N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Un taré à l'académie ? [Takeo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

Message(#) Sujet: Un taré à l'académie ? [Takeo] Ven 11 Aoû - 23:15

Quelques temps auparavant, à l'académie de Konoha.

C'était un petit mois seulement avant ma réussite à l'examen, et ma nomination en tant que Genin de Konoha. C'était une journée froide, un classique de la fin d'hiver. Le ciel était couvert, le vent soufflait, et les élèves étaient tous bien couverts, par des habits bien chauds et d'une veste à l'épaisseur non négligeable. Ouais, il faisait froid, c'était indéniable. Cependant, ce n'était pas le seul problème que l'on rencontrait, en cette froide période de l'année. Il y avait également un autre ennui, qui pouvait être encore pire : ces derniers temps, quelques élèves et même professeurs avaient été victimes de vols et attaques en tout genre, sans que jamais personne ne s'en rende compte.

Il y a par exemple un élève à qui on aurait volé son sac, qui a finit par être retrouvé vidé, accroché à la chasse des toilettes. Il y a aussi un autre, de ma classe ce coup-ci, qui a été victime d'un sabotage. Lors d'un exercice au lancer de kunai, il s'est avéré qu'il y avait un sceau gravé sur le métal, et qui était programmé pour exploser. Il lui a explosé dans les mains, après qu'il l'ait sorti de ses poches. Il avait été blessé, et était aujourd'hui hospitalisé. Et encore, je ne vous ai pas encore tout raconté, il y a plein de péripéties du genre encore, et ce serait bien trop long à tout détailler. Les professeurs étaient au courant, et se sont mobilisés afin de mettre la main sur l'individu qui était derrière tout ça.

Depuis quelques jours, cela s'était calmé, sans doute à cause de la pression qu'exerçaient les professeurs. Ils avaient même fait appel à des collègues à eux, tant la situation devenait de plus en plus délicat. Le résultat était cependant là : nous, les élèves, n'étions plus du tout tranquilles. Je vous laisse imaginer à quel point je ne suis moi-même pas rassuré, moi qui ait peur de tout et n'importe quoi. À n'importe quelle minute de la journée, cela pouvait être mon tour de subir une des farces de cet individu. Et de plus, chaque élève n'avait plus confiance aux autres, car des rumeurs se faisaient de plus en plus entendre. Ces rumeurs racontaient que ce serait un élève qui serait à l'origine de tout ça. Un élève qui échapperait à la surveillance de nos professeurs... ? Elle est belle notre académie, ah.

En début d'après-midi, un peu avant la reprise, je mangeais tranquillement, pensif. Je m'étais mis dans un coin peu peuplé, mais où j'étais un peu à l'abri du vent, et donc un peu du froid. Du moins, c'est ce que je pensais. Alors que je croquais dans mon en-cas, je sentais quelque chose, un liquide me tomber dessus. Une grande quantité d'eau... gelée, pour être plus exacte. Je pris donc la douche la plus froide et rapide de toute ma vie, avant que je ne me rende compte que cette eau était tombée de l'arbre auquel j'étais adossé. Tremblant de froid, je partais de là en hurlant. Tous les élèves me regardaient bizarrement, certains riaient même de la situation. C'était à peine si je m'en étais rendu compte, tellement que j'avais froid, et que je n'en pouvais plus.

Cette eau... il n'y avait pas de doute, c'était l'oeuvre de ce mystérieux élève qui n'avait pas refait surface depuis quelques jours. Bon dans un sens je m'en tirais bien, je n'ai pas terminé à l'hôpital, ou du moins... pas encore. J'vais attraper la crève à rester trempé par un temps pareil, vous allez voir.

Dans ma course, je cherchais un professeur, et je finis par tomber par un homme que je n'avais jamais eu ici, mais qui n'était absolument pas un élève. Il était accompagné par deux chiens assez imposants, qui n'étaient pas là pour rigoler. Il était peut-être un professeur que je n'ai jamais eu, ou un nouveau, mais... dans tous les cas s'il était ici, il devait avoir entendu parler de cette affaire, je l'espère...

▬ À l'aide, c'est... il a encore frappé ! J'ai... j'ai froid...

Je le regardais dans les yeux, inquiet. Si cet inconnu avait décidé de s'attaquer à moi, je pouvais très bien entendre parler de lui à nouveau prochainement, il pouvait insister qui sait. Je n'étais absolument pas tranquille du coup, j'avais besoin d'aide. Je ne saurais pas trop expliquer comment je me sentais à ce moment-là. À la fois honteux, mais aussi énervé contre cet inconnu. Ah et accessoirement, vous ne devinerez jamais quoi. Bah j'ai froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 829
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un taré à l'académie ? [Takeo] Lun 14 Aoû - 23:15

La tête penchée vers l’avant et le nez plongé dans le dossier sur mon bureau, j’étudiais les informations qui avaient été récoltées sur le malfaiteur qui tourmentait l’Académie de Konoha ainsi que sur les incidents en général. En lisant les premiers méfaits on pouvait comprendre pourquoi on aurait pu croire au début à des blagues d’académiciens, mais en voyant jusqu’où cela était allé cela s’était rapidement retrouvé sur mon bureau. Des objets volés ou saccagés, des bombes puantes dans les casiers, cela avait escaladé jusqu’à ce qu’un jeune garçon soit gravement blessé et amené en toute urgence à l’Hôpital de Konoha. C’était à ce point de l’enquête que cela se retrouva sur mon bureau. Nous ne parlions plus de blagues désagréables, mais bien d’atteinte à la vie d’un citoyen, le sceau sur le kunai en question enlevant toute trace de doute sur les intentions de son créateur. Malheureusement, les informations sur ce dernier étaient anormalement maigres. Pour une personne œuvrant à l’intérieur du village même, cela était alarmant de voir comment il pouvait agir en toute impunité. Ce dernier s’était assuré à tout coup de ne jamais être repéré par qui que ce soit en même temps de planifier ses attaques avec précision. Mais maintenant que je prenais cette affaire en charge, ses méfaits étaient sur le point de s’arrêter.

Encore quelques minutes à feuilleter les notes prises par mes prédécesseurs et j’en vins à la conclusion que j’avais tout ce que j’avais à apprendre de ce dossier. J’avais regardé tous les incidents, les victimes, les lieux où il avait frappé afin de trouver le moindre lien entre n’importe quel élément sans trouver quoi que ce soit. Refermant la chemise dans laquelle les différents rapports avaient été amassé d’un coup sec, je fermai les yeux et les massai légèrement du bout des doigts. Mine de rien cela faisait plusieurs minutes que je fouillais sans relâche à travers les papiers. Lorsque je rouvris les yeux, je fus frappé par la prochaine étape comme si ce moment de répit avait permis à mon cerveau de traiter toute l’information et venir à sa propre conclusion. Me levant soudainement de mon siège, ce qui fit lever la tête de mes deux ninkens, j’enfilai mon foulard, ma tuque et mon manteau sous les regards intrigués d’Aka et Sei avant de finalement attraper un crayon et un calepin que je fourrai dans l’une des poches de mon manteau. Fin prêt à sortir, je sortis de mon bureau, rapidement suivi de mes ninkens. Direction, l’Académie!

Malgré le soleil qui plombait en cette fin d’après-midi, il faisait tout de même froid alors je me dépêchai pour faire le trajet entre le QG et le Centre de Recherche là où se trouvait l’Académie. L’exercice m’ayant réchauffé en cours de route, je ne ressentais pas autant le besoin de rentrer qu’à ma sortie aussi une fois sur les lieux je commençai par faire un tour de reconnaissance à l’extérieur de l’Académie. J’étais en train de longer le côté du bâtiment lorsque je sentis de l’agitation devant moi. Plissant les yeux afin de mieux discerner ce qui se passait devant moi, je vis alors une forme se diriger vers moi. Cette dernière se transforma bien vite en un jeune garçon, sans doute un élève de l’Académie, qui était… trempé de la tête au pied? Arquant légèrement un sourcil, je n’eus pas le temps de terminer mon geste que le garçon commença à s’expliquer à travers ses dents qui claquaient incontrôlablement. Ses paroles me frappèrent comme un poing et aussitôt je commençai à infuser un peu de mon chakra katon dans mes mains – pas trop pour les enflammer, mais juste assez pour le réchauffer – tandis que je le guidais jusqu’à l’intérieur où il pourrait se changer et se réchauffer plus rapidement. L’amenant aussitôt à l’infirmerie de l’Académie, je ne pouvais pas croire que j’avais sous les mains sa plus récente victime. Malgré les circonstances, je venais de tomber sur une opportunité en or.

Plusieurs minutes plus tard, une fois que les infirmières se soient assurées qu’il n’y avait aucune hypothermie ou d’engelure, je pus enfin aller le voir pour lui parler un peu. Pendant le temps qu’elles s’occupaient de lui, j’avais déjà fait le tour et apprit que le jeune garçon s’appelait Aburame Ryosei et qu’il était un élève de dernière année à l’Académie. Lorsqu’on me conduisit jusqu’au jeune homme, je lui souris amicalement alors que son regard se tournait vers moi. Le pauvre semblait encore un peu sous le choc, mais autrement il avait l’air de bien allé; beaucoup mieux que lorsque je l’avais rencontré. Alors qu’il s’installait plus confortablement pour s’asseoir dans son lit, je m’installai à la chaise qui était juste à côté.


- Bonjour Ryosei-kun, comment te sens-tu? Je suis Takeo, celui sur qui tu es tombé dehors, et avec moi sont Akamori et Seimori. Un autre sourire. Je sais que ça ne risque pas d’être facile, mais tu penses pouvoir me raconter ce qui t’es arrivé un peu plus tôt?

Je me doutais bien que ce n’était pas la première chose dont il voudrait me parler, mais il fallait que je lui demande avant qu’il n’ait complètement reléguer ce souvenir dans un coin reculé de son cerveau. Aussi déplaisant cela serait pour lui, je devais lui demander alors que les souvenirs étaient encore frais dans sa mémoire. Je ne savais pas à quel point cela serait fructueux, mais je devais au moins essayer; s’il y avait bien quelqu’un avec qui cela pourrait marcher, cela serait lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un taré à l'académie ? [Takeo] Mar 15 Aoû - 15:40

Trempé de la tête au pied, j'avais accouru vers la toute première personne que j'avais rencontré, à savoir cet homme inconnu accompagné de ses deux chiens. Il pourrait peut-être m'aider, c'était ce que je me disais. Mais, dans tous les cas, le mal était déjà fait, et j'avais froid comme jamais je n'avais eu froid. Cette eau qui m'était tombé dessus, je me demandais si elle ne venait pas des glaciers de Yuki no Kuni tant elle était gelée. Ce n'était peut-être que de l'eau, mais... ce n'était que ça pour l'instant. Rien ne me disait que cet individu n'allait pas s'attaquer de nouveau à moi, maintenant qu'il m'avait pris pour cible. C'était un coup à en devenir parano...

Cet homme approchait ses mains, visiblement chargées en chakra, de moi, et je sentis une douce et précieuse chaleur venir me réchauffer. C'était sans doute l'oeuvre de son chakra, je pouvais ressentir celui-ci s'échapper de ses mains. Cela faisait un bien fou, cet homme était un véritable radiateur sur patte, c'est trop bien ! Là pour le coup, ça m'arrangeait plutôt bien. Il me fit rentrer à l'intérieur de l'académie, afin de m'emmener jusqu'à l'infirmerie où ils allaient pouvoir me prendre en charge.

J'aurais voulu le remercier, mais je n'avais, à ce moment, pas l'esprit assez calme et posé pour le faire convenablement. C'est ainsi que je restais un petit moment à l'infirmerie de l'académie, avec des infirmières qui vérifiaient l'état dans lequel j'étais. Elles me confièrent également des vêtements de rechange, vu l'état dans lequel étaient les miens. Comment dire que ce n'était pas en les portant que je me réchaufferais. C'est après quelques minutes où elles m'assurèrent que tout était bon, qu'il fallait juste que je me réchauffe encore un peu puis elles pourront me laisser sortir. Je n'étais pas rassuré pour autant, cet individu pourrait me retomber dessus dès la sortie de l'infirmerie. Était-il vraiment prudent que je sorte ? Y avait pas moyen que je reste enfermé ici, à l'abri ? Enfin, à l'abri... je suppose, hein.

J'entendis la porte s'ouvrir, quelques minutes plus tard, laissant apparaître une personne que j'avais déjà vu il y a peu. Il s'agissait de cet homme qui m'était venu en aide, à l'extérieur. Rien qu'à le voir, je me sentais déjà un peu plus rassuré. Il me salua et prit de mes nouvelles, tout en se présentant lui et ses deux chiens. Il disait s'appeler Takeo, et eux se nommaient Akamori et Seimori. Faisait-il partie de ce clan qui combattait avec des chiens au combat ? C'était probable, au vu de la carrure de ces derniers. Il me souriait toujours, puis se lança dans une question sur ce qu'il m'était arrivé exactement, il disait vouloir en savoir un peu plus.

▬ Bon... bonjour. Merci de m'être venu en aide, je vous en suis très reconnaissant...

Je n'avais pas eu l'occasion de lui dire un peu plus tôt, et je me devais de le remercier quoiqu'il en soit. Concernant sa question, je ne savais pas trop quoi dire ni faire. J'avais peur. Si je parlais, est-ce que je ne prenais pas le risque à qu'il cherche à se venger ? Mais si je ne disais rien, on risquait de ne jamais pouvoir mettre la main dessus, et il pourrait revenir me persécuter, moi et les autres. Je serrais les poings, posés sur mes genoux, tout en respirant légèrement fort, à cause de cette angoisse.

Je restais un moment silencieux, avant de prendre mon courage entre mes deux mains.

▬ Je n'ai pas trop compris non plus sur le coup... je mangeais tranquillement, adossé à un arbre, quand soudain cette... eau glacée m'est tombée dessus. Elle est tombée de l'arbre, comme si on me l'avait renversée dessus. Il était peut-être là-dedans à ce moment-là...

Maintenant que j'y pense, cela voulait-il dire que cet individu savait pertinemment que je n'irais pas vérifier l'arbre, et que je prendrais peur ? Parce que si j'étais monté pour voir, je serais sans doute tombé sur lui, il n'aurait pas pu s'enfuir sans être repéré, non ?

▬ J'ai peur, il y a quelqu'un qui sème la terreur à l'académie depuis quelques temps, l'un de mes camarades de classe a même fini à l'hôpital, à cause de l'explosion d'un de ses kunais. J'ai l'impression qu'il est toujours là à nous espionner, guettant la moindre occasion de nous nuire... et... aujourd'hui, ça a été mon tour...

Rien qu'en y pensant, je frissonnais. Pas de froid, cette fois-ci.

▬ Vous pensez qu'il... va s'en reprendre à moi ? S'il m'a désigné comme cible aujourd'hui, c'est peut-être qu'il veut me faire payer à mon tour, et... et...

Je n'arrivais pas à trouver les mots pour terminer ma phrase, mais il y en avait sans doute pas besoin. J'étais terrifié à l'idée qu'il revienne à la charge, et que ce ne soit pas qu'une simple farce avec de l'eau gelée, cette fois-ci. En quelques temps, l'académie était devenue un endroit bien dangereux, où tout le monde en venait à se soupçonner mutuellement, et à craindre chaque minute à ce qu'un mauvais coup ne nous arrive.

▬ Vous croyez pouvoir mettre la main dessus... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 829
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un taré à l'académie ? [Takeo] Mer 16 Aoû - 2:43

Heureusement pour nous le jeune garçon semblait bien rétabli du choc qu’il avait subi, ne subsistant que quelques frissons qui étaient tout à faire compréhensibles compte tenu de ce qui lui était arrivé. Il avait eu de la chance de trouver quelqu’un qui voulait bien l’aider aussi rapidement, s’il était restait plus longtemps dans l’état dans lequel il était cela n’aurait pas pris beaucoup de temps que cela aurait pu devenir dangereux pour lui. Après une personne hospitalisé pour graves brûlures, quelqu’un d’autre serait parti avec de l’hypothermie. Peu importe qui était à l’origine de ces coups, celui-ci devait bien se marrer. Avant de répondre à ma question, cependant, le jeune Aburame voulait me remercier de lui être venu en aide malgré le fait qu’il était inconnu, ce à quoi je répondis d’un sourire et d’un haussement d’épaule. Cela faisait partie de mon quotidien de venir en aide aux Konohajins, même que cela faisait changement puisque j’avais été directement impliqué dans l’incident. Cela brisait la routine pour quelqu’un qui passait maintenant beaucoup de son temps derrière un bureau.

Après cela, Ryosei-kun resta silencieux pendant plusieurs instants et pendant quelques secondes je crus qu’il allait rester muet et que c’était tout ce que j’obtiendrais de lui. Une chance pour moi, il finit par se délier la langue et me raconter ce qui lui était arrivé. Il mangeait sous un arbre à l’abri du vent lorsque soudainement il s’était retrouvé submergé par de l’eau glaciale. Le reste je le savais déjà. Un peu déçu que les choses se soient déroulées aussi rapidement, je continuais néanmoins d’écouter le jeune homme alors qu’il ne pouvait s’empêcher de craindre pour sa sécurité à l’Académie. Si le malfaiteur avait vent de son sauvetage, ne voudrait-il pas retenter sa chance? En avait-il après ces personnes en particuliers ou n’avait-il rien à craindre puisqu’il choisissait ses victimes au hasard? Tant de questions qui n’avaient aucune réponse pour l’instant, mais dont j’étais bien détermine à répondre.


- Tu n’as rien à craindre, Ryosei-kun. Tant que je suis ici il ne t’arrivera rien.

Bon d’accord je parlais peut-être un peu en l’air, n’ayant aucune façon de m’assurer pleinement de ce genre de choses, mais quelque chose me disait que c’était ce qu’il avait besoin d’entendre. Quand il me demanda soudainement je pensais pouvoir le retrouver, j’hochai vigoureusement la tête.

- Certainement, c’est exactement ce pourquoi je suis ici. Tu vas voir, il ne terrorisera plus l’Académie pour longtemps! Je levai le poing en l’air et affichai un air sûr de moi, prenant presque une pose héroïque pour le jeune garçon. C’est alors qu’une idée me traversa la tête. Tu sais, Ryosei-kun, j’aurais probablement besoin de quelqu’un pour m’aider dans cette tâche, une personne qui connaisse l’Académie comme le fond de sa poche… Des chances que ça t’intéresse?

Au lieu de le laisser dans la salle d’infirmerie jusqu’à ce qu’il quitte et que ce dernier se retrouve seul à nouveau, j’avais eu l’idée de l’embarquer avec moi dans cette aventure et mettre sa connaissance de l’Académie à profit. J’aurais besoin d’un guide dans cette Académie qui m’était étrangère, je ne pouvais pas laisser l’avantage du terrain à notre ennemi. Qui plus est, l’Aburame avait d’autant plus de raison que moi de vouloir ramener ce malfrat à la justice. J’espérais cependant qu’il n’était pas trop tôt pour pouvoir demander cela de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un taré à l'académie ? [Takeo] Mer 16 Aoû - 18:43

Patiemment, j'attendais une réponse de sa part, espérant qu'il soit en mesure de me rassurer, et qu'il puisse m'assurer que je ne risquais rien, ce qui quand même, serait difficile à croire. Cela faisait des jours que nous vivions à l'académie dans l'angoisse incessante d'être la prochaine victime. Enfin, c'est... surtout moi, en tout cas. Je ne savais pas exactement comment s'en sortaient les autres en réalité. Je sais que certains étaient également paniqués, mais prendre mon cas pour une généralité n'était peut-être pas adéquat pour autant.

Dans tous les cas, c'était rassurant à entendre. Takeo m'assura qu'il ne m'arrivera rien tant qu'il était là. Il allait peut-être être la personne qui allait nous sauver de ce fléau... ? C'était possible, et je l'espérais de tout cœur. C'est déjà assez l'enfer chez moi, pour subir la même à l'académie, merci j'ai déjà donné. Il me confirma ensuite qu'il était ici pour l'attraper, et l'empêcher de nuire. Il semblait sûr de lui, au vu de la pose qu'il pris juste après, le poing dirigé vers le ciel. Où plutôt vers le plafond,c e qui était un peu moins glorieux, mais ce n'était pas grave. En voyant la scène, il me fit rire légèrement. J'espérais pouvoir compter sur lui, il me semblait, après tout, capable de pouvoir nous aider.

Bien assez vite, il surenchérit, en me faisant une proposition. Ou plutôt, il me demandait mon aide, pour l'appuyer dans cette affaire. Je déglutissais dans un premier temps, ne me sentant plus vraiment en sécurité si je venais à mettre mon nez dans cette affaire. Il disait avoir besoin de quelqu'un qui connaissait l'académie, et donc qui pourrait l'aider à mener son enquête. Je regardais le sol un moment, balançant doucement mes jambes le long du lit. Ce n'était pas facile comme décision à prendre, dans la mesure où l'aider pouvait peut-être nous permettre de mettre fin à toute cette mascarade, mais... je serais directement exposé au danger. Qui sait, il y aura peut-être des représailles ? Je ne savais pas trop si j'étais prêt à prendre ce risque.

▬ Je...

Attendez, une minute, mais j'y pense... ce ne serait pas très malin de refuser cette offre, dans un sens. Parce que si je ne l'aidais pas, il allait devoir mener son enquête tout seul dans son coin, et donc... donc il ne sera plus là pour me protéger s'il revient à la charge. Donc dans les deux cas, je prenais des risques... génial. J'en étais ravi, vous ne pouvez pas savoir à quel point... Ironiiiiiiiiie.

▬ Sûr ! Ça m'intéresse ! Je vais vous aider, Takeo-sama. Si je peux vous aider à mettre la main dessus, alors je le ferai.

Et c'est surtout pour ne pas que tu me laisses tout seul, sans protection. Après tout, il avait bien dit qu'il n'allait rien m'arriver tant qu'il était à mes côtés, n'est-ce pas ? Bah voilà, le choix était donc tout fait, huhu. C'était surtout ça qui me motivait à le suivre, à vrai dire.

Il restait maintenant à voir en quoi je pouvais l'aider, et comment il comptait s'y prendre. C'est vrai que je connaissais plutôt bien l'académie, à force d'y passer des journées entières. Je pouvais donc sans doute lui être d'une aide précieuse. Et puis, j'avais peut-être des informations à lui transmettre.

▬ Takeo-sama, j'y pense, mais... il y a aussi quelque chose que je devrais vous dire. C'est peut-être dur à croire, mais... il y a des rumeurs qui disent que ce malfrat est un élève de l'académie. Ou un enseignant, mais j'y crois moins...

Je pris une légère pause, avant de continuer.

▬ C'est peut-être dur à croire qu'un élève puisse échapper à toute surveillance, mais s'il y avait vraiment un inconnu qui se déplacerait librement au sein de l'académie, il aurait été repéré depuis bien longtemps, non ? Cette personne est au courant de tous nos faits et gestes, il est là en permanence. Il était au courant que des mesures ont été prises pour surveiller davantage l'académie, et s'est donc fait discret pendant plusieurs jours avant de réattaquer aujourd'hui. Et puis... il nous connaît.

Une nouvelle inspiration, et je repris mon explication.

▬ Il a su par exemple saboter le kunai de Komura sans éveiller aucun soupçon. Il y a sans doute eu accès avant l'accident, mais vu qu'il est en ce moment-même inconscient, on ne peut pas savoir si quelqu'un lui a emprunté son kunai avant. Et même là, avec ce qu'il m'est arrivé : mon agresseur était très certainement dans l'arbre, mais... il... il me connaissait sans doute assez pour savoir que je n'aurais jamais le courage d'aller vérifier... si seulement j'y serais monté, peut-être que... que je l'aurais vu...

J'étais peut-être passé à côté d'une occasion en or si j'avais eu le courage de monter vérifier en haut de cet arbre... il n'aurait pas pu s'échapper sans se faire voir quand même, non ? Après... cela aurait pu être dangereux.

▬ C'est tout ce que je sais, ou plutôt ce que je suppose... vous savez comment on va s'y prendre pour l'arrêter ? Par quoi on commence ?

J'étais à la fois curieux, et impatient. Je n'attendais qu'une chose : que ce soit terminé pour de bon, et qu'on sache enfin la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 829
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un taré à l'académie ? [Takeo] Jeu 17 Aoû - 21:35

Ayant été lui-même une victime de ce fauteur de trouble, j’étais sous l’impression qu’il aurait plus envie que n’importe qui de vouloir prendre sa revanche sur lui et le faire payer pour ses actes, mais je mis que quelques secondes avant de me rendre compte que le jeune garçon n’était fait du même matériau que moi. Cela devait être mon côté Inuzuka qui me rendait légèrement vindicatif, ce côté animal en moi qui voulait tout régler œil pour œil, dent pour dent. Moi qui voulais à tout prix qu’on retrouve ce malfrat pour tous les torts qu’il avait causé, de toute évidence le jeune Aburame ne partageait pas ce même désir que moi; je pouvais sentir son hésitation avec clarté – ce mélange de peur et de doute qui lui donnait une odeur distinctive. L’air légèrement renfrogné, ce dernier allait dire quelque chose lorsqu’il s’arrêta lui-même et eut l’air de réfléchir à nouveau. Je regrettai aussitôt ma proposition en me disant que je n’aurais pas dû lui demander de se mêler de nouveau à toute cette histoire. Il venait déjà de subir un épisode éprouvant, je pouvais comprendre que se mettre à sa poursuite n’était pas quelque chose pour lui.

Je fus donc étonné quand il affirma finalement être intéressé par l’idée. Je ne savais quelle bulle lui était soudainement passé par la tête, mais il voulait maintenant m’aider à capturer le malfaiteur. Une brève odeur amère me traversa les narines, mettant mes sens en alerte, mais je ne pouvais suivre deux lapins en même temps sans quoi je n’allais en attraper aucun. Mieux valait me concentrer sur ce que j’avais déjà dans mon assiette. Je tapai des mains de façon enthousiaste, heureux de pouvoir compter sur lui. De cette façon, je pourrais beaucoup plus facilement enquêter à travers le campus de l’Académie. Qui sait, peut-être même trouvé de petits racoins inconnus du personnel enseignant? Je n’eus pas à attendre longtemps avant d’avoir des résultats de mon association à Ryosei-kun lorsqu’il me partagea une rumeur qui courait à travers les élèves. Selon cette rumeur, un élève serait l’auteur de tous ces mauvais coups. Je n’étais pas surpris que ces rumeurs aient foisonnées depuis le début des attaques et nous pouvions parfois être étonnés de ce que nous apprenions par de simple rumeur, aussi lui fis-je signe de continuer et je l’écoutai me raconter ce qu’il croyait lui-même de cette théorie.

Le jeune avait de la suite dans les idées, je devais lui donner. Digne d’un finissant de l’Académie, je ne doutais pas qu’il ferait un bon shinobi. Il m’exposa les points qui lui faisaient croire que le coupable se trouvait parmi eux, les élèves. J’hochais légèrement la tête à chaque argument qu’il amenait, heureux de le voir contribuer de la sorte à l’enquête. Pour quelqu’un qui semblait avoir hésité avant d’accepter, il avait de l’aplomb. La facilité à se déplacer dans l’enceinte de l’Académie, la connaissance des horaires et des routines de plusieurs personnes à l’Académie, l’accès à la salle où on rangeait les kunais de pratiques voire le casier de Komura-kun lui-même; cela faisait beaucoup d’arguments en faveur de quelqu’un de l’intérieur. Même le fait d’avoir été perché dans l’arbre au-dessus de Ryosei-kun et d’avoir la certitude qu’il ne prendrait pas la peine de vérifier ses alentours nous montraient que nous n’avions clairement pas affaire à un étranger de la place. Je commençais tranquillement à méditer à tout cela, laissant les informations mijoter dans ma tête jusqu’à ce que j’en ressorte des informations concluantes quand mon jeune acolyte me demanda si je savais comment m’y prendre pour la suite.


- Non, c’est très bien Ryosei-kun. Avant de pouvoir trouver de qui il s’agit, je crois qu’il va falloir qu’on autant pourquoi il agit ainsi et comment il fait pour réussir son coup à chaque fois. En trouvant ces deux éléments, nous pourrons grandement rétrécir notre groupe de suspects et vraiment avoir une chance de mettre la main dessus.

Je disais cela comme si cela allait être facile, mais c’était beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Trouver les deux éléments qui nous mèneront jusqu’au coupable demanderait beaucoup d’efforts. À en juger par la façon dont il avait réussi jusqu’à date à échapper tout ce temps à la sécurité de l’Académie cela me demanderait le meilleur de mes habiletés. Cela dit j’avais au moins déjà étalé tout ce que j’avais à faire devant moi, il ne nous restait qu’à commencer et s’occuper des choses une à la suite de l’autre.

- Pour commencer, pourrais-tu me guider là où l’incident de Komura-kun s’est déroulé?

Si l’on voulait traquer quelqu’un, il nous fallait se rendre là où nous savions qu’il avait été. Après l’incident de l’Aburame, il s’agissait du plus récent méfait perpétré par notre malfaiteur fantôme. Vu l’état du jeune homme, j’avais d’emblée rayé l’idée d’aller investiguer de ce côté-là. Cela nous laissait donc avec l’histoire du kunai. Alors que nous étions en route de l’infirmerie jusqu’à notre destination, je sondai un peu plus mon guide afin de mieux comprendre la situation.

- Où déposez-vous vos kunais lorsque vous ne vous pratiquez pas avec? Avez-vous des casiers où vous rangez vos outils où les trainez-vous sur vos personnes? Et s’il avait perdu ses propres kunais, l’Académie a-t-elle une réserve pour ce genre d’éventualité?

Je n’osais pas trop le bombarder de questions même si j’en avais plusieurs autres en réserve, je ne voulais surtout pas qu’il pense qu’il était là pour que je l’interroge plus qu’autre chose. Déjà que j’en aurais probablement d’autres pour lui une fois rendu sur les lieux, il fallait que je surmène le jeune homme si tôt. Il était là pour m’aider à trouver qui était l’auteur de tous ces mauvais coups, même si en y repensant bien je n’avais jamais réellement spécifié comment il allait m’aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un taré à l'académie ? [Takeo] Ven 18 Aoû - 23:18

Je venais donc de lui dire absolument tout ce que je savais sur cette affaire, ou du moins tout ce qui me venait dans l'immédiat. Maintenant, j'attendais de voir sa réaction, et aussi ce qu'il avait à en redire. Est-ce que mes informations lui avait donné une quelconque piste ? Une idée en particulier ? je ne pouvais que l'espérer.

Il reprit donc la parole, m'expliquant ce qu'il nous fallait comprendre en premier lieu, à savoir la raison qui le pousse à commettre tous ces crimes, ainsi que la manière dont il s'y prend. Il n'avait pas tort : en connaissant ces deux informations, on pourrait en savoir bien plus sur l'identité de cet individu, voire peut-être même l'identifier. Maintenant, il restait à voir comment nous pourrions obtenir ces deux informations. Quelle était la marche à suivre ? Je hochais donc la tête, l'écoutant attentivement. Si j'avais peur auparavant, je me sentais dorénavant motivé, étrangement. Jouer au détective, ça avait quelque chose d'amusant dans le fond. Bien plus que je ne l'avais imaginé. Après, rien ne me disait que cette motivation n'allait pas subitement s'envoler si je me trouvais dans une situation dangereuse... hm, ouais, ce sera sans doute le cas.

Ce n'est qu'ensuite qu'il me demanda si je pouvais le guider à l'endroit où Komura a été victime de cet agresseur, là où le kunai avait explosé. Réfléchissons... il y avait quelques terrains d'entraînement au sein de l'académie, mais, si mes souvenirs étaient bons, nous étions sur le quatrième à ce moment-là. Oui, c'était bien ça. C'était bien là-bas. Je me redressais, sortant ainsi de ce lit qui se trouvait dans l'infirmerie, étant prêt à partir à l'enquête.

▬ Yep, allons-y Takeo-sama ! Ca s'est passé sur le quatrième terrain d'entraînement de l'académie, c'est pas très loin. Il faut juste traverser le bâtiment principal, et passer la cour. Venez, je vous y emmène !

Lui souriant, j'ouvris la marche, afin de le guider à travers l'académie. Elle était, mine de rien, plutôt grande, et je pouvais très bien comprendre qu'une personne n'y étant tout simplement pas habitué pouvait facilement s'y perdre. Les premiers jours avaient été compliqués, également pour moi. Il m'est quelques fois arrivé de me tromper de salle de cours, ce qui était assez gênant sur le moment. M'enfin, n'y repensons plus, puisque maintenant je connaissais l'académie comme ma poche, à force de la fréquenter jour après jour.

Sur le chemin, l'Inuzuka me posa quelques questions. Sans doute avait-il une idée derrière la tête, ou cherchait-il tout simplement à chercher une nouvelle piste.

▬ En effet, on a des casiers où on peut ranger nos affaires. Ils se trouvent dans les vestiaires, qui ne sont pas très loin des terrains d'entraînement. On pourra s'y rendre après si vous voulez ! Généralement, on y range nos armes justement, pour éviter qu'il y ait des problèmes en classe avec, et on ne les sort que lors de nos entraînements.

Je pris une légère pause, puis repris la parole.

▬ Ouais, l'académie peut nous fournir des kunais, shurikens, ou tout matériel qu'on aurait perdu ou oublié. Après, ils sont assez vieux, comparé à ce qu'il se fait de nos jours... enfin, je trouve. Une fois, j'avais oublié mon matériel, et on m'a passé des shuriken légèrement rouillés et usés. Ils étaient toujours aussi efficace, mais bon... enfin, ce n'est pas très important. Par contre... hm... je crois qu'ils sont entreposés dans un local à l'extérieur, si je ne dis pas de bêtises. Par contre, on a pas le droit d'aller fouiller à l'intérieur, seuls les professeurs y ont accès. Après, peut-être qui vous laisseront l'accès si c'est vous... !

C'était même tout à fait probable après tout.

▬ C'est juste à côté, venez.

On marchait donc dans les couloirs, jusqu'à passer la porte en arrière du bâtiment. Il y avait ici quelques sentiers qui menaient vers différents terrains d'entraînement, ayant chacun leurs spécificités. Celui qui nous intéressait était le quatrième terrain, là où l'incident s'était produit. J'ignorais ce qu'il comptait y faire exactement, peut-être y trouver une quelconque piste intéressante ? Ou juste se faire une idée de la scène ? Je ne savais pas trop, on verra bien une fois sur place.



▬ Nous y voilà, Takeo-sama !

Je m'avançais un peu sur le terrain, me mettant face aux poteaux munis de cible.

▬ L'exercice était simple, on devait toucher le centre de trois cibles, avec trois kunais, et en un lancer. C'était au tour de Komura, et il s'est avancé...

Je fis quelques pas, avant de m'arrêter.

▬ ... jusqu'ici, environ. Il a sorti ses trois kunais, et avant qu'il ne le lance, ça... ça a explosé.

Je repensais à la scène, et à la frayeur que j'ai eu lorsque cela est arrivé. Je ravalai ma salive, n'aimant pas me revisualiser ces images. Il le fallait pourtant.

▬ Il gisait ensuite au sol... inconscient et gravement blessé... son kunai était en miettes. J'espère qu'il va s'en remettre...

Je ne le connaissais pas tant que ça à vrai dire. Je n'étais pas du genre à aller vers les autres et me faire des amis, mais il restait tout de même un camarade de classe. Quel type de monstre ne serait pas affecté par cet accident ?

▬ Pour ce qui est des vestiaires avec nos casiers, ils se trouvent un peu avant l'entrée des terrains, et le local se trouve pas très loin non plus, sur le chemin. Je vous laisse un peu examiner tout ça.

Je me faisais ensuite silencieux, l'observant. Il avait peut-être une idée derrière la tête après tout, alors j'allais le laissais faire pour l'instant, maintenant que je lui avais présenté les lieux et la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 829
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un taré à l'académie ? [Takeo] Ven 1 Sep - 23:29

Même si je savais qu’il était rétabli et apte à quitter l’infirmerie, une petite partie de moi tressaillit lorsqu’il sauta nonchalamment de son lit pour m’amener au terrain où tout c’était passé. Si ses souvenirs étaient bons, il s’agissait du quatrième terrain d’entraînement. Je me retins de froncer les sourcils à la mention d’avoir à passer juste à travers le bâtiment principale et la cour – me demandant ce qu’était sa signification de pas très loin – pour le suivre à travers l’Académie. Décidément, j’avais bien fait de demander à Ryosei-kun de me guide, il n’y a aucune façon par laquelle j’aurais pu m’y retrouver dans ces couloirs. Me contentant de le suivre, je me concentrai sur mes questions préliminaires qui m’aideraient à orienter mes recherches une fois sur les lieux. J’avais décidé de commencer avec le comment plutôt que le pourquoi, sachant pertinemment qu’il s’agissait la plupart du temps de l’étape la plus facile des deux. Ne me jugez pas, je le faisais aussi en partie pour le jeune Aburame. Cela n’apportait rien de positif de commencer à trouver ce qui est souvent le plus laborieux à trouver; je l’aurais ennuyé à mort. J’écoutai ses réponses, qui éclairèrent beaucoup ma lanterne puisqu’aussi insignifiantes ces questions pouvaient-elles paraîtres, elles m’en avaient beaucoup dit et avaient redirigées l’angle que j’avais sur tout ça.

Rapidement, nous traversâmes la distance qui nous séparait du terrain numéro quatre et celui-ci s’offrit à moi. J’observai alors les alentours, attentif au moindre détail malgré le temps qui s’était écoulé depuis l’accident : le sol de terre battue et les arbres qui formaient une barrière naturelle entre les différents terrains, les billots de bois peints d’une cible dans laquelle les académiciens se pratiquaient au lancer et marqués de toutes les encoches créées par shurikens et kunais pendant plusieurs années. Ryosei-kun me sortit de la trance dans laquelle j’étais entré pour me faire une reconstitution improvisée des événements. N’en demandant pas mieux et félicitant de nouveau le jeune homme pour sa proactivité. La façon dont l’Aburame faisait toujours mention de
ses trois kunais me laissait croire que nous avions plutôt affaire à quelqu’un étant allé trafiquer les kunais. De plus, l’accès aux casiers semblaient beaucoup plus faciles que celle à l’entrepôt où la réserve se situait même si cela pouvait tout autant servir au vrai coupable d’effacer ses traces. Je secouai légèrement la tête, chassant cette dernière pensée de ma tête. Je ne devais pas plonger dans l’indécision et devais suivre mon instinct.

- Merci, Ryosei-kun. Je vais faire un petit tour et vais venir te voir si j’ai d’autres questions.

Laissant la liberté au jeune homme de me suivre ou non, je retournai sur mes pas et traversai la porte pour aller me poster devant la porte qui ne pouvait qu’être celle mentionnée par l’Aburame. Je poussai sur la porte et ne fus pas surpris de voir qu’elle n’était pas verrouillée; n’importe qui pouvait passer et entrer ici. J’entrai donc dans la place et me mis aussitôt à la recherche du casier de Komura-kun, le trouvant après quelques minutes à vagabonder dans les allées et un peu par hasard si je devais être honnête. Sans perdre une seconde, j’entrepris de fouiller les effets qui étaient restés dans son casier après son départ pour l’hôpital. Par chance, les deux autres kunais qui n’avaient pas explosés se trouvaient sur l’une des tablettes. J’haussai les sourcils de surprise devant cette découverte pour rapidement qu’elle se change en frustration. Pourquoi n’avait-on rien fait avec ces kunais? Pas même une petite analyse pour s’assurer qu’ils n’aient aucun risque d’exploser à leur tour, rien, nada. Je m’en emparai et les passai sous mon nez, ignorant qui pouvait bien me regarder. Tous ceux qui m’avaient vu à l’œuvre trouvaient cela étrange, mais c’était la façon dont mes dons étaient les plus précis. En même temps, je ne savais pas trop à quoi ils s’attendaient; je n’allais certainement pas me passer cela derrière les oreilles!

Je laissai les odeurs m’envahir alors que les premières odeurs de cuir et de métal emplissaient mes narines. C’était bien sûr ce que je m’attendais à sentir, mais je savais que ce n’était pas fini. Bien vite, une odeur tendre et fraîche s’imposa d’elle-même que je reconnus sans difficulté comme celle de Komura-kun lui-même. Il y avait quelque chose de pur et d’innocent dans cette odeur qui ne pouvait appartenir qu’à un enfant. Poussant un peu plus loin, je commençai alors à discerner autre chose; une odeur qui contrastait totalement avec celle de Komura-kun. À l’inverse de celle-ci, ce que je sentais maintenant avait quelque chose de beaucoup plus développé qui cachait quelque chose de très irritant. Sans parvenir à me défaire de cette désagréable sensation, je me frottai le nez tout en me disant que quelque chose ne tournait pas rond avec cette odeur. Elle contrastait beaucoup trop avec celle de Komura-kun pour que je puisse retrouver les deux sur les mêmes objets. Avant que je ne puisse prendre le temps d’étudier cette odeur avec plus d’attention, cette dernière se volatilisa et ce malgré mes efforts. Si je n’avais qu’un petit soupçon au début, j’en étais maintenant persuadé : cette odeur avait rapport avec celui que nous cherchions.

Maudissant cette odeur et son éphémérité, je tentai de me rappeler du mieux que je pouvais l’odeur que j’avais perçue. N’ayant de toute évidence pas touché à ces kunais, il ne restait que des traces résiduelles de l’odeur dû à leur proximité avec le kunai truqué. Aussitôt, l’horrible odeur piquante me revint aux narines et je sus que je ne pourrais pas l’oublier de sitôt. Ensuite, je me rappelai que derrière il se cachait beaucoup plus de nuances que celle de Komura-kun et lorsque je compris ce que cela impliquait, mes traits figèrent par l’ampleur de ce que cela impliquait. Même si les arguments de Ryosei-kun semblaient valides, cette odeur me disait que nous avions affaire à une personne de beaucoup plus âgée, d’où la complexité et les nuances de cette dernière. Sachant cela, une vague de colère m’envahit et je dus me rappeler d’où je me trouvais pour la mettre de côté. Comment un adulte pouvait-il s’en prendre de cette façon à la plus jeune génération? Énergisé par cette nouvelle découverte, j’allai rejoindre le jeune Aburame.


- Ryosei-kun, les choses sont pires que je le pensais. Quelque chose me porte à croire qu’il s’agirait quelque qu’un de la place, mais pas dans les élèves. Non, le responsable serait un adulte travaillant à l’Académie. Je ne sais pas encore pourquoi il agit de la sorte, mais je sais maintenant comment il s’y prend et j’ai une piste qui me permettra de remonter jusqu’à lui. Est-ce qu’il y a un endroit où les membres du personnel se rencontrent?

Même si c’était l’odeur la plus désagréable que j’avais senti depuis un bon moment, je devais m’accrocher à celle-ci si je voulais avoir une chance de remonter jusqu’au coupable. J’étais convaincu que si je faisais un tour du personnel je pourrais trouver la personne qui empestait cette odeur. J’avais eu de la chance que les émotions de cet homme soient si intenses pour qu’elle s’imprègne dans les objets adjacents à celui qu’il avait manipulé. Je ne pouvais m’empêcher de me demander ce qu’il était arrivé pour qu’il soit habité d’un tel sentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un taré à l'académie ? [Takeo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Passé & Lettres :: Flashbacks-