pas comme maître. Je ne voyais pas réellement de quoi il voulait parler, puisque s'il s'agissait de leur montrer qui avait la force de décision, j'étais largement capable de leur mettre une bonne claque dans le museau. L'homme avait remarqué mon ignorance, mais malgré tout, il désigna le pays de la foudre sur une carte comme le pays hôte de plusieurs sortes d'invocations. Il précisa un point cependant.

⇨ Dans ce pays je connais deux races existantes qui ont établie leur repère dans ces régions montagneuses. Il y a les grottes Raïren, pour la monarchie des singes. Fais attention le précédent roi n'était autre que le Yonbi, disparu depuis les récentes guerres. Quand à l'autre dans les monts brumeux, sur un plateau, il y a une forêt obscure, dans cette dernière, le conseil des corbeaux attend son heure !
⇨ Les corbeaux et les singes Hum ? Au choix je prendrai les corbeaux. Merci grand-père.

Après cette dernière phrase, je quittais la pièce. Je devais donc m'enfoncer bien loin dans notre pays afin de rencontrer un conseil de piafs pour pouvoir les apprivoiser et en faire mes camarades lors des combats. Si je résumais bien en tout cas. J'étais songeur, je me demandais réellement si cela allait se passer de la même manière que je l'abordais dans mon esprit, à savoir est-ce que il serait facile de dialoguer avec ces volatiles ? Non pas que je sois mauvais dans l'art de dialoguer mais c'était bel et bien la première fois que je devrai réussir à prouver ma valeur à de vulgaires oiseaux. Enfin bref, à force de trop me tracasser je risquais de me faire un sang d'encre. Il était temps de me rendre à ce fameux plateau.

Citation :
30 lignes


Dernière édition par Yugata Yugure le Mer 14 Mar 2012 - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Emissaire de Maskine
Messages : 1728
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: L'avènement des plumes noires ! ( Kuchiyose des corbeaux ) Mer 14 Mar 2012 - 19:00

Je venais de quitter la grande bibliothèque. Il ne me restait qu'à trouver l'endroit où se situer ce fameux plateau possédant cette sombre forêt remplie de mystères ! Ces derniers mois j'étais devenu beaucoup plus puissant que la plupart des personnes de ma génération. Cela était dû à un entraînement constant et sans faille, ainsi qu'à mon talent et ma classe naturelle on pouvait le dire ! Même ses corbeaux coopéreraient s'ils ne voulaient pas finir transpercés sur une pique à cuir à la broche. Je commençais ma marche de retour vers le village de Kumo, je trouverai certainement beaucoup plus d'informations dans mon village plutôt que dans cette bibliothèque d'un petit village de pécores. Après de longue heure de marche, j'arrivais enfin devant les portes des nuages. J'étais de retour chez moi. Mais quitte à ne pas me reposer cette nuit, je trouverai l'endroit où se cachaient ses maudits volatiles. Je décidais en premier lieu de me rendre chez un ami de longue date qui m'avais déjà aidé à plusieurs reprises. Cette personne savait énormément de chose sur le monde Shinobi, à tel point que je me demandais parfois, s'il n'avait pas connu le Rikudou Sennin lui-même. Je surestimais l'homme un tantinet mais vous avez bien compris le genre de personne à qui j'avais à faire. Je toquais à sa porte. Le petit vieux m'ouvra tout en prononçant mon nom. Il était très fort. Il arrivait à percevoir mon chakra alors que je tentais de le camoufler. Ce vieux débris était un peu comme mon mentor, un maître à penser. Il me ressemblait sur beaucoup de point et je vouais en lui un profond respect, même si c'était un sacré connard.

J'étais à nouveau à l'intérieur de sa maison, une vieille pièce sombre meublé, avec une seule fenêtre apportant un tantinet de lumière sur la face obscure de cette habitation. Je regardais l'homme, il me rendait mon regard. J'étais persuadé que sans savoir la raison exacte pour laquelle j'étais là, il était déjà au courant que je venais lui demander une information. J'attendais donc patiemment qu'il l'ouvre. Car j'étais persuadé que tôt ou tard, ça allait être le cas. Je ne perdais pas son regard de vue. Comme je venais de le dire il était comme moi, donc il était très bien capable de me faire un coup en traître sans que je ne le remarque. Finalement au bout de longues minutes passées à se jauger, il lança de sa vieille voix fatigué.

⇨ Tu es là pour me poser une question, vas-y je t'écoute !
⇨ J'aimerai savoir si tu sais ce où se situe les monts brumeux ?
⇨ Bien entendu mais tu n'oublie pas quelque chose ?

Dit-il en se frottant ses vieilles mains couvertes de rides. Grr le vieux radin. Je sortais de ma veste un bon sac de pièce d'or remplit à raz-bord de ryos. Il ricana un instant avant de me tendre une de ses mains. Il le savait, ce con ! Je sortais donc un deuxième sac absolument identique en tout point avec le premier. Il s'était aperçu que pour ces informations j'étais prêt à payer gros, mais que j'avais volontiers exposer qu'un seul sac afin de voir si de son côté il serait prêt à faire l'information pour pas trop cher. C'était un vieux malin, exactement comme je l'étais moi ! Je repris donc la parole afin d'engager la conversation à mon tour.

⇨ Avec tout ça, t'as intérêt à me donner de bonnes informations Ruffin !
⇨ Bien entendu ! Ecoute donc cela !

Dit-il tout en déroulant une vieille carte rongée par le temps sur sa table en bois. Sur ce vieux bout de parchemin était indiqué clairement au nord-est du pays de la foudre, les monts brumeux, avec une tête de corbeau dessiné juste en dessous. Le lieu se trouvait donc à l'extrémité nord de Kumo, près de la mer à l'est. C'était un bon emplacement puisque de là, ces piafs pouvaient chasser les poissons des océans ainsi que les petits animaux de la forêt en contrebas. Plutôt intelligent comme manière de faire. Ruffin continua par expliquer certaine chose. Il commença par me raconter que selon une vieille légende, ces montagnes avaient abrités une force obscure, un homme habité semble t-il par le démon et ce quidam avait utilisé à cet endroit un jutsu qui fit noircir le sol et assombrir le ciel afin de créer au dessus de ce plateau, un orage constant. Apparemment le climat dans ce lieu assez dur à vivre. Quand à la forêt qui avait poussé depuis le départ du « magicien », il semblerait que ce ne soit plus que des vieux arbres morts dès qu'ils eurent atteint la majorité. Le vieil homme continua son histoire en annonçant que seul les fidèles animaux de compagnie de cet homme était resté au même endroit depuis des décennies. Les corbeaux avaient élus domicile au sommet de se plateau, leur nid étant miraculeusement épargné par la foudre pour une obscure raison. Certain disaient que l'esprit de l'homme protégeait encore cet endroit maudit par sa présence et que quiconque tenterait de le profaner se retrouverait directement carbonisé par la foudre.

Personnellement je ne croyais pas un mot de cette histoire à dormir debout, pourtant Ruffin semblait y croire dur comme fer, peut être avait il lui-même tenté une percée dans ces montagnes un jour. Je n'avais pas le temps de m'en préoccuper, je devais me rendre à cet endroit coûte que coûte. Je remerciais le vieil homme pour ses informations, tout en le traitant de sale escroc au passage, après quoi je sortais de son habitation. Avant que je m'en aille, il m'adressa encore une parole.

⇨ Une dernière chose, si tu te rends là bas. Ne te fie pas à la réalité !

Citation :
45 lignes -----> 30+45 = 75 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Emissaire de Maskine
Messages : 1728
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: L'avènement des plumes noires ! ( Kuchiyose des corbeaux ) Mer 14 Mar 2012 - 19:56

Je n'avais pas réellement compris la dernière phrase qu'avait prononcé Ruffin mais malgré tout, j'étais persuadé que quelque soit les mystères que j'allais rencontrer, il y avait toujours un vecteur logique dans toute chose. Il faisait nuit au moment de sortir de chez ce vieux gredin, j'allais devoir me reposer. Je n'allais tout de même pas partir à l'aventure en pleine nuit. Je rentrai donc dans ma demeure, m'installais sur mon lit et je fermais les yeux. Mes heures de sommeil furent plutôt agitées. J'avais beau essayer, Morphée ne semblait pas vouloir m'accueillir dans ses bras. Au lieu de cela, j'enchaînais les cauchemars dans lesquels je voyais des corbeaux, un homme vêtu de noir tous chantant et dansant au milieu d'une forêt en flamme. Mais le plus bizarre dans cette dernière image c'est que la totalité de ce feu était noir comme le charbon. Les heures passèrent et je ne pus toujours pas trouver la tranquillité intérieur sur une nuit entière je ne m'étais reposé que trois heures mais c'était déjà cela. J'entamais donc ma route en direction des monts brumeux. Par précaution je m'étais équipé comme si j'avais rendez-vous avec l'au-delà, j'étais armé jusqu'au dent, de lames mais aussi de patience. j'étais paré à toute éventualité, du moins dans ma tête, c'était déjà pas mal ! Les heures de marchent furent longues et éreintantes, à plusieurs reprises, j'avais fais le choix de m'arrêter afin de me reposer un peu et à plusieurs reprises quelqu'un ou quelque chose était venu perturber cet instant. C'était à croire qu'une force mystérieuse avait une envie énorme de me tailler les nerfs en biseau. Finalement au bout d'heures et d'heures de marche, j'arrivais vers le milieu d'après-midi aux pieds des mont brumeux. Là un choix survint.

Je pouvais passer par la grotte qui se présentait devant moi avec un panneau indiquant Mont brumeux avec une flèche, ou bien escaladé cette montagne avec mon chakra. En tant normal j'aurai préféré continuer à pieds, mais pour une fois, j'écoutais les mises en gardes de Ruffin qui semblait plus qu'inquiet par rapport à cette montagne. Je canalisais donc mon énergie spirituelle à travers mes pieds afin que ces derniers puissent adhérer à la paroi rocheuse. Au bout de quelques minutes, j'étais au sommet et là ce que je vis était à en couper le souffle. L'histoire était donc vrai, les nuages couvraient le lieu et la foudre ne cessait de frapper, d'ailleurs au moment même où j'annonçais cela, un éclair vint s'abattre à côté de moi. Je remarquais aussi un corbeau qui m'épiait depuis quelques secondes déjà ! Les arbres étaient quand à eux, noir comme du charbon, sans doute carbonisés à cause de la foudre incessante. Je descendais donc sur le plateau et je foulais donc cette terre pour la première fois. Le nombre de corbeau était hallucinant, ils étaient au moins une trentaine sur chaque arbre. Je n'avais jamais vu d'endroit regroupant autant de ces volatiles au même endroit. J'avançais d'un pas hésitant quand soudain une tornade de plume apparu devant moi, comme si la nature elle-même m'empêchait de passer. C'était la première fois que je voyais un tel phénomène. Je décidais donc de la contourner du mieux que je pouvais, mais celle-ci se mit à me suivre et à accélérer en vitesse. Quelqu'un contrôlait ce phénomène, je n'avais donc pas le choix ! Je lançais deux fumigènes sur le sol, je n'avais que quelques secondes avant qu'il ne se dissipe à cause du vent. J'en profitais pour utiliser la technique de la plongée souterraine afin de disparaître à la vue de tout ces oiseaux de malheur. Pendant que j'étais sous la terre, je pris le temps de respirer un instant, puis je continuais à avancer le temps que ma respiration pouvait durer. Au bout d'un moment, j'eus le souffle court, je n'avais d'autre choix que de réapparaître à la surface !

Une fois dehors ce n'était pas une tornade mais bien des éclairs qui frappaient l'un après l'autre sur mon chemin, à croire que quelqu'un souhaitait me chasser d'ici. L'histoire que m'avait raconté Ruffin me semblait beaucoup moins absurde du coup. Je persistais cependant dans ma quête et je me mis à courir tout en esquivant. Durant ma course, je dû éviter de justesse des herses qui apparurent sans raison. Le sol qui se déchirait pour créer un gouffre, les frappes de la foudre. Et pourtant je ne pus éviter cette chose. A un moment je m'étais adossé à un arbre afin de me reposé, mais des branches se sont misent à pousser afin de m'immobiliser, j'étais prit au piège, coincé par la nature. Comment cela était possible ? Comment des plantes mortes étaient capables d'une telle prouesse, je n'en savais rien, mais toujours est-il que ça me perturbais vraiment.

Citation :
40 lignes ----> 30 + 45 + 40 = 115
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Emissaire de Maskine
Messages : 1728
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: L'avènement des plumes noires ! ( Kuchiyose des corbeaux ) Mer 14 Mar 2012 - 21:17

Soudain je me réveillais en sursaut couché sur le sol, immobilisé par des lianes, et je voyais des corbeaux venir vers moi, l'air menaçant. L'un commençait à m'arracher la peau des bras, l'autre à me déchirer un bout de joue. Mais le pire fut un troisième qui vint me dévorer les yeux directement. J'étais entrain de me débattre, de crier de toutes mes forces. Et ils étaient de plus en plus à venir pour tenter de manger un peu. Chacun de ces becs noirs étaient un supplice de plus pour moi. La puissance des ces bêtes étaient phénoménales. Je n'en pouvais plus mon corps était sur le point de lâcher. Soudain changement de décor soudain ! Je passais dans une région montagneuse, ma tête dépassant d'une falaise, avec vue sur le vide en gros. Et je commençais à vomir des corbeaux un à un. Quel était ce spectacle d'horreur que j'étais entrain de vivre. Comment pouvais-je mériter un tel traitement. En revanche maintenant il était clair pour moi que j'étais dans un Genjutsu, il était improbable de changer de décors comme cela sans aucune raison, sans aucune concordance entre les deux. Je commençais à tenter de crier Kaï mais à chaque fois que je tentais de prendre la parole, un corbeau jaillissait de ma bouche pour m'empêcher de parler. La douleur était horrible à un point même que j'avais l'impression d'étouffer à chacune de mes paroles. J'étais complètement sous l'emprise de la personne exerçant ce pouvoir. A sa merci, il était clair que je ne faisais pas le poids. Au bout d'un moment j'arrêtais de lutter. Et c'est à ce moment là, que je les vis. des silhouettes à l'intérieur même de l'illusion, qui murmuraient tous d'une seule voix qu'il était maintenant temps que je me réveille et que j'affronte la réalité !

Soudain, j'ouvrai les yeux, j'étais à nouveau dans le grand plateau, à l'endroit même où l'arbre m'avait emprisonné il y a peu. Sauf qu'à la place de voir des nuages chargés de foudre, des arbres carbonisés et une terre infertile. Je retrouvais un ciel parfaitement bleu comme à tout autre endroit de Kumo, des arbres verdoyant, et une terre qui semblait être comme toutes les autres. Le climat c'était transformé ! La seule chose qui était semblable à la première version était le nombre d'oiseaux à aile noire ! Etais-je pris au piège à nouveau dans une illusion, voilà la question que je me posais. Pourtant, je parvenais à me lever sans mal. Aucune entrave, aucune douleur. Je me redressais donc sur mes pattes et avançaient encore plus loin dans le mont brumeux. Mais cette fois aucun élément ne se dressa pour empêcher mon avancée, au point que toute la difficulté différente est disparut. Les corbeaux quant à eux, continuaient de me fixer, mais ne bougeait pas ils se contentaient de me suivre du regard. Finalement j'arrivais dans un endroit plus dégagé que les autres, avec ce qu'il me semblait être une grande table ronde avec des tabourets en guise de chaise. Le hic, c'est que la table devait faire cinq mètres de haut quant aux tabourets, facilement deux mètres, et sur chacun d'entre eux étaient posés des corbeaux géants. Le plus étrange était qu'ils étaient apparus d'un coup alors que techniquement j'aurai dû les voir de loin au vue de leur impressionnante carrure. L'un d'eux me fusilla du regard.

⇨ Voilà donc l'importun !

S'écria t'-il. Il semblerait donc que je ne sois pas aimé dans leur communauté. En même temps tu m'étonnes, c'était quand même leur repaire, c'est comme si un Nukenin s'introduisait dans Kumo, ce ne serait pas forcément bien apprécié ! Je me permettais donc une phrase en direction de ces grands oiseaux, bien entendu je criais pour me faire entendre !

⇨ Désolé de vous déranger, j'voulais savoir si vous accepteriez de faire un pacte de sang avec moi !
⇨ Pourquoi pactiserions-nous avec toi, alors que tu as abandonné lors de notre test de l'illusion, jeune idiot ?
⇨ C'est moi que tu traites d'idiot cervelle de piaf ! Je te propose un truc, choisis un jeu de ton choix, si je gagne, on fait le pacte, je vais prouver que je suis plus fort que toi !
⇨ Et pourquoi on réglerait pas ça à coup de Jutsus hein ?
⇨ Ce serait une bonne idée mais j'aurai peur de vous plumer ! Ahah !

Cette remarque provoqua le rire chez quelques uns de ses congénères assis à côté de lui autour de la table. Il semblerait que l'humour au moins soit apprécier chez les corbeaux, c'était déjà pas mal ! Soudain j'obtenais ma réponse, il semblait que c'était lui qui gérait tout ce qui était politique extérieur donc c'était ma cible prioritaire à convaincre, je le regardais et tentais de fixer ses yeux lorsqu'il répondit !

⇨ Bien tu vas me défier, si tu gagnes, nous signerons un pacte avec toi. Après tout tu n'as quand même pas manqué de courage pour affronter la foudre, le vent et la nature ! Mais ôtes toi tout de suite l'idée que tu as en tête, tu ne nous est pas supérieur en intelligence. Si tu perds, tu restera prisonnier d'une de nos illusions pour le reste de ta misérable vie. Alors tente tu ta chance avorton ?
⇨ J'veux savoir le jeu avant, j'risque pas ma vie sur du hasard, je suis un tantinet prudent quand même.
⇨ Eh bien tu vas quand même le faire, puisque le jeu va être simple, je vais te donner un oeuf pour que tu puisses vérifier qu'il n'y a pas de supercherie puis tu vas me le rendre, je vais le cacher dans un des nids aux alentours et tu auras gagner.
⇨ J'avais dis un jeu...
⇨ C'est un cache-cache ! Alors tu marches ?
⇨ Tchhh j'accepte !

J'avais feins la tristesse de tomber sur un tel jeu alors qu'intérieurement, ma victoire était certaine, on pouvait tromper mes sens avec tout et n'importe quoi, modifier le terrain peu importe la façon, toujours est il que je possédais un pouvoir qui me permettait de retrouver n'importe quel objet que je touchais simplement par ma volonté. Je ne savais pas pourquoi ils avaient décidé que ce serait ce jeu sur lequel nous nous affronterions, mais il venait de signer sa perte. L'oiseau me tendit un oeuf. Lorsque je saisis ce dernier, j'injectais mon chakra sur la coquille, légèrement, pour que quelqu'un de non-senseur ne puisse pas le sentir puis je redonnais l'oeuf à la volaille . La stratégie était en place, il ne restait plus que la pratique. Je fermais les yeux, laissant le soin au volatile de le cacher. Une fois que je rouvrais les yeux. Il m'annonçait que le jeu venait de commencer. Je me concentrais pour ressentir le chakra et en un instant il réapparu, le bougre l'avait caché dans son plumage, il ne respectait pas les termes du jeu, mais rira bien qui rira le dernier ! Je fonçais directement sur lui sous le regard étonné des autres piafs, et je commençais à fouiller sa fourrure. Une fois que je lui déposais l'oeuf sous les yeux il se mit à dire.

⇨ Comment as-tu fais ?
⇨ Je suis juste plus malin que vous ! Et plus honnête que vous aussi visiblement ! Vous respecterez néanmoins votre parole.
⇨ Je suis un corbeau mais j'ai de l'honneur.

De ses plumes tombèrent un énorme parchemin relié d'or. Sur la face où l'on ne pouvait écrire était dessiné un corbeau géant avec le mot écrit en kanji. Je demandais alors la marche à suivre.

⇨ Que dois-je faire ?
⇨ Signe de ton nom en te servant de son sang, jeune idiot !

Une fois que j'eus signé le papelard comme il convenait, je regardais l'animal franchement dans ses grands yeux noirs, et lançait amicalement !

⇨ Ahah malgré tes grands airs, ta quand même une cervelle de piaf !
⇨ Prends garde imbécile... Le jour où tu m'invoquera, je pourrai me retourner contre toi. Ah et je me nomme Toneeraan ! Maintenant tu vas dormir et te réveiller dans une auberge !

Et comme par magie, je tombais de sommeil. Encore un maudit genjutsu. Finalement comme il l'avait prédit, je repris conscience dans une auberge, dans un lit plus précisément avec le grand rouleau à côté de moi, il semblerait que j'avais réussi l'épreuve hein. Bon bah du coup j'allais faire encore une petite sieste avant de rentrer, ça ne pouvait me faire que du bien !


Citation :
60 lignes ---> 30 + 45 + 40 + 60 = 175 ! Pacte terminé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

L'avènement des plumes noires ! ( Kuchiyose des corbeaux )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni-