N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Fin de vacances à Aketana, début de services [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 165
Rang : B

Message(#) Sujet: Fin de vacances à Aketana, début de services [Solo] Mer 2 Aoû 2017 - 21:10

Les cris des oiseaux blancs qui voltigeaient dans les cieux faisaient toujours échos dans le vaste espace dans lequel ils flottaient. Ces volatiles avaient toujours fonctionné ainsi depuis l’âge de leurs ancêtres. Une preuve encore que le monde était une perpétuelle répétition. Ces oiseaux exploraient les cieux de toute leur beauté, de toute leur splendeur. Et de mon côté, je prenais un malin plaisir à les observer depuis le toit de la maison où j’étais. Leur texture m’était si proche des yeux, et je retenais clairement leurs actions, leurs moindres mouvements. Mes yeux avaient été déjà bien habitués à voir des choses minuscules avec une précision effrayante, que j’arrivais parfaitement à distinguer chaque plume qui fuyait les ailes de ces volatiles.

Au réveil, après avoir pris mon petit-déjeuner, et avoir dormi quelques heures, je suis monté sur ce toit pour observer le ciel, comme à mon habitude. En temps normal, la vieille Shinru-Obasan, propriétaire des lieux ainsi que l’appartement que je louais, montait la longue échelle de la demeure pour venir me sermonner et m’interdire de roupiller sur le toit. Mais aujourd’hui, elle semblait trop fatiguée pour le faire. Ce qu’elle ignorait bien évidemment était le fait que c’était la seule activité sportive qu’elle faisait le long de ses journées. La vieille devait même plutôt me remercier de lui faire bouger.

Cela faisait quelques mois, douze plus exactement que j’avais quitté Suna. J’en avais marre de cette vie longue et barbante de Shinobi. Une bonne pause s’imposait. Et c’est au sein de la magnifique ville d’Aketana, que j’ai trouvé mon bonheur. Le temps était idéal à la relaxation, et les vents frais des océans apportaient un nouveau souffle à mon existence fort monotone. Alors même que je fermai doucement mes yeux pour me laisser bercer une fois de plus par le doux sifflement du vent, alors que ma conscience s’échappait délicatement de mon être pour un lieu aux milles bonheurs, une pierre intervint. Une pierre petite, mais assez pointue pour faire mal, vint heurter ma tête. Grommelant doucement, je me tournai de profil pour bien m’allonger. Cette simple pierre n’allait pas gâcher mon séjour. Toutefois, j’eus l’impression que mon déplacement ne fit que motiver l’auteur de ce mauvais tour. Par ce que ça fut une série de pierres qui descendit sur moi par la suite.

Je résistai bien les premières secondes, mais à la vingtième pierre, je roulai sur le sol pour changer radicalement de position sur le toit. Finalement, je me redressai pour voir ce qu’il se passait. Étonnement, les pierres venaient du bas pour retomber sur le toit, où j’étais couché. Aucun doute, il s’agissait bien d’un sale gamin qui était passé par là. Mais ces enfoirés n’ont rien trouvé de mieux à faire que de me gêner ?

-Oï !!! Dégagez de là sales gamins !!! Profitez de la vie au lieu de la risquer inutilement en me jetant des pierres !

Ma surprise fut grande, quand ça fut une voix de vieille qui parvint à mes oreilles en guise de réponse. Pas de doutes possibles, c’était bien Shinru-Obasan. Comment diable savait-elle où je me trouvais ??!! Elle était au sol, et ne pouvait logiquement pas me voir. Certainement une incantation d’une magie qui me dépassait.

-Si tu ne t’étalais pas au soleil comme une vieille chaussette, j’aurais très certainement trouvé autre chose à faire que de te jeter des pierres.

-Diacre !!! N’as-tu donc rien d’autre à faire que de me jeter des pierres s’pèce de vielle peau difforme ??!! Va t’occuper de tes enfants !!!

-Un jeune adulte comme toi ne devrait pas passer ses journées à se coucher. Ta vie sera un calvaire si tu continues dans cette voie.

-Faut essayer de recevoir des pierres aux heures de sommeil. Tu verras que c’est déjà bien suffisant comme calvaire. Raah j’en ai marre !! Je vais aller prendre un appartement à côté si ça continue comme ça.

-Tu ne payes déjà pas le loyer ici !!! Personne ne voudra d’une raclure comme toi !!!

-Tcht !!! Non mais arrête de me lancer des pierres en parlant !!!

Bien évidemment, j’ai cessé de payer le loyer depuis mon quatrième mois. Cela faisait donc huit mois de salaire impayés, que je lui devais. En plus bien sûr de perturber sa tranquillité par le simple fait, de ne rien faire du tout, au cours de mes journées. C’était donc ce qu’était un Saibogu, qui avait décidé de prendre des vacances. Rien de bien glorieux n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 165
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Fin de vacances à Aketana, début de services [Solo] Mer 2 Aoû 2017 - 21:29

Cet épisode s’acheva bien vite. Comment ? J’ai finalement décidé de descendre et de gentiment lui rendre chaque pierre que j’ai reçue. Chose qui bien sûr m’a valu quelques coups de balai. Mais en toute sincérité, j’y étais déjà préparé. Décidément, elle n’était pas vivable. Toutefois, elle avait raison. Je ne faisais rien, et bien que ça ne me dérangeât pas particulièrement, ça nuisait clairement à mes poches qui devenaient de plus en plus creuses. J’aurais pu travailler, ou bien faire une activité qui aurait pu me rapporter quelque chose d’utile. Mais non, j’étais incapable de passer des heures d’affilé sans me coucher, quelque chose de bien problématique dans le monde du travail.

Ça en était à croire que les heures passées dans les grottes sombres de Kaze no kuni à chercher encore et encore des ruines utiles, étaient en train de se rattraper sous forme de repos ces derniers temps. Mais en même temps, à cette époque-là de mon passé, je ne dormais presque pas. Et par moments même, dans mes repos sempiternellement répétitifs, j’entendais encore les voix de ceux que j’avais perdus et vu mourir. Qu’elle gêne par moments.

À présent, je marchais le long d’une route, observant du côté de la mer, les vagues heurter le sable du continent. Les mains dans les poches et les yeux mi-clos, explicitant clairement ma lassitude continuelle, j’écoutais les personnes joyeuses qui courraient et jouaient dans le sable de la plage. Pourquoi étaient-ils si joyeux ? Pouvais-je également connaître ce sentiment d’appartenance ? Alors que tous mes proches étaient morts ? Alors que depuis ma naissance l’ombre de la mort planait au-dessus de ma tête ? Et puis, pourquoi j’y pensais soudainement ? Ça n’avait pas de sens.

-Faut vraiment que j’aille dormir moi…

C’est alors que certains cris se firent entendre pas très loin de moi. Étant sur une route qui contournait tout un pâté de maison, je sus que cette voix qui s’exclamait, venait des maisons situées à ma droite. Inversement de la mer qui était à ma gauche, sur une centaine de mètres. Le simple cri, me perturbait.

-Même ici, on ne peut plus avoir un peu de tranquillité. Et je suis sûr que si je m’aventure dans la direction de ces maisons, je vais tomber sur des ennuis. Tchhhhhh….. J’veux pas avoir de soucis, moi. Et puis merde, j’me barre. Ces cris cesseront comme ils ont commencé.

Au moment même où je fis quelques pas dans la direction inverse, les cris se multiplièrent encore et encore. Bien évidemment, je ne m’arrêtai pas. Malheureusement, les cris étaient d’autant plus intenses que la distance que je mettais entre sa source et moi. De ce fait, je me retournai affichant clairement une mine agacée

-Mais ma parole… qu’est-ce qu’il ne faut pas faire des fois ??!!!

Sur ces mots, je m’avançai doucement et sûrement. Qu'allais-je trouver encore cette fois ? Rien n'était certain. Et en réalité, je ne voulais même pas essayer de deviner. Tout ce que j'espérais, était que, je puisse dans tous les cas me sortir de là où j'irais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 165
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Fin de vacances à Aketana, début de services [Solo] Mer 2 Aoû 2017 - 21:41

Les pas s’enchaînèrent sans soucis, et je me retrouvai déjà bien vite dans les zones périphériques du pâté de maisons. De là où j’étais, on avait une vue sur plusieurs couloirs pouvant mener au cœur des maisons. Mais un endroit se démarquait des autres par les cris qui s’y faisaient entendre. C’est alors que je vis une jeune femme, à moitié dévêtue, en proie aux mains d’individus trois fois plus imposants que moi. Ils étaient placés dans une petite ruelle fermée, qui laissait tout de même suffisamment d’espace pour pouvoir observer de loin.

Ma surprise devant la situation ne dura qu’une seconde, suite à quoi, ce fut un agacement clair qui se laissait voir sur mon visage. Qui, sérieusement parlant, serait heureux d’intervenir dans un moment pareil ? Même le plus grand des héros, n’aimerait pas arriver en plein début d’une situation pareille. Généralement, c’était une fois le mal fait... Quoi qu’il en soit, j’étais déjà là. Et bien évidemment, dans un premier temps, je n’intervins pas. Pourquoi se mêler d’un problème qui ne me concernait clairement pas ?

Alors que je fis un pas discret en arrière, comme une barre de fer attirée par un aimant puissant, la victime souleva son visage dans ma direction et me regardait avec une mine suplicative. Elle m’implorait du regard d’intervenir. Mais seulement.

Ma simple vue lui donna un courage supplémentaire lui permettant de se libérer de l’étreinte des trois hommes. Mais avant qu’elle ne fit un pas dans ma direction, les costaux la plaquèrent sur le sol, la ramenant ainsi à sa situation initiale de déshabillage brutal. C’est à ce moment que l’un d’eux souleva sa tête pour me voir dans le petit buisson qui séparait le pâté de maisons de la grande route. Et voilà, j’étais maintenant au cœur du problème sans le vouloir.

-Hey !!! Qu’est-ce que tu regardes toi ?!!

Soupirant avec lassitude, je frappais ma main sur mon visage, avant de sortir doucement du buisson. Je ne voulais pas qu’ils me voient, afin que je puisse me retirer tout en les laissant à leur travail habituel. Dans ce petit quartier, il se disait que les pratiques de ce genre étaient fréquentes. Et le fait que les filles se baladaient souvent en maillot de bain, en motivaient plus d’un. De ce fait, se changer soudainement en super-héros, cherchant à tout prix à capturer tous les violeurs de la zone, n’était pas vraiment ce que j’avais prévu de faire. Retirant donc ma main de mon visage, je pris la parole :

-Je regarde à quel point vous êtes incapables, et lâches. Une personne sur une femme, ça passe encore. Mais vous voir là, à trois… Sérieux, je ne sais pas comment votre fierté peut rester intacte.

Bien évidemment, je pinçais l’arête de mon nez, stupéfait clairement par la situation. Alors même que celui qui était à l’arrière était à deux doigts de marquer à jamais la jeune femme, je fis un pas en avant, ce qui les rappela tous à l’ordre. Tous lâchèrent la femme pour m’observer longuement. Et ça ne semblait réellement pas être partie pour un bon moment de négociations. Comment diable cela allait-il se poursuivre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 165
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Fin de vacances à Aketana, début de services [Solo] Jeu 3 Aoû 2017 - 18:37

Pour faire court, j’ai interrompu trois hommes dans leur tentative de viol. Et j’étais là, les observant de mon regard niais. Après que j’ai clairement porté atteinte à ce qui pouvait faire la fierté d’un homme, ils se relevèrent, abandonnant la jeune femme contre le sol. Peut-être que j’y étais allé un peu fort mais, je ne voulais pas me battre. J’avais une de ses paresses… Concentrer mon chakra et le dépenser, pour des gars comme ça ? C’était l’enfer juste quand je l’imaginais.

-Pour qui tu t’prends ??!!! Tu nous interromps dans notre séance de détente ? Et tu oses nous dire des mots déplacés ? On peut bien comprendre que tu as perdu une case. Juste pour ça, si tu nous donnes ce que tu as, nous te laisserons partir sans soucis.

-Désolé mec, mais je n’ai déjà rien sur moi tu vois… et en plus, je pense que si réellement tu voulais te détendre, tu ferais exactement comme tu l’as toujours fait jusqu’à présent. Utilise ta main droite. C’est pour ceux qui n’ont pas de talents… des sombres crétins sans finesses comme vous.

Les trois se vexèrent soudainement, alors que mon sourire n’avait jamais été aussi grand. Je manquais presque de me moquer d’eux. Heureusement que ma main était vulgairement placée sur ma bouche pour m’empêcher d’exploser de rire devant eux. Mais bon, ne supportant pas cette attitude, ils foncèrent donc sur moi, pour me ruer de coups. Je nettoyai rapidement la goutte de larme qui coulait au coin de mon œil avant de me parer au combat.

Si j’avais bien réussi à éviter certains coups, les attaques du troisième homme, me jetèrent au sol sans oublier de me blesser dans la volée. Je m’affalai sur le sol, avant d’essayer de me relever. Mes interlocuteurs étaient cette fois-ci en train de rire, se moquant de mon impuissance. Mais ils ignoraient que je ne voulais réellement pas me battre. Quoi qu’il en soit, il fallait bien que je me défende sinon la mort allait me saisir bien vite. Étalé sur le sol, j’observais le ciel avant de dire.

-Ah là là… je crains que vous ne me laissiez pas d’autre choix.

Bien évidemment, ils dégainèrent des couteaux et se mirent face à moi armés de sourires narquois. Il ne faisait aucun doute, qu’ils allaient libérer leurs pulsions sexuelles sur moi, sous forme de colère bien évidemment. Il était bien connu que la colère d’un homme le conduisait bien facilement à la brutalité. Juste par cela, je pouvais très clairement deviner que j’avais des êtres aux mentalités plutôt moyennes en face de moi. Non pas que ça me gênait, mais ça m’ennuyait quelque peu d’attaquer des personnes qui ne réfléchissaient pas. Je me relevai alors lentement avant de les observer de mon regard toujours aussi niais. Je n’hésitai d’ailleurs pas à cracher un jet de sang sur le sol, avant de nettoyer la blessure qu’il y avait au coin de mes lèvres.

-Vous ne devriez pas utiliser des armes les gars… je suis seul, et vous trois…

-En fait, vu qu’on veut tous te tuer de la même façon, on fait juste un partage à trois pour te tuer tous en même temps.

-Faire les tours ça marche aussi vous savez, de plus… utiliser des couteaux à trois contre un homme désarmé, ça baisse encore plus la grandeur de vos âmes. M’enfin… je suppose que vous n’avez pas de fierté en soi…

-La fierté, c’est pour ceux qui ont déjà eu tout ce qu’ils voulaient dans leur vie. Maintenant, je vais dessiner à jamais le sourire fier que tu aimes tant afficher sur ton visage, crétin.

Sur ces mots, les pauvres se ruèrent sur moi, pour essayer de m’enfourcher avec leurs ridicules petites lâmes. Fort heureusement, j’étais un Saibogu. Et j’avais toujours sur moi mes armes de prédilections. Je fis donc un bond très haut, avant de dégainer deux revolvers mécaniques pour braquer ces dernières dans leur direction. Bien évidemment, elles fonctionnaient avec mon chakra, pour équilibrer un peu les choses.

-Désolé les gars…ça va chauffer un peu. ‘Fin, je dis désolé pour la forme uniquement.

Des balles enflammées allèrent droit dans leur direction, jusqu’à leur atteindre au dos. Ces balles étaient si brûlantes qu’ils en perdirent connaissance sur le moment, laissant leurs yeux devenir blancs. J’atterris alors derrière eux, avant de ranger les armes dans mes pochettes derrière. Je fis alors volte face pour les voir étalés contre le sol.

-Bon, espérons que mes ennuis sont finis pour aujourd’hui. J’ai vraiment eu ma dose d’un jour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 165
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Fin de vacances à Aketana, début de services [Solo] Jeu 3 Aoû 2017 - 19:42

Le point final de la journée se faisait de plus en plus proche. Et pour cause, le ciel avait littéralement changé de couleur pour laisser place à un orange qui me rappelait les sables de, Suna dans les profondes galeries souterraines. Assis au-dessus de l’appartement où j’étais ce matin, j’observais encore le soleil se coucher immobile, subissant la brise de la côte. Il ne faisait aucun doute, que je n’allais très certainement pas rester ici encore longtemps. J’avais bien trop perdu du temps ici, à Aketana. La détente avait beaucoup trop duré, et bien que penser cela me surprenne moi-même, il fallait que je me bouge pour ne pas finir comme un rat décrépit. Ne serait-ce au moins, que pour que mes poches ne soient pas aussi vides qu’aujourd’hui. Mais qu’allais-je faire au sein de Suna ? Je l’ignorais encore.

Quel ennui de penser à son avenir… En réalité, je voulais simplement bénéficier d’un travail qui n’allait pas non plus demander trop d’efforts. Et étudiant les différents postes que l’hiérarchie Sunajin pouvait bien offrir, il n’y avait aucune place où l’effort n’avait pas sa place. Mais une chose était bien plus certaine que n’importe quoi. Être au bas de la pyramide nous amenait à devoir travailler beaucoup plus que ceux qui étaient en haut. Monter aurait été plus simple, mais pour monter il fallait travailler. Travailler… travailler… Travailler… J’avais même l’impression que toute ma vie allait se résumer à cela. Et j’aimais pas ça… j’en avais marre.

-Ah là là… et puis merde, je reste ici. Pas besoin de partir à Suna…

Pris par une nouvelle lassitude, je me tournai de profil pour me coucher une fois encore, les yeux fermés. Mais je les ouvrai lentement par la suite, avant de me rappeler que je venais tout juste de prendre une bonne initiative. De plus, la vieille allait très certainement jacasser dans mes oreilles toute ma vie si rien n’était fait. L’entendre ainsi, aurait fait de ma vie quotidienne un véritable enfer. Personne n’était prêt à subir cela, même pas un flemmard comme moi. De ce fait, je me relevai durement avant de sauter depuis le sommet du toit pour arriver à même le sol. Mais comme j’avais la flemme de partir avec tout ce que j’avais à la maison, il allait me falloir prendre une petite partie.

-OI !!!! SHINRU-OBASAN !!!

La vieille qui était en train de tricoter calmement un pull pour son neveu qui venait lui rendre visite de temps en temps, déposa ses aiguilles et sortit de la maison folle de rage. Comment ne pas ? Je criais carrément son nom en pleine fin de journée.

-Par tous les cieux Rinkyu !!! Qu’est-ce que tu as à crier ainsi sur tous les toits ? Tu abuses véritablement de ma générosité.

Les yeux trahissant mon agacement, je l’observais tout en l’écoutant. Mais elle ne finit pas de parler que je lui annonçai :

-Je retourne à Suna ce soir. Tout de suite en fait. Je vais prendre ma sacoche et quelques bricoles dans ma chambre. Le reste, tu pourras revendre tout ça. Ça devrait certainement valoir le prix du loyer que je te dois avec les intérêts.

Le visage de la vieille s’attrista légèrement, après quoi, ce fut un grand sourire qui se fit voir. Bien évidemment, mon regard n’avait pas perdu de sa lassitude sempiternelle durant tout ce temps là. Caressant doucement l’arrière de la tête, je me mis à observer le ciel, fuyant son regard fier. Je ne voulais clairement pas avoir de la compassion ou bien un quelconque sentiment d’attachement à son égard. Je ne voulais plus être fragilisé par les sentiments.

-Ah… je comprends. Tu as donc finalement décidé de faire quelque chose de ton existence. C’est plutôt fantastique. Tu reviendras me voir un de ces jours ?

-Pourquoi diable ferais-je ça ? Je n’aurais plus rien ici de toute façon…

Quelques minutes par la suite, j’avais pris ma sacoche, l’avait remplie de tous les outils qu’il fallait, avant de prendre le large. N’oublions pas la vieille qui me saluait de la main, salutation à laquelle je me sentis obligé de répondre bien évidemment, au moins par politesse. Je me dirigeais bien évidemment vers la zone périphérique de la ville pour prendre une de ces caravanes, qui allaient en convoi pour Suna. Seulement, à une vingtaine de mètres de la maison, je me retournai pour observer une dernière fois encore la demeure où j’ai vécu pendant une longue année. Je ne savais pas ce qui allait m’attendre à Suna, mais une chose était certaine, j’allais bouger de gré ou de force. Faisant quelque chose d’utile pour moi, et pour le pays tout entier.

-Rien que d’y penser, je déteste déjà Suna…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Fin de vacances à Aketana, début de services [Solo]

Revenir en haut Aller en bas
 

Fin de vacances à Aketana, début de services [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Vent :: Kaze no Kuni :: Aketana-