N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Le début de leurs souffrances

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 343
Rang : A

Message(#) Sujet: Le début de leurs souffrances Jeu 24 Aoû 2017 - 19:01

J'avais décidé (enfin, on m'avait ordonné, mais je préférais avoir le contrôle) de prendre sous mon aile une équipe de Genin que je pourrais martyris... Euh, entraîner et faire progresser. J'avais même eu le privilège de les choisir parmi une liste. Et dans cette liste, deux noms m'étaient familiers. Un grand sourire - sadique - s'afficha sur mon visage.

Le premier était un Asshu. Masao, qui m'avait déjà accompagnée pour une mission dans le désert et qui n'était pas avare en compliments et autres flatteries. Bon pour l'égo et le moral, il semblait fidèle et obéissant. Le deuxième allait être un peu plus compliqué à dresser à priori. Buyuu Eiki, le blondinet qui poursuivait un voleur en même temps que Seiichi et moi. Il n'avait pas été épargné ce jour-là. Il allait certainement être ravi d'apprendre que j'allais être sa sensei.

Pour le troisième, je faisais confiance au hasard. Fermant les yeux, je pointais un nom sur la liste. Saibogu Yukiko... Je ne la connaissais pas du tout mais le sort en avait décidé ainsi. Et au pire, elle pourrait toujours réparer ma machine à café. Voilà, mon équipe était constituée. À défaut d'être la meilleure sensei du monde, j'avais peut-être des chances d'être la pire. Du fun en perspective.

Je donnais rendez-vous à mes chers élèves sur une place au centre du quartier commerçant. Assise sur un banc, à l'ombre sous mon ombrelle et derrière mes lunettes de soleil, je sirotais un cocktail orangé à la paille. J'attendais que les trois genin soient présents pour démarrer mon discours, parce que j'allais pas le répéter trois fois. Et quand ce fut le cas, j'enlevais mes lunettes de soleil, les accrochait à mon kimono, gardant l'ombrelle dans une main et le cocktail dans l'autre.

« Bonjour mes poussins ! » M'exclamais-je. « Je suis Chikamatsu Ruri, votre sensei jusqu'à la fin de votre vie, pour le meilleur et pour le pire. » Dis-je en faisant une révérence.

À l'annonce de mon nom, j'envoyais un grand sourire moqueur à l'adresse d'Eiki, lui ayant donné un faux nom lors de notre dernière rencontre.

« Comme vous l'avez entendu, vous êtes à présent mes poussins. Vous aurez droit à un nouveau surnom si vous me prouvez que vous le méritez. Vous pouvez m'appeler Ruri, Sensei, ou un truc dans le genre. Mais évitez les "maman", car je ne suis pas une poule. »

En rejoignant cette équipe, les pauvres Genin allaient progresser dans les arts ninja, mais quelque chose me disait qu'ils allaient aussi améliorer leur résistance mentale. Et ça m'amusait beaucoup. Je leur distribuais à chacun un badge avec un poussin dessus.

« Gardez-le précieusement, vous pensez peut être que c'est ridicule mais ça vous sera en réalité très utile. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Le début de leurs souffrances Sam 26 Aoû 2017 - 22:49

*Une nouvelle convocation!* me dis-je en arrivant chez moi après un entraînement corcé.

Combien y en a-t-il, dans cette nation? Il y a les ordres de mission, les entraînements obligatoires, les requêtes des supérieurs puis les demandes du Seigneur du Vent en plus des patrouilles… Avec mes obligations à l’extérieur, les recherches d’information sur le monde criminel et l’agrandissement de mon réseau de contacts, je n’ai jamais deux secondes pour moi!

Cette fois-ci, il s’agit d’une invitation à être membre d’une équipe. Évidemment, rejoindre un groupe apporte de nouvelles responsabilités, mais aussi de nouveaux contacts et, bien entendu, de futurs partenaires. Cependant, vu mes activités en-dehors de Suna, ça s’avérera risqué. C’est sûrement pourquoi il est noté que c’est une obligation, pour moi! Ils veulent garder un œil sur moi.

Selon le parchemin, je serai avec deux jeunes Shinobis : Masao et Yukiko. J’aurais aimé prendre un peu de temps pour m’informer au sujet de leurs familles respectives, les Asshu et les Saibogu, mais le rendez-vous est planifié pour la journée même.

Ainsi, je me rends à l’endroit mentionné et y découvre avec horreur qui sera mon enseignant : Mathilda! Bouche-bée, je n’arrive pas à émettre un son avant qu’elle prenne la parole et nous explique les règles de son équipe. Je ne remarque pas les autres, trop choqué de la situation. Chacun de nous était un poussin, maintenant, et nous avions un badge pour le corroborer.

Insulté et humilié, rempli de rage, haineux, je serre l’objet dans ma main.

« Ruri-Sensei! » m’emporté-je, déchiré par l’aventure que j’ai vécu avec elle, ses mensonges et l’impératif de ma présence. « C’est grotesque! Je vous ai vu agir! Vous n’êtes pas professionnelle! »

Je croise les bras sur ma poitrine.

« Nous sommes des soldats qui méritent le respect! Certainement plus de respect que d’être humilié par le sobriquet « petit poussin », » conclus-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 230
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Le début de leurs souffrances Lun 4 Sep 2017 - 15:32

L'envie de retourner dans son petit village taraudait Yukiko depuis plusieurs jours. Avec les obligations qu'elle avait à présent en tant que shinobi de Suna, il lui était difficile d'avoir assez de temps libre pour faire le voyage. Ce qu'elle souhaitait surtout, c'était poursuivre son travail sur un projet qu'elle avait laissé dans l'atelier caché de son oncle.

Tout mon matériel est là-bas... je savais que j'aurais dû en apporter davantage...

Elle soupira de découragement, faisant se retourner le passant qu'elle croisait à ce moment-là. Elle continua à marcher parmi la populace de la ville, perdue dans ses pensées, ignorant son environnement.

Et en plus, j'aurai encore moins de temps à cause de cette convocation...

Nouveau soupir de sa part. Elle évita un homme qui portait une lourde caisse et qui venait en sens inverse.

Bien qu'elle soit contente d'être passée par l'académie, où elle avait beaucoup appris, elle avait encore du mal à accepter le fait qu'elle devait faire sa part pour le village en remplissant diverses missions. Tout ce qu'elle souhaitait réellement, c'était se terrer dans un atelier pour construire et inventer.

C'est alors qu'elle se rendit compte qu'elle était passée par la mauvaise rue, et qu'elle devait revenir sur ses pas pour rencontrer l'équipe dont elle ferait partie à partir d'aujourd'hui. Un demi-tour et quelques centaines de mètres plus loin, elle était arrivée.

Je préférerais être ailleurs, mais il faut voir le bon côté des choses. J'apprendrai à mieux maîtriser mes capacités de shinobi et j'en verrai sans doute beaucoup qui m'inspirera pour mes travaux.

Elle resta impassible lors du discours de son nouveau sensei, même si elle était perplexe quant au fait de se faire appeler "poussin". En y réfléchissant, elle se dit que c'était un peu une métaphore, du fait qu'ils en étaient au début de leur apprentissage, et donc aussi peu savants que des poussins qui venaient à peine d'entrer dans la vie. Et puis, ils évolueraient et se transformeraient en poule, comme leur sensei.

Ah mais, non... Elle a bien dit qu'elle n'était pas une poule... Que deviendrons-nous, alors?

Elle observa le badge qu'ils avaient reçu. Son mécanisme d'attache était très simple, mais efficace. Elle allait le mettre sur son sac quand un des genins laissa éclater son indignation. Leur sensei ne serait donc pas professionnelle et serait à présent en train de leur manquer de respect en ce moment. Yukiko n'en avait aucune idée, et...

Il me semble que je l'ai déjà vu quelque part... Ah mais oui! C'est celui qui a trop d'épées pour le nombre de bras qu'il a!

Elle se dit qu'il faudrait peut-être qu'elle mette au point des bras supplémentaires qu'il pourrait attacher à lui et qu'il pourrait contrôler à sa guise.

- Je suis Saibogu Yukiko, se présenta-t-elle quand le débat se calma un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 165
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Le début de leurs souffrances Lun 4 Sep 2017 - 17:47


C’était une belle journée, mais Masao avait décidé de rester entre quatre mur au calme pour écrire une lettre à sa famille rester sur Hai No Kuni, évidement il n’utilisait pas d’encre, mais un mélange de cendre et de chakra pour que seuls les maîtres de Haiton puisse les lires … donc les Asshu et pas la police de Hai. En pleine réflexion le garçon cherchait ses mots quand une personne frappa à la porte, souffla à cause de ce dérangement il ouvrit la porte avec une flemme clairement visible :

Bonjour, qu’est que tu veut ? Le courrier est déjà passé t’es à la bourre mon age.

s’excusant du dérangement l’homme tendit une petite missive scellée et repartit sans un mot.
Étonné mais content que la conversation ne se soit pas éternisé Masao ouvrit la lettre qui devait être une grande importance pour être porté directement à la personne en dehors des horaires habituelles.
Le petit bout de papier n’était rien d’autres qu’une lettre officiel de l’administration visant à placer les genins sous la tutuelle d’un chunin, dans ce cas précis Chikimastu Ruri, la marionnettiste qu’avait rencontré Masao pour une mission dans le désert.
À la fois rassuré et inquiet Asshu finit par abandonner sa lettre pour sa famille, le rendez vous était le jour-même, il ne fallait pas être en retards, sachant que Ruri est toujours en avance.
Plus bas dans la lettre l’enfant de Hai lu qu’il allait faire équipe avec une Saibogu, les ingénieurs natifs de Suna et un total inconnu Buyuu Eiki … aucun grand clan de la région ne répondait à ce nom. Le seul moyen d’en savoir un peu plus sur lui et la Saibogu était d’aller à la réunion.

Ni une ni deux Masao enfila son voile blanc, pris son fourreau contenant des cendres et de la braise chaude, quelques nécessaires au cas où la Chunin aurait envie de les tester sur le champ ou de les emmener en mission.

Arrivant dans la quartier marchand Masao reconnu facilement son nouveau mentor, avec son joli kimono son ombrelle et un cocktail, elle avait la belle vie, et maintenant elle allait avoir 3 larbins à sa botte. Attendant que toute l’équipe soit réunis la chef d’équipe pris la parole et explicita le but de l’équipe son fonctionnement et le fait qu’il était important voir crucial de porter le badge poussin… L’ingénieure avait l’air à Ouest et n’avait pas de réaction comparé au Buyuu qui était vexé et se sentait insulté et pensait que Ruri n’était pas professionnelle.
Quand ta lui Masao polis le badge avec son voile pour le faire brillet ( et s’assurer qu’il n’y avait pas de fils de chakra ) car il savait que Ruri-Sensei était une marionnettiste et qu’il dit apprentissage dit forcement test de stress et gestion de situation comme durant sa formation à Hai.

Malgré le mécontentement de certain, je suis ravis d’apprendre à vos côtés Chikimastu-Sensei. C’est un honneur de travailler avec une fière héritière d’une grande famille de Suna

Puis le shinobi se retourna vers ses coéquipiers et sa présenta un peu plus en détail que son homologue Yukiko :


Bonjour, Je m’appelle Asshu Masao, je viens de Hai No Kuni, le pays des cendres et j’en suis l’un des maîtres.

pour montrer qu’il n’était pas un charlatant Masao utilisa la cendre de son fourreau pour former l’enseigne de sa famille au dessus de sa tête avant de renvoyer les cendres dans leur maison.
Il espérait que le jeune Eiki se présente lui aussi avec détail et plus de calme d’auparavant, la suite s’annonçait folkorique, une bonne entente devait vite se former pour que l’équipe soit efficace un peu de sable dans les rouages et toute l’équipe risque perdre la vie en mission. Masao était prêt à prendre sur lui et à être le leader sage et patient des trois genins, ou juste le second qui modère un élément vigoureux comme Eiki.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 343
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Le début de leurs souffrances Dim 10 Sep 2017 - 22:51

Comme je m'y attendais, Eiki n'était pas vraiment enchanté de me voir. Il devait bien être la seule personne sur terre à avoir cette réaction ! Je ne savais pas vraiment comment réagir : je m'amusais beaucoup, mais en même temps, ce petit garçon m'avait insultée. En tant que mon élève, il fallait impérativement qu'il apprenne l'humour. Ainsi que le sarcasme, l'autodérision...

Décidant d'abord de l'ignorer, je m'approchais de la Saibogu.

« Enchantée de faire ta connaissance, Yukiko. J'espère que tu apprécieras l'équipe. Je connais bien ton clan, je sais que tu lui feras honneur. »

La jeune fille avait seulement énoncé son nom, rien de plus. Elle était restée impassible face aux fausses accusations de son coéquipier. Et c'était très bien ; les personnes influençables ne faisaient pas de bons shinobis. Je m'arrêtais ensuite à la hauteur de Masao : lui ne me décevait jamais. J'espérais que ce trait de caractère resterait intact.

« Bonjour Masao, je suis ravie de t'avoir dans mon équipe. Je te connais déjà et je sais que tu feras un très bon soldat, réfléchi et loyal. C'est pour ça que je t'ai choisi. » Dis-je avec un sourire.

Mais mon sourire amical se changea brutalement en sourire cruel lorsque mon regard se posa sur Eiki. Sans le quitter des yeux, je m'approchais de lui.

« Oui mon chou, pour l'instant, tu es un poussin. Il ne tient qu'à toi de t'élever. Mais fais bien attention de ne pas régresser, car tu pourrais aussi te changer... »

Je m'approchais un peu plus près et lui chuchotais :

« ...en nugget. »

Je reculais d'un grand pas en arrière et en écartant les bras, je fis un tour sur moi-même.

« Pas professionnelle ? Là, tu m'insultes. La plupart des sensei t'auraient déjà fait punir pour ça, mais comme je suis magnanime, je vais me contenter de te prouver que tu as tort. Suivez-moi ! »

Je m'élançais dans une rue adjacente de la place où nous nous trouvions. Les rues de Suna étaient un véritable dédale et nous passions dans des rues de plus en plus étroites, jusqu'à arriver devant un bar miteux. Me retournant vers mes élèves, je leur adressais un grand sourire. Ils ne s'attendaient vraiment pas à ce qu'ils allaient trouver.

Je poussais la porte et pénétrais dans cet établissement misérable. Assis sur des tabourets se trouvaient deux hommes qu'on appelait communément des "piliers de comptoir". C'était vraiment le cas, car ils se trouvaient là à chaque fois que j'étais venue ici. Trop imbibés d'alcool pour remarquer notre présence, ils ne se retournèrent même pas. Le patron, derrière le bar, m'adressa un signe de tête.

Sans dire un seul mot, j'invitais mes élèves à me suivre vers le fond, où se trouvait une porte datant clairement d'une autre époque. Derrière se trouvait la réserve. J'entrais et allumais la lumière, prenant soin de refermer la porte quand tous mes poussins furent à l'intérieur.

« C'est maintenant que commence la partie amusante ! »

Je sortais de mon kimono un badge, où se trouvait un dragon. Je regardais mes élèves tour à tour, un grand sourire aux lèvres. L'excitation était à son comble, le suspens était insupportable ! J'approchais finalement mon badge d'un cercle discret gravé sur le mur. Suite à ce contact, le mur pivota et un escalier fut dévoilé sous nos yeux. Ouvrant la marche, je descendais dans une sorte de cave sombre. La tension était extrême.

Je frappais deux fois dans les mains et la pièce fut soudainement baignée de lumière. Elle disposait de tout le confort possible : richement décorée de tapis et tapisseries, elle était meublée d'un grand canapé, d'une table et de chaises, d'une énorme bibliothèque et même d'un frigo.

« Dites-moi, est-ce qu'un sensei non professionnel et qui n'a aucun respect pour ses élèves s'embêterait à construire UN QG SECRET ? » M'exclamais-je avant de partir d'un rire hystérique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Le début de leurs souffrances Lun 11 Sep 2017 - 18:19

*Je n’ai jamais subi telle humiliation!*

Tout mon être transpire la rancœur. Dents serrés, sourcils froncés, je ne bronche pas lorsque la formatrice s’approche, un peu comme lors de cette histoire avec Kiddo qui a plutôt mal fini. Cette fois-ci, cependant, je pensais bien qu’elle allait m’assaillir. Contrairement à ce que je croyais, elle nous invite à la suivre.

Une fois en route, toujours hargneux, je découvre les autres membres de mon équipe. Encore une fois, ma rage m’a aveuglé. Outre le petit blond qui m’est toujours inconnu, Yukiko est ma partenaire ce qui rend notre entente un peu compliqué.

*Il ne faut pas que notre relation soit connue, pas avant que nous arrivions à comprendre l’Autre-lieu.*

Notre groupe se rend jusqu’à un bar, confirmant mes craintes par rapport à Ruri et son manque de professionnalisme. L’endroit sent la pisse et le fond de baril, suffisamment pour me faire grimacer. Quelques pas plus loin, la dame nous conduit jusqu’à la réserve où elle nous enferme. Lentement, je dirige ma main sur un de mes sabres, certain d’un danger imminent.

Puis, à ma grande surprise, elle utilise un badge similaire aux nôtres pour activer une sorte de mécanisme sorti tout droit des romans. Elle nous indique de la suivre jusqu’à l’étage souterrain et, d’un claquement de mains, allume toutes les lumières.

Abasourdi, je délaisse mon arme.

« Wow, » dis-je inconsciemment.

Bouche-bée, je regarde dans toutes les directions cette grande salle meublée et décorée.

« C’est géant, » continué-je en faisant quelques pas.

Enchanté, je me laisse bercer pendant quelques instants par cette idée saugrenue que ce lieu pourrait réellement être le mien, que cette équipe pourrait réellement m’être bénéfique, que ça ira bien.

Mais, la réalité me revient.

Je secoue de la tête et me renferme de nouveau. Mon regard redevient froid, je croise de nouveau les bras.

« Je vous connais, Ruri-Sensei. Que faut-il faire? Quel est le prix de cette pièce? »

Je me retourne et l’affrontedu regard, le menton haut.

*Ruri est complètement cinglée. C’est une personne sadique qui apprécie le chaos, je l’ai bien vu. Nous ne nous en sortirons pas indemne.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 165
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Le début de leurs souffrances Lun 11 Sep 2017 - 20:51


Les présentations venaient d’être faites, Même si il y avait encore des lacunes sur les deux autres genins Masao savait qu’il allait en apprendre plus au fur et à mesure. Il n’avait pas habitude de placer sa confiance dans les mains d’étrangers même si Ruri les avaient sélectionnées. Alors que l’enfant de Hai se tenait droit et fier l’homme aux sabres était encore en colère contre la chef d’équipe, il n’avait pas l’air de la porter dans son coeur, apparemment elle se serait moquée de lui et l’aurait humilié. Si la Chunin avait agit de la sorte il y avait sûrement une raison ou alors c’était en prévision des gaffes à venir.

Une fois le calme revenu la sensei remercia tour à tour les poussins, en commençant par la gente féminine évidement. Dans les quelques phrases de la Chikamastu on pouvait sentir qu’elle avait été choisit grâce à son clan, Les Saibogu, ingénieurs et techniciens par excellence, une technologie qui pouvait aider toute l’équipe et les pantins de la marionnettiste. Puis vint le tour du Asshu, souriant la chef d’équipe se planta devant lui et chanta des louanges sur son calme et sa loyauté, ce dernier point avait joué en sa faveur pour obtenir une place dans son équipe.

Je ne vous décevrez pas Sensei. répondit le shinobi en effectuant une révérence respectueuse.

Alors qu’elle arborait un sourire amical et angélique face à Masao, la Chunin l’échangea pour un sourire cruel et maléfique en direction de Eiki, à peine arrivé dans les rangs que ce samuorai venait de s’offrir l’étiquette Ruri préféra confier à Eiki qu’il pouvait et devait évoluer, pour devenir mieux qu’un poussin mais l’inverse était possible devenir un « nugget ». Cela pouvait s’appliquer à toute l’équipe mais le Buyuu commençait mal.

La phase 1 était enfin terminée, comme d’habitude la marionnettiste devait affirmée son statut de chef devant un genin récalcitrant, beaucoup l’aurait punit d’une sanction physique ou moral, mais Ruri n’était pas comme ça, elle préféra jouer la carte du mystère et prouver qu’elle valait mieux que ça.

Toute l’équipe s’élança derrière son leader dans un dédale de rue, Masao avait choisit de se poster en dernier pour ne pas gêner ses coéquipiers avec les quelques cendres que pouvait relâcher son fourreau durant les déplacements, et surtout de la dernière place il pouvait avoir un œil sur les deux genins. Une fois arrivée à destination Maso commençait à se demander à quel jeu jouait Ruri, elle voulait vraiment boire un verre à leur honneur dans ce bar si miteux ?
Au lieu de ça, le groupe se renferma dans la réserve, Eiki n’avait pas l’air content et était prêt à sortir ses sabres mais quand la Chikamastu sortit un badge dragon et déverrouilla un passage secret.
Une fois à l’entrée de la cave Ruri frappa dans ses mains et alluma la lumière comme par magie puis elle avança au centre de la pièce et s’exclama comme si elle était possédé par un démon. Elle avait construit elle même ce QG secret, quel sensei aurait pris la peine de penser au confort de son équipe.
Devant cette révélation Masao était très impressionné, mais il savait qu’il devait s’imposer tout de suite pour ne pas récupérer les miettes. D’un coup d’oeil l’enfant de Hai balaya la pièce richement décorée de tapisseries et de tapis, et repéra un pouffe pourpre visiblement très confortable :

Ce Qg est parfait Ruri-Sensei, personne ne devrait mettre en doute tes compétences désormais. Cependant je prends le pouffe dans le coin ! La loi du plus rapide s’applique chers coéquipiers. Aussitôt Masao se positionna devant sans s’y asseoir, question de politesse, la sensei devait inviter ses poussins à s’asseoir ou ils devaient attendre que la chef le fasse la première.

Pendant que Masao dévorait les lieux des yeux, Ruri aimait les choses belles, et avoir un nid douillet était un point important pour une équipe mais Eiki se méfiait encore de la nouvelle chef, il voulait connaître le prix d’une telle pièce, comme si notre confort (ou du moins son confort) avait un prix. Une bonne équipe shinobi était une équipe soudée, reposée et prévoyante. Avec un tel lieu Ruri s’assurait de deux des trois constantes de la parfaite équipe...il manquait plus qu’un point :

Eiki détend toi, ce nid douillet est pour notre bien. Les trois constantes pour qu’une équipe shinobi soit performante sont : Une équipe reposée car si les membres n’ont pas un bon sommeil ou un lieu de détente les nerfs s’usent et les performances sont moins bonnes. Une équipe prévoyante, avec un tel lieu on peut faire face à beaucoup de situation qu’une équipe sans QG ne pourra pas faire. Il manque plus qu’une équipe soudée, pour cela c’est à nous de faire le reste. Rermercie Ruri-Sensei, elle s’assure de notre confort pour que nous soyons à notre plein potentiel.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 230
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Le début de leurs souffrances Mar 12 Sep 2017 - 20:06

Yukiko hocha simplement la tête quand sa nouvelle sensei vint lui parler, songeant en même temps à quel point elle souhaitait réellement être à la hauteur des Saibogu. En mentionnant son clan, Ruri avait rappelé à la kunoichi qu'elle n'était pas là par simple obligation, mais parce qu'elle avait également beaucoup à faire pour atteindre ses propres objectifs.

Masao semblait déjà être dans les bonnes grâces de la sensei. À première vue, il était également la parfaite incarnation de l'homme aux plus nobles intentions, tant il se tenait droit et fier. Ce qui intéressa toutefois assez Yukiko fut la manière dont il arrivait à contrôler la cendre.

Je me demande comment ça fonctionne...

Elle ne serait sans doute jamais dans le secret, mais elle se mit à imaginer des hypothèses, toutes plus incohérentes les unes que les autres. C'était après tout un art ninja, aussi ce devait être quasiment impossible à percer si on ne possédait pas la capacité de le faire en premier lieu.

Une fois les présentations terminées, Ruri avait décidé de prouver à Eiki qu'il avait tort, qu'elle était très professionnelle. Des deux, qui avait raison? Une balade dans Suna, jusqu'à un petit bar à l'aspect miteux, devait servir de preuve pour les genins. Et quelle preuve!

Une porte au fond du bar, menait à un mur à l'aspect banal, mais comportant une petite anfractuosité discrète.

Yukiko suivait avec attention chacun des mouvements de Ruri.

Le badge dragon, inséré dans l'irrégularité, ouvrait une porte, qui débouchait sur un escalier descendant, avec au bout une pièce sombre...

Un joyeux claquement de mains, et la lumière fut! Le quatuor se trouvait dans une large pièce, belle et confortable d'aspect. Leur QG secret!

Délaissant son impassibilité, Yukiko ne put qu'exprimer une agréable surprise. Ses yeux se mirent à briller quand elle aperçut la bibliothèque, dont elle s'approcha rapidement. Elle avait déjà lu certains livres qui s'y trouvaient, mais beaucoup lui étaient inconnus. Peut-être y aurait-il assez d'espace pour sa planche, si jamais elle avait besoin de travailler dessus.

- Magnifique... souffla-t-elle.

Même Eiki semblait subjugué... un moment, du moins, car il se renfrogna assez rapidement et demanda quel serait le prix à payer.

Un travail acharné, probablement...

De l'avis de Masao, c'était plutôt un endroit destiné à souder leur équipe, à les rendre plus fort. Leur équipe... Yukiko peinait habituellement à travailler avec les autres, préférant se pencher seule sur les problèmes à résoudre.

J'imagine que c'est nécessaire, cette fois...

Un épéiste pour le moins grognon, un manieur de cendres qui semblait blanc comme neige et une sensei excentrique... non... enthousiaste? Non plus...

Colorée.

Voici les membres qui constitueraient son équipe à partir de maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 343
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Le début de leurs souffrances Ven 22 Sep 2017 - 20:22

J'étais ravie. Mieux, c'était l'extase ! J'adorais les surprises ! J'adorais cette pièce ! J'adorais cette mise en scène digne des plus grands dramaturges ! Et j'adorais l'expression que je voyais sur le visage de mes élèves ! Masao était enchanté, Yukiko semblait charmée par la bibliothèque et même Eiki avait l'air abasourdi. Tout ce luxe, c'était jouissif. Si je ne me trouvais pas en présence de mineurs, je...

Un nuage tout gris venait de passer dans mon magnifique ciel bleu. Et ce nuage portait trop d'épées pour son nombre de bras. Bien entendu, le Samouraï n'était même pas satisfait ! Quel sale gosse ! Et il osait me demander le prix ? Comme si j'avais besoin d'argent... Faire bâtir et meubler cette pièce ne faisait aucune différence sur mes économies. Je tiquais sur la remarque plus qu'insolente et ma mâchoire se contracta sous la colère. Calmant mes pulsions de meurtre, j'inspirais profondément et me contentais de lâcher un long soupir.

Heureusement, Masao prit la parole. Qu'il était adorable ! C'était déjà mon enfant préféré. (Il n'était écrit nulle part que nous n'avions pas le droit d'avoir de préféré hein !) Il voyait en cette pièce beaucoup plus que ce que j'avais initialement prévu, mais tant mieux. Moi, j'avais fait ça pour les impressionner et pour faire comme Batman, parce que c'était super classe. Mais inutile de leur mentionner.

« Merci Masao... Tu as parfaitement su cibler mes intentions. Tu me fais énormément de peine Eiki, mais si je ne peux rien faire pour te faire changer d'avis sur moi... Sache que je ne t'obligerais pas à rester. Tu es libre de partir, même si je t'ai donné toute ma confiance en te montrant cette pièce. »

L'air profondément triste, je m'affalais sur un sofa. Remarquant que tous les trois se trouvaient encore debout, et particulièrement Masao qui semblait mourir d'envie de se jeter sur le pouf, je leur lançais :

« Ah, et mettez-vous à l'aise, bien sûr. »

Appuyant ma tête contre l'accoudoir, je reprenais d'un air sérieux :

« Eiki, je pense que tu as sérieusement besoin de te détendre. Tu ne rigoles jamais ? Tout ce stress accumulé, c'est vraiment pas bon. Tu vas finir par faire un burn-out, tu sais ? Tiens, va te faire une infusion à la camomille au coin cuisine là-bas, et après tu pourras m'expliquer pourquoi tu me détestes autant. »

Je m'en fichais complètement, il pouvait bien me haïr au plus au point, ça m'empêcherait pas de dormir ! Mais bon, fallait bien sauver les apparences...

« Je sais ce que nous allons faire en premier ! » M'exclamais-je. « Prenez un livre dans la bibliothèque, n'importe le quel, et lisez la première phrase de la page 45. Cette phrase décrira votre avenir dans le monde Shinobi ! Ca nous aidera à briser la glace et faire connaissance. »

Je me redressais dans mon siège, l'air satisfait. Ah ouais, ça c'était définitivement une activité de senseï au top.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Le début de leurs souffrances Sam 23 Sep 2017 - 14:25

Avant même que je n'arrive à placer un seul mot, deux des trois membres de l'équipe m'invitent à me détendre. Je me renfrogne, fronçant une fois de plus les sourcils et croisant les bras. Toute cette situation me déplait.

    *Ruri-sensei n'est jamais sérieuse. Yukiko, fidèle à elle-même, n'a pas d'expression. Masao, lui, je ne sais pas à quelle jeu il joue, mais son acte de premier de classe m'importune... Toutefois, cette équipe est une commande du Seigneur du Vent!*

Effectivement, les équipes sont agencées selon les besoins de la nation et de chacun des membres par les haut-gradés Sunajins et validées par le Seigneur du Vent. Non seulement c'est une obligation, contrairement à ce qu'en pense dame Chikamatsu, mais l'équipe devient aussi la responsabilité de chacun peu importe qu'ils le désirent ou non. En fait, être membre de l'équipe est, en soi, une mission.

Ruri me demande d'aller me faire un thé. Je hoche de la tête, acceptant l'ordre sans rouspéter. Pendant ce temps, elle propose une activité.

La cuisine possède tout le nécessaire pour faire les repas les plus simples aux plus complexes: cuisinière au gaz, petits et gros appareils électroménagers, vaisselles, ustensiles, tasses et verres. En peu de temps, j'arrive à dénicher la théière et je mets l'eau à chauffer. Pendant ce temps, je remarque que Ruri est seule et j'en profite pour aller m'expliquer.

Je m'avance prêt d'elle. Ça me rappelle d'horribles souvenirs. Une fois qu'à un pas, je lui explique en un murmure pourquoi j'agis de la sorte.

    « Je n'aime pas cette situation simplement parce que j'ai vu votre visage, j'ai vu que vous aimiez le chaos, que vous aimiez le créer et l'alimenter lors de cette impasse avec celui que vous surnommiez Mister Gonima... Ça a été problématique pour moi. »

Je recule d'un pas et soupire.

    « Je ne partirai pas, » expliqué-je d'un ton normal tout en punaisant le badge sur ma poitrine. « Je jouerai cette pièce que vous semblez mettre en scène sans problème, car ce sont les ordres. »

Puis, je me dirige, tel que demandé, vers les livres pour en retirer un au hasard. La reliure brune craquelée ne m'inspire pas confiance, mais je lis le titre à voix haute.

    « The Bro Code... »

Je soupire derechef et cherche la quarante-cinquième page que je prononce difficilement tellement c'est hors de contexte.

    « Article 30: A Bro doesn't comparison shop... »

Je replace le livre avec un vague goût amer dans la bouche. Toute cette situation est absurde.

    *Complètement ridicule...*

    « Qu'est-ce que ça veut dire, Ruri-sensei? Que je ne dois pas comparer les prix pour trouver la meilleure offre? » demandé-je tout en retournant dans la cuisine pour retirer l'eau du feu et finalement faire la camomille demandée. «Ou bien, dans votre grande sagesse, connaissez-vous un sens plus profond à cette citation? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 230
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Le début de leurs souffrances Mer 27 Sep 2017 - 4:31

Plutôt que de s'asseoir, comme les y invitait Ruri Sensei, Yukiko continua à observer les volumes qui se trouvaient dans la bibliothèque. Elle entendait en même temps la joute sensei-élève qui se déroulait derrière elle, songeant qu'une tasse de thé à la camomille était effectivement une bonne idée, et ne comprenant toujours pas l'attitude contrariée d'Eiki. D'ailleurs, elle leva les yeux au ciel en l'entendant dire qu'ils jouaient une "pièce". Ironique, puisque lui-même semblait se prendre pour un acteur tragique, se retranchant derrière un rôle de soldat pour justifier son obéissance malgré le fait qu'il ne voulait pas obéir. Il se retrouva ensuite à côté d'elle et se plia à la demande de leur Sensei. Il en profita pour encore faire entendre son mécontentement à travers un sarcasme évident.

Cet exercice n'est sûrement pas si bête que ça...

Elle prit un livre sans vraiment regarder et lut :

- Tania défait la braguette de Mike l'Indien, lui sort la queue, et mon vieux, quelle queue!

Quelques secondes furent nécessaires à Yukiko pour saisir le sens de ce qu'elle venait de lire. Son visage inexpressif changea graduellement de couleur, devenant d'abord blême, puis rougit jusqu'à en devenir cramoisi. Lentement, son regard empli de détresse se porta sur Ruri sensei, mais rien n'aurait pu l'aider à ce moment.

C'est la manière dont je vais atteindre mes objectifs? En... en... usant de mon... corps?

Abasourdie, elle referma le livre et le reposa à sa place.

Foutu Bukowski. Si je te trouve, je te tues....

Mécaniquement, elle alla s'asseoir. Saibogu Yukiko était une personne fière, même si cela ne transparaissait pas toujours. Ses réussites étaient basées sur son intelligence, son savoir-faire et son ingéniosité. Jamais, jamais, elle n'userait de tactique aussi lamentable pour faire son chemin et réaliser pleinement son potentiel.

Jamais.

Ses yeux brûlaient à présent de colère. Elle se releva prestement, bousculant Masao au passage qui s'était à son tour prêté à l'exercice, et prit un autre livre au hasard.

Eh bien, mademoiselle Shelley, j'espère que vous avez mieux à dire sur mon avenir, à moins de vouloir finir sur ma liste, vous aussi?

Les pages tournèrent rapidement et s'arrêtèrent au numéro 45.

- Avec une confusion d'idées qui pouvait être expliquée par mon extrême jeunesse et mon désir d'un guide sur de telles questions, j'avais parcouru les étapes du savoir dans le cours du temps et échangé les découvertes des chercheurs modernes pour les rêves des alchimistes oubliés.

Elle referma sèchement le livre.

- Je choisis cet avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 165
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Le début de leurs souffrances Mer 27 Sep 2017 - 23:39


Au milieu de la pièce richement décorée Masao était enchanté tout comme Yukiko devant la bibliothèque, Eiki fidèle à lui même se demandait si sa présence était nécessaire. Continuant à provoquer la chef du groupe en décrivant le groupe comme une scène de théâtre où Ruri était la marionnettiste et les trois genins les marionnettes. Mais Masao ne pensait pas tout à fait comme ça, il savait qu'il fallait respecter le rôle qu'on nous donnait au départ mais seul la personne elle-même pouvait gravir les échelons et devenir ce que l'on veut. Mais l'enfant de Hai n'allait pas se laisser abattre par le l'avis pessimiste qu'un homme qui à plus de sabres que de bras.

Peu après la fin de la jute verbale la chef du groupe autorisa les poussins à s'asseoir et se détendre dans leur nouvel espace. Sans attendre Masao pris le pouf si convoité, d'une couleur à mis chemin entre le orange et le pourpre ce pouf était tout ce que Masao voulait dans la pièce. Les plumes contenues dans le pouf gardait la fraîcheur et mémorisait la trace des petites fesses rondes du blondinet. D'ici il pouvait voir presque toute la pièce et surtout la sensei presque allongée sur le canapé. Avec les caprices de Eiki le Asshu avait fait très bonne impression, il était en bonne voie pour être dans les bonnes grâces de la Chunin, cela lui assuré un avenir un peu plus agréable, de bonne remarque de lui et son nom auprès des plus haut gradés. L'intérêt était triple, plaire à Ruri était un plaisir car c'est une jeune femme belle et séduisante, ne pas subir son courroux et marquer le plus de bon point auprès des grandes instances de Suna.

Un petit cône d'encens, une musique douce et on peut renommer notre QG le Nirvana. Un esprit sain dans un corps sain.

Masao n'avait pas besoin de thé à la camomille pour se détendre, le lieu était déjà propice à cet épanouissement. Alors que les tensions étaient retombées Ruri proposa un nouveau jeu. Ouvrir un livre à la page 45 et cela formulera l'avenir du shinobi dans le monde. Eiki n'avait pas l'air d'aimer encore ce jeu, mais il si prêta sans trop de conviction, puis vint le tour de Yukiko qui était encore moins ravie. Si furieuse qu'elle bouscula Masao pour aller cherche un autre livre. Curieux le blondinet se pencha pour voir quel livre avait mis vexé l'ingénieure …. un livre un peu érotique … bref Masao se pencha pour prendre un livre de Casey Hill nommée Tabou, un roman mélant criminalité et suspense :

Qu'est ce qui ne colle pas ? Se demanda, approchant la photo de ses yeux dans l'espoir vain de trouver la réponse

Alors mon avenir est sous mes yeux mais je ne le vois pas ? Quelque chose n'ira pas et à ce moment là je devrais trouver la réponse par moi-même ?

Se retournant vers la marionnettiste pour trouver les réponses ? Que fallait t'il faire maintenant ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Le début de leurs souffrances

Revenir en haut Aller en bas
 

Le début de leurs souffrances

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Vent :: Sunagakure no Satô :: Centre-Ville-