N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Communion [Feat Hyûga Kibo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1334
Rang : S

Message(#) Sujet: Communion [Feat Hyûga Kibo] Ven 11 Aoû 2017 - 1:58

Rei se réveilla à l’aube, ayant soigneusement préparé ses affaires pour ce jour particulier. Aujourd’hui, il allait rejoindre les Chutes Triste-Nuit. La croyance populaire voulait que les gens malheureux mêlent leurs larmes à la cascade pour effacer leurs peines. Pour l’adolescent, un esprit devait habiter les eaux du fleuve. Un esprit bénéfique pour sûr, qu’il se devait de rencontrer.

Il devait communier avec lui afin de savoir si la tristesse accumulée ne devenait pas trop lourde. Si c’était le cas, l’adolescent effectuerait donc un rituel de purification. Ce dernier libérait l’esprit de cette accumulation de tristesse, et dissiperait cette énergie négative. Mieux encore, il transformerait les reliquats de cette énergie en puissance spirituelle qu’il réintégrerait au lieu afin de renforcer le bien-être des esprits y habitant.

Après tout, il était de son devoir de prendre soin des esprits. Et l’être spirituel qui avait pour mission d’effacer les peines et les chagrins avait une importance capitale… Mieux fallait-il donc prendre ses précautions en chouchoutant cette entité bienveillante pour tous ceux qui souhaiterait venir se confier à elle.

Arrivant sur le lieu-dit, Rei inspira profondément et activa sommairement son Tengen, après avoir bien vérifié qu’il était seul. Son chakra augmenta brutalement, tandis qu'un de ses yeux rouges virait à l’or. L’autre restait cependant d’une couleur vermeille. Constatant la richesse en énergie spirituelle du lieu, le jeune Shaman créa un petit autel au pied de la cascade. Puis, il consacra des encens avant de les allumer et d’ouvrir sa mallette contenant une harpe

Sortant avec délicatesse l’instrument de son rangement, il le déposa sur son épaule. Puis, il se déchaussa et s’avança pied nu dans l’eau jusqu’à que cette dernière ne lui arrive au bassin, avant de se préparer à jouer avec les cordes raides de l’instrument. Inspirant profondément, il annonça d’une voix extrêmement douce.

    « Esprit des Chutes Trites-nuit, je me présente humblement à toi. Accepte donc ce chant, afin que nous puissions communier. »


Son Tengen se colora de nouveau vivement. L’eau sembla faire une ondulation autour de lui. Puis il commença.


La musique était douce, sensuelle, fluide, à l’instar de l’eau s’écoulant de la rivière. Malgré la puissance de la cascade, le bruit mélodieux des cordes pouvait se faire clairement entendre. Et après quelques minutes de communion, le chant de la harpe commença à se transformer.


Il devint plus… Irréel. Comme si quelque chose d’indescriptible l’accompagnait pour ce nouveau couplet. L’eau effectuait des ondulations autour de lui, au rythme de ses doigts dansant délicatement sur les cordes vibrantes… Le lieu entier semblait respirer en harmonie. L’atmosphère était apaisante, reposante, si bien que l’on en oubliait le bruit de la cascade. La communion entre l’esprit de Rei et l’esprit présent en ses lieux fut un succès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 97
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Communion [Feat Hyûga Kibo] Sam 12 Aoû 2017 - 21:23

La vie est un flot d’énergie sans fin et apprendre à y nager n’est pas chose aisée, mais une quête délicieuse. La perte de la vue lui avait apporté une toute nouvelle vision. Au lieu de voir le monde, elle le vivait. Notre jeune femme avait appris avec le temps à prendre des précautions sur le type d’énergie qu’elle laissait entrer en son for intérieur. Il était facile d’en être submergé et de perdre le nord. Cela était devenu son activité préférée. Kibo aimait découvrir de nouvelles veines de ‘’ vitae ‘’ et se laisser guider par elle. Un jeu enfantin vous me direz pour une personne de sa classe sociale, mais personne d’autre qu’elle et sa boule de poiles qui l’accompagne le savait. Même-lui se cachait dans son étui histoire de voir où il se retrouverait. Ce qui lui a valu certaines surprises déplaisantes et mésaventures, mais de bons souvenirs. La Hyuga comprenait à présent que sa propre aura l’aveuglait et ne lui permettait pas de bien percer le mystère de ce qui l’entourait. Une malédiction qu’elle n’aurait jamais déchiffrée si sa vue ‘’parfaite’’ n’aurait pas été anéantie. Malgré la guerre, les malheurs ou les difficultés, son clan a toujours été en bonne position et craint. Il y avait des choses qu’elle ne pouvait pas comprendre dans leur entièreté due à sa perception des choses. Elle ne savait pas qu’elle les voyait selon sa croyance à cette époque. En revanche, cela ne l’empêchait pas d’aller au but physique qu’elle voulait atteindre, mais jamais apporté le bonheur en lequel elle croyait amèrement.

Les choses avaient grandement changé depuis ce jour. Elle avait même remis en question sa méthode automatique de fonctionner et, à présent, elle éprouvait les choses pour ce qu’ils étaient et non comment elle les concevait. Il est dur de suivre ce chemin tumultueux sans réels repères, mais c’est ce qui lui donnait des éclaircis de soleil dans la tempête de son existence. À la conquête de la nouveauté, elle perçut une vibration nouvelle et subtile. Cela ne cachait en rien sa puissance lointaine et était vaguement présente. Elle marcha durant de longues minutes et se laissa bercer par cette savoureuse inconnue. Il y avait un mélange d’amour et de tristesse penchant sur la mélancolie. La konohajin avait de la difficulté à bien la déchiffrer, donc elle décida de se rapprocher de la source. Peu à peu l’éco d’une musique embrassa ses oreilles. Le torrent d’eau n’était qu’un murmure comparé au pouvoir de chaque note joué par l’inconnu. Elle sentait son être subtilement se libérer d’un poids qui lui infusait l’envie de danser. Puis, comme elle se laissait emporter par la chanson, celle-ci changea et devint plus étrange, voire même irréel. Ses sens furent soudainement alertés par une sombre présence. Le furet monta rapidement à son épaule pour lui donner une description physique de l’homme qui se trouvait face à eux.

Ils avaient un code silencieux. Avec ses griffes, Iky communiquait les informations. Dos à nous, cheveux rouges, jeune garçon entre 16 et 19 ans. Shinobi. Yeux.. un rouge et un … Or… ?! L’animal avait perçu la couleur dans le reflet de l’eau trouble. Il n’était pas certain dû au rayon du soleil réfléchi sur la surface aqueuse, mais il avait tout de même donné l’information. Il corrigerait le moment venu s’il y avait lieu. Kibo avait effacé sa présence pour chercher la source de puissance, donc, avec un peu de chance, il était trop absorbé à sa tâche pour la remarquer. Elle activa son byakugan pour suivre le flot de chakra que l’être émanait et ce qu’elle y découvrit la submergea complètement. Malgré la peur que créa chakra maléfique qui émanait des yeux du shinobi, un sentiment de libération conquerra son esprit. La force impressionnante de l’individu n’était pas à discuter. Il avait un contrôle irréprochable de sa technique. Sans comprendre pourquoi des larmes s’écoulaient de ses yeux gris. Un trop*plein d’émotions longuement refoulées se libéraient. L’endroit était si calme, paisible, apaisant, qu’elle était inapte à combattre la paix d’esprit et libératrice intangible du lieu. La Hyuga ressentait une autre présence comme si la cascade était une entité à part entière. Kibo enleva ses souliers, se dévêtit légèrement du surplus de vêtements qui la recouvrait pour mieu entrer en comunion avec l'envirônement, puis s’avança sur l’eau comme si une entité invisible la poussait vers le jeune homme. Iky s’inquiétait du comportement de sa maîtresse, mais il était lui aussi absorbé par la mélodie de l’éther. À quelques pas derrière le musicien des âmes, dans le silence absolu, elle s’agenouilla au-dessus de l’eau pour admirer le reste de la performance onirique, tout en combattant l’envie folle de serrer le garçon dans ses bras pour le remercier. Son corps larmoyait d’émerveillement tandis que son coeur était touché par l’art surnaturel, au point qu’elle en avait oublié sa stature, son image et son clan.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1334
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Communion [Feat Hyûga Kibo] Sam 12 Aoû 2017 - 22:38

Un succès ? Peut-être. Succès qui fut partagé par plus de personnes que Rei ne le pensait. À la différence de beaucoup, Rei n’apportait que peu d’importance au public, ou au succès. Lorsque l’on savait le nombre d’âmes et d’esprits sur cette Terre, on ne pouvait se croire plus important qu’un autre. En tant que Séraphin ayant vu l’éclat de sa lumière se corrompre des crimes d’un autre, l’adolescent avait conscience de cette vérité plus que quiconque.

Pour lui, le plus important était de guider les esprits dans la lumière, dans l’harmonie, à l’équilibre. Aujourd’hui, la piété était quelque chose de plutôt rare, voir exceptionnelle. Les esprits devenus des créatures légendaires… Pourtant, il suffisait d’assister à une cérémonie de communion pour faire ressurgir ce besoin de croire. Car oui, croire était un besoin. Nourrir son esprit était un besoin. La foi, une force. Croire aux esprits lui permettait de survivre dans son océan de solitude depuis son bannissement. Car oui, si un homme se considérait seul, Rei se savait accompagné par les esprits.

La mélodie continuait d’envahir l’environnement, le rendant quasi-mystique, sans que Rei ne remarque l’intrusion du personnage derrière lui. De l’eau s’écoulant de la cascade, il s’en démarqua d’abord une simple silhouette. Féminine d’apparence, mais fluide, trouble… Debout sur l’eau, comme un liquide maintenue en suspension. Pas vraiment humaine, mais y ressemblant.


Peu à peu, au rythme de la musique, la silhouette se détacha de la cascade pour s’avancer vers Rei. Dansant gracieusement, elle semblait laisser échapper un rire, alors que l’eau autour d’elle prenant une couleur d’un bleu éclatant, lumineux. Chaque pas sur l’eau était rythmé avec la douce mélodie, alors qu’elle riait simplement en dansant. L’esprit des Chutes de Triste-nuit était en fête, laissant derrière elle des minuscules particules d’eau que la lumière du soleil éclatant illuminait afin de former un petit arc-en-ciel éphémère.

Après une poignée de minutes à danser autour du musicien, l’Esprit s’avança vers lui pour l’étreindre dans son dos. Puis, elle lui leva la tête avant d’embrasser les lèvres du musicien, déversant un peu d’eau pour le faire boire, et le récompenser de son geste totalement gratuit. Enfin, elle se retourna pour regarder la jeune Shinobi aveugle, avant de l’asperger avec de l’eau fraîche en riant. Avant de disparaître en courant, avec toujours autant de grâce et de légèreté, rejoignant et fusionnant ainsi avec la chute d’eau.

Le son mystique de la harpe s’arrêta pour redevenir d’une sonorité plus humaine. Le bruissement de la cascade, qui avait complètement cesser avec l’apparition de l’esprit de l’eau, devenait de plus en plus fort. Alors que les Tengen de l’adolescent reprenaient une couleur rouge, son chakra baissait d’intensité avant de rejoindre celui d’un Shinobi commun, plutôt accueillant. En si peu de temps, le lieu avait repris apparence humaine, bien que dégageant toujours cette atmosphère apaisante.

L’adolescent fit une révérence respectueuse devant la cascade, signe d’au revoir à l’esprit qu’il avait rencontré. Puis, il se retourna avant de voir une femme dans l’eau, avec pour habit qu’un simple gilet et des sous-vêtements. Ses yeux rouges d’une intensité profonde détaillèrent l’inconnue pendant un moment, le temps de réaliser qu’il n’était pas seul. Puis, comprenant qu’il dévisageait une jeune femme du haut de ses dix-sept ans, ses joues virèrent aux pourpres malgré lui, alors qu’il détournait le regard.

    « Désolé… Je n’ai pas réalisé que vous étiez là. Vous m’observez depuis longtemps ? »


C’était ennuyeux. Il espérait simplement qu’elle ne le connaissait pas.

    « Je ne pensais pas que quelqu’un viendrait aussi tôt ce matin. Puis-je connaître votre nom, Mademoiselle ? »


Rei était quelqu’un d’extrêmement poli et respectueux. Et c’était avec un ton similaire qu’il s’était adressé à la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 97
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Communion [Feat Hyûga Kibo] Dim 13 Aoû 2017 - 0:01

Une joie de vivre enfantine se matérialisa de la chute et dansa sur la rivière. Elle avait une forme féminine. Totalement immobile, Kibo se délecta du spectacle en silence. C’était une expérience hors du commun. Jamais elle n’avait été aussi près de la magie du monde de l’éther. Le jeune homme avait un don bien unique qui lui faisait apprécier sa condition. Elle ne comprenait pas réellement ce qui se passait, mais cela importait peu, la créature fantomatique l’émerveillait de sa splendeur. Iky se frotta les yeux et lui fit une description saccadée de la créature physique qui dansait. À son avis, le gamin était un utilisateur du suiton, mais pour la Hyuga, il avait un mystère bien plus ancien et profond qu’un simple tour de passe-passe. L’être majestueux donna de l’affection au garçon avant de l’éclabousser avec de l’eau fraîche. Un sentiment de bonheur la fit rougir dans toute sa personne avant que la réalité la rattrape. Le charme musical étant brisé, les deux inconnus se faisaient face. La gêne qu’il avait se transmit inévitablement en elle. La noble avait agi sous l’impulsion du moment. Que dire ? Comment réagir ? Il y avait beaucoup d’émotions mélangées et de confusion qui bouillait à l’intérieur de son crâne de kunoishi. Elle S’enfonça peu à peu dans l’eau comme si elle tentait de se cacher de l’individu, mais cela fut sans succès, car le bourg, lui adressa la parole. Une règle de politesse qui la rendait drôlement inconfortable.

Habituellement, elle était le type de shinobis inébranlables, toujours la réplique à la bouche et avait se faire entendre. La vulnérabilité qu’elle avait exprimée lors du rituelle ne s’était pas tout à fait dissipée et après un moment de silence, elle finit par lui dire son nom.


‘’ Kibo’’

Tout simplement Kibo. Elle ne s’était pas présentée comme à l’habituelle. (Je suis Hyuga Kibo Shinobi au service de Konoha).Un comportement qui lui échappait. Elle se sentait vulnérable face à lui. Puis dans un effort ultime, elle lui demanda.

‘’ Et toi ?’’

Au moins, il était poli. Elle ne discernait qu’une ombre floue, mais il avait une présence impressionnante. Entre les réponses, elle s’enfonçait dans l’eau jusqu’au nez. Il est vrais que la journée était jeune, mais il y avait déjà plusieurs heures qu’elle déambulait dans le village caché de la feuille. .Evidement qu’il n’avait pas remarqué sa présence, se cacher, était sa spécialité. Elle en avait aussi oublié la sienne avec tout ce qui se passait. Iky était jonché sur sa tête pour éviter un bain forcé, il regardait la situation avec amusement et intrigue. Pourquoi s’inquiétait-il de sa présence. Cela était si beau. Tout le monde devrait regarder.

‘’ Merci pour la performance. C’est la preuve que c’est grâce aux ténèbres que l’on peut ressortir e meilleur de ce monde. ‘’

Elle pointa ses yeux pour lui faire comprendre à quoi elle faisait allusion. Un sourir s’afficha sur son visage rouge et elle répondit en marmonnant un peu.

‘’ Merci de m’avoir conduit ici.’’

Le mammifère pencha sa tête vers le bas pour regarder le visage de sa maîtresse avant de regarder avec délectations et un brin d’intelligence l’utilisateur d’esprit. Le spectacle continue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1334
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Communion [Feat Hyûga Kibo] Dim 13 Aoû 2017 - 0:46

Rei attendait la réponse de la jeune fille, observant du coin de l’oeil comment elle agirait. Après tout, elle était presque en tenue d’Eve devant un inconnu qui, si il était mal intentionné, aurait pu lui faire des choses horribles et répréhensibles. Fort heureusement, Rei était loin d’être ce genre d’individu. D’ailleurs, ce genre d’individus avait une marque de corruption extrêmement particulière, et fortement désagréable.

Finalement, après avoir réussi à se camoufler avec le peu d’eau disponible, Rei reposa son regard dans le sien. Il remarqua son visage pourpre de gêne, et des yeux gris, ce qui supposait que la jeune femme était aveugle, mais comme elle prit la parole, il n’intervint pas. Elle disait s’appelait Kibo, avant de poser la fameuse question : “Et toi ?”. Par chance, comme elle n’avait répondu que par son prénom, Rei décida d’en faire de même.

    « Rei. »


Malheureusement pour lui, la jeune femme avait réussi à comprendre que son pouvoir se logeait dans ses yeux. La mine de Rei se figea un instant… Que devait-il faire ? Si jamais elle faisait le lien entre ses yeux et ce qu’elle avait vue, alors elle pourrait aisément en déduire sa nature de Mamoru. Et si c’était le cas, alors il était fichu ! Bien que le compliment lui aille droit au cœur, il reprit juste après elle.

    « C’est moi qui vous remercie de m’avoir écouté avec attention… »


Il ne savait trop quoi dire. Est-ce qu’il devait rebondir sur les ténèbres qui subsistaient dans son corps alors que ce n’étaient pas les siens, ou simplement demander de ne pas dire à quiconque ce qu’elle avait vue ? Il hésita, avant de remarquer l’air toujours intimidé de la jeune femme. Lui adressant un sourire bienveillant, il se déplaça simplement vers la rive avant de fouiller dans sa mallette. Il en sortie une cale, et se posa simplement sur un rocher. De la, il cala son instrument de manière à pouvoir jouer de ses deux mains, avant de poser ses doigts sur les cordes et d’entamer une nouvelle mélodie, bien plus chaleureuse que la précédente.


Après une petite minute de musique, il reprit la parole.

    « On dit que cette cascade à le pouvoir de nous laver de nos peines et de nos chagrins. »


Il posa ses mains sur l’instrument. La harpe était faite d’un bois sombre, avec de nombreuses gravures isotériques en son centre.

    « Cela me touche que vous ayez apprécié cet instant autant que moi. Mais les ténèbres ne sont pas la raison de cette beauté. Les ténèbres cachent, ils détruisent, ils nous privent du plus important, et le dissimulent à nos yeux jusqu’à ce que l’on soit perdu. L’inconnu est attirant, il a même parfois du bon, mais pas les ténèbres. Il n’y a rien de beau dans l’obscurité. Car si tu ne peux rien voir, rien entendre, rien sentir, et bien rien n’existe. »


Il s’arrêta en regardant dans l’eau, d’un air mélancolique. Puis, il s’extirpa de cette torpeur avant de fixer de nouveau son interlocutrice.

    « Vos yeux… Je présume que vous ne pouvez voir comme nous. Mais cela ne veut pas dire que vous ne voyez pas. Vous arrivez à percevoir ce monde d’un angle différent. Prenez garde à ne pas vous perdre dans les ténèbres vous aussi. »


Il ignorait si elle disposait d’un Dôjutsu comme lui, mais cela n’avait guère d’importance.

    « Ma demande vous semblera étrange, mais j’aimerais que vous gardiez cet instant pour vous. Je n’ai pas envie qu’il s’ébruite d’avantage, le moment perdrait de son charme et de sa valeur. »


C’était une vérité, mais il préféra cacher le fait qu’il ne souhaitait pas qu’on le rattache, publiquement du moins, à des évènements mystiques.

    « Vous comprenez, n’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 97
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Communion [Feat Hyûga Kibo] Mar 15 Aoû 2017 - 19:11

Rei… Un nom bien simple pour un aussi grand talent. Comme elle, il avait omis de dire son nom de famille. Cela lui rappelait des rencontres impromptues avec des inconnus en temps de guerre. Un nom de famille pouvait changer une rencontre chaleureuse en carnage. Il y avait une sorte de code avec les noms de famille. Surtout le sien. Elle fait partie des clans les mieux placés du village, en plus d’être de la branche principale. Elle avait une stature et une image à entre tenir, mais s’il ne la connaissait pas vraiment, elle pouvait se laisser aller. Quoiqu’elle sache son nom, il restait un parfait inconnu qui savait faire danser ses doigts sur un morceau de bois. Kibo avait suivi son interlocuteur transportant un silence d’inconfort avec eux qui était brisé par la musique. Cela lui avait pris un certain temps avant de lui répondre. Même qu’il avait parlé d’une croyance qui à présent s’avérait vraie. Les peines et chagrins, un bagage de vie qui prenait une éternité à transformer en bonheur. Souvent, il noyait le coeur dans les larmes qui nous brulaient de l’intérieur et nous transformaient en démon qui s’abreuvait de vengeance, mais au fond, ce n’était qu’un cri de détresse mal interprété par le reste du monde. Tous avait peur de tomber dans l’oubli et cachait son fardeau pour le bien paraître, comme ce jeune homme à l’intention pure qui a pris le mal qui gruge le lit de la rivière. La noble shinobi esquissa un sourire suite à son histoire, puis elle écouta attentivement sa vision des ténèbres. Puis sans trop réfléchir sur le sujet, elle s’exprima sincèrement.

‘’ Ce sont des paroles qui démontrent bien la peur de tes propres ténèbres qui sommeille en toi. Tu dis que les ténèbres nous rendent aveugle et nous empêches de percevoir les choses et qu’ils ne sont que néants. Que penses-tu de la lumière, cette belle boule d’énergie qui brûle au-dessous de nous ? Est-elle bien faisant ? ‘’

Cette question n’était pas une attrape, mais plus un désir de comprendre ce qui se passe dans la vision du garçon.

‘’ Si la beauté est une chose que tu peux seulement voir c’est triste. J’ai longuement craint les ténèbres. Je les ai combattus, j’ai souffert et un jour, ils étaient la seule chose que j’avais. La raison pour laquelle l’on craint les ténèbres est qu’à ce moment précis, dans la non-existence du reste du monde, tu te retrouves seul avec toi-même. Tu es la seule chose que tu peux ressentir, haïr, aimer. Tu dois te faire face, donc désespérément tu cherches quelque chose à voir, à ressentir pour la blâmer de ta tristesse, malheurs et souffrance. ‘’

Sa voix était calme et amicale. Le genre de ton que l’on utilise pour raconter une histoire d’amour qui n’a pas toujours bien été, mais qui fut bon s’accrocher.

‘’ J’ai dû prendre responsabilité de ce qui arrive dans ma vie et avancer avec les choix que j’ai pris. Les ténèbres n’ont rien à voir avec la souffrance et le mal, c’est l’interprétation facile que l’on en fait. Je n’ai jamais vu aussi clairement que le jour où j’ai accepté mes ténèbres et le danger qu’ils puissent apporter. ‘’

Elle s’assit au sol, relevant la tête vers le ciel, baignant son visage pâle dans la lumière pour réciter un poème.

‘’ Celui qui marche dans les ténèbres ne voit pas où il va et celui qui est éclairé par la bonté finit par y être aveuglé. Alors dit moi ce qui est mieux. Le bien ou le mal ? Pour ma part, je préfère la neutralité, car il vaut mieux voir dans la pénombre le chemin du destin qu’être aveugle et marcher vers sa fin ! ‘’

Elle le fixa avec la quasi non-vie de ses yeux et lui demanda simplement, tout en ignorant sa propre demande de ne rien dire aux autres de ce qui c’était passé et elle lui demanda.

‘’ Que vois-tu pour toi dans ce que je viens de dire ? ''

Kibo se tenais là devant lui, aussi vulnérable et ouverte qu’un simple livre à la reliure doré à la bibliothèque. : Le contenue semble fascinant seulement avec la couverture finement ouvragée, mais une fois ouvert, on devait le déguster pour l’apprécier pleinement. Il y a toujours un mystère qui plane même si on le lis mot à mot, comme si le sens n’était pas totalement tangible. Il y avait plus que des lettres imprimées d’encre, mais une intention sincère d’avoir une conversation bidirectionnelle entre le bouquin et le lecteur. La suite dépendait tout simplement du musicien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1334
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Communion [Feat Hyûga Kibo] Lun 21 Aoû 2017 - 1:02

Rei écouta attentivement les dires de Kibo. La discussion tournait philosophie, métaphysique, réflexion sur la relation qu’un être humain devait, idéalement, entretenir avec les ténèbres et la lumière. Il fallait dire que c’était un moment plus qu’appréciable pour le musicien, qui avait l’habitude dans son enfance d’entretenir de longue discussion à ce sujet avec sa famille. Aujourd’hui, il fallait dire que de tels moments c’étaient raréfiés au point même de disparaître. Fort heureusement, aujourd’hui démontrait le contraire.

Kibo avait une réflexion louable : l’acceptation. Accepter sa part d’ombre pour pouvoir vivre pleinement la lumière était une voix raisonnable : l’équilibre. Il fallait dire que Rei partageait globalement cette vision, à deux trois détails près. Un sourire amical s’affichait sur son visage, alors qu’il s’apprêtait à répondre à sa nouvelle, et très agréable, connaissance du jour.

« Est-ce que la lumière pour toi n’est que le soleil éclatant ? Est-ce que tu te considères dans les ténèbres lorsque tu rêves ? Que l’on soit dans la lumière, dans la pénombre, ou dans l’obscurité, nous marchons tous irrémédiablement vers la fin de notre vie terrestre. »

Il joua quelques notes sur sa harpe, avant de continuer.

« L’ombre ne peut exister sans lumière, et sans lumière nous ne pouvons exister. Il est très agréable de sortir la nuit pour regarder le ciel étoilé. Écouter l’ombre de la nature. Sentir la douce brise nocturne caresser ton visage. N’est-ce pas là un instant d’une beauté singulière ? »

Ses doigts fins parcouraient les cordes fragiles de la harpe.

« Tu fus plongé dans l’ombre, pas dans les ténèbres. Cette absence de vision te permet d’entendre, d’écouter, de sentir et de goûter d’une manière bien plus intense que nous ne pourrions jamais l’imaginer. J’entends le désespoir que tu as eu lorsque la vue te fut arraché. L’humain, pour se fuir, à tendance à regarder vers l’extérieur. Pour survivre, tu n’as pas eu d’autre choix que de voir à l’intérieur de toi, de reconnecter ton corps et ton esprit. »

Il joua quelques notes douces, ponctuant ainsi son discours.

« Dans ce monde binaire et rationnel, où l’ombre s’entremêle aux ténèbres, et ou le bien ne devient que lumière aveuglante, j’ai décidé de voir le prisme de cette triste réalité d’une manière bien moins conventionnelle et simple que l’éternelle dualité entre le bien et le mal. La lumière en laquelle je crois est une lumière douce, accueillante, chaleureuse, qui illumine le destin et non-aveugle l’âme.

Un démon flamboyant aura beau dégager la lumière la plus aveuglante, il n’en restera pas moins un démon. De même, un esprit des glaces veillant sur les âmes des défunts aura beau être aussi froid que les neiges éternelles, il demeure un esprit de lumière. Il faut apprendre à voir au-delà des sens, afin de comprendre ce monde, de s’accomplir, et de le rendre par la même occasion meilleur.

Les ténèbres ne sont que destruction. Une force massive ne cherchant que la damnation de la lumière. Il est naturel d’avoir peur d’être submergé par cette force destructrice. Ne pas avoir peur des ténèbres, c’est un signe de folie, ou d’inconscience, mais en aucun cas de sagesse. »

Son regard se fixa de nouveau sur la jeune femme.

« J’ai peur. Chaque jour de mon existence. J’ai peur des ténèbres, de voir la corruption me submerger et me détruire. Mais cette peur ne me domine pas. Je sais que je ne suis pas seul pour vaincre les ténèbres. Même si les ténèbres me prive de mes sens, il me restera la foi. Car même dans la plus sombre des nuits, dans les ténèbres, il me suffirait simplement d’allumer la lumière. »

Il caressa délicatement son instrument.

« Tu me demandais ce que je voyais dans tes mots ? Si la beauté n’était que visuelle ? Est-ce que tu ne me demandais pas simplement ce que je ressentais ? Et toi, qu’as-tu ressentis ? »

Une question en guise de réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 97
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Communion [Feat Hyûga Kibo] Mar 22 Aoû 2017 - 20:27

Leur conversation prenait une tournure d’échanges de mots, de visions, de perceptions et tout cela agrémenté par l’agilité des doigts de son interlocuteur. Il s’amusait à jouer avec les mots et leurs sens pour ouvrir d’autres questions et asseoir son raisonnement de la chose. Nous, humains, ne sommes-nous pas d’abord et avant tout, tous uniques ? Elle aimait échanger d’égal à égal, sans combat pour prouver que l’autre est tort, mais pour s’abreuver des expériences présentes, passé ou futur que l’on perçoit. Kibo écoutait attentivement. Une écoute que peu de gens possèdent en ce monde entaché de haine. Elle écoutait pour écouter sans préparer de réplique. Ce que le garçon lui expliquait était beaucoup trop important pour laisser sa propre vision ternir la qualité de l’échange.

Son grand-père appelait cela, l’écoute toujours et déjà là. On écoute pour répondre. Dans le paradigme de la communication dans lequel nous sommes nées, parler sert à dominer ou à survivre. On utilise le passé pour ce protéger du présent et du coup notre passé devient également notre futur. Ce qui explique la répétition en boucle des mêmes déceptions, crises et problèmes. C’est triste, mais tellement ancré dans la culture moderne que peu de gens arrivent à le voir. Le jeu du téléphone a toujours été un excellent exemple de ce phénomène. Absorbé par les lèvres du manieur d’esprits, la noble Hyuga laissa le courant de ses mots voyager en elle pour se régalait de son savoir. Il était peut-être jeune, mais son expérience de vie était élaborée. Cela la rendait heureuse.


‘’ Je suis contente de pouvoir entamer ce sujet avec toi. Merci.‘’

Elle replaça en même temps son chandail détrempé qui collait à sa peau, mais qui séchait paresseusement. La konohajin attachât ses longs cheveux noirs en toc avec un élastique rose qu’elle gardait à son poignet avant de poursuivre.

‘'Tu es agile avec les mots Rei-kun. Chaque personne perçoit les ténèbres à sa façon avec les sens qu’ils ont à leur disposition. Une vision n’est pas fondée sur ce que nos yeux vois, mais ce que l’on veut voir. On donne des sens et de l’importance à des choses qui nous rendent encore plus aveugles. N’écoutant pas, ce qui est vraiment là pour nous, mais blâmant la souffrance que l’on a sur cette chose. Peu importe son nom, la souffrance et ces‘’ténèbres’’ne sont que des cris à l’aide. C’est lorsque nos sens sont étouffés par les blessures du passé que l’on fait des choses horribles, par besoin de se libérer de cet étouffement personnel. Donc craindre les ténèbres est une conception qui provient de toi et dans ton histoire cela c’est validé plusieurs fois. Il n’y a rien à craindre en fait, car l’univers suit son cours. C’est notre vision des choses qui guident nos pas. Si l’on est une victime, on a le plus beau des rôles, car rien n’est notre faute ou tout l’est. On pouvait et ne pouvait rien y faire, mais nos actions seront entachées de notre aveuglement et nos regrets. Ce que j’expose est que ce que l’on perçoit et ressent n’est pas toujours valable. Il y a une différence entre les faits et l’histoire que l’on crée. Alors, il est important d’être conscient des deux aspects et faire son chemin en faisant de son mieux tout en étant responsable de ce qui nous arrive. C’est la seule manière d’avoir du pouvoir sur notre vie. C’est de faire des choix et d’accepter pleinement ce qui nous arrive. Le déni et se victimiser, est, ce qui conduit dans ce que toi tu appelles les ténèbres. ''

Elle se releva doucement avant de s’étirer. Son chandail remonta au-dessus de son nombril lorsqu’elle leva les bras vers le ciel. Iky en profita pour bondir au sol et aller un peu plus loin dans la forêt. Il avait besoin de se vider la vessie et il trouvait la conversation très endormante. Le Mamoru pouvait bien voir les multitudes de fines cicatrices qui recouvraient le corps athlétique de la jolie demoiselle. Les mains de celle-ci tremblaient sans raison apparente et ce contre son gré, mais cela n’enlevait rien à la fluidité de ses mouvements qui semblaient faire le moins de bruit possible. Un réflexe qu’elle avait gardé de son sombre passé. Puis comme pour continuer la conversation sur une nouvelle branche et sans aucune gêne, elle lui demanda.

‘’Tu as une copine ou tu es un tombeur d’un soir?''

Elle lui fit un clin d’oeil espiègle pour renchérir sa question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1334
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Communion [Feat Hyûga Kibo] Lun 28 Aoû 2017 - 2:24

Rei adressa un sourire à Kibo lorsqu’elle le remercia. Un sourire sincère qui n’avait nul besoin de mots pour communiquer un plaisir et une gratitude partagée. Lorsqu’il souriait de cette manière, l’adolescent était comme un soleil couchant. Beau, agréable, doux et chaleureux, dans une journée clémente, et spirituellement forte. Puis, il se concentra sur les mots de la belle.

Il écoutait attentivement, se nourrissant ainsi de la connaissance et de l’expérience ayant forgées la vision de la jeune femme. À l’instar des différentes croyances, cultures et religions, l’adolescent était un fervent défenseur de la pluralité des versions. Comme Kibo l’avait brillamment explicité, la vérité était souvent différente de notre version des faits. Pour connaître le grand dessin des Esprits Primordiaux, il fallait s’intéresser, se cultiver, apprendre et assimiler les différentes visions. Ainsi, pour voir notre importance, il fallait se détacher de l’égoïsme du regard humain pour voir sous le regard Divin.

Pour taquiner amicalement son interlocutrice lorsqu’elle eu finit, Rei lui lança un petit.

« C’est ta vision des choses, qui provient de ton histoire et qui fut validée plusieurs fois. »

Dans un sourire complice, il détourna le regard, gêné, lorsque sa partenaire de philosophie s’étira. Rei, par respect, préféré regarder ailleurs. Il ne pouvait pas s’autoriser à observer le corps dénudé d’une jeune femme, dans une situation où il avait clairement un avantage. Jouant un air de musique pour combler le silence, il préféra alors se focaliser sur les mains, remarquant que ces dernières tremblaient légèrement. Et alors qu’il allait la questionner sur le sujet, la question de Kibo lui fit faire une mauvaise note, qui interrompit la mélodie.

Regardant d’un air surpris Kibo, le clin d’œil espiègle ne tarda pas à le faire rougir. Si bien que ses joues devinrent pourpres, alors qu’il détournait le regard.

« Je… Je n’ai pas de petite-amie. »

Puis, se rendant compte qu’il insinuait être un tombeur d’un soir, il continua.

« Je ne suis pas un tombeur d’un soir non-plus ! »

Touchant nerveusement son instrument, il continua.

« Ce que je veux dire… C’est que je suis célibataire… Enfin, je n’ai pas vraiment eu… L’occasion de… Trouver l’amour. »

Il ferma les yeux, respirant profondément. Non, Rei n’avait jamais vraiment eu l’occasion, ni même la préoccupation de trouver l’amour. Il se contentait de distribuer de l’amour amical platonique, en musique, en dansant, en parlant ou simplement en adressant un sourire doux. La vérité, c’est qu’il ne c’était jamais vraiment posé la question d’un amour passionnel, charnel… Enfin, l’amour dans le sens commun du terme.

Alors que son visage avait une couleur de nouveau normale, il continua. Néanmoins, il était toujours assez gêné.

« En vérité… Je ne me suis jamais posé la question. Je pense que ça viendra quand ça viendra… Non ? »

Rei était un adolescent pur sur ce point. L’amour était une chose qu’il prenait très au sérieux. Le mariage et le sexe compris. C’était un sujet important pour lui, dans le sens où la fusion de deux êtres, ou de deux familles, étaient un acte symbolique puissant, et spirituellement important. Il essayait d’obtenir l’approbation de sa nouvelle connaissance. Puis, par curiosité, il demanda…

« Et toi…? Si ce n'est pas indiscret...»

À elle de répondre à cette question… De la manière qui lui plairait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 97
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Communion [Feat Hyûga Kibo] Mer 30 Aoû 2017 - 18:32

L’assurance de Rei fondit telle une glace sous le soleil. La question l’avait attrapé droit au cœur dans un angle mort. Même s’il avait le chakra d’un shinobi expérimenté, on avait toutes nos petites faiblesses. Sans réellement savoir pourquoi son innocence l’attirait beaucoup. Cela avait éveillé la bête en elle. Kibo se liait tendrement à son énergie et inconsciemment son corps bougeait sensuellement. Il lui avait dit qu’il n’avait pas de copine, pas l’occasion de trouver l’amour, mais le pauvre ne savait pas que l’amour est un sentiment que l’on créer en s’abandonnant à l’autre. Cette réaction chimique que l’on appelle le coup de foudre est seulement faite pour procréer et avoir du plaisir. Si le garçon savait comment jouer d’un instrument, Kibo chan, quant à elle, savait comment jouer d’un homme. Le plaisir de la séduction et de l’envoûtement était un art profond et simple à la fois. L’énergie autour d’elle changeait peu à peu et elle se rapprocha du Mamoru. Dansant félinement des hanches sou les notes invisibles et muette du rouquin. Elle s’avança et tassa l’instrument pour s’assoir sur les jambes du konohajin, puis elle le regarda dans les yeux et comme un charme elle lui répondit.

‘’
Non, je n’ai pas de copain pour le moment. J’aime connecter avec les gens que mon être réclame et j’honore les sentiments qui vivent en moi en leur laissant cour. Tout comme l’esprit que tu as fait danser Rei kun. Je veux te remercier. ‘’

Elle était curieuse de ce qu’il allait faire. Elle avait envie de lui à présent et elle voulait vivre ce moment ici et maintenant. Cela était peut-être rapide et direct pour lui, mais sans savoir pourquoi le rituel avait réveillé ses instincts les plus profonds. La Hyuga ne se rappelait pas la dernière fois qu’elle avait autant désirée un homme. La guerre avait laissé sa trace, mais elle s’éloignait de plus en plus de cette image pour vivre une vie ouverte et comblée. Demain, ils seraient peut-être morts. Une fine odeur de vanille émanait de sa peau délicate. Lentement elle prit les mains du jeune homme pour les déposer sur ses hanches et se rapprocher de lui.

‘’ La vie est courte Rei Kun. C’est pour cette raison que l’on doit saisir chaque moment et se laisser aller par respect pour la vie. Notre âme réclame des choses de son vivant aussi.’’

Elle approcha son visage pour y coller son front contre celui de Rei. La gêne s’empara de son corps, car elle était vulnérable à cet inconnu qui l’avait touché droit au cœur. Puis elle lui demanda dans un murmure envoutant.

‘’ Est-ce-que tu as envie de moi aussi? ‘’

Elle avait une énergie très innocentente et pur. Aucune agressivité ou autres désires. Tout son attention était dirigée sur le son nouveau compagnon qui en un bref moment avait lui aussi montré une vulnérabilité. La noble femme tentait le démon pour savoir ce qu’il était et de quoi il était fait. Il n’y avait aucun défi ou intention de pouvoir, mais un échange auquel elle c’était ouvert. L’énergie vitale du monde l’avait apporté ici. Il y avait une raison, alors il n’était pas question qu’elle la laisse glisser entre ses doigts. En dedans d’elle, tout le reste du monde avait cessé d’exister. Elle concentra ses sens sur le manieur d’esprit pour le rendre le plus alaise possible et lire ainsi ses sentiments du moment. Il avait parlé de trouver la bonne femme, mais qui sait comment il devait la rencontrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1334
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Communion [Feat Hyûga Kibo] Ven 1 Sep 2017 - 16:43

Rei se figea, le visage rouge de gêne. Depuis quand l’atmosphère était doté d’une telle tension sexuelle ? Il l’ignorait. Mais la démarche sensuelle de Kibo lui soufflait la réponse. Surtout lorsqu’elle décala son instrument pour s’assoir sur les genoux du jeune homme, le dévorant des yeux. Se connecter aux gens ? Le remercier ? Mais… Comment ?

« Me… Remercier ? »

Rei ne s’attendait pas à une telle réaction. Il ne l’avait pas aidé elle, il avait aidé l’esprit des chutes. C’était une récompense sans aucune justification. Et puis, quel genre de récompense exactement ? Lorsque Kibo déplaça d’elle main ses mains de musiciens pour les poser sur ses hanches, le rapprochant ainsi de lui, et qu’un dangereux feu intérieur commençait à l’envahir, il comprit.

La vie est courte ? C’était vrai. Il ne savait absolument pas de quoi était fait demain, ni dans l’heure d’après. Il pouvait bien sûr prévoir de se rendre à tel ou tel endroit, mais il ne pouvait pas savoir exactement ce qu’il y trouverait à l’instant T. Pour illustrer cela, il savait ce matin qu’il allait purifier les sources Triste-nuit. Mais jamais il n’aurait cru être placé dans une pareille position.

Lorsque Kibo approcha son front du sien, elle pouvait sentir l’odeur envoûtante du Chaman. Un mélange distinctif, frais, légèrement boisé et sucré. Une odeur enivrante, couplée à son regard intense. Comme nombre de Mamoru, les yeux de Rei étaient probablement la plus belle partie physique de son visage. En y plongeant dedans, on se perdait dans un océan de braise luisante, ou quelques fils bleus et violet dansant sur ce spectacle flamboyant.

Est-ce qu’il avait envie d’elle ? À cette question, le feu à l’intérieur de Rei s’intensifia soudainement. Si bien que son corps se raidît d’une tension nouvelle à l’égard de Kibô. La sensation était… Étrange. Ses mains exercèrent une légère pression sur ses hanches, alors que les mots avaient du mal à sortir de ses lèvres.

« Je... »

Rei était partagé. Ses sentiments primaires lui donnaient envie de cette jeune femme. Après tout, malgré qu’il soit Chaman, c’était un garçon de 17 ans. Et quel garçon de 17 ans n’ayant pas une attirance exclusive pour les hommes, ne pouvait pas être sensible au charme d’une si belle femme ? Très peu. Peut-être même aucun. Kibo était une sorte d’allégorie de beauté farouche, mais noble et sensible dans ses mouvements.

Mais est-ce qu’il pouvait s’autoriser cet écart ? Alors qu’une énergie maléfique régnait en lui ? Il ne pouvait prendre le risque de se connecter spirituellement à cette femme et corrompre son âme de cette énergie démoniaque putride. Rei serra des dents, pris dans ce dilemme intérieur.

« Je n’ai… Rien fait pour toi… Pourquoi me remercier…? Et puis... »

Il détourna les yeux.

« Tu as ressenti la noirceur de mon chakra. Cela pourrait te causer du tord. Ou pire, te détruire... »

Il la regarda de nouveau. Son Tengen s’illuminait légèrement.

« Tu es une personne très belle, Kibo… Mais je n’ai jamais... Je ne veux pas te blesser d’une quelconque façon… Si cela arrivait… Je ne pourrais pas me le pardonner. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Communion [Feat Hyûga Kibo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Chutes Triste-Nuit-