N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Rosée matinale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 35
Rang : C

Message(#) Sujet: Rosée matinale Mar 22 Aoû 2017 - 12:49

Année -2
Une vallée à l'écart du monde.

Une douce bise soufflait dans la vallée et les feuillages dansaient en suivant le souffle d'Eole. Ce début de matinée était l'un des plus paisibles que Kiyoshi avait eu depuis un moment. C'était une parenthèse dans sa vie actuelle. Sa toute première depuis un long moment. Le pays de la Terre était en guerre et de nombreuses personnes s'étaient levées contre l'Empire. Depuis que Fubuki était venu chez eux, Leiko et Kiyoshi avaient été pris dans ce tourbillon de folie. Desfois, il aurait aimé avoir le temps de pouvoir regretter d'être devenu un ninja. Jusqu'à ce jour, il n'en avait pas eu le temps.
Après toutes ces journées à s'entrainer, à se battre, Kiyoshi était las. Il avait profité de ce premier jour de repos depuis un long moment pour partir. Il avait prévenu et rassuré Leiko avant de partir. Malgré tout, il était certain que sa soeur se faisait du souci pour lui. Hmpf.

Allongé dans l'herbe d'une vallée verdoyante un peu isolée du gros des troupes, Kiyoshi était pensif. Pff. Ninjas. Un rêve qui était devenu réalité. La différence entre ces deux termes avait sali leur vision du monde. D'enfants ayant une vie simple et douce, ils étaient devenus des shinobis. La folie des hommes et la violence avaient entaché leur vie à tout jamais. Kiyoshi se sentait coupable que sa soeur soit venue avec lui. Ses poings se serraient quand il y pensait. Elle valait bien mieux que tout cela et n'aurait jamais dû voir tout cela...

Son canal lacrymal était à sec depuis bien longtemps. Ses petites paluches d'enfant étaient devenues des mains d'hommes, son petit corps sec avait pris en volume. Ses muscles s'étaient développés pendant ces années à dormir d'abri en abri. Et pourtant, son esprit était celui d'un gosse d'une douzaine d'années qui avait été forcé de grandir trop vite.
Ses émotions avaient petit à petit été emprisonnées au fond de son coeur. Désormais, il était Kiyoshi. Ni plus, ni moins. Il suivait les ordres pour que cessent enfin ces horreurs. Rentrer dans le moule ne lui plaisait pas le moins du monde mais il le faisait pour protéger sa soeur.

Ses poumons se vidèrent lentement et il sourit. Fuuuuu. Cela lui faisait du bien de penser à tout cela. De poser des mots sur tout ce qu'il avait vécu. Il n'était plus un pion parmi tant d'autres pendant cette journée. Il était Okitase Kiyoshi, le gamin de douze ans qui aimait la vie. Se redressant de tout son long en s'époussetant, il contempla le paysage autour de lui. Il était au beau milieu d'une cuvette entre deux montagnes. Le tout parsemé de petits bois et d'un village en contrebas. Charmant.

Ses jambes prîrent la direction d'un sentier qui menait vers un bois un peu plus haut. Où allait-il? Il n'en avait pas la moindre idée et cette simple pensée lui arracha son premier sourire à pleines dents depuis un long moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 35
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Rosée matinale Mar 22 Aoû 2017 - 14:44

Son pas faisait crisser les graviers sous lui et les oiseaux chantaient doucement. Un printemps magnifique faisait de la nature un parfait havre de paix plein de vie. Des arbres émanait une douce odeur et Kiyoshi entendit même un bruit d'eau un peu au dessus-du chemin. Suivant des traces d'animaux qu'il venait de voir sur le bord du chemin, il s'engagea un peu plus profondément dans le bois. Les broussailles lui arrivaient au genou mais cela lui importait peu. Il venait de pister un renard au vu des marques au sol.

Il suivit les traces du mieux qu'il pût pendant une dizaine de minutes mais les perdit au milieu d'un bosquet. Son sourire ne disparût par pour autant de son visage. Il s'émerveillait de tout ce qui se trouvait autour de lui. Cela faisait tellement longtemps qu'il n'avait pas pu voir le monde d'un oeil neuf. Un ruisseau s'écoulait à quelques pas de lui. Il entreprit de le suivre un moment et en profita pour écouter le chant de deux merles qui pépiaient non loin de là. Un mouvement dans le coin de son champ de vision le fît glisser sur un galet mouillé et il eût la surprise de voir détaler une biche à une dizaine de mètres de lui. Un rire s'échappa de sa gorge quand il vît qu'il venait d'être pris au dépourvu par un animal sauvage. Il y a moins de ving quatre-heures, il aurait décoché par réflexe une dizaine de projectiles en direction de l'animal avant même de savoir de quoi il retournait, temps de guerre oblige.

Il se décrotta tant bien que mal et aperçut un peu plus haut une cabane. S'y dirigeant, il y trouva un garçon d'une dizaine d'années qui jouait devant la cabane avec un petit canif et quelques bouts de bois. Que faisait-il là? Apparemment, il vivait seul avec son père depuis qu'il était tout petit et son père était parti acheter de la nourriture au village depuis une journée entière. C'était anormalement long pour acheter des vivres... Il demande au gamin la direction à prendre pour se rendre où était allé son père.

Soucieux, Kiyoshi descendit en direction du village d'un pas plus vif qu'à l'aller. Comme si la nature répondait à son anxiété, la douce bise se transforma en souffle irrégulier et erratique. Le bruit du cours de l'eau semblait différent... Tout lui semblait présage de mauvais augure à cet instant. Jusqu'à ce qu'il voie une écorche d'arbre déchiquetée qui laissait voir un grand X signe d'une marque de sabre sur le bois. Le pas se fit course et le jeune Okitase dévala le flan de colline en bondissant vers le village. Il arrivait près de la sortie du village et il sentit ce qu'il n'aurait pas espéré dans ses pires cauchemars. Une funeste odeur d'incendie.

Sa joie du matin et sa bonne humeur disparut en même temps que son sourire. Les quelques moments de paix qu'il avait pu avoir ce jour venaient d'être balayés en un instant et il avait retrouvé sa mine sérieuse. Il débarqua dans le village en courant. Ce n'était qu'un petit hameau d'une quizaine de maisons mais la moitié d'entre elles brulaient déjà comme des fétus de paille. Quelques enfants et un vieillard essayaient d'éteindre les flammes mais ils n'y arrivaient visiblement pas. Nulle trace d'hommes ni de femmes. Kiyoshi essaya rapidement de se mettre au courant de ce qui se passait.

Apparemment, une troupe de bandits et de pillards d'une vingtaine d'hommes avait débarqué la veille à la recherche de vivres et de femmes pour passer la nuit. Ils avaient emmené les hommes pour en faire des esclaves et les femmes pour... Bref. Les poings de Kiyoshi se raidirent et il demanda où étaient-ils tous partis. Leur camp se trouvait à quelques kilomètres de là, dans une grotte qu'ils avaient aménagé depuis quelques jours. Au début, ils s'étaient fait passer pour une caravane de marchands avant de passer à l'acte. Le temps de comprendre le fonctionnement du villlage et de pouvoir piéger le plus de personnes possibles. Ils avaient laissé les enfants et les vieillards car ceux-ci n'étaient pas assez utiles en tant qu'esclaves et qu'il n'y avait que des garçons parmi tous les enfants.

C'était une véritable horreur. Kiyoshi ne devait pas paraître bien plus vieux que tous les gamins de ce village mais il savait se battre. C'était d'ailleurs une des seules choses qu'il savait faire. Il fonça vers le repaire des bandits sans perdre une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 35
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Rosée matinale Mer 23 Aoû 2017 - 16:51

Le sang battait à ses tempes de manière répétée. Boum. Boum. Il était dans une rage folle, ses poings étaient serrés depuis qu'il avait vu l'incendie. Ses jambes fonçaient sans se préoccuper de rien d'autre que d'éviter les défauts du sentier un peu cabossé. Les suivre n'était pas difficile mais dans l'état de colère où il était il ne regardait pas vraiment le décor autour de lui. Il aperçut une trace de sang au sol, un mince filet.

Sa course se fît plus frénétique. Il fallait qu'il se calme, qu'il respire. De longues inspirations, de longues expirations, voilà. Cela allait un petit peu mieux. Son rythme de course se détendit un peu. Il commençait à suer. Quel imbécile. Courir comme un demeuré ne l'aiderait en rien. Sa tête devait rester froide et méthodique. C'était ce qui lui avait permis de survivre depuis sa rentrée dans les rangs ninjas. Fyuuuu.

La trainée de sang de sang s'élargit sur le sol. Du sang coulait sur le sol! Mon Dieu... Ils avaient pendu un des hommes. Kiyoshi décocha un kunaï pour couper la corde et récupéra tant bien que mal le corps en chute libre. Le corps n'était pas encore raide. Cela avait dû avoir lieu depuis moins d'une demi-journée. Il était proche.

Des éclats de voix retentirent plus loin. S'abaissant plus bas que les broussailles, le jeune shinobi avança pour voir de quoi il retournait. Une dizaine d'hommes discutaient. Au vu de leurs habits sales, des armes qui pendaient à leurs ceintures et de leurs rires gras, c'étaient probablement des bandits. Une haine viscérale le prît et il eût soudain envie de faire souffrir ces types. Bon. Pour le moment, il n'était qu'un gosse de douze ans qui était armé et qui collait des patates un peu plus lourdes que des adultes lambdas. Pas de quoi fouetter un chat.

Il fallait qu'il aide le plus de villageois possible et donc qu'il s'infiltre dans la grotte. Un cri de femme attira son attention. Cela venait des fourrés sur sa gauche. Deux brigands essayaient de déshabiller une femme pour commettre des immondices sans nom. La vision de Kiyoshi se brouilla. L'image suivante qu'il eût était un flash. Une mare de sang et deux porcs égorgés gisant dans leur propre jus. Il avait posé sa main sur la bouche de la femme pour ne plus qu'elle crie.

" Calmez-vous. Je suis là pour vous aider... Voilà. Retournez au village et allez tous vous cacher dans la forêt. Si je n'arrive pas à libérer tout le monde, ils vont revenir pour en finir. Compris? Maintenant allez-y. "

La femme était sous le choc qu'un gamin de l'âge de son fils tue deux hommes d'un coup de kunaï et qu'il prenne en main la situation. Au vu de ce qu'elle venait de vivre, elle écouta sans rien dire et partit en courant, dopée à l'adrénaline. Kiyoshi était blême. Il venait de tuer deux personnes en un instant sans même s'en recompte. Comme s'il avait agi par réflexe. Quoi qu'il en soit, son esprit n'était pas troublé outre mesure. Il avait agi de manière juste... Enfin. Discutable mais il avait sauvé cette femme et comptait faire de même pour les autres villageois. Il se cacha dans les buissons et attendit un moment. Trouver une faille dans les déplacements de ces brigands ne serait pas facile mais.
*PAF*

Un lourd objet métallique venait de s'abattre sur l'arrière de son crâne et un voile noir s'abattait déjà devant ses yeux. Quel con... Douce odeur de roussi nous voici.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 35
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Rosée matinale Ven 25 Aoû 2017 - 19:39

Ses bras s'agitèrent dans le vague. Il avait mal. Ses bras, son ventre extrêmement douloureux. Son esprit était brumeux. Où était-il? Le goût du sang dans sa bouche lorsqu'il cracha lui donna une piste. Certainement pas au bon endroit. Ses jambes trainaient sur le sol comme s'il était un pantin désarticulé. Une corde passée dans un anneau au plafond était attachée à chacun de ses bras. Merde... Cela lui revenait maintenant. La vallée, l'enfant. Le village. La femme. Une étincelle de colère le ramena à la conscience petit à petit.

Ils l'avaient rudement bien attaché. Pas un noeud de tata comme disait son père à l'époque quand il n'arrivait pas à défaire le noeud de la barque. Il forçait comme un âne pour se défaire de ses liens mais impossible. Il était dans une cavité rocheuse. Probablement un bout de l'intérieur de la grotte. Ce n'était clairement pas une bonne situation pour lui. Les brigands l'avaient probablement attaché là pour jouer avec lui. D'ailleurs, il avait probablement une ou deux côtes fêlées. En se tortillant, une violente douleur l'avait lancé sur son flanc droit. Probablement un de ces connards qui l'avait pris pour un ballon de foot après qu'il ait été assommé. Il avait eu de la chance car une côte brisée aurait pu déboucher sur un pneumothorax et il aurait clairement risqué sa vie pour rien. Quel idiot. Sa bêtise le fît enrager encore plus. Stupide. Il n'avait pas fait attention et sa vie était en danger. S'il mourrait ici, Leiko ne le saurait jamais et lui en voudrait toute sa vie. Cette pensée le rendit dingue. Il poussa un long cri de rage, signalant à ces geôliers qu'il était réveillé. Au loin, il entendit des éclats de voix et un bruit de porte rouillée que l'on ouvre plus près. Un type mal rasé et plein de crasse se retrouva en face de lui, un air narquois et une lame en main.

"Alors petiot? On a voulu jouer le malin avec plus grand que soi?"

Râclement de gorge puis crachat immonde sur le sol. Charmant. Soudain, sans prévenir, le type lui lança un coup de pied dans les côtes. Il ne pût étouffer un cri de douleur intense. Quel putain d'enfoiré. C'était lui qui lui avait chatouillé les côtes. Désormais, chaque respiration lui faisait un mal de chien et il éjecta un peu de sang de sa bouche.

"T'as tué des collègues à nous là-haut sale petite merde. Heureusement que j't'ai eu parce que tu partais pour faire un malheur! Mais maintenant, t'es tout à moi!"

La lame du couteau dansa sous la lumière des bougies qui éclairaient la pièce. Encore un tordu qui avait été bercé trop près du mur. Rmpfff rmpffff. Il fallait qu'il agisse calmement et efficacement. Il avait déjà vécu pire. Tant que le bout de métal ne venait pas s'aventurer trop profondément dans sa chair, il ne craignait pas grand chose. Le brigand passait délicatement la lame sur sa peau en se demandant quelle partie il allait retirer. Pfff. Un vrai tordu oui. Il mourrait d'envie de le démolir. Il sût quoi faire quand il passa le couteau sur son visage. D'une grimace de douleur, il bloqua la lame entre ses molaires, s'entaillant un peu la machoire au passage. Son pied vola ensuite jusqu'aux parties du type qui jappa de douleur et se plia en deux devant lui. Parfait. Sans lâcher le couteau, il passa rapidement ses jambes autour du cou de la petite merde qui lui servait de geôlier et serra son cou entre ses cuisses de toutes ses forces. Le type essaya de crier mais il pressait trop fort pour qu'un vrai cri sorte. Quelques bruits rauques jaillirent et il porta quelques violent coups à Kiyoshi qui serra de plus belle. Le bandit s'affolait, n'ayant jamais imaginer tombé sur un gamin de cette trempe. La guerre lui avait tout de même appris de sales choses mais il y a une leçon que Kiyoshi n'oublierait jamais. Tout faire pour survivre. Quitte à manger de la terre, de la chair avariée. Pour survivre, il fallait mettre sa dignité de côté et se battre comme un animal.

Le corps arrêta de se débattre et Kiyoshi laissa choîr le type au sol. Il n'avait pas de temps à perdre. Ses forces s'amenuisaient dans cette position. Il pencha sa tête sur sa gauche et bloqua le manche du couteau, assez long, contre son aisselle. Contractant celle-ci, il reprît en bouche l'arme blanche par le manche cette fois. Voilà qui était mieux. Bon... Se raidissant du mieux qu'il put et se hissant sur ses bras, il parvint à rapprocher la lame de la corde qui attachait son poignet et remua sa tête en vue de scier la corde. Bien qu'épaisse, celle-ci n'était pas d'une qualité exceptionnelle et il termina de la couper en cinq minutes de remue-visage acharné. Une fois sa main libre, il prit le couteau en main et termina l'autre corde. Amortissant sa chute au sol, il inspecta ses blessures et se banda les côtes avec les restes de corde. C'était mieux que rien...

Il fallait qu'il trouve le moyen de sortir d'ici maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rosée matinale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Passé & Lettres :: Flashbacks-