N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Malgré le temps [Kenzoku - Kioshi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 82
Rang : B

Message(#) Sujet: Malgré le temps [Kenzoku - Kioshi] Sam 19 Aoû 2017 - 1:49

Sombre nuit, la pluie frappait de sa tendre mélodie les ruelles désertiques de Suna. S’envolaient lentement les quelques journaux qui étaient restés là, abandonnés par les passants pendant la journée. Les grondements du vent et sa force frappaient aussi fort que possible toutes les toitures des maisonnettes et appartements de ces mêmes ruelles. Il était plutôt rare de voir une telle météo pour le village des sables. Cependant cela aidait énormément, parfois, et donnait le frais désiré par tant de personnes. Au milieu se trouvait Seiji, qui marchait sous la pluie.

Il était trempé, ne possédant rien pour se protéger, le garçon avait tout simplement décidé de faire face aux intempéries si rare. Lui qui ne maîtrisait pas le suiton, il était si agréable de sentir les gouttes d’eau perler lentement sur ses longues mèches. C’était comme si, enfin, le Monjara pouvait respirer librement sans devoir porter toute la chaleur du monde sur ses épaules. Le jeune adulte en venait même à avoir quelques frissons de plaisir en marchant, lui qui adorait tant ce temps. Sa famille avait toujours habitée ici mais Seiji était bien le seul à ne pas aimer tant que ça la chaleur.

Le jeune héritier se voyait bien plus dans l’image d’un garçon au bord de sa fenêtre, chocolat chaud à la main et accompagné d’un bon livre. Mais il était un Shinobi, rares pouvaient être ces moments. Et présentement Seiji se voyait bien plus boire un peu d’alcool plutôt qu’une boisson chaude sucrée. La tranquillité de l’air se vain interrompre par un retour brutal à la réalité. Une femme se trouvait allongée tout au bout de la ruelle, vivant, heureusement. Elle s’écriait qu’on venait de lui voler ses affaires, le ou la responsable ne devait donc pas être très loin. Seiji soupira longuement pour faire le vide dans sa tête.

Le garçon activait ses dons de senseur pour détecter des mouvements étranges, irréguliers. En vérité, dure était la reconnaissance car chaque personne dans les autres rues courraient pour essayer d’éviter au maximum de se tremper, cependant il y avait bien une personne qui semblait bien plus que pressé, comme si elle fuyait. Seiji n’eut que très peu de mal à retrouver l’homme et lui faire face.

    « Êtes-vous le voleur ? »

C’était une question directe. Le jeune homme voulait en fait tester ses dons, savoir s’il était capable de séparer les mensonges de la réalité. Il observait lentement la personne qui lui faisait face, sa bouche tremblait légèrement, ses réponses n’étaient pas naturelles. On revenait encore une fois aux capacités sensorielles de Seiji. Sa main était retroussée en arrière, ses pieds ne faisaient pas face. Cet homme avait clairement quelque chose à cacher. Ainsi, d’un seul coup de main et grâce à ses fils, Seiji attrapa le sac qui se cachait sous les vêtements de l’homme. Pendant la conversation, les fils du Monjara s’était répandus discrètement sur tout le corps du voleur jusqu’à trouvé l’objet volé.

---------------------------------

Il n’avait pas forcément prévu de perdre autant de temps mais l’héritier semblait malgré tout heureux de pouvoir servir son pays par des petits gestes du quotidien. Sa prochaine direction était un bar « Chez May’s » de son nom. C’était l’un des uniques établissements que Seiji n’avait pas pu encore visiter. Peut-être parce qu’il était nouveau ? Ou peut-être parce que le garçon était à peine de retour dans son village depuis une année.

L’ambiance était déjà agréable rien qu’aux premiers que Seiji fit dans le bar. Il y avait beaucoup de monde. C’est vrai, à l’entrée il y avait une affiche comme quoi un concours de lancers de Kunaï était organisé ce soir. Le moment idéal donc pour venir boire un verre. Rires, cries, tout n’était que joie alors que Seiji s’asseyait sur un siège au bar, souriant doucement de pouvoir finalement se détendre autour d’un peu d’alcool, rien qu’un peu bien sûr.


Dernière édition par Seiji le Lun 21 Aoû 2017 - 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Malgré le temps [Kenzoku - Kioshi] Lun 21 Aoû 2017 - 14:12

    Pitoyable.

    J’étais assis dans ce bar depuis une bonne heure déjà. Peut-être plus ? Un verre en main. Plusieurs verres en fait, les uns après les autres. De l’alcool, évidemment. Noyer son chagrin hein ? Oublier ses regrets, l’espace d’un instant ?

    Dans une vie antérieure, je me retrouvais là aussi. Souvent. J’avais perdu ma moitié, son dernier souffle s’envolant alors qu’elle se trouvait dans mes bras, impuissant. J’avais perdu mon autre moitié, elle avait hérité d’un cœur sans émotion et s’en était allée, privilégiant son clan à ses sentiments. Un élève fou qui mena son peuple à la guerre avant d’en être banni. Une autre élève qui suivit le dernier plus grand criminel du Yuukan. Et j’étais rejeté par ma nation pour avoir suivi mon cœur et mes principes, alors qu’ils m’avaient élu pour ces mêmes valeurs…

    Et pourtant, dans cette nouvelle vie, cette mise à jour, je continuais de boire. Comme quoi, il y avait des choses qui ne changeaient pas. On trouvait toujours des raisons pour se saouler. Pour oublier… Un père, une petite sœur, la vie, la mort, … Je courrais après une chimère, voulant transformer le monde en un lieu meilleur, plus serein et plus juste. Mais était-ce seulement possible ? Ma solution était-elle la bonne ?

    J’étais pitoyable.

    Je buvais pour oublier le regret, mais je regrettais d’avoir bu alors je me dessaoulais grâce à mes dons de clan et mes connaissance en médecine défensive. Alors les regrets revenaient et je buvais de nouveau, avant que le remord de l’alcool ne me fasse me soigner. Un cycle éternel. Un cercle vicieux.

    Pathétique.

    Là-bas, je vis Seiji pénétrer dans l’établissement. Un élève que j’avais recruté quelques temps plus tôt. Je levais mon verre à moitié vide à son intention.

    « Tu es venu pour oublier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Malgré le temps [Kenzoku - Kioshi] Mar 22 Aoû 2017 - 5:03



L’idée du tournois de Kunai était bonne pour les affaires du May’s, excellente même, cela rapporterait beaucoup ! Ken était assez fier de lui, cela fessait bien une demi-heure que le tout avait commencé et une bonne dizaine de duel avait eu lieu, une belle soirée en perspective. Il remerciait également la température qui forçait les pauvres soûlons du village à venir noyer leur peine dans les entrailles de son bar. La pluie tant attendu dans le désert était également synonyme d’ennuie pour la courte durée de cette bénédiction. Alors qu’une majorité des jeunes Shinobis s’élançais à la conquête de l’eau pour le village, les plus vieux prenait se temps comme un bref répit avant de retourner travailler.

Son grand père était comme à son habitude en train de draguer de jolie fille beaucoup trop jeune pour lui, sa mère servait des clients réguliers et son petit frère était introuvable, comme d’ordinaire pensât le pyromane qui jonglait habilement avec l’une de ses bouteilles. Quant à lui, il était ici par plaisir, pour donner un coup de main entre deux missions, ou deux cadavres. Cela dépendait de son horaire. Heureusement, sa mère n’avais aucune idée qu’il jouait encore avec les rotules d’un tas d’os quelques heures auparavant, sinon elle serait morte d’une crise cardiaque, serait revenue à la vie et l’aurait interdit de servir les clients avec des mains ayant touché la mort.

Du coin de l’œil, il regardait les cibles se faire mitrailler, les murs se faire entailler et les hommes se vanter de leur piteux exploit alors que les cocktails continuaient de glisser sur le bar.

Gling, gling, gling…


Un nouveau client venait d’entrer, seulement ce n’était pas n’importe qui, s’était un vieux camarade d’école ! Remontant son iroquoise, Ken afficha un large sourire et s’empara d’une bouteille de fort de grande qualité avant d’entamer sa marche en laissant comprendre à son grand-père qu’il devait le remplacer, son ancien compagnon d’école semblait rejoindre l’un des Chunin du village, le punk le laissa s’avancer puis s’interposa.

Le Yamada, en guise de salutation lui demanda s’il était venu ici pour oublier, oublier quoi ?

- J’ai aucune idée de la raison de votre venue, mais laisser-moi vous payer un verre pour fêter ce retour d’entre les morts ! Alors mon beau, ou était tu passer ? sa doit faire une décennie que je t’ai pas vue !

Habillement, Kenzoku laissa tomber trois verre de fort assez large, déboucha le goulot de sa bouteille préféré et commença à verser des triple sec à ses deux compagnons, il s’était dit qu’il .tait impoli d’oublier le Chunin.

- Je vous présente mon plus grand chef-d’œuvre ! Une cuvé très rare que le May’s tien de huit génération, faite à base de venin de scorpion et de divers herbes secrète, elle n’Est pas dangereuse pour la santé, mais réveillera tous vos sens, ou les engourdira ! hahaha !

Une petite pause laissa le temps au dernières goutes le temps de trouver leur réceptacles.

- Santé !

Dit-il en levant son verre pour inciter le même mouvement de ses compagnons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 82
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Malgré le temps [Kenzoku - Kioshi] Mar 22 Aoû 2017 - 18:01

Son verre à la main, il commençait déjà à boire. Pour une fois, il avait commencé avec quelque chose de plutôt fort, lui qui voulait tant tester ses limites. Seiji avait beau être plutôt jeune, l’alcool était pour lui un moment d’amusement et de détente. Beaucoup de personnes venaient boire à leurs vies, à leurs souvenirs. Le jeune adulte ne savait pas encore s’il était en droit de faire ça : pouvait-il boire aux années d’agression et de peur qu’il avait subit ? Ou peut-être boire à ses parents qui avaient tant donné pour finalement mourir ? Il soupirait lentement alors que son verre était déjà vide.

Il leva la tête quand une voix qu’il reconnaissait vint lui adresser la parole. C’était son maître, Kioshi. Le visage de Seiji s’illuminait alors d’un sourire, une personne qu’il connaissait était là et dans un sens, il en était ravi. Il prit place à côté de celui-ci, lui souriant toujours. Kioshi lui semblait au fond et faisant parti de ces personnes buvant pour oublier. Le sourire du Monjara disparu lentement, prenant un visage plutôt sérieux pour plonger ses yeux dans ceux de son sensei. Il avait beau être plus jeune, beau avoir moins d’expérience et de vécu, ce n’était pas la solution.

    « Non… je ne pense pas vouloir boire pour oublier, je veux boire et lever mon verre à tous ces souvenirs me tourmentant ! »

Un nouvel homme un peu bruyant s’approcha, en le regardant de plus près Seiji ouvrit grand sa bouche d’un air surpris mais surtout heureux. C’était un ancien camarade de quand ils étaient très jeunes et encore à l’académie. Ses yeux se remplirent presque de larme mais il sut s’arrêter à temps en souriant juste de bonheur de pouvoir revoir des amis. Cela faisait si longtemps, c’était peut-être même la première fois qu’il recroisait une personne qu’il avait aimé.

    « Kenzoku ! »

Il se jeta presque dans ses bras. Son ancien camarade proposa un nouvel alcool à lui et à son sensei, quelque chose d’un peu spécial et de très luxueux. Le Monjara était le premier partant et pris la main de Kioshi pour le motiver à arrêter de broyer du noir. Il tendit un verre alors rempli de ce fameux alcool à son maître en lui souriant. Il le savait, même si ses dons de senseur ne faisaient pas tout, il sentait comme une peine de coeur ou une perte, c’était dans ses gestes et sa façon d’agir : quelqu’un lui manquait actuellement. Ainsi, levant son verre pour allez en rythme avec Kenzoku, Seiji s’adressa à son maître.

    « Je vous ai promis que je serai là pour vous, alors buvez au bonheur futur ! »

D’un coup sec et net il but entièrement son verre. Son visage rougissait déjà et comme un coup de chaud lui prenait.

    « Oh c’est juste délicieux ! Bravo Ken’ tu es devenu encore plus incroyable haha ! »

Et ici commençait une douce nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Malgré le temps [Kenzoku - Kioshi] Mer 23 Aoû 2017 - 23:37

    « Un bon cru en effet. Merci. »

    Bien fort surtout. Mais encore une fois, je soignais mon état pour ne pas tomber dans l’ivresse. L’homme indécis : boire pour oublier mais retirer l’alcool pour garder ses esprits. En tout cas, je me demandais pourquoi j’avais droit à un tel cadeau. Ce n’était pas comme si j’étais un de leur client régulier. Probablement à cause du lien qu’entretenait Seiji avec cet homme ? Kenzoku ? Il s’agissait d’un ninja de Suna si je ne m’abuse. Je crois avoir lu son nom sur les dossiers que j’épluchais afin de trouver des élèves.

    A les entendre parler, ils étaient d’anciens amis perdus de vu depuis belle lurette. Finalement, Seiji n’était pas aussi solitaire qu’il le laissait paraître ? Et en plus de ça, il ne buvait pas pour oublier mais en l’honneur de ses mauvais souvenirs. Peut-être n’était-il pas aussi tourmenté qu’il l’avait laissé paraître la première fois ? Je lui souris doucement.

    « Une promesse oui. Tu dois également me signifier quand je me trompe de voie ou m’empêcher d’agir au détriment de l’intérêt commun… »

    Je fis une petite pause, prenant une nouvelle gorgée. Kenzoku ne comprenait probablement pas tout : d’autant plus s’ils ne s’étaient pas vus récemment avec Seiji et que ce dernier ne fit pas les présentations. Je reposais mon regard sur mon élève avant de reprendre :

    « Que dirais-tu si je me lançais à la poursuite des cinq Anciens Trésors afin de les rassembler tous ? Si un homme parvenait à les découvrir et à se les accaparer, tous les cinq, que penses-tu qu’il deviendra aux yeux du monde ? »

    Seiji était du genre à aimer philosopher. Je n’en savais rien pour Kenzoku, mais l’on attribuait à l’alcool le curieux effet de délier les langues. Peut-être se prendra-t-il aussi au jeu des hypothèses et des débats ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Malgré le temps [Kenzoku - Kioshi] Sam 26 Aoû 2017 - 20:31



Comme l’espérait Kioshi, la langue du punk n’était pas prête de rester immobile, le métier l’obligeait de toute façon. Il profita même du temps de réflexion de son ancien ami pour prendre la parole avant qu’il ne sorte quoi que ce soit, se demandant presque pourquoi le Yamada abordait un sujet aussi sérieux dès le début, il se remémorait les paroles de son maître et décida de porter attention à la conversation en utilisant son amitié pour s’intégrer subtilement. Hors de toute attente, le jeune Sunajin avait comme beaucoup d’autre avant lui, entendu mainte légende et histoire à leur sujet, cependant rien d’officiel n’avait été reporté sur d’éventuel propriétaire en cavale. Il n’avait cependant jamais vue, ni entendu personne en avoir déjà vue un à l’œuvre non plus, mais connaissait une personne de confiance qui lui en avait déjà parlé. Mythe ou réalité ? Il lui faudrait plus d’un verre pour le savoir.

- Permettez-moi de me joindre à vous, c’est un sujet fort intéressant que vous avez là ! Il me semble que les comptes pour enfants sont effectivement basés sur de réelle histoire, mais pourquoi un homme comme vous s’intéresserait aux anciens trésors ? Ce ne sont pas que de vieille légende pour faire rêver les jeunes shinobis ambitieux ?

Marquant une pause tout en recevant ceux dans le besoin, Ken replaça son iroquoise d’une main moins sûr qu’à l’habitude, ses yeux penché vers le bas laissait croire qu’il pensait sérieusement à quelque chose. Effectivement, il se rappelait d’une fable que son grand-père lui avait souvent racontée. L’histoire d’une jarre d’argile capable de recracher un océan… à la fois mystérieuse et improbable, cette histoire prenait tout son sens maintenant qu’il avait vieillit d’une vingtaine d’année. Lui qui venait de sous-entendre que personne n’en avait jamais vue se demandait désormais si le vieil homme coureur de jupons ne lui avait pas parlé de quelque chose de plus sérieux qu’une simple histoire pour l’aider à s’endormir le soir… il se promit de lui en parler plus sérieusement lorsqu’il aurait dégriser le lendemain.

- En fait, je ne crois pas à ses légendes, mais mon grand-père m’a souvent parler d’une jarre mystérieuse, capable de reproduire les sons de l’océan ? ou d’une torche capable de reproduire la lumière d’une étoile ?

Dit-il à la blague pour détendre l’Atmosphère en allumant l’un de ses indexe d’une vive flamme katon comme pour mimer la légendaire torche.

- Dites-moi, vous parler de partir à la conquête de ses objets précieux, est-ce l’Alcool qui vous fait parler ou auriez-vous des preuves de leurs existences ? Si c’est l’Alcool, je m’en excuse, je peux arrêter de vous en verser !

Intéressé, le barman retira son tablier, s’installant directement à côté des deux hommes pour en entendre d’avantage. Yami lui avait pour tout dire, déjà parler de ses objets. Mais, elle lui avait également dit qu’il valait mieux feindre leur existence. Il valait parfois mieux de garder ce que l’on sait pour soi. Par contre, elle serait bien contente d’apprendre ce qu’il venait d’entendre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 82
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Malgré le temps [Kenzoku - Kioshi] Sam 26 Aoû 2017 - 23:05

Il buvait à la fois son verre mais aussi les mots de son sensei. Écoutant chacun de ses mots avec attention. Avec Kioshi, il fallait toujours se méfier de chacune de ses phrases pour en comprendre les sens. C’était un parleur, comme Seiji. Ou plutôt Seiji était comme lui si on regardait leurs âges. Presque l’image d’un grand frère pour ce dernier qui aimait tant discuter avec le Yamada. La boisson restait toujours autant délicieuse alors que la conversation battait son plein. Son vieux camarade prit aussi part ce qui devenait encore bien plus intéressant, de nouveaux avis et des opinions différents.

Pour beaucoup c’était des légendes, des comptes que l’on racontait aux enfants pour les aider à trouver un profond sommeil. La réalité était sûrement autre chose. Seiji s’en souvenait parfaitement que la personne ayant volé 6 ans de sa vie parlait toujours de cela. Sa folie en était presque tiré de là et de son espoir d’un jour les trouver. Dés qu’il n’y arrivait pas, il frappait l’enfant, dés qu’il ne comprenait pas, il le frappait encore. Fatalement, le Monjara s’était intéressé à ces objets qui étaient la convoitise de bien des personnes. Il avait fait ses propres recherches et même de nos jours il passait un peu de temps à lire de vieux parchemins relatant des faits diverses.

    « Ce ne sont pas des vieilles légendes. »

Il avait parlé sur un ton plutôt froid, lui qui prenait au sérieux des sujets pareils.

    « La bibliothèque de ma famille contient de nombreux vieux ouvrages. Ma famille a toujours été des observateurs, des intellects qui écrivaient les faits qu’ils voyaient. Il a toujours été important pour eux de conserver l’histoire car c’était la preuve de notre existence. »

Il soupira une fois et repris une gorgée de sa boisson en réfléchissant à ses prochains mots.

    « Nombreux sont les livres, parchemins ou manuscrits relatant des faits à propos de jutsus interdits, de malédiction ou encore sur les neufs démons légendaires… Et certains livres parlent même de ces Anciens Trésors. »

Seiji essayait de bien se souvenir de tout ce qu’il avait pu lire. Ces livres n’étaient pas forcément des faits véridiques. Parfois ils étaient juste des amas de rumeurs, des ouï-dires pour alimenter les anciennes tendances. La famille Ozawa avait juste toujours pris grand soin à conserver et écrire chacune des informations, quelles soient vraies ou fasses. L’un des principes de cette famille de marchands avait toujours été que plus tard, le moindre détail pouvait être important si une quête pour ces objets ou jutsus était mené.

    « C’était « La jarre pour l’eau, le marteau à la terre, les gants pour la foudre, l’éventail aux vents et la torche pour sa flamme inébranlable. » n’est-ce pas ? »

Ces trésors anciens regroupaient les cinq affinités sacrées qui régissaient le monde ninja. Chaque shinobi pouvait maîtriser jusqu’à trois de ces éléments mais jamais au dessus. Seiji s’était déjà demandé que cela faisait-il une fois les cinq trésors regroupés. Il pouvait rien se passer mais d’un côté, les mythes parlaient de catastrophe, d’autres de création. Le Monjara qui restait un grand croyant était ouvert à toutes ces choses et dans les parchemins il était écrit des choses à ce sujet, vraies ou fausses personne n’avait pu vraiment vérifier.

    « Créateur et destructeur. »

C’était sa réponse à que deviendrait l’homme réunissant les cinq anciens trésors.

    « Si je me souviens bien de ce que j’avais pu lire dans un vieux parchemin, certains pensaient qu’en réunissant ces cinq antiquités, une nouvelle affinité verrait le jour. La fusion des cinq objets permettraient de créer l’élément fondateur de notre monde. Quand on y pense, cela reste cohérent. L’univers est forgé par ses cinq affinités, mais d’où viennent-elles ? Sont elles nées d’elle-mêmes ou découlent-elles d’une première affinité originelle qui serait capable de tout créer ou, à l’inverse, tout détruire ? »

Il regarda dans les yeux son vieil ami puis son maître.

    « Les recherchez-vous car vous avez vous-même peur de savoir la réponse ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Malgré le temps [Kenzoku - Kioshi] Lun 28 Aoû 2017 - 16:27

    « Pour faire rêver les gens… C’est possible en effet. Après tout, qui ne court pas après un rêve ? »

    Kenzoku semblait croire qu’il s’agissait là de simples légendes, de contes pour enfant, tandis que Seiji croyait intimement à leur existence. Et pourtant, quid des deux a raison et qui a tort ? Mon élève semblait avoir déjà peaufiné le sujet. Etait-il intéressé par les Anciens Trésors lui aussi ? Mais dans ce cas, dans quel but ?

    « Une jarre, un marteau, un gant, un éventail et une torche. Bien que l’éventail me semble familier, ce n’est pas forcément vrai. N’oublions pas qu’il s’agissait de faits d’un autre temps, d’un Ancien Temps, d’un monde parallèle. Peut-être que les nouveaux Dieux régissant cette version choisissent de faire revêtir d’autres formes à ces objets antiques. »

    Les aléas d’un reboot. Ce pouvait donc être encore le cas, ou à l’inverse totalement différent. Nous n’avions, à ce jour, aucune certitude sur la question.

    « Ce n’est pas l’alcool qui me fait parler, Kenzoku. Et bien que je n’ai aucune preuve, il existe bien trop d’auteurs différents témoignant de ce sujet pour qu’il ne puisse être qu’un tissu de mensonge. Ces Anciens Trésors durent exister, au moins par le passé. Et comme aucun écrivain ne mentionna la manière de les détruire, il est à supposer qu’ils existent toujours. Quelque part, enfuis dans ce monde. »

    Ils devaient exister. Ils le devaient ! Sinon mon projet ne pourrait aboutir. Le pouvoir de la création et de la destruction selon Seiji ? Peut-être. J’ignorais l’existence de cette légende-ci. Il y en avait une autre qui m’intéressait davantage.

    « Les cinq éléments primaires. Quiconque les contrôle tous possède alors le pouvoir absolu. Dans ce cas, il peut en effet devenir créateur et destructeur aux yeux du monde. Mais surtout, il sera reconnu. Et en cette qualité, il sera écouté. En même temps, il aura les moyens de se faire écouter…
    L’humanité a besoin d’un soleil, d’un guide pour les garder sur le droit chemin. Non pas d’un Daimyo qui possède un titre ou des terres, des propriétés. Juste une personne qui ne possède rien et qui n’a donc aucun intérêt à préférer une situation plutôt qu’une autre. Un arbitre. Reconnu et écouté. Un arbitre qui possède les cinq artefacts.
    Voici ma proposition d’un monde meilleur. Dans les grandes lignes. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Malgré le temps [Kenzoku - Kioshi]

Revenir en haut Aller en bas
 

Malgré le temps [Kenzoku - Kioshi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Vent :: Sunagakure no Satô :: Centre-Ville-