N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Pas de repos pour les guerriers {Kumiko}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Message(#) Sujet: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Mer 2 Aoû 2017 - 9:12

Spoiler:
 

Un peu de repos était le bienvenu après les épreuves qu’ils avaient traversées. Tous soudés comme un clan contre un ennemi commun, Fujisawa aurait presque trouvé cela poétique si les corps qu’ils faisaient tomber n’étaient pas tout aussi humain que ceux qui combattaient à ses côtés. S’il haïssait l’Empire presque autant que la plupart des rebelles, il ne partageait pas leur philosophie pour autant, leur idéologie de paix mondiale le faisait sourire amèrement. Il devait cependant reconnaître qu’il avait passé de bons moment jusque-là.

Comme à son habitude, le Sabakyô fut rattrapé bien trop rapidement par l’ennui et il fut tout aussi vite incapable de profiter de son jour de repos comme il l’aurait dû. Il se releva alors du hamac qu’il avait dressé pour l’occasion. La lumière du Soleil au zénith l’éblouit légèrement, tandis que la chaleur habituelle du pays du vent le cuisait toujours autant. Il n’avait jamais réussi à s’habituer à ce climat aride lui qui n’avait connu que les grandes métropoles verdoyantes, ou au contraire, submergées par la pollution. Posa la main à un sceau de ses sceaux, il en invoqua deux bouteilles d’eau bien fraiches. Il en ouvrit une, la portant à ses lèvres tandis qu’il lança la deuxième en direction de Saibogu Kumiko qui se trouvait à proximité.

- J’en peux plus d’être inactif, si on n’a pas d’action d’ici demain, je vais finir par devenir fou.

S’il était le seul à manifester verbalement son impatience, plusieurs ressentaient également cette pression angoissante qui précédait chez eux tout départ en guerre. Il n’était pas du genre à n’avoir peur de rien, loin de là, mais c’était également ce qu’il aimait dans les combats. Savoir qui de lui ou de son ennemi allait passer la journée était comme l’ultime pari et la sensation qui précédait le début du combat n’était qu’un suspens insoutenable pour lui.

- Tu te débrouilles plutôt bien en Fuinjutsu, ça te tente un petit entraînement ? Ça me ferait du bien de revoir quelques notions.


Le jeune homme s’avança alors peu à peu vers la jeune femme avant de se pencher en avant pour se mettre à sa hauteur tout en affichant le même sourire impassible de d’habitude.

- Qui sait, on pourrait peut-être même s’apprendre des techniques intéressantes !


Il se releva ensuite, prenant une posture bien plus sérieuse tandis qu’il reprenait une gorgée dans sa bouteille d’eau salvatrice.


Dernière édition par Sabakyô Fujisawa le Sam 12 Aoû 2017 - 0:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 617
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Mer 2 Aoû 2017 - 20:57

À cette époque, Kumiko se sentait encore plutôt bien, sa maladie ne la touchait que peu. À peine était-elle fatiguée ou un peu ankylosée? Elle ne se rendait pas compte comme la vie pouvait y être si douce, alors que le monde tremblait. Enfin le monde, son petit monde était fait de tumultes et de dangers permanant, c’était cela faire partie de la résistance. Les temps de repos étaient si rares, que c’était un parfait pour se reposer, mais dans la tête de la rouquine, c’était surtout un moment pour travailler au calme ! Elle ne pouvait penser un jour que quelqu’un pouvait trahir, c’était impensable tant l’empire représentait le mal incarné. Comment pouvait-on protéger ou servir un tel manque de justice ? Kumiko était une personne de conviction, et ce n’était pas rien de le dire. À l'époque, elle était une véritable boule de nerfs chargée sur ressort. Elle n'avait aucun scrupule à tuer des personnes mauvaises, et à ses yeux servir l'empire sans reculer prouvait le mal qui coulait dans les veines des patriotes impériales. Elle ne pouvait penser qu’à des temps meilleurs, c’était uniquement pour cela qu’elle se battait si durement. Il allait ressortir quelque chose de merveilleux de tous les sacrifices, toute cette peine et cette haine. Si un jour, elle allait avoir des enfants, la rouquine voulait être fière du monde qu’elle présenterait à sa fille !

Kumiko avait tant de travail, qu'elle ne pouvait jamais s'ennuyer. Elle avait beaucoup de projets en tête, et pour le coup, elle travaillait encore à améliorer sa moto. Cela devait être un chef-d'œuvre. Alors évidemment, elle roulait, il ne manquait plus que cela ! Mais il y avait roulé et roulé ! Elle était accroupie avec de grosses lunettes de style d'aviateur sur ses yeux, alors qu'elle manipulait la manette des gaz. Le moteur vrombissait fortement, alors qu’elle admirait avec un grand soin la mécanique. Elle se trouvait sous une toile tendue afin de se cacher du soleil, elle n'était pas du genre à faire de la bronzette. Elle était trop concentrée pour s’apercevoir de la chaleur, du manque d’eau, elle était habituée à des chaleurs plus douces à Ki. Elle eut un léger mouvement de recul, comme un réflexe, alors qu’elle sentit un objet approcher, mais elle n’eut pas le temps de l’attraper. Elle vit une bouteille d’eau réussir à se planter juste à côté d’elle et sa moto. Elle se tourna alors en direction de Fujisawa, avant de relever ses lunettes de ses yeux. Elle sourit légèrement en prenant la bouteille, et sans se faire prier en but quelques gorgées.

« Je peux te trouver quelques activités tu sais ? J'ai un sac de graines de mon pays à faire pousser, peut-être que cela pourrait … même ici ? »

Kumiko regarda alors à droite à gauche en tenant sa crinière de feu à cause du vent. Puis elle rit à gorge déployée en imaginant la tête du Sabakyo à faire du jardinage dans le désert. Elle prit une clé alors en tapotant un endroit de la moto avec un sourire.

« Sinon, il y a toujours l’injecteur qui me pose problème, je perds de la puissance ici. L’affrontement arrivera bien assez tôt, ne t’en fais pas. »

Kumiko préférait largement se concentrer sur son travail, ses inventions, des plans plutôt que de se miner l'esprit dans l'attente du combat. C’était comme un piège, une malfaisance de l’esprit à tourmenter même les meilleurs. Ils étaient bien capables de faire de lourdes erreurs dans la précipitation du combat par la suite. Elle était bien trop une scientifique pour se laisser aller à ce genre d’exaction. Lorsque la Saibogu entendit dire par le brun qu’elle s’y connaissait plutôt bien en fuinjutsu, cela la fit simplement sourire comme si c’était une évidence. Elle n'était pas du genre à roucouler, à se faire belle et montrer le buste, les actes étaient bien plus parlants.

« Pourquoi pas, sinon je sens que tu vas exploser mon ami ! »

Lorsque Fujisawa se pencha à sa hauteur tout proche, elle ne put se retenir de rougir un petit peu un bref instant. Puis elle pressa son index contre le bout de son nez avec un sourire. Elle se sentait bien à ses côtés, même si leurs relations avaient été un peu difficiles au départ. Elle l'aimait bien son mercenaire, elle espérait qu'il avait pris goût à ce combat, à ses idéaux. C’était si important à ses yeux.

« Et pourquoi pas ? »

Dit alors l’inventrice de génie en se relevant rapidement en riant. Elle éteignit alors sa moto en s’éloignant des tentes afin d’épargner les autres rebelles. Elle sortit un parchemin et elle fit un signe afin de faire apparaître une tourelle avec une sulfateuse.

« Je te présente Agata, elle est toute nouvelle, quatre-vingts tirs par minute, autonome et intelligente ! »

Dit alors avec un sourire taquin la jeune femme en souriant. Elle concentra son chakra afin de le monopoliser, ce qui fit apparaître plusieurs sceaux fuinjutsu sur sa peau. Il n’était tout de même pas question de gâcher sa peau parsemée de taches de rousseur avec des dessins étranges. Elle avait une multitude de secrets et de surprises pour son opposant d'entraînement. Elle semblait le prendre bien plus à la légère et à la rigolade que le Sabakyo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Jeu 3 Aoû 2017 - 1:05

Fujisawa avait réussi à convaincre la jeune femme et cela le ravissait, il allait avoir un peu d’occupation. Si la technologie Saibogu l’avait toujours fascinée, il n’avait malheureusement aucune compétence en la matière et il ne comprenait pas la plus grande partie des travaux de son équipière. Il avait cependant bien intégré qu’il ne fallait jamais les sous-estimer. La nouvelle machine de Kumiko le lui confirma encore un peu plus.

- C'est un joli jouet que tu as là, je suis curieux de voir ce qu’il vaut sur le terrain.


Le Sabakyô s’étira alors de toute sa longueur, terminant ainsi de se réveiller de sa sieste. Il fit alors quelques pas pour aller se positionner en face de la kunoichi. Au même moment, les personnes alentours commençaient à converger leur regard sur le duo, curieux de voir ce qui allait en découler. Le jeune homme regarda alors autour de lui avec un grand sourire.

- Je crois qu’on va devoir garder nos techniques les plus secrètes pour un autre jour ! Mais bon, s’il faut y mettre la forme, je suis chaud ! Y'a quelqu’un qui veut prendre les paris ?


S’il n’était pas très réglementaire de faire des paris d’argent au cours d’une opération, tous les gens qui côtoyaient Fujisawa savaient que c’était inutile d'essayer de l’en dissuader. Un homme qui avait arrêté de ranger son équipement pour assister au spectacle s’avança de quelques pas.

- Tu vas te faire rétamer mec, t’as aucune chance contre une Saibogu ! J’aurai trop l’impression de te voler si j’acceptais de parier !

Sans prévenir, Fujisawa propulsa sa bouteille d’eau dans sa direction. Si celui-ci n’eut aucun mal à l’intercepter, l'eau contenue à l’intérieur s’en échappa violemment pour venir se répandre sur sa cible.

- Te fous pas de ma gueule ! T'es pas capable d’utiliser le Fuinjutsu et t’arrives quand même à l’ouvrir…


Après ces mots, il reprit son calme et son sourire habituel avant de se mettre en position de combat face à son opposante. Ce n’était qu'un entraînement, mais chez des shinobis de ce niveau, personne ne pouvait réellement prendre cela à la légère.

- Et toi ? Tu veux parier quelque chose ?


Lorsque Fujisawa était déterminé à risquer de perdre son argent inutilement, il était difficile de lui enlever l’idée de la tête. Il était cependant conscient que l’amusement n’était pas l’unique but de cet entraînement, il avait encore des progrès à faire dans la maîtrise de l’art du scellement.

Il se décida alors à lancer les hostilités en piochant un kunaï sur lequel il apposa un sceau avant de le lancer dans la direction de son adversaire. Lorsque celui-ci fut proche de sa cible, il activa à distance le sceau qui y était placé ce qui eut pour effet de provoquer une explosion. La zone d'effet n’était pas grande et les dégâts potentiels non plus, mais il fallait bien s’échauffer un peu.


Dernière édition par Sabakyô Fujisawa le Ven 4 Aoû 2017 - 16:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 617
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Jeu 3 Aoû 2017 - 20:04

Kumiko avait bien senti que le jeune homme et son ami avait besoin de faire un peu d’exercice, sinon il risquait d’exploser. Elle espérait que la grande bataille tellement attendue n'allait pas éclater le l'an demain, car elle prévoyait une grande fatigue pour tous les deux. L'un comme l'autre n'étaient pas des amateurs, la lutte mêmes dans un entraînement n'allait pas être très tendre bien longtemps. Il était aisé de s'adapter à beaucoup de manières de combattre d'adversaires qui se contentaient par exemple de produire du feu ou de l'eau, ou même d'invocation de monstre qui allaient mordre et griffer, mais le style de son clan les Saibogu n'était pas si aisé à amadouer. Il était difficile de savoir à quoi s’attendre, il y avait tant de possibilités totalement inconnues. Comment savoir ce qui allait sortir d’un parchemin, d’un cercle de fuinjutsu sur une partie d’un corps ou d’un appareil. Elle avait été assez gentille pour expliquer ce quoi elle venait de faire appeler, mais ce n’était pas son seul jouet mécanique évidemment.

« Ho mais j’en ai plein d’autres si tu veux ! Mais je te préviens, je n'ai pas de parchemin pour faire apparaître un pansement ! »

Dit alors la rouquine en gloussant légèrement, cachant sa bouche à l’aide du dos d’une main. Ce n’était fait que pour l’asticoter un petit peu, mais c’était de bonne guerre non ? Elle affichait alors toujours son grand sourire à son partenaire d'entraînement, c'était pour rire, mais malgré les apparences, elle était très sérieuse. Elle tourna légèrement son regard vers les autres ninjas, qui commençaient alors à se regrouper, comme pour former une arène autour du duo infernal. Elle avait un petit peu imposé cet homme, il s’était montré très efficace. La Saibogu n'en avait jamais douté d'ailleurs, elle connaissait ses qualités, un petit peu de défauts également, mais elle le connaissait depuis quelque temps. Elle lui faisait suffisamment confiance pour l’avoir comme engagé au nom d’une dette morale. S’il y avait quelque chose d’important chez la rouquine, c’était bien sa parole, elle était sacrée. Fukisawa pouvait être certain qu’elle n’allait pas le trahir.

« Pourquoi ? On n’a que des amis ici voyons ! »

Dit alors Kumiko en montrant d’un large mouvement de bras toute la folle, et ce n’étaient pas des mots en l’air que disait la kunoishi. Elle avait une grande confiance quasi aveugle envers les membres de la résistance. Ils étaient tous réunis pour la même cause, affronter et battre l’empire, l’empereur. Il n'était pas très réglementaire ou admit que s'affronter entre partenaires, mais il n'y avait pas vraiment de règles au sein de rebelles. Cependant, des moments pour décompresser étaient toujours les bienvenus dans une unité combattante telle que la leur, ils avaient de cohésion uniquement leur cause. Au moindre problème, cela risquait d’éclater. Le Sabakyo était une vraie tête de mule, elle le savait bien, alors il était inutile de chercher à discuter lorsqu’il avait pris une décision. Elle éclata de rire en entendant parler l'homme interpellé par le duel. Déjà par ce qu’elle trouvait cela drôle, et afin de décoincer une situation si nécessaire. Elle se plia en deux en voyant l’eau lui retomber dessus. Elle s’essuya alors une larme sur le coin de la bouche, il était certain qu’elle était très démonstrative.

« Chaque forme d’art est importante, penses-tu vraiment que le fuinjutsu est supérieur ? »

Demanda alors d'une voix douce Kumiko en abaissant ses grosses lunettes de protection contre ses yeux avec un sourire. Elle n'avait pas la réponse à cette question, mais elle ne pensait pas qu'elle fût toute-puissante. Elle se méfiait des autres possibilités, elle devait être prête à tout, voilà, c’était sa philosophie. Elle sourit doucement à la proposition d'un pari, alors elle hocha la tête lentement avec un petit sourire.

« Dac … alors … hmm …. »

Kumiko fit mine de réfléchir en tapotant sa bouche de ses doigts, puis rapidement elle sembla alors une idée.

« Ok alors si tu gagnes, je te donne un baiser. »

Dit alors la rouquine avec un petit sourire dans le coin de sa bouche. Elle était assez sérieuse, mais si elle n’était pas vraiment amoureuse de son camarade, il était assez mignon pour lui offrir un baiser. Et puis c’était innocent un baiser ? Ce n’était pas comme si elle allait tomber enceinte et se marier avec lui. Elle n’était pas très attachée à l’argent, tant qu’elle en avait assez pour faire ses recherches. Kumiko était un peu rêveuse d’un certain côté, normal pour une Saibogu non ? Elle avait en tout cas bien saisi que cet affrontement n’allait pas être si anodin que cela.

« Bon tu es prêt chéri ? »

Ajouta alors la kunoishi amusée en posant ses mains sur ses hanches en signe de défi. Elle pencha la tête légèrement sur le côté en le voyant prendre un simple kunaï, à leur niveau c’était très peu crédible. Il s’était de toute façon vanté de ses capacités de fuinjutsu, alors elle se méfiait. Elle regarda alors le vol du kunai, et elle tendit la main en formant un signe derrière celui-ci. Lorsque l’explosion se produisit, elle se fit aspirer dans un sceau, tandis qu’elle faisait un clin d’œil. Elle déroula le début d’un parchemin en apposant sa main sur le sceau, et elle sortit une sorte de tube fermé en métal noir. Elle retira une goupille et elle le lança entre les deux adversaires. Un léger bang se fit entendre et une fumée commença à s’en dégager. Bientôt, elle allait recouvrir tout le terrain de combat. Elle haussa les épaules comme si elle devait presque s’excuser, puis elle posa deux doigts sur sa propre bouche et lui envoya le baiser ainsi.

« A bientôt … »

Kumiko attendit un petit peu que la fumée la cache avant de faire sortir une aile volante, et elle décolla dans les airs afin de le surprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Ven 4 Aoû 2017 - 17:16

- Seulement un baiser ? On dirait que tu n’es vraiment pas sure de ta victoire.

Comme il s’y attendait, l’explosion de son parchemin n’inquiéta pas la jeune femme qui se contenta de l’aspirer à l’intérieur d’un autre sceau. Rien d’extraordinaire, mais cela avait au moins le mérite de marquer le début de l’affrontement. Elle enchaina ensuite en lançant un projectile entre eux qui se mit rapidement à produire une grande quantité de fumée. Cela amusa beaucoup le Sabakyô, parce que s’il ne possédait pas de dons de sensorialité lui permettant de localiser son adversaire à travers une fumée dense, sa maîtrise clanique lui permettait de passer outre, il comptait bien se servir de cette fumée à son avantage.

Il lança alors deux Kunais arborant un sceau devant lui. Il ne s’agissait cependant pas de parchemin explosif, mais également de fumigène. Cependant, ceux-ci avaient une nature particulière puisqu’ils contenaient un gaz provoquant une désorientation handicapante à quiconque venait à l’inhaler. S’il avait une légère odeur qui trahissait sa présence, mêlé à un fumigène, il pouvait être difficile de s’en rendre compte suffisament tôt.

- Je te vois venir avec tes techniques, tu te dis qu’avec toute cette fumée, on aura un peu d’intimité. C’est malin de ta part.

Si Fujisawa aimait toujours utiliser l’humour, même en combat, il espérait surtout une réponse lui permettant de l’aider à la localiser. Il savait qu’elle était capable de repérer son chakra et cela suffisait à le mettre dans une situation désavantageuse. Il fit néanmoins un saut en arrière après avoir trahi sa position en parlant, il ne fallait pas trop lui faciliter la tâche non plus.

Il saisit alors un sceau dans chaque main, l’un pouvait lui permettre d’absorber une technique tandis que l’autre pouvait lui permettre de restreindre les mouvements de sa cible au contact. Il se tenait prêt à être surpris à tout instant. Il fallait s’attendre à tout contre un Saibogu. Si leurs armes à feu étaient généralement bruyantes, ce n’étaient leurs seuls jouets et compter uniquement sur son ouïe pouvait se révéler dangereux.

Fujisawa espérait juste qu’il n’allait pas être obligé d’utiliser son ninjutsu pour ne pas se faire éclater. Comme il avait bien développé ses capacités claniques et sa maitrise du Doton, il avait naturellement une facilité dans ce domaine et plus les combats s’enchainaient, plus il réalisait l’importance d’être polyvalent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 617
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Sam 5 Aoû 2017 - 14:40

Kumiko sourit doucement en sentant que le Sabakyo désirait plus que cela. Il n’avait même pas dit ce dont il offrait en cas de sa victoire, mais ce n’était pas bien important. Cela pouvait bien être le même prix, la rouquine ne savait même pas si elle voyait le prochain jour se lever. C’était que la vie de rebelle était risquée après tout. Il y avait une sorte d’attirance mutuelle dans leur étrange relation, mais elle doutait que c’était de l’amour. La Saibogu ne jouait pas à cela avec d'autres, mais uniquement lui. Elle allait bien trouver ce qu’elle allait faire de cette explosion dans la suite de ce combat dorénavant enfermée.

Kumiko avait bien fait de décoller grâce à son aile de vol lorsqu'elle vit d'en haut qui se produisait davantage de fumée qu'à l'accoutumer. Elle connaissait bien ses inventions, mais la fumée ne se déployait pas comme d’habitude. Elle n’était pas sans ignorer les capacités de son compagnon de lutte, alors c’était sans doute une mauvaise idée d’y aller pour le moment. La jeune femme tourna son regard vers les spectateurs autour, elle espérait tout de même qu'ils ne soient pas touchés. Elle pouvait paraître excentrique, elle n'était pas idiote, alors elle ne répondit pas à sa petite phrase mesquine. Elle se contenta de sourire simplement presque avec une certaine tendresse, mais elle ne devait pas se laisser aller. L’aile de vol silencieuse faisait des ronds au-dessus de la zone enfumée. Elle glissa ses lunettes de protection, qui se trouvaient dans ses cheveux de feu sur ses yeux, et elle ajouta un verre particulier en l'activant avec un peu de chakra. Cela lui permit alors de localiser avec précision son adversaire dans la fumée. Il avait un peu reculé, mais sans doute pas assez.

Kumiko indiqua alors les coordonnées à la tourelle inactive depuis le début, et immédiatement une sorte de bruit de ventilation commença. Puis peu de temps plus tard, la tourelle commença alors à tirer une volée de plomb dans la direction dans un bruit caractéristique de sulfateuse. C’était une attaque dangereuse pour quelqu’un qui ne voyait rien, mais elle était certaine qu’il pourrait se protéger grâce au bruit. Ce n’allait pas être la seule surprise évidemment, en un passage au-dessus de la cible, elle toucha alors un parchemin, qui libéra plusieurs mines se posant sur le sol en attendant le moindre mouvement pour exploser.

La Saibogu commença à prendre de la hauteur avec son aile volante, maintenant cela n’avait aucun sens de rester si proche du sol. Elle toucha un symbole sur son bras, c’était une de ses inventions les plus neuves. Elle était encore en phase de test pour tout dire. Un énorme fusil dont le canon devait bien faire presque un mètre apparu dans un petit nuage. Elle ouvrit le barillet pour y mettre une balle classique pour le moment. Autant ne pas y aller trop fort dès le début. Elle essayait de calmer sa respiration, de prendre sa concentration malgré tous les bruits de tirs, l’angoisse du moment. Elle commença à poser le fusil contre son épaule en penchant la tête. Elle avait toujours sa vision du chakra de son ennemi et ce malgré la fumée. Elle poussa alors un grand soupir pour vider ses poumons et minimiser les mouvements. Elle visa le centre du torse et elle tira dans un grand bruit de tir une balle de sept millimètres chargée de poudre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Dim 6 Aoû 2017 - 2:23

Ce ne fut que lorsqu’il entendit la tourelle de Kumiko se mettre en route que Fujisawa comprit son erreur. Provoquer quelqu’un en duel dans sa spécialité n’était effectivement pas la meilleure chose à faire pour lui. Ses sceaux n’étaient pas fait pour combattre et c’était là sa plus grande faiblesse, il faisait bien trop confiance en sa maitrise du Doton pour le sortir de toutes les situations. Il n’avait néanmoins pas dit son dernier mot, rangeant son sceau d’immobilisation pour le moment, il se servit du deuxième pour contrer la vague de balles de la sulfateuse, les absorbant à l’intérieur du parchemin. Sans prendre plus de temps, il rejeta le contenu du sceau dans la direction où il était venu. Il ne savait pas si cette salve allait être suffisante pour rendre inopérant le jouet de la Saibogu, mais c’était la seule cible qu’il pouvait localiser aisément.

Soudain, sans qu’il ait eu le temps de vérifier le résultat de l’assaut, il remarqua que d’autres objets se mirent à tomber sur sa position. Avec toute cette fumée, il ne put pas remarquer leur nature, mais il s’aperçut néanmoins que ceux-ci n’allaient pas le toucher. Sans savoir ce que c’était, il devinait bien que ce n’était ni anodin ni inoffensif. De plus, la provenance de ces objets laissait penser que Kumiko n’était pas restée gentiment les pieds au sol.

Puis, comme pour compléter cet enchainement d’événements imprévus, il entendit un bruit sourd caractéristique des armes de la Saibogu. Conscient que celles-ci pouvaient s’avérer létales, Fujisawa réagit immédiatement en essayant d’esquiver le projectile en se jetant sur le côté. Malheureusement pour lui, il avait grandement sous-estimé la vitesse de la balle qui vint se loger dans son ventre. Une vive douleur s’empara alors de son corps, sans que cela ne fut insupportable pour autant. Il avait déjà connu pire et il pouvait continuer.

Se relevant avec peine, il agita rapidement sa main pleine de sang avant de se repositionner en position de combat. Ce ne fut que lorsqu’il recula sa jambe arrière qu’il remarqua que le choc lui avait fait perdre notion de l’espace autour de lui pendant un bref instant. Ce bref instant fut cependant suffisant pour son pied d’atteindre l’un des petits objets qui étaient tombés du ciel. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’une explosion se déclencha sous celui-ci. Ce fut ainsi que, pitoyablement, il fut mis à terre une seconde fois en quelques secondes.

- Bon, je crois qu’on va devoir revoir sérieusement ta définition d’entraînement…


Le Sabakyô lâcha ses quelques mots dans un râle de douleur. Le souffle de l’explosion qui entraîna celle des autres mines alentours avait dissipé une grande partie de la fumée alentours, permettant à tous d’apercevoir son corps blessé. Loin d’être paralysé par la douleur, il affichait toujours le même sourire tout en essayant de se relever avec quelques difficultés.

- On va revoir les notions de base, c’est mieux les bases, c’est plus sûr…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 617
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Dim 6 Aoû 2017 - 18:27

Kumiko était une combattante à distance, et puis elle ne s’était pas amusée à mettre en place de la fumée pour y rester. Elle n’était pas plus gênée que cela par de l’occlusion visuelle, alors elle était surtout avantagée. Elle s’était attendue à des attaques, mais sans doute avait-elle trop arasé son ami d’assauts. Elle était certaine que Fujisawa pouvait se défendre que ce soit avec du fuinjutsu comme ces protections de terre. Elle commençait à le connaître après tout, alors elle ne s'était guère retenue de l'attaquer de toutes parts. Elle maîtrisait quant à elle la foudre seulement à l'époque, mais elle ne l'utilisait pas véritablement pour le coup durant le combat. La rouquine pensait d’ailleurs devoir y aller encore plus fort afin d’avoir raison de son ami en duel, même amical. Ce n'aurait pas été un juste entraînement si elle avait été avec le dos de la cuillère.

La Saibogu ne s'était pas attendue à vaincre Fujisawa avec sa tourelle, ce n'était que de l'appoint et dans le rôle précis d'aujourd'hui uniquement de la distraction. Elle était fragile, utile dans un certain point, et elle faisait plein de bruits. C’était l’outil parfait pour piéger son adversaire dans sa toile. La rafale de balles de la sulfateuse se retourna alors sur la tourelle, qui tomba rapidement en morceaux. Cependant, elle avait déjà fait son office, c’était bien le seul élément repérable dans la purée de pois. Peut-Être aurait-il mieux fait de sortir de là, mais, il s'était mis en tête que la rouquine allait foncer tête baissée.

Kumiko n’avait pas pensé que son adversaire amical du jour pourrait repérer sa position ou du moins en avoir une petite idée avec son largage de mines, mais c’était juste. Ce serait encore une autre chose à travailler. Le bruit sourd et puissant de la détonation unique provenant du ciel avait laissé une balle fondre sur le pauvre Sabakyo. Il était devenu sans doute très difficile au beau milieu de la fumée de comprendre ce qui pouvait se passer exactement. Une balle de fusil était bien plus rapide que tous les projectiles lancée par un humain comme un kunai par exemple. Sans doute surpris, mais sans se protéger réellement, il se prit la balle au niveau du ventre, mais à cet instant-là, elle n’avait rien remarqué. Puis les mines explosèrent tout autour de Fujisawa abimant ses jambes. Heureusement, les charges utilisées n'étaient pas très puissantes. Elle arrondit en gros les yeux en voyant les blessures consécutives qu’elle venait d’infliger à son compagnon, alors immédiatement elle cessa le combat en rangeant son sniper dans son sceau. Elle descendit rapidement en poussant bien les réacteurs afin de pousser autant que possible la fumée.

« Mais ?! Qu’est-ce que tu as foutu enfin ? Tu espérais parer la balle avec tes dents ! Mais c’est pas vrai ! Médecin ! »

Kumiko ne rigolait pas du tout sur le coup en criant pour un médecin, elle ne pouvait pas s’imaginer le blesser ainsi. Très rapidement, elle vint presser la blessure au ventre qui saignait abondamment. Elle attendit qu’un médecin rebelle arrive, et elle allait garder ses deux mains sur la blessure afin de minimiser l’aggravement de la blessure.

« Tu aurais dû former une barrière de chakra avec plusieurs sceaux pour te protéger ! C’est un moyen simple et durable, vu que tu peux le maintenir pendant un temps ou enfermer quelqu’un à l’intérieur ! Avec le fuinjutsu, tu dois toujours avec un coup d’avance. Tu peux briser un genjutsu, paralyser quelqu’un ou encore sceller le chakra ennemi. »

Engueula Kumiko alors comme du poisson pourri Fujisawa. Elle était plus inquiétée que véritablement énervée. Elle avait l’habitude de l’école, elle sortait presque de l’académie des Saibogu dans le pays des déserts, alors elle en avait gardé la verve professorale. Elle soupira légèrement en essayant de se détendre, et ce fut à ce moment-là qu'elle s'aperçut qu'ils étaient tout proches l'un de l'autre. Elle le regarda dans les yeux pendant un moment de flottement alors que le médecin arriva afin d’extraire rapidement la balle et de sécuriser la blessure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Lun 7 Aoû 2017 - 22:34

Kumiko ne tarda pas avant de venir au secours du Sabakyô qui s’amusait bien en voyant sa réaction. Si sa blessure n’était pas agréable, elle n’était pas aussi grave que semblait penser la Saibogu à la vue de son inquiétude. Il n’allait cependant pas se plaindre de son comportement, ce n’était pas tous les jours qu’il avait quelqu’un qui se préoccupait de sa santé. Cela ne l’empêcha cependant pas de se faire engueuler comme un gamin qui n’aurait pas suivi une règle élémentaire de sécurité. S’il était légèrement déçu de lui-même et de l’erreur pitoyable qu'il avait commise, il trouvait la situation bien trop comique pour regretter son acte.

- Arghhhhh… Tu m’as tué, comment as-tu osé ? Je me vengerai….


Fujisawa rendit alors son souffle après un long râlement de douleur avant d’exploser de rire. Son rire ne dura qu’une seule seconde avant de s’arrêter net à cause de la douleur que cela lui avait engendré. S’il serrait les dents, cela ne l’empêchait pas de sourire bêtement à son équipière qui se tenait à quelques centimètres de lui et qui faisait son possible pour tenter de l’aider à restreindre sa blessure.

- J’aurais dû faire une barrière de chakra, tu as raison. Tu me montreras ça quand le médecin en auras fini.


- Je vous rappelle que je suis censé être en pause aussi aujourd’hui, j’ai pas le temps pour vos conneries.

- Excuse-moi d’avoir pris une balle dans le bide, je vérifierai que tu n’es pas en pause la prochaine fois !


Ce fut au même moment que le médecin décida d’extraire la balle de manière peu délicate, exprimant ainsi sa réponse à la plaisanterie de son patient. Malgré son manque d’humour, ses capacités médicales étaient très correctes et les blessures furent rapidement soignées. Une douleur persistait, mais c’était plus désagréable que dérangeant.

- Et si au prochain combat, ta blessure se rouvre toute seule, faudra pas venir te plaindre hein, vous n’avez pas des pauses pour rien…

- Je t’avais bien dis que tu te ferais exploser, tu l’as ramèneras moins la prochaine fois !


Se contentant de sourire face à cet enchainement de critique, le Sabakyô se remit debout avant de marcher en direction de Kumiko. Si les choses ne s’étaient pas passées comme il l’avait prévu, il n’avait pas abandonné son envie de s’entraîner pour autant.

- Alors, tu me disais, des barrières de chakra ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 617
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Mar 8 Aoû 2017 - 9:17


Kumiko était une rêveuse, une rebelle, mais elle avait tout d'abord un profond respect de la vie pour les innocents, et on pouvait dire que s'en était la définition exacte dans ce cas là. Après tout, ce n'était qu'un entraînement entre jeune gens d'un même camp, alors il ne devait pas finir en morceaux avec la rouquine à rire de son échec. Elle était peut-être un petit peu trop tendre pour être une shinobi. On attendait sans doute d'une guerrière des ombres d'être froide, calculatrice et sans pitié aucune, mais ce n'était pas le cas de cette Saibogu. Tuer quelqu'un ne la dérangeait pas si c'était justifié, peut-être que c'était encore plus horrible de se chercher des excuses pour assassiner, mais c'était sa forme d'équité morale. Elle était peut-être un petit peu trop inquiète à propos de son partenaire d'entraînement, mais Kumiko était je personne entière. Elle ne savait pas cacher ses émotions lorsqu'elle ne se trouvait pas en mission. Elle se préoccupait de la santé de tous ses compagnons, ils étaient frères de lutte, et même ceux qu'elle n'appréciait pas valaient toujours mieux que l'empire. Elle était véritablement une professeur née, et sur le coup, elle ne s'était pas retenue de houspiller le Sabakyô de son erreur. Elle avait attendu une réaction normale, enfin la normalité était sa vision des choses. Elle était une grande spécialiste de fuinjutsu, ce n'était pas comme si elle avait le choix de toute façon avec ses inventions.

« Tu... Ça te fais mal ? »

Commença alors par demander les yeux presque plein de larmes devant les râles de douleur. Elle savait qu'il n'allait pas mourir, mais les garçons avaient toujours l'habitude de tout exagérer à ce niveau là. Cependant, elle se rendit vite compte que Fujisawa se moquait d'elle à l'entendre éclater de rire. Alors elle ne se retenait pas de lui donner de petites frappes dignes d'un enfant de dix ans pour jouer.

« Mais ! Mais qu'il est bête ! Je m'inquiète pour lui et il joue la comédie ! »

Kumiko jouait les blesser, mais au fond d'elle, la rouquine était davantage rassurée de la situation à le voir rire. C'était bien le signe qu'il n'allait pas si mal que cela, et qu'il ne lui en voulait pas d'aucune façon. Elle releva son regard dans la direction du jeune homme avec un léger sourire.

« Tu es idiot, mais j'aime bien ça. »

Dit alors Kumiko avec une légère tendresse dans la voix, même si elle venait clairement de l'insulter. Il y avait du public actuellement, ils étaient tout de même une bande de combattants, alors difficile de complimenter pour une femme sans passer pour une faible. Elle désirait se montrer forte, et en tant que femme, elle le devait deux fois plus. Elle hocha la tête en entendant qu'elle devait lui montrer de former une barrière de chakra, c'était une des façons les plus efficaces qu'elle connaissait, même s'il y avait ses règles à respecter pour ce genre de techniques. Elle ne releva pas les petites piques que se lançaient les deux hommes en permanence. C'était une rivalité des plus particulière, typiquement masculin. Elle ne pouvait penser que le médecin était si cruel que cela. On ne s'entraînait pas à ce genre d'art uniquement pour l'argent ou la gloire, ce n'était pas possible à ses yeux. La rouquine était bien trop idéaliste sans doute dans ce monde de dupes.

« Je te remercie de le soigner, il s'est jeté sur la balle exprès pour que l'on prenne soin de lui... »

Dit alors en soupirant la jeune femme en pressant un doigt contre sa joue en faisant une tête exprès d'une personne gênée par la situation de l'idiot du village. Elle regarda faire le médecin, mais elle ne comprenait pas tout ce qui se passait. Cela semblait en tout cas très correct comme traitement, et c'était juste quil risquait de garder cette vilaine trace de balle pour la vie entière au niveau de son ventre. Tout à chacun autour y allait de son commentaire suite au combat, qui avait alors une conséquence logique. Le Sabakyô avait perdu le duel en se focalisant uniquement sur le fuinjutsu. Elle était agacée des les entendre être si méchant avec Fujisawa, il avait fait de son mieux, alors pour les faire taire, elle se leva à la hauteur de ce dernier elle posa ses mains sur ses épaules et elle lui glissa en penchant la tête sur le côté un simple baiser des plus innocents sur ses lèvres. Ce n'était pas grand chose, mais c'était une façon plutôt simple pour faire taire toute l'assemblée présente. Cela ne voulait pas dire qu'ils allaient finir marier, il ne fallait pas exagérer, ce n'était qu'un baiser. À ses yeux, ce n'était pas grand chose, même si elle appréciait cet homme plus que les autres. Elle se releva alors rapidement comme si de rien n'était, mais elle devait trouver une excuse pour tous les autres qui regardaient bouche bée ce qui venait de se passer devant tout le monde. Elle posa ses mains sur ses propres hanches avant de s'exclamer.

« Et bien quoi ? J'ai abandonné le combat en venant l'aider, donc techniquement j'ai perdu ! »

Il n'y avait que la Saibogu qui devait y croire, ou du moins qui devait trouver que l'excuse était bien trouvé. Le Sabakyô se dressa à nouveau devant elle, et la jeune femme ne put s'empêcher de rougir légèrement réalisant ce qu'elle venait de faire. Elle se frotta un peu sa propre joue de gène, mais elle rebondit rapidement à la demande de Fujisawa.

« Oui ! Une barrière de chakra ! Elle peut servir à se protéger, à fermer une zone ou encore à enfermer quelqu'un. Cela demande au préalable se disposer de trois ou quatre repère, même si deux peuvent se montrer suffisant à la limite. Cela demande du chakra pour le maintient des murs, mais cela peut s'avérer efficace. Certains murs les plus efficaces peuvent même stopper les attaques les plus massives ou même blesser au contact. Ces murs peuvent être détruits par des attaques correspondantes au chakra utilisée. Il y a de multiples sceaux possibles, mais en voici un exemple. »

Kumiko prit alors trois petites sphères de métal qu'elle lança en triangle devant elle. La jeune femme dut alors formé un signe à l'aide de ses mains afin d'activer les petites machines, qui se deployèrent afin de générer un mur de chakra violet entres elles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Mer 9 Aoû 2017 - 21:01

Quelle ne fut pas la surprise de Fujisawa lorsqu’il fut ainsi agressé sexuellement par la kunoichi. Lui qui était si pur et si innocent se retrouva traumatisé par un tel acte ignoble, enfin presque… S’il avait bien remarqué une certaine proximité avec elle, il commençait à se demander ce qu’elle pouvait bien penser pour agir ainsi. Loin de lui l’envie d’avoir cette conversation, il se contenta comme à son habitude d’un sourire, écoutant avec attention ses explications sur les barrières de chakra. Ce n’était pas une notion qu’il ignorait totalement, il avait déjà eu l’occasion d’en voir, mais sans véritable apprentissage du fuinjutsu, il ne le maitrisait absolument pas.

- Il s’agit donc de se servir de point de repère qui serviront d’extrémités pour le mur. Je vais essayer.

Fujisawa saisit alors deux bouts de parchemins vierges sur lequel il s’appliqua à inscrire un sceau. S’il ne maitrisait ni la technique en question ni le domaine du fuinjutsu, il n’était pas totalement débutant non plus et il restait capable de réaliser des sceaux, même si ceux-ci restaient assez faibles en général. Lorsqu’il eut fini, il les montra à sa professeur du jour.

- T’en pense quoi ?

Il plaça ensuite les deux sceaux sur le sol à quelques mètres l’un de l’autre. Effectuant un signe avec ses mains, il activa les deux sceaux, formant ainsi un mur entre eux. Le mur n’était pas spectaculaire et n’avait pas grand chose à voir avec celui de Kumiko, mais pour un premier essai, c’était déjà ça. Sans attendre, il effectua une série de mudras, aussitôt une petite pierre surgit du sol avant de se précipiter sur la barrière de chakra. Cette dernière ne réussit malheureusement qu’à ralentir le projectile avant de se briser.

- Bon, c’est pas encore ça, mais ça reste un début.

Loin d’être satisfait de sa réalisation, le Sabakyô recommença encore et encore jusqu’à finalement être capable de créer un mur résistant à des attaques de niveau correct. S’il avait réussi à maitriser la technique en quelques minutes seulement, son endurance en avait prit un sacré coup et ses réserves de chakra étaient presque vides.

- Bon, je dois bien avouer que je ne m’attendais pas à ce que notre entraînement en arrive là. Mais bon, au moins, maintenant je sais faire avec le Fuinjutsu ce que j’ai presque toujours su faire avec le Doton. Enfin, le champ d’application reste plus ouvert, c’est déjà ça. On passe à la suite ?


Fujisawa posa sa question avec un regard malicieux. Il était conscient qu’il prenait du temps à son équipière alors que l’apprentissage était loin d’être réciproque pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 617
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Jeu 10 Aoû 2017 - 8:50


Visiblement l'harcèlement dont fut la cible le pauvre et innocent Fujisawa de la part de la Saibogu perverse fut rapidement acceptée. Sans doute qu'avec plusieurs séances de psychanalyse seraient nécessaires, mais rien n'était moins certain. Quoi qu'il en soit, Kumiko sembla en faire totalement abstraction l'instant d'après son geste, qui en étonna plus d'un. Elle avait sans doute sa propre manière de fonctionner à l'instar de ses machines. Sans doute que l'excuse qui avait été trouvé par la vile manipulatrice était assez léger, mais il fallait avouer qu'elle n'y croyait pas réellement elle-même. Elle gardait alors maintenant une distance respectable entre eux deux de peur de le voir se rapprocher. Était-ce pour se protéger ? Peut-être quelque part oui. Pourrait-il se passer encore autre chose ? Espérons seulement qu'il ne faille pas attendre une autre blessure ! La rouquine n'avait aucune envie d'avoir ce genre de discussion explicative intime avec cet homme devant tout le monde.

« Il y a diverses manières de procéder pour un même résultat, il n'y a pas qu'un seul type de sceau pour former une barrière. Il y a simplement un équilibre à trouver, c'est ainsi que l'on peut deviner le fonctionnement d'un sceau en le regardant. L'intérêt d'utiliser des repères est d'étendre la zone du sceau, car protéger trente centimètres carré n'est pas très intéressant. Selon les capacités de chacun, il est possible de former directement un sceau géant par exemple, sans donc se préoccuper de devoir utiliser des repères, car lorsque l'ennemi l'aura comprit, cela deviendra plus compliqué de le vaincre. C'est pour cela qu'il faut toujours avoir au moins un coup d'avance, comme au jeu de go. »

Kumiko observa alors avec soin Fujisawa s'essayer à l'art du tracé de sceau de protection, c'était correct, un petit peu trop brouillon et simple à son goût, mais cet art était le genre à se perfectionner en permanence avec le temps. Il y avait encore du travail à accomplir, mais il avait la fibre de cet art, car il suffisait de regarder comment certains benêts de la bande observaient ces drôles de dessins dubitatif. Malgré la situation de guerre, les différences plus ou moins grandes entre les rebelles, il y avait une sorte de cohésion et la Saibogu semblait n'avoir aucun problème à devenir professeur intérimaire, même si elle était exigeante de ses élèves. Elle regarda alors les dessins que lui montra alors son compagnon de lutte.

« C'est un bon début, le tracé est juste et cela peut fonctionner, mais tu dois t'exercer afin que cela devienne naturel, car en combat tu n'auras pas tout ce temps. C'est en forgeant que l'on devient forgeron dit-on. »

Dit alors avec un sourire appuyé la rouquine à son élève. C'était une façon de mélanger bienveillance et encouragement avec un besoin de le pousser à encore travailler et ne pas se reposer sur ses acquits. Il était nécessaire en permanence de se remettre en question, même lorsque l'on était un grand artiste en son domaine. Le fait de former un signe n'était que d'activer à l'aide de son chakra la technique, c'était peu important au final. Le mur fut formé, il n'était pas droit et fragile, mais il avait l'intérêt d'être présent, et ce pour un premier essaie, c'était déjà très bien. La Saibogu acceptait d'enseigner, mais il fallait que l'élève en est la fibre et quelques dons. Sans affectif particulier, jamais elle n'irait enseigner à quelqu'un de totalement étranger à quelque chose. Elle était une émotive, et ne parlez pas qu'elle était une femme. Elle fonctionnait ainsi par passion de la vie sans doute. Elle regarda le test de la pierre contre la barrière de chakra, elle se contenta de hochet la tête doucement.

« Avec de l'expérience, tu placerais mieux tes repères. Tu pourras même donner une forme à tes murs dans des symboles géométriques simples ou complexes. Tu formeras des sceaux plus fort et résistants, mais il t'en coûtera davantage d'énergie. Avec la pratique vient l'expérience, et petit à petit tu consommera moins de chakra pour une même activité. »

Kumiko observa alors l'acharnement de son élève à maîtriser la technique. Il ne lâchait rien et il n'avait pas peur de s'épuiser à la tâche, alors la Saibogu le corrigeait en le conseillant de comment elle aurait fait. Elle utilisait en permanence des sceaux plus ou moins complexes ou même croisés afin d'obtenir des machines fonctionnelles. Il était alors normal que ce type d'art avait peu de secret, qui lui résistait longtemps.

« Je pense qu'il est important de pouvoir disposer de plusieurs manières pour une même action. Après tout, si ton adversaire trouve une manière de neutraliser tes défenses de terre ou dispose d'un élément avantageux, tu seras content de pouvoir te défendre avec des murs comme ceux-là. Tu peux d'ailleurs les maintenir un certain temps, mais cela demande de la concentration et davantage de chakra. Évidemment, si tu es capable de former des murs suffisamment solides, tu peux donc neutraliser des ennemis en les enfermant à l'intérieur ou encore rajouter des effets abrasifs aux murs de chakra ou tout ce qui peut te passer par la tête. »

Kumiko sentit que son nouvel élève n'était pas eu genre à flemmarder, il désirait toujours aller plus loin et cela lui plaisait.

« Passer à la suite ? Très bien alors, on peut très bien parler de sceaux destructeur de sceaux. Cela demande d'étudier les sceaux ennemis, de trouver des failles, de les utiliser et de rompre ce dernier. C'est la solution la plus simple pour s'en débarrasser, mais cela demande de solides connaissances si le sceau s'avère complexe. »

C'était d'un niveau bien plus supérieur, mais pour Fujisawa, cela ne lui faisait rien de donner de son temps. Il était quelqu'un qu'elle appréciait. Elle avait même prit sur elle de le convaincre et de l'amener jusqu'ici. Elle sortit alors un parchemin avec un sceau mineur de débutant. Il était faible, fonctionnel, mais l'intérêt n'était pas là. L'exercice de neutralisation d'un sceau ennemi était un petit peu comme une course et un défi d'intelligence en permanence. C'était sans doute pour cela qu'elle avait l'impression que c'était une sorte de jeu tactique les combats malgré la violence et l'envie de meurtres qui habitait les deux opposants. Le forma alors un sceau piège au sol à base d'électricité, c'était un de ses éléments. Elle n'expliqua pas la fonction du sceau, elle se contenta alors d'un grand geste d'invitation à son élève. Il allait devoir lire le sceau, qui était simple, mais s'il se trompait, il risquait une petite surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Sam 12 Aoû 2017 - 1:23

Fujisawa écoutait avec attention Kumiko. S’il avait l’habitude de plaisanter en permanence et de rester distant avec les autres, c’était différent cette fois-ci. Sans vraiment comprendre pourquoi, il avait baissé sa garde et c’était un peu cela qui l’avait amené à apprendre d’une autre personne. S’il avait eu des cours lors de son enfance avec son clan, il n’avait jamais écouté personne depuis lors pour progresser, se contentant d’observer ou d’improviser. S’il savait que cette méthode avait ancré en lui des mauvaises habitudes, il n’avait jamais pu se résoudre à demander de l’aide à autrui et comme il ne faisait confiance à personne, personne ne le lui avait jamais proposé. Cependant, depuis qu’il avait commencé à travailler avec la rébellion, il sentait qu’il pouvait se permettre de relâcher son attention, que les personnes qui dormaient à proximité n’allaient pas l’égorger pendant son sommeil. On était encore loin d’une confiance aveugle, mais il avait arrêté de regarder par dessus son épaule. S’il s’agissait d’une sensation nouvelle, il craignait qu’elle pût avoir une mauvaise influence sur lui.

- J’ai déjà les bases de la rupture de sceau, ça m'a été bien utile par le passé. Par contre, je dois bien avouer que pour un sceau de haut niveau je n’ai jamais réussi. Enfin, il faut bien commencer quelque part.


S’il avait encore beaucoup de choses à apprendre dans ce domaine, il était incorrect de penser que le Sabakyô était un débutant en fuinjutsu. Il ne s’était clairement pas suffisament entrainé dans le domaine, mais cela faisait bien une dizaine d’année qu’il avait réalisé ses premiers sceaux. Il avait appris cet art surtout dans un objectif pratique, pour se permettre de transporter son équipement et remplir ses missions plus facilement. Faute de professeur et comme il ne voyait pas vraiment l’intérêt d’approfondir, il s’était malheureusement arrêté rapidement de l’explorer.

Se penchant vers le sceau de la jeune femme, il l’observa rapidement avant de sourire et de se tourner vers son propriétaire.

- Je veux bien reconnaître que j’ai été pitoyable tout à l'heure, mais n'exagère pas non plus.


Concentrant son chakra, il brisa le sceau sans difficulté. Il avait bien remarqué que ce dernier n’avait aucune complexité, même pour lui. Il fut néanmoins légèrement rassuré en voyant sa réussite, il n’était pas encore prêt pour se faire ridiculiser à nouveau.

- Essaie de faire un sceau que je n’arriverais à pas rompre. Qui sait, tu auras peut-être plus de mal à y arriver que tu ne le penses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 617
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Sam 12 Aoû 2017 - 18:38

Kumiko avait la capacité de rapidement s’attacher aux personnes qu’elle appréciait, alors peut-être avait-elle le contact bien plus rapide, et nécessairement la confiance qui allait de pair. Elle était une personne assez vraie, qui naturellement n’essayait pas de tromper outre mesure. Sans doute que pendant une mission cela pourrait être différent, mais l’on ne parlait pas de cela ici. Le fuinjutsu était toute sa vie et son étude extrême de cette science avec le clan des Saibogu était nécessairement très connue de par le monde et surtout au sein des forces de la rébellion du désert. Elle aidait naturellement ceux qui s’en montraient dignes, et elle le faisait avec ardeur. La lutte des rebelles était âpre et difficile, par conséquent, cela devait aider la manière de coopérer entre les différents intérêts multiples ici regroupés dans une seule et même quête, la destruction de l'empire. Certains avaient des intérêts purement de survie, d'autres pour ne pas laisser tel ou tel clan gagner en influence, ou encore par idéologie, mais tous se retrouvaient dans la fin de l'empire. Le dictateur n’avait eu de cesse de gagner en puissance, en influence, mais ce qu’il avait réussi à faire était tout de même extraordinaire, rassembler presque tous les différents peuples contre lui.

La rouquine avait toujours eu une confiance assez forte pour ceux et celles qu'elle avait choisies comme compagnon. Elle n’était pas si difficile que cela, mais certains défauts ou tares ne passaient irrémédiablement pas. Elle avait su faire fi du peu qu'elle vit en Fujisawa pour en extraire un homme de principe et de qualité. Peut-Être savait-elle voir le bien même dans les gens qui ne l'étaient pas forcément. La Saibogu hocha la tête en écoutant le Sabakyo se vanter de déjà savoir briser les sceaux, c’était tant mieux, mais il restait à le prouver. Elle avait pris le rôle de professeur, alors elle devait vérifier avant de proposer quelque chose de plus dangereux et risqué. On disait que l’on ne pouvait progresser que face à meilleur que soi, mais il ne fallait pas que cela dépasse totalement la personne. Elle rit largement en entendant Fujisawa à dire qu’il n’était pas si faible que cela en cette matière, et en effet, il put aisément déjouer le sceau électrique afin de le briser. C’était déjà un bon point, alors elle sortit un parchemin en hochant la tête.

« Bon bon …. Fort bien, alors, essayons ceci veux-tu ? Tu n’es pas un débutant tu as dit, alors cela se passera très bien. »

Il y avait plusieurs manières de débuter un combat ou n’importe quelle confrontation de toutes sortes qu’elle soit létale ou non. On pouvait évidemment essayer de frapper fort dès le début, et d’enfoncer l’adversaire sans pitié. On pouvait également au contraire commencer doucement afin de le tester et de découvrir son niveau, ses failles et forces. C’était sans doute ce que venait d’appliquer la Saibogu, que voulez-vous, on ne se refaisait pas. La rouquine toucha alors, le parchemin fournit d'écriture cabalistique, puis elle l'imprégna de beaucoup plus de chakra que le premier, qui était clairement pour débutant. Elle avait bien remarqué qu’il n’avait eu aucune difficulté à le détruire en un instant. Elle estima alors ses capacités en la matière en un petit peu supérieur à la moyenne. Les écritures commencèrent alors à s’échapper du parchemin afin de former un sceau plus complexe. Il se décomposait en deux partis, un sceau central qui était clairement une explosion de flamme, signe que la jeune femme ne maîtrisait pas que la foudre. Le symbole du feu était assez massif et bien visible, cependant, autour se trouvait un sceau de protection d’une fine couche, afin d’empêcher une destruction par un adepte du sceau piège de feu. Ce n’était sans doute pas trop difficile à le deviner pour quelqu’un comme Fujisawa, et elle comptait bien là-dessus, car évidemment, il y avait un piège. Elle espérait bien démontrer qu’il ne fallait jamais baisser sa garde et se penser être le meilleur. Il y avait toujours plus fort que soi, même lorsque l’on se pensait être un génie. Ce fut alors pourquoi elle dissimula habilement dans les écritures du piège de flamme, le même piège d'électricité faible que celui précédent. Les écritures étaient fines et noyées pour la plupart dans celui massif et bien visible du piège des flammes. Seuls quelques traits distincts de la foudre dépassaient de quelques centimètres et de la part d’un professionnel en la matière pourrait ouvrir un doute de sa présence. Il fallait être une personne très attentive et analytique pour le discerner. Elle fit quelques pas en arrière sans perdre son grand sourire.

« Très bien alors …. A toi mon grand ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Jeu 17 Aoû 2017 - 5:50

Si Fujisawa n’était pas particulièrement friand des énigmes à résoudre, il appréciait toujours un petit défi. Cela l’aidait toujours à se motiver et à donner le meilleur de lui-même. Cela n’avait pas été flagrant lors de l’affrontement précédent, il lui fallait donc rectifier le tir cette fois-ci. Si le premier sceau de la Saibogu n’avait pas été bien difficile, il savait qu’après lui avoir émis une telle requête, il allait être servi. La difficulté ne l’effrayait pas, il savait qu’elle était le meilleur moyen de progresser et après tout, c’était bien tout l’objectif de cet entraînement. Il observa donc Kumiko réaliser le sceau en question. Sans regarder ce qu’elle faisait avec concentration pour éviter de se faciliter la tâche en examinant le procédé en détail, il se contentait d’admirer l’attention qu’elle portait à sa réalisation.

Il n’avait pas l’habitude d’exprimer ses émotions et se contentait habituellement d’un sourire comme passe partout, allant même jusqu’à ce convaincre lui-même qu’il ne ressentait jamais rien, mais malgré cela, il devait bien reconnaître qu’il était reconnaissant envers la jeune femme. Même si elle n’était pas vraiment au courant de toutes les atrocités qu’il avait pu commettre par le passé, elle savait de quoi il était capable et semblait quand même lui faire confiance depuis le début tout en s’efforçant de l’aider lorsqu’il en avait besoin. Il n’oubliait pas qu’il n’était là que parce qu’elle le lui avait demandé, mais grâce à son attention, il n’avait jamais regretté cette décision.

- Très bien…

Le Sabakyô se pencha alors en direction du sceau qui venait d’être terminé. Un simple regard lui suffit pour voir que la difficulté n’avait rien à voir avec celui d’avant. Il remarqua rapidement que le sceau était composé de deux parties distinctes. S’il ne reconnut pas directement la partie centrale, celle qui l’entourait lui était bien plus familière, il s’agit simplement d’une protection visant à l’empêcher de le rompre. Il savait comment s’y prendre pour s’en occuper, mais celui au centre devait être neutraliser en même temps pour ne pas prendre de risque.

Reconnaissant quelques traits spécifiques au bout de quelques secondes, il en vint rapidement à la conclusion qu’il s’agit d’un piège, provenant probablement d’une affinité de la Saibogu. Il aurait misé sur le Katon, mais il ne connaissait pas suffisament l’affinité et son lien avec le fuinjutsu pour en être totalement sûr. Ce n’était pas totalement important, il n’avait pas besoin de cette information pour le rompre. A vrai dire, il avait même les compétences requises pour s’occuper des deux parties en même temps et cela l’intriguait. Il tourna alors sa tête vers Kumiko d’un air interrogatif. Allant alors lui poser une question, il s’abstenu au dernier moment, préférant ne pas voir son jugement altéré par sa potentielle réponse.

S’il n’avait rien remarqué d’étrange dans le sceau, il le trouvait presque trop simple à résoudre et il ne voulait pas se faire avoir comme un débutant trop pressé de montrer ses capacités. Mais la question demeurait entière, lui avait-elle réalisé un sceau qu’elle pensait à sa hauteur ou avait-elle réellement mis ses capacités à profit pour en faire un particulièrement compliqué ? Parce que s’il s’agissait de la deuxième réponse, le sceau ne pouvait clairement pas être limité à ce qu’il avait trouvé.

Il continua donc à chercher le moindre morceau d’inscription qui se différenciait du reste à la recherche d’une troisième partie plus subtile. Au bout de quelques minutes, alors qu’il avait déjà regardé son exercice dans tous les sens imaginables, il s’essaya à une technique différente. Plutôt qu’essayer de trouver une troisième partie, il commença à chercher des subtilités qui n’avaient rien à faire dans les deux parties qu’il avait déjà identifiées. Tout d’abord, le sceau de protection lui semblait parfaitement normal, il en avait déjà tellement vu et celui-ci n’avait rien de différent.

Au bout de quelques minutes d’analyses de la partie centrale, alors qu’il commençait à se demander s’il ne se prenait pas la tête pour rien, il remarqua un élément qu’il avait déjà vu. Alors qu’il pensait depuis le début qu’il s’agissait simplement d’une inscription destinée au piège en lui-même, il finit par réaliser qu’il n’avait vu cet élément que dans le piège précédant. Intrigué par cette piste, il comprit rapidement qu’un piège pouvait en dissimuler un autre.

Infusant son chakra avec particulièrement d’attention dans le sceau, il mit alors ses compétences en jeu pour venir prouver sa théorie. Il ne s’agissait même plus de prouver à son équipière qu’il était doué, il s’était suffisament pris au jeu de l’énigme qu’il devenait impatient d’en connaître la solution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 617
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Ven 18 Aoû 2017 - 19:02


Kumiko savait bien que le Fijisawa qu'elle avait su apprécier n'était pas un idiot fini, il était intelligent, malins et même sympas lorsqu'il s'en donnait la peine, c'est dire ! Il était forcé de constater que les premiers échanges avec le Sabakyo ne le mettaient pas en avant, c'étaient certains. Il semblait bien vouloir faire bien mieux à la mine de concentration qu’il affichait face au nouveau défi. Il y avait plusieurs façons d’appréhender l’exercice, soit il allait sous-estimer son travail, mais elle avait un doute, soit il allait se dire que quelque chose n’allait pas. D'apparence, le sceau était un petit peu plus compliqué à neutraliser, mais largement dans les cordes d'un adepte assidu du fuinjutsu, et la rouquine le savait. Cependant, résoudre l’énigme sans pour autant se faire électrifier ou brûler était une autre affaire.

Kumiko aimait les élèves passionnés, qui ne comptaient pas ses heures et les efforts, qui donnaient tout à chaque instant. Peut-être était-elle un peu trop exigeante, mais elle avait toujours réussi à trouver chaussure à son pied de ce côté-là. Elle avait l’habitude de savoir jauger les personnes, la Saibogu savait comment amener à penser de telle ou telle manière une personne. Il fallait simplement savoir lire entre les lignes, dépassés les simples mots et s’ouvrir à la passion de la recherche de l’inconnu. Il était aisé de marcher en terres conquises, mais bien plus ardue est la voie des premières découvertes. Chaque action, même à cette époque, était effectuée avec une grande minutie, il fallait réussir, procéder chaque geste à la perfection.

La jeune femme savait bien que les garçons avaient du mal à faire démonstration de sentiments. C'était comme s'ils avaient peur de paraître faibles, alors qu'il ne semblait que vivant. Elle avait appris à vivre avec ces étranges sortes d’humains, mais était-elle réellement différente ? Elle semblait très ouverte, exubérante, mais ce n’était que pour cacher une partie d’elle-même plus ou moins grande selon ses compagnons de voyage. Elle restait malgré tout persuader que Fujisawa ressentait des choses, il suffisait de le regarder pour qu’elle le sente. Kumiko ne jugeait que ce qu’elle avait pu vivre avec cet homme, ce qu’elle avait pu voir. Elle se doutait qu’avec des capacités héréditaires pareilles, des horreurs pouvaient bien être dans son passé, mais ce n’était pas important. Elle connaissait un homme droit, attentif à son égard, elle n’en demandait pas tant. Beaucoup parmi les rebelles s’en méfiaient, ce n’était qu’un mercenaire, mais il avait accepté cette cause pour elle. La rouquine le savait bien, ce n’était pas pour la future supposée dette. Après tout, c’était un pari risqué de supposer qu’une shinobi puisse être en vie plusieurs années plus tard. De plus, elle appréciait sa présence, alors elle ne se posait pas davantage de questions.

Kumiko observa alors les deux bras dans son dos proche de ses fesses et de sa tenue légère. Elle s’efforçait de ne rien montrer sur son visage, de peur de donner une quelconque indication. Elle sourit légèrement en penchant la tête légèrement sur le côté, alors que Fijisawa la regarda dans les yeux. S’il espérait avoir une réponse, elle resta muette, et la foule qui observait l’exercice n’espérait qu’une seule chose, que le Sabakyo se fasse avoir. Elle remarqua alors la prudence de son élève, c’était une bonne chose de ne pas se précipiter. Un ennemi n’allait pas mettre le mode d’emploi de son piège sous le nez, alors elle ne dirait rien. Plus le temps passait, plus la lourdeur de l'ambiance augmentait à mesure que le suspense était à son comble.

La technique qu’avait utilisée Kumiko était assez similaire à une tactique simpliste, mais souvent efficace, une shuriken dans l’ombre de la première. C’était le même genre d’artifice qu’elle avait utilisé dans ce sceau-là. Pour un membre du clan des Saibogu, usée de multiples sceaux à la fois dans une invention était chose courante, c’était ce qui rendaient les créations de ce clan impossible à utiliser pour un ninja non initié. Elle observa alors le Sabakyo commencer par neutraliser la protection, puis d’effacer habilement les deux pièges élémentaires liés. Elle ne put bien évidemment contenir plus longtemps de rapides applaudissements de la part de la rouquine, mais des râles tant déçus de la part du public. Il aurait pu se faire électrifier ou brûler au moins sortis quelques-uns d’entre eux. Elle passa ses bras autour de son cou en se pressant son corps contre le sien avec un large sourire, tandis que la plupart quittaient le terrain d'entraînement. Sans doute que le spectacle était comme terminé.

« Bravo ! Tu as réussi à lire le sceau dans sa globalité, mais il faudra que tu continues de travailler dur pour réussir plus rapidement la prochaine fois. Ce genre d’art demande de la patience, du doigté et un brin de magie. Je suis certaine que tu as toutes ses qualités ! Je pourrais toujours te montrer des trucs dans mon laboratoire que j’ai monté ici. Mais il se fait peut-être tard, comme tu veux mon grand. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Sam 19 Aoû 2017 - 5:41

Lorsque le sceau de protection se rompit et que le reste du piège suivit rapidement, Fujisawa poussa un léger soupir de soulagement. L’instant d’après, la réaction des spectateurs se fit entendre. Tandis que ceux qui assistaient au spectacle ne cacha pas leur déception, Kumiko sembla ravie du succès de son apprenti du jour, allant jusqu’à l’enlacer dans un élan d’affection. S'il était loin d’être gêné par un tel acte, l’avis des autres rebelles ne l’intéressait aucunement, il n’en avait pas l’habitude pour autant. Rares étaient ceux qui avaient osé entrer en contact aussi intimement avec lui sans prévenir. S’il n’avait pas la réputation d’être particulièrement agressif, ceux qui le connaissaient savaient qu’il ne valait mieux pas s’y essayer. Ce n’était cependant pas le cas de tout le monde, Kumiko partageait un lien affectif avec le Sabakyô, même si ce dernier avait encore du mal à se l’avouer.

- C’est vrai que j’ai encore des progrès à faire, je ne fais que commencer à entrevoir les possibilités de cet art et je n’ai pas l’intention de m’arrêter là.

Entre le moment où il avait quitté sa famille et celui où il avait rejoint les rangs de la rébellion, Fujisawa s’était contenté de s’entrainer en autodidacte, améliorant les compétences qu’il avait déjà sans chercher à combler ses lacunes. Voyant qu'il avait ce qu’il fallait pour remplir ses contrats sans trop de soucis, il n’avait pas cherché plus longtemps et se contentait de ses connaissances. Cependant, depuis la fin de cette période, lorsque ses contrats furent remplacés par des missions de guerre, il comprit rapidement que c’était loin d’être suffisant. Sortir de ce qu’il savait déjà pour découvrir toutes les facettes des arts qu’il était capable de maitriser était devenu beaucoup plus important à ses yeux. S’entrainer avec la Saibogu était d’ailleurs un excellent moyen pour lui d’y arriver, les deux compères ayant des styles de combat vraiment différents.

- Pour la patience et la magie, je ne sais pas trop, mais pour le doigté, j’ai de l’entraînement ! Si tu as des jouets à me montrer, je suis curieux de voir ça, qu’il soit tard ou pas n’importe peu, il n’y a pas d’heure pour apprendre. Et puis, si on tarde, je pourrais t’inviter à diner.

Il n’y avait pas vraiment de restaurant dans le camp rebelle et la nourriture était gratuite et rationnée, ce n’était pas l’idéal pour un rendez-vous. C'était pour ce genre de chose que Fujisawa regrettait le confort des grandes mégalopoles où il était possible de trouver tout ce qu’on voulait à n’importe quelle heure pour qui en avait les moyens. Heureusement, cela ne l’empêchait de plaisanter à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 617
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Sam 19 Aoû 2017 - 12:08

Kumiko sourit davantage alors que Fujisawa semblait se détendre face à l’exploit qu’il venait d’accomplir. Cela l’amusait au plus haut point, elle devait bien l’avouer, mais il avait fort bien fait. Elle était quelque part très fière de voir son élève réussir, d'autant plus qu'elle tenait d'une certaine manière à cet homme après tout. Le Sabakyo n'était encore sans doute pas habitué à avoir de véritables compagnons, être dans une bande qui ne réfléchissait pas à faire un coup dans le dos en traître. Elle avait confiance en ces hommes, cette rébellion, car ils étaient tous là pour la même chose. Ils avaient de drôles de manières de le montrer, mais elle savait que la rébellion avait adopté finalement le mercenaire malgré tout ce qui se disait. Sans doute qu’il ne se rendait pas tellement compte, mais cela avait une valeur plus que pécuniaire.

Kumiko n’avait guère réfléchi quant aux contacts rapprochés avec le Sabakyo, elle avait réagi d’instinct. Elle était une personne très tactile, qui s’emportait dans ses sentiments aisément. Cependant, elle n’avait jamais eu de souci avec Fujisawa à ce niveau-là, alors elle n’avait pas besoin de se retenir, n’est-ce pas ? C'était totalement innocent dans la tête de la rouquine, et ce quoique Fujisawa pouvait profiter des formes voluptueuses de la jeune femme sans trop de restriction. Avait-il des jaloux désireux du même traitement ? Peut-être bien, mais en tout cas, elle n’y réfléchissait guère. Alors que tout le camp savait sans doute que quelque chose se tramait entre les deux tourtereaux, les concerné semblait se mentir à eux-mêmes. C’était sans doute le plus amusant à voir de l’extérieur, cette sorte de valse qui n’en finissait pas.

« Tant mieux alors ! Car il faut beaucoup travailler, rechercher, étudier et tester ! Enfin je m’emporte peut-être un peu trop, je ne te force pas à devenir un Saibogu après tout. »

Dit alors la rouquine avec un léger sourire en coin. Cela ne lui déplairait pas tellement de l’accueillir dans le clan. Tout le monde pouvait venir, mais cela changeait un homme à jamais. Elle n’était qu’une éternelle insatisfaite, jamais la jeune femme ne se disait qu’elle savait tout ce qu’il y avait à savoir sur son art. Elle était sans cesse à la recherche de mieux, d'amélioration voire d'innovation en de nouveaux domaines. Elle prenait d'ailleurs de plus en plus de risques avec la rébellion. Kumiko ne voulait rien regretter si jamais la rébellion perdait la guerre. Elle désirait alors tout tenter ce qu'elle pouvait afin de créer de meilleures armes, de meilleurs appareils dans beaucoup de domaines. Ce fut pour cela qu’elle monta un laboratoire souterrain dans le camp rebelle. Pas grand monde n’osait y aller, car c’était là-bas qu’elle faisait ses essaies. On entendait souvent des bruits étranges, de petites explosions, mais jamais de rien grave. Afin d’avancer ses recherches et le développement de ses idées, elle avait besoin de faire des tests et ce n’était jamais sans conséquence. Il y avait toute sorte de machines plus ou moins au point ou encore en phase de test.

« La patience et la magie, cela s’apprend ne t’en fait pas. Pour ce qui est du doigté, on va voir cela très rapidement, viens voir. J’ai plein de beaux jouets à te montrer ! »

Commença par dire sur un ton de voix doux et apaisé Kumiko. Elle lui prit la main et elle commença à l'entraîner alors vers son laboratoire. Elle n’invitait jamais personne dans ce lieu dangereux, alors quelques regards fusaient, mais sans guère de commentaire. Ils allaient enfin pouvoir être tranquilles juste tous les deux. C'était sans doute difficile par moments de réussir à avoir un temps juste pour soi, alors qu'il y avait tant de personnes dans le camp rebelle.

« Mais dis donc, tu ne serais pas en train de me draguer ? »

Répondit alors la Saibogu, alors que Fujisawa lui proposait clairement d'aller dîner tous les deux. Elle sourit légèrement assez contente tout de même malgré la question. Elle était bien consciente que l'invitation à aller manger n'avait sans doute pas réellement de logique vue le fonctionnement du camp, mais c'était plus la volonté du Sabakyo qui était en jeu. Allait-il réellement passer enfin le pas ?

Le chemin les emmena alors jusqu'à son laboratoire souterrain, où trônaient devant des machines trop grosses pour être protégés à l'intérieur. Il y avait une porte vitrée, qui donnait sur une grande pièce remplie de diverses pièces de métal, des plans plus ou moins finis, des sceaux tracés à même le papier. Il y avait des mines, des tourelles, des armes à feu de différents calibres, toutes sortes de munitions et, bien entendu, des sortes de grenades. C’était une véritable réserve d’engin de morts, mais il fallait bien cela pour une guerre. Il y avait également dans un coin plusieurs barils de produits chimiques de diverses natures, plus ou moins dangereux et plus ou moins connus. Des poudres de plusieurs couleurs de produits ou d'amalgames composites se trouvaient dans des fioles ou des bocaux en verre. Il y avait également une drôle de pierre comme volcanique sombre avec comme un agglomérat d'une autre sorte de pierre entre l'orange et le jaune vifs sous une cloche de verre. Sans doute que cela pouvait être bien sécurisé et sûr comme installation, mais elle manquait de place. C’était une installation précaire temporaire. Elle devait fournir assez d’appuis pour sa cause, et elle donnerait tout ce qu’elle pouvait en ce sens.

« Et te voilà dans mon antre ! Je n’invite pas les garçons dès le premier soir dans mon labo normalement, tu sais ? »

Dit alors amusée la jeune femme, comme si c’était très romantique. Elle ouvrit en grand les bras en montrant toutes sortes de choses.

« Je ne suis pas certaine que tu comprennes tout ici, mais tu aurais sans doute beaucoup à apprendre. J’ai quelques expériences en cours, mais il ne faut pas s’inquiéter. »

Indiqua alors d’un doigt la jeune femme des installations chimiques, qui semblaient distillées des produits passants des liquides dans des poudres. Cela changeait les couleurs, presque comme de l’art.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Lun 21 Aoû 2017 - 2:49

Fujisawa se laissa guider par Kumiko jusqu’à son laboratoire. S’il avait souvent vu la Saibogu travailler, c’était bien la première fois qu’il avait l’occasion de visiter cet endroit. Curieux depuis un moment sur les activités qu’elle pouvait bien faire en ce lieu, il n’avait jamais demandé d’y accéder, se disant que malgré la confiance qui les reliait, il ne valait mieux pas pour elle de lui révéler ainsi ses projets en cours. Cela n’était apparement pas l’avis de l’intéressée puisqu’elle était l’initiatrice de cette visite, ce qui le surprenait quelque peu. Il était également peu commun pour le duo d’avoir un tel moment d’intimité, cachés des regards trop souvent indiscrets de leurs camarades.

Comme un enfant dans un magasin de jouet, il allait d’équipement en équipement, émerveillé par les prouesses technologiques qu’il avait en face de lui. S’il n’était pas particulièrement passionné par la technologie, connaissant que trop bien les méfaits des dérives des scientifiques, il ne pouvait que reconnaître que le clan Saibogu dépassait de très loin tout ceux qui avaient un jour tenté de faire progresser la science.

- J’en reviens pas que tu aies le temps de faire tout cela, on dirait que vous êtes toute une équipe à faire ces armes. Par contre, ce qui est sûr, c’est que tu n’auras jamais le temps de m’apprendre comment tout fonctionne, l’Empereur sera de vieillesse avant d’y arriver.

Laissant s’échapper un léger rire, Fujisawa regarda alors ce que lui montrait la jeune femme. Si la technologique n’était pas son domaine de prédilection, les produits chimiques qui se trouvaient en plein expérimentation l’était déjà un peu plus. S’approchant un peu plus, il analysa les installations et les liquides présents.

- Loin de moi l’idée de critiquer tes méthodes, mais tu es sûre que faire ce genre d’expérience sans système de ventilation correct est une bonne idée ? Je suis bien placé pour savoir qu’un mauvais gaz dans l’organisme peut avoir des conséquences désastreuses, suffit de demander aux derniers impériaux qu’on a croisé, ils te le confirmeront, enfin, s’ils pouvaient encore parler !

Terminant sa phrase en riant à nouveau, il s’arrêta bien vite lorsque le souvenir de leurs cris lui revint en tête. Il n’était pas du genre à s’apitoyer sur les morts ennemis, mais certaines réactions à ses techniques claniques faisaient froid dans le dos, même à lui. Il s’adossa alors contre un mur avant d’afficher un sourire malicieux en direction de Kumiko.

- Alors, tu voulais juste me faire descendre dans ton laboratoire ou tu as quelque chose de particulier à me faire découvrir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 617
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Lun 21 Aoû 2017 - 16:02

Le laboratoire de la Saibogu pouvait bien s’avérer intimidant avec tous ses appareils, produits et projets au cours, mais ce n’était pas comme si elle avait vraiment le choix. Les moyens de la rébellion étaient limités et elle faisait comme elle pouvait. La situation était passable, mais tant qu’aucun drame ne survenait, pas de problème ! Certaines expériences étaient visiblement en cours avec des goutes à goutes en train de se mélanger avec plusieurs produits avec une lenteur infinie. Cela dégageait de la fumée, qui s’échappait comme elle pouvait du laboratoire, mais il y avait des odeurs de produits chimiques dans l’air. Après tout ici, elle fabriquait tantôt des explosifs, des réactions et d’autres produits divers au besoin de la consommation pour ses inventions.

L’entrée n’était pas vraiment restrictive, car de toute façon pour la plupart des gens, le travail d’une Saibogu était totalement incompréhensible. En effet, même en ayant une invention sous les yeux, il n’était pas forcément aisé de comprendre à quoi cela pouvait servir. Evidemment, plus on côtoyait la jeune femme plus ou pouvait s’habituer à son matériel. Une arme à feu était aisément identifiable une fois que l’on avait vu un sniper par exemple, mais même ainsi, personne ne pouvait les faire fonctionner. Voler du matériel de Saibogu ne servait donc à rien du tout dans l’absolu. Il y avait besoin d’avoir des connaissances très poussées dans le fuinjutsu, et plus particulièrement des connaissances dans la technologie de ce fameux peuple disparu. C’était une donnée primordiale que peu en dehors du clan Saibogu était au courant. Ce n’était pas ce genre d’informations que l’on donnait à tout bout de champ. Sans doute que la plupart des gens pensaient que ce n’était que le fruit d’un clan directement, alors que tout découlait de ce qu’ils avaient pu trouver.

Kumiko appréciait de pouvoir avoir un moment au calme avec uniquement comme compagnie Fujisawa, elle sourit légèrement en le voyant passionner par tout ce qu’il pouvait trainer. Le clan Saibogu avait vendu bon gré mal gré des inventions que tout le monde se servait dans tous les pays comme la radio, la télévision, des transports. La vie de tous les jours était améliorée par ce clan, qui pendant longtemps était resté neutre. Elle se caressait l’arrière de la tête un peu gênée.

« Cela prend du temps pour tout dire, et par moment, je ne dors pas beaucoup. Cela prend du temps, mais il faut surtout réfléchir, imaginer, concevoir avant de fabriquer. Par moment, il me faut une forge, mais surtout beaucoup de matériels. C’est ce qui pose surtout beaucoup de souci vu la situation. Après, ma distraction ce sont mes études de mes plans et de mes inventions, cela me prend beaucoup de temps. »

Kumiko se gratta l’arrière de la tête en grimaçant légèrement.

« Je comptais te montrer des diagrammes simples de fuinjutsu, le fonctionnement des machines Saibogu, cela risqué d’être vraiment très long ! Peut-être qu’avec du temps, tu pourrais commencer par des choses très simples si tu veux apprendre l’art Saibogu. Des armes, des mines ou de petites tourelles, cela n’a rien de très compliqué au final. Selon les personnes, quelques années d’étude, ça peut aller vite. »

La Saibogu rit alors doucement sans trop y réfléchir à la petite blague à propos de l’empereur, c’était une tête de turc parfait au sein de la rébellion. En ce qui concernait les produits chimiques en cours d’élaboration, il y avait vraiment de tout. Cela pouvait être de simples solvants, de l’eau oxygénée, comme des acides, des éléments de base comme du soufre, de la salpêtre ou carrément des explosifs plus ou moins puissant. Il y avait également de la graisse, des huiles, des détergents, et d’autres cocktails plus ou moins dangereux.

« Je sais que ce n’est pas très prudent, mais avec la rébellion, les combats, les déménagements rapides, je n’ai pas toujours le temps que l’installation soit parfaite. J’essaie de me protéger, de faire attention à ce que cela n’explose pas trop fort. De toute façon, je suis quelqu’un de solide ! »

Dit alors en riant Kumiko en bandant les muscles d’un de ses bras. Elle remarqua alors la tête que fit Fujisawa peu après avoir parlé des impériaux. Elle se pinça les lèvres en le regardant, puis la rouquine vint lui caresser la joue doucement.

« Hey …. C’est la guerre, c’est eux ou nous. Ce n’est pas comme si on avait le choix, on doit le faire pour notre pays, pour le monde et les gens qui nous sont chère. »

La Saibogu rougit légèrement en entendant les derniers mots du Sabakyo, et d’autant plus à voir son petit sourire en coin.

« Ce que tu peux être idiot par moment ! »

Dit alors kumiko tout proche de lui avant de s’avancer contre lui et l’embrasser avec certainement plus de vigueur que la première fois à l’entrainement.

« Satisfait ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Ven 25 Aoû 2017 - 1:04

S’il n’avait absolument pas envie de suivre son exemple, Fujisawa ne pouvait qu’admirer la motivation de Kumiko pour ses travaux. Lui-même suivait un entraînement régulier lui permettant de conserver ses compétences et de s’améliorer, ce qui lui avait valu de devenir un shinobi de haut niveau, il n’avait jamais su mettre autant d’énergie. A sa décharge, il fallait également dire qu’il n’était aucunement passionné par les arts shinobis qu’il ne considérait que comme un outil indispensable pour mener à bien ses objectifs. Sa curiosité et son envie de puissance l’avait poussé à s’améliorer, mais en regardant la Saibogu avec ses inventions, il se sentait bien feignant.

- Ce n’est pas que je ne serais pas intéressé par l’apprentissage de cet art, mais je doute que cela me convienne. Et puis, j’ai déjà tellement de points sur lesquels m’améliorer, il serait déraisonnable de m’adonner maintenant à une nouvelle lubie.

De plus, il ne savait pas combien de temps il allait rester avec elle et s’il allait avoir la possibilité de terminer un potentiel apprentissage. Ce qui était sûr, c’était qu’il n’avait pas l’intention de se sédentariser après la fin de la guerre et que rejoindre le lieu de vie du clan Saibogu n’était pas envisageable. L’Empire pouvait très bien chuter d’ici quelques mois seulement et il prévoyait déjà de reprendre sa vie de mercenaire après tout cela, tout en doutant très fortement que son amie fasse le même choix.

Il fut alors légèrement amusé de l’entendre essayer de le réconforter en lui expliquant qu’il n’avait pas à se sentir coupable des morts qu’il provoquait à la guerre. Cela n’avait jamais été un soucis avec lui, s’il n’éprouvait aucun plaisir à semer la mort, il n’en éprouvait aucun remord non plus. Son esprit n’était hanté que par les visions d’horreur, mais surtout, par le sentiment angoissant qui montait en lui au fur et à mesure qu’il s’y habituait. Plus les jours passaient, plus il se rendait compte que tout cela l’affectait de moins en moins et même si cela facilitait son travail, il n’aimait pas cela. Habité par une impression qu’il perdait son humanité peu à peu, ce n’était qu’en passant des moments triviaux comme celui-ci qu’il arriver à se rassurer à ce niveau. Après tout, si une personne aussi humaine que Kumiko pouvait l’apprécier, cela ne pouvait qu’être bon signe pour lui.

Il fut alors encore plus amusé lorsqu’il la vit rougir à sa question, se laissant alors embrasser tout en lui rendant ce baiser qui était indéniablement bien moins innocent que le précédent. Une étape supplémentaire venait d’être franchie dans ce jeu de séduction auquel le duo s’adonnait depuis quelques temps. Ce n’était pas quelque chose qu’il avait préméditait depuis leur première rencontre, bien qu’il l’avait toujours trouvée séduisante, mais c’était tout de même la conséquence naturelle d’un comportement réciproque qui durait depuis un moment.

- Sans vouloir te faire de la peine, c’est tout de même bien plus intéressant que le fuinjutsu !

Malgré l’humour, Fujisawa rougissait tout autant que son amie. Derrière son assurance et sa taille immense, se cachait un petit être sensible. Bon, peut-être pas non plus, mais il n’était pas coutumier de ce genre de situation. Si le plaisir de la chair n’était pas une expérience qui lui était inconnue, il n’avait pas l’habitude d’y impliquer des attachements personnels. Il réalisa alors qu’il donnait l’impression qu’il ne l’avait suivie dans son laboratoire que pour atteindre ce moment-là, ce qui n’était pas totalement vrai. Cela ne l’empêcha pas cependant de s’écarter du mur, emportant légèrement Kumiko avec lui en la saisissant par les hanches avant de l’embrasser à nouveau. Il n’avait pas l’intention d’interrompre un moment d’intimité alors que ceux-ci se faisaient si rares depuis qu’il avait rejoint la rébellion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 617
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Ven 25 Aoû 2017 - 18:39

Kumiko n'avait pas tellement le choix pour progresser, il lui fallait travailler, imaginer, concevoir et procéder à des tests. C'était la seule manière pour une Saibogu d'avancer. Bien entendu comme tout le monde, elle pouvait se contenter de stagner et de arrêter de progresser. Sans doute que ceux qui ne sortaient pas de famille de puissants shinobis devaient travailler encore davantage pour être à niveau. De plus, elle adorait son art, fabriqué de ses mains. Elle sourit doucement d'entendre Fujisawa répondre poliment que ce n'allait pas trop le faire de se pencher de trop sur l'art Saibogu.

« Ne t'en fait pas, il n'y a pas d'obligation. C'est moi qui tiendrais le tournevis et la meule de métal. »

Dit alors simplement la jeune femme. Elle était assez dans cette mouvance, car elle ne cherchait pas à ouvrir une nouvelle voie, mais bien à améliorer mes siennes toujours plus. Elle semblait disposer d'une grande énergie presse inépuisable, tant elle vivait à cent à l'heure. Elle ne cherchait pas à retenir ce Sabakyô, elle ne l'avait pas forcément forcer à rester non plus. Bon, elle avait bien insister, c'était certain, mais rien de plus. Elle ne savait pas trop ce qui se passerait, ce qu'elle pourrait bien faire après la guerre. Elle vivait plutôt au jour le jour sans se poser de questions, mais sans doute voudrait-elle continuer à construire quelque chose. Elle n'allait pas tout lâcher ainsi, si jamais ils remporteraient la victoire. Elle ne se battait pas pour l'argent, sans doute n'avaient-ils pas d'avenir ensemble sur le long terme, mais était-ce vraiment important ? Il fallait apprécier le moment présent, car qui pouvait dire si elle serait en vie dans une semaine ?

La Saibogu ne savait pas tellement ce qu’elle pouvait ressentir des lourdes visions morbides qu’elle pouvait voir. Elle était obsédée par le fait que l'empire était l'ennemi, et tous ceux qui pouvaient suivre cet empereur avaient accepté de mourir au combat. Elle se cachait sans doute la dure réalité, qu’elle ne pouvait pas nécessairement assumer. Elle n’était en tout cas pas du genre à faire du zèle à ce niveau-là.

Kumiko sentit que ce grand timide n’esquivait pas ce baiser, pire, il y répondait. Elle ne savait même pas trop pourquoi elle venait de l’embrasser, c’était venu tout seul comme cela. Ressentait-elle quelque chose pour cet homme ou avait-elle simplement besoin de chaleur humaine ? Elle n’espérait pas être simplement si détachée de sentiments et de bonnes manières. Ce ne serait sans doute guère très respectueux également. Quelque chose empêchait ce couple de se faire, ils jouaient tels un chat et une souris dans une valse lente et lancinante, mais au final, rien ne s'était vraiment passé de sérieux entre eux. Cela paraissait pourtant si évident à quasiment tout le monde du camp, mais pas à eux sans doute, car lorsque la rouquine l'entendit, elle se recula comme vexer avec un sourire en lui frappant doucement le torse.

« Non mais hey ! Mes enseignements sont si mauvais que cela ? »

Demanda alors avec humour la jeune rebelle. Elle sentit ses joues en feu et voir la tête que faisait son ami, ce n’était pas bien meilleur. Elle ressentait les qualités de ce Sabakyô sans doute encore mieux que lui-même. Alors qu’elle pensait qu’ils allaient à nouveau se séparer sur cette étrange note, ce fut à ce moment-là que Fijisawa la prit par les hanches et venir l’embrasser de lui-même ! Elle fut surprise au début, mais rapidement, elle glissa ses bras autour de sa tête en l'embrassant avec davantage de passion, alors qu'elle passa ses cuisses autour de ses hanches. C’était un homme costaud non ? Elle fit un grand mouvement d'un bras pour tout faire valdinguer de la table centrale du laboratoire en le regardant une fois le baiser fini. Elle était légèrement essoufflée toute proche de lui à le toiser comme n'osant aller plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Jeu 31 Aoû 2017 - 23:38

Alors que Fujisawa saisissait toujours Kumiko par les hanches, cette dernière décida de s’agripper à lui, accrochant ses bras autour de son cou avant de faire de se soulever du sol en faisant de même avec ses jambes au niveau de ses hanches. Heureusement pour le Sabakyô, il n’y avait pas besoin d’être un expert en taijutsu pour soutenir son poids, leur différence de gabarit était déjà bien suffisant pour cela. Loin d’être satisfaite par cet élan, elle continua en débarrassant la table centrale de tout ce qu’il y avait dessus d’un mouvement de bras. S'il la connaissait impulsive, il devait bien avouer qu’il ne s’attendait pas à ce genre de comportement dans cette situation. Loin d’avoir le moindre problème avec cela et voyant que cet élan s’était finalement stoppé lorsqu’elle s’arrêta en le fixant du regard en silence, il avança en direction de la table.

Après l’avoir déposé dessus, il se pencha vers elle, la poussant ainsi à s’allonger sur la table tandis qu’il portait à nouveau ses lèvres aux siennes tout en commençant à parcourir le corps de sa partenaire avec ses mains. S’il s’était toujours senti apaisé en présence de la jeune femme grâce à la confiance qu’il portait en elle, ce sentiment n’en était que multiplié à ce moment. Et s’il était incapable de mettre des mots sur ce qu’il ressentait pour son amie et qu’il était encore moins capable de le reconnaitre, il ne pouvait nier qu’il appréciait ce moment bien plus que ce qu’il avait pu connaître par le passé.


Cela faisait un moment que Fujisawa était dans le laboratoire de Kumiko et la nuit allait bientôt tomber. Si la tentation de passait la nuit sans sortir était grande, l’appel de son estomac le força à bouger. De plus, il était peu probable que la jeune femme pût le tolérer plus longtemps sur son lieu de travail, le Sabakyô ne l’ayant jamais vu passer autant de temps d’affilée sans travailler ni dormir.

- Je vais chercher le repas de ce soir, tu veux que je te ramène quelque chose ? Je te dois un diner non ?

Se rhabillant, Fujisawa remarqua alors que leurs ébats avaient causé un désordre assez important dans le laboratoire. Il connaissait suffisament Kumiko pour savoir qu’elle n’était pas du genre à apprécier cela. Heureusement pour lui, il n’avait pas à se le reprocher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 617
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Lun 4 Sep 2017 - 11:22

Kumiko était largement assez légère pour être soulevée par son amant ! Il ne manquerait plus que cela qu’elle ait une ossature lourde ! Elle était déjà une rouquine ce qui offrait déjà une forte tare dans un premier temps, allez savoir qui allait l’accuser d’être une sorcière ! Quoi qu'il en soit, lorsqu'elle débarrassa la table sous une pulsion d'excitation, elle hésita à aller trier ce qui se trouvait par terre immédiatement, mais elle se rappela qu'il y avait d'autre priorité sur le coup comme un homme des plus vigilants à vérifier son intégrité structurelle complètement.

La jeune femme avait regardé droit dans les yeux cet homme, pourquoi lui ? Elle ne saurait le dire elle-même, c’était venu comme cela telle une évidence. Ils se tournaient autour depuis tant de temps, tous ceux du camp devaient être certains que ce genre de relations avait déjà été consommé. Elle l'avait regardé droit dans les yeux comme si une hésitation l'avait pris tout d'un coup. Allaient-ils trop vite ? Devaient-ils en rester là ? Que pouvait-il ressentir ? Tout un tas de questions, mais elle fut alors finalement interrompue dans ses réflexions, alors que Fujisawa la fit s’allonger totalement sur la table. Il ne devait pas autant se poser de questions, ou alors il était plus rapide à se décider.

Kumiko répondit au baiser dos à la table avec une grande passion, alors qu’elle lui caressait les cheveux avec une grande tendresse. Afin d’être certaine qu’il ne s’envole pas, elle croisa ses cuisses dans son dos doucement. Elle sentait les mains de son amant enfin parcourir ses courbes avec possession. Elle frémissait et elle lui souriait comme une enfant devant un magasin de confiserie. Ce n’était pas sur le coup un sentiment d’apaisement qui la frappait pour le moment, mais bien autre chose. Elle n’arrivait pas à réfléchir, elle ne le voulait sans doute pas et uniquement vivre le moment présent. Ce n’était pas la première fois pour l’un comme pour l’autre, mais les choses allaient devenir plus sérieuses lorsque …


Dès que tous furent entièrement satisfaits et avec un grand sourire pour son amant, la rebelle se dépêcha évidemment de tout classer ce qui était tombé de la table. Elle avait des petites boîtes pour chaque élément, et tout devait avoir sa place afin de pouvoir travailler d'une manière optimum. Si cela pouvait rassurer Fujisawa, elle était entièrement satisfaite de ce moment passé, il était largement assez bon amant. Il avait bien fait de s'entraîner avec d'autres femmes précédemment, mais ce n'allait pas être elle qui allait être jalouse. Elle comprit alors rapidement que le Sabakyô avait faim. Elle lui tournait le dos alors qu’il posa sa question.

« Oui oui, ramène moi quelque chose à manger … Ha oui ! Et des fraises aussi ! »

Précisa alors au dernier moment la Saibogu avant que Fujisawa ne sorte. Elle tourna très légèrement son visage avec un large sourire se retenant de rire. Elle voulait juste voir sa tête, mais elle était incapable de se retenir plus long, alors elle rit en se penchant sur la table. Il était peut-être temps en effet de se rhabiller et le temps que le Sabakyô ne revienne, elle allait avoir le temps de lancer une petite expérience. Elle ne sut jamais si cela avait été la douce distraction précédente ou le destin, mais ce fut alors que Fujisawa fut de retour qu’il put contempler le grand malheur de sa vie. Son laboratoire entier fut balayé par une explosion brisant les vitres et souffla la porte. Il y avait une drôle d'odeur dans l'air, un mélange de tous les produits chimiques stockés dans cet endroit. Le fait que le laboratoire était souterrain avait servi de catalyseur pour l’explosion. Tout le camp avait dû entendre l'explosion, et si à l'heure actuelle on ne pouvait savoir si c'était par erreur ou intentionnel, Kumiko était à moitié dans les vapes à l'intérieur de la fournaise et des dégagements chimiques. Elle avait des morceaux de verre et de bois à l'intérieur de son corps, et elle était bien incapable de faire le moindre mouvement. Elle ne voyait pas clair, et ce n'était pas uniquement dû à la fumée. Elle avait été projetée au fond de la pièce en direction de la porte. Elle commençait à saigner de par les nombreuses blessures plus ou moins mineures. De partout du camp, on commençait à venir voir ce qu’il se passait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Pas de repos pour les guerriers {Kumiko} Jeu 7 Sep 2017 - 1:46

- Des fraises ?! Où est-ce que tu veux que je trouve des fraises dans ce désert ?

Fujisawa termina sa phrase en remontant les escaliers qui menaient vers l’extérieur. Il n’attendait pas de réponse particulière, sachant pertinemment que la demande de Kumiko n’était qu’une blague. En atteignant l’air libre et en retrouvant la lumière du Soleil, il ne put s’empêcher de sourire bêtement en regardant les quelques personnes qui le fixaient du regard. Il semblait bien que le moment qu’il avait passé à l’intérieur n’était pas totalement passé inaperçue pour tout le monde. Une telle réputation ne le dérangeait pas, il n’était pas du genre à se soucier de l’avis des autres, surtout que cela faisait un bon moment que les rumeurs les concernant circulaient.

Il se dirigea alors au mess du camp pour y récupérer son repas et celui de Kumiko. Pas de fraises et rien d’autre de vraiment appétissant, mais il était habitué. Fujisawa n’était pas un fin gourmet et ne faisait jamais le difficile lorsqu’il était question de nourriture, après avoir vécu dans le sous-sol d’une usine puis dans les rues d’une ville surpeuplée, le moindre morceau de viande fraiche le ravissait plus qu’il ne pouvait l’espérait. Il rapporta alors les deux repas vers le laboratoire.

Lorsqu’il se mit à redescendre les marches de celui-ci, il se mit à sentir une odeur particulière. Si celle-ci n’avait rien de commune et restait difficilement perceptible, sa maitrise des différents gaz lui permit tout de même de se rendre compte qu’elle n’était pas bon signe. Totalement impuissant face à la situation, il fut balayé par l’explosion qui suivit et propulsé à travers les escaliers. Loin du foyer de l’explosion, il ne fut pas vraiment blessé par celle-ci, mais n’échappa pas pour autant aux acouphènes développés suite au bruit assourdissant qu’elle provoqua. Ce fut donc avec un sifflement l’empêchant d’entendre quoi que ce soit d’autre que Fujisawa se releva avec peine.

Essayant de distinguer quelque chose à travers la fumée du laboratoire, il descendit à nouveau les marches. L’odeur qu’il avait senti plus tôt était devenue plus intense, mais elle était mélangé à d’autres, il était évident que les produits chimiques qu’elle utilisait s’étaient mélangés dans l’air. Si le Sabakyô n’avait pas peur pour sa propre santé, il savait que cela pouvait être particulièrement dangereux pour la jeune femme, si tant est qu’elle eut survécue à l’explosion.

Au bout de quelques très longues secondes de suspens interminable, il finit par poser ses yeux sur sa silhouette. En s’approchant d’elle, il se rendit compte de ses blessures et de son état. Il ne chercha même pas à essayer de lui parler, se sachant incapable d’entendre la moindre réponse. Il voyait qu’elle était en vie et qu’elle n’avait pas totalement perdue connaissance, cela lui suffisait. Plaçant ses mains au niveau de son dos et de ses cuisses, il la souleva délicatement avant de sortir de cet enfer le plus rapidement possible.

Il finit par la déposer sur le sol à l’extérieur du laboratoire où l’eisenin qui l’avait soigné plus tôt dans la journée la réceptionna. Cette fois-ci, il n’avait plus l’air de rechigner à la tâche, se doutant que l’affaire était plus sérieuse qu’une simple balle d’acier dans le ventre. En voyant qu’il ne pouvait rien faire d’autre pour elle que d’attendre, il se laissa tomber à côté, exténué. Sa santé n’avait rien d’inquiétante, mais son état émotionnel était devenu chaotique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Pas de repos pour les guerriers {Kumiko}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Passé & Lettres :: Flashbacks-