N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 L'on n'est jamais trop jeune pour apprendre un métier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: L'on n'est jamais trop jeune pour apprendre un métier. Mar 8 Aoû 2017 - 23:25

Le soleil du printemps se levait à peine lorsque Natsuki arriva dans le parc bordant la montagne qui entourait partiellement le Village de Konoha. Cette place ouverte au public et aimés des enfants pour ses airs de jeu s'était chargée de souvenirs pour lui au fil des quatre années qu'il avait passé à Konoha, mais la plupart n'étaient pas particulièrement plaisants. En effet, c'était ici qu'il faisait systématiquement passer les entretiens à ceux qui désiraient entrer dans l'équipe shinobi qu'il dirigeait. Et des candidats, il y en avait eu beaucoup, de toutes les origines. Enfin, '' beaucoup '' était un grand terme, son équipe shinobi n'ayant pas une réputation fantastique qui la rendait enviée de tous, mais peu de formateurs pouvaient se vanter d'avoir eu plus de six étudiants dans leur carrière : Natsuki lui avait dépassé les douze joueurs. Alors pourquoi autant ? Tout simplement à cause de la malédiction du Nara, qui conduisait la plupart des personnes le fréquentant à quitter le forum du jour au lendemain sans explication... Moins la victime était ancienne, et plus elle avait de chance d'être touchée par le maléfice. Mais comme cette superstition n'a aucune preuve, seulement des faits avérés, Natsuki justifiait ce défilé grotesque de joueurs au sein de Matsudaï par des blessures handicapantes à vie, des reconversions professionnelles ou des décès.

Tous n'ont pas été décevants cela dit. Trois avaient su sortir du lot – l'âge d'or de Matsuda -, même si cela a été pour mourir après quand même, vivre comme un errant sans abri dans les bois au bout du monde, ou tenter de tuer tout son propre clan sur un coup de folie avant de se faire tuer par son mentor. Un pin's à celui qui retrouve ce trio de gagnants dans l'ordre.

Bref, des fiertés malgré un taux d'échec impressionnant qui poussaient Natsuki à croire qu'il pouvait encore un jour tomber sur un shinobi compétant avec de l'avenir, et surtout
motivé, et donc que maintenir une équipe shinobi présentait un intérêt qui justifiait de subir autant de déceptions. Un peu à l'image d'Hippolyte Kurtzmann. En réalité, il s'acharnait surtout parce que les derniers conflits de masse l'avaient convaincu de la nécessité de former les nouvelles générations à ce qu'est réellement la vie de shinobi.

Car hélas, ils étaient beaucoup trop à fantasmer le métier, à le croire génial et sans revers de médaille. '' Je veux devenir ninja pour être fort. '' Combien de fois Natsuki avait-il entendu cela de la bouche d'un enfant – voire d'un adolescent – alors que ce dernier ne comprenait même pas le sens de ses mots. Il n'y avait donc guère de quoi être surpris de les voir abandonner et changer de carrière sitôt qu'ils découvraient que pour acquérir cette force rimant avec '' liberté '' dans leur esprit, ils devaient suer sang et eau chaque jour sous la tutelle du Nara tatoué. Des abandons qui rimaient comme des échecs aux yeux de ce dernier, mais qui laissaient un goût beaucoup moins amer que lorsqu'il voyait l'un de ses étudiants giser dans un lit d'hôpital avec un médecin à côté qui se demandait s'il pourra à nouveau marcher ou non un jour.

Des remises en question, Natsuki s'en était fait plus d'une, et parfois, il lui arrivait encore de ce demander si tout ceci était de sa faute, de sa manière d'enseigner, ou s'il tirait simplement de mauvaises cartes à chaque fois. N'importe comment, aujourd'hui était un essai de plus. L'administration avait fait savoir à Natsuki qu'une personne souhaitait intégrer une équipe shinobi. Il lui avait alors fait répondre par intermédiaire de venir ici aujourd'hui aux aurores.

Il s'assit donc, et attendit.


Dernière édition par Nara Natsuki le Mer 9 Aoû 2017 - 21:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 23
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: L'on n'est jamais trop jeune pour apprendre un métier. Mer 9 Aoû 2017 - 16:14

Kenzo rangea son cahier et enfila son gi en vitesse avant de courir hors de sa chambre. Il se cogna la tête sur la jambe de son père debout devant sa porte et tomba sur les fesses. Son nez était brûlant. Ouch!

Papa avait le visage tordu en forme de point d'interrogation, mais Kenzo n'arrivait pas à trouver la réponse.

- OÙ est-ce que tu vas comme ça? Il finit par demander.

Kenzo se remit debout.

- Rencontrer Sensei.

Il hocha la tête.

- D'accord

Aussitôt Kenzo se dirigea vers la porte. Il était sur le point de l'ouvrir quand la voix de son père explosa derrière lui.

- Tu as fini tes devoirs?

- Oui!

- Et rangé ta chambre?

Kenzo fit une pause devant la poignée, comme s'il jouait à la tague glacé. Sa chambre… elle était un peu malpropre. De toute façon ça servait à quoi de la ranger? Elle finit toujours par être sale après..

- Euh… oui.

Ce n'était pas vrai. Mais les adultes mentaient tout le temps eux. Kenzo savait bien qu'il y avait des brocolis dans sa soupe, même si sa mère lui promettait que nom.

Il ouvrit la porte et couru aussi vite que possible. En quelques secondes il était très loin de la maison. Son père cria son nom, mais il était sûrement trop loin pour le voir. Donc trop loin pour l'attraper. Kenzo sauta sur un toit en bondit de maison en maison, ça irait plus vite comme ça. Et puis c'était beaucoup plus cool de voir le village du haut. Pour une fois, les gens avaient plus petit que lui.

Au bout de quelques minutes, les gens étaient devenus encore plus minuscule. Il se rapprochait de la montagne. Des oiseaux blancs passèrent juste au-dessus de sa tête.

- Salut les gars, ça ne vole pas haut par ici!

Après avoir envoyé la main aux oiseaux, Kenzo accéléra pour rejoindre ce parc dans les montagnes. Quand son père lui avait donné le lieu de rendez-vous avec Sensei, Kenzo su tout de suite ou partir. C'est là qu'il jouait parfois avec ses amis, à ninja contre empire. On ne le laissait jamais jouer l'empereur, aucune idée pourquoi.

Une dizaine de minutes plus tard, il était là. Son sens de l'intuition lui disait que cet homme assis seul devait être Sensei. Il avait les cheveux blancs, mais son visage n'était pas ridé. Comme s'il était vieux mais jeune en même temps.

Kenzo approcha rapidement. Il remarqua les tatouages sur ses joues. Ça lui rappelait Miori, son ami du clan Inuzuka. Sauf que lui n'avait pas de chien, et puis ses cheveux n'étaient pas aussi fous. Intéressant...

Devant Sensei, il alla le plus bas possible dans son salut.

- Bonjour! Je suis Hayashi Kenzo!

Puis il se redressa en regardant son maître droit dans les yeux avec son sourire le plus brillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: L'on n'est jamais trop jeune pour apprendre un métier. Jeu 10 Aoû 2017 - 1:17

Les doigts entrelacés à l'envers et les bras posés sur ses cuisses, Natsuki attendit patiemment. Venu en avance au lieu de rendez-vous, il n'était pas encore tout a fait sept heures trente du matin, ce qui laissait une marge au candidat potentiel : ceux qui n'étaient pas capable d'être ponctuels étaient recalés d'office.

Pour autant, il n'eut pas à attendre très longtemps. Le parc, que lui imaginait au pied de la montagne était plutôt vide en cette heure matinale, aussi il n'était pas très difficile de repérer ceux qui allaient et venaient. Cela comprenait donc un enfant qui ne devait même pas avoir encore deux chiffres dans son âge. Et bien que le Nara tatoué trouvait curieux que quelqu'un d'aussi jeune soit en vadrouille de si bon matin seul, il n'y accorda pas d'importance en outre mesure. Du moins, jusqu'à ce que le garçon en question se campe devant lui et le salue. Incrédule, Natsuki cligna des yeux à deux reprises lorsque son interlocuteur se présenta. C'était lui qu'il attendait ? 


« Hum... bonjour ? »
risqua-t-il une fois le premier choc de surprise passé. « Je m'attendais à quelqu'un de plus... de moins... jeune. »

Mais puisqu'il avait maintenant la confirmation qu'il s'agissait bien de la personne qu'il attendait, il reprit contenance.


« Hum hum. Je m'appelle Natsuki, du clan Nara. C'est avec moi que vous avez votre entretien pour entrer dans mon équipe shinobi. Pardonnez ma surprise, c'est juste que cela fait vraiment très longtemps que je n'ai pas eu un candidat qui sort tout juste de l'Académie shinobi. »


Vu son âge estimé, il devait faire partie de la première ou la deuxième génération de diplômés depuis que l'Académie avait été construite. A moins qu'il avait eu comme presque tous les ninja en devenir une formation en amont par son clan ? Tout le monde n'était pas encore convaincu par le système scolaire, notamment les Grandes Familles de ninja qui préféraient encore former eux-même leurs futurs représentants sur les champs de batailles. Venant des Hayashi, cela n'étonnerait pas Natsuki. Mais il ne pouvait pas dire grand chose à ce sujet, les Nara étaient dans la même veine.


« Bien, puisque vous êtes là, et à l'heure qui plus est... »
constata Natsuki en regardant l'horloge du parc. « … nous allons pouvoir commencer. »

Natsuki frappa du pied le sol, et en fit émerger un siège constitué de pierre parfaitement lisse juste derrière Kenzo.


« Vous pouvez prendre place face à moi, nous serons plus à notre aise pour discuter. Donc, vous êtes ici pour tenter d'intégrer l'équipe shinobi dont je m'occupe, nommée Matsudaï, c'est bien cela ? Pour commencer, je souhaiterai que vous me parliez un peu plus de vous, Kenzo, afin que je sache à qui j'ai à faire. Soyons classique. Vu que je connais déjà votre nom, parlez moi un peu de ce que vous aimez dans la vie, ce qui vous déplait et pourquoi vous suivez une formation de ninja. »


Des questions simples en apparence, mais dont les réponses pouvaient énormément aiguiller Natsuki sur qui était la personne qui lui faisait face. Notamment pour ce qui était de déterminer le degrés de maturité : il n'y avait pas deux enfants qui grandissaient pareil, surtout ceux ayant connu les périodes de guerres et de conflits.

Parfois, ce rôle leur était arraché bien trop tôt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 23
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: L'on n'est jamais trop jeune pour apprendre un métier. Jeu 10 Aoû 2017 - 16:54

Sensei s'attendait à voir quelqu'un de plus vieux. Peut-être que son père avait oublié de donner son âge quand il l'avait inscrit dans l'équipe. Comme d'habitude, papa oubliait toujours tout. Et puis il n'était même pas si jeune que ça, il avait presque dix ans.

Kenzo baissa la tête.

- Est-ce que je dois revenir plus tard?

Le maître le rassura quand il lui dit qu'il était seulement surpris. Son sourire était revenu. Ça voulait dire qu'il n'avait pas besoin de rentrer tout de suite pour ranger sa chambre. Et puis Sensei venait du clan Nara. Maman disait que les Nara étaient si intelligent qu'ils pouvaient lire dans les pensées. À moins que ce soit les Akimichi… il ne se rappelait plus.

Ensuite, l'homme ajouta qu'il n'avait pas entraîné de jeunes diplômés depuis longtemps. Mais de quoi parlait-il?

- Je suis sortie depuis presque un an! Dit-il.

Ça faisait longtemps quand même, il était un ninja confirmé maintenant.

Son coeur se mit à battre quand Sensei lui dit qu'il allait passer une entrevue pour entrer dans son équipe. Il allait s'entraîner, partir mission, rencontrer de nouveaux amis… C'était la chose la plus cool et incroyable qu'il avait entendue de toute la journée!

Natsuki Sensei fit apparaître une chaise en pierre derrière lui juste en tapant du pied.

- Jolie technique, dit-il avant de s'asseoir.

Kenzo s'attendait à un examen, comme à l'académie. Ou pire, des math, comme son père lui faisait faire chaque matin. Mais non, tout ce que voulait Sensei, c'était d'apprendre à le connaître. Facile!

- Moi j'aime bien regarder les animaux, Kenzo commença, les chats, les chiens, les souris, les geais, les cerfs…

Il nomma tous les animaux qu'ils aimaient observer dans la nature, des dizaines et des dizaines, tous ceux qui lui passaient par la tête. Certains plutôt connu, d'autres très rares. Ensuite, il raconta à Sensei la fois où lui et Miori avaient attrapé un poisson géant dans un lac et du jour ou un gros serpent les avaient poursuivis, et de toutes ses autres aventures dans la nature avec ses amis.

- … Je crois que c'est tout.

Puis il pris une pause pour se rappeler les autres questions que Natsuki avait posé, ça faisait tellement longtemps.

- Je déteste les légumes. Surtout les brocolis, ils sont vraiment nuls, et les avocats aussis. Mais les carottes c'est bon des fois et j'aime la couleur.

Ensuite, il y avait la dernière question, la plus facile des trois. Kenzo aimait et détestait beaucoup de choses, mais il n'avait qu'une raison pour devenir un shinobi.

- Je veux devenir un ninja pour devenir fort comme mon père et ma mère…

Il sauta de la chaise et lança un combo de coup de poings et de pieds. Ses coups étaient tellement rapides qu'il avait du mal à voir ses bras et ses jambes. Il atterrit sur le sol.

- … et protéger tout le monde!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: L'on n'est jamais trop jeune pour apprendre un métier. Jeu 10 Aoû 2017 - 23:48

Silencieux, Natsuki observa Kenzo lui parler de ce qu'il aimait, se montrant autant attentif à ce qu'il disait qu'à la façon que l'enfant avait de le lui exprimer. Et dans l'ensemble, son discours était celui d'un garçon de son âge, celui d'un enfant à qui l'on avait déjà apprit à se défendre. Il vouait une fascination toute particulière à la faune, qu'elle soit domestique ou sauvage, un point que Natsuki n'aura jamais en commun avec lui. Il détestait les animaux autant que ces derniers le détestaient lui, et de son point de vue, c'était eux qui avaient commencé. Très mature...

Au final, Natsuki ne fut pas trop surpris dans ce qu'il attendait de cette première série de questions. Kenzo le conforta au moins dans l'idée que cet enfant n'avait été une victime des conflits, à perdre sa jeunesse et devoir grandir beaucoup trop vite pour ne pas se faire briser par le monde. Même ses objectifs étaient ceux d'un enfant, comme le Nara tatoué l'avait déjà trop souvent entendu mot pour mot. Mais c'était plaisant à voir, rassurant même. Il se fendit alors d'un sourire.


« Ah oui ? Qu'est-ce que cela veut donc dire pour vous, '' être fort '' ? »
lui demanda-t-il.

Être capable de soulever des montagnes ? Courir vite ? Lancer des boules de feu par les yeux ? Encaisser les coups à la place des autres sans broncher ? Avoir une volonté inébranlable ? Chacun avait sa définition de ce terme, mais Natsuki ne proposa aucune piste à Kenzo pour ne pas influencer sa réponse : elle devait venir de son cœur à lui. Un cœur d'enfant qui semblait honnête et juste.

Lorsque Kenzo sauta finalement de sa chaise pour enchainer quelques coups dans le vent, Natsuki ne pu s'empêcher de remarquer la vitesse d’exécution de ces derniers. Tous les shinobi apprenaient à se battre et avaient des notions de combat, mais l'on n'arrivait pas à ce que venait de faire le jeune Hayashi avec de simples bases et l'énergie de la jeunesse.


« Dîtes-moi Kenzo. A l'Académie, vous étiez plutôt bon dans les cours physiques, ou davantage dans l'utilisation du chakra ? »


La plupart des Hayashi privilégiaient en priorité leur lien très fort avec la nature, qui s'exprimait à travers une maîtrise très poussée du ninjutsu. Certains sortaient toutefois du lot, en montrant des prédispositions dans d'autres domaines. Natsuki se souvenait avoir eu en étudiante Hayashi trois ans plus tôt, qui excellait dans un taijutsu en harmonie avec ses dons claniques. Elle avait fini sa vie dévorée par un arbre magique, ce qui était au choix ridicule, ou un comble comme fin.


« N'importe comment, que ce soit le ninjutsu ou le taijutsu, je suis tout à fait capable de vous superviser dans ces deux domaines. Bien. Maintenant que vous m'avez parlé de vous, je vais à mon tour vous parler un peu de mon équipe. En tant que mentor, mon but est de transmettre mon expérience, et vous apprendre à survivre à notre époque. Pour cela, je vous enseignerai tout le nécessaire, et vous donnerai les moyens d'atteindre vos objectifs personnels aux travers d'entrainements individuels et en équipe. L'objectif à terme est de vous renforcer, de vous faire progresser sur la voie du ninja, et de vous rendre capable de vous adapter en toutes circonstances, que ce soit en solitaire ou avec des équipiers. Il va sans dire que la collaboration étant capital au sein d'une équipe, vous sera plus souvent confronté à des exercices visant à développer votre esprit d'équipe. Pour le moment, Matsudaï compte déjà un autre membre – peut-être deux – que vous aurez l'occasion de rencontrer prochainement. »


Cela, c'était pour parler des avantages. Venaient maintenant les inconvénients.


« Il me paraît aussi important de vous faire savoir que je ne gère Matsudaï que neuf mois par an, du début du printemps à la fin de l'automne. L'hiver est entièrement consacré à des activités qui me sont propres, aussi durant cette période vous serez livrés à vous-même. Ce sera l'occasion pour vous de progresser par vous-même, et de m'impressionner au printemps. »


Cela n'empêchait pas l'équipe de fonctionner sans lui, et de se retrouver pour travailler ensemble. Bien au contraire, il encourageait cette mentalité – ou l'encouragerait, s'il en était capable en hiver.


« Si vous avez des questions, n'hésitez pas, je vous écoute. Si vous n'êtes pas en accord avec les termes cités précédemment, vous êtes libres de partir. Et enfin, si tout vous convient, je vous souhaite la bienvenue au sein de Matsudaï : j'accepte pour ma part de vous prendre comme étudiant. Sachez donc que le vouvoiement n'a plus lieux d'être entre nous. »


Dernière édition par Nara Natsuki le Ven 11 Aoû 2017 - 23:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 23
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: L'on n'est jamais trop jeune pour apprendre un métier. Ven 11 Aoû 2017 - 15:43

Sensei avait posé une bonne question, c’était quoi la force en fait? Kenzo n’y avait jamais pensé avant. Il chercha la réponse, serrant les poings et fermant les yeux.

Il ne trouva rien.

Allez, un petit effort…

Le vide.

C'est alors qu'il rouvrit les yeux, content de la réponse qui venait de lui sauter au visage.

- Pour être fort, il faut être capable de battre n’importe qui. Il faut bien maîtriser tous ses jutsu et… être intelligent aussi. Papa dit qu’un ninja fort peut gagner certains combat, et un ninja intelligent aussi. Mais les plus grands ninjas sont fort et intelligent, comme Hayashi Kihran!

Un jour, papa lui avait dit qu’il devait prendre exemple sur le chef du clan. Depuis ce temps, Kenzo rêvait de devenir comme lui, et de se battre pour devenir le plus grand ninja du clan Hayashi. Ensuite, il voulait se battre contre le plus grand ninja du village, et peut-être, contre le plus grand ninja du monde, s’il arrivait à le trouver. “Le monde” ça allait jusqu'où en fait?

- À l’école, mes cours préférés étaient les cours de taijutsu. Mais maintenant papa veut que je me concentre sur le ninjutsu.

C’était beaucoup plus cool de courir, de sauter et de frapper, mais les Hayashi connaissaient quelques jolies techniques utilisant le Mokuton.

Natsuki sensei se mit à parler de son équipe, le Matsudai. C’était exactement comme Kenzo imaginait, il y avait déjà un ou deux membres dans l’équipe, et ils allaient faire plein de choses cool ensemble toutes l’année. Sauf en hiver, quand Sensei partait.

- C’est comme un examen alors? Dit-il. Cool!

Et maintenant, Kenzo faisait officiellement partie de Matsudai. Il devait retirer ce qu’il avait dit avant, ça c'était la chose la plus cool et incroyable qu'il avait entendue de toute la journée! Ce serait un peu bizarre de tutoyer le maître, les aînés lui auraient tapé sur les doigts si Kenzo leur parlait comme ça. Mais bon, il allait sûrement s’habituer.

- Merci beaucoup Sensei, dit-il en faisant sa révérence.

Il avait hâte d’aller le dire à ses amis, ils seraient tellement jaloux. Mais avant ça, il devait ranger sa chambre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: L'on n'est jamais trop jeune pour apprendre un métier.

Revenir en haut Aller en bas
 

L'on n'est jamais trop jeune pour apprendre un métier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet