N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Des Diamants d'innocence... Ou connerie du genre [Team Kongo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 1001
Rang : S

Message(#) Sujet: Des Diamants d'innocence... Ou connerie du genre [Team Kongo] Sam 12 Aoû 2017 - 20:37

Je sais pas si le Tsuchikage avait une dent contre moi, mais le fait qu’il me demande de faire quelque chose d’aussi con est un assez bon indicateur. Vous y croyez-vous ? J’ai déjà suffisamment à gérer avec les nouvelles responsabilités qui me sont tombées dessus, et il veut en plus que je fasse garderie ? Foutus stages à la con aussi… Bon, pour vous faire un Topo de la situation, les aspirants du centre de formation doivent faire un stage pour savoir ce qu’est la vie de genin, et devinez qui est le charlot qu’ils ont désigné pour jouer les chaperons ? Répondez pas, je vais être désagréable.

Donc voilà, je me retrouve à attendre en plein milieu d’un des nombreux terrains attribués exclusivement à l’entraînement des militaires. Si jamais ils voulaient savoir ce qu’était la vie de shinobi, ils allaient devoir morfler. Enfin, du moins, c’est ce que j’espérais, mais alors que j’explorai les dossiers, j’en venu à la conclusion suivante : on m’avait fourni une équipe de bras cassés. Le premier morpion n’est même pas capable d’utiliser son chakra de ce que je lis, concentré plutôt sur la distribution de mandales rudimentaire qu’autre chose. L’autre quant à elle est pas du tout fait pour le combat rapproché, se contentant donc de balancer des illusions à tout va. Le blem pour elle était surtout son mental très… chiant, on ne va pas le cacher. « Vous pouvez pas comprendre ma vision » et tutti quanti. Et en plus, elle était aveugle. Putain de galère…

Les minutes passent et je suis en train de perdre le peu de patience qui me restait après avoir accepté cette requête. Après tout, j’avais beau envoyer chier Ryûga avec mon insolence quand j’en avais l’occasion, il restait mon supérieur hiérarchique, et je devais accepter la plupart de ses ordres si je n’avais de raison valable de les révoquer. Heureusement pour les deux morpions, je les vus enfin arriver au loin, ma troisième cigarette sur le point de se faire allumer de par mon énervement. J’étais comme à mon habitude dans mon veston noir et blanc, mes lunettes sur le nez cachant mes yeux, et heureusement car sinon ils verraient que j’étais en rogne (enfin, le gamin verrait, l’autre devra se contenter de ses impressions). Les bras croisés, tirant une latte, je leur adressai enfin la parole.


« - Vous en avez mis du temps pour arriver, gamins. J’espère que vous n’avez pas ce genre d’attitude laxiste à l’académie ou alors vous finirez jamais Genin. »

Mon tact naturel me surprendra toujours, j’ai réussi à me retenir de leur dire qu’ils étaient lamentables. Et par dire je sous-entend partir pendant des heures et des heures à leur gueuler dessus jusqu’à qu’ils deviennent sourds, de quoi améliorer leurs cas. Nouvelle latte et tapotant les cendres pour tomber au sol, je repris la parole.

« - Mon nom est Bakushô Kazuya, et je serais votre « tuteur » durant cette journée d’initiation. Avant de commencer, vous vous doutez bien que j’ai besoin de vous connaître. Dîtes moi tout ce que vous penserez utile, et dites-vous bien que s’il me manque des choses, je les remarquerai… Exécution. »

Les bras croisés, adossé à mon coin, j’attendais ainsi ce que Tomtom et Nana voulaient me dire.



I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Des Diamants d'innocence... Ou connerie du genre [Team Kongo] Lun 14 Aoû 2017 - 14:39


J'étais avec ma mère dans une boutique au centre de la citadelle, plus précisément dans les niveaux commerçants. Habituellement, je me rendais à l'académie avec des vêtements qui s'adapte aussi bien pour les leçons théoriques, que pratiques. Cependant, là, il me fallait un véritable équipement pour l'entrainement. Pourquoi maintenant ? Parce que je venais de recevoir un courrier m'invitant à suivre l'apprentissage d'un haut gradé de notre village, Bakushô Kazuya.

J'appréhendais cette rencontre. Je connaissais le tempérament des membres de ce clan et je savais que l'entrainement allait être rude. J'espérais qu'il n'agisse pas de la même façon que ma camarade de classe, Matsuho. D'ailleurs, en parlant d'elle, j'avais appris qu'elle était également convié à cet apprentissage. Nous suivions les mêmes cours et en discutant, nous sommes tombés sur le sujet et nous avons compris que nous allions être ensemble lors de cette journée d'entrainement.

Après une petite heure de recherche, je trouvais enfin la tenue qui allait m'accompagner lors de cet apprentissage.


Un vêtement léger, bleu marin avec quelques lignes blanches et des contours rouges. J'étais satisfait par mon achat, le vendeur m'avait certifié que cette tenue était plus qu'adapter aux entrainements et supportais bien les différents dégâts, peu importe l'élément. Et puis, j'avais une garantie, donc cela en valait vraiment la peine.

Je rentrais à la maison, fier de mon investissement. Il était tôt, j'avais pris le risque de venir faire mes emplettes avant l'entrainement et heureusement pour moi, j'avais trouvé mon bonheur avant l'heure du rendez-vous. C'était 8h ou 8h30 aux terrains d'entrainement ? Le doute s'installa en moi.

Une fois le seuil de la porte franchie, je courrais dans ma chambre pour relire le courrier. 8h00. Un bref regard à la montre placé au salon : 7h53. J'enfilais ma combinaison avant de ramasser une patisserie dans la cuisine et m'envoler pour les terrains d'entrainements. J'allais arriver en retard, mais ce n'était pas dans mes habitudes. Le Bakushô allait me tuer. Sur ma route, je croisais Matsuho, elle semblait sereine, mais jamais elle allait arriver à l'heure, alors que le point de rendez-vous n'était plus très loin. En fait, nous étions déjà en retard...

    — Matsuho!

M'écriais-je tout en réduisant ma vitesse pour me caler à la sienne. J'étais essoufflé, mais déjà chaud pour l'entrainement.

    — On est en retard, il va nous tuer.

Lui annonçais-je tout en craignant les paroles de Kazuya.

Il était déjà là. Lunettes de soleil et clope au bec. Il foutait les boules, comme tous ceux que j'avais croisé ici. J'étais le seul "normal" ? Comme je m'y attendais, il nous remonta les bretelles et immédiatement, je m'inclinais face à lui.

    — Désolé, ça ne se reproduira plus Monsieur.

Je me redressais avant qu'il ne se présente brièvement. Je l'écoutais avant de prendre la parole en premier et me présenter.

    — Mochizuki Iori, aspirant ninja d'Iwa. J'ai 14 ans et je ne maîtrise pas mon Chakra. Mon but est de devenir un héros, un symbole de paix pour tout le monde.





Dernière édition par Mochizuki Iori le Mar 22 Aoû 2017 - 7:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Aspirante
Messages : 43
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Des Diamants d'innocence... Ou connerie du genre [Team Kongo] Lun 21 Aoû 2017 - 14:30

.



La goutte d’eau descendit lentement de son lieu d'origine. Elle hésita encore et se posa enfin sur une ligne douce et délicate qu'était le front d'une jeune femme. Elle se changea brusquement en une fine ligne claire qui finit par perler sur des yeux clos, suivant la courbe de la paupière pour finalement glisser sur une joue blanche et chaude. La tête levé vers le ciel, les bras le long du corps, aussi immobile que possible, Matsuho perçait les nuages gris comme personne ne l'aurait fait. D'un revers de main, elle effaça le chemin qu'avait tracé la goutte d’eau sur son corps pour porter ces ultimes traces à sa bouche. Sa langue effleura doucement sa main pour recueillir le précieux liquide. Dans un geste d'une extrême lenteur, elle abaissa sa tête. Cela faisait longtemps qu'elle n’avait pas ressenti le contact de la pluie sur sa peau. C'était froid, pure, mordant, rafraichissant.

On lui avait parlé des vastes montagnes de Tsuchi no Kuni et des paysages colossaux de roches forgés par les dieux. Mais pour Matsuho cela ne relevait encore que de l'imaginaire. Même si elle ne voyait pas ce qui l'entourait, la jeune ninja ressentait l'espace balayé par le vent autour d'elle. De l'espace à n'en plus finir. Elle, habituée à son appartement, était un peu déstabilisée par cette sensation d'immensité, de liberté, comme si l'individualité n'existait plus et que tu appartenais toi-même aux décors. Ce n'était pas déplaisant. Matsuho leva ses bras et tourna sur elle-même pour apprécier le contact de la pluie. Au bout de quelques minutes une fine rivière c'était formé sur ses cheveux, qu'elle recueillit au creux de ses mains pour en apprécier la saveur. La pluie, lui était synonyme de liberté.

— Matsuho!

"Iori-san" murmura t-elle.

— On est en retard, il va nous tuer.

Il était essoufflé mais le ton de sa voix ne trahissait aucune gène vis à vis d'elle. Leur première rencontre avait été agrémenté d'un soupçon de violence et de douleur ce qui n'était pas pour lui déplaire.

~ Iori-san, Il va falloir me porter...~

***

Bakushô Kazuya...un nom qui sonnait comme le coureur de rempart moyen. Tandis qu'Iori s'agenouillait bien bas devant ces réprimandes, Matsuho essaya de repousser la fumée qui l'entourait en battant des mains. Une fois le blabla basique sur le bonheur et la joie d'un monde parfait de son camarade terminé, Matsuho se présenta :

~ Satsuki Matsuho, 16 ans, de Ta no kuni, fraichement aspirante ninja d'Iwa suite au service d'intégration des réfugiés. Mes spécialités sont les techniques d'illusions et accessoirement je suis non-voyante. Je préfère garder mes objectifs et mes envies pour moi et aussi je ne fume pas. ~

Elle souffla devant elle afin d'évacuer la fumée qui empestait l'atmosphère. L'odeur âcre lui rappelait un peu trop les petits bûchers qui avaient fait le bonheur des villageois de son village natal. Bien cuit ou à point, peu importait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 1001
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Des Diamants d'innocence... Ou connerie du genre [Team Kongo] Sam 26 Aoû 2017 - 16:06

« - J’ai beau demander que vous me dites tous les trucs utiles, pensez-bien que je n’ai que faire également des remarques inutiles. »

Simple, clair, efficace. J’aimais à penser que tourner en rond sur un sujet sensible ne servait strictement à rien, qu’il fallait être franc avec les gens pour pouvoir régler les questions rapidement. Pour certains, c’était un manque de savoir-vivre que de ne pas mettre la forme dans les mots. C’est sans doute ceux qui parlent pour ne rien dire et qui se contente d’agencer une ou deux figures de styles pour paraître intelligent. Tas d’hypocrites. Enfin, pour en revenir à ce que je disais, je fixais les deux gamins en me demandant ce que j’avais fait pour mériter ça. Soupirant, et relâchant encore une fois de la fumée, au sans doute grand dam de l’aveugle, je repris en regardant le garçon en premier.

« - Comment ? Une pause. Comment comptes-tu arriver à être un représentant de la paix, alors qu’on est pas foutu de se taper dessus pour un oui ou pour un non ? »

C’était bien évidemment dit sur un ton sarcastique. La question rhétorique que je lui lançai devais bien tourner dans sa tête maintenant.

« - Les « héros » tels que tu les envisages n’existent pas. Pour pouvoir sauver quelque chose, tu seras très probablement obligé de le prendre à quelqu’un, qu’il soit innocent ou non. Nous ne sommes pas des héros, mais des soldats, Iori. »

La vérité était là. Lors de la chute de l’empire, nous avions beau dire que nous nous étions battus comme des représentants de la liberté, nous battant afin de ne plus être sous le joug du tyran, et au final ? Des centaines, des centaines de morts pris sous les avalanches de bâtiments de l’ancienne cité impériale, sans la moindre distinction. Même si pour être honnête, il n’y avait qu’une seule mort que je regrettai. Je sentais que j’allais être irritable… Passons donc au cas numéro deux.

« - Quant à toi la brune, enfin, j’espère au moins que tu sais que t’es brune, je ne ferais pas d’exception. Il n’y a aucune différence entre le cadavre d’une voyante ou une aveugle, nous sommes tous des Shinobi. Cela voudra juste dire que tu devras te démener plus que les autres pour atteindre un niveau acceptable. »

Je comprenais de base pas comment elle voulait devenir une kunoichi en aillant aucune capacité sensorielle développée pour compenser son absence de vision. Elle voulait peut être compter sur ses capacités d’illusionniste, mais si elle pouvait même pas rattraper sa cible pour lui lancer l’illusion, où été l’intérêt ? D’autant qu’elle semblait, de son ton, se montrer beaucoup trop arrogante. Une attitude qui pourrait bien lui amener des ennuis… Pourquoi vous me regardez ?

« - Enfin bref. Maintenant que vous avez un peu plus sagesse dans vos crânes jeunes, laissez-moi vous expliquer la situation. Votre formation à l’académie vous prépare à la vie au sein de l’organisation militaire que représente Iwagakure no Sato. Etant donné que vous ne serez que Genin, vous débuterez par des menus travaux tel que de la rénovation, et serez affecté à des logements dans les bas quartiers. Gagnez en expérience et compétences, et peut être que vous atteindrez mon niveau… »

Si un miracle intervenait entre temps.

« - Il est inutile de faire un entraînement pour l’instant, vous aurez bien assez de temps de le faire de votre côté, en cherchant ce qui vous manque. Pour l’heure, vous allez me suivre. Vous aurez une mission de rang D à accomplir. Suivez-moi. »

Je comptais bien sur le gamin pour aider l’autre à me suivre, je sentais que ça allait être long… Au vu de la situation, nous aurions besoin de nous rendre au niveau du quartier marchand, étant donné le type d’affaire qui leur serait confié. En attendant, il serait peut être bon d’apprendre comment ils fonctionnent. Si je dois me les coltiner un moment, et vraisemblablement après l’académie, fallait que je sache à quoi m’attendre, si à défaut d’avoir du talent… Ils en avaient dans la tête. Continuant donc ma route, c’était l’heure d’une ou deux questions.

« - Interrogation surprise. Dans le cas où vous vous retrouveriez dans une position où vous savez tout de votre ennemi, y compris qu’il est largement plus fort que vous, comment vous réagissez ? »

Continuant de fumer ma clope, j’attendais avec une attente emplie de « Je-m’en-foutisme » ce qu’ils auraient à dire.


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Des Diamants d'innocence... Ou connerie du genre [Team Kongo] Lun 25 Sep 2017 - 14:02


Les héros existaient. Mon père, mon grand-père en étaient la preuve. Ils étaient morts en tant que tel, ils s'étaient sacrifiés lors de la chute de l'Empire pour libérer tout un peuple. Le sourire aux lèvres, voilà comment ils avaient combattu. Certes, ils nous avaient laissé seul, ma mère et moi, mais nous étions conscient, moi moins qu'elle, qu'ils allaient périr ainsi : pour défendre la paix et sauver des vies.

Par conséquent, je n'étais pas d'accord avec mon Senseï, mais loin de moi l'idée de le contredire, car il me foutait les jetons et je n'avais pas envie de ramasser une rouste par ce type. Les Bakushô étaient réputés pour avoir le sang chaud et Kazuya ne semblait pas être une exception. Je gardais mon silence, mais j'étais convaincu intérieurement que je pouvais devenir un héros. J'allais combattre pour sauver des vies et non pour en ôter.

Je déglutinais lorsque je l'entendis parler aussi sèchement à Matsuho. La pauvre. Comment pouvait-on parler ainsi à une handicapé ? J'avais pitié pour elle, même si je ne devais pas après ce qu'elle m'avait fait subir. Décidément, notre enseignant n'avait aucun tact, mais au moins il avait le mérite d'être franc.

Nous écoutions ses paroles, apprenant la suite de notre carrière après l'académie. Les missions ne semblaient pas excitantes, mais elles étaient tout aussi importantes. Aider les personnes dans le besoin, voilà ma raison d'être et cela passait également par des missions de rang D décrites par le Bakushô.

Arriva soudain une interrogation de la part de notre Senseï. Il voulait tester nos compétences à évaluer une situation. Le contexte restait flou, mais nous avions une information capitale, l'adversaire était bien plus fort que nous et savions tout sur lui.

    — En connaissant tous les secrets de notre adversaire nous pouvons trouver son point faible et jouer là-dessus, mais d'abord, il est essentiel de s'assurer qu'aucune vie ne soit en péril. Si tel est le cas, il faut évacuer la zone et sauver les personnes en danger.

Réponse approximative vu que plusieurs informations étaient manquantes. Cependant, Kazuya pouvait déjà avoir un aperçu de notre mentalité et façon d'aborder les situations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 1001
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Des Diamants d'innocence... Ou connerie du genre [Team Kongo] Dim 5 Nov 2017 - 18:39

Observant le garçon en face de moi, je devinais que trop facilement de quel genre de gosse il s’agissait : la victime, celui qui se faisait malmener en cours parce qu’il n’osait pas se dresser devant ses camarades et dire ce qu’il pensait. Et il pensait beaucoup, son regard laissait place à milles questions qu’il se posait à la limite. C’était d’un chiant que d’essayer de savoir ce qu’il veut dire alors qu’il balance pas un seul mot, il allait falloir travailler ça. La Matsuho par contre restait impassible par contre, sans doute qu’à l’opposé d’Iori, elle était du genre à « Attendre et observer », la passivité pour frapper telle une vipère au bon moment… A surveiller également de près.

Lorsque je faisais mon tour dans le quartier, j’étais en train d’observer un peu au tour, un peu trop habitué maintenant au confort du niveau commerçant. Un quartier qui était aisément accessible pour quiconque avait le grade ou l’argent nécessaire. Beaucoup appelleraient ce genre de système de sectarisme, mais de mon côté, je m’en foutais un peu fallait dire. Je doutais que les deux aspirants se trouvant derrière moi avaient souvent l’occasion de trainer ici si ce n’était pour faire des courses, les gens normaux trainant plutôt dans les quartiers inférieurs. Qui sait, un jour peut-être, s’ils arrêtaient d’être des morveux, arriveraient à rester ici ?

Ma question avait plusieurs buts. Tester leurs connaissances, juger de leurs réactions et également de jusqu’où leur imagination pourrait les emmener. Comme je le soupçonnais, Iori restait un intellectuel ayant accumulé des connaissances et qui se démerdait pas mal en théorie. En gros, un Nerd. Hélas, sa réponse était bien digne de celle de quelqu’un qui n’avait jamais foutu les pieds sur un champ de bataille et pensait que tout pouvait aller pour le mieux. Étonnamment, Matsuho resta silencieuse. Triste, j’allais devoir lui arracher la langue si ça continuait parce que ça commençait à me saouler, enfin, à m’envoyer à un niveau au-dessus de chiantitude auquel j’étais auparavant. Me stoppant brusquement, je me tournai vers eux, mains en poches et les observait de mes verres teintés.


« - Faux ! Ca se voit que tu es un bleu Iori, va falloir changer ta vision des choses. Tu penses vraiment que faire en sorte de limiter les dégâts collatéraux est une bonne idée quand le gars te dépasse dans tous les domaines ? On appelle ça un « suicide » de là où je viens à penser ainsi. Sur un champ de bataille, ce qui compte vraiment c’est le cran que tu as pour profiter du seul avantage que tu aurais sur un ennemi. Mais encore une fois, il faudrait avoir du cran pour déjà admettre ce qu’on pense devant quelqu’un qui s’oppose à toi. »

Je vous ai déjà dit que je faisais pas dans la subtilité ? Cela se voyait facilement qu’Iori avait une dent contre ma façon d’agir, et je pouvais deviner sur quels points, car moi-même je savais que beaucoup n’appréciaient pas des points de mon caractère. Mais bon, de un, j’en avais rien à foutre, et de deux, s’il voulait ne serait-ce que survivre sur un champ de bataille, il allait falloir qu’il se montre un peu plus pro-actif. De plus, il y avait une solution plus simple que d’essayer de mettre à l’abri les gens et perdre des opportunités.

« - Quant à toi Matsuho, je pensais avoir été clair. Tu as intérêt à suivre les consignes quand on t’en demande. Déjà que t’es complétement aveugle, si jamais j’apprends que t’es dure aussi, ça va pas le faire. Comme j’ai dit : t’as signé pour être Kunoïchi, et les ennemis te traiteront pas avec pitié pour ça, parce que c’est tuer ou être tué. »

Tolérance zéro. C’était dur, c’était sale pour certains, mais c’était le meilleur moyen d’éviter que les gens pensent qu’ils sont les rois du monde juste parce qu’ils savaient faire deux trois trucs. Si je disais ça, c’était pour leur éviter de se faire tuer après tout, ils avaient intérêt à me dire merci et pas se comporter en chien après.
Roulant des yeux, je repris la marche afin que nous atteignions la destination tant attendue. Le magasin en face de nous Entrant à l’intérieur, je m’avançai afin de parler avec le responsable de la boutique, lui expliquant le pourquoi de notre venu, et le suivi en arrière-boutique. Quelques secondes plus tard, je fis signe aux deux de venir et les présentai ainsi à leur mission : plusieurs caisses de marchandises.


« - Bon, voilà le plan : nous allons faire une livraison du magasin pour un bar du coin afin de les fournir en matériel, le vieil homme étant incapable de le faire. Ne soyez pas surpris, les missions de rang D sont toutes de l’ordre de travaux d’intérêts généraux. Cependant, ne pensez pas à vous relâcher. Chacune des caisses pèsent à elles seules cinq à dix kilos, et vous serez les seuls à les porter. Iori, tu porteras trois caisses, ça devrait te faire autour de vingt-cinq kilos. De quoi te faire bosser le physique. Matsuho, tu porteras la dernière caisse, ton but à toi n’étant pas sur la force mais le fait de suivre celui devant toi, sinon tu te fouteras dans la merde toute seule. On y va. »

Sans attendre réellement, je me mis à aller dehors pour m’allumer une cigarette le temps qu’ils terminent de s’équiper. Oui, au premier abord, on pourrait croire que je n’ai rien fait pour me préparer, mais je reste quelqu’un qui est observateur. L’un voulait améliorer ses compétences au Taijutsu, et ce genre d’exercice basique était l’idéal pour le faire avancer. L’autre avait tout simplement un problème de repérage de l’environnement, donc ça allait la travailler à le faire avec une charge lourde et sans réel guide. Les deux enfin sortis, je leur donnais qu’un regard avant de prendre la marche, laissant le soin à l’adolescent de prévenir sa collègue.

« - Vous serez amenés au début à faire beaucoup de missions de ce genre, le but étant de vous familiariser au système plus que d’exploiter vos compétences. Être appelé en mission, exécuter le travail, être payé et le cycle recommence. Normalement, vous ne serez pas affectés à des rôles majeurs au village, donc vous pourrez le passer à votre bon plaisir. Enfin… Sauf si je vous demande de venir, et auquel cas, un non n’est pas une réponse acceptable… »

Un rythme de pas normal, ni soutenu, ni ralenti. Ils devaient faire en sorte de me suivre de manière simpliste s’ils voulaient espérer me faire valider leur petit « test ». Si Ryûga m’avait fait chier à me déplacer jusqu’à ici pour jouer les baby-sitter, j’allais faire ça bien et en tirer quelque chose d’eux. Enfin, s’ils avaient vraiment envie de devenir des Shinobis et pas juste une bande de branleurs…



I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Des Diamants d'innocence... Ou connerie du genre [Team Kongo]

Revenir en haut Aller en bas
 

Des Diamants d'innocence... Ou connerie du genre [Team Kongo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays de la Terre :: Iwagakure no Satô :: Centre de Formation-