N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 De candidat à élève, il faut un pas !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin - Chef d'Avalanche
Messages : 162
Rang : S

Message(#) Sujet: De candidat à élève, il faut un pas ! Sam 19 Aoû 2017 - 3:18


C’est déjà le troisième dossier qui passe entre les mains du Jisetsu, mais pour l’instant, le seul regard qu’il porte sur eux est chargé d’opprobre et de mécontentement. Aucun profil ne lui parle, aucun élément ne lui plaît. Très clairement, cette journée s’annonce peu fructueuse. C’est en discutant avec quelques membres de son Clan – Kotaro compris – que notre homme s’est finalement décidé à intégrer les formateurs et à prendre un ou plusieurs élèves sous son aile. Le relationnel n’est pas nécessairement son point faible ; mais ses critères sont élevés ! Autant dire que l’homme en demande beaucoup pour un simple Chûnin. Et être moins exigeant peut apporter davantage de réussite ?

C’est donc un quatrième dossier qui arrive sous ses yeux. Un Suishô ; un Clan important, mais dont il ignore les véritables dispositions à vrai dire. Peu importe, deux autres facteurs sautent néanmoins aux yeux du Jisetsu. Tout d’abord, que l’homme vient de Shimo – terre se réclamant encore de la suprématie impériale. Deuxièmement, que le garçon, bien que déjà adulte, a été « dompté » sous le régime impérial et selon l’ancienne méthode, comme diraient certains. Voici deux points qui semblent sondables, afin de débusquer un bon élément pour le village d’Iwa. La question demeure encore de savoir ce que vaut véritablement ce garçon … .

Ayant fait chercher le « gamin », le Chûnin d’Iwa a fixé le rendez-vous au centre de formation. Il se trouve dans la cour et observe à distance ceux qui sont venus s’entrainer en vue des prochains examens. Certains sont doués, d’autres patinent encore un peu. C’est donc pour ce décor navrant que l’Empire a été laminé et dissous. Pour qu’une « liberté » dans un monde désolé prenne la place d’une « unité contrôlée ». De toute évidence, ce n’est pas son choix, et l’homme n’a aucun idéal de suprématie. En clair, tout ce à quoi il aspirait a été détruit, et son but n’est pas de le reconstruire. Mais qu’en est-il donc de son véritable but … .

Bientôt, un individu se détâche du paysage. Il a certainement repéré le gradé par ses cicatrices, qui couvrent sa joue et son front. Des blessures importantes héritées de l’ancienne époque. Un homme à l’apparence dure ; beaucoup le voient ainsi. Pourtant, Hiyori n’en reste pas moins un Ninja et un homme comme les autres. Aujourd’hui, il s’est résolu à recruter les membres de sa future équipe sur trois critères. Avec ce jeune candidat, il commencera par le premier.

» Suishô … Mefisuto, d’après le dossier … ? Je suis Hiyori, chûnin d’Iwa, et je recrute aujourd’hui pour faire partie de mon équipe. Mes objectifs sont clairs : une équipe active, dynamique et impliquée à plusieurs échelles, tant pour le Village que pour le monde extérieur.

Voilà qui présente les bases de cette nouvelle team. La question maintenant est de savoir si ce jeune homme sera le bon élément à intégrer.

» Mon programme d’intégration se fait en trois étapes ; trois courtes missions qui me permettront de juger de tes capacités et de ta motivation. Ces trois missions doivent être effectuées dans la journée. Tu es partant ?

Question simple, réponse … ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 35
Rang : c

Message(#) Sujet: Re: De candidat à élève, il faut un pas ! Sam 19 Aoû 2017 - 4:44

Encore une matinée bien calme pour le village d'Iwa, cependant j'ignorais que celle-ci allait se révélé comme primordiale pour mon évolution en tant que ninja. En effet, je fus convoqué à un rendez de la part d'un Chûnnin du village. Jisetsu Hiyori, du clan Jisetsu, cela me semblait très intéressant alors je n'allais certainement pas manquer ce rendez vous. Je me suis levé assez tard ce matin, j'ai dû employer les grand moyen. Arrivant en utilisant mon shôton pour créer des patins et glisser jusqu'au centre de formation, je dématérialisa le tout à la vue d'un homme plutôt imposant. Il portait des marques flagrante révélant son passé tumultueux. Ce n'était pas tout, il semblait sérieux, froid et imposant.

Pour ma part, j'étais très calme, arrivant comme ci de rien était, j'étais à l'heure et s'était l'essentiel. L'homme se présenta mentionnant mon nom et le sien. Je n'exprima aucune émotion vis à vis de ces mots et m'en remit à un sourire amicale avant de répondre d'une voix grave et douce avec tout le sérieux qui s'en suivis.

- C'est exact, je suis Mefisuto du clan Suishô, manipulateur du Shôton au naturel et prêt à vous servir si vous me choisissez sensei.

Ces mots suffirent, un léger silence se fit avant que les mots ne ressortent de la bouche de mon sensei. Il m'exprima ses méthodes d'intégrations. Elles semblaient être à la hauteur de ce qu'il exprimait de son visage froid et concentré. Il semblait étudier avec attention mon attitude, ma manière de répondre et de me tenir. Logique, il s'agissait de mon instructeur avant d'être mon futur sensei alors je me devais de me montrer digne et à la hauteur de cet honneur.

D'un geste simple je m'inclina légèrement en guise d'acceptation, avant d'ajouter après réflexion une réponse allant droit au but et qui lui permettrait de m'analyser facilement. Mon but était de lui facilité la tâche car je souhaitais que s'il me choisisse, il le fasse de lui même.

- Je suis dynamique, contrairement au calme que je peu afficher, je sais speeder quand il le faut. Impliquer ? Je le suis également si les raisons font que je dois l'être. Je serais vôtre pour le village et pour le monde extérieur et je ne rechigne pas dans les tâches que l'on peu me confier. Concernant les missions, je ferais de mon mieux pour vous satisfaire, je vous écoute.

Evidemment que j'étais partant, j'étais prêt à faire mes preuves. On pouvait lire sur mon visage une motivation calme, excité par ma nouvelle vie. On pouvait également lire pour quelqu'un sachant discerné les signes non verbaux, que j'étais marqué par une existence remplit de loyauté malgré un léger remord dû au faite que les deux traîtres de parents m'avait livré à Shimo en échange de leur fuite.

J'attendais donc, et j'avais hâte de commencer. J'allais enfin pouvoir voir quelle serait ma destinée au sein de se village. Cachant mes compétences j'étais prêt à tout pour satisfaire celui qui de lui même s'est intéressé à mon dossier. Il pouvait y voir à l'intérieur que mes parents m'avaient échangé en échange de leurs vies et que par la suite j'ai été endoctriné par dame Pinoko, du moins, ces serviteurs. Que j'ai été formé dans un temple par un instructeur Shimojin, ninja de Shimo no kuni. Il pouvait également voir que j'ai pu faire mes preuves en matière de manipulation de base du Shôton, et que j'avais réussi mes testes et que pour cela et pour ce débarrasser de moi à cause du mépris que m'adressaient les villageois, je fus débarrassé à Iwa afin d'apaiser les tensions et en échange de mes services passé.

Peut être me trouveront ils encore utiles pour l'avenir ? Qui sait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin - Chef d'Avalanche
Messages : 162
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: De candidat à élève, il faut un pas ! Sam 19 Aoû 2017 - 15:07


Le jeune homme est arrivé dans les temps, et ses réponses sont certes saccadées mais intelligentes. Il n’en rajoute pas, fait le minimum, s’exprime de façon claire et laisse paraître sa détermination derrière ses mots. En soi, rien ne recommande la prudence, et si les actes suivent les mots, ce sera un homme capable et impliqué pour Iwa. Une bonne chose.
Mais Hiyori ne se fie pas aux mots. Sa perception et son jugement vont de pair sur du visuel et une bonne vieille mise à l’épreuve. Pour cela, l’homme s’est renseigné sur le Village. Il sait déjà comment tester les capacités du jeune combattant.

Dans la vie du Ninja, de nombreuses qualités et compétences sont attendues. De natures différentes, elles doivent répondre avant tout au plus grand nombre de situations, afin de sécuriser la victoire et de limiter les dommages en toute circonstance. Mais avec le temps, le Ninja tend à se spécialiser. Il devient alors un espion, un soutien, voire même un assassin. Cela le pousse évidemment à s’orienter sur certains domaines, en délaissant ainsi d’autres. Mais ce n’est pas cette spécialisation qui fait le Ninja ; mais bien la base sur laquelle il s’est construit.

» Trois facteurs sont indissociables pour le bon Ninja. Le premier est une capacité d’analyse fine et rapide. Le deuxième est un bon potentiel de force, tout en sachant gérer entre diplomatie et recours à la violence. Le troisième est … avoir des couilles ! Et dans le perfectionnement de ces bases, les trois missions que tu effectueras ce matin seront toutes de niveau faible, mais faisant appel à ces trois capacités absolument indispensables.

Encore une fois, le Jisetsu déballe clairement son plan et ses intentions, afin de s’assurer que son potentiel élève puisse suivre son raisonnement. Il n’attend en vérité pas toutes ces qualités en une fois. L’analyse rapide et efficace vient avec l’âge et l’expérience. La force se développe avec le temps. Et la paire de couilles … bin, en soi, c’est sensé être inné pour un p’tit mec ! mais après, rien n’est jamais trop certain. Ce qui compte pour le Chûnin n’est pas de tomber sur la perle rare qui fera le sans-faute. Mais plutôt de desceller les bases pour pouvoir les développer par la suite. En somme, il s’agit d’un simple examen de passage. Mais dont les enjeux détermineront si le Suishô intègrera cette équipe ou non.

Le Balafré sort un premier document et le déplie, présentant un visage à la nouvelle recrue.


» Ce gamin est régulièrement pris à parti par des ados lorsqu’il sort de l’académie. Il est encore aspirant, mais pas assez robuste pour résister à deux caïds qui font genre. Sa mère est inquiète car elle pense que son fils est à bout. Tu vas le suivre ; sans te faire repérer ! Et tomber sur eux quand ils feront leur racket. Fais attention, car ta façon de gérer la crise fera que le gamin s’en tirera définitivement ou seulement avec un sursis. A toi de gérer ça.

L’épreuve est somme toute assez banale, et assez intéressante ! Car pour faire cesser des voyous, la méthode forte n’est pas forcément la meilleure ! Dans le même temps, ce sera bien à Mefisuto de trouver la meilleure alternative à cette configuration spéciale.

» Je serai dans les parages, à vous observer. Mais je n’interviendrai à aucun moment ; tu es donc seul ! Pense à faire les bons choix ! Une fois cette première mission remplie, je te donnerai la suivante. La pause de midi va bientôt sonner pour l’académie, et le gamin rentre chez lui pour manger. A toi de le suivre. C’quand tu veux !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 35
Rang : c

Message(#) Sujet: Re: De candidat à élève, il faut un pas ! Dim 20 Aoû 2017 - 16:02

Je savais que les trois épreuves qu'il allait m'annoncer n'allaient pas être une partie de plaisir. Cependant, j'étais prêt à tout pour prouver ma valeur et un jour déshonorer mes parents qui ont dévalorisé le clan en me livrant comme un objet. Mon futur maître était déjà pour moi comme mon maître, car en une phrase il m'apprit les trois bases fondamentales qu'il attendait de moi. Je savais une chose, que chaque ninja avaient leur propre vision des choses en plus de l'idéal partagé par son village. Cela signifiait donc que je devais me montrer apte à suivre ses traces et sa vision des choses. L'avantage, c'est que l'analyse est mon point fort, ainsi que la diplomatie d'ailleurs. J'allais donc pouvoir tester un peu tout ça.

- Oui, je comprend. Je ferais de mon mieux pour vous prouvez que ses bases sont miennes ou le seront tôt ou tard. Je suis prêt à commencer les épreuves.

Sur ces paroles, un document vint à ma porté. Il s'agissait du village d'un jeune aspirant et selon les dire de mon maître, fréquemment racketté par quelques voyous adolescent. Je devais tout d'abord me demander s'ils étaient aspirant ninja ou non ? Remarque, pourquoi attaqueraient ils un aspirant si ce n'était pas le cas ? Mais aussi ils peuvent être malheureusement trop idiot pour ce rendre compte de leurs erreurs. D'un signe de tête je donna mon approbation, et c'est alors qu'il m'annonça l'heure et que j'allais devoir commencer. Le fait de me retrouver seul ne me dérangeais absolument pas. Par chance, l'académie se trouvait non loin du centre de formation.

Bondissant à la manière digne des ninja, je me rendit à la zone la plus proche de l'école, sortant mon pull de mon pantalon pour le laisser cacher le bandeau d'Iwa que je plaçais comme ceinture. Ainsi en y allant à pied tranquillement et en faisant cela, je ne risquais pas d'attirer l'attention. Arrivé devant l'académie, je fus pile à l'heure et la grille s'ouvrit, coup de chance les élèves commençaient à peine de sortir de classe, ils allaient bientôt franchir le portail.

C'est alors que, ayant mémorisé le portrait du jeune garçon, je ne vis pas tout de suite le gamin sortir. En effet, tout le monde quittait l'académie mais il ne semblait pas être présent. Une fois tout le monde sorti, je vis un jeune garçon qui correspondait au profil décrit par mon maître, et je découvris un surveillant qui l'accompagnait jusqu'à la grille. Me rapprochant discrètement faisant style de me poser dans le coin, j'entendis les mots de l'homme qui validaient donc la description du garçon.

- Donc nous sommes d'accord tu es sûr qu'il n'y a aucun problème ? Ta maman nous a fait part du fait que tu es très tendu en ce moment.

Le jeune garçon répondit d'une voix montrant un gros manque de confiance en lui.

- Oui Monsieur, il n'y a aucun problème ne vous inquiétez pas, je suis juste un peu fatigué.

Le surveillant reparti aussi tôt après avoir acquiescé ses dires. Les surveillants étaient définitivement incompétent il en va de soit. Je suivis donc le garçon discrètement au loin sans me faire repérer. Le trajet fut ennuyeux, il n'habitait pas à côté de l'académie. Je m'ennuyais tellement que j'avais déjà terminé de réfléchir sur la manière dont j'allais procéder. C'est alors qu'il se retrouva rapidement encerclé par deux adolescents, c'était peut être les caïds, mais je devais être sûr. De loin je n'entendais pas leurs paroles.

Je devais donc attendre et observer. Celui de devant avait saisit rapidement le col du jeune garçon, l'entraînant dans une petite ruelle juste à côté. C'est alors que rapidement, j'utilisa ma technique dans la plus grande discrétion.

"Shôton, Kurisutaruburēdo"

Ma technique des lames de cristal. Maniant mon Shôton avait finesse, des patins en cristal venaient de se constituer sous mes chaussures. Les lames n'étaient pas que tranchantes, elles me servait essentiellement pour allez vite. Sur mes deux avant bras deux petites lames courte circulèrent se constituaient également. Glissant de deux pas ferme je parcouru la rue rapidement jusqu'à la petite ruelle où par mon virage, je me mis entre les caïds qui étaient en train de fouiller le sac du jeune garçon, et la fameuse victime.

- Vous ! Je vous est surpris en train de voler ce jeune garçon ! N'avez vous pas honte ? Le racket ne se fait pas !

Je n'avais pas besoin de leurs demander gentiment s'ils étaient en train de le racketter étant donné que je venais de les prendre sur le fait. J'étais arrivé très vite, pour des adolescents le but était de leur faire un peu peur et de les intimidés, vu qu'ils aiment jouer au brut. Dématérialisant le Shôton et écoutant à la fois leurs baliverne de réponse, je leur répondis aussitôt mais d'une voix moins dure cette fois ci car il faut dire que j'avais un peu hurler.

- Si vous racketter votre camarade, cela veut dire que vous ne vous montrez pas digne de vivre dans ce village. Nous avons des valeurs à respecter, ne déshonorer pas vos familles... Et puis... Ce jeune aspirant deviendra un jour sûrement, un ninja, lorsqu'il aura acquis de la confiance en lui, et qu'il grandira, et qu'il deviendra très fort, il se souviendra de vous... Et là ? Que ferez vous ? Certes je peu me tromper mais prendriez vous le risque ? En plus de cela, s'il vous règle votre compte vous en feriez un Nukenin, un criminel mais vous ne seriez plus là pour voir ses ravages, et les responsables du feu qui aura été déclenché, se seront vous et personne ne vous pleurera ou ne vous priera jeunes prétentieux !

L'objectif par mes paroles étaient de leur donner une leçon, ils s'en prenaient à un aspirant qui souhaite devenir ninja, qui souhaite prendre les armes. Au départ les jeunes garçon qui manque de confiance en eux peuvent se montrer très faible, mais rien n'est jamais prédéfinis. De par la propagande dont j'ai été victime je savais manipuler les mots, je leur est infliger une sorte de propagande plus direct et un peu plus agressive, mais surtout réel.

- Si un jour, le village est attaqué, et qu'une de ses maisons exploses et que vous vous retrouvez coincé sous les décombres, préféreriez vous que ce garçon soit là pour vous aider à vous sortir de là ? Ou qu'il vous regarde et vous laisse périr pour ce que vous lui faite ? Ne voyez vous donc pas que plus tard vous serez des frères d'armes, et que vous vous retrouverez un jour peut être face à un ennemis qui sera réellement armé comme lorsque je suis arrivé ? Qu'auriez vous fait ? Plus tard vous combattrez côte à côte. Quand à toi petit, au lieu de pleurnicher sur le sol tu ferais mieux de te préparer à devenir un ninja et ne plus te laisser faire. Ces deux caïds ne peuvent rien te faire car tu as des droits, et nous avons des valeurs et tes frères d'Iwa seront là tout comme je suis là, à tes côté. Mais si tu es un lâche alors renonce à devenir un ninja. A toi de voir.

J'étais dur et cru dans mes propos, mais je me devais de l'être car cette leçon était parfaite pour fanatiser des gamins, la manipulation était mon fort et plutôt que de cesser les deux caïds, pourquoi ne pas faire devenir ses trois jeunes gens amis. Ainsi ils pourraient à l'avenir entrer dans la même équipe pourquoi pas ? Et leurs liens seraient forgé. Des liens qui par le fait qu'ils se connaissent jeunes leurs permettront d'être plus synchronisé et efficace pour le village. Remettant mon pull dans mon pantalon, mon insigne de ninja était désormais visible, cela confirmait bien que je savais de quoi je parlais et que grâce à cela, ils seraient tous plus facilement convaincu. J'attendis donc la fin de cette histoire ainsi que le retour de mon maître, une fois que ces trois jeunes gens m'auraient répondu et seraient tous partis car il était midi et demie. Je savais que mon maître m'observais, je me demandais en même temps du coup quel était son jugement, mais je restais aussi concentré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin - Chef d'Avalanche
Messages : 162
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: De candidat à élève, il faut un pas ! Lun 21 Aoû 2017 - 2:26



Dès sa mission confiée, le jeune homme décolle et ne s’occupe plus de son examinateur. Ce dernier, pour l’instant, serein, prend le temps de respirer. Il a confiance et sait que, pour l’instant, il n’y a besoin d’intervenir. Il est bien plus rapide et sait quand se manifester. Après quelques minutes d’attente, le Ninja d’Iwa se gratte la tête et se décide : allez, il est temps de s’activer, cette fois.

Sautant sur les toits, parcourant rapidement une courte distance, l’homme eut rapidement la scène en visuel. Le Suishô est intervenu entre les deux baroudeurs et la victime, afin de mettre les choses au clair. Il tente d’abord la négociation ; en tout cas, c’est ce qui semble être le cas. De là où il se trouve, le Jisetsu a certes une super vue mais pas une ouïe exceptionnelle. Il ne peut pas en deviner davantage, ni interférer dans sa gestion. Après tout, son rôle est de voir sur quelles bases le jeune homme est prêt à s’appuyer pour agir. Quitte à ce qu’il prenne quelques coups, autant rester simple observateur dans un premier temps … .

Mefisuto est effectivement dans une bien étrange situation. Il est certes bien intervenu afin de limiter les dégâts sur la victime. Et son approche montre une volonté de calmer le jeu et d’en appeler à la sagesse et à la retenue des agresseurs. Dans ce sens, il mesure certainement l’intérêt de son recours à la violence. D’autres y seraient directement allés par un poing dans la gueule. Faut-il leur donner tort ou raison, cela dépend de la philosophie de chacun. Quoi qu’il en soit, opter pour cette solution dans un premier temps est intelligent : cela évitera avec un peu de chances le combat, et donc que le gamin soit impliqué. En revanche pour ce qui est du discours moralisateur … hé bien, tout dépend de qui on a en face !

Pour le gamin, cette intervention est envoyée par les dieux ! Pour les deux gugusses, c’est juste une épine dans le pied qu’on peut facilement arracher en changeant de chaussures. Certes, se faire repérer aujourd’hui ne fait pas partie de leur plan. Et de fait, que ce soit un Ninja du Village n’est en rien une bonne nouvelle. Si le gars est doué, il pourrait bien les rosser en un rien de temps ! Mais si c’est juste un nabot de plus … et qui est intervenu sans renforts ! …

Le premier des deux, un blondinet aux yeux de fou et au tempérament de feu, lâche le gamin du col et focalise son attention sur le nouveau venu. Son regard sombre en dit long : très clairement, il n’a pas aimé qu’on gêne sa routine quotidienne !


» Il veut quoi, c’fucker ?! Mon gars, tout Ninja que tu es, t’es tout seul ! Et nous, on est deux Genin, certainement le même grade que toi ! Alors on va la faire court ! Soit tu paies pour l’abruti qui est là et il a un sursis jusqu’à demain ; soit tu te casses et tu pries pour pas retomber sur nous ! J’te laisse un choix, ch’uis dans un bon jour !

Le copain d’à côté se gausse. De toute évidence, le discours éducateur n’a pas fonctionné pour cette fois. Il va certainement falloir en venir au poing dans la gueule pédagogique !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Civil
Messages : 63
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: De candidat à élève, il faut un pas ! Lun 21 Aoû 2017 - 5:17


Être maitre de sa destinée. Voilà une chose dont elle n'avait jamais réellement prise la peine de réfléchir. Et c'était pourtant sur ces mots que son mentor l'avait laissée quitter le dojo dans lequel elle avait tout apprise sur l'art du Bushido. Ayashi Matsumoto avait été, depuis quelques années déjà, comme un père pour elle et ce lien s'était d'autant plus accentué à la mort de sa mère à elle. Orpheline, malgré qu'elle soit déjà une adulte, elle aurait voulu que sa mère voit le jour où elle réaliserait son rêve, qu'elle deviendrait ce qu'elle avait toujours promis d'être; une femme importante!

Mais voici qu'aujourd'hui, elle disait réellement adieu à toutes ses attaches à sa vie passée, si ce n'était qu'elle en gardait les souvenirs et les enseignements qu'elle en avait. Il lui fallait enfin prendre son envol, mais aussi savoir sur quel pied danser maintenant que deux choix d'avenir s'offraient à elle. Que faire alors, si ce n'était que d'expérimenter ce que la vie avait à lui offrir? Peut-être, dans le plus pur des hasards, serait-ce la vie elle-même qui viendrait lui offrir les premiers signes de son destin? Avant de paver sa propre voie, ne fallait-il pas en choisir les bases? Découvrir d'autres voies qui sauraient en inspirer la notre? Cela ne semblait pas être une mauvaise idée après tout...

C'était donc ce qui avait amenée la jeune femme à découvrir ce que Iwagakure No Sato avait à offrir pour elle. Désireuse de connaître ce qu'était le village caché dans les montagnes, c'est un long voyage qui l'avait guidée jusque dans ce coin du pays. Elle qui venait de Jukusui, la grande capitale au centre du pays, le village d'Iwa lui sembla d'abord modeste et il lui était impossible maintenant d'y envisager un potentiel avenir en tant que Geisha, à moins de compter dans sa clientèle plus "intime"...le Tsuchikage lui-même.

Malheureusement, les chances en étaient bien minces et elle savait bien que le train de vie de l'endroit, couplé à ses autres talents plus..."létaux"...finiraient par la mener vers l'autre voie. Un village Shinobi ne se priverait certes pas de ses talents de combattantes...d'autant plus des voeux de fidélités que venaient généralement avec les services d'un combattant "d'honneur"...une samourai. Et c'était donc en connaissance de cause qu'elle avait décider de se vêtir de son kimono rose et blanc, aux motifs floraux. Large, ample, mais léger et résistant à la fois, il lui donnait à la fois un air noble, mais digne de ce qu'elle était. Ses cheveux, attachés vers l'arrière en une longue et fine crinière, laissaient néanmoins un toupet fort élégant à l'avant qui mettait en valeur ses yeux aux couleurs inhabituels...d'un rosé aussi clair que ses vêtements traditionnel. Enfin, à son flanc, l'extension de ses propres bras y reposaient fièrement. Un Katana et un Wakisashi datant des premiers temps de l'ère impérial. On les reconnaissait à leur garde et le pommeau, finements ouvragés en l'honneur de la première caste de Samourai à avoir rejoints les rangs de l'empereur fou, le Kamui Samui Kakeshuou. Son mentor avait combattu dans cet idéal perdu d'avance et avait reçu récemment le droit de gardé son honneur intacte...tout en choisissant Murasaki comme héritière de son art afin de pouvoir vivre une vie de civil et laisser la gloire du passé derrière lui.

Enfin, c'était donc sous cette facette de son identité qu'elle irait se rendre au centre de formation du village. Intriguée par les arts Shinobis, mais aussi par l'opportunité de pouvoir se renseigner sur la méthode qu'elle pourrait emprunter pour mettre ses "services" à bon usage, elle ne voyait qu'un seul moyen de satisfaire sa curiosité et s'était de se rendre sur place. Malheureusement, peu habituée aux rues et ruelles du secteur, la guerrière incanardin finit par perdre le nord et, prise entre deux ruelles, dû se fier au son de voix juvéniles pour espérer retrouver son chemin. Écoutant d'abord simplement la "voix" qu'elle entendait, elle se mit à se concentrer de plus en plus sur les paroles qui suivirent cette conversation entre plusieurs personnes jusqu'à ce qu'elle puisse en comprendre tout le sens. Des malfrats...qui s'en prenaient à un pauvre enfant...et un bon, mais malheureux Samaritain qui n'avait su leurs faire renoncer à leur plan vicieux.

C'est alors qu'elle s'avança...elle qui dépassait probablement toutes les personnes présentes d'au minimum une tête humaine sauf le "protecteur" qui avait visiblement échoué sa vaine tentative de diplomatie. Ils étaient, elle et lui, sensiblement de la même grandeur, mais elle semblait plus vieille que lui. Sous son Kimono, son corps avait l'air de celui d'une femme à la mi-vingtaine...mais le regard perçant et calculateur de ses yeux semblait indiquer une vieille-âme, une femme qui en avait vu et vécus plus qu'il n'en fallait. Elle était mature, cela se lisait sur ses traits pourtant jeunes...

Le bruit de ses sandales de bois résonnèrent sur la surface solide de la ruelle, attirant les quatre paires d'yeux vers elle. Son air sévère perça l'ambiance épaisse de la situation tout comme sa voix toute aussi autoritaire. Si elle était une musique douce et agréable au niveau de sa chaleur naturelle, le ton sec et lourd qu'elle prenait ne la rendait que plus intimidante. Les tempéraments calmes et sages ne faisaient-ils pas les plus intimidants des volcans lorsqu'ils grondaient tel un séisme grandissant? Si cela ne suffisait pas...alors peut-être que le pouce qu'elle gardait relevé, accoté sur la garde de son wakisachi pendant que sa paume se refermait sur son manche, réussirait à calmer les ardeurs de ces vaux-riens.


Murasaki-
De biens valeureux guerriers que vous faites, ma foi.

Faites bien attention aux gestes que vous porterez, car je n'aurai aucune pitié à rétablir l'honneur de ceux qui en auront besoin. Mon nom est Murasaki Kirisame...souvenez vous-en...car il risque d'être le dernier que vous entendrez si vos prochains pas ne vous emmènes pas loin de lui.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 35
Rang : c

Message(#) Sujet: Re: De candidat à élève, il faut un pas ! Lun 21 Aoû 2017 - 12:43

Les choses semblaient se corser. Apparemment, l'usage de mon Shôton à mon arrivé n'avait pas réussi à intimidé les jeunes vauriens. Cela signifiait une chose et en plus ils me l'ont confirmés, ils étaient genin, comme moi. Je n'avais donc pas à m'en faire si les besoins d'utiliser la force étaient nécessaire, ma tentative me permit d'analyser concrètement ceux qui à l'heure actuel semblent être devenu mes cibles.
Je souriais, cela montrait juste qu'ils n'avaient rien compris car ma tentative qui certes restait diplomate me permis de les cerner concrètement en réalité.

- Je vois, vous êtes donc deux genin, et donc je vous est repéré, et donc vous ne souhaitez pas être dénoncé car votre place dans les rangs des ninja va sacrément être remise en cause. Vous pouvez être deux, la quantité ne vaut rien sur la qualité. Et je vous le dis, j'ai l'âme des ninja et leurs valeurs à mes côté, vous n'êtes rien !

Sur ces mots, une dame s'était approché, pardon à son allure je devrais plutôt dire une Samourai. Je connaissais leurs allures, leurs castes, leurs coutumes. Dès mon jeune âge j'ai subis la propagande de l'empereur fou, et j'étais plutôt admiratif de ces combattants, c'est d'ailleurs pour cela que j'ai consacré ma vie à utiliser mon Shôton dans l'art du Taïjutsu. Cette sublime Samourai était imposante, et quand au deux vauriens, j'étais surpris qu'ils aient acquis le rang de genin dans un si jeune âge. Ils semblaient désormais plus hésitant qu'avant, mais toujours aussi déterminé. Peut être que la peur que l'on octroi des représailles étaient une motivation plus déterminante pour eux.

- Enchanté Samourai, je suis Suishô Mefisuto, genin d'Iwa et vous pris de m'excuser pour la gêne dont vous êtes contrainte actuellement.

En effet, n'étant pas du village cette dame venait d'être dérangé dans sa quête. Je savais que les Samourai ne se déplaçaient jamais pour rien. Cependant, les gamins n'en avaient que faire et je ne pouvais pas risquer un incident diplomatique. Suite au menace qu'elle leur a proféré, bien que noble de sa part, ces jeunes êtres ne devaient pas mourir mais être arrêté ou simplement corrigé.

- Qu'est ce qu'elle a celle là ? Et vous allez nous faire quoi alors hein ?

S'en était trop, ses mots risquaient vraiment de me rendre cette journée infernale. Je n'avais donc pas le choix. Heureusement pour moi, je connaissais une technique simple et la ruelle était étroite. Ces gamins étaient suffisamment près de moi, je pouvais donc les corriger comme je le voulais. A petite échelle, la technique que j'étais en train de travailler me permettait de rendre mes poings aussi brûlant que la braise. J'avais donc décider de les corriger correctement.

- Il suffit ! "Kâton Natsu No Ken".

Les poings de feu, en un rien de temps j'eu activé ma technique, saisissant de ma main droite et de ma main gauche la tête de ces enfoirés. Ma paume de main était brûlante et recouvraient tout leur visage. Je savais qu'ils n'allaient évidemment pas risquer de grande blessures mortelles, mais au moins ils auraient le visage bien brûlé et gonflé pendant un moment. Saisissant donc leur tête je les jeta ensuite en arrière. J'avais pris soin de toucher leur nez, leurs yeux et leur bouche lorsque je les aient pris en main. Cela signifiait donc qu'ils allaient sûrement avoir de sacré séquelle par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin - Chef d'Avalanche
Messages : 162
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: De candidat à élève, il faut un pas ! Sam 26 Aoû 2017 - 4:08



Avec l’arrivée d’une personne supplémentaire, la partie semble enfin équilibrée ! De son côté, le gamin est « en sécurité » tant que les deux envoyés du Ciel ne partent pas ! Mais les deux lascars sont apparemment déterminés à porter leur affaire jusqu’au bout ! La présence d’une Ninja de plus n’est certes pas de bon augure, mais encore faut-il perdre la bataille ! Et étrangement, le jeune homme à coiffure hirsute paraît assez confiant dans ses capacités !

La pirouette rapidement exécutée par Mefisuto change la donne ! Ne s’étant pas attendu à être engagé aussi rapidement, les deux voyous sont projetés en arrière de la ruelle, avec des blessures marquées au premier degré. L’attaque n’est pas fatale, et fait plus de peur que de mal, mais c’est clairement une déclaration de guerre entre les deux groupes ! La situation est loin d’être réglée … . Avec le gamin au milieu de tout ça, on peut se demander si la mission a encore son importance !
Se relevant avec peine, les deux Genins observent leurs adversaires avec colère. De toute évidence, la « leçon » ne leur a pas suffi ! Ils se rassemblent … et font tout à coup le choix de décamper ! De la peur ? Une stratégie derrière tout ça ? Allez savoir ; quoi qu’il en soit, voilà les deux membres d’Iwa seuls avec la victime. Au milieu de la confusion, l’enfant a pris son cartable et l’a mis contre son torse pour encaisser d’éventuels coups perdus. Son visage indique clairement la crainte et l’angoisse … .

C’est à ce moment-là que le Balafré fait son apparition au beau milieu de la ruelle ! Atterrissant des toits d’où il observait la scène, il se relève et pose un regard sévère sur les environs. Il prend un petit carnet, rédige quelques notes, et range le tout avant d’interagir avec le groupe.

» Bon … le premier constat n’est pas terrible ! Les deux gaillards sont partis, mais rien ne garantit que cela fasse cesser leurs activités par la suite ! Tu as tenté de recourir à la discussion, mais tu aurais pu faire meilleur usage de votre égalité numérique pour faire pression sans provoquer un combat qui pourrait impliquer le garçon … . Ce n’est pas grave, mais il va falloir prendre quelques mesures … .

Son attention se tourne alors vers la jeune victime, qui est restée silencieuse et grelottante jusqu’à maintenant. Hiyori se penche vers lui, met un genou à terre, et réalise un mudra du Tigre. Un Clone de Pierre se modèle à ses côtés, et se tient prêt pour les ordres.

» Salut, bonhomme ! Désolé que tu te sois retrouvé impliqué là-dedans … . Mon clone va t’escorter jusque chez toi. Et nous irons signaler l’identité de tes deux tortionnaires. Ils ne s’y reprendront plus !

L’enfant secoue la tête pour acquiescer, et sèche ses larmes naissantes. Les deux protagonistes quittent bientôt la scène, non sans que l’enfant se retourne pour un dernier regard vers les deux Genins et leur fasse un signe de la main.
Le Jisetsu se décide à poursuivre l’exercice. Les résultats pour l’heure son mitigés, mais tout est encore possible ! De plus, l’arrivée d’une nouvelle joueuse dans le game peut rendre la chose intéressante !

» Bien ! Disons que cette première épreuve se solde avec des résultats acceptables ! Reste encore deux épreuves pour valider l’entrée dans l’équipe. Son regard se pose un instant sur celle qui a fait irruption. Je ne connais pas ton profil et tes intérêts, mais ce jeune homme postule pour intégrer mon équipe. Si le défi t’intéresse, tu peux toujours participer en coopération avec Mefisuto ici-présent … .
» La deuxième étape concerne une capture ! Un illusionis terribilus, type mammifère félin de taille moyenne (moins d’un mètre) s’est échappé du centre de recherche. On doit le rattraper ; sa dernière localisation était à l’est des terrains d’entrainement, dans l’espace boisé a proximité des remparts. A vous de le capturer et sas lui faire de mal !!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

De candidat à élève, il faut un pas !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays de la Terre :: Iwagakure no Satô :: Centre de Formation-