N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1498
Rang : S

Message(#) Sujet: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Ven 11 Aoû 2017 - 12:51

Une gravitée vingt fois supérieur à la normal. Un terrain extérieur avec un sol remplie de gravier. Je fus éloigné des autres de mon clan ses derniers trouvant mes manières de m'entraîner plutôt... Un peu trop barbare. Je n'ai appris que cette manière et elle semble me convenir. Mon corps subit une pression telle que bouger m'est insupportable. Sans chakra, au mieux je serais à genou main au sol. Avec Ma concentration pour gérer mon flux est optimal, je dois avoir une maitrise du flue dans tout mon corps à la quasy perfection, mon corps doit aussi s'habituer de grés ou de force à garder ce chakra de cette manière sans que j'ai à me concentrer dessus. Les potelets en métal trônent un peu partout sur le terrain. Et après deux minutes de concentration. Me voilà partit. Une course débute. Tout en courant je vise des points précis sur les poteaux. Des points rouges de petite taille posé aléatoirement sur les potelé me demandant de les trouver et donc de chercher ou ils sont, m'obligeant à me concentrer sur autre chose que la fluctuation de mon chakra. Au début ça va, j'arrive à toucher une dizaine de potelé, mais après cela mon chakra déraille toujours une micro seconde ce qui suffit à me faire dériver pour perdre partiellement l'équilibre. J'arrive souvent à garder l'équilibre, mais cela ne me convient pas. Se temps de faiblesse est suffisant pour mourir dans un combat je le sais bien. Je garde le rythme, continuant à taper les cibles immobiles. Cinq minutes passent. Cinq minutes est le temps moyen d'un combat et encore je suis large, c'est aussi le temps que je résiste dans ce champ sans perdre le contrôle trop souvent. Après avoir perdue cette perfection plusieurs fois, je tombe littéralement au sol.

J'annule la prêtions de la gravité. Assis au sol je regarde mes pieds et remarque plusieurs traces de pierre fait sur mes pieds. Ma protection semble aussi bancal. Bordel j'ai du baisser, quand j'étais avec père j'avais bien plus de performance. En même temps la menace constante de mort ne me permettait pas de lâcher l'attention. Je reprend mon souffle tout en sortant d'un sceau une bouteille d'eau fraiche. La vidant sur mon visage. Même pas repris le soufle que je me relève. Se fut repartit pour un tour. Mon chakra doit être parfait et mon corps entrainé et cela même si je ne sens plus cette pesante menace sur mes épaules. Je ne dois pas relâcher mes efforts et entrainer mon corps si je souhaite bouger et ne pas rester stagne ici à ne rien faire. Quand d'un coup j'entends du bruit:

- Qu'importe qui c'est, si tu souhaites regarder avance toi mais ne te cache pas. Je déteste qu'on se cache pour m'espionne, je n'ai rien à cacher et je vous l'ai déjà dit.

Les personnes du clan ont encore quelques réticences à m'accepter je les comprends bien. Après tout ils ne font que se protéger et malgré qu'ils tentent de m'accepter ou peut être de réparer leur erreur, leur nature leur dicte toujours de se méfier. Ils ont raisons s'ils n'agissent pas ainsi un jour un homme profitera d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A - Musha-daishô
Messages : 801
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Dim 27 Aoû 2017 - 13:14


Des bruits des sabots martelant le sol troublèrent le silence qui régnait le long d’un chemin déserté. En plein milieu de l’après-midi, dans une chaleur étouffante, seuls ceux qui y étaient obligés s’aventuraient sous le soleil qui frappait sans pitié et sans distinction ceux qui se promenaient sous ses rayons. Et pourtant, alors que Yukimura keiji et Kinzoku Mairu, à dos de leur monture – qui étaient deux magnifiques chevaux - foulèrent en profondeur la terre de Kaminari, ils furent attirer par des bruits qui prouvaient qu’une personne s’activait et intensément au loin. Curieux, Keiji s’approcha discrètement de l’endroit d’où provenaient les sons qu’il n’arrivait pas à identifier exactement et finit par apercevoir un homme en plein … entrainement ?

Ne croyant pas ce qu’il voyait, Keiji resta caché afin de pouvoir regarder en toute discrétion le personnage en plein action. Ce dernier lui suscitait une certaine admiration bien que ce que cet inconnu était en train de faire témoignait plutôt de la folie. Comment pouvait-on donc s’entrainer par une chaleur aussi accablante ?

Bien qu’un samouraï qui ne ratait aucune opportunité pour se perfectionner dans son art, jamais l’idée de s’entrainer par un temps pareil viendrait à l’esprit de Keiji. Pour le samouraï c’était plutôt un temps à méditer à l‘ombre d’un arbre qu’à s’activer en plein soleil sans s’y être forcé. Actuellement, il ne se serait pas aventuré aussi loin de chez lui avec une température aussi haute si ses devoirs ne lui avaient pas contraint. En effet, profitant du calme qui régnait en ce moment dans sa contrée – qui se situait à l’est de Tetsu no kuni - et qui lui accordait du répit dans ses obligations envers son seigneur, le samouraï était en route pour rendre visite à un ami qu’il n’avait pas vu depuis longtemps. Celui-ci s’était marié et avait eu un enfant depuis leur dernière rencontre. Jusqu’à présent, les deux camarades se contentaient de se donner des nouvelles par missives mais aujourd’hui Keiji, ayant du temps libre, tenait à lui faire la surprise de sa présence dans l’espoir que cela ferait plaisir à son ami.

Mairu comme toujours accompagnait Keiji. La jeune fille, qui était âgée de cinq ans de moins que le Yukimura, tenait à l’escorter dans chacun de ses déplacements même les plus futiles. Tout cela parce qu’il l’avait sauvé d’une mort certaine lors de la Grande Guerre et que depuis la Kinzoku se comportait comme si sa vie appartenait désormais à son sauveur bien que ce dernier lui avait fait comprendre qu’elle ne lui devait rien.

***

- Loin de moi l’idée de vous espionner l’ami. J’assouvissais juste ma curiosité et navré si mon acte vous a déplu.

Keiji avait compris que l’inconnu l’avait confondu à quelqu’un d’autre ou plutôt à un groupe de personnes qui chercheraient apparemment à l’espionner mais il s’excusa de l’offense car il était celui qui avait dérangé l’homme dans son entrainement.

Restant à dos de sa monture, Keiji s’approcha de l’étranger pour finir par s’arrêter à seulement quelques mètres de celui-ci. Mairu, qui l’avait suivi, resta quant à elle en retrait mais bien visible. La jeune Kinzoku ne mit pas pieds à terre elle non plus.

- Je suis étonné de voir un homme s’entrainer par un temps aussi accablant … J’admire vraiment votre volonté.

Malgré l’air qui poussait à la méfiance qu’affichait l’inconnu, ce dernier n’éveillait aucune frayeur en Keiji qui restait cependant sur ses gardes. Le samouraï ne souhaitait engager la moindre hostilité mais il avait appris que nombreux sont des êtres qui, contrairement à lui, exploitait le moindre prétexte pour déclencher une bagarre comme si le combat était le seul moyen qu’ils avaient pour s’exprimer. Ces amoureux de duel étaient particulièrement attirés par Keiji qui se baladait toujours avec deux lances croisées dans le dos. Il faut dire que les armes loin d’être discrètes du Yukimura étaient comme des objets de provocation bien que leur manieur n’était pas un bagarreur mais plutôt un pacifiste qui préférait résoudre le moindre problème sans violence si possible …


Dernière édition par Yukimura Keiji le Dim 24 Sep 2017 - 2:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1498
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Mar 29 Aoû 2017 - 5:29

L'entrainement. C'est ce genre de chose qui le plus souvent dans un combat fait la différence. Quand l'un se relâche en pensant être fort il se fait souvent rattraper car il pense avoir atteint son maximum. Sauf que c'est justement là qu'est le piège. Sans entrainement notre corps s'empâte et devient faible. C'est justement pendant un entrainement que l'on est ici est maintenant. Un entrainement interrompu par une personne plutôt curieuse. Beaucoup de monde tente de copier nos sceaux Kadoria. Je sue de tous les pores. Et arrêtant cette gravité je regarde ses deux personnes s'avancer. S'excusant de cette maladresse ayant été jugé d'une mauvaise manière. C'est la curiosité qui les a amené à me regarder. M'avançant en direction d'une serviette. Je la prends pour m'essuyer grossièrement. La chaleur est plutôt étouffante aujourd'hui. Suite à ses dire le laissant dire tout se qu'il a a dire je réponds.

-En effet j'ai cru que vous étiez d'autre personne. Puis sans compter le nombre de personnes venant dans cette contré pour tenter de copier nos sceaux. Comme si d'une simple analyse s'en est possible. Sinon, cet entrainement n'en est qu'un parmi d'autre. Un homme se doit d'entrainer son corps mais aussi son esprit et ça volonté. Si l'un des deux devient trop faible cela peut devenir fatale. Vous devez le savoir vous étes aussi un guerrier à en voir votre posture et le fait que vous soyez armée. Cependant je trouve cela dommage d'utiliser un ane pendant vos déplacements allors que courir vous permet d'entrainer votre corps tout en rendant cet entrainement utile a vos déplacement par la même occasion.

Je pense que c'est l'heure d'une petite pause. Cet homme m'intéresse, il semble plutôt fort cependant jusqu'ou il l'est? gardant ca posture sur son cheval je m'assoie à même le sol puis continue:

- Mon nom est Goren. C'est peut être gênant pour vous mais j'aimerez que vous descendiez de ce cheval, j'ai l'impression que vous me prenez de haut en restant dessus, sans compter que vous ne vous étent même pas présenté.

Je ne suis pas du genre à vraiment respecter les rith et coutume. Cependant ses deux choses m'ennuient fortement. J'ai cru comprendre dans une discutions que ce genre de comportement est souvent prise par la dite haute société pour montrer leur supériorité et leur sois disant sang noble affin que la population sache ou est leur place. Je ne suis pas vraiment du genre à me soumettre à ce genre de manière. Cela est encore ressent, le temps ou je ne faisais que survivre et donc mes manières rustre sont encore enfouie dans mon sang et mes manières. Cependant cette fois ci je fus plutôt très correcte. Un peu plus tard je me met à dire:

- Maintenant que vous connaissez un peut mes capacités dit moi en plus sur toi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A - Musha-daishô
Messages : 801
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Dim 10 Sep 2017 - 19:18

L’inconnu se révéla être plutôt loquace. Chose qui n’était pas pour déplaire au Yukimura mais quelque chose le faisait hésiter dans l’initiative de faire de cet étranger une nouvelle connaissance : c’était un shinobi. En effet, comme la plupart des samouraïs restés fidèles à leur patrie, malgré sa sociabilité qui avait forgé sa réputation dans son pays, le Yukimura n'appréciait pas vraiment l’idée de sympathiser avec un shinobi, surtout pas ceux servant un Village Caché. Ces êtres étaient à l'origine de la mort des nombreux des leurs - dont son propre Seigneur qu'il vénérait comme un dieu - durant la Grande Guerre. Les shinobi, déserteurs ou pas, n’étaient d’ailleurs pas les bienvenues à Tetsu no kuni.

N’étant pas un étroit d’esprit qui mettrait tout le monde dans le même sac sans les connaître individuellement, Keiji était pourtant prêt à s’ouvrir à cet homme que le destin avait décidé de le mettre sur son chemin.

***

Lorsque l’inconnu compara la monture du Yukimura à un âne, la jument se mit à hennir tout en se cambrant s’apprêtant à donner des coups de sabots à l’ignorant qui avait osé la comparer à un animal si rabaissant.

Keiji se dépêcha de tâter Yachiru au niveau du cou pour le calmer tout en lui murmurant silencieusement des douces paroles pour la consoler de l’affront de la part du dénommé Goren. A l’image d’un Dôbustu, le jeune Yukimura était parvenu à créer un lien si profond avec la jument dont il s’occupait depuis la naissance que les deux êtres arrivaient à se comprendre même dans le silence. Yachiru – ainsi se nommait la monture du Yukimura - n’était pas un animal de compagnie mais une véritable compagnonne pour le samouraï.

- Navré si notre moyen de locomotion vous déplait mais de là où je viens, la plupart des hommes se déplacent ainsi.

Même sur le champ de bataille, les chevaux étaient des partenaires indispensables pour des nombreux samouraïs. Cela d’autant plus vrai pour le jeune Yukimura dont la monture n’était pas un banal cheval mais un animal « dôbustu». Lui et sa monture formaient un véritable duo de combattants.

Keiji mit pieds à terre.

- Je me nomme Yukimura Keiji et je vous présente ma partenaire Yachiru – Keiji désigna sa jument avant de se tourner vers la jeune Kinzoku qui avait gardé sa distance – Et elle c’est Mairu, ma coéquipière.


Kinzoku Mairu

Keiji avait présenté la jeune Kinzoku par son unique prénom car cette dernière n’appréciait pas vraiment qu’on évoquait son nom qui lui rappelait trop des mauvais souvenirs. Toujours confortablement installée sur sa propre monture, la jeune femme les fixait de son regard habituellement indifférent.

- Si cela ne vous dérange pas, j’aimerais continuer à vous regarder vous entraîner. Les arts des shinobi m’ont toujours fasciné …. Rassurez-vous, nous ne sommes pas ici pour voler vos techniques. D'ailleurs, je serai incapable de les reproduire car je n’ai aucune maîtrise du chakra.

Se sentant dans le devoir de préciser afin de faire voler en éclats toute suspicion chez Goren, Keiji poursuivit.

- Je suis un samouraï. Mes seules armes sont ces lances que je porte.

Intrigué, oui le jeune Yukimura l’était mais plus que la curiosité, il désirait surtout en savoir d’avantage sur le fonctionnement des techniques des ninja. Après tout, nombreux d’entre eux étaient ses ennemis et connaître les techniques de ses opposants était important voire même primordial …


Dernière édition par Yukimura Keiji le Dim 24 Sep 2017 - 3:19, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1498
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Lun 11 Sep 2017 - 13:00

Un cheval qui se cabre et se calmant d'une simple caresse et d'un murmure. Cela est plutôt intéressant. Ils ont du vivre ensemble depuis un moment. Du moins c'est se que je suppose. Ca posture et ses manières ressemblent beaucoup à ceux des hauts gradés de mon clan. Cette sorte de politesse extravagante et cette présentation mielleuse. Pour toutes personnes cela semble normal, moi je ne comprends pas toujours ses manières mondaines et que je trouve personnellement stupide. Cependant je me dois de les comprendre et de les adopter. J'ai le temps pour cela mais l'adaptation est mon fardeau. La présentation donc de ses trois personnages furent installé. Aucune maitrise du Chakra, cela m'eux déplus quand j'ai entendue cela mais se fut vite rattrapé quand ce dernier se mets à dire qu'il fait partit de ses fameux Samourai:

-Je vois. J'ai entendue parler de vous dans ce que l'on nomme ici l'éducation militaire. D'après ce que je sais Tetsu est un pays qui fut divisé en deux à cause de l'empire et des Ninja ce qui rend le pays plutôt récalcitrant envers les manieurs de chakra. Voir un Samourai ici est donc une aubaine pour moi aussi car j'ai peu de chance d'en découvrir d'autre avant longtemps.

Ce que je viens de dire est ce que j'ai retenue de ce que l'on m'a dit des Samourai cependant cette explication rapide est peut-être une mauvaise interprétation de ce que j'ai compris. Ayant fini de m'éponger. Je repris un grand souffle afin de remplir mes poumons d'oxygène est arriver à réduire ma fatigue. Regardant ses trois là je réplique :

-Pour un étrangé j'ai due paraitre plutôt grossier. Sache que j'ai du mal à vivre en communauté donc les modalité et coutume de présentation n'est pas mon fort. On m'as déjà nommé plusieurs fois comme barbare. Je pense que ce genre de qualification dépend du point de vue de tout un chacun, mais si j'ai de parole vexante ou des geste déplacer, n'en prend pas rigueur.

La forme fut placée, quitte à rester donner un temps à des gens autant qu'ils soient au courant de mes manières. Dans les années qui suivent je compte réussir à m'adapter mais pour le moment c'est encore tôt pour paraitre encore parfaitement civilisé. Cependant je reste moi et donner comme ca une vue de mes compétences sans rien demander en retour m'est impossible. Je peux même clairement dire que s'il avait pas donner matière intéressante je l'aurais juste simplement dégager des lieux :

-Une dernière chose. Je ne suis pas non plus vraiment du genre à montrer mes ars sans retour évidente. Je suis intrigué par ce que peut faire l'art samouraï. J'aurais peu de chance d'en voir d'autre. Donc si tu souhaites voir de quoi les Shinobi sont capable, ben il va falloir que tu te mettes aussi à la tâche. Je propose un affrontement. Les techniques mortels serons interdite et la force des technique ne dépasserons pas celle de rang B. Je ne sais si les niveaux de force des techniques sont répertoriés de la même manière en tant que samourai mais tu dois bien connaitre quelque base des autres pays.


Maintenant reste à savoir si je vais pouvoir connaitre la force de cette fameuse tribu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A - Musha-daishô
Messages : 801
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Lun 18 Sep 2017 - 1:27


- Il est vrai que les shinobi ne sont pas très aimés à Tetsu mais il faut nous comprendre. Ils sont la cause de la mort des nombreux d’entre nous dont des Seigneurs très aimés par leurs hommes. Des grandes pertes que certains d’entre nous voient comme des affronts qu’aujourd’hui encore ils ne sont pas prêts à pardonner.

Keiji était un de ceux qui avaient perdu leur Seigneur bien aimé mais bien qu’il tînt à limiter ses contacts avec les shinobi, il ne les détestait pas pour autant. Pour lui, comme pour nombreux de ses compatriotes, ce qui s’était passé était le résultat de l’exécution d’une obligation en tant que guerriers au service d’un autre. Leurs Seigneurs avaient péris au nom de l’Empereur qu’ils servaient. Ils étaient donc morts en accomplissant leur devoir donc avec honneur. Seulement, nombreux sont des samouraïs qui n’arrivaient pas à comprendre ce fait, tant leurs sentiments envers leurs défunts Seigneurs leur voilaient la raison. Tout bon samouraï devrait pourtant savoir faire abstraction de leurs sentiments personnels et passer leur devoir avant tout mais il faut croire qu’ils n’étaient que des simples hommes au cœur humain. La vengeance n’était pas une chose à laquelle un samouraï digne de ce nom s’abaisserait à accomplir mais Keiji connaissait des camarades qui seraient prêts à se plier à cette faiblesse au nom de leurs Seigneurs et ou camarades décédés durant la Grande Guerre. Des morts qu’ils jugeaient impardonnables car ils n’étaient aucunement légitimes mais étaient orchestrées par des êtres sans honneur qu’étaient les shinobis. Avis que ne partageait pas Keiji mais il ne donnait pas non plus raison aux manieurs de chakra qu’il tenait tout de même comme étant les coupables de la mort prématurée de son Seigneur qu’il avait idolâtré. Mais contrairement à certains, il n'était pas animé par le désir d'une vengeance.

- Un barbare ? Je ne vois pour l’instant qu’un homme bien plus civilisé que certains que j’ai croisé. Et … restez donc vous-même l’ami ! Ne cherchez donc pas à vous comporter comme si j’étais une personne … de grande importance.

Keiji avait comme l’impression que Goren le prenait pour un noble ; du moins pour quelqu’un appartenant à la bourgeoisie. Hors, il n’était qu’un simple serviteur d’un petit Seigneur mais ne tenant pas à débattre sur ce sujet, le Yukimura se contenta de rassurer sa nouvelle connaissance, sans donner des détails sur qui il était réellement, afin de la mettre à l’aise.

- Votre proposition est raisonnable alors je veux bien m’y plier. En espérant que je serais à la hauteur de votre attente !

Tout en donnant son accord, le samouraï avait dégainé ses lances aux lames en forme de trident tout en se mettant en garde, invitant ainsi Goren à ouvrir le bal.


- Yukimura-sama ? Fit Mairu qui s’était rapprochée voyant que Keiji avait sorti ses armes.

La Kinzoku était avare des mots mais le ton que la jeune femme avait employée suffisait au samouraï pour comprendre ce qu’elle désirait. Elle voulait savoir si elle pouvait prendre sa place. En tant que guerrière qui s’était mise au service du Yukimura, elle se proposait toujours pour accomplir une tâche qui pourrait s’avérer dangereuse à la place de son « maître » samouraï.

- Contente-toi de m’encourager Mai-chan, fit tout simplement Keiji d’une voix complice, tout en sachant pourtant que la Kinzoku ne ferait rien de tel car elle était de nature impassible à tout …


Dernière édition par Yukimura Keiji le Mar 3 Avr 2018 - 10:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1498
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Ven 22 Sep 2017 - 4:25

Voilà maintenant que j'ai un partenaire d'entrainement. Plutôt content d'avoir de quoi changer mes habitudes et aussi de trouver un combat d'entrainement différent de ceux d'ordinaire cet homme aux armes des plus inhabituels se positionne pour l'affrontement. Ses armes prisent pour le combat à mi-distance du bâton maintenant ses lames il garde une défense serrée ne permettant pas d'avoir une offensive au Cac en toute sécurité et gardant le long de ça porter une force dans ses armes. Habituellement ses armes sont plutôt faite pour faire garder une distance à l'adversaire en le laissant à mi-distance et offre une offensive tout en restant couvert de contrattaque si l'on ne passe pas ces offensives. Du moins c'est ce que l'on peut lire de l'utilisation de ses armes à leur forme. Se qui m'étonne le plus est qu'il en possèdent deux pour combattre. Regardant ces bijoux et évaluant de mon expérience brute du combat, j'aurais soit utilisé une seul de ses armes améliorant ainsi la précision de mes coups ou pour un érudit de cette arme je l'aurais accompagné d'un bouclier ou d'un poignard discret afin d'améliorer mes chances en combat rapproché affin de palier aux faiblesses que montre cette arme, cependant utiliser ses deux armes rends dans ce combat un passage très flou dans ca manière de les utiliser qui je pense doit être très déstabilisant. Son regard montre qu'il prend cette entrainement au sérieux. Ce regard reste un moment, le figeant j'analyse tout ses détails regardant et cherchant la moindre faiblesse dans ca garde ou son corps. Rien:

- Je vais te prendre plus au serieux que je ne le pense. Tu m'as l'aire de valoir plus que se que je ne l'imaginais.

Un sourir et une position qui semble décontracté je laisse mon bras gauche pendre sur le côté quand d'un claquement de doigt un marteau vient tomber au sol la poigné sur le dessus. Ce dernier a des sceaux gravés sur chacune des faces y compris celle ou la poigné est attaché. Un métal brut et une arme d'apparence primaire mise sur un métal sombre. L'arme a une bien plus large qu'un marteau normal, cependant avec mon gabarie elle rendait cette arme parfaite pour moi. D'un geste mettant mon arme pendant sur mon épaule la tête derrière moi avec le manche sur l'épaule et l'autre côté tenus pas ma main. Cette posture semble montrer un laisser aller dans ce combat ce qui est totalement faut. Je sais parfaitement se que je faisais et mes possibilités avec cette position. A la suite je me mets à dire:

- Nous pouvons aussi très bien parler en combattant, surtout que j'ai une question. Je me suis toujours demandé comment on peut se mettre de son plain grés, au ordre d'un autre. Même si je suis un peut aussi dans un cas de figure semblable j'ai du mal à comprendre cette idée qu'on veille être dominé. Je trouve ça tellement grotesque.

Juste après je fis ma première action. Je réactive le sceau d'apesanteur que j'utilisais pour mon entrainement rendant cette surface un terrain dont l'attraction est multipliée. Ma vitesse n'a pas augmenté je prenait l'idée de l'inhabitude de ce changement de force gravitationnel pour fondre sur mon adversaire droit devant. Arrivé presque à ça porté je pris pour force le geste ample est l'effet de balançoire pour donner un coup du haut vers le bas à mon adversaire permettant en même temps de prendre l'avantage de force avec la gravité. L'offensive commence juste, l'attaque est brute est simple. Cependant pour parer cette attaque en notre différence d'armement, il devrait utiliser soit ses deux armes pour stopper la force de l'outil ou esquiver affin de contre attaquer avec ses armes à moins bien sur qu'il n'ai un atout dans ca manche. Me préparant à un contre. Mon regard reste figé dans ses yeux. Tout homme montre ses prochaines actions dans son regard et montre du coup se qu'il va faire. Reste maintenant à savoir se que va me dire ses yeux.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A - Musha-daishô
Messages : 801
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Sam 30 Sep 2017 - 2:06

Goren ouvrit le bal comme attendait de lui Keiji. Il n'était pas dans les habitudes de notre samouraï d'ouvrir l'hostilité même dans un combat supposé être amical comme celui-ci. Etant un passionné qui s'enflammait plutôt rapidement, il arrivait cependant au Yukimura de se jeter le premier, corps et âme, dans une bataille mais il lui fallait plus d'un simple affrontement dans le cadre d'un "entrainement" pour raviver sa flamme de combattant. Ce n'était pas pour autant que Keiji allait prendre ce combat à la légère. Comme promu à son adversaire, il ferait tout pour ne pas le décevoir, en donnant le meilleur de lui-même tout en respectant le règle qui avait été fixée: pas d'attaque mortelle. De plus, son adversaire, dont il ne connaissait rien, semblait vraiment dangereux alors il ne serait pas sage de sa part de ne pas le prendre au sérieux même dans un combat supposé juste être un "jugement de force" sans atteinte à la vie.

Loin de perdre son calme malgré la charge fulgurante de Goren qui brandissait à présent un marteau de taille plutôt imposante - à l'image de son manieur - invoqué via une technique de sceau, Keiji se contenta de repositionner rapidement sa main sur l'arme tenue dans sa main droite. Habituellement, le samouraï tenait ses lances au milieu pour une facilité de maniement à une main mais au vu de la portée du marteau de Goren, le Yukimura plaça sa main à l'exterminé de sa lance droite de sorte à pouvoir bénéficier de toute sa longueur. Puis, il accueillit son assaillant en brandissant la lance sans même reculer d'un pas mais usant juste de la force de son bras, habitué à manier ladite arme, et des appuis de ses jambes, bien ancrées au sol, pour espérer parvenir à percer sa cible. Keiji ne comptait pas bloquer le marteau qui menaçait de l'écraser mais plutôt d'atteindre celui qui le maniait au niveau d'un flanc gauche sans laisser celui-ci l'atteindre. L'arme de Goren gagnait certes en force brute par rapport à celle de Keiji mais pas en longueur. En replaçant sa main, le samouraï avait une plus longue portée que son adversaire. Si ce dernier ne modifiait pas donc sa trajectoire, il pourrait alors se faire embrocher mais Keiji ne le pensait pas assez bête pour se laisser avoir aussi facilement.


- Servir n'est pas toujours une mauvaise chose l'ami, fit Keiji tout en lançant son offensive. Si tu penses qu'obéir à un autre est une mauvaise chose, c'est que tu n'as tout simplement pas trouver la bonne personne à suivre ! Une personne dont tu partages les idéaux et ou que tu admires d'une façon ou d'une autre.

Keiji ne ressentait aucun regret à obéir à son seigneur même si celui qu'il admirait le plus n'était plus de ce monde et que celui qu'il servait aujourd'hui n'était qu'un remplaçant de son jeune maître qui était encore trop jeune pour prendre la tête du clan qu'il servait.

Sachant que son adversaire n'était pas un novice mais un véritable combattant et shinobi qui plus était donc capable d'user des techniques bien fourbes, tout en parlant, le Yukimura se préparait déjà à parer ou à attaquer avec son autre arme. Dans le même temps, le samouraï laissa échapper de son propre corps une quantité considérable d'aura non palpable et invisible par ceux qui n'avaient pas la même capacité. L’énergie dégagée par Keiji se rependit presque instantanément dans un assez grand périmètre dont lui et Goren étaient le centre. Une technique propre aux samouraïs senseurs et qui leur permettait d'anticiper le moindre mouvement dans la zone "inondée" par leur propre aura ...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1498
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Mar 10 Oct 2017 - 5:39

Le combat commence. Ce dernier est beau et bien plus rapide qu'un homme ordinaire et il ne semble même pas flancher devant la gravité mise sur la zone. Mon arme avançant vers lui, il ne semble pas broncher le moins du monde. Lançant son arme à l'assaut pour contrer le coup avant même qu'il d'arrive. Son coup vient rapidement cependant je savais qu'il allait agir d'une manière ou d'une autre. Rompant un sceau posé sur ma main gauche l'arme venant attaque mon flan gauche se mets à changer de direction pour partir vert ce fameux sceau posé sur ma main. Ceci rend se changement de direction minime et presque invisible pour les spectateurs de ce combat qui peut simplement croire que cette manœuvre est juste une erreur de calcule du samourai. Même si cela est pour nous deux facile à deviner qu'il y a un truc la dedans. L'arme arrive, vert ma main connaissant le point d'impact il est plus facile maintenant d'agripper l'arme. Cette dernière venant quand même frôler ma main avec ca lame me laissant une petite coupure me permettant tout de même d'attraper l'arme le plus loin possible sur le bâton, laissant par la même occasion du coup mon attaque continuer ca direction. L'arme venant de très près s'approcher du Samourai je lâche ce dernier, tout en reculant d'un bon en arrière sans lâcher son arme. Là plusieurs options s'imposent. S'il lache son arme et me laisse m'éloigner de lui. J'aurais l'arme, sinon quitte à ne pas l'avoir et donc s'il tire dessus ou m'accompagne je briserais cette dernière en augmentant ma force physique et il perdra cette atout qui d'après mes connaissances rend ces samourai si menaçant :

-Personne n'a réellement les mêmes idéo que toi et servir un homme est simplement l'idée même d'abandonner tout signe d'idéo qui te son propre. C'est simple. Servir une personne peut te permettre de lui proposer tes idées daccore, cependant s'il en décide autrement tu ne pourras aller contre. C'est un peut comme dire tout t'as vie "Qu'il en soit ainsi." Mais pour les mots d'une autre personne. Cette manière régressif de faire est juste un prétexte pour mettre dans une culture une manière simple de faire servir un peuple pour un autre. Cependant ne te méprend pas. Les samourai fléchisse devant cette faiblesse juste de manière plus flagrate que les autre, car au final les Ninja sont aussi dirigé d'une même manière. Sauf que heu il la mettent sur un nom différent et sous un idéaux qu'il appelle la justice.

Comme quoi l'esclavagisme peut se trouver un nom plutôt bien stylé pour poser sur une aberration un voile des plus agréable à regarder. Qu'importe comme l'on prend cette petite manière de faire. Que se soit une croyance ou une doctrine dans l'enseignement montrant une voie sainte ou je ne sais quelle idée grossière, cette dernière n'est simplement qu'une chaine mise aux hommes pour sceller leur mouvement.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A - Musha-daishô
Messages : 801
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Dim 7 Jan 2018 - 23:33

Non sans surprise de la part de keiji, qui avait déjà affronté d’autres personnages bien doués au combat au corps à corps, le molosse qui lui servait actuellement d’adversaire attrapa sans trop de mal l’arme qui tentait de le perforer, la saisissant au niveau du manche. Rapidement, la main du samouraï, celle tenant la lance dont l’extrémité était à présent saisie fermement par son opposant, libéra de l’aura imperceptible et invisible aux yeux de ceux qui n’avaient pas la capacité de détecter ce genre d’émanation spirituelle. Cette dernière se rependit rapidement pour couvrir entièrement la lance emprisonnée dont la résistance vint d’être renforcée.

Keiji avait l’habitude que son opposant tentait le genre de manœuvre que venait d’effectuer le dénommé Goren, dont le but était de lui priver de ses armes fétiches, alors le samouraï avait élaboré des techniques pour contrer cette tentative. Le désarmer n’était donc pas si aisé. De plus, en saisissant une de ses lances, l’adversaire commettait une erreur qui pourrait leur être fatale. En effet, celui-ci se mettait volontaire à la bonne portée du Yukimura qui ne tarda pas d’ailleurs à passer de nouveau à l’offensive avec son autre arme, visant Goren au niveau du bas ventre cette fois alors que le marteau de ce dernier se fracassa sur le samouraï avant de voler en éclats. Keiji n’avait même pas tenté d’esquiver l’arme que son adversaire avait lâchée prise sans perdre de sa puissance d’attaque mais il s’était contenté de l’encaisser en renforçant instantanément sa résistance physique grâce à sa maîtrise de l’aura. Le Yukimura n’avait pas non plus chercher à récupérer son arme saisie, en tirant dessus par exemple, mais il s’était contenté de continuer à la tenir fermement tout simplement.

- En vous entende mon ami, on dirait bien que je n’ai pas d’autre choix que de servir mon Seigneur ! Mais détrompez-vous ! Le code d’honneur des samouraïs inclus certes la fidélité à son seigneur mais je ne suis pas de ceux qui servent aveuglement. Je sers mon Seigneur parce que je le veux et non pas parce qu’il me l’exige ou parce qu’il le faut. Je le sers parce que nous embrassons les même idéaux … Nous marchons actuellement sur le même chemin mais je pourrais très bien emprunter un autre si celui-ci ne me convenait plus.

Rompre le serment de fidélité était bien sûr bafouer son honneur en tant que samouraï. Nombreux d’ailleurs ceux qui mettaient fin à leur propre vie après avoir trahi leur Seigneur mais Keiji considérait qu’il n’y avait aucun intérêt à se forcer à servir un être. C’était en effet - comme tentait de lui faire comprendre Goren - se placer comme un « esclave » et non pas en tant qu’un valeureux guerrier qui mettrait ses aptitudes au service d’un autre. Selon le Yukimura, la servitude devrait être alimentée par la volonté et non pas par l’obligation …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1498
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Ven 12 Jan 2018 - 4:17

Le coup fut sans effet. Sans la moindre parcelle de dégât fait sur son corps. Les Samourais peuvent donc faire une telle chose ? Ces derniers sont plein de surprises. Son corps est devenu dure, suffisamment pour rendre mon assaut sans effets. L'emprise faite sur l'une de ses armes j'en suis tout de même mis dans les joue de l'autre étant libre et cela je le sais parfaitement. En réalité j'attendais même l'attaque. Bon on disais que je vais devoir prendre des mesures. Cela faisait bien longtemps que je n'ai pas mis en évidence des techniques d'arts martiaux crée de mes propres mains. Je l'ai nommé l'ars "Kyu" Un, sourire, je lâche toute position et force de mon cors utilisant juste une vitesse liée au connaissant que j'ai sur la graviter et sans vraiment mentir aussi de chakra pour éviter le coups de lance. L'esquive semble porter un grosse maladresse et semble porter à une chute. Cependant le moindre geste est calculé. Une chute en avant dont la main tenant l'arme bascule elle aussi vers le bas laissant s'enfoncer la lame dans le sol. Laissant croire qu'elle me servirait d'appuis pour éviter de tomber. Ce ne fut pas le cas, enfoncée ma main se laisse glisser le long du manche laissant la chute continuer son rythme et lui laissant un sceau activer l'arme qui se met à prendre un poids conséquent. Cependant enfoncé cette dernière est soutenue par la terre et ne montre très peu de changement, surement suffisamment pour que le samouraï s'en rendent compte, enfin qui sait pris dans l'action il ne le remarquera peut être pas ou pensera que l'effet et moins grande.

Quoi qu'il en soit c'est une esquive car en effet cela en est une vue qu'elle pare par la vitesse l'arme sert aussi à prendre une autre position pour l'assaut suivante. Le sol s'approche de plus en plus de mon visage jusqu'à que cette dernière soit à quelque centimètre ma soif de sang aussi mon envie de le tuer s'accentue au rythme de la descente. L'envie y est je ne peux nier mes propres pulsions, je suis née ainsi j'ai vécue ainsi et c'est ce qui fait en partit ce que je suis. Cependant que cela ne vous prenne pas à de fausse idée. Mes intentions restent à l'entrainement et je n'ai nulle intention de le tuer malgré l'envie et cette soif que je contrôle parfaitement, cela prouve simplement l'intérêt que je lui porte. Mes orteils sont partiellement enfoncé dans le sol avec une force concentré dans mes pieds je profite du changement de gravité prise par cette nouvel position pour obtenir une accélération puissante. "Seconde forme de la foudre de l'école Kyu. La chute du démon de foudre." L'esquive fait partit aussi du panel de mon art, mais dans une branche différente. La forme de l'eau. La première version. Pour dire vrais c'est l'une des rarea fois que j'utilise les techniques de mon art Taijutsu dans un exercice d'entrainement hors du terrain de l'orphelina. Pris dans l'assaut je passe donc en esquivant les lance mon attaque prête il me suffit maintenant de donner un coup. Ce fut un coup de tête dont j'opte en gardant en tête qu'au vue de ses facultés il a une force qui ressemble à notre chakra et donc peut probablement user de cette force pour rendre le bâton de ca lance coupante et l'utiliser à plus courte distance.



Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A - Musha-daishô
Messages : 801
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Lun 15 Jan 2018 - 23:01

Le Yukimura fut quelque peu surprise face à la rapidité que son opposant déploya pour esquiver son attaque qui était pourtant plutôt rapide et discrète - vu l’angle visé et la position de chacun d'eux. Keiji pensait pouvoir surprendre son adversaire mais, sous son air de colosse, Goren semblait cachée une agilité plutôt déconcertante venant d’une personne de sa corpulence. Le Yukimura savait pourtant que l’apparence était souvent trompeuse mais il ne s’attendait pas d’une telle aptitude de la part de celui qu’il prenait jusqu’à présent d’une grosse brute qui devait miser sur sa force surhumaine pour gagner.

La surprise fut bien brève, voir imperceptible, chez keiji qui esquissa aussitôt un sourire non dissimulé face à la découverte qui l’amusait un tantinet. Un sourire qui fut aussi bref que l’étonnement qui l’avait animé précédemment car une de ses lances lui pesa soudain dans la main. L’arme l’entrainait sous son poids et aurait pu très bien l’amener à poser un genou voire les deux à terre tel un soumis mais au lieu de cela Keiji s’affala volontairement et rapidement sur le dos dans un geste bien maîtrisé afin d’amortir sa chute. Position que le samouraï avait adoptée non pas en guise d’abandon mais pour esquiver son opposant qui avait contre-attaqué sans perdre de temps. Ce dernier avait tenté de lui rentrer dedans tel un boulet de canon. Si le Yukimura n’avait pas eu ses sens éveillés et n’était pas doté des réflexes aiguisés, il aurait certainement manger cette attaque fulgurante de Goren. La vitesse de l’assaut du colosse était telle que l’instinct de Keiji lui avait dicté d’esquiver plutôt que de tenter de bloquer son assaillant même si la seconde option aurait pu lui offrir la possibilité de contre-attaquer direct et à courte distance. Ce qui laisserait moins de chance à l’adversaire d’esquiver.

Aussitôt que son adversaire lui passa par-dessus, sans même le frôler, dans un balancement du bas du corps démontrant une agilité et une maîtrise parfaite de son corps, le samouraï se retrouva rapidement débout, délaissant sa lance alourdie sur le sol mais gardant l’autre dans une main. Sans perdre une seconde, Keiji amena une jambe en arrière tout en pivotant le corps dans la même direction alors que sa main armée se leva pour prendre de l’élan avant de lâcher la lance en direction du canon humain qui venait tout juste d’atterrir sur le sol après l’avoir raté. Le samouraï avait concentré de l’aura dans le bras qui avait jeté le projectile afin de booster la vitesse de ce dernier…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1498
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Jeu 18 Jan 2018 - 15:17

Cette suite de coup de riposte d'esquive et d'autre petite manière rend ce combat fascinent. J'ai bien fait d'arrêter mon entrainement pour cela. Mon dernier assaut fut de nouveau évité, une suite de technique combinant la vitesse et la difficulté d'anticipation. Pour beaucoup serait suffisant pour les mettre à terre. Lui il semble plutôt optimiste et esquive le coup tout en calculant le coup suivant. Son esquive ressemble beaucoup à celle que j'ai créé. Une chute mais lui se fut sur le dos et cela surement pour éviter de me perdre de vue. Une manière dont j'ai totalement laissé à l'abandon avec la combinaison que j'ai usé. Car oui l'attaque faite il est maintenant derrière moi. Cependant je sais que la prochaine action arriverait d'un moment à l'autre et de mes mains libres, je constitue une pellicule de terre sur mon corps. Une action loin d'être inutile quand j'entends le bruit de deux matières solides s'entrechoquer sur moi. A vue de nez c'est son arme touchant ma protection. Comme quoi prendre quelque précaution n'est pas une mauvaise chose est du coup se fut même d'une grande utilité. Du moins c'est se que je peux croire car en me levant je sens un liquide sur mon talon de pied. Regardant le sol je vie que je ne fus pas suffisamment rapide pour éviter tous les dégâts. Une entaille, plutôt profonde sous mon talon. Dans un combat cela n'est pas une blessure fatale ou extrêmement gênante, cependant je vais devoir rapidement géurir la plait avant de perdre trop de sang. Bon je ne suis pas non plus à la minute prêt et cette vitesse d'action qu'il a produis sur cette contrattaque ne me donne guère envie d'arrêter.

Maintenant reste à savoir qui est le plus gêner dans cette position. Mon adversaire a perdu une arme à cause du poids que j'ai modifié et il m'a lancé l'autre. De se que je sais un samouraï jure de ses armes au combat et du coup sans arme je me demande se que vaut ses guerriers. Le regarde fixé sur l'homme ne semblant pas être essouffler pour le moins du monde, moi je sens l'épuisement prendre mon corps à cause de l'entrainement et du combat qui s'est accumuler. Putain, je ne vais pas pouvoir jouer bien longtemps. Puis cette envie d'y aller plus fort me monte au corps:

- Plutôt pas mal. Je ne pense pas recevoir une attaque aussi rapide juste après mon attaque. Je fus..... Pris par surprise. Cependant sans arme es que j'en perd vraiment l'avantage ? Je frémie de voir se que cela donnerait.

En combat réelle j'en aurais surement profité, là cependant c'est un entrainement et mon temps est compté. Me retournant son arme n'est pas bien loin. La prenant en main je lui lance juste devant ses pieds et d'désactive le sceau sur l'autre. Le laisser désarmer rendrais cela plus un combat réelle qu'un entrainement, Arrachant un morceau de tissu j'entoure le pied blesser pour ralentir ma perte de sang :

- Au final Samourai et ninja sont la même chose, c'est juste des noms est des manière de tourner les choses qui change car au final chacun d'entre nous sommes un groupe au service d'un pour suivre nos idées. C'est juste cette différence de culture qui fait office de frontière et ces secrets bien étendue. Dans un sens les Samouraï ressemblent énormément à mon clan. Notre clan aussi n'est pas vraiment du genre à se mélanger et se méfie du reste du monde. Cependant sans te vexer cela les méneras tous les deux à leur perte si cela continue ainsi.

Je fais preuve d'une certaine politesse comme l'accoutumé le demande cependant je suis loin de la manière dont je parlerais à l'accoutumé, mais cela reflèterais une manière de penser bien différente de celle que je souhaiterais et donc c'est pour cela que j'ai opté pour cette manière de dire plutôt que celle que je prendrais dans la normalité.

Bougeant un peut mon pied pour en évaluer le changement de mobilité; je suis enfin prêt:

- Je vais enfreindre une des règles que l'on a mise en place avant notre petit entrainement. Je vais tester sur toi la dernière technique que je viens de mettre au point. En gros je vais déplacer la limite qu'on s'est imposer je vais aussi tenter de te tuer sans la moindre hésitation. Je sais que cela dépasse la limite de l'entrainement mais je suis certain que tu comprends.

Tenter de le tuer. Il prendra peut-être cela mal. Cependant cela m'importe peut, si je faisais cela c'est que je ne souhaite par rester et lui montrer des techniques de niveau intermédiaire j'espére qu'il en fasse de même sur ce dernier affrontement. Je suis certain qu'il pourra l'éviter ou au moins y survivre :

- Au moins tu auras un aperçue d'une forte puissance ninja. Après tout en tant que samouraï je suis certain que cela t'intéresse, j'espère que t'en fera de même. Cependant ce sera notre dernière joute. Je suis exténué.

Ma position changea de toute celle que je pris avant. L'homme à une position naturel lui permettant d'économiser toute énergie pour garder le corps humain debout. Ce dernier est ainsi fait et donc je souhaité exploiter cette position pour exploiter le plus possible de forcer dans une attaque. La position est celle d'un homme ayant toute garde baissé. A première vue pour des personnes sans expérience et connaissance de combat on peut croire que j'ai abandonné l'affrontement alors que non, j'optimise ma position pour avoir la position parfaite pour réduire cette énergie et utiliser au mieux la manière dont est faite mon corps. Mon envie de sang arrive mes yeux fixé sur mon adversaires ses lances dont la forme inhabituelles au combat rend la tâche dure. Utilisant le moins de mouvement possible en éliminant tout mouvement superflu le premier mouvement eux pour raison de créer une illusion cinétique laissé a cause du mouvement qui du coup semble montrer deux moi-même l'un devant l'autre. Une fausse illusion faite par un mouvement rapide coupé et relancé à une vitesse difficilement analysable par le cerveau. La seconde qui suite la distance entre nous est déjà avalé. Son arme à la main mon apparition fit penser que je vais drois devant et en même temps en plein dans une de ses armes. Ma course coupé je disparais d'un coup. Pour réapparaitre sur le côté. Puis de l'autre côté ensuite. Affin de donne le véritable coup. Cette technique basé sur le champ de vision de l'adversaire, elle utilise en premier temps la vitesse pour déstabiliser l'adversaire pour ensuite de prêt utiliser les mimique du corps humain pour laisser paraitre un mouvement habituel affin d'en créer un autre tout en sortant à des moment précis du champs de vision de l'adversaire qui suivrais le mouvement que son cerveau semble avoir décrypté laissant paraitre que je sois partout à la fois. J'ai beaucoup travaillé sur cette technique qui demande aucune erreur pour marcher. Cependant un coup placé est je peux donner un coup fatal.



hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A - Musha-daishô
Messages : 801
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Lun 22 Jan 2018 - 23:35

«… je vais aussi tenter de tuer sans la moindre hésitation ». A ces mots, Kinzoku Mairu, qui jusqu’à présent était restée à l’écart, se retrouva en un saut entre Keiji et Goren. Une hallebarde menaçante en mains, la jeune femme avait adopté une position défensive, s’apprêtant à intercepter la moindre attaque de la part du colosse qui avait osé menacer l’être qu’elle devait protéger au péril de sa vie. Le visage de la guerrière était encore plus froid qu’habituellement. Dans ses yeux dansait une lueur menaçante qui avertissait silencieusement Goren.


- Ecarte-toi Mairu ! Fit Keiji qui ne désirait pas que la jeune femme s’interpose dans son combat malgré la tournure que prenait celui-ci.

En guise de réponse, la Kinzoku resserra ses mains sur son arme tout en repositionnait ses jambes de sorte à s’ancrer plus solidement sur le sol. Attitude qui répondait à la demande du samouraï et qui signifiait « non, je ne bougerai pas ! ».

Contrairement à Keiji qui obéissait à son Seigneur au doigt et à l’œil, Mairu avait tendance à n’en faire qu’à sa tête. La jeune femme n’était pas de ceux qui exécuteraient aveuglement un ordre donné malgré tout le respect qu’elle avait envers son supérieur. La kinzoku était cependant d’une fidélité sans faille. Tout comme Keiji était prêt à mourir pour son Seigneur, Mairu était prête à sacrifier sa vie pour le jeune Yukimura. Vœu que jamais le jeune samouraï n’avait souhaité mais que la combattante avait formulé elle-même et Keiji avait beau essayer de lui faire comprendre qu’elle ne lui devait pas tant, la jeune guerrière ne voulait rien savoir car têtue elle l’était également.

- Mairu ! … C’est un ordre !

Le Yukimura avait haussé le ton, dans l’espoir que la jeune femme s’exécuterait.

Après une hésitation non dissimulée, Mairu finit par s’écarter non sans lancer un regard d’avertissement à Goren. La jeune femme se mit à l’écart tout en restant dans une distance lui permettrait d’intervenir au cas où les choses tourneraient mal pour Keiji.

- Désolé pour l’attente, fit le Yukimura à Goren tout en prenant les lances que le colosse lui rendait.

Son adversaire pensait sans doute que sans ses lances, Keiji serait incapable de se battre mais, comme la plupart de ses camarades samouraï, même désarmé le Yukimura était capable de défendre sa vie. Fait qu’il fit comprendre sans plus attendre à son opposant en jetant les deux lances qui allèrent se planter dans la terre un peu plus loin.

- Là, nous sommes à armes égales.

En combat réel, jamais le samouraï ne se serait débarrassé de ses armes fétiches mais, malgré les menaces proférées par le colosse, Keiji pensait qu’il n’était pas sérieux. Le samouraï était certain que toutes ces paroles agressives qui pleuvaient de la bouche de Goren n’avaient pour but que de le forcer à donner tout ce qu’il avait car le colosse ne désirait plus se retenir. Ce dernier souhaitait se lâcher et Keiji ferait de même tout en sachant que cela pourrait très bien le laisser dans un sale état mais c’était de cette façon qu’il pourrait tirer quelque chose de cet entrainement. Keiji avait appris que c’était dans la souffrance que l’on devenait plus fort.

A peine s’était-il mis en garde que le jeune Yukimura se fît attaquer d’un côté puis de l’autre et encore et encore comme si plusieurs assaillants étaient en train de s’acharner sur lui. Chaque heurt était d’une intensité qui manquait de faire perdre l’équilibre à Keiji tout en lui arrachant une vive douleur.

Les assauts de Goren étaient tellement rapides et si imprévisibles que le samouraï s’en retrouva désorienté. Incapable de se concentrer pour réfléchir à une défense plus efficace, après quelques coups - qui avaient dû provoquer des graves séquelles internes - le Yukimura se contenta de durcir tout son corps grâce à la maîtrise de l’aura afin de mieux encaisser les chocs des frappes qui continuaient de pleuvoir sur lui. Keiji continuait de reculer après chaque coup mais néanmoins la douleur était bien amoindrie grâce au renforcement physique.

Ses yeux étant incapables de suivre les mouvements de son adversaire, le samouraï lâcha une assez grande quantité d’aura qui se rependit rapidement tout autour de lui. Une technique qui lui permettait de percevoir le moindre mouvement dans le périmètre où s'était étalé par son énergie spirituelle. En effet, la moindre perturbation de cette dernière lui parvenait comme un signal d’avertissement lui indiquant dans quelle direction provenait le danger. Tout en se laissant bercer par les coups qu’il continuait d’encaisser, Keiji se concentra pour étudier les mouvements de son assaillant qui se trouvait dans sa zone de perception et attendit que celui-ci soit assez proche avant de lâcher avec un certain enthousiasme un « je te tiens ! ».

Tout en parlant, le samouraï avait apposé sa main gauche sur le poing fermé de son autre membre supérieur afin de renforcer l’élan de ce dernier alors que de celui-ci il distribuait un violent coup de coude dans la direction d’où lui parvenait la présence de son agresseur. Ne pouvant voir ce dernier, le samouraï s’était contenté de frapper sans chercher à atteindre un endroit particulier chez opposant …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1498
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Ven 26 Jan 2018 - 5:20

Un petit temps d'attente. Cette fille a mes mots prononcés se mets entre nous deux. Comme une animale dressé protégeant son maitre. Une attitude plutôt rare dans ce monde et même si certain pourrait donner leur vie pour autrui cette fille a un caractère des plus étrange. Cependant elle faisais une erreur. Je ne suis pas vraiment du genre à apprécier que l'on se mettent entre moi et ce que je souhaite. Malgré cela le samouraï semble vouloir la même chose que moi lui ordonnant a plusieurs reprise de s'écarter de manière insistant se quelle fit avec beaucoup de réticence. C'est certain que si je le tue elle me sautera à la gorge. Cela peut en être amusant. Du moins si j'étais en meilleur forme.

Le samouraï refuse de reprendre ses propres armes puis nous fut enfin prêt pour le dernier coup. Le dernier assaut que ma limite ne puisse accepter. Le premier assaut fut brutale, mes coups s'enchainent laissant juste des reflets par si et par la dans ma chaine de coup. Les premiers prennent toute leur force et cela même si je mise tout dans le dernier coup. Plus le temps passe et plus la solidité de ca peau se durcie. Jusqu'au moment de la résolution. Cependant cela ne fut pas comme prévue le samouraï réussi à s'adapter et a analyser le rythme de mes coups. Arrêtant un de ses derniers il donne se que je peux deviner un coup hasardeux en ma direction et comme quoi cela peut aussi avoir des résultats se coup m'eux touchant l'omoplate m'éjectant plus loin au sol. Le coup est plutôt fort mais loin d'avoir une force redoutable, cela ressemble plus à un coup donné pour arrêter définitivement l'assaut Cependant je n'ai plus de force. Plus une goutte de chakra pour continuer le combat. Je sue comme un porc et mon souffle montre bien la fatigue que l'entrainement et le combat m'a fait cumuler :

- Je pense que j'en ai assez. J'ai encore du travaille sur cette assaut. T'es sensoriel non?

Je devine plus ou moins comment il a dû s'y prendre. Me relevant difficilement je prends appuis sur le premier arbre que je vois :

- Les personnes de mon école pourraient en apprendre beaucoup de toi.

J'ai pue en connaitre beaucoup sur les samouraï et la curiosité que ce dernier à eux a dû être elle aussi comblé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A - Musha-daishô
Messages : 801
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI] Mar 30 Jan 2018 - 16:40

Keiji n’avait pas mis toutes ses forces dans son dernier coup mais cela avait suffi pour faire valser son adversaire dans le décor. Résultat qui étonna le samouraï qui ne s’attendait guère à un tel résultat vu le gaillard qu’était Goren. Le Yukimura pensait que ce dernier allait encaisser sa frappe sans problème à défaut de ne pas pouvoir l’éviter mais, avant même qu’il l’annonçât - après s’être relevé péniblement - Keiji avait compris que son adversaire était à bout de force. Rien d’étonnant au vu du rude entrainement auquel Goren s’était adonné avant son arrivée.

Le colosse n’était pas au top de sa forme mais Keiji non plus. Bien que se tenant débout sans se dérober, le samouraï commençait à s’essouffler et du sang coulait le long de la commissure gauche de ses lèvres. L’acharnement de Goren avaient semblait-il laissé des séquelles internes assez graves en plus des douleurs que le Yukimura ressentait ici et là sur son corps qui avait subi de plein fouet les premiers coups de son assaillant.

- Effectivement j’ai développé des techniques de sensorialité et une fois de plus il s’avère que cela m’a sauvé la vie !

L’intonation du samouraï dénotait une accusation non déguisée envers le shinobi qui n’avait pas respecté les conditions initiales de leur affrontement même si celui-ci lui avait fait part du changement des règles. Tout en s’exprimant, Keiji avait essuyé le sang qui coulait de sa bouche du revers de sa main gauche alors qu’il fixait Goren d’un regard méfiant.

Keiji accusait Goren d’avoir voulu le tuer comme il l’avait décrété. Objectif que celui-ci aurait pu très bien atteindre s’il avait été au meilleur de sa forme. Le samouraï reconnaissait que le shinobi était bien plus puissant que lui. Le géant avait réussi à lui infliger des dégâts loin d’être superficiels alors que contrairement à son rival, il ne s’était pas dépensé physiquement avant de s’engager dans leur duel.

Le Yukimura reconnaissait cependant qu’il ne pouvait en vouloir qu’à lui-même. Goren lui avait averti qu’il allait le tuer mais malgré l’avertissement il ne s’était pas méfier du géant ; pensant qu’il n’était pas sérieux. Ceci prouvait une fois de plus que le jeune samouraï accordait bien trop facilement sa confiance. Un point faible qu’il devrait remédier car celui-ci pourrait très bien finir par le tuer.

- J’espère que notre affrontement t’a apporté au moins quelque chose l’ami.

Sur ces mots, la jument de Keiji s’approcha de lui sans même qu’il ait appelé. Rapidement, malgré son corps meurtri, le samouraï se retrouva à dos de sa bête qu’il guida ensuite pour se rapprocher de Goren.

- Il est temps que je reprenne ma route … Je te souhaite un très bon rétablissement l’ami.

Soudain, Yachiru se cambra alors que Keiji retenait l’animal qui cherchait à mettre des coups de sabot à Goren. Puis, avant que l’animal « dôbustu » ne réussisse à exécuter son désir malsain, le Yukimura le mena au galop loin du colosse qui jamais il ne reverra peut-être …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI]

Revenir en haut Aller en bas
 

MAIS NON C'EST QUE DU SPORT. [KEIJI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Passé & Lettres :: Flashbacks-