N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Un de plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Un de plus Sam 19 Aoû 2017 - 5:27



Kouba.

Comme souvent ces derniers temps, c'était là une nouvelle destination pour moi, qui avait le plaisir de s'ouvrir sur le monde depuis peu. Après Shoukou et la forêt tout juste à l'Ouest de la ville, la petite ville frontalière m'accueillait par une pluie fine, mais incessante. Depuis mon arrivée, et un peu avant, j'avais l'impression d'être entré dans un nuage immobile qui enveloppait tout sur des kilomètre à la rondes. Même l'air qu'on y respirait était humide et épais, chargé de millions de milliards de microscopiques gouttelettes d'eau quasi-invisible. Heureusement, la technique du henge m'avait permis de changer mon apparence et donc de ne pas avoir à porter mon masque. Ses verres teintés auraient tôt fait de devenir une gêne. Je me voyais mal les essuyer à tous les cinq mètres...s'en serait d'un ridicule...HmHmHm!!

Enfin, par un temps aussi maussade, je n'avais pas l'intention de m'éterniser trop longtemps dans cette ville qui, pourtant, devait habituellement être la plus accueillante du pays. Sa proximité avec les frontières en faisait une destination de choix pour "les affaires" et l'on voyait que l'élite de la nation avait investit dans les infra structures et le décor paysager. Mais à mes yeux, cela en revenait à mettre une couche de parfum sans avoir prit une douche depuis la veille. L'on peut tenter de camoufler les mauvaises odeurs, mais l'on sent toujours quelque chose de pas bon derrière cette hypocrisie. Il n'y avait rien se plus propre que le propre...mais ces messieurs monopoly n'en avait rien à faire. Ils étaient aussi sales que leur argent et les traces qu'ils laissaient après chaque transactions puantes qu'ils concluaient "au nom du progrès". Heureusement pour nous (et malheureusement pour eux) le jour des vidanges approchait, et j'avais déjà réunis une belle équipe de nettoyage pour notre coup d'envois.

C'était d'ailleurs ce qui m'avait amené ici. Les gens que je recrutais devaient, le plus possible, avoir que très peu de liens affectifs ou sentimentaux entre eux et pour répondre à ce caprice de ma part, j'allais donc faire mes recherches ailleurs qu'à la capitale cette fois-ci. Les chances devenaient donc plus mince de tomber sur un mercenaire connaissant les autres...même si...à ce que l'on dit..."le monde est petit".

Marchant donc en direction des cartier "peu fréquentables" de Kouba, je me mis à analyser les passants, à regarder leurs faits et gestes...à deviner leurs intentions. Appuyant mes pas sur mon bâton, je restai à l'affut des moindres signes pouvant me guider à un Shinobi...tôt ou tard il y en aurait bien au moins un qui sortirait du lot.





@Kadoria Sanada
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 23
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un de plus Dim 20 Aoû 2017 - 21:25


Kadoria Sanada avait quitté la capitale d'Ame no Kuni suite à sa rencontre avec Kotetsu, un gars un peu énervé sur les bords qui avait été éduqué par un Kadoria.
Le shinobi aux cheveux rouges avait décidé de quitter Kaminari pour prendre des distances avec son clan, ces moutons aveuglés par leur titre de Gardien et voilà qu'il en rencontrait à l'autre bout du Yuukan. Exaspéré, c'est dans cet état d'esprit dans lequel s'était retrouvé le Kadoria lors de son départ de Shoukou.

Son nouveau périple l'avait finalement mené aux frontières du pays de la Pluie, dans la ville de Kouba et comme à son habitude, la pluie s'invitait continuellement à la fête.
Kouba serait la dernière ville visitée dans ce pays de merde.

Dans le fond, cette petite ville ne changeait pas de la capitale, on y retrouvait les mêmes espèces d'animales, les ivrognes, les riches pétant plus haut que leurs culs et bien d'autre encore.
La seule différence résidait dans le fait la taille de la ville rendait plus facilement distinguable tous ces petits détails qui dans la capitale pouvait passer parfaitement inaperçu.

Par malchance, c'était d'ailleurs dans un quartier plutôt mal fréquenté que le Kadoria avait été orienté par un habitant. Qui pouvait bien avoir envie de venir traîner dans ce trou où la puanteur de l'alcool et de la transpiration avait pratiquement infiltré l'air les murs dessinant les lieux. Et avec l’odeur de l’alcool venait inévitablement les ivrognes tous plus bruyant les uns que les autres.

C’était parfois à se demander pourquoi l’alcool avait été inventé. Pourquoi boire quelques choses nous plongeant dans un état second et nous faisant agir sans la moindre intelligence ? Pourquoi sortir et perdre de la thune en laissant sa femme et ses gosses à la maison afin de finir embarqué au cœur d’une stupide baston de rue parce que l’autre aura eu la maladresse de croiser votre regard ? La stupidité des Hommes était parfois déconcertante, et ce n’était pas Sanada qui dirait le contraire.

Le shinobi déambulait donc dans les rues dégoûtantes du quartier la tête cachée sous une capuche noire et le vissage emmitouflé sous une pièce de tissu servant tout juste de pare-feu à la puanteur ambiante. Il marchait calmement, mais autour de lui c’était le bordel, les gens se poussaient, les bouteilles de verre s’éparpillaient sur le sol. La situation avait atteint un tournant qu’il ne pouvait plus supporter.

Il employa alors une astuce propre à ses pouvoirs, une chance que les Kadoria ne soient que très peu connus dans cette région du monde. Il pourrait bénéficier de la surprise de l’assemblée pour quitter tranquillement les lieux sans éveiller le moindre soupçon. Composant des mudras à l’aide de sa main droite plaquée dans sa manche, le but de la démarche ne se fit pas attendre. Un sceau placé sous la tout autour du corps du Kadoria sous le niveau de la ceinture abdominale s’éclaira sous les vêtements de Sanada et le chakra du Kaminarijin envahit la ruelle modifiant la gravité et forçant les passant à ployer le genou ou à se foutre ventre contre terre pour les plus faiblards.

À travers la stupéfaction ayant gagné les lieux, Sanada continua discrètement sa route jusqu’à rejoindre une ruelle perpendiculaire. Il s’installa sur une casse en bois, exténué par la situation. Il détestait réellement Ame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un de plus Lun 21 Aoû 2017 - 16:10



Ce qui n'était pas agréable, cependant, c'était que ce genre d'endroit devenait vite lourd et oppressif de par les habitudes peu envieuses de ses citoyens. Bouteilles de verre cassées, mégots de cigarettes à la traîne, fumée noire qui s'élevait des trop nombreuses cheminées, hurlement de voisins à d'autres, combats de chats dans les ruelles et tapage en tout genre étaient au rendez-vous. Dans les rues, trop petites pour le nombre affluents de piétons sur les heures de pointes, les gens jouaient du coude, se marchaient sur les pieds et se criaient des injures. Boites de travail à la main, casque de chantier ou d'industrie sur la tête, ils revenaient du travail avec qu'une seule idée en tête; "être chez soi, manger, se divertir, dormir...et recommencer". Un mode de vie dégoûtant, qui ne faisait pas rêver et qui donnait donc une société malade, sur le point d'imploser à tout moment, mais dont les mains et paroles habiles des manipulateurs de ce monde réussissaient à contenir en leur promettant "du pain et des jeux" toujours et encore, depuis la nuit des temps. Décidément, le genre humain faisait pitié, oui...

Derrière les lunettes teintées de mon masque, je les observais, depuis un coin sombre d'une ruelle. De vrais automates qui avaient perdu ce qui les rendaient vivants. Leur instinct, leur désire de vivre, leur désire d'être en paix, de connaître l'amour et de vivre d'émotions fortes. Et pourtant, je ne leur en voulait pas, car je savais qu'ils n'étaient le résultats et les instruments que d'une pensée dégoûtante dont l'ambition avait surpassée les leurs...afin de les guider dans un chemin autodestructeur...au profit du profit justement. Le profit d'un seul, ou d'une poignée d'homme seulement. Comme quoi les ambitions personnelles et égoïstes pouvaient facilement outrepasser celles de la collectivité.

Cependant, surprenant allait être l'élément perturbateur de cette journée. Et qui aurait pu croire que ce genre de situation allait se produire, alors que le soleil était aussi haut dans le ciel? Bon, d'accord, ses rayons arrivaient de peine et de misère à percer le voile grisâtre des nuages toxiques qui englobaient le pays en entier probablement, mais il ne devait tout de même pas être plus tard que les quatre heures de l'après-midi lorsque cela se produisit. Alors que mon regard tomba, par pur hasard, sur un homme à l'allure plus irritée que les autres, je vis ses dents se serrer, son regard s'assombrir un court instant et puis...la catastrophe. Une force titanesque, invisible mais belle et bien présente, et lourde surtout vint obliger la foule à plier le genou. Les têtes s'abaissèrent de quelques centimètres, voir décimètres. Les plus faibles des civils furent même cloués au sol alors que le seul capable de se mouvoir encore sous cette pression surnaturel échappait à mon regard.

Pris dans la zone, je dû donc attendre qu'elle se dissipe d'elle-même avant de pouvoir bouger à mon tour. Heureusement, j'étais déjà assis et prenait appui sur mon bâton de marche, ce qui me valu l'opportunité d'activer mes sens et de percevoir le chakra de l'individu. Sa signature s'éloignait peu à peu, mais restait tout de même visible malgré la distance et, lorsque sa technique se dissipa, je pu enfin monter sur les toits en utilisant les différents paliers des cages d'escalier de secours comme tremplin. D'un bond à un autre, j'escaladai l'immeuble jusqu'à en arriver à sa toiture...et je suivis l'homme qui, finalement, n'alla pas bien loin. À peine une ruelle plus loin pour être exacte...où il alla s'asseoir...tout juste en dessous de moi.

Descendant alors un autre escalier, l'air de rien, laissant le bruit de mes pas sur le fer des marches se mélanger au brouhaha urbain de la ville, j'attendis de n'être qu'à un seul étage au dessus de sa tête pour croiser et appuyer mes bras sur la rambarde du palier où je me trouvais. Puis je lui parlai...



HmHmHm!!! On peut pas dire que tu es du genre à être patient toi!

Mais...je te comprends...mais il ne faut pas leur en vouloir. Ce n'est pas de leur faute, ils sont aux prises avec cette épée de Damoclès au dessus de la tête qu'est le pouvoir de l'oppression. Les riches dominent, et ils subissent. On leur met cinq pièces dans un poche, mais leur en vole quatre dans l'autre pour un travail qui devrait en rapporter dix. Et toi, aujourd'hui, tu viens de leur faire plier le genou encore une fois.

Tu sais...ce que tu viens de vivre. Cette rage, ce sentiment d'être pris au piège, constamment bousculé par des forces innombrables et chaotiques sur lesquels tu n'a aucun pouvoir...ils le vivent au quotidien.
Jours après jours...mais n'ont pas tes capacités et décider que "Assez, c'est assez", et tout arrêter d'un simple claquement de doigt.


Et s'il leva les yeux, c'est l'apparence d'un jeune homme au début de sa vingtaine qu'il vit. Mon masque avait disparut, mon imperméable aussi. Seul un petit sourire subsistait sur ce visage juvénil, mais rebel et typique de ce qu'un jeune de la région aurait l'air, que j'avais emprunté pour m'adresser à lui. Un henge, donc, simplement. Une technique de base, mais si utile lorsque nous ne voulions dévoiler notre vrai visage. Pas vis-à-vis lui particulièrement, mais pour le monde, pour ceux qui nous entouraient dans la rue et les ruelles, dans les appartements sans rideaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 23
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un de plus Sam 26 Aoû 2017 - 19:55


Cherchant désespérément à reprendre ses esprits avec la tour de force qu'il venait d'exécuter, Sanada avait trouvé "refuge" dans une petite ruelle non loin de là.
Ces rats l'avaient réellement poussé hors de ses gongs, il en avait marre de ce pays et de la population le peuplant, il en avait marre de cette météo de merde. C'était dans ces moments qu'il regrettait à peine son petit quotidien dans les montagnes à jouer au bon petit gardien.
Mais était-ce vraiment une vie ? Pas pour lui. Il voulait inverser la balance. Pendant des années il avait été oppressé, désormais, il deviendrait l'oppresseur.

C'est alors qu'un drôle de type fit son apparition devant le Kadoria encapuchonné.
La première pensée fut de ce demander qui était ce gars qui venait de traiter d'impatient...
Il avait visiblement été spectateur de la scène qui avait eu lieu dans cette rue non ? Alors pourquoi venir tel un cheveux sur la soupe perturber le retour au calme du Kaminarijin ?
Dans l'ombre de sa capuche seul les yeux argentés se posèrent sur cet inconnu, un regard sévère, invitant ce dernier à dégager.

Mais il n'en fut rien, au contraire, il parla d'une épée de Damoclès placé au-dessus de la tête des habitants, et évoqua grossièrement le dysfonctionnement du système politique d'Ame no Kuni.
Il avait l'air au moins aussi merdique que son climat. Mais ce curieux inconnu ne s'arrêta pas là, non, il sembla même comparer l'oppression des politiques à la petite démonstration de force de Sanada.
A quoi jouait-il ?
Le Kadoria décida de l'ignorer et entreprit même de quitter définitivement les lieux. Il n'avait pas vraiment besoin d'un moralisateur pour lui tenir compagnie.

Un moralisateur allait presque jusqu'à "blâmer" qu'on puisse décide de quand les choses doivent s'arrêter ou non. La visage d'un vingtenaire apparu alors aux yeux du Kadoria qui avait finalement décidé de se retourner une dernière fois avant de disparaître. Il soupira...
Avant de s'exprimer d'un ton clair.

- Je ne vais pas pleurer d'être capable de faire cesser les choses qui me dérange, tout comme je n'ai rien à faire de ces imbéciles qui préfèrent dépenser leurs quatre sous dans leurs verres de Saké. Lorsque l'on est oppressé, nous avons toujours le choix, celui de partir ou de rester subir.

Sanada lui avait décidé de partir et d'arrêter de subir. Et c'était un clan, un titre et un tas de privilèges qu'il avait abandonné. Personne lui ferait croire que ces pauvre gens avaient plus à abandonner.

- Donc, si tu as finis, je vais m'en aller et quitter ce pays qui me dégoûte et qui me donne chaque jour de plus en plus envie de le détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un de plus Mar 29 Aoû 2017 - 0:23



Eh bien...voilà une réponse qui avait manquée me jeter en arrière. Décidément, le jeune homme qui venait de faire toute une scène décidait finalement que ce qui se passait ici n'était en rien son problème et que ce pays moche et laid ne méritait donc que ce qui lui était arrivé. Une bien piètre pensée...bien qu'il n'y avait pas que des torts dans ce qu'il venait d'énoncer. Néanmoins, une partie de son argumentation me fit allumer une lumière. Ce mot tout aussi précieux à mes oreilles...surtout concernant l'élite de cette terre abominable comme il l'avait presque décrite. Un mot frappant, qui avait de l'impacte. "Détruire".

Et c'était un mot absolument bien choisis pour décrire ce que l'on éprouvait envers ce pays gris et nauséabond qu'était Ame, une fois que l'on y avait mit les pieds un peu trop longtemps et que l'on avait vu toutes ses facettes...qui n'en comprenait que bien peu qui étaient jolies. Une envie de destruction, une envie de tout anéantir cette crasse qui s'accumulait ici et sur le coeur des hommes. Des hommes qui n'avaient aujourd'hui qu'un lointain souvenir de ce qu'était la fierté. Chose que je comptais bien arrangée cependant. Tout comme ce que cet homme avait comme opinion de ce terrible, affreux pays...qui était malgré tout le mien et que je voyais d'un autre oeil cependant. D'un oeil progressiste. Le vrai progrès...celui qui avance pour tous et chacun. Non pas qu'une poignée un peu trop gourmande.

...mais pour y arriver...il faudrait casser des oeufs et jeter des pommes pourries.


Ah! Alors je t'offre l'opportunité de donner un bon coup de patate direct dans les dents de ce pays dégeulasse! Ça...? Ça te dit? Dis-je alors en écartant les bras bien grand, d'un air convaincu et un peu trop enthousiaste.

Allez...j'aurais vraiment besoin de gars comme toi! Bha...d'autres gars comme toi plutôt. On est déjà quelques-uns...ce serait sympa de t'avoir aussi. Tu me semble un bon gars...pas bon genre "bon", "super positif"...mais bon dans le genre doué et assez "bad ass". Non parce qu'on s'entend que t'es un peu rabat-joie...entre nous...mais j'aime bien les rabats-joies. Ils sont sérieux...et généralement...ce sont de "bons" gars.

Repris-je en descendant la cage d'escalier pour le rejoindre et m'asseoir près de lui, à une bonne dizaine de mètre!

Là, je baissai la tête en bottant une cannette de soda vide qui trainait là, l'envoyant faire un petit vol plané jusqu'au mur du bâtiment le plus proche où elle stoppa sa course dans un "clunk" bien distinctif. Un autre déchet parmi tant d'autre...puis je me relevai en me dirigeant vers elle, tout en reprenant encore la parole.


Hm...je sais que pour toi, vite comme ça...ça en vaut ptete pas la chandelle et que j'suis clairement qu'un inconnu dans ce monde de bouseux. C'est vrai...M'énoncai-je en prenant la cannette vide pour la jeter dans un conteneur à poubelle tout juste dans la ruelle.

Mais ça en prend des illuminés comme moi pour essayer de changer les choses. Ça en prend des révoltés comme moi pour brasser la cage qui nous empêche de gouter la liberté...

...et ça prend des gars comme toi pour que les gens comme moi comprennent que c'est possible d'être plus que "seul" à pouvoir "faire quelque chose". Tu étais "là" au bon moment...contre toute attente.

Et puis...qu'est-ce que t'aurais de mieux à faire que d'entrer dans l'histoire? Et ne pas être simplement une personne de plus dans ce monde anonyme?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 23
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un de plus Lun 4 Sep 2017 - 18:41


Une opportunité de donner une bonne patate dans les dents de ce pays dégueulasse ? Cette phrase ne manqua pas d'éveiller la curiosité de Sanada qui avait alors entreprit son départ de cette ruelle sinistre, laissant ainsi sur le carreau cet inconnu ne manquant pas de toupet.
Cependant, ce même inconnu avait étrangement captivé le Kadoria. Qu'est-ce que ce drôle de type prévoyait de faire à l'encontre d'Ame no Kuni ? Une révolution ?
Il n'avait pas vraiment l'air d'un gars souhaitant prendre le pouvoir, alors que pouvait bien signifier cet étrange sentiment que Sanada pouvait ressentir ?

L'Inconnu était d'autant plus motivé qu'il avouait sans peine avoir besoin de personne comme Sanada.
Non sans être persuadé qu'il s'agissait là d'un compliment, le Kaminarijin se montra toutefois intrigué et pour la première fois depuis le début de leur discussion, ce dernier souhaitait poursuivre cet échange verbal.

- Il est vrai que ça donne pas vraiment envie d'aider quelqu'un qui n'a clairement pas révélé son identité. Tu as besoin de mecs "Bad ass" pour accomplir ton œuvre, soit. Mais je ne suis pas un bouclier humain derrière lequel je te laisserai te dissimuler. Que les choses soient bien claires répondit-il lorsque l'inconnu concéda que sa proposition pourrait sembler étrange et pas franchement attirante pour quelqu'un de réfléchit et ayant facilement relevé que cette proposition de destruction massive avait été demandé par un homme n'ayant même pas osé se présenter en bonne et due forme.

Néanmoins, l'intrigue posée par l'inconnue décida Sanada à essayer d'en apprendre plus.

- Mon prénom est Sanada et je n'ai guère besoin d'entrer dans l'histoire puisque j'y figure déjà. Mon nom fait partie de l'histoire de ma Nation et en aucun cas mes actions seront guidés par une quelconques recherche de gloire. Mais tu as éveillé ma curiosité, et l'idée de briser quelques chaînes ne m'est pas étrangère, alors raconte moi ton histoire Inconnu, et je verrais si je peux te fournir l'aide dont tu auras besoin et obtenir la tienne lorsque j'en aurais besoin à mon tour.

Faisant face à l'inconnu, le Kadoria était prêt à l'écouter et à se laisser convaincre. Mais cela ne serait pas sans promesses de retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un de plus Mer 6 Sep 2017 - 23:27


Ainsi donc j'avais réussis à attirer son attention. Sa curiosité venait de l'emporter au moment où j'avais immiscer la possibilité de voir quelques coups de patates se lancer dans la mêlée. Un combattant donc, plus qu'une âme charitable pu encore qu'un génie du crime. C'était une bonne chose...je préférais largement avoir l'aide de ce genre se personne que de ceux qui réfléchissaient trop ou qui risquaient de retourner leur chemise en voyant les horreurs de la guerre. Parce que, même si ce n'était pas une véritable guerre que j'avais l'intention de déclencher, les répercussions pourraient êtres terribles d'un coté comme de l'autre...il me fallait donc des gens capables d'agir sans trop se prendre la tête sur de menus détails comme "le bien" ou "le mal".

Offrant donc un large sourire à l'autre jeune homme, je sortis une cigarette du paquet qui trainait dans ma poche gauche et un briquet de l'autre. Mes lèvres emprisonnèrent le filtre de celle-ci pendant que j'en tendais une autre à mon interlocuteur, suite à quoi, qu'il la prenne ou non, tout revint à leur place initiale. Je tirai une première fois la fumée de ma clope en une longue respiration puis, avec une voix à semi-coupée par le surplus "d'air" qui m'envahissait les poumons, je repris en crachant de petits nuages blanchâtre à chacun des mots qui sortaient de ma bouche.


Eeeeh bien...content de voir que tu semble intéressé à te joindre à la partie Sanada! hfhfhfhf!!! Pppffffff!

Alors...je sais de source sûre qu'un groupe de mercenaire a été réunis par un certain "Akumu", tous très expérimentés, afin de faire bouger les choses. Il n'y a pas d'argent à la fin de ce boulot...le gars fonctionne par le "donnant-donnant". Tu lui rend un service, et il te le rend aussi. Il n'a décidément pas peur de se salir les mains, et n'a que très peu de limite sur ce qu'il "peut" faire au sens moral du terme.

Ok!! Dit comme ça, il a l'air d'un véritable psychopathe! Mais il est surtout très sérieux et conscient que si vous mettez votre vie en danger pour lui, il en fera de même pour vous le temps venu.


Puis, en me rapprochant de lui, je posai mon bras autour de ses épaules conne le ferait "un bon ami", histoire de ne pas avoir à dire trop fort ce qui suivrait. Personne ne devait l'entendre...c'était là des informations cruciales et strictement confidentielles sur les événements qui allaient se produire sur le territoire.

Psst...alors voilà. Durant l'occupation impérial, le Kamui aurait fait enfermé énormément d'opposants politique dans la prison à l'Est. Normalement, ils auraient dû être libérés avec la chute de l'empire...mais les gros bonnets ont rachetés la prison et préfère les garder enfermés injustement pour s'assurer qu'ils ne viennent pas mettre leur nez dans leurs affaires et ainsi augmenter l'influence de l'opposition!

Donc ce gars là...Akumu...veut forcer la prison et les en secourir. Il veut les faire sortir de là pour donner un bon coup à ces connards qui s'en mettent un peu trop les poches sur le dos de tout le monde. Les gens enfermés là sont...influents et puissants dans la sphère politique du pays. Le peuple se soulèvera s'ils marchent à leurs cotés...et c'est de ça qu'on a besoin. Mais pour ça...on a besoin de gars dans ton genre pour faire diversion et occuper les gardes pendant que ce Akumu les prend de revers avec une autre équipe. On parle...d'environ 10 Shinobi...assez balèze. Alors...ça te botte de les rejoindre?






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Un de plus

Revenir en haut Aller en bas
 

Un de plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Reste du Monde :: Restes de l'Empire :: Ame no Kuni-