N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Suivre les miettes [Eikõ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 82
Rang : B

Message(#) Sujet: Suivre les miettes [Eikõ] Lun 21 Aoû 2017 - 3:30

Spoiler:
 


Le ciel était sombre, les habitants du village se cachaient chez eux. Il n’y avait rien d’effrayant, uniquement les intempéries. Pour le village dit « du désert » cela arrivait plus souvent de voir des averses qu’auparavant. Non pour déplaire à notre jeune protagoniste qui aimait tant s’asseoir au bord de sa fenêtre, chocolat chaud et un simple livre entre les mains. Le garçon avait encore accordé beaucoup de temps à son entraînement pour comprendre les signes qui révélaient les sentiments chez une personne lors d’une conversation. Il n’était point question d’amour ni de jalousie mais de savoir quand une personne parlait au nom de la vérité ou au nom de sa sécurité, c’est-à-dire, le mensonge.

Bien plus récemment Seiji trouvait grand intérêt à comprendre ce genre de choses. Le but était de pouvoir tout simplement dominer la conversation de façon implicite. L’importance était de savoir quand poser les bonnes questions, de savoir quand il fallait sourire pour pouvoir mettre en confiance et quand utiliser de beaux mots pour établir un lien de proximité. Il apprenait cela, enfin de manipuler clairement les personnes qu’il pouvait estimer louche. Bien sûr, comme écrit auparavant, l’importance première était de savoir si on lui mentait ou non. Lui qui voulait tant rejoindre une unité spéciale pour se rendre bien plus utile à son village, il trouvait grande valeur à pouvoir dominer les conversations, les interrogatoires.

Le livre que le jeune maître tenait avait plusieurs sujets sensibles qui l’intéressait. Aruko Sao, une grande auteur qui se concentrait sur des sujets plutôt philosophiques. Le thème que Seiji avait aujourd’hui décidé d’aborder concernait les erreurs et le temps. « Nous ne pouvons pas prétendre que l’on ne nous a jamais dit. Nous avons tous entendu les proverbes, les philosophes, avons entendu nos grands-parents nous avertir du temps gaspillé. Avons entendu les poètes damnés nous répéter de saisir le jour. Cependant, un jour ou l’autre nous devons voir par nous-mêmes...
Nous devons faire nos propres erreurs. Nous devons apprendre nos propres leçons. Nous devons continuer à remettre les choses au lendemain, jusqu’à ce qu’on ne puisse plus le faire. Il vaut mieux savoir que de rester dans le doute. Il vaut mieux être éveillé que de dormir. Et que même le pire fiasco... même la pire erreur, vaut mieux que de ne rien avoir tenté. »

Le Monjara fermait son livre au bruit qui retentissait dans sa demeure bien vide. Un homme, sûrement un gradé du village, lui apportait un ordre de mission. Cela faisait bien longtemps que le garçon n’avait pas pris de mission et une s’imposait à lui : il en était ravi. Lui qui voulait tant sortir malgré le temps, un ordre l’obligeait bien et allait même jusqu’à le rendre heureux. Le garçon s’habilla en conséquence ; costume; cravate ; chemise, la totale. Il faisait chaud malgré la pluie mais il ne fallait pas non plus prendre risquer à se tremper et donc : un parapluie était de vigueur.

Pour cette mission, le temps était compté et il avait même un partenaire, Eikõ de son prénom. Seiji se trouvait dans l’hypercentre-même de Suna, attendant son camarade. Un kidnapping, hein ? Ou quelque chose qui pouvait bien y ressembler. Les yeux du garçon étaient bien froids et sérieux, lui qui se reconnaissait dans la disparue, il tenait fermement l’ordre de mission.

Et les goûtes de pluie tombaient une à une, requiem pour la personne ayant enlevé l’ange d’une famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 27
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Suivre les miettes [Eikõ] Lun 21 Aoû 2017 - 16:07


PART 1.

Eikõ se sentait bercer par les ténèbres envahissant son horizon; la bouche pâteuse et les sens perturbés, l'argenté ne sentit pas arriver le ninja colporteur d'une missive à son égard. Le Ketsueki ne lui répondit même pas, n'ayant pas vraiment l'envie de lui envoyer quelques vapeurs d'alcools dans la figure. Son hétérochromie moins flagrante à cette heure de la nuit, le jeune adulte pouvait se permettre de fixer avec toute la confiance qu'il avait en lui les personnes lui faisant face. Cette confiance, requinquée par la nuitée, n'est rien d'autre que le moment de la journée où il commençait à vivre.

Loin d'être emballé par la missive rapportant la disparition d'une enfant faisant du porte à porte, Eikõ ne fut pas pris d'une fulgurante motivation dans le cadre de cette première mission... Ce fut même l'exact contraire, mus d'un coup de pompe flagrant, celui-ci n'eut même pas la force de changer son tee-shirt devenu tant puant qu'humide durant la nuit. Ses ongles étaient devenus noirs à force d'entraînements sans obligation de douche par la suite et ses habits possédaient quelques trous par-ci par-là. En soit... Il n'avait rien d'un bon citoyen sur lui et apparaissait plus comme un reclus.

Habité d'une morosité sans nom; l'argenté se dirige vers le centre-ville, n'ayant pour indication sur son coéquipier qu'un nom... « Seiji. » Murmura-t-il comme pour lui même à son seul témoin nuptiale. Pourquoi la petite fille vendait-elle des cookies? Se questionna-t-il assez rapidement, n'ayant rien d'autre à penser. Quelles étaient ces raisons? A-t-elle vraiment été kidnappée... Ou s'est-elle enfuie?
Eikõ ne quitta pas la foule de ses yeux sang et cyan tout en tentant de trouver son compagnon. Une nouvelle fois; l'argenté se plaint mentalement de n'être capable de détecter par le chakra. Il se promet d'en toucher un mot à Oniri et d'apprendre assez rapidement ce que l'on appelle la sensorialité. Mais plus que ça aussi...
Détecter les odeurs, les sons... Il coinça rapidement une cigarette entre ses lèvres malgré le doux clapotis de la pluie et les rues se vidèrent instinctivement.

Le Ketsueki passa sa main dans ses cheveux de nacres trempés et observa le jeune homme trop bien habillé pour être un ninja. Néanmoins, s'arrêta à cette première constatation et choisit de ne pas en tenir rigueur; après tout... Peut-être avait-il simplement eu une réception plus tôt ou quelque chose de ce type... Lui était bien dégueulasse.
« Eikõ... Enchanté. Commença-t-il. Je ne sais pas si tu as déjà réfléchis, mais je comptais dans un premier temps aller voire la maison parentale. Après, si t'as une autre idée. » On peut très bien se séparer. Se retint-il de finir. Son visage était neutre, pas un sentiment ne dévissait ses traits tirés.
Les dons ninjas lui semblaient presque inutile pour cette mission... L'esprit résoudra cette mission.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 82
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Suivre les miettes [Eikõ] Lun 21 Aoû 2017 - 17:48

Il baillait une fois, deux fois pour finalement masquer de sa main sa fatigue perpétuelle. Ce n’était pas si facile d’enchaîner journée après journée sans jamais vraiment pouvoir se reposer. Il est vrai que le Monjara avait eu quelques heures pour lui plus tôt, sûrement insuffisantes. Bien sûr Seiji n’avait que faire de son état mental ou physique car chaque minute comptait pour la disparue. Bien sûr, kidnapping ou non, il fallait comprendre jusqu’où elle était allé et pourquoi elle avait bien pu disparaître. Voulait-il plus de liberté ? Avait-elle rejoint un jeune amoureux pour passer un peu de temps ?

D’après la description elle n’avait qu’à peine 11 ans, il fallait peut-être enlever l’hypothèse de l’amour secret. Seiji se retourna pour faire face à la vois qui s’adressait à lui, son partenaire. Le comique de la scène voulait qu’il était l’exacte opposé du Monjara, lui qui portait une tenue peu raffinée et même abîmée. À vrai dire, Seiji n’avait même pas pris le temps d’identifier ce genre de choses ou de juger cette personne sur son apparence. Il est vrai que le jeune adulte accordait une certaine apparence aux premières impressions ou bien même sur les vêtements mais il savait ô combien les vêtements ne représentaient pas la force d’une personne.

    « Seiji, de même. Le garçon remarquait qu’Eikõ lui était inférieur sur la base du chakra, ce n’était que peu important.Je pensais à la même chose, savoir déjà quel était le chemin que la fille devait faire et l’ordre des maisons. »

C’est vrai, le chakra importait si peu dans une mission pareille. Si la petite fille avait juste fugué il n’était alors pas nécessaire d’utiliser celui-ci. Finalement le Monjara soupirait alors qu’il marchait, la mission allait plutôt être ennuyeuse. Non pas que ça le dérangeait tant que ça, après tout tant que la petite fille était en sécurité et en pleine santé, tout allait bien. On pouvait plutôt sentir une sorte de lassitude chez Seiji qui espérait bientôt pouvoir vivre des choses un peu plus mouvementées et intenses. Court fut le trajet pour arriver dans la porte de l’appartement des parents, Seiji prit les devants en sonnant.

    « Bonjour, nous sommes les shinobis chargés de retrouver votre petite fille. Tout d’abord, avait-elle tendance à fuir ? Ou était-elle plutôt en colère ces derniers temps ? »

    « Elle faisait souvent des crises à la maison quand elle ne pouvait pas trop sortir, oui… Mais de là à fuir quand même !! »

Seiji soupira une nouvelle fois, ça ressemblait donc bel et bien à une simple fuite. Il prit avec lui le plan et le chemin que la fille devait parcourir. Il laissa son partenaire poser des questions s’il en avait et une fois qu’il eut terminé à son tour le Monjara passa sa main dans ses propres cheveux, exaspéré par la situation.

    « Quand même, à 11 ans vouloir fuir à cause de caprices… Elle ira pas loin celle-ci plus tard.. »

Déçu était le juste mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 27
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Suivre les miettes [Eikõ] Lun 21 Aoû 2017 - 19:36


PART 1.

Des crises? Sourit ironiquement l'argenté aux cheveux mouillés. Eikõ le laissa tout d'abord gérer la situation, se contentant d'apparaître à l'arrière plan. En retrait, le jeune homme se contenta d'observer, ne quittant pas la femme du regard. Néanmoins, son manque de connaissance au niveau du psyché humain l'empêchait clairement de tirer des conclusions de quelconques mouvements.
Un sourire sur le visage, celui-ci se dirigea à l'intérieur de la maison, jaugeant l’entrebâillement laissé par la mère et en concluant que celle-ci faisait simplement en sorte qu'on en voit pas l'intérieur. « Puis-je entrer? » Commença-t-il, avant de finalement continuer afin d'apparaître plus sociale qu'il ne l'est réellement; armé d'un fin sourire et d'un visage qui se veut chaleureux. « Je suis Eikõ, le second ninja chargé de retrouver votre petite fille. J'aimerai discuter avec vous. » Lui expliqua-t-il avec un visage longtemps travailler, censé lui amener un semblant de savoir-vivre.

S'il ne put tirer des conclusions des traits tirés de la femme, ni de ceux de son mari qui restait en arrière; celui-ci demanda quand même assez rapidement: « Vend-t-elle des gâteaux depuis longtemps? Connaissez-vous à peu près sa fréquence de vente et... Où sont et à quoi doivent servir ses gains? »
Pour y voire plus claire, il devait déjà s'entretenir de cette activité qui était rare pour une jeune fille de cette âge.
Eikõ ne se sentait pas à l'aise, l'impression d'être à côté de la plaque lui triturait les méninges. Pas à cause de son raisonnement ou encore de ses questions, plus à cause de... Son attrait pour les gens. Il était totalement incapable de faire ressentir une once de tristesse ou de culpabilité à ces gens.

L'argenté ne réagit pas à la remarque de son collègue qui aurait aussi bien pu le faire monter en régime que lui faire comprendre qu'il n'était peut-être, au final, rien qu'un imbécile.
Celui-ci rechercha assez rapidement la présence de substances quelconques, rendant le foyer peu concluant à l'éducation d'une jeune fille; le manque de luminosité l'empêchait clairement de peaufiner ses hypothèses.
« Elle fait ça depuis deux ou trois semaines, plusieurs fois par jour. Néanmoins, nous n'avons aucune idée d'où sont ces gains et d'à quoi ils doivent servir. »
« Peut-être vous a-t-elle parlé d'un foyer l'ayant marqué, un endroit particulièrement intéressa... Où est sa chambre? »
Coupa-t-il immédiatement, peut-être trop brusquement face au comportement de la mère, l'espace de quelques instants, un semblant de peur, mais... Comme dit, Eikõ était terriblement insouciant dans les relations humaines et... Si ses capacités de raisonnements pouvaient peut-être l'amener à une solution, c'est certainement son manque de capacité à obtenir la bénédiction de ses clients qui allaient le bloquer. Il se retourna immédiatement vers Seiji...

Son bras s’emboîta quasiment immédiatement autours de son épaule et, en amenant sa bouche à son oreille, l'argenté lui murmurera rapidement... « Je ne suis pas doué avec les gens... Parle leurs. Refaire le trajet par ce temps et à cette heure-là de la nuit va être compliqué, les gens travaillent demain et ne seront pas forcément enclin à réfléchir ou même à nous ouvrir... » Commença-t-il. « Enfin, je me trompe peut-être. » Nuança-t-il.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 82
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Suivre les miettes [Eikõ] Mar 22 Aoû 2017 - 3:38

Seiji souriait lentement alors qu’il tournait le dos aux parents de la jeune disparue. La conversation que son partenaire avait pu avoir avec eux avait grandement intéressé le garçon qui travaillait depuis bien des temps sur le maniement de la discussion. Encore une fois, le jeune homme n’avait pas forcément su poser les bonnes questions. C’est en entendant les réponses destinées à l’argenté que le Monjara compris que quelque chose ne tournait pas rond dans cette affaire. Cela ne pouvait être si simple, il fallait toujours voir plus loin que ce qu’on essayait de nous montrer.

Dans cette démarche Seiji avait bien compris certaines choses. Il n’avait pas pu détecter de mensonges car il n’avait pas su prendre le dessus sur la conversation et poser les bonnes questions. Bien sûr la mère avait raconté une certaine vérité, mais là où l’argenté avait su faire preuve de ruse, la mère hésita. Quand Eikõ vint porter ses lèvres près de Seiji, il ne pouvait s’empêcher d’avoir le visage rougis, que voulez-vous, il était comme ça. Mais dans un sérieux exemplaire et toujours en souriant, il attrapa à son tour le cou de son partenaire pour rapprocher son oreille à ses lèvres et ainsi lui murmurer « Merci beaucoup. » dans un cadre presque érotique.

Il s’avançait ainsi de nouveau face aux parents, prenant les devants et un regard aussi froid que meurtrier.

    « Vous savez où se trouve les gains, non? Je pense que vous le savez. »

Seiji l’avait remarqué, il l’avait senti dans sa voix, dans sa pose. Quand son partenaire demanda où pouvaient être les gains elle avait clairement caché la vérité. Le Monjara était exaspéré devant le comportement d’une mère qui en venait presque à ne pas vouloir aider les autorités compétentes pour retrouver son propre enfant. Il était bien trop tôt pour pouvoir s’avancer, mais l’attitude des deux adultes à ne laisser voir que très peu de chez eux, la luminosité, tout était beaucoup trop louche. La mère avait été la première à signaler la disparition de sa fille, tandis que le père n’avait pas encore adresser un seul message.

S’approchant doucement un peu plus du père, Seiji commença aussitôt la conversation par une simple question,

    « Aimez-vous votre fille ? »

Le père répliqua aussitôt que bien sûr, il l’aimait. Il n’y avait aucun doute ni hésitation dans le ton de sa voix. Il disait donc pleinement la vérité et dans un sens cela rassurait grandement le Monjara qui avait peur que cette fille soit victime d’un mauvais traitement. Dans les micro-signes que le père dégageait, Seiji remarqua que le père avait trop tendance à avoir le regard tourné vers le fond de la pièce qui menait sûrement à une autre pièce. Seiji souffla lentement pour faire le vide dans son esprit et concentra son chakra à la recherche de quelque chose.

C’était plutôt quelqu’un. Quelqu’un se cachait dans la pièce d’à côté, le long du mur et l’oreille tendue, écoutant toute la conversation. Le Monjara recula lentement vers son partenaire pour s’approcher une nouvelle fois de l’oreille de son partenaire, cette fois-ci collant entièrement son corps à lui pour éviter que les murmures s’ébruitent.

    « Quelqu’un se cache dans la pièce d’à côté, peut-être qu’ils sont sous la menace d’une personne ou d’un groupe. »

C’était aussi un avertissement de prudence, il fallait agir de façon méticuleuse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 27
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Suivre les miettes [Eikõ] Jeu 31 Aoû 2017 - 1:28


PART 1.

« Merci beaucoup. » Lui susurra-t-il à l'oreille. Eikõ haussa les sourcils tout en armant son visage d'un sourire énigmatique; que lui voulait-il en réagissant ainsi? Perturber par la façon dont son compagnon d'un soir avait agit; l'argenté en oublie l'espace de quelques instants sa mission, mais revint bien vite sur terre.
Lorsque le Shinobi aux cheveux bleus revint se coller à lui, Eikõ comprit assez rapidement ce que celui-ci voulait dire, mais loin d'être au niveau de son compagnon, l'argenté en revint à des méthodes plus primaires... Plus humaine. Comment en être sûr?

Une chose était sûr. La femme ne semblait pas prête à le laisser passer, s'ils étaient effectivement sous le joug d'une personne, alors forcer le passage ne pourrait que mettre la vie d'un éventuel otage en danger.
Bloqué par ses pensées, n'ayant que très peu d'expérience, le jeune Shinobi décida de mettre en avant quelque chose qui ne trompait jamais. « Bien, nous allons essayer de poser quelques questions aux habitations voisines. » Commença-t-il.

Et là... Le visage de la femme se décomposa, perdue dans un tumulte de terreur et de panique, celui-ci peina à redevenir serein. Et même une fois ceci accompagné, il persistait ici et là des traits travaillés. Eikõ ne pouvait être sûr grâce à un quelconque radar chakratique d'une présence dans cette maison, mais ce dont il était certain c'est qu'il craignait quelque chose. « Une idée de la direction à suivre? » Grinça-t-il, songeur, tant dis qu'elle lui montra la direction, certainement, des courses de la fillette.

Les talons du Shinobi se détournèrent et s'éloignèrent, doucement, de la porte à demi-ouverte de cette maison soumise à une épreuve compliquée. « Comment agit-on? » Débuta l'argenté, prêt à se soumettre aux éventuelles expériences de Seiji. Plutôt que mettre en avant une pseudo-synchronisation jamais travaillé, celui-ci préférait clairement poser carte sur table et établir un plan permettant de mettre de côté un quelconque risque pour la famille.
De plus, c'était une mission de rang C, une altercation avec un quelconque ninja était très peu probable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 82
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Suivre les miettes [Eikõ] Ven 1 Sep 2017 - 6:23

Les deux garçons semblaient faire face à une épreuve plutôt difficile. Le problème des pressions envoyées par un groupe de personne était qu’il fallait trouver l’origine du problème et de la menace. Bien souvent quand une personne faisant parti du groupe d’oppresseur se trouve proche des oppressés c’est qu’il est qu’uniquement qu’un simple sbire. Ainsi il fallait agir de façon méthodique dans le cas où il pourrait avoir des informations importantes mais aussi s’il possédait un moyen pour alerter immédiatement son groupe. Si c’était le cas, il fallait prendre d’énormes pincettes car la vie de la petite fille pouvait être mise en jeu à tout moment.

Seiji continuait de sourire aux parents alors qu’ils commençaient à bouger lentement ses doigts puis de façon bien plus rapide mais toujours aussi discrète. Il comptait sur son partenaire pour réaliser une bonne diversion pendant que le Monjara guidait ses fils jusqu’à la personne cachée derrière le mur. Bien sûr, le partenaire du garçon fit une très bonne intervention en annonçant leur départ pour allez poser de nouvelles questions à d’autres voisins. Seiji avait senti le battement du cœur de la mère accélérée. Elle ne voulait pas que les deux Shinobi s’éloignent d’ici mais d’un autre côté elle ne pouvait pas se faire comprendre.

Les doigts de la main gauche du blond continuait de bouger inlassablement alors qu’il se retournait pour suivre son partenaire vers l’éventuelle direction que la mère avait daigné donner. Bien sûr Eiko restait un garçon très intelligent et il avait compris que la discrétion était le premier mot d’ordre. En s’approchant de lui, il demanda à Seiji la démarche à suivre pour ce genre de situation ce à quoi le Monjara s’empressa de répondre qu’il ne fallait pas s’inquiéter car la personne cachée n’avait aucune trace de chakra, donc un simple civil sûrement armé à blanc. Quelques secondes passèrent quand finalement le blond répondit une nouvelle fois à la même question.

    « J’y travail... »

Il était concentré à son paroxysme alors que les fils se déplaçaient lentement dans l’appartement de la famille, finalement proche des chaussures du civil menaçant, ils remontèrent le long de son corps. Leur finesse et légèreté leur permettaient un déplacement discret et souple. Finalement quand les fils furent au niveau du visage de la personne Seiji serra son poing avec une forte poigne et les fils entourèrent au même moment la bouche de l’homme mais aussi le força à tomber. Au bruit de l’homme tombant sur le sol, Seiji s’empressa de rentrer dans l’appartement sans la permission pour allez retrouver l’intrus.

    « Tu veux le fouiller ? S’il y des indices, des choses appartenant à la fille par exemple. Je vois à la marque sur son épaule que c’est un Katar, donc il fait parti d’un petit groupe de bandit. »

Le shinobi se retourna vers les parents de la disparue.

    « Je suppose qu’il vous a menacé ou fait du chantage, ou même les deux tout simplement ? »

Ce sur quoi les deux étaient d’accord. Une simple demande de rançon d’une petite fille qui n’avait rien demandé, qu’est-ce que cela pouvait énervé Seiji.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 27
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Suivre les miettes [Eikõ] Jeu 7 Sep 2017 - 22:34


PART 1.

L'argenté observa les doigts de son compagnon se mouvoir selon des danses qu'il ne connaissait pas. Le coup d'oeil fut bref, mais attisa grandement la curiosité de l'adolescent. Que faisait-il? Que concoctait-t-il? L'espace d'un instant, celui-ci bénit son manque de compétence en cet instant T, surtout lorsqu'il entendit leur adversaire du jour tomber.
Ses grands yeux de feu et de glace observèrent son compagnon. Une seule et unique question prit le pas sur toutes les autres... « Comment as-tu fait ça? » Lui glisse-t-il doucement, tant dis qu'un sourire s'empare de son visage. Non sans attendre une autre réponse, sachant très bien qu'il y avait actuellement une petite fille.

Néanmoins, lorsqu'il pénétra dans la pièce d'où provenait le bruit, l'argenté ne constata pas la présence de la jeune fille. Face à l'agitation du père et de la mère, celui-ci comprit rapidement qu'elle n'était pas ici. En soit, de ce qu'Eikõ comprit des nombreuses phrases que lui balancèrent le couple, ce furent ces uniques certitudes: la jeune fille n'était pas ici, cet homme n'était que venu réquisitionner la rançon et enfin... l'aventure continue.

« Elle mourra pour votre acte irraisonné. » Se tordit de rire l'homme potelé attrapé par son compagnon aux cheveux cyans.
Eikõ se tourna lentement vers lui, une attitude neutre et totalement travaillée figeaient les traits de son visage, et il articula doucement. « C'est maintenant à mon tour. » Imposa-t-il seulement à son coéquipier qui lui avait, précédemment, imposé sa méthode de travaille. Eikõ referma donc doucement la porte, non sans attacher l'homme à la première chaise qu'il trouva.

Dans une nonchalance animale, tel le félin se préparant à sauter sur sa proie, son coeur s'accélérant à mesure que des souvenirs strictement personnels s'emparent de ses méandres; l'argenté se sort une cigarette qu'il coince entre ses lèvres. Son regard, partagé entre froideur et ardeur, dont l'hostilité est le plus grand constituant, ne quitte pas le corps de son, désormais, animal.
Après quelques bouffées d'un oxygène cancérigène, mais divinement relaxant, Eikõ se décida enfin à agir vis-à-vis du potelé qui n'avait, quand-à-lui, pas cessé d'ouvrir la bouche pour qu'il en sorte quelques inepties. Habitué aux insultes et aux frappes mesquines, l'adolescent, bien qu'habité par la vie de la jeunesse, ne réagit pas. Sa cigarette atterrit entre les lèvres de celui qui dit s'appeler "Jûro". « Profite. » Lui susurra ses lèvres rendues sèches par l'aridité du village.

Se frottant tranquillement les mains; celui que l'on pouvait encore considérer comme un enfant dans la profession sortie quelques outils de sa poche d'armement tout en commençant les explications dans un calme olympique. Une fois son petit rituel, qui était celui que son père eut utilisé avant lui, terminé; celui-ci se détourna de son intérêt mécanique pour porter attention aux traits du visage du bavard. De son calme éclata une gifle qui résonna dans la maison, le dos de sa main fit rougir la joue rebondis du bandit. « Où? » Questionna-t-il simplement, son œil rubis se figeant sur les endroits non-vitaux du corps de son compagnon d'une nuit, tout en tournant autours du corps de sa cible. Il se saisit doucement du doigt de son prisonnier, de son jouet, tout en se léchant les lèvres. Eikõ éclata littéralement les ligaments retenant les phalanges, laissant pendre celle-ci au grès de la cavité tout en sautillant quelques secondes tout en prennant une grande inspiration. « 1000-7? » Questionna-t-il tout en rigolant, se souvenant de ce qu'il avait lui-même subit. Sa seule réponse? Cela ne fut qu'un coup de tête arrière qui rompit la plupart des cartilages de son nez, provoquant à la fois son mécontentement et son excitation. Le monstre se réveillait.

« Tu t'y es mal pris... » Expliqua-t-il après quelques secondes de calme, tout en se positionnant tel un enfant sur ses genoux. « Tu as tapé à côté... » Ricana-t-il tout en jouant avec un deuxième doigt, approchant doucement un Kunai de l'ongle du doigt qu'il avait cassé, s'apprêtant à faire sauter celui-ci tout en douceur. Il lâcha tout ses attirails pour se saisir du crâne de sa proie et il balança avec toute la force qu'il pouvait avoir son front contre le nez du bonhomme, bien au sommet.

L'odeur du sang attisa ses sens, rendirent ses actes indiscrets aux occupants de la maison, mais le fer qui baignait dans sa bouche le rendait addict aux douleurs de son animal de compagnie. Après quelques minutes d'acharnements; celui-ci laissa simplement entendre sa condition de Ketsueki et la possibilité qu'il avait de s'écorcher vif pour commencer réellement cette interrogatoire, pour que l'empoté laisse enfin échapper l'information. Eikõ enfonça ses mains dans ses poches tout en faisant dégager le gars par la porte arrière et en faisant signe à Seiji. « Deux de ses collègues attendent avec la fillette dans une auberge au nord. » Lui confia-t-il.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 82
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Suivre les miettes [Eikõ] Sam 9 Sep 2017 - 2:36

Finalement Seiji avait pensé au tout début à un enlèvement puis à une fugue et finalement on retournait sur la piste de l’enlèvement. Pour quelles raisons ? Uniquement pour de l’argent ou parce que les parents étaient concernés par différents trafiques ? Il posa sa main sur son menton le temps de cette réflexion. De part la sensorialité, Seiji comprenait qu’il n’y avait rien de plus caché dans leurs dires et qu’ils s’inquiétaient juste pour leur fille. Mais ils n’avaient pas l’air bien riche d’un côté, sûrement la raison pour laquelle il avait signalé la disparition de leur fille sans rien dire de plus. Ils ne voulaient sûrement pas mettre leur enfant en danger mais demandaient de l’aide en même temps.

Bien sûr, l’homme était à terre et l’équipier du jeune blond s’empressa d’intervenir à son tour. Dans les prédictions du Monjara, il sentait que Eiko allait se lâcher complètement vue que pour l’instant Seiji avait été le seul à prendre des décisions. D’ailleurs il se sentait peut-être un peu coupable à cause de ça, de ne pas avoir laisser faire son coéquipier. C’est aussi pour cette raison qu’il donnait carte blanche à celui-ci pour cet instant. Sûrement aussi car Seiji n’était pas le meilleur, pour l’instant, lors d’interrogatoire. Il savait détecter les mensonges mais ne possédait pas encore les bonnes méthodes pour faire parler les personnes qui lui faisaient face.

Enfin bon, Eiko avait décidé de passer à un stade bien supérieur et il avait eu raison de fermer la porte pour que les cries de l’homme ne retentissent pas de partout. Il ne fallait pas non plus effrayer les parents avec des méthodes pareilles. Bien évidemment le blond était loin d’être choqué par ce genre de scènes, lui qui avait déjà assisté à ce genre d’acte. Qui plus est ce qui comptait vraiment était les résultats et grâce à son coéquipier le duo savait désormais où chercher et ainsi ils pouvaient tout deux avancer de façon plus tranquille. Eiko avait sûrement dû avoir des faits relatés à la torture, tout comme Seiji, pour avoir pris autant de plaisir sur cette partie. Enfin bon, cela importait vraiment que très peu.

Le Monjara se craqua les doigts lentement et commença à ralentir sa respiration. Il soufflait lentement une fois, deux fois, trois puis ferma les yeux. Il avait devant lui une peluche de la fille, il en avait besoin pour la repérer grâce à ses dons de senseur et les parents lui avaient permis de s’en servir. De sa main droite il traça une ligne invisible juste devant lui et expira lentement. En ouvrant les yeux il prononça quelques mots.

    « Musubi »

L’art de Tisse-monde, son pouvoir. En jouant encore de ses doigts à droite, à gauche, le garçon avait déjà répandues la plupart de ses fils au Nord. Ces fils formèrent alors une sorte de toile immense et en laissant son chakra traverser chaque fils qui couvraient une partie immense de Suna, Seiji était capable de créer un périmètre immense afin de ressentir la présence de la fille. Il sourit en effet quand ce fut le cas et qu’il pouvait en effet constater que deux autres hommes étaient bien trop proches d’elle. Tout cela, il le voyait depuis l’appartement où ils étaient. Il regarda une nouvelle fois son partenaire pour lui donner la direction en lui laissant prendre la marche.

Une fois arrivés sur place, les deux compagnons pouvant commencer l’opération.

    « Je vais me mettre sur le toit, de là-haut je pourrais m’occuper que d’un seul homme donc je compte sur toi pour le reste, j’ai confiance. Si jamais la fille part de peur je serai dehors prêt à l’attraper donc ne t’en fais pas. »

Il monta sur comme dit avant sur le toit de l’auberge. Il composa quelques mudras sur le toit et finalement Seiji se retrouvait une nouvelle fois à pianoter dans le vide avec ses dix doigts. Ses fils s’infiltraient là où ils le pouvaient pour finalement arriver dans la salle principale. Il y avait un certain monde et les bandits avaient sûrement choisis cet endroit pour la présence massive. Bien sûr ils n’agissaient pas naturellement et Seiji le sentait bien évidemment. Il compta jusqu’à droit avant de serrer son poing dans le vide.

Lui qui était toujours sur le toit à manipuler ses fils de loin, il venait tout juste d’entourer un des hommes avec ceux-ci. Il serra si fort qu’il l’empêcha de respirer pendant un certain temps pour le faire s’évanouir et laisser le champ libre à son partenaire qui, comme démontrer avant, était bien plus dans l’action et réaction tandis que le Monjara jouait plutôt sur la surprise et la discrétion. En ayant vue ce dont Eiko était capable, il savait pertinemment bien que la mission allait bien se passer et si jamais, Seiji était là pour l’épauler même s’il préférait garder ses fils sur l’homme inconscient au cas où il venait à se réveiller trop tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Suivre les miettes [Eikõ]

Revenir en haut Aller en bas
 

Suivre les miettes [Eikõ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Vent :: Sunagakure no Satô :: Centre-Ville-