N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Pédagogue [Mission] [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 332
Rang : B+

Message(#) Sujet: Pédagogue [Mission] [Solo] Mar 8 Aoû 2017 - 16:26

    En choeur les enfants rayonnent, par coeur les loustics récitent.

    Le bicéphale n'aurait jamais songé qu'on lui accorde une telle confiance. Persuadé d'être le modèle inverse du juste moraliste, il peinait à réaliser l'audace d'une telle responsabilité laissée encore saignante entre ses mains. Aussi, convaincu d'avoir encore moult choses à apprendre depuis qu'il avait lui-même été mis sous la tutelle du Corbeau, il se figurait qu'il n'aurait jamais pu, aussi promptement, servir à l'académie, au sein de laquelle il n'avait jamais mis les pieds par ailleurs.

    Toute sa vie durant, et même de la part de ses mères, il avait été considéré comme une espèce de voyou instable, d'autant qu'il avait été systématiquement comparé à son second, Hei, qui se montrait bien plus sage que lui. Son impérialisme avait pourtant fini par ternir la réputation des deux hôtes, si différents et pourtant indissociables, au point qu'on lui avait même lancé, d'un bord de table au bistrot du quartier, qu'il méritait d'être au bagne.

    Alors, devenir enseignant pouvait naturellement le surprendre.

    Était ce réel ou s'agissait il d'une farce ? Peut être l'on s'était trompé de destinataire ? Peut-être encore y avait il méprise sur l'ordre de mission ?

    Aussi saugrenu cela pouvait-il être au prime abord, Ryohei se figurait qu'il ne pouvait se soustraire à son devoir et fuir ses responsabilités. Plus, il accordait à l'éducation une importance première, la considérant presque comme la force souveraine du village. Toute sa vie durant, il s'était toujours persuadé que la postérité était la seule raison d'être d'une communauté, que l'on parle de clan ou de village. Il se persuadait même que, s'il le fallait, il sacrifierait jusqu'à ce qu'il a de plus précieux pour épargner la vie d'un maigre gosse, aussi indigne soit-il, car une mort aussi splendide rachèterait certainement tous ses crimes, et lui offrirait une valeur qu'il n'avait jamais su avoir auparavant. Une valeur d'homme. Il ferait la mission. Et avec brio.

    Incongrue fut toutefois cette idée de préparer une leçon, à la manière dont lui conseilla son homologue, un sensei issu du clan Jisetsu, dont le fameux oeil était tout aussi réputé pour son imperméabilité disciplinaire que son efficacité pugilistique. Son nouveau collègue lui expliqua l'art et la manière de s'exprimer, de cohabiter avec les chenapans. Il ne se doutait guère que, ce faisant, il animait deux sentiments au fond du coeur du Jinmenju, "siamoiserie" mise à part : le doute et l'envie.

    Le doute quant à ses capacités à s'investir dans cette tâche, à faire briller les yeux des marmots, à transmettre des savoirs de qualité.

    L'envie de le faire malgré tout, de se dépasser et d'offrir à ces sacripants le meilleur de ce qu'il pouvait donner.


      "Hum. Je me nomme Ji... Jinmenju Ryohei."



    Fit-il devant tous les élèves, encore debout près de leur chaises, attendant l'autorisation du professeur remplaçant pour s'asseoir, tandis qu'il alignait ses premiers pas devant son public. Ces héritiers de la Citadelle d'Iwa avait déjà été soumis, à fortiori, à l'ordre et la rigueur. Cette attente, que Ryohei laissa germer, lui sembla être une éternité, d'autant qu'il venait de s'ouvrir le coeur devant tous ces malotrus.

    S'ouvrir le coeur. Pour un bicéphale, il est difficile voire laborieux de se présenter de la sorte, en annonçant cruellement son identité, et donc sa divisibilité. Une chose qu'ils n'était pas contraints de faire auparavant, mais qui les incommodait aujourd'hui. Les Jinmenju aiment garder le secret sur leur double identité, ce que leur nom n'hésite pas à trahir en les fustigeant.


      "Avec moi, vous allez apprendre les fondamentaux du ninja."


    Le programme lui était peut-être imposé, mais pas la méthode. Il était libre d'exercer sa propre pédagogie, en suivant tout du moins les conseils avisés que lui avait prodigué son collège.

    Pas de bouquin, pas de craie, pas de tableaux. Le Roux ne désirait guère s'embarrasser de fioritures, préférant de loin proposer une leçon des plus humaines. Une leçon qui allait prendre une tournure insoupçonnée. Car même avec Ryohei, les enfants sont capables d'apprendre.

    En choeur les enfants rayonnent, par coeur les loustics récitent.



RED ROCK - JINMENJU RYÖHEI
"La vie de mon personnage peut être mise en jeu à chaque rencontre."


Dernière édition par Jinmenju Ryöhei le Lun 14 Aoû 2017 - 13:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 332
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Pédagogue [Mission] [Solo] Mer 9 Aoû 2017 - 1:09

    En choeur les enfants rayonnent, par coeur les loustics récitent.

    Alors, quand ils quittèrent la pièce pour se rendre sur le terrain, tous sautèrent de joie à l'idée de pouvoir s'exercer durant des exercices pratiques. Mais Ryohei imposa très vite son autorité en faisant taire les énergumènes en puissance, d'une voix des plus volubiles et hostiles en soi :


      "Je ne vous ai pas invité à discuter ! Retournez vous asseoir !"



    Un long silence plomba l'air, qu'un courant d'air ne parvint pas à faire frémir. D'un oeil noir, le Jinmenju observait ses loustics, accrochés au fond de leur chaise et transis de peur. Il les dardait d'un oeil noir de ténèbres, un oeil que la rue lui avait façonné durant toute son existence. Oeil de pierre. Oeil gangster.


      "Je crois que vous ne connaissez pas encore le sens du mot discipline ! Que les choses soient bien claires ! Ni bruit, ni mouvement ! Je ne tolère aucun écart !"



    Sa voix résonnait entre les rangs comme un venin qui se répandait dans les veines de ces avortons, tuant tout leur candide entrain. Dur, le Jinmenju se montrait inflexible. Il s'assît sur son bureau et tira un paquet de sa poche. Il ne manquerait pas une telle occasion de se faire passer pour le caïd de l'Académie.

    Il se grilla une clope.

    La fumée s'éparpilla dans la classe comme une insulte crachée au faciès de ses apprentis, mais il conserva cette désinvolture avec fierté, convaincu que cet air qu'il se donnait allait faire de lui le plus froid des monstres froids. Peur. Angoisse.


      "Voici d'ailleurs votre première leçon sur le camouflage. Vous ne devez être ni vu, ni entendu. Tout mouvement pourrait vous trahir, il faut se fondre dans le décor. Tout bruit pourrait faire de même, il faut se fondre dans le silence. Répétez après moi : ni bruit, ni mouvement."



    Et les apprentis s'exclamèrent de concert, d'une voix tremblante et balbutiante, encore tétanisés de peur et respirant la fumée de nicotine à pleins poumons. Un long silence plomba l'air de nouveau.

    La discipline par la force. La discipline par l'autorité. La discipline par la menace.


      "Encore."



    Il fit ainsi répéter ses élèves une dizaine de fois pour qu'ils intègrent cette première règle, qui lui paraissait aussi fondamentale que l'alphabet pour l'écriture. À terme, après avoir éprouvé les nerfs de ses partisans, il savoura sa victoire en écrasant sa clope, avant de conclure :


      "Vous respecterez cette règle durant chacun de mes cours. Je veux parler dans le vide, comme s'il n'y avait personne en face de moi. Je veux que vous soyez l'ombre de l'ombre, car c'est souvent la seule solution qui se présentera à vous pour survivre en situation de guerre. Parole de vétéran."



    Il ne put s'empêcher de penser au Corbeau, qu'il connaissait à présent sous le nom de Kosobayui Yu. Elle incarnait le camouflage dans toute sa splendeur, et elle avait fondé son répertoire à partir de ce talent-là. Elle s'était faite une réputation à force d'être invisible, ce qui en soit peut paraître paradoxal, mais ce qui en soit s'avérait tout à fait extraordinaire. Elle était de ceux-là qui pouvaient parcourir les plaines ravagées par la guerre comme un fantôme décimant les âmes sur son passage. Le camouflage était, aux yeux de Ryöhei, l'un des atouts les plus redoutables du ninja. Un atout qui lui faisait cruellement défaut, lui et sa crinière de feu, souvent la première cible des violences.

    Il était, pour l'heure, à l'antithèse de ce talent, mais il concédait sans bavures son efficacité martiale.


      "Que je ne vous reprenne pas, car si par malheur l'un de vous ose trahir cette règle, alors il sera sanctionné aussitôt. Et pour ceux qui s'interrogent encore, j'fais pas dans l'état d'âme. Autant vous dire que j'en ai rien à foutre de vous voir chialer comme des madeleines. Maintenant que tout est clair, on y va."



    Pour le coup, il se permît d'être presque vulgaire, disons familier, pour bien asseoir son intransigeance et son absence de diplomatie dans toutes les règles disciplinaires.
    En fait, il voulait presque qu'on le traite de con, pour être respecté comme tel.

    L'un d'eux leva la main, probablement intrigué par cette méthode, et certainement curieux d'en connaître les limites et les usages. Ryohei fut sur lui en rien de temps, presque aussi vite qu'un clignement de paupières. Entre temps, il avait tiré un kunai de sa poche, qu'il glissa subtilement sous la gorge du bon élève.


      "Un doute, un mouvement. Sur le champ de bataille, tu es mort, gamin. Baisse ta main et tais-toi."



    Il n'en fallut pas plus pour qu'il s'exécute. Dans un silence de mort, tous continuèrent d'observer le professeur remplaçant. Le terrible professeur remplaçant.

    En choeur les enfants rayonnent, par coeur les loustics récitent.



RED ROCK - JINMENJU RYÖHEI
"La vie de mon personnage peut être mise en jeu à chaque rencontre."


Dernière édition par Jinmenju Ryöhei le Lun 14 Aoû 2017 - 14:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 332
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Pédagogue [Mission] [Solo] Ven 11 Aoû 2017 - 11:43

    En choeur les enfants rayonnent, par coeur les loustics récitent.

    Le premier jour fut consacré aux déplacements, individuels d'abord, collectifs ensuite. Il s'agissait donc, dans un premier temps, d'apprendre différents modes de progression tactiques en fonction du décor et de la mission. Pas de loup, pas de rat, pas de félin. En colonne, en ligne, en quinquonce. Ryohei expliqua les enjeux de chaque déplacements, tout en s'inventant des prouesses lors de la grande guerre, qu'il n'avait guère réalisés pourtant. Mensonges faciles. Les enfants adhérèrent tout entier, et devinrent des boulimiques de l'apprentissage sitôt que leur mentor les mît en situation, certains élèves jouant le rôle de mercenaires embusqués, d'autres incarnant les troupes Iwajin en marche. Ni bruit, ni mouvement.

    Tout au long de cette journée, les marmots développèrent un esprit quasi-bestial, félin, fauve. Il fallait être l'animal, le prédateur, plutôt que d'être la proie, et ils découvrirent en pratique l'importance de respecter les deux règles du camouflage que leur avait imposé Ryöhei. En fin de parcours, il fut réconforté dans l'idée de cette méthode en constatant que ses élèves développaient des qualités discrètes, chose qu'il avait recherché constamment. Pertinemment, il remarqua qu'avant de démarrer cette leçon, les élèves avaient déjà eu quelques bases, fruits du travail de celui qu'il remplaçait. Son apport n'était finalement qu'un soutien, voire une finalisation de ce qui avait été amorcé auparavant, et il jubila en songeant au retour de ce collègue fantôme et à la surprise qu'il aurait en réalisant les progrès que ses poulains avaient pu faire en son absence.

    Il se coucha tôt, la tête pleine de songes et d'idées, après s'être vissé une bonne heure sur un tabouret, au bistrot du coin. Rincé par ce premier jour, il ne tarda guère à succomber aux bras doux de Morphée. Après s'être enfilé plusieurs cul-secs, afin de bien dormir, bien entendu.

    Il se réveilla aux aurores, tourmenté par la crainte d'être en retard. Cela ne lui était pas arrivé depuis longtemps. Pour une fois dans sa vie, il voulait être un modèle de rigueur et de vertu. Il se rasa avec une grande précision, se parfuma abondamment, et se prit même à enfiler un joli costume. Ces enfants le transformaient à vue d'oeil, d'une manière si forte que cela lui semblait irréel, même à ses yeux. Hei déploya même ses deux bras pour l'aider à se coiffer et à réajuster son costume, fier de voir que son frère prenait enfin quelque chose à coeur, et se réalisait dans une quête vertueuse et pleine de sens. Etait-ce pour autant un signe de réconciliation ?

    Il entra dans sa salle une heure en avance.

    Il profita de ce las de temps pour préparer des petits ateliers. Pour le deuxième jour, il voulait insister sur l'Histoire, la grande Histoire. Celle d'Iwa, celle de l'Empereur, celle des clans. Il observait que ce passé était fort de sens, notamment pour les gosses, et qu'il justifiait d'autant plus qu'on s'y intéresse, afin de transmettre la flamme patriotique nécessaire à la pérennité. Patriote. Ce mot fit glousser Hei, qui n'en revenait toujours pas de voir la dévotion de Ryo pour la tâche qui lui avait été confié. Il ne reconnaissait pas son frère.

    Il s'appliqua à bien répartir le matériel, les places, et à sceller deux-trois babioles qui rendraient l'affaire encore plus motivante. Des petits jeux permettraient aux élèves de s'imprégner de différents personnages, afin qu'ils s'immergent définitivement dans les lignes du passé, afin qu'ils explorent l'Histoire en état l'Histoire eux-mêmes..


      "Bonjour à tous."



    Lança-t-il solennellement, avant d'entamer un long récit ponctué de schémas et de mises en scènes. Il récita le bouquin qu'il avait lu deux jours auparavant, et qu'il avait bien entendu révisé la veille. Même fin saoul, il avait pris soin d'enregistrer les notions et passages-clés du manuel que son collègue Jisetsu lui avait prêté par altruisme, afin de les répéter oralement devant la foule attentive.

    Malheureusement, son discours n'eut pas l'effet escompté. Les élèves s'endormaient à vue d'oeil, lassés du ton monotone qu'employait Ryo. Il tenta par plusieurs fois et varier les sonorités, de mettre l'accent sur les moments forts, mais rien n'y fit. Il faut dire que ces chenapans sont avides de faire, plus que de savoir, et qu'un long discours se glisse dans leur oreille comme un conte pour trouver le sommeil. Pas aussi instructif qu'il l'aurait pensé, et pour cela, le talent ne suffit pas à remplacer la pénibilité du récit. Echec temporaire. Ryo ne put que constater l'inefficacité notoire de son projet, et il s'enferma sur lui-même par déception. Aussi la colère monta-t-elle en lui, colère qu'il ne put réprimer qu'en passant un savon au premier qui se cacha derrière sa main.

    Conscient de l'inutilité de son acharnement, il leur octroya une pause avant de démarrer les mises en situation. Les enfants en profitèrent pour jouer et se réveiller. Mais quand ils furent rappelés, toujours dans un silence abyssal, ils firent la moue pour communiquer leur frustration de ne pas pouvoir profiter davantage de leur liberté.

    Il les ignora, obstiné. Grâce à un parchemin, il fit apparaître une quinzaine de costumes, soit à peu près le même nombre que ses élèves. Un tirage au sort repartît les rôles et les accoutrements associés, et vite les élèves comprirent qu'ils entraient dans une activité plus ludique que la précédente. Encouragé par l'idée de se déguiser, ils s'engagèrent au jeu et récitèrent même quelques lignes du discours prononcé par leur professeur quelques minutes auparavant, qu'ils avaient retenus presque par miracle.

    En choeur les enfants rayonnent, par coeur les loustics recitent.

    Son coeur fut empli de joie devant cette réussite-là, plus probante que son long monologue. Ses avortons jouaient parfaitement la scène, et il en profita pour rappeler les notions-clés de cette grande Histoire. Il réalisa que le jeu pouvait être beaucoup plus instructif qu'un long monologue, même ponctué d'images et de mises en scènes. Ses gamins à lui avaient besoin d'être acteurs de leur apprentissage. Un long sourire illumina son visage. Mais le jeu finît par tourner au vinaigre.



RED ROCK - JINMENJU RYÖHEI
"La vie de mon personnage peut être mise en jeu à chaque rencontre."


Dernière édition par Jinmenju Ryöhei le Lun 14 Aoû 2017 - 15:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 332
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Pédagogue [Mission] [Solo] Ven 11 Aoû 2017 - 21:11

    En choeur les enfants rayonnent, par coeur les loustics recitent.

    La situation dégénéra lorsque, trop enhardi par sa tâche et son rôle, l'un des élèves attaqua littéralement son camarade, le faisant choir du haut des escaliers par un front kick surprise qui ne lui laissa guère l'opportunité de se rattraper.

    Ni bruit, ni mouvement. Cette chute vertigineuse ne respecta aucune des deux règles puisque le quidam victime du coup fourré dévala les escaliers dans un bruit de tonnerre nourri de roulés boulés qui achevèrent de le clouer à terre, agonisant. Alarmé, Ryohei se précipita sur la victime et s'enquît de son état. Visiblement, l'enfant en question souffrait d'un mal de dos, qui le faisait se tordre de douleur et gémir timidement. Il interpella aussitôt son collègue, celui qui avait prêté le manuel et qui l'avait conseillé, qui accepta de garder sa classe, tandis que Ryohei s'occupa d'emmener le souffrant aux secours.

    Il commença à stresser. Il songea que tout était de sa faute, qu'il avait peut-être poussé le jeu trop loin, qu'il avait certainement mis trop d'importance de cette grande Histoire qu'il lui tenait à coeur, et qu'il avait transmis sa passion à telle point qu'il était indirectement le coupable de ce front kick vilain et inadmissible. Frustré, il faillît laisser la place à Hei, pour refouler ses émotions et s'enterrer dans une méditation qui lui permettrait, par la raison, de prendre du recul et de déculpabiliser.

    Mais quand Hei ria de voir son frère si soucieux, il décida de ne pas fléchir. Obstination.

    En arrivant, il accusa le regard moqueur de la réceptionniste, qui devina sans mal que le Roux n'avait jusqu'à présent qu'une maigre expérience des responsabilités, surtout avec des enfants. Elle prit la victime sous son aile en rassurant l'apprenti pédagogue sur son état, qui n'était rien de plus, somme toute, qu'un léger trauma, coloré d'un bel hématome qui n'était là que pour rappeler qu'il y avait eu plus de peur que de mal. Effectivement, la situation aurait pu tourner au drame, si par malheur la colonne avait été sérieusement atteinte, et que les nerfs rachidiens avaient endommagés. Mais après une inspection rapide, le médecin diagnostiqua que toutes les fonctions étaient préservées, et que cette chute n'était qu'un malheureux incident. Soulagement.


      "Merci de votre sollicitude. Je vous offrirais une bière, à l'occaz."



    Il laissa là le médecin, la moqueuse et tous ses tourments, et s'en retourna au plus vite à ses devoirs. Il communiqua aux parents de la victime l'incident qui venait de se produire dans la classe, les rassura en leur précisant que leur progéniture n'encourait aucun danger ni traumatisme sérieux. Il pouvait revenir à l'Académie dès le lendemain, avec l'assurance que le coupable serait sévèrement sanctionné.

    Il retrouva sa classe plusieurs après le drame. La fin de la journée fut mêlée de reproches acerbes envers le coupable, et de rappels autoritaires des règles intérieures de l'académie.


      "Les nouvelles règles n'abrogent pas les précédentes. En aucun cas je n'autoriserai une telle conduite dans mon cours. Le coupable sera exclu pour une semaine, avec des comptes à rendre, cela va de soi. Sachez qu'un ninja qui menace l'intégrité de ses compagnons d'armes n'est pas qu'une épine dans le pied pour ces derniers : c'est leur ennemi le plus redoutable. Vos adversaire ne sont pas ceux qui composent votre promotion. Ici, vous n'êtes entourés que de frères d'armes !"



    Ni bruit, ni mouvement. Les élèves écoutèrent dans un silence infini, transis sur leur chaise. Ce discours leur apparaissait comme une punition et un message d'espoir à la fois. Ils pouvaient compter sur l'autorité de leur sensei pour assurer leur protection. Mais cette autorité pouvait se retourner contre eux, aussi fermement qu'elle les protégeaient.

    Il libéra la classe et garda son petit voyou. Il l'incendia presque une demi-heure devant ses parents, qui tentèrent de le protéger mais se montrèrent impuissants devant la furie et l'air menaçant du Jinmenju. Il annonça ses sanctions avec un timbre glacial, comme une sentence. Le coupable lâcha quelques sanglots, mais cela n'effaça guère l'impitoyable férocité du Roux : il le congédia vigoureusement.

    En choeur les enfants rayonnent, par coeur les loustics récitent.

    Le troisième jour fut consacré à une étude sur le chakra, ses manifestations, son maniement, son lien avec l'organisme. La teneur de son discours fut majoritairement scientifique, et des exercices sur feuilles permirent aux gosses d'appliquer la leçon. Le traumatisé de la veille sembla avoir tout oublié de l'incident, mais Ryöhei prit tout de même soin de veiller à ce qu'aucun signe ne trahisse une quelconque dégénérescence du problème. Puis, satisfait d'une matinée très instructive, il organisa des jeux pour l'après-midi.



RED ROCK - JINMENJU RYÖHEI
"La vie de mon personnage peut être mise en jeu à chaque rencontre."


Dernière édition par Jinmenju Ryöhei le Lun 14 Aoû 2017 - 15:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 332
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Pédagogue [Mission] [Solo] Sam 12 Aoû 2017 - 11:59

    En choeur les enfants rayonnent, par coeur les loustics récitent.

    Le quatrième et avant-dernier jour fut consacré à des exercices de combat, axées notamment sur le Taijutsu, spécialité notoire de Ryohei, réputé pour avoir des "parpaings à la place des phalanges" (pour dire vrai, il s'agit plutôt de roche). L'objectif de l'apprenti pédagogue était entre autres d'apprendre à ses garnements que dans un combat, aussi brutal ou direct soit-il, il y a l'art et la manière de placer ses coups. Ainsi partit-il sur l'hypothèse que pour un coup donné, il en fallait deux autres. Deux amorces. Deux feintes.

    Il fallait en fait déguiser les contours de son intention pour flouter cette dernière, et créer chez l'adversaire la pire des choses que l'on puisse encaisser sur un champ de bataille : le doute.

    Ni bruit, ni mouvement.

    Les élèves se passionnaient pour l'agilité pugilistique de Ryo. Il décrivait ses propres techniques en précisant la manière dont il faisait les pourtours de son action principale, et comment il fixait la garde de l'adversaire pour mieux placer la frappe décisive. Il illustra ses propos en montrant, en l'occurrence, qu'il aimait à feinter une attaque au visage pour frapper au plexus, soit avec sa botte, soit avec ses métacarpes. Il avoua, entre autres, qu'il usait du chakra et de son affinité Doton pour renforcer ses attaques, de sorte que s'il pouvait briser la pierre, il pouvait tout autant briser des côtes.

    Il travaillait donc essentiellement sur des combinaisons, plus que des attaques frontales. Il associait au combat une dimension stratégique non négligeable, que les gamins avaient probablement visités avec leur professeur référent. C'était néanmoins un point sur lequel il fallait insister abondamment, car il faisait partie des fondamentaux. Il y avait au demeurant un autre point fondamental, qui s'avérait plus psychologique qu'autre chose.


      "Ne montrez jamais votre doute à l'ennemi. Si vous acceptez de présenter la moindre faille, l'ennemi s'engouffrera dedans ! Et là, la peur naîtra en vous et elle créera encore plus de doutes, des doutes qui vous affaibliront encore davantage."



    Il était bien placé pour le dire : lors de la Grande Guerre, il avait été lui-même victime du doute et de la peur, et il avait fuit comme un lâche, impuissant devant ce flot de chaos. Il s'était caché par peur d'être soufflé par la brutalité du conflit, et il avait eu la vie sauve grâce à ses camarades.

    La journée fut éreintante, tant du point de vue moral que physique. Mais à terme, il fut satisfait de voir ses petits prodiges enchaîner des combats en plaçant le coup qu'ils avaient au préalable annoncé, ceci dans une coopération fracassante. Il ne se doutait pas que de si jeunes êtres, candides, seraient aussi performants, aussi avides de savoir et de réussite. Ils deviendraient très certainement de valeureux ninjas, comme leurs aïeuls, et feraient la nouvelle fierté d'Iwa. Mais pour l'heure, ils avaient encore beaucoup de progrès à faire pour devenir aussi redoutables que ces derniers.


      "Vous avez appris beaucoup de choses et je vous en félicite. Il est temps de voir si vous avez bien assimilé l'ensemble."


    Dit-il le lendemain.

    Le dernier jour fut donc consacré à une évaluation de terrain. Les élèves durent progresser selon différents modes de déplacements et se débarrasser de leurs adversaires, incarnés par des camarades coopérant, en plaçant un coup décisif. C'est probablement durant cette journée, définitive, qu'ils consolidèrent leurs acquis, car en étant évalués, ils revisitaient finalement tout ce qu'ils avaient appris auparavant. Le parcours s'acheva sur une interrogation écrite, mêlée d'histoire et de sciences.

    A la fin de ce cinquième jour, Ryohei salua ses petites crapules et disposa discrètement, fier d'avoir pu leur transmettre quelques petites choses de son expérience. Il s'éclipsa dans un dernier sourire, qui marqua la fin de sa mission. S'il avait enseigné des choses, il avait lui-même beaucoup appris de cette aventure, qui lui avait donné une véritable raison d'être. C'était presque, en fait, une thérapie.

    Il disparut sans bruit ni mouvement, tandis que les mômes rejoignaient leur nourricière.

    En choeur les enfants rayonnent, par coeur les loustics récitent.


    Mais au soir-même, il enfila son blouson de cuir et se grilla une cigarette. Il bouscula les passants en se rendant à son bistrot favori, et lança un regard noir à tous ceux qu'il croisait. Il songea que cela faisait un bail qu'il n'avait pas lui-même profité d'une bonne bagarre. Après plusieurs heures de boissons et de conversation avec le barmaid, il sortît pour fumer une dernière clope. Là, il observa un ivrogne qui titubait devant l'enseigne, et qui lui demanda de lui en filer une. Il lui en fila une. Pas une cigarette, non. Il lui fila une bonne beigne et lui flanqua une raclée des plus insolentes.

    Juste pour le plaisir. L'apprenti pédagogue redevint aussitôt le crapuleux qu'il avait coutume d'être. Le costume exceptionnel était remplacé par le blouson de cuir traditionnel.



RED ROCK - JINMENJU RYÖHEI
"La vie de mon personnage peut être mise en jeu à chaque rencontre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Pédagogue [Mission] [Solo]

Revenir en haut Aller en bas
 

Pédagogue [Mission] [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays de la Terre :: Iwagakure no Satô :: Centre de Formation-