N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Un rendez-vous important

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : genin
Messages : 978
Rang : C

Message(#) Sujet: Un rendez-vous important Mar 8 Aoû 2017 - 19:57

J'étais un peu en retard pour participer à la réunion à laquelle j'avais été convié par mon tuteur. Il ne m'avait pas dit grand-chose sur l'objet de la réunion, mais visiblement, cela avait une importance capitale et pourrait de beaucoup m'aider pour mon apprentissage de la médecine. Je touchais enfin au but. Mon diplôme de médecin civil en poche, je n'avais plus que quelques mois d'études en internat à l'hôpital avant de pouvoir commencer à apprendre la médecine shinobi. J'avais hâte, mais j'étais également angoissée par cette perspective.

Je pressais le pas en direction de la salle de réunion de l'hôpital ou se déroulais l'entrevue que nous allions avoir. La main posait sur mon ventre, j'arrivais finalement devant le lieu et je patientais quelques secondes histoires de reprendre mon souffle avant de réajuster les dossiers que j'avais dans les mains et de frapper à la porte avant de rentrer :

"Bonsoir Professeur Takahata ! Excusez-moi de mon retard !"

Mon regard se tourna alors sur la salle et sur le deuxième occupant. Inuzuka Takeo, je le saluais d'un mouvement de tête avant de le faire verbalement, légèrement surprise de le voir ici :

"Bonsoir Takeo San, excusez moi !"

Maladroitement, je me dirigeais vers mon supérieur dans la hiérarchie médicale qui tira la chaise voisine à la sienne pour que je m'assoie et je m'installais donc à ses côtés, posant mes documents devant moi et me préparant à prendre des notes, mais aussi à écouter d'une oreille attentive.
Takahata prit la parole après m'avoir salué :

"Bien Leika ! Je suppose que vous devez être pas mal occupé avec la fin de votre grossesse ! Installez-vous, je vous pris !"

Il posa ensuite son regard sur Takeo avant de lui demander d'un air entendu :

"Bien, je vous écoute ! Dites moi ce que vous voulez !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un rendez-vous important Mar 8 Aoû 2017 - 22:09

Assis à mon bureau dans le Palais de l’Hokage, je révisais mon projet une dernière fois pour la quatrième fois avant d’aller le présenter à l’Hôpital de Konoha. Il s’agissait de l’un des premiers projets que je mettais personnellement en œuvre et je ne pouvais m’empêcher de craindre que je passais à côté de quelque chose. Le domaine de la médecine n’était pas nécessairement mon domaine de prédilection, mais j’espérais avoir couvert toutes les avenues possibles. Lassés de me voir griffonner, mes deux ninkens se reposaient à un endroit ou un autre de mon bureau, comme bon leur semblait. Sans être aussi grand que celui d’Ayumi-sama, je ne pouvais pas me plaindre sur mon endroit de travail. Lorsque la cinquième révision fut terminée je me convainquis qu’il était finalement prêt et lorsque je me levai de ma chaise mes deux ninkens relevèrent aussitôt la tête, complètement éveillés. Il était temps d’aller montrer le fruit de mon travail.

Documents sous le bras, je pris la direction de l’Hôpital où j’étais sensé rencontrer un certain Professeur Takahata. Médecin réputé de notre hôpital, il avait également de très bons antécédents lors de la guerre en tant que médecin de terrain qui en faisait la personne idéale pour ce que je voulais mettre en marche. Il ne restait qu’à le convaincre de retourner dans le feu de l’action. Qui sait, peut-être que ces quatre années passées dans l’établissement lui on fait perdre cette flamme qui l’avait animé lors de la rébellion? Si jamais c’était le cas, c’était mon devoir d’au moins essayer de la rallumer. Perdu dans mes pensées, je ne m’étais pas rendu compte que mes pieds m’avaient amenés d’eux-mêmes jusqu’à destination. Je m’arrêtai devant la grande arche qui précédait l’hôpital et pris une grande inspiration avant de reprendre ma marche jusqu’à mon rendez-vous.

On m’accueillit courtoisement à l’entrée de l’hôpital et on me donna les directions pour me rendre jusqu’au bureau du Pr. Takahara et m’y dirigeai sans plus attendre. Quelques instants plus tard je cognais à la porte de son bureau et étais accueillis par le fameux Takahara-san. D’un seul coup d’œil, je sus qu’il était sans l’ombre d’un doute l’homme qu’il me fallait. Nous nous serrâmes la main – une poigne solide et ferme, digne d’un chirurgien – et lui demandai s’il n’y avait pas un endroit où je pouvais lui exposer la raison de ma visite. D’un hochement de tête, ce dernier retourner dans son bureau et prit un combiné dans lequel il demanda à ce que Leika les rejoigne dans la salle de réunion. Ceci fait, il me guida jusqu’à ladite salle de réunion où, une fois rendus, je guidai la conversation jusqu’à la Grande Guerre. Si je voulais qu’il comprenne là où je voulais en venir, je ne voulais pas non plus avoir à me répéter aussi restai-je évasif jusqu’à ce que nous soyons interrompus par un cognement à la porte.

Quelques secondes plus tard une jeune femme au ventre rebondi que seule une femme enceinte pouvait avoir et de longs cheveux blonds tirants vers le blanc et je fus surpris de reconnaître Leika après quelques secondes d'observation. Cette dernière salua son professeur et s’excusa de son retard avant de faire de même pour moi. Je me contentai d’hochai la tête pour lui signifier que je ne lui en tenais pas rigueur. Quel genre de gentilhomme je ferais si je m’en prenais à une dame enceinte? J’attendais qu’elle se soit installée avant de commencer mon exposé.


- Avant toute chose, je tenais à vous remercier de m’accorder votre temps pour ce projet qui, je le crois, pourrait être très intéressant pour l’établissement. J’inclinai la tête en guise de remerciement. Cela ne fait aucun doute, l’hôpital de Konoha fait un travail phénoménal et ce depuis sa création en même temps que Konoha lui-même. Depuis que la Grande Guerre s’est terminée, ce dernier s’est mis au service de tous les Konohajins, qu’il soit shinobi ou non, et bien que nous soyons un village militaire une grande partie de notre population reste civile. Cela n’est pas une mauvaise chose, au contraire, maintenant que nous sommes en paix c’est exactement ce qu’il fallait faire. Toutefois, en tant que Chef de la sécurité de Konoha, cela fait partie de mon travail de prévoir les pires scénarios et de nous y préparer.

Je pris une petite pause à ce moment-là, parce que c’était classe, mais également pour leur faire comprendre que j’étais de ceux qui ne croyais pas que cette paix allait durer. Cela faisait quatre ans que Konoha avait été créé et qu’aucune grosse menace était apparue sur le continent; cela voulait simplement dire que c’était sur le point de péter. C’était dans cette optique que j’étais là.

- Pour cette raison, je suis venu avec un petit projet pour l’hôpital : j’aimerais mettre au point un département d'urgentologie, une section de l’hôpital qui s’occuperait de gérer les cas les plus graves et les plus immédiats. Si jamais une crise venait à éclater, je veux que nous soyons capables d’éloigner nos hommes de la mort et les remettre sur pied le plus rapidement et efficacement possible. Takahara-san, peut-être avez-vos deviné suite à notre conversation plus tôt, mais j’aimerais faire appel à vos compétences de médecins de guerre. En plein champ de bataille, vous étiez capable de remettre vos compatriotes sur pied; c’est quelque chose dont peu de personne sont capables. J’aimerais mettre ces talents à la tête de ce département et les mettre au service des shinobis de Konoha.

Je laissai l’annonce planer quelques instants dans la salle de réunion avant de tourner mon regard vers Leika-san.

- Bien sûr, votre... Leika pourra vous accompagner afin de diversifier ses expériences de travail et peut-être pourra-t-elle éventuellement faire partie de l’unité. Alors, qu’en pensez-vous, Takahara-san?

J’étais passé à deux doigts de l’appeler assistante lorsque je m’étais rappelé qu’elle l’avait appelé professeur. Cela voulait donc dire que Leika était étudiante en médecine. Même si elle ne pouvait techniquement pas intégrer l'urgentologie – si jamais elle venait à être créée – mais un stage dans l’unité pouvait être très intéressant pour les aspirants médecins qui voulaient élargir leurs horizons. Si, d’une façon, j’arrivais à convaincre l’Hyûga – j'avais eu vent de son marriage à Tatsuya – sans doute que celle-ci pourrait m’aider à convaincre Takahara-san. Je pourrais aussi lui dire que cela ferait de l’hôpital un lieu sans pareil sur le Yuukan. Ouais, j’avais définitivement d’autres arguments en poche, mais j’espérais tout de même ne pas avoir à les sortir et avoir un homme prêt à embarquer dans le projet. Cela me faciliterait beaucoup les choses et nous pourrions avancer plus vite dans son aboutissement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : genin
Messages : 978
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un rendez-vous important Mar 15 Aoû 2017 - 13:26

C'est ainsi que la discussion débuta et au ton qu'employait le shinobi face à nous, je compris immédiatement que le sujet était plutôt important. Il résuma rapidement une situation passé ou mon maître avait fait des merveilles, puis il enchaîna tout aussi vite, sur une situation providentielle qui pouvait se produire avant de donner un avis sur la chose, mais aussi, sur la façon de gérer cela.
Mon regard allait de Takeo à Takahata et de Takahata à Takeo. À chaque minute ou cette conversation, se poursuivait, un nouvel élément nouveau venait faire son apparition dans cette dernière.

Le vieux professeur de l'hôpital commença par hocher la tête dans un premier temps suite aux paroles du jeune homme. Il grommela dans sa barbe, puis approuva une nouvelle fois les paroles :

"L'avenir est incertain et c'est vrai qu'il nous faut apprendre à pallier à l'urgence. Pour des civils, ou quand on a le temps, c'est assez facile à gérer… Mais beaucoup moins en temps de guerre…"

Son regard se posa sur la table, puis sur moi. Il me sourit avant de poursuivre :

"Nous avons beaucoup de mal à intéresser des jeunes gens pour qu'ils se plongent dans cet élément. Les études sont longues et fastidieuses. Beaucoup ne prennent pas le temps nécessaire pour les poursuivre comme il se doit."

Il posa alors sa main sur mon épaule afin de me désigner :

"Leika à choisi de suivre la voie traditionnelle, celle que je préconise. Elle a commencé par un enseignement de la médecine classique. Celle que nous destinons à nos civils. La plus formatrice selon moi. Lorsqu'elle sera prête et aura fini cela, nous passerons alors à la médecine shinobi. Elle pourra ainsi devenir Eisenin. Contrairement à ses pairs, sa formation aura été longue et fastidieuse, mais elle aura des gestes plus sûrs, elle agira plus sereinement en étant sûre de ses actes et surtout, avec de meilleurs résultats !"

Il poussa un long soupir.

"Votre idée est bonne Takeo-San, mais à quoi bon former des médecins rapidement pour avoir sur la finalité des résultats qui ne peuvent qu'être catastrophiques. Votre idée est bonne, mais nous n'avons pas l'effectif nécessaire à l'heure d'aujourd'hui pour pouvoir faire cela et je ne veux pas former des jeunes gens rapidement en bâclant leur enseignement…"

La situation me semblait un peu tendue et peut-être que je pouvais faire quelques choses pour aider à la détendre :

"Professeur … Ne pas pouvoir le faire de suite ne signifie pas que cela est impossible…"

Mon regard se porta sur Takeo et j'eus un petit sourire pour lui :

"Je suis sûre que Takeo San est ici justement pour que nous essayions de trouver des solutions. L'idée est bonne, vous l'avez dit vous-même. La seule chose qui ne rentre pas dans vos principes, c'est la formation rapide des eisenins. J'ai suivi votre enseignement et je rejoins vos idées. Je sais au fond de moi que même si cela a été très long, vous avez raison, car je comprends à présent à quoi sert chaque geste que je pratique dans la médecine que je réalise. Je sais au fond de moi que même si cela a été très long, vous avez raison, car je comprends à présent à quoi sert chaque geste que je pratique dans la médecine que je réalise. Beaucoup de confrères sont d'accord avec vous sur ce point ! Mais le projet n'est peut-être pas fait pour être réalisé dès demain. Peut-être que nous avons du temps pour cela et ça peut aller en votre faveur…"

Je regardais Takahata et j'eus un léger sourire timide à son encontre avant de me tourner vers Takeo :

"Je pense qu'il serait bon de recruter les futurs eisenins plus tôt afin qu'il commence leur apprentissage en médecin avant même d'avoir les capacités nécessaires pour commencer la pratique en tant que shinobi. Pensez-vous que cela soit faisable ? Peut-être que le directeur de l'académie serait disposé à faire un effort de repérage à ce niveau-là ?"


Dernière édition par Hyûga Leika le Dim 20 Aoû 2017 - 22:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un rendez-vous important Jeu 17 Aoû 2017 - 0:25

Je vis avec une certaine fierté que mes paroles semblaient avoir fait leur chemin jusqu’au Professeur, le voyant à présent murmurer pour lui-même ce qui devait sûrement être des pours et des contres. Mes sens étaient certes affutés, mais je ne pouvais pas dire que mes oreilles étaient aussi sensibles que mon nez. Je ne pouvais me fier qu’à l’expression pensive du vieux shinobis tout en jetant de temps à autre des regards à Leika-san, son élève. Cette dernière n’avait pas dit un mot depuis le début de l’entretien même si je savais que cela ne l’avait pas empêché d’écouter la moindre de nos paroles. Après quelques minutes, le vétéran commença par reconnaître que le besoin que pallierait cette idée que j’avais eu était bien réelle d’autant plus qu’il avait lui-même vécu ce que c’était. Il y avait toutefois quelque chose dans les hésitations qu’il avait lorsqu’il parlait, comme s’il se retenait pour réellement dire le fond de sa pensée. Une odeur de renfermé commença soudainement à envahir mes narines; odeur qui s’intensifiait à chaque fois que mon regard se posait sur le professeur et je compris que cela venait du Professeur, qui j’en avais maintenant la certitude, cachait le fond de sa pensée. Personne ayant vidé son sac avait une telle odeur.

Comme de fait, lorsque son regard se posa sur son élève, le médecin m’avoua que depuis les quatre dernières années l’attrait de la médecine était devenu beaucoup moins flamboyant avec les temps de paix relative dans lesquels nous vivions. C’était un aspect que je n’avais pris en compte lors de la conception de mon projet ayant pris en considération que l’hôpital n’était pas en manque de personnel. L’une des seules personnes ayant choisi de se dédier totalement à cette voie était la jeune femme avec nous, qui faisait des études de médecine traditionnelle avant d’aller se spécialiser dans la médecine shinobi. Tout cela pour en venir au fait que si elle était l’une des rares à faire ce parcours, si nous rajoutions à leurs études ce qu’il leur fallait pour entrer dans l’unité les chances qu’ils en retiennent un apprentissage adéquat ne valait pas, selon lui, la chandelle. La situation qu’il me racontait n’allait pas du tout avec ce que j’avais ramassé comme information lorsque j’avais commencé à travailler sur ce projet, je devais rapidement trouver une façon de changer le tir sans quoi je perdais le soutien du médecin.

Contre toute attente, ce fut la jeune femme présente à la réunion et qui, pour l’instant, était restée muette qui désamorça la tension qui avait commencé à monter dans la salle. Heureusement pour fois, maintenant que le moment était venu, je vis que son avis pencherait au final en ma faveur. Cette dernière proposait en effet de laisser murir le projet afin de laisser le temps à nos futurs médecins de compléter leurs études complètes. Sur ce point, je vis que je n’aurais aucune chance de négocier. Même si ce n’était pas ce que j’étais venu chercher, c’était déjà un bon début de piste de solution. En sachant les demandes de Takahara-san, j’étais plus en mesure de modifier mes plans afin de trouver un juste milieu. Lentement, quelque chose commençait à prendre forme dans mon esprit.

Mes pensées furent interrompues par Leika-san, qui fit mention de recruter les eisenins plus tôt, je fronçai les sourcils. Je n’étais pas le Directeur de l’Académie et n’était pas expert en éducation, mais plonger les jeunes à un si jeune âge dans ce genre de connaissance, je n’étais pas sûr que cela serait une bonne idée au niveau de leur résistance émotionnelle. Certes, nous leur apprenions également à se battre et à, potentiellement, tuer nos ennemis, mais voir son compatriote se vider de son sang laissait une bien plus grande marque psychologique en mon sens. Je ne faisais que penser à mon jeune frère et je ne l’imaginais pas du tout en train d’apprendre la médecine. Lorsqu’elle demanda si la coopération du Directeur pourrait être possible, je ne pus retenir mon opinion plus longtemps.


- Je ne suis pas certain qu’impliquer nos académiciens soit productif. Pour être en contact avec l’un d’entre eux, ils peuvent parfois manquer d’une certaine… maturité nécessaire à ce genre d’études. Vous m’avez tous deux avoué que ce chemin était long et exténuant, les jeunes de nos jours ne sont pas prêts pour ce genre de dévouement. Je ne pense pas que la solution se trouve là. Cependant, je comprends qu’implanter un tel projet à l’heure actuelle n’est pas viable.

Je n’étais peut-être pas sur la même longueur d’onde qu’eux en ce concernait l’implication des jeunes de l’Académie – je n’en connaissais pas beaucoup qui s’intéressaient à l’anatomie autre que pour des raisons… extracurriculaires – mais cela ne voulait pas nécessairement dire que je les laissais en plan. C’était le moment pour leur sortir ce avec quoi j’étais arrivé.

- Ce que proposerais, plutôt, c’est un perfectionnement pour les médecins ou eisenins – actuels et futurs. Une sorte de développement professionnel, si vous voulez, pour le personnel de l’hôpital et par le personnel de l’hôpital. Nous pourrions monter une équipe de shinobis expérimentés avec les mêmes compétences que vous, Professeur Takahara, qui constitueraient le noyau principal de l’unité et agiraient en tant que mentors pour quelques autres médecins à qui vous partageriez votre expertise pour les situations délicates. De cette façon, nous laissons aux étudiants le temps de terminer leurs études tout en ayant, dans un délai raisonnable, une équipe prête à réagir lorsque le moment viendra.

Prenant une petite pause, je levai les mains en guise d’excuse. Nous étions quand même en pleine négociation, je devais aussi m’assurer qu’ils gardent la face malgré tout.

- Je le concède, j’ai peut-être été un peu trop ambitieux à vouloir créer cette unité alors que rien ne semble nous menacer. Pourquoi ne pas attendre jusqu’à ce que Leika-san ait terminé ses études? Cela laissera le temps à sa classe et elle de compléter leur formation et plus tard, sous votre tutelle, elle pourra nous donner avec des commentaires venant directement des mentorés. Qu’en pensez-vous?

J’ouvris les bras et haussai un sourcil, un geste qui incitait à la confiance, alors que je les laissais réfléchir à tout cela. Je devais dire que de ce que j’avais initialement planifié, je n’en ressortais pas trop perdant au final tout en essayant du mieux que je pouvais de prendre en considération les nouvelles informations du Professeur. Cela prendrait un peu plus de temps que prévu, peut-être, mais j’étais prêt à attendre avant d’avoir une unité fonctionnelle. Après tout, ce n’était pas comme si la guerre était à nos portes, nous avions le luxe de pouvoir leur laisser le temps de faire leur formation médicale; autant en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : genin
Messages : 978
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un rendez-vous important Dim 10 Sep 2017 - 11:12

Les échanges allaient bon train et je me fis rapidement remettre à la place qui était la mienne par le chef de la sécurité de Konoha. Peut-être avais-je pris une trop grande liberté en exprimant ainsi mon avis sur la situation ? Me voilà rabaissé à mon juste niveau. Désormais, je me contentais de prendre des notes sur la conversation en cours, il valait mieux pour moi laisser les deux hommes discuter entre eux de ce qu'il prévoyait pour l'avenir de notre nation.
Consciencieusement, je continuais à noter malgré tout chacune des paroles des deux autres protagonistes de la pièce qui semblait avoir repris leurs échanges.

"J'ai l'impression que la situation est plus urgente qu'il n'y laisse paraître si j'écoute vos paroles Takeo San. Je vois que vous avez semble t-il beaucoup réfléchit à la situation…"

Mon regard se posa quelques instants sur mon professeur. Il semblait juger le pour et le contre des propositions de l'Inuzuka. Ses doigts tournaient machinalement dans sa main comme s'il réfléchissait. Le sujet semblait assez important pour le tracasser au point que je le vis faire la grimace à plusieurs reprises, mais finalement, il reprit la parole :

"Bon … Je pense que nous pourrions essayer votre proposition et voir ce que cela donne après tout !"

Il avait peut-être raison. Le mieux était encore d'essayer et de voir les résultats que nous obtiendrons dans un premier temps, cependant, je n'étais pas aussi optimiste qu'eux, pour la bonne et simple raison que je n'avais pas encore fini mes études et mon apprentissage. La voie jusqu'au rang A était encore longue et donc avec elle la validation de mon ps médecine.

Le vieil homme secoua la tête de façon négative à l'encontre de l'Inuzuka lorsque ce dernier proposa de patienter jusqu'à ce que j'ai terminé mes études :

"Ne reportons pas trop les choses Takeo-san. Certes, rien ne nous menace aujourd'hui, mais rien ne nous dit que ça ne sera pas le cas demain. Si vous souhaitez que nous mettions en place ce projet, faisons le maintenant et pas dans un avenir incertain ! Et puis, je pense que ce projet et sa mise en place sera une bonne expérience pour mon étudiante !"

Son regard se posa sur moi, comme s'il me demandait mon avis sur la question. Pour être franche, je n'en avais pas vraiment. Ils avaient semblent-t-il déjà décidés ce qu'ils allaient faire et je me contenterai d'obéir. Je hochais de la tête positivement et mon professeur afficha un sourire :

"Soit ! C'est entendu, vous m'informerez de la procédure que vous souhaitez que nous mettions en place donc !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un rendez-vous important Ven 22 Sep 2017 - 2:55

Il ne fallait pas être un expert du langage corporel pour comprendre que j’avais froissé la jeune femme lorsque j’avais exprimé mes réserves sur l’idée d’aller chercher nos recrues à l’Académie. Même si je n’étais pas nécessairement d’accord avec l’idée, n’aurais-je pas pu trouver une sorte de compromis? Avais-je déjà fait trop de compromis? Pour mes premières négociations, je n’étais par certains si cela se déroulait si bien que cela. J’étais parti confiant dans le dossier que j’avais monté, mais comme avec beaucoup de choses cela ne s’était pas du tout déroulé comme je l’avais planifié. De la façon dont ils me décrivaient les choses, nous ne pouvions pas établir d’ici quelques temps, ce qui était loin de ce que je m’étais imaginé. Nous devions prendre en considération qu’un tel métier demandait du temps à perfectionner. Enfin c’était ce que j’avais été amené à comprendre, mais le professeur semblait soudainement inquiet de l’urgence de la situation. Même si en réalité ce n’était pour l’instant pas le cas – je ne pouvais que redouter le jour où cela le serait – et que nous pouvions justement utiliser ce temps à bon escient, j’avais soudainement retrouvé l’attention de Takahara-san; je n’allais pas laisser cette opportunité passer.

Regagnant un peu de ma confiance, je leur proposai alors ce à quoi j’étais venu alors que j’avais essayé d’intégrer leur rétrospection et commentaires. Principalement, je donnais plus de temps aux médecins afin d’être fonctionnel dans l’unité. Leur horaire était souvent débordé seulement avec les problèmes que les civils konohajins avaient sur une base régulière, nous ne pouvions pas leur imposer de retourner aux études en même temps. Toutefois, cela en disait long sur l’état de préparation du personnel si jamais nous tombions en crise. Si jamais cela arrivait – et je ne pouvais pas croire que cela n’arriverait jamais, la partie soldat en moi me le rappelait assez souvent – jamais ils ne pourraient s’occuper de leur tâche habituelle en plus de la crise. J’espérais pouvoir une pierre deux coups et préparer l’hôpital pour les éventuelles crises. Au fur et à mesure que je leur exposais mon idée, je pouvais sentir l’odeur un peu rance de l’hésitation que le tenaillait. Ce n’était pas particulièrement agréable comme odeur, mais au moins cela montrait que mes mots se rendaient jusqu’à lui aussi étais-je capable de la supporter. De toute façon, si les choses se passaient bien elle serait vite remplacée par quelque chose de plus agréable.

Dans le même souci – et aussi peut-être secrètement pour me racheter auprès de la jeune femme – je proposais que cette dernière fasse partie de la première génération de médecins nouvellement promus qui pourraient suivre la formation auprès des médecins spécialisés. De cette façon, nous laissions le temps à tout le monde de se préparer et d’être prêts pour recevoir cet enseignement le moment opportun. Aussitôt les expressions devant moi se fermèrent et compris que nous ne pourrions aller dans cette allée. S’il était impossible de faire cela immédiatement ni lorsque son élève terminerait ses études, quand est-ce pourrions-nous mettre cela sur pied? Je fus surpris lorsque le professeur répondit à ma question intérieur et encore plus lorsqu’il me dit qu’il n’était pas nécessaire de remettre cela aussi longtemps. Je ne savais pas si c’était dans ce que j’avais dit ou ce que j’avais fait, mais Takahara-san ne voulait plus attendre pour mettre ce projet en œuvre. Quelque chose avait-il finalement fait résonner une cloche chez l’ancien médecin de guerre? J’osais croire que oui, mais le professeur portait très bien son nom puisque ce dernier avait en plus de cela vu l’opportunité d’apprentissage pour son élève. Revenant sur sa décision précédente, il était maintenant d’accord à embarquer Leika-san dans le projet. Lorsque son regard se posa sur elle comme s’il cherchait son approbation, cette dernière hocha distraitement la tête et ce fut comme si son hochement de tête avait envoyé une vague d’odeur sur moi puisque mes narines furent envahies par une odeur douceâtre, juste assez forte pour être désagréable. Son mentor poursuivit comme si de rien n’était, mais je sus que, quelque part, la jeune femme avait décroché. Je ne jugeais toutefois pas prudent de l’affronter sur ce sujet aussi ouvertement, je gardai donc cela pour une autre fois.


- Très bien, heureux de voir que vous embarquez dans le projet. Premièrement, il va nous falloir du personnel afin d’éventuellement faire tourner ce département. Cela veut donc dire que nous devrons aller faire un peu de recrutement. Regarder à travers la liste des médecins pratiquant à l’hôpital, trouver ceux ayant les compétences nécessaires pour opérer sur des gros cas et essayer de les convaincre comme je l’ai fait avec vous. Évidemment tout ceci se fait sur une base volontaire – nous ne pouvons pas forcer personne à changer ainsi de département si je ne trompe pas? – donc nous devrons aller les voir chacun leur tour. Cela ne risque pas nécessairement d’être aisé, mais j’espère que certains d’entre eux auront gardé la flamme nécessaire pour ces situations. Auriez-vous déjà quelques noms en tête?

Bien sûr, ce n’était que la première étape du projet, mais c’était à mes yeux l’une des plus importantes. Ceux qui donneraient vie au département étaient, en quelque sorte, l’âme de ce dernier. Ce serait eux qui apporteraient une vie et une atmosphère à ce nouvel espace. Chaque individu donnerait un peu de lui-même pour créer un endroit comme nulle part dans l’hôpital. Après cela il faudra penser à l’aménagement de l’aile d’urgentologie et également à équiper cette dernière, puis viendrait les quarts de travails et tous les autres détails qui composaient le milieu hospitalier, mais nous avions encore beaucoup de temps pour voir cela; ce n’était clairement pas aujourd’hui que nous déciderions de cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 500
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un rendez-vous important Ven 13 Oct 2017 - 23:41

Les échanges allaient bon train, et ce malgré le scepticisme premier du médic à qui on avait proposé l’affaire. Celui-ci avait en effet rapidement changé d’avis (comme de chemise diraient certains) et s’était rangé du côté de l’Inuzuka, lui demandant même des précisions sur ce qu’il prévoyait.

Écoutant attentivement la proposition du chef de la sécurité, Takahata hocha la tête d’un air distrait à la fin de l’explication de Takeo. Déjà il avait un ou deux noms en tête qui pourraient correspondre à la demande. Mais ce ne serait pas suffisant, et ils ne pouvaient pas non plus mettre tous leurs meilleurs medics dans cette nouvelle unité.

- Hmm… J’ai possiblement quelques noms. Dirigeant un regard vers sa disciple, il l’excusa d’un sourire. Tu peux retourner à tes occupations Leika, Takeo-san et moi allons continuer cela et voir qui est intéressé par cette nouvelle unité.

Se massant le menton, il finit par se lever et se diriger vers la porte. Il ouvrit celle-ci avant d’inviter les deux autres à le suivre dehors.Il dirigea son invité vers la section de cardiologie où se trouvait son premier homme de la liste. Adressant un regard au chef de la sécurité, il lui donna une brève description de l’homme.

- Natsuo-san est un excellent chirurgien, le meilleur de notre hôpital. Dédié entièrement à la médecine, il est aussi très bon pour agir sous pression. C’est pour ça que je pense qu’il serait un parfait élément dans ce nouveau département. La deuxième personne à laquelle je pense n’est pas en service aujourd’hui, il faudra revenir un autre jour.

Le docteur finit par ouvrir la salle de pause, et avec chance, celui qu’il cherchait, un jeune homme brun aux yeux bleus. Celui-ci se retourna vers les deux arrivants, un sourire fatigué aux lèvres.

- Takahata-san, Inuzuka-san. Que me vaut l’honneur de cette visite ?

- Eh bien Takeo-san est venu me voir avec une idée très intéressante qui vaut qu’on se penche dessus. j’ai pensé que ça pourrait aussi vous intéresser. Mais je vais laisser Takeo-san vous expliquer ce nouveau projet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un rendez-vous important Dim 29 Oct 2017 - 17:36

Juste avec l’étincelle qui venait d’éclater dans son regard, je sus qu’il avait déjà quelques noms à me mettre sous la dent. Parfait, le plus tôt nous pouvions nous en occuper le mieux le projet s’en porterait. Il n’était pas nécessaire de convaincre d’emblée tous les médecins que nous irons visiter, mais le plus rapidement nous mettions l’idée dans leur tête le plus de chances nous avions de recevoir une réponse favorable. Ce n’était pas une mince affaire que nous demandions, c’était pourquoi une bonne période de réflexion était de mise. Sauf que si nous étions capables de diriger le cours de ses pensées cela serait un plus pour nous. J’hochai la tête, satisafait, lorsque ce dernier me confirma bien avoir un ou deux noms de mémoire et m’attendis à ce qu’il les partage, mais son regard se porta vers Leika-san, qui n’avait pas arrêté de prendre des notes jusqu’à maintenant. Je ne devrai pas oublier de demander une copie de ces notes à la jeune femme, cette dernière avait peut-être consigné des informations pertinentes pour les futurs membres du département. Takahata-san, qui avait sans doute deviné que cela prendre un peu plus de temps que prévu, donna congé à son assistante afin qu’elle puisse aller continuer ce sur quoi ils travaillaient sans accumuler de retard. De notre côté, nous allions nous pencher sur la question du recrutement.

En moins de deux nous fûmes tous sortis du petit bureau et alors que Leika-san prenait une direction, le professeur et moi en prenions une autre vers une aile différente de l’hôpital. Après quelques minutes de marche nous entrâmes dans la section de cardiologie et je suivis de près Takahata-san qui sembla savoir exactement où se trouvait la personne qu’il cherchait. Nos regards croisâmes ceux des responsables de la sécurité, mais les deux hommes nous reconnurent tous les deux et nous lassèrent passer sans le moindre incident. Une fois passé la sécurité, Takahata-san commença à me briefer rapidement sur l’homme que nous nous apprêtions à rencontrer : Natsuo-san était le meilleur cardiologue de l’hôpital et il s’avérait justement que les deux hommes de la santé étaient de bons amis. Homme appliqué et entièrement dévoué à sa discipline, il partageait le sang-froid du professeur qu’ils avaient tous deux aiguisés lors de la Guerre. Ainsi ils avaient été frères d’armes, sans doute membres de la même escouade médicale. Si je pouvais me fier à Takahata-san, je sus que je pouvais autant faire confiance à Natsuo-san que j’allais rencontrer. Il y avait bien une autre personne que le Professeur aurait aimé que je rencontre, mais il fallait croire qu’il y avait une limite à ma chance. Meilleure chance la prochaine fois.

Au bout de quelques minutes nous passâmes finalement à travers une autre paire de portes battantes pour se retrouver dans un endroit qui avait tout l’air d’un selon du personnel. Tables et chaises dans un coin, divans et tables à café dans l’autre, j’entrevoyais une salle de bain par une porte entre-ouverte et une salle de conférence derrières un mur vitré. Quand il m’avait parlé de ce Natsuo-san, je m’attendais à voir un vieux de la vieille – un vétéran qui avait fait ses grades avec Takahata-san – mais je fus surpris de voir qu’il s’agissait en fait d’un jeune homme d’environ mon âge au regard d’un bleu perçant, comme les banquises de Yuki no Kuni. Je m’étais donc trompé sur le cardiologue et avait devant moi celui qui devait plutôt être une sorte de protégé pour le Professeur. Malgré l’énergie qu’il semblait mettre, je remarquai tout de même ses traits tirés et son sourire fatigué. Je serrai la main qui m’était tendue et me laissai m’introduire, sachant très bien que si l’idée venait initialement d’une personne de confiance il y avait plus de chances qu’elle soit acceptée. Pas que je n’étais pas une personne de confiance, mais Natsuo-san et Takahata-san étaient sans conteste plus près l’un de l’autre. Après une introduction brève, mais qui saurait piquer la curiosité du jeune cardiologue, ce fut à mon tour de me lancer.


- Bonjour, Natsuo-san. Takahata-san m’a dit grand bien de vous et je pensais mon projet pourrait peut-être vous intéresser. Vous voyez, mon travail consiste à prévoir les potentielles menaces envers Konoha et à mettre en œuvre des mesures qui préviendront de telles menaces. Dans ce sens, il m’est venu à l’esprit que même si notre hôpital n’a rien à envier à n’importe quel autre institut du genre sur le Yuukan, ce dernier n’était tout simplement pas prêt pour des accidents graves ou des événements majeurs. Que ce soit en termes d’espace alloué, de personnel et de procédures, notre hôpital ne serait pas, à l’heure actuelle, capable de gérer cette crise et les soins journaliers en même temps.

C’est pourquoi je suis venu à une solution dont j’ai discutée avec Takahata-san et ce dernier m’a éclairé sur plusieurs points jusqu’à ce que nous venions avec une forme plus… disons… réaliste de ce projet qui existait pour l’instant que sur papier. Grâce à son aide – et peut-être la vôtre – j’aimerais ouvrir un département d’urgentologie afin que nous soyons capable de réagir rapidement et efficacement si jamais une situation grave se développait à Konoha. Sur une base tout à fait volontaire, je prendrais des médecins d'expérience qui savent comment agir lors des situations de crises afin non seulement de diriger le département, mais également pour transmettre leur savoir-faire à la prochaine génération. Bien sûr chaque chose se ferait en son temps, comme j'en suis convenu avec Takahata-san, mais c'était grosso-modo ce que j'avais en tête. Loin de moi l’idée d’être de mauvais augure, mais vous comprendrez qu’avec la nature de mon travail je dois toujours envisager le pire.


Je ne voulais pas être celui qui amenait les ennuis à Konoha, je voulais simplement que nous soyons prêts si jamais les ennuis arrivaient à Konoha. Malgré tout, une petite partie à l’intérieur de moi ne pouvait s’empêcher de se dire que cela n’était qu’une question de temps, l’Empereur était loin d’être le seul mégalomane à fouler le Yuukan, j’étais prêt à le parier. C’était cette partie légèrement paranoïaque qui faisait justement en sorte que j’occupais mon poste actuel et qui me gardait constamment sur le qui-vive pour la moindre menace. Si jamais je pouvais compter sur Takahata-san, Natsuo-san et les autres pour mettre sur point une unité d’urgentologie, cela faisait déjà une chose de moins à laquelle je n’avais pas à me préoccuper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 500
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un rendez-vous important Jeu 2 Nov 2017 - 19:21

Le jeune médecin se passa une main dans les cheveux en soupirant. Il esquissa un autre sourire fatigué au chef de la sécurité. il voyait bien sûr tout l’enjeu de ce projet, et il savait que Takahata-san aussi. Cependant, il ne fallait pas non plus oublier les moyens actuels. Déjà qu’ils étaient difficiles à travailler avec, alors ajouter quelque chose en plus ?Au final, il finit par prendre la parole.

- Je vois très bien votre idée, et en quoi elle pourrait être bénéfique. Ne un sens, vous n’avez absolument pas tort, il faut savoir se préparer au pire. Mais… C’est quelque chose qui va mettre un long moment avant de s’instaurer. Votre base du volontariat est une bonne chose. Mais pour que cela fonctionne vraiment, il nous faudrait plus d’effectifs. Pour d’abord remplacer les médecins qui seront affectés à cette section d’urgence, mais aussi parce que ceux-ci seront fatigués beaucoup plus rapidement sous le stress.

Natsuo-san prit une pause dans son discours, cherchant l’approbation de son ancien sensei. Celui-ci acquiesça muettement, et le blondin fut soulagé de voir qu’il s’exprimait assez clairement. Après tout, ça faisait maintenant dix heures qu’il bossait presque non-stop, il aurait pu ne pas être très clair dans ses propos.

- Ce n’est pas pour autant que je suis contre votre idée. Je vous informe juste que ce sera un long travail, le temps qu’on puisse recruter de nouveaux médecins, qu’on les forme afin qu’ils atteignent notre niveau et tout. Sans compter les moyens matériels dont nous aurions besoin. Comme vous le disiez, ça ne se mettra pas tout de suite en place. Mais vous pouvez compter sur mon aide pour ce projet. Je suis sûr que d’autres volontaires. Moi-même, je contacterai ceux que j’estime pouvoir participer.

Jetant son gobelet vide et vérifiant l’heure à sa montre, Natsuo finit par s’asseoir à la table, décontracté.

- Il me reste encore cinq minutes de pause. Avez-vous des questions particulières ou d’autres choses à me demander concernant ce projet?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un rendez-vous important Ven 10 Nov 2017 - 23:32

Le jeune médecin m’écouta respectueusement sans m’interrompre alors que je lui présentais mon projet, mais il y avait quelque chose chez lui qui me criait que je n’aurais pas la réaction escomptée. S’il y avait seulement eu ce drôle de mélange amer qui m’avait soudainement rempli les narines, Natsuo-san se passa également la main dans les cheveux en soupirant légèrement ce qui, dans mon livre à moi, n’était jamais le signe d’une bonne nouvelle. Comme de fait, les nuages vinrent obscurcir le ciel quand il mentionna lui aussi le problème qu’était le manque de personnel autant que de relève. Encore cela. Décidemment, le fait que je ne me soit pas rendu compte de cette lacune lors de mes études lors de l’établissement de ce projet avait été la plus grosse erreur de ma part. Le fait était que la vitesse à laquelle les étudiants terminaient leurs études n’était pas assez rapide pour le besoin que nous avions, cela faisait que nous étions constamment en manque de personnel pour s’occuper de nos patients. C’était un problème que j’avais déjà parlé avec Takahata-san et cela ne me dérangeait pas d’en parler à nouveau.

C’est pourquoi je fus estomaqué de voir le consentement dudit Professeur lorsque le jeune homme le chercha du regard. Nous venions de régler ce problème il y avait à peine quelques minutes, cela ne faisait même pas une heure! Comment avait-il fait pour oublier? Je commençais à avoir l’impression qu’on se moquait de moi et qu’on ne prenait pas mon idée au sérieux. À chaque fois, on me sortait la même excuse comme s’ils étaient tous passé le mot. Certes, je n’avais pas prévu à quel point la pénurie de médecins était importante, mais pensaient-ils que parce que je ne travaillais pas dans l’hôpital je ne comprenais pas qu’on ne pouvait pas simplement créer un département en un claquement de doigt? Ainsi, lorsqu’il continua son discours et m’expliqua les étapes qui seraient nécessaire si je voulais mener mon projet à bien je ne me cachai pas pour le toiser fixement sans ciller. Je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus, mais il y avait quelque chose qui me déplaisait chez ce jeune homme. Malgré ses paroles conciliantes, quelque chose me disait qu’il ne voulait vraiment coopérer. On aurait dit qu’il n’entretenait le dialogue que par respect pour Takahata-san et j’aurais presque juré qu’il essayait de me démotiver dans mon entreprise. S’il pensait que je n’étais pas au courant des difficultés et des défis qui se dressaient devant l’accomplissement de ce département, c’était qu’il ne savait pas qui j’étais.


- J’ai en effet été mis au courant du problème que rencontre présentement l’hôpital, c’est quelque chose dont j’ai parlé avec Takahata-san et son élève, Leika-san, il n’y a pas très longtemps. Vous ne vous rappelez pas, Professeur? lui demandai-je en le fusillant du regard lorsque je me retournais vers lui. Que lui prenait-il de prendre le côté de Natsuo-san alors que nous étions censés être ici pour le convaincre de nous aider? Comme j’en ai également parlé avec lui, je suis également prêt à prendre le temps nécessaire pour que les choses se fassent comme il le faut. Ce dernier m’a assuré qu’il fallait tout de même commencer à préparer le terrain maintenant si nous voulions avoir quelque chose concret et d’invitant pour les prochains eisenins. C’était d’ailleurs pourquoi j’étais ici : je commence tranquillement à contacter les personnes ressources qui créeront le noyau de l’unité lorsque le temps sera opportun, du moment que ceux-ci soient intéressés.

Une petite pique envers celui qui n’avait pas l’air convaincu du projet serait peut-être ce qu’il lui fallait pour le faire embarquer, toujours est-il que c’était un combat que je venais tout juste de livrer contre le Professeur, je savais donc déjà un peu à quoi m’attendre et quoi répondre face à ses objections. Si je voulais que ce projet voit le jour je m’étais rendu compte que je devrais m’adapter au milieu et c’était ce que j’avais fait avec Takahata-san; je ne comprenais pas pourquoi celui-ci ne l’avait pas soulevé au lieu de se taire. Cherchant peut-être à méditer mes paroles, le cardiologue fit quelques pas pour jeter son gobelet en papier et alla s’installer à une chaise. Il ne lui restait plus beaucoup de temps avant qu’il ne retourne travailler, je n’avais donc plus beaucoup de temps pour savoir si je pouvais compter sur lui.

- Non, pas vraiment, ne serait-ce que votre implication lorsque le moment viendra. Notre département aura besoin des meilleurs cardiologues et Takahata-san atteste de votre compétence.

Malgré mon opinion du jeune homme, cela ne devait venir brouiller mon jugement quant aux personnes qui dirigeraient mon unité. Après tout, il pouvait très bien faire un très bon boulot; de ce côté-là, je devais me fier à l’expertise du Professeur et celui-ci semblait le vouloir à ses côtés dans cette unité. Ceci étant dit, avec son attitude je ne me sentais plus obligé d’enjoliver mon discours. Si ce que j’avais dit n’arrivait pas à le convaincre d’être avec nous et bien rien de ce que je pourrais dire ou comment je le dirais ne changerait son avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 500
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un rendez-vous important Mer 22 Nov 2017 - 8:39

Les deux médecins durent cacher une grimace quand ils remarquèrent qu’ils avaient agacé l’Inuzuka. Bien sûr l’un d’eux avait déjà fait cette remarque plus tôt, mais le professeur avait estimé que peut-être l’entendre d’une autre bouche renforcerait son point et que le chef de la sécurité verrait qu’il ne s’agissait pas juste d’un seul constat mais d’un constat global.

Levant les mains en signe de paix, Takahata-san se décida à apaiser les tensions.

- Bien sûr que nous avions décidé d’une solution Inuzuka-san. Cependant, Natsuo-san étant en première ligne dans tout cela, je pensais judicieux que quelqu’un d’autre que moi prouve notre point.

Le cardiologue en question offrit un faible sourire à leur interlocuteur. Il n’avait juste fait que remarquer ce qu’il pensait être des obstacles sur la route de ce projet. En aucun cas il ne l’abandonnerait. Il avait bien conscience de l’importance de cette idée, et à quel point ça pourrait aider Konoha. Et il avait envie d’y prendre part, bien entendu, il souhaitait juste remettre les faits dans leur contexte compliqué.

- Je n’ai rien contre votre projet Inuzuka-san, je le trouve même brillant, et j’y prendrai part avec enthousiasme ! Car malgré toutes les difficultés évoquées, je n’ai pas de doute que nous parviendrons à mettre en place ce département. Vous pouvez compter sur moi. Sur ce, messieurs, le devoir m’appelle. Ravi d’avoir fait votre connaissance, et n’hésitez pas à me contacter si vous avez plus de questions.

Ayant dit ces mots, le médecin offrit un petit salut aux deux autres hommes occupant la pièce avant de retourner à son poste.

Takahata-san n’hésita ensuite pas pour se retourner vers son interlocuteur, quelques idées germant dans son esprit pour commencer à lancer le plan.

- Je m’excuse si nous vous avons offensé Inuzuka-san. Mais sachez que vous pouvez compter sur nous pour mettre en place ce projet. Je vais dresser une liste des potentiels médecins qui pourraient être intéressés et utiles au département dans les prochains jours.Et je vais aussi discuter avec le directeur de l’hôpital et celui de l’Académie pour voir si nous pourrions inclure une légère première formation facultative aux aspirants ninjas afin d’avoir de potentielles recrues à la fin de leur cursus. C’est certes sans doute quelque chose qui ne servira pas à grand chose, mais qui sait, peut-être qu’en l’incluant dans leur dernière année d’étude en option facultative pourrait en intéresser certains malgré leur possible manque de maturité. Ou tout du moins, faire en sorte que des médecins de l’hôpital puisse intervenir dans les classes pour présenter notre métier et son importance. Je verrai aussi pour que plus de médecins puissent devenir formateurs afin de prendre plus d’élèves sous notre aile quand des personnes voudront s’intéresser à la médecine et intégrer nos rangs. Qu’en pensez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un rendez-vous important Dim 17 Déc 2017 - 22:36

Alors que mon regard perçait à travers le Professeur, ce fut comme si je pouvais le voir rétrécir devant mes yeux. Je n’étais pas en général une personne qui montrait souvent les crocs, mais quand je commençais à perdre patience ou si c’était pour remettre un peu de plomb dans la tête de quelqu’un je n’avais aucun problème à canaliser mon côté animal. Dans le cas présent, j’avais l’impression que c’était plutôt un mélange des deux qui me faisait réagir de la sorte. Ma réaction eut l’effet escompté puisque rapidement une odeur désagréable m’envahit les narines et je compris que le pauvre tremblait dans ses vêtements. Avant que certains ne se fassent des idées non il n’avait pas fait dans son pantalon, je pouvais littéralement sentir la peur émaner de l’homme. C’était une habileté assez pratique venant du lien étroit que notre clan partageait avec les chiens-ninjas qui faisait en sorte que j’étais plus sensible aux hormones relâchées par le corps. Avec le temps, j’avais associés certaines odeurs avec certains états d’esprit. En ce moment, le professeur ne donnait pas cher pour sa peau.

Sentant qu’il valait peut-être mieux pour eux de changer d’approche, les deux médecins s’échangèrent un regard qui voulait tout dire : il ne fallait pas énerver un Inuzuka. Finalement, Takahata-san leva les mains en signe de reddition et reprit la parole dans un essai de sauver leur peau. Selon lui, une personne comme Natsuo-san – qui agissait aux premières lignes dans l’hôpital – ne pouvait que mettre de l’emphase sur le problème que cela présentait. À sa mention, le cardiologue offrit un sourire compatissant et tranquillement je me ressaisis. S’il n’y avait pas de mal à mettre un peu de mordant dans des négociations, il était important de ne pas continuer celles-ci avec les esprits échauffés. J’avais fait passé mon message et le concerné l’avait compris; temps de passer à autres choses. Je lui exposai donc ce qui j’avais en tête pour être sûr d’avoir quelque chose de concret, ne pouvant m’empêcher une petite pique par le fait même. Quand il fut clair que chacun des parties avait dit tout ce qu’il avait à dire, le cardiologue se leva de sa chaise et m’informa avec enthousiasme qu’il ferait partie de mon unité lorsque le moment sera venu. Aussitôt une vague de soulagement me traversa et secouai sa main lorsque ce dernier nous quitta.


- Merci pour votre soutien, Natsuo-san. Je vous ferai signe lorsque les préparatifs seront terminés.

Je le regardai partir et aussitôt que le Professeur se retourna vers moi. Voulant remettre les choses à neuf entre nous, il s’excusa immédiatement pour son comportement de tout à l’heure et il m’assura qu’il avait son support complet pour ce projet. Déjà en guise de bonne volonté il allait se mettre à dresser une liste des médecins potentiellement intéressés par notre entreprise. Je n’avais pu que rencontrer Natsuo-san aujourd’hui, mais j’avais confiance en lui pour trouver et convaincre les bonnes personnes. Il allait également s’entretenir avec les directions de l’hôpital et de l’Académie pour voir si un pont entre les deux pouvait être fait, qui même si nous n’étions pas très confiant pourrait peut-être éveiller la fibre médicale de certains académiciens. À l’entendre, je me demandais bien pourquoi j’avais bien pu douter de lui. Décidément, j’avais bien fait de me tourner vers lui en premier, il allait m’être d’une aide précieuse si nous voulions amener ce projet jusqu’à terme. Lorsqu’il me demanda mon avis, je commençai en lui donnant une petite tape amicale sur l’épaule.

- J’en pense que ce sont de très bonnes idées, Takahata-san! Vous me tiendrez à jour sur cette liste et si vous avez besoin de quoi que ce soit au niveau administratif pour que ces formations facultatives voient le jour n’hésitez pas à venir me voir.

N’ayant plus à faire dans la salle des employés, nous sortîmes et reprîmes la direction de son bureau, là où nous pourrions discuter plus confortablement. Enfin, aussi confortable que l’on pouvait l’être dans le bureau d’un médecin. Pas que nous ayons grand-chose à rajouter, déjà nous en avions fait beaucoup en une journée. Cela était passé d’un projet sur papier à quelque chose de beaucoup plus concret maintenant que j’avais déjà quelques membres pour cette future unité. Nous avions également posé quelques fondations qui nous permettraient par le futur de s’installer beaucoup plus rapidement et efficacement. Je m’arrêtai devant son bureau et lui tendis alors la main.

- Je crois que nous pouvons être fiers du travail que nous avons accomplis aujourd’hui et je peux déjà dire que cela sera un honneur de travailler avec vous,Takahata-san. Je ne vous dérangerai pas plus longtemps, ayant moi-même un agenda bien rempli, mais je viendrai régulièrement aux nouvelles. Bonne journée à vous.

Nous nous serrâmes la main et après une dernière salutation je pris le chemin de la sortie. Au final l’entretien ne s’était pas du tout passé comme je l’avais prévu, mais j’étais plus que satisfait des résultats obtenus. Le plus important, c’était que cela allait bel et bien voir le jour dans un futur pas très éloigné et je pouvais être fier de cela. Enfin, c’était si rien ne venait nous perturber en cours de route. Ce n’était pas parce que cela avait bien commencé que cela allait être le cas pendant tout le processus. Il s’agissait en outre d’une des raisons pour lesquelles je devais veiller au grain avec ce dossier; si quelque chose lui arrivait je devais être mis au courant et je ferais tout en mon pouvoir pour régler le problème. Si je n’avais pas les connaissances médicales pour être directement impliqué dans l’unité, veiller sur elle depuis mon bureau pouvait était le moins que je pouvais faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Un rendez-vous important

Revenir en haut Aller en bas
 

Un rendez-vous important

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô-