N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Le culte de la douleur [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Aspirante
Messages : 43
Rang : C

Message(#) Sujet: Le culte de la douleur [solo] Mar 22 Aoû 2017 - 12:17


Le culte de la Douleur. Partie 1 : Initiation
.


Spoiler:
 

Comment résister encore ?

Mon univers n'est plus qu'une sphère d'obscurité froide, qui se resserre sans cesse. A l'intérieur, la souffrance et rien d'autre. Au-delà, seulement, la nuit vorace. Je ne vois rien. La pluie s'est accumulée sur mes cheveux, mes larmes ont coulé sur mes joues. J'essaie de respirer, mais chaque bouffée d'air, si ténue soit-elle, me déchire les poumons comme une poignée de lames de rasoir. Je ne sens plus ses mains. Peu à peu, l'engourdissement me gagne. Je suis sur le sol, recroquevillée et je tremble un peu moins fort à chaque battement de cœur. La bête ne doit plus être loin. La bête ne se décourage pas, et mon sang est là pour lui marquer la piste. Mon sang. Je saigne encore. La blessure n'est pas grosse, une entaille au mollet, c'est tout, mais me tuera aussi bien qu'une autre. J'ai laissé une longue trace rouge à travers le couloir. J'ai fait de mon mieux pour ignorer la douleur, l'engourdissement, et ne pas m'arrêter. J'ai échoué. Le froid s'empare de moi, il ne me lâchera pas, et la bête aura ce qu'il lui laissera. Je n'en peux plus. Je n'avais aucune chance de réussir. Je ne suis pas assez forte.

Autour de moi le monde s'assombrit et la douleur s'estompe. Une voix crie, du fond des ténèbres. J'essaie de comprendre ce qu'elle dit, mais elle est trop loin. Des mains se posent sur mon visage. Elles serrent. Une douleur fulgurante me traverse le crâne. Je hurle. Des doigts me forcent à me relever.

~ Matsuho il faut que tu bouges ! ~

Qui est-il ? Un élu lui aussi ? Kuro ! C'est Kuro, un élu de Jashin. Il est encore là, avec moi. Je le sens qui m'attrape par les bras, qui me remet sur pieds. Une douleur brûlante me crucifie, acérée, grinçante, elle me déchire à chaque mouvement. Je pousse un nouveau hurlement. La sensibilité me revient peu à peu ; je sens à nouveau mes bras et mes jambes. Mais cela ne me procure aucun réconfort. J'ai juste envie de me laisser tomber, de m'allonger et de laisser mon sang geler.

~ Ou est-elle ? ~

Sa voix est étouffée, mais encore pleine d'énergie. Il a les mains en sang et rugueuses à cause froid, je le sais, pourtant la douleur n'est pas remontée jusque dans sa voix. Alors que je faiblis, il demeure invaincu. C'est mon ami, et nous nous ressemblons en tous points, sauf un. Il a toujours été plus fort que moi, toujours. Jamais je n'aurais réussi à arriver aussi loin sans lui, et à présent, je vois bien que je ne suis pas à la hauteur. Il devrait m'abandonner. Je suis trop faible. Je vais nous faire tuer tous les deux. Il s'accroche à moi comme s'il avait entendu mes pensées.

~ N'y songe même pas, Matsuho. Je ne te laisserai pas tomber. ~

J'ouvre la bouche, mais ma réponse s'étrangle dans ma gorge. Par-dessus les sifflements du vent chargé de pluie, je l'entends à nouveau. Un grondement sourd, animal, exhalé comme avec un sourire de convoitise. A côté de moi, Kuro s'est figé. Un feulement se fait entendre juste derrière moi, un ronronnement crépitant qui emplit mes veines d'une peur chaude et primale. La bête nous a retrouvés. Elle me veut, moi, je le sais. Je suis faible, blessée, et elle a déjà le gout de mon sang sur la langue. Un autre grognement, plus proche, prolongé. Je l'imagine se faufilant derrière moi, à pattes de velours sur le sol, ses muscles qui ondulent lentement, souplement, et ses yeux sans couleurs braqués sur moi. Elle attend de voir ce que je vais faire, évalue l'instant où elle pourra attaquer avec certitude. Et pendant qu'elle se prépare, elle désire sentir la peur de sa proie. Un nouveau feulement, encore plus près. J'entends le froissement de sa fourrure contre le sol. J'essaie de ma calmer, de bander mes muscles épuisés, de me préparer à esquiver. Kuro s'agrippe à moi. Il sait ce que je veux faire. Il ferait exactement la même chose. J'incline la tête, une seule fois, très lentement.

J'entends crisser les griffes de la bête. Dans mes pensées, je peux presque voir ses muscles se ramasser sous sa peau mouillée. Elle rugit en bondissant, si fort qu'elle couvre les mugissements du vent. Je plonge de côté. Mes muscles me brûlent. Je suis trop lente. Ses mâchoires se referment sur mon bras gauche. Je sens son haleine putride et avariée, sa puanteur animale. Elle agite la tête, mon bras entre ses dents. Une souffrance affreuse me traverse et aveugle mon esprit. Je m'écrase violemment sur le sol dur, à plat sur le dos. J'entends Kuro affronter la bête, seul. La souffrance et la peur ne font plus qu'un dans mon âme. Je suis assez forte. Je dois être assez forte. J'essaie de me relever, et mon acharnement d'effort se change en hurlement. Mon corps est trop lourd, je ne peux plus me relever. Ma main droite dérape sur le sol et trouve une arme tranchante.

~ Matsuho. ~

La voix de Kuro est si basse que je l'entends à peine dans ce vent de tempête. Je réussis à agripper sa jambe. Ma main est glissante mais je trouve la force de ramener assez prêt. Je sens que Kuro a déjà compris. La bête doit se nourrir de l'un d'entre nous.

Il a toujours été plus fort que moi. Je le regarde de mes yeux évanouis. Il hurle.

~ Non ! ~

Je lui tranche la jambe.

* * * * *

L'homme fit tourner son bandeau dans ses mains. Il caressa du bout de ses doigts les traces de coups et les indentations qui marquaient l'acier. Le métal avait été soigneusement peint en noir, en une imitation stylisée d'un crâne humain. Une entaille blanche parcourait l'objet dans le sens de la longueur, froide, reflétant le ciel qui commençait à s'assombrir. Il se dit que tout ceci n'était pas symbolique. Les dommages infligés à son bandeau ne représentaient pas ceux subis par son âme. Alors même qu'il repoussait cette notion, il se demanda d'où elle lui était venue. La destruction avait une façon aussi obscène qu'habituelle de souffler sur les braises de la mélancolie, mais tout de même, il y avait des limites. L'homme inspira profondément. Des créatures inhumaines dansaient et saignaient derrière ses yeux clos. Il avait rêvé de Jashin ces derniers temps, pendant des mois avant de mettre le pied dans ce village désolé. Il l'avait vu : une créature grêle au visage hâve et aux yeux creux, navigant à bord d'un chariot en feu, fait d'os et de chair.

Chasseur d'âmes ? Appela quelqu’un. Le ton de son frère parvenait à faire du nom quelque chose à mi-chemin entre une raillerie et un titre honorifique. L'homme remit son bandeau de déserteur. Qu'y a-t-il ? Demanda le chasseur. - L'élue est revenue.

Le guerrier sourit et tira le kunaï qu'il portait accroché à son mollet. La lumière du soleil couchant se refléta sur les tranchants de la lame lorsque l'acier jaillit dans l'air glacé.

~ Magnifique. ~

La dernière partie du test allait enfin commencé. Crucifier un être aussi infirme qu'une aveugle n'avait pas été une délicieuse prétention mais avait l'avantage de parfaitement remplir son rôle. Elle pendait mollement dans ses liens, baignée de douleur, mais sans qu'un seul son ne sorte de ses lèvres éclatées. Une nouvelle sœur, sourit le chasseur. Stoïque jusqu'au dernier instant. En l'absence de piques de fer disponibles, arriver à l'accrocher là-haut avait demandé un certain degré d'improvisation. Finalement, le prêtre avait ordonné à ses hommes de lier l'enfant à même le sol en y clouant les membres de la nouvelle recrue à l'aide de leurs armes. Du sang perlait encore sur le dallage froid, battant la mesure avec un bruit humide, mais avait depuis longtemps cessé de couler en cascade. Près de l'enfant crucifiée était posé un crâne. Le chasseur repoussa une nouvelle vague d'émotions incongrues à la vue de cet ossement. Il s'agissait sans doute du crâne de ce Kuro, son passe-droit pour rentrer au sein du culte. Sans réelle méchanceté, il l'écrasa sous son pied. Que les tentacules de la mélancolie étaient donc insistants et insipides ces derniers temps. Le chasseur baissa ses yeux sur une silhouette aux traits détruits par des couteaux cruels.

~ Matsuho, le test vient de s'achever. Jashin t’acceptes au sein de son temple. ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le culte de la douleur [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Passé & Lettres :: Flashbacks-