N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Je ne veux pas de ta pitié [Partie I]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1086
Rang : S

Message(#) Sujet: Je ne veux pas de ta pitié [Partie I] Sam 19 Aoû 2017 - 2:52

Nami no kuni. Forêt San’Rin Sakkai. Son souffle était extrêmement haletant. Des gouttes de sueurs perlaient de son front alors qu’elle cherchait à s’évader, ou plutôt à semer ses détracteurs. Cela faisait quelques jours que notre jeune protagoniste n’avait pas mangé ni n’avait fait une nuit complète. Toujours hantée par ses démons, elle était maintenant poursuivit par des manants qui l’avaient trouvé alors qu’elle venait juste de sortir du bateau. Elle était venue à Nami pour être en paix, en connaissant la situation critique du pays. Cependant, c’était encore pire que ce qu’elle avait entendu. Plusieurs hommes s’étaient pointés devant les passagers du bateau en demandant de payer des charges de transports, sans quoi ils seraient passés à tabac, ou tout simplement tué. Un premier homme s’était opposé à cette charge en plaidant l’illégalité d’une telle démarche. Il gagna simplement un coup de hache dévastateur dans l’épaule gauche. La lame s’était enfoncée très profondément dans le corps, ce qui avait donc tué l’homme sur le coup. Irrité par cette gratuité, notre ombre noire avait fait sortir un pieu de sa main, transperçant le crâne du coupable. S’engageait alors une course poursuite.

Assise sur la branche d’un arbre bien en hauteur, elle se tenait l’épaule de douleur. Elle avait une flèche plantée à l’intérieur, dont la pointe ressortait de l’autre côté. N’ayant plus énormément de chakra ni d’énergie, elle avait utilisée ses dernières réserves pour grimper dans l’arbre afin d’échapper au regards de ses poursuivants. Mais c’était un échec complet, ils étaient devant l’arbre et tentaient de le couper en assénant de grands coups de haches sur sa base. Allait-elle mourir de la main de simples brigands ? Ce n’était pas son destin, mais après tout, quel était-il ? Shinme n’avait jamais eu de but dans la vie, pourquoi donc refuserait-elle de mourir ? Elle l’ignorait elle-même, mais la mort n’était pas réellement une option. Pourtant, c’était ce qu’elle ressentait. Elle avait froid, elle sentait ses dernières forces l’abandonner. Ses yeux se fermèrent alors que son corps se balançait doucement et dangereusement vers le vide. Un coup d’épée fut la dernière chose qu’elle entendit. Ses yeux se fermèrent et son corps sombra dans le vide, s’écrasant de tout son poids sur le sol humide et dur.

Elle se réveillait cependant quelques minutes plus tard, entouré d’une grande aura de chaleur qui avait une couleur : jaune. Se redressant d’un seul coup, elle fut ramenée de force sur le sol, sur le dos, par une main solide qui s’agrippait à son épaule. Usant de ses forces, elle solidifia en un pieu une racine non loin de sa main avant de frapper la personne responsable. Mais sa main fut arrêté comme si de rien n’était. Shinme observait cette main, elle était blanche, sa peau signalait l’âge de la personne, âgé. Relevant son regard, elle fit simplement un vieil homme au-dessus d’elle, avec la main sur elle, paume en avant. C’était de là qu’émanait cette source de chaleur. Un ninjas médecin ? « Tu ne tueras pas l’homme qui te sauve mon enfant. » Dit-il sans réellement attendre de réponse. Redressant alors un peu sa tête, elle vit les brigands, aux prises avec un jeune homme doté d’une étrange arme, entre une lance et une épée. Un des hommes était déjà au sol, gisant dans un marre de sang. Il combattait avec hargne et gagnait du terrain sur ses adversaires pourtant plus nombreux.

Cependant, un coup bien placé vint le faire tomber sur le sol, mais sans forcément être blessé. C’est alors qu’un des mercenaires armés d’un gros sabre s’approchait en courant du vieil homme qui ne cessait pourtant pas de soigner Shinme. Celle-ci s’en rendit compte, il avait peur, cela se voyait dans ses yeux, pourtant, il continuait d’utiliser son pouvoir sur une personne étrangère, qu’il ne connaissait ni ne chérissait. Pourquoi un tel comportement ? L’homme vint au dessus du vieil homme et levait son sabre au-dessus de sa tête. A cet instant, notre protagoniste frappait lourdement de son poing sur le sol. Derrière le vieil homme, une pointe de racine sortit alors soudainement le mercenaire, le transperçant la tête de la gorge pour ressortir par le crâne. Sans tituber, l’homme lâchait alors son arme avant de tomber lourdement en arrière, tout droit, dos sur le sol. Il était mort. Shinme concentrait alors son regard sur le vieil homme, elle était absolument épuisée, sur le point de s’évanouir. Elle posait tout de même une question avant de sombrer dans l’inconscience.

« Pourquoi ? »
« Je savais que tu me sauverais »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1086
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Je ne veux pas de ta pitié [Partie I] Mer 23 Aoû 2017 - 15:51

Les yeux de Shinme s’ouvrirent lentement, elle était allongée sur un lit poussiéreux, bancal, qui grinçait comme pas permis. Regardant autour d’elle, sa vision était une maison mal isolé, avec du bois léger, semi-pourri. Et pourtant, l’on pouvait y trouver des meubles à l’intérieur, comme si c’était une maison réellement habitée. En se redressant, elle vit qu’elle s’était fait dévêtir de ses vêtements, mais son corps était couvert de bandage, de nouveaux avaient surplombé les anciens, particulièrement sur sa blessure. Un vent de panique s’emparait d’elle alors qu’elle ouvrait les bandages sur son bras droit. « Ca » n’étaient visiblement plus visibles. Mais pour combien de temps ? Abandonnant cette idée, l’adoratrice de démons se redressait lentement, la douleur était encore présente, mais beaucoup moins oppressante. La blessure avait disparue, de l’Irou. Se redressant, elle se levait doucement avant de se diriger vers la salle d’après où se trouvait une table. Il y avait le vieil homme et sa fille qui mangeaient un bout de pain et quelques légumes dans une assiette en terre cuite qui était abimé. Une maison piteuse. Des rations extrêmement légères. En voyant Shinme, la jeune femme se mit à rougir alors que le vieil homme présentait une assiette pleine, plus que la sienne.

« Viens manger avec nous mon enfant, tu as besoin de reprendre des forces. »
« Pourquoi faites vous ça ? »
demandait alors Shinme.
« Si nous ne nous entraidons pas en ces temps de crises, qui le fera ? Les bandits et brigands font la loi par ici, en plus du règne abominable de notre actuel Daimyo, il laisse ces groupuscules s’en prendre au peuple. »
« … »
« Excuse moi de ce faible festin, c’est tout ce que j’ai »


La réponse était claire et concise. Ce vieil homme aidait sans demander de retour. Le cœur sur la main. Que pouvait donc faire Shinme devant tant d’altruisme. Face à la fenêtre, elle tendit la main paume en avant, concentrant son chakra à l’intérieur. De l’extérieur, la fenêtre s’ouvrit avec que plusieurs branches et plantes ne viennent se poser sur la table, tout en longueur. Puis soudainement, des fruits poussèrent avec rapidité devenant alors rapidement assez mûr pour être mangé. D’abord surpris par ce qui venait de se passer, le vieil homme lançait son regard sur Shinme qui lui assura qu’il pouvait prendre autant de fruit qu’il le voulait, avec le même geste que celui avec lequel il lui avait proposé l’assiette. De plus, aussitôt qu’un fruit était cueilli, aussitôt un nouveau repoussait. Même si ce n’étaient là que des fruits et des légumes, ils pourraient tous manger à leur faim. Sans décrocher un seul sourire, une fois que les assiettes furent pleines, Shinme créait alors plusieurs saladiers de bois avant de les remplir de fruits et légumes. Puis, elle fit disparaître les branches. Pendant une heure, les trois mangèrent à leur faim, à leur convenance.

« Tu dois partir » Dit alors le jeune homme en entrant violemment dans la maison. Il venait de pousser la porte en se décalant sur son côté, afin de montrer la sortie à Shinme. Notre protagoniste ne rechignait pas à l’entente de cet ordre. Malgré les protestations de son père et de sa sœur, il continuait de fixer la noiraude dans les yeux, sans même cligner, non pas réellement comme un signe de défi, mais plus pour montrer l’assurance et la détermination de cette décision. Shinme se mit donc à marcher en direction de la sortie avant que le vieil homme ne s’interpose entre elle et la porte. Le jeune homme se mit alors à reprendre la parole. « Ne t’interpose pas père, elle à une aura maléfique. Si tu avais une formation shinobis comme la mienne, tu le sentirais. Son aura est mauvaise, néfaste, elle n’apportera ici que la tristesse et le sang. ». Il avait dit ça sur un tel ton sérieux que finalement, après quelques secondes, le paternel s’écartait pour laisser Shinme partir. Sans même un signe de tête ou un seul regard, notre protagoniste partait dans la direction opposée de la maison. Elle allait se rendre dans le village le plus proche afin de voir quelles provisions elle pouvait acheter avec l’argent accumulé avant son arrivée à Nami.

Quelques vingtaines de minutes plus tard, elle se trouvait dans le quartier commercial du village d’Uminari. Enfin le quartier commercial s’était vite dit. Les rues étaient quasiment désertes, les quelques commerces étaient pauvres de produits à vendre. Il y avait plus de mendiants que de touristes. Le pays était vraiment dans un état lamentable. Elle voyait cependant quelques riches qui se baladaient, certains étaient même encadrés par des gardes en armures, surprotégés et surarmés. Des soldats du daimyo si l’on en croyait les paroles du vieil homme. Mais alors qu’elle avançait lentement, elle entendit justement des riches parler entre eux d’un groupe de bandits protégés par le daimyo qui avaient été retrouvés assassinés dans la forêt. Tendant l’oreille, Shinme entendit également que le Daimyo avait été en colère et voulait venger cet affront par le sang. Une rage soudaine s’emparait étrangement de Shinme dont la chakra s’affolait. Son démon reprenait le dessus. Si bien que les gens autours s’en rendirent compte.

« Regardez ses yeux, c’est un démon, gardes, tuez-la ! »

Dirent alors le couple de riche avant que les trois gardes ne se lancent à l’arrière de la noiraude. Elle lançait à peine un regard en arrière que des racines sortirent alors du sol pour immobiliser et entourer progressivement les trois gardes avant que les pointes ne s’enfoncent progressivement dans leur corps, les tuant extrêmement lentement. Hurlant à l’aide, le couple de marchand reculait au fur et à mesure que Shinme marchait dans leur direction. Enfin, elle ne marchait pas techniquement, c’était des racines sortant du sol qui la faisaient se déplacer sans qu’elle n’ai à bouger les jambes. Tendant ses bras, d’autres racines sortirent de ses manches pour venir égorger les deux bourgeois. Regardant ensuite en arrière, elle devait faire vite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1086
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Je ne veux pas de ta pitié [Partie I] Jeu 31 Aoû 2017 - 10:00

« Arg.. Espèce de traître, comment oses-tu t’en prendre à la garde royale de son excellence le Daimyo de Nami no kuni ? » Questionnait alors l’un des gardes royaux, blessé au niveau du bras gauche. Il se tenait le bras sanguinolent avec sa main libre alors qu’il avait un katana dans sa main fauche.
« Vous êtes les traitres. Vous servez un homme immoral, injuste, cupide et cruel. Il met le pays à feu et à sang, mais cela vous ai égal que les hommes de se pays se meurent, tant que vous, vous avez assez d’argent pour ne plus en compter. » Répondit alors le jeune fils du vieillard, celui qui avait mit Shinme dehors.
« Tu es plus intelligent que tu en as l’air visiblement. Maintenant je vais te demander de mourir »

Arrivée sur les lieux, Shinme était cependant un peu en retard, le combat avait déjà commencé. Du haut de son arbre, elle voyait le jeune fille pleurant à chaude larme dans les bras de son père alors que celui-ci était à genoux en train d’essayer de la consoler tout en la protégeant. De son côté, le fils avait sa lance dans les mains et combattait bravement les quelques soldats de la garde royale. Mais il était essoufflé, cela ne serait qu’une question de temps avant que la fatigue ne diminue la vitesse, la dextérité et la puissance de ses coups. Bientôt, il serait submergé par le flot de soldats. Il fallait donc que Shinme agisse rapidement. La pluie commençait à tomber, c’était parfait pour elle, cela couvrirait le bruit qu’elle faisait en se déplaçant. La première chose à faire était de sauver la fille et son père. Sautant de sa branche, elle atterrit alors les deux poings sur le sol entre le dos du fils et les deux autres membres de la famille. Ayant malaxé suffisamment son chakra, elle avait fait naître, entre le fils et les gardes un mur épais de lianes, de branches et d’épines. Le fils se retournait alors en avançant d’un air menaçant vers Shinme.

« Tout ça c’est à cause de toi ! » Dit-il en l’empoignant par le col. Quelques secondes passèrent dans le plus grand des silences avant qu’il ne la lâche. Ils se retournèrent alors vers les deux autres.
« Nous devons d’abord sauver ta fam… »

Dit-elle lorsqu’elle fut soudainement stoppé par une forme géante qui frappait d’un coup brutal Shinme et le fils qui partirent s’écraser tous les deux quelques mètres plus loin, au delà du mur où les gardes s’empressèrent d’aller. Au loin, Shinme pouvait voir un homme soulevé par une masse de terre. Un shinobi ? Le Daimyo avait aussi à son service des shinobis ? Alors qu’elle décidait de se relever précipitamment pour courir vers ce shinobis, une grande muraille de terre se soulevait devant elle, permettant aux gardes de se mettre devant et l’empêchant de voir tout ce qui se passait derrière. Le fils se redressait alors et se joignit au combat. Ils devraient d’abord se débarrasser de la dizaine de gardes qui étaient présents.

Le combat commença alors. L’un des gardes se dirigeait vers le fils en essayant d’enfoncer de façon horizontale son adversaire. Shinme fit apparaître une planche de bois qui stoppait la lame, permettant au fils de contre-attaquer. De son côté, deux hommes attaquèrent en même temps. Elle esquivait les coups avec grâce, se déplaçant soit par des sauts soit par des lianes qui la soulevaient. Décidé à combattre au corps à corps, elle devait alors se munir d’une arme elle aussi. Du sol jaillit alors des racines qui prirent la forme de la grande lance d’Izanagi avec laquelle elle transperça le thorax du premier soldat avant de pendre le deuxième avec une liane descendue d’un arbre. Ils se battaient dans son environnement, ils n’avaient aucune chance de gagner. Elle réussissait à se battre contre les gardes tout en soutenant le fils avec certaines lianes. Très peu de temps se déroulait avant que la plupart des gardes ne soient liquidés. Le fils semblait prendre cependant un malin plaisir à combattre avec tant d’aisance en compagnie d’une femme qui détestait pourtant. Ou peut-être était-ce car Shinme massacrait sans vergogne les hommes du daimyo ? Ce fut alors qu’un bruit résonna au loin. Tournant son regard vers le mur, elle vit que celui-ci était transpercé par une arme. En suivant la trajectoire, cette arme visait..

« Argfff… »

Tournant le regard vers le fils, elle le vit debout, ne bougeant pas. Il venait de laisser tomber sa lance sur le sol. Du sang sortait de sa bouche. Derrière lui sur le sol, une sorte de flèche ensanglantée, qui disparut alors en poussière sur le sol. Le shinobis ? Finalement, le fils tombait à la renverse. Son torse avait été transpercé par la flèche de terre. Il allait mourir. Shinme vint rapidement près de lui avant de descendre à son niveau. Il essayait de parler, mais le sang l’empêchait de prononcer correctement. Cependant, le noiraude discernait quelques mots. Sauve. Famille. Rejoins. Résistance. Puis le jeune homme ferma les yeux, laissant son corps s’enfoncer dans le sol, sans émettre le moindre sons ou mouvements. Ses paupières se fermèrent. Bientôt son âme quittera son corps qui lui dépérira et redeviendra poussière, de l’engrais pour la terre. La maudite se redressait alors lentement et marchait en direction du mur, qu’elle finit par éclater rapidement à l’aide de son Mokuton. Ce shinobis allait mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Je ne veux pas de ta pitié [Partie I]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Reste du Monde :: Reste du Monde :: Nami no Kuni-