N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 La vie nous joue parfois de bien mauvais tours [Rayah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1799
Rang : S

Message(#) Sujet: La vie nous joue parfois de bien mauvais tours [Rayah] Mer 23 Aoû - 18:21

Spoiler:
 

Je me trouvais quelque part au sud du village côtier que j’avais quitté quelques deux jours auparavant. Marchant en prenant le temps de me repérer, de noter le maximum de curiosité que je pouvais voir, que ce soit par rapport à la nature, par rapport aux coutumes, aux styles vestimentaires, ma vitesse de déplacement n’était guère extraordinaire. N’ayant pu trouver de carte du pays voir du monde à Senun, et n’y ayant trouvé que des ennuis en la personne de ce Shirudo, j’avais fini par m’en aller, bien conscient désormais sur certaines choses concernant ce pays. Je savais par exemple qui étaient les Kadoria. Des manieurs de la gravité, les maîtres incontestés de ce pays. Ils assuraient visiblement la protection des civils. Quoique décevant à bien des égards, mon passage à Senun avait été fort enrichissant. Je n’avais jamais entendu parler auparavant de manieurs de la gravité. Leur pouvoir par ailleurs me semblait sans commune mesure avec celui des Kaguyas. Ils étaient bien plus puissants, quoique leur art était quelque part limité par le fuinjutsu. Une compétence d’habitude assimilable à une compétence de soutien à mes yeux.

Je réfléchissais à tous ces éléments en marchant toujours plus vers le sud tout en longeant la côte. Bientôt mes pas m’amenèrent à un marécage. N’ayant nullement envie d’y pénétrer, je me contentais de le longer. Ce fut un petit périple qui me fit marcher plusieurs jours. La végétation me semblait changeante à chaque fois que je progressais, raison pour laquelle je ne changeais guère de cap. Je me nourrissais d’insectes que je capturais sans grande peine, lorsque le gibier se faisait rare et il fallait le dire, auprès d’un marécage, la rareté de gibier est une tautologie. Ce fut pourtant pour tout cela qui me posa problème. Lorsqu’au bout d’un certain temps le manque d’eau se manifesta en moi, mes défaillances personnelles commencèrent à pointer le bout de leur nez. Je vacillais par moment en marchant alors que je savais disposer encore de nombreuses forces pour aller de l’avant. Ou encore ces fois où sans raison valable, mon cœur se mettait ou à pincer ou à s’emballer. Je n’évoquerais même pas, ce moment où, au paroxysme de ma déshydratation, je me mis à ressentir une douleur que seuls les plus âgés parmi les Kaguyas aimaient à conter sans cesse, comme pour se gausser de résister à la mort… Je fais référence à cette maladie visiblement commune aux miens… J’étais pourtant jeune, j’avais encore quelques années à vivre en utilisant mon pouvoir comme je le faisais jusque-là. Pourtant, c’était bien la première fois qu’elle se manifestait en moi. Mon état de fatigue généralisé n’y était pas pour rien. Certaines maladies gagnent en force à mesure que la vigueur du corps décline. La vie était parfois ironique. Se moquer de la sorte d’un jeune homme dans sa dix septième année… Quel sale tour. Je m’évanouissais alors après un énième pincement au cœur après m’être rendu compte de quelque chose de tout bête : j’avais tourné en rond comme un demeuré. Ce coin… Ces pierres, leur agencement, ces arbres, leur fraîcheur, les senteurs de l’endroit, la disposition du marécage ici… Je n’y avais pas fait gaffe, mais c’était la troisième fois en 5 jours que je passais ici.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 953
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La vie nous joue parfois de bien mauvais tours [Rayah] Mer 23 Aoû - 20:04

Cela faisait maintenant plusieurs heures que Rayah se penchait sur le cas de ce jeune garçon. Pendant tout ce temps, la jeune femme de 19 ans avait enchaîné de complexe fuinjutsu sur le corps du malade. Avant cela, elle avait pris le temps d’examiner le patient en détail et en un clin d’œil, usant de ses dons sensoriels et de ses connaissances, elle sut qu’il s’agissait d’un empoisonnement. Complètement paralysée, la pauvre victime n’a sûrement pas pu expliquer à ses parents qu’il avait mangé des baies avant que tout cela ne se déclenche.

Heureusement pour lui, sa famille a eu le bon réflexe en faisant appel aux services de l’ange blanc. Si tout se passe bien, il devrait être sur pied dès le lendemain matin, une fois que les sceaux de l’eisen-nin auront vidé toute trace de substance néfaste dans son organisme. En échange, les parents, soulagé au plus haut point lui avait donné un sac de pièce, plus qu’elle n’en aurait demandé, même si jamais elle ne demande. Les malades l’appellent, elle les soigne et ils donnent ce qu’ils veulent en échange. La seule et unique chose qu’elle se permet de demander en retour, c’est quelques minutes afin qu’elle leur parle de son temple et de sa religion, espérant qu’en ses talents de soigneuse ils y voient une marque du divin. Chose qui paraît pourtant logique quand on sait que son don pour le ninjutsu médical lui a été offert par Dieu après sa révélation. Mais faudrait-il encore que les gens la croient sur ce sujet.

C’est ainsi qu’elle termina d’expliquer aux parents ce pourquoi elle se bât. La reconstruction du temple du Shirozen, une religion des plus pacifistes. Par chance, ces derniers, définitivement impressionnés par le don de Rayah, lui promirent qu’ils passeraient à l’occasion dans son temple et qu’il parlerait d’elle à tous leurs amis dans le besoin. Voilà tout ce que désirait la jeune demoiselle. Plus de reconnaissance afin d’obtenir plus de fidèles et peut-être un jour bâtir un monde de paix sous une unique bannière, celle de Dieu.

Une fois son travail d’émissaire et de médecin achevé, elle reprit la route. Elle portait comme à son habitude une longue cape d’un blanc éclatant orné d’une capuche tout aussi éclatante. C’est dans cette tenue qu’elle a soigné les soldats blessés lors de la guerre et c’est dans cette tenue qu’elle continue de soigner à tout va. C’est la tenue que les gens associent à l’ange blanc, son véritable titre qu’elle obtenue après sa révélation.

N’ayant plus de client dans les environs, la jeune eisen-nin décida de voyager en direction d’une autre région et plus précisément une autre ville. Elle avait entendu dire que dans cette ville se trouvait dans une bibliothèque publique un ouvrage très ancien concernant la maîtrise du chakra médical. Un livre qui contiendrait des choses qu’elle ne connaît, chose particulièrement rare quand il s’agit de soin.

Cependant, et ce selon sa carte, elle se doit de traverser un marais afin d’atteindre cette fameuse ville. Soit. Avec sa carte, cela ne devrait pas être un problème, elle devrait juste faire très attention. Après tout, elle n’est en aucun cas une guerrière alors face à un danger, elle n’aurait d'utilité qu'une fois blessée, histoire de se rafistoler ensuite.

C’est ainsi qu’elle entama sa marche, seul. Elle traversa une petite forêt et quelques clairières mais en croisa pas âme qui vive, humains comme animaux. Tout semblait très calme en cette journée ensoleillée. Même quand elle mit les pieds dans ce marécage, tout était très calme. Tellement silencieux que la jeune femme se décida à faire une pause afin de boire une gorgée d’eau.

Seulement, alors qu’elle buvait tranquillement, elle s’étouffa presque quand elle aperçus un corps au sol quelques mètres plus loin. Il semblait inconscient, ou mort. Par réflexe instinctif, elle déploya ses dons sensoriels et ressentis alors du chakra émaner de lui. Premier point positif, il est vivant.

Comme à son habitude, elle ne paniqua pas. Elle vérifia très rapidement qu’aucune autre personne se trouve dans les parages, craignant d’être prise dans un conflit. Personne. Elle s’approcha donc du corps au sol et vérifia qu’il respire. Après quoi elle apposa ses mains sur le corps du jeune homme.

Elle y diffusa un mélange de chakra sensoriel et de chakra médical, lui permettant de faire une première auscultation afin de savoir si son été est grave ou non. Il ne l’était pas. Il semblerait même que ça ne soit qu’un simple évanouissement. Pourtant, sa brève auscultation révéla que la personne couve une chose bien plus grave. Or elle ne désirait pas prendre le risque qu’il se réveille pendant une auscultation plus poussée. Dans un moment de panique, il pourrait la blesser en se sentant menacer.

Le mieux à faire selon elle est d’attendre son réveil et de l’y aider au mieux. Elle souleva le vêtement de son patient et elle apposa délicatement sa main sur son torse. Après quelques secondes, un sceau apparut à cet endroit même. Retirant sa main de sous son vêtement, elle se mit alors à genoux et rassembla ses mains en un signe de prière. En harmonie, ses mains et le sceau se mirent à briller.

L’ange blanc se contentera de diffuser du chakra médical dans son corps jusqu’à son réveil et avec cela, elle ne cessera pas de prier à haute voix tant que ses yeux ne se seront pas ouverts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1799
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La vie nous joue parfois de bien mauvais tours [Rayah] Jeu 24 Aoû - 20:51

La lourdeur de mes paupières. Je la ressens comme s’il avait s’agit d’une pierre tombale au-dessus du caveau dans lequel j’étais enterré. J’en ressentais la lourdeur comme une oppression. Un élément limitant m’empêchant de redevenir libre ; libre de mes mouvements, libre de mes actions. Pour l’heure je devais batailler contre elle tout en ressentant progressivement l’éveil de tout mon être vis-à-vis du monde. Mes oreilles me donnèrent la sensation qu’une voix non loin de moi se faisait entendre. Presque aussitôt j’eu la sensation que quelqu’un était présent à mes côtés. Mes paupières s’ouvrirent enfin laissant la lumière du soleil inonder mes sens visuels. Je voulu sur le coup me protéger avec mon bras, mais il ne répondit pas dans un premier temps. Je clignais alors des yeux avant de retrouver progressivement la vigueur dans mes membres. Ma vue s’était éclaircie, et j’avais quasiment repris l’intégralité de mes sens. Et c’est là que je la remarquais. Cette femme… D’une beauté parfaite, chevelure étonnamment blanche, regard particulier. Je demeurais interdit un instant, comme paralysé par cette vision. Je ne savait plus où je me trouvais. Étais-je mort ? Le sceau brillant que je vis sur mon torse et le même éclat sur les paumes de cette femme me firent rapidement prendre conscience que j’étais toujours dans le monde des hommes.

Mon instinct de sauvegarde repris-le dessus immédiatement. J’étais Tetsuya, un ninja perdu sur un territoire hostile. Tout relâchement de ma part pouvait s’avérer mortel ! D’un bon je m’étais levé en m’aidant d’une main au sol. Effectuant un bon d’un mètre en arrière, j’avais exécuté le signe du tigre de la main droite tout en apposant ma main gauche sur la partie du torse où j’avais vu luire cette curieuse lumière. S’il s’agissait d’une technique fuinjutsu, j’étais en mesure d’y mettre fin. Il me sembla que j’y parvins. Tout jeune que j’étais, j’étais déjà bien armé en ce qui concerne les arts fuinjutsu. Toujours mu par mon instinct de survie je produis immédiatement une lame tranchante à partir de mon bras droit. La lame demeura dans mon avant-bras et fut visiblement assez long et assez dur pour me servir d’arme. J’étais prêt à me défendre !

_ Qui… Qui es-tu ?

Une douleur foudroyante me frappa sur le champ alors que je questionnais cet être sorti de nulle part. Etait-elle d’une nature divine au point que même lui adresser la parole frappait de douleur tout imprudent qui s’y risquait ? Les yeux écarquillés, tout étonné, je demeurais abasourdi. J’eus un sentiment de vertige qui me fit vaciller. Mes jambes frappèrent le sol, les genoux les premiers touchèrent la terre. Immédiatement les images et souvenirs d’avant mon évanouissement me revinrent à l’esprit. Oui j’étais toujours vivant. Mais je n’avais pas repris conscience de ma faiblesse actuelle. Mon corps manquait de force et je le payais au prix fort. Et cette douleur ? Les mains au sol, je remarquais ma vision qui se troubla un instant avant de remarquer quelque chose qui ne m’étais jamais arrivé. Du sang s’écoulait de l’endroit même où avait surgi ma lame d’os. Il était normal que la peau saigne lorsqu’un os est produit. Seulement, je savais en mon for intérieur que cette fois-ci c’était différent…

Pris de tremblement, par incompréhension et par peur de me résoudre à l’inéluctable, je tombais sur les fesses, dans un ultime espoir de faire face à cette femme. Mon bras armé se pointa vers elle comme ultime moyen de protection. Ma vie devait-elle prendre fin ici et maintenant ? Alors que j’étais quasiment sans ressources ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 953
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La vie nous joue parfois de bien mauvais tours [Rayah] Dim 27 Aoû - 0:28

Tout se passa beaucoup trop vite pour qu’elle n’ait le temps de comprendre. Le jeune homme reprit conscience et quand Rayah s’en aperçus, il avait déjà fait un bond d’un mètre en arrière. Elle vit la panique dans ses yeux et pendant un instant elle eut peur pour sa propre vie. Elle savait qu’elle aurait dû lui appliquer un fuinjutsu immobilisant pour son bien. En bougeant ainsi, il va se reblesser et peut-être même la blessée elle.

Prise de panique elle recula aussi d’un mètre et elle leva les mains devant elle en guise de protection. Ce que le jeune blessé fit ensuite était sûrement la pire chose qu’il aurait pu faire. Sûrement apeuré, il brisa le sceau qu’elle avait apposé sur son torse. Au moment où il le détruit, les mains de la jeune eisen-nin arrêtèrent de luire. S’il a pu se réveiller aussi vite, c’était assurément grâce à tout le chakra médical qu’elle lui avait infusé dans le corps. En brisant cette infusion chakraique, il risque de tout simplement retomber dans les pommes d’une seconde à l’autre.

Or, il semblait vouloir aggraver son cas. Grâce à un jutsu rare, il créa une lame d’os sur l’un de ses avant-bras. Rayah était à la fois effrayé et fasciné. Tout se bouscula dans sa tête et elle comprit. Il s’agissait d’un Kaguya, ces êtres génétiquement malades que personne n’a encore réussis à soigner. C’était donc cela qu’elle avait ressenti quand elle avait fait parcourir son chakra sensoriel en lui.

C’est alors qu’il la questionna sur son identité. Elle prit ça comme un premier signe non menaçant depuis son réveil, ce qui la poussa à baisser ses bras. Si elle veut qu’il se sente en sécurité elle doit d’abord arrêter d’être sur ses gardes elle aussi.

Seulement, quand elle s’apprêtait à répondre elle le vit se battre face à la douleur et tous deux assistèrent aux saignements de son bras. Au vu de son regard, elle comprit que cela n’était pas aussi normal que ça en avait l’air. Après tout, quand on transperce sa peau avec des os, il est normal que ça saigne non ? Apparemment non vu sa tête.

Enfin, il finit par s’écrouler au sol, tremblant de douleur et dans un dernier acte désespéré, il pointa sa lame d’os face à elle. Il faisait pitié. Même elle qui ne maîtrise aucun jutsu offensive, elle pourrait le tuer tellement il est affaibli.

- Je ne suis pas venu pour te faire du mal. Dieu m’a mis sur ta route pour que je te sauve et c’est ce que j’ai essayé de faire.

Elle fit un pas en avant et lever doucement ses bras. Elle se devait de le mettre en confiance.

- Tu es beaucoup trop faible, en brisant mon fuinjutsu médical tu risques de sombrer dans l’inconscience une nouvelle fois. Je t’en prie, laisse-moi te soigner avant toute chose.

Elle s’arrêta, ne voulant pas tenter de lui faire trop peur alors que dans les faits, c’est plutôt elle qui devrait avoir peur. Elle voyait en lui un enfant égaré que le seigneur lui envoie pour une raison bien précise, mais elle n’arrivait pas encore à comprendre laquelle.

- Tu n’as rien à craindre de moi, je suis une simple religieuse. Je n’ai pas d’arme et la seule chose que je puisse faire avec mon chakra, c’est soigner et ressentir la présence des gens.

Afin de lier ses mots à ses gestes, elle leva sa longue cape pour lui montrer qu’elle n’avait aucune pochette Shinobi où ranger des kunai et des shurikens et qu’elle n’avait aucune arme de type épée ou dague. Elle espérait qu’avec tout ça, il la laisserait au moins le soigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1799
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La vie nous joue parfois de bien mauvais tours [Rayah] Lun 28 Aoû - 21:40

_ Dieu ??? Qui c’est ? Pourquoi… Pourquoi voudrais-t-il me sauver ?

Dans mon esprit, malgré ma faiblesse, les pensées s’enchevêtraient les unes sur les autres à une vitesse hallucinante. Je n’avais pas oublié que j’étais encore sur le territoire des Kadoria. Je n’avais pas oublié qu’ils me surveillaient un minimum. Dieu était-il un Kadoria ? Ou alors un opposant à leur pouvoir ? Pour quelle raison se préoccuperait-il de moi ? Le peu que j’avais appris durant mon périple à Sennun c’était que ce monde était cruel. Seule la force et l’intelligence peuvent permettre à l’homme de s’en sortir. C’était la conclusion que j’avais tiré de ma première expérience sur le continent, en ce pays. Etre seul était quasiment synonyme d’être une proie, une potentielle victime que de vils chacals recherchent afin de se l’arracher. Non… Personne ne pouvait me chercher pour me vouloir uniquement du bien. Cette histoire ne tenait pas la route !

_ Tu es médecin ? Es-tu une Kadoria ? Prouve-le !

Encore à terre, tremblant de faiblesse, mon regard n’en était pas moins déterminé. Ma main pouvait difficilement demeurer en l’air. Cette main qui soutenait mon arme, fruit de mes os, retombait inexorablement au sol. Elle me pesait. Décidément. Réfléchissant rapidement, je dus me rendre compte que de toute façon, je n’avais pas le choix. Je m’étais affaibli tout seul et désormais, j’étais à la merci de cette envoyée de Dieu.

_ Une religion ? Est-ce l’Un que tu appelles … Dieu ?

Chez moi, chez les Wazao, la divinité existait. Elle était composée d’un panthéon d’êtres supérieurs au-dessus desquels trônait l’Un. L’Un, l’Unique existait en chacun de nous. Il était à l’intérieur de nous tout comme à l’extérieur, dans les plantes, les animaux, l’air, la matière primaire. Etait-ce l’Un que cette femme appelait Dieu ? Ou alors faisait-elle allusion à un être supérieur quoiqu’inférieur à l’Un ? Je me posais la question, quand bien même je n’étais guère croyant. Du moins, non pratiquant…

Ayant remarqué qu’elle ne possédait visiblement aucune arme et que véritablement elle ne ressemblait en rien à un tueur, je finis par rétracter l’os que j’avais créé à partir de la paume de ma main. Respirant avec beaucoup de peine, j’étais toujours à terre, les quatre membres au sol, genoux et mains… Autant dire que j’étais mal.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 953
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La vie nous joue parfois de bien mauvais tours [Rayah] Sam 2 Sep - 16:31

Le jeune homme semblait de plus en plus confus. Rayah, elle, au contraire essayait tant bien que mal de clarifier la situation, de lui démontrer qu’ils n’ont sûrement rien à craindre l’un de l’autre. Quand elle mentionna Dieu, son interlocuteur lui demanda de qui il s’agissait. Une question qui prit la demoiselle de court. C’est bien la première fois qu’une personne lui pose cette question. D’où venait-il pour n’avoir jamais entendu parler de notre créateur ? Entre ceux qui vénèrent les démons à queues comme des dieux et les moines de maskin, il y a de quoi en entendre parler.

Seulement, elle n’eut pas le temps de répondre qu’il enchaîna, lui demandant si elle était bel et bien une médecin et non une kadoria. Une chose qui piqua sa curiosité au vif. Qu’est-ce que les Kadoria ont bien pu lui faire pour qu’il soit aussi méfiant ? Pourtant, le clan dominant de Kaminari avait toujours été cordial envers Rayah et son culte…

Il continua dans sa lancé en lui demandant si celui qu’elle appelait Dieu était L’Un. Elle avait entendu cette appellation pour désigner le divin une fois. Après tout, le seigneur possède de nombreux noms selon les croyances, même si au final ils réfèrent tous à une seule et unique personne : Notre créateur.


- Dieu, le seigneur, le divin, l’Un, les esprits protecteurs, Maskin… tous ces noms se réfèrent à notre créateur. Celui qui créa notre monde et qui veille sur nous.

Elle observa sa main armée tombée doucement au sol avant qu’il ne décide de rétracter son os dans son propre corps. Une vision à la fois troublante et fascinante pour une médecin n’ayant jamais été face à un Kaguya.


- Dieu n’est pas toujours bon, mais il est juste. Si je me suis trouvé ici à ce moment précis, c’est qu’il voulait que je te sauve. Il a encore besoin de toi dans ce monde. C’est ton destin, tu ne peux rien y faire.

Elle espérait avec ces quelques paroles lui faire comprendre ce que ce fameux Dieu avait à faire dans tout cela. Puis, elle tenta de rassurer le Shinobi du mieux qu’elle pouvait.


- Si je te voulais du mal, pourquoi ne t’aurais-je pas assassiné pendant que tu étais inconscient ? Pourquoi ne t’aurais-je pas attaché si je voulais te garder vivant ?

Il voulait une preuve, elle allait lui en donner une.


- Quand tu as repris conscience et que tu t’es relevé, tu n’as ressenti qu’une faible douleur je me trompe ? Pourtant, quand tu as brisé mon sceau ce n’était plus le cas. La douleur est devenue bien plus forte. Cela ne te suffit pas comme preuve qu’il s’agissait bel et bien d’un fuinjutsu médical ?

Elle s’avança alors d’un pas supplémentaire, levant sa main dans sa direction. Sur sa paume luisait un fuinjutsu prêt à être déposé sur le corps du blessé.


- Je ne te laisserai pas aggraver ton cas ou même mourir. Même si tu refuses je te soignerai de force. C’est mon devoir en tant qu’Ange Blanc.

Rayah était bien la seule personne capable de soigner quelqu'un de force, juste par devoir divin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1799
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: La vie nous joue parfois de bien mauvais tours [Rayah] Jeu 7 Sep - 12:05

Mon interlocutrice continuait à me parler de son Dieu. A la différence de ma conception des choses, chez elle, l’Un était similaire à Dieu ou encore aux esprits protecteurs voire à un certain Maskin. Je n’avais pas tout à fait la même vision qu’elle. Les esprits protecteurs, ne serait-ce que pour leur multiplicité occupent, dans ma vision des choses, un échelon plus bas dans la hiérarchie divine. Dès lors, il se pouvait qu’en réalité elle se trompe sur le compte de ce « Dieu » et qu’il ne soit en réalité qu’une entité inférieure à l’Un. Peut-être Dieu était-il quelque chose de supérieur aux bijuus ? A la limite. Bijuus qui fallait-il le rappeler, étaient vénérés également comme des divinités.

Mon interlocutrice continua à insister sur le fait que Dieu avait souhaité que je sois sauvé. Elle affirmait qu’il avait besoin de moi en ce monde, comme s’il avait pu prévoir un dessein pour moi. J’avais réellement du mal à le croire. En réalité, comme j’avais pu l’expliquer, je n’étais pas pratiquant. Ma foi se limitait à savoir que l’Un existe et qu’il est au-dessus de tout, tout en étant dans tout. Tout ce qui est naturel. Je ne le priais jamais. Au mieux j’avais une pensée pour lui dans des moments de difficultés. Les choses s’arrêtaient là.

Elle continua à m’expliquer qu’elle n’avait aucune intention belliqueuse envers moi. Elle était là uniquement pour me soigner et son Dieu l’avait mise sur ma route pour me relever après ma chute. J’avais beau être têtu, les gages de sincérité apportées par cette femme s’accumulaient sous mes yeux. Oui elle aurait pu me tuer pendant que j’étais dans les vapes. Oui elle aurait pu s’assurer que je n’irais nulle part si elle était à la solde des kaminarijins… En pensant à tout cela d’ailleurs, je rétractais ma lame en ma paume tout en m’asseyant sur mes fesses, mains au sol. La main droite était sanguinolente. J’étais fatigué.

_ Ok… Je te crois ! Je n’ai de toute façon pas le choix.

C’était un signe de ma part pour lui dire que j’allais la laisser faire ses gris-gris sur moi. SI elle était capable de me retaper histoire que je puisse à nouveau me promener seul, je lui en serai infiniment reconnaissant.

_ T’aurais pas quelque chose à grignoter et à boire ? J’ai un petit creux.

Quelle me donne à manger ou pas, je la laissais faire. Le temps jouait contre moi. Si je ne parvenais pas à me remettre sur pied vite et bien, le premier Kadoria me rattrapant pourrait me mener la vie dure. Chose que je n’avais guère envie de voir se produire.

Alors que je me faisais soigner, j’en profiter pour faire connaissance avec cette inconnue.

_ Qui es-tu ? L’Ange Blanc ? Ou est-ce un titre donné par ton Dieu ? Moi c’est Tetsu… Je suis de Mizu no Kuni…

On a presque toujours tendance à faire confiance aux gens qui prennent le temps de faire acte de bonté vis-à-vis de soi. Telle est la nature de l’homme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

La vie nous joue parfois de bien mauvais tours [Rayah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Passé & Lettres :: Flashbacks-