N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Un Ange parmi les Feuilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 953
Rang : S

Message(#) Sujet: Un Ange parmi les Feuilles Sam 26 Aoû 2017 - 19:27

Précisions:
 


Cela faisait maintenant plusieurs semaines que Rayah parcourait les pays. Voyant que son temple arrivait à la fin de sa reconstruction, elle décida qu’il était enfin temps de commencer le dur tâche que lui avait confié le seigneur. S’il est venu jusqu’à elle pour lui faire atteindre l’illumination, ce n’est sûrement pas pour qu’elle s’enferme dans un temple à véhiculer la bonne parole auprès de ses fidèles. Non, s’il lui a donné cette puissance ce jour c’est avant tout pour qu’elle apporte la paix en ce monde après ces années de guerre. Elle rêvait d’un jour accomplir le but ultime du culte blanc : La journée éternel. Une ère de paix éternelle ou l’âme de chacun sera d’une blancheur éclatante.

D’après les écrits, aucun ange blanc n’a réussi à s’approcher de ce qui semblait être la journée éternelle. Pourtant, cela n’a jamais choqué Rayah. Tous sans exception se sont contenté de convertir les personnes qui passaient çà et là dans leurs temples, espérant que tous ensemble ils arriveraient petit à petit à convertir le monde entier. Au final, la seule chose qu’ils ont réussie c’est à faire disparaître le culte blanc pendant des dizaines d’années. Maintenant, elle est le dernier ange blanc. Elle est la seule à pouvoir apporter la journée éternelle sur ce monde.

Elle a donc traversé tout Kaminari no Kuni, puis elle prit un bateau jusqu’à Yu no Kuni avant d’enfin poser pied au pays du feu, Hi no Kuni. Bien évidemment, elle était accompagnée de Shin qui généralement ne s’éloigne jamais à plus de cinq mètres d’elles. Sans lui, elle ne se sentirait en aucun cas en sécurité, ne maîtrisant aucune technique offensive, contrairement à lui. Plus que son garde du corps, il est l’épée de Dieu. Celui qui se bat pour le seigneur et qui protège la dernière personne à avoir reçu l’illumination.

Ce n’est qu’après avoir traversé de nombreuses forêts que les deux protagonistes arrivent à leur destination. Face à eux, au loin, de grands remparts s’élevaient à la suite d'une grande plaine. C’est la première fois qu’elle voyage aussi loin et jamais elle n’avait vu de village Shinobi. Intriguée, elle songea à visiter le village si jamais elle en a l’accès, mais cette idée s’échappa rapidement son esprit. Elle n’est pas venue ici faire du tourisme. Elle est venue rencontrer une personne qui pourrait l’aider à faire tomber la première lueur éternelle sur ce monde.

Ils s’approchèrent donc des remparts lentement. Il y a quelques instants, Rayah rappela à Shin de ne pas agir de façon impulsif, chose qu’il a tendance à faire un peu trop souvent. Selon lui, la vie d’un ange blanc à plus de valeur que le précepte de non-violence de leur religion. Sur ce point, elle n’a jamais su quoi penser, mais elle se voit mal réprimander quelqu’un qui ne fait que protéger sa vie à elle.

Au fur et mesure qu’elle approchait, elle voyait les regards des gardes se tourner vers eux et les analyser de toutes pièces. Une fois à une distance raisonnable, les deux religieux s’arrêtèrent et délicatement, ils enlevèrent leur capuche blanche, révélant ainsi sa crinière tout aussi claire. Le tout s’harmonisait parfaitement avec sa longue tunique brodée et sa longue cape. Bien évidemment, le tout étant dans différentes teintes de blanc, du blanc cassé pour les ornements de son vêtement au blanc éclatant pour le reste.

Shin lui n’était pas en reste avec sa fine armure blanche qui ne laissait rien entrevoir, sans parler de son masque blanc qui semble plus effrayant qu’autre chose. Un côté effrayant que Rayah arbore aussi au vu de ce crâne d’enfant qui ornera à jamais ses coiffes. Si certains gardes avaient eu vent du Shirozen, ils leur seraient aisés de comprendre qu’ils sont des émissaires de cette religion au vu de tout le blanc qu’ils portent, mais il y a très peu de chance que ça soit le cas.

Rayah attendait maintenant que qu’un garde vienne s’occuper de leur cas, espérant que celui-ci ne sera pas trop idiot. Dans un monde comme celui-ci, un simple malentendu peut vous coûter la vie et dans le cas de Rayah, l’énième disparition d’une religion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un Ange parmi les Feuilles Sam 26 Aoû 2017 - 21:17

Assit sur une chaise dans une petite pièce avec trois autres shinobis, Natsuki essayait de travailler sur les documents étalés devant lui. L'humeur n'y était cependant pas. Il réfléchissait au programme d’entraînement auquel il voulait soumettre ses étudiants, adaptés aux capacités et surtout aux besoins de chacun d'entre eux. Habituellement, il avisait plutôt sur l'instant, mais aujourd'hui, il avait du temps à perdre, puisqu'il était coincé là où il était actuellement, alors autant rentabiliser.

En effet, aujourd'hui était le jour de sa garde aux Grands Remparts de Konoha. Un roulement imposé mais adaptable demandait chaque jour à ce que des shinobis de renfort soient placés à proximité des Portes du Village, cinq en général. Ces derniers n'étaient pas là pour assurer la régulation des entrées et sorties, mais plutôt pour prêter mains forte en cas de problème quelconque : si l'on avait besoin d'eux, ils étaient capable d'intervenir en une poignée de secondes seulement. Quatre restaient en station dans un petit baraquement, tandis que le cinquième profitait de l'air libre et gardait un œil sur ceux qui entraient et sortaient . Une radio en permanence allumée sur lui retransmettait à ses collègues les conversations qu'il pouvait avoir. Parfois, les dialogues étaient cocasses, mais plus généralement, comme aujourd'hui, c'était surtout le brouhaha ambiant que l'on entendait, du bruit pénible à force que le relais radio crachotait à travers son transmetteur.

Pour sa part, Natsuki était donc dans le baraquement avec trois autres collègues. Deux jouaient aux cartes, alors que le troisième semblait concentré sur un petit boitier avec un écran dont il martelait les boutons. Lassé, le Nara tatoué repoussa sa feuille, et se bascula en arrière sur sa chaise. Son regard se porta vers la petite fenêtre de la pièce, laquelle offrait une superbe vue sur l'extérieur, dans le style prison grâce aux barreaux plantés devant. Le temps n'était pas trop moche, à en juger par le peu du ciel qu'il voyait. Ce n'était pas plus mal.


« Rien à signaler pour le moment. A votre tour de patrouiller Natsuki. »
lança un shinobis en entrant dans le baraquement.

Le cinquième ninja était de retour, et son tour de garde était terminé. Il semblait pressait de venir s'ennuyer ici celui-là. Il se laisser tomber sur une chaise près de son collègue solitaire, et fit glisser sur la table la radio portative sans même la regarder. Natsuki la réceptionna d'une main, et avait déjà atteint la sortie lorsqu'elle fut attachée à sa ceinture. En refermant la porte derrière lui, il trouva le nouveau venu affairé lui aussi sur un boitier à écran, relié maintenant par à câble à celle de l'autre. Sans même hausser les épaules, il laissa ce beau monde derrière lui.

De corvée extérieure pour les deux prochaines heures, Natsuki se posa contre le mur même du baraquement, qui lui offrait une bonne vue d'ensemble sur ce qui allait et venait des Grandes Portes. Mais il n'avait pas fallu cinq minutes pour que son intervention soit nécessaire : deux clients sortant de l'ordinaire attendaient à l'entrée. Il s'avança alors.


« C'est bon, je prends le relais. »
annonça-t-il aux gardes en dépassant les Grandes Portes.

Il s'arrêta à deux mètres du couple de voyageur, et s'efforça d'avoir l'air sympathique.


« Bonjour Madame et... Monsieur ? »


Il promena son regard sur les deux individus, relevant d'abord mécaniquement où étaient les armes avant de s'intéresser davantage aux détails de leurs vêtements. L'une était en tunique, et l'autre en armure intégrale au point que l'on en venait à se demander s'il y avait quelque chose à l'intérieur. Il nota finalement le crâne qu'arborait la jeune femme, et tenta de ne pas la détester de prime abord par association de personnes et d'idées. En conclusion, il avait l'air d'être face à une civile et un/une soldat qui avait beau se cacher sous une armure, sa posture et sa manière de bouger trahissaient une expérience de combattant certaine.


« Je m'appelle Natsuki. Et... je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer que vous restiez ici silencieusement en attendant qu'il se passe quelque chose. J'imagine que vous savez que vous êtes devant le Village de Konoha, mais en l'absence de signalement de votre part sous quelque forme que ce soit, puis-je vous demander ce que je peux faire pour vous ? »


Probablement entrer, cela il n'en doutait pas, mais Natsuki appréciait avoir des détails venant de ceux qui attiraient suffisamment l'attention mériter un contrôle de passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 953
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un Ange parmi les Feuilles Sam 26 Aoû 2017 - 23:26

Il ne fallut que quelques secondes pour qu’une personne s’intéressa à eux. Au loin, Rayah vit une silhouette s’approcher. Au vu de son attitude et du signe qu’il fit aux gardes, il devait être lui aussi l’un des leurs. Au fur et mesure qu’il s’approchait, la jeune demoiselle l’examinait. La première chose qu’elle remarqua fut les sortes de tatouages qu’il arborait çà et là. Étant une adepte de fuinjutsu, elle se demanda s’il s’agissait de sceaux dont elle ne connaissait pas la signification.

Elle hésita même à enclencher une technique sensorielle afin de juger la personne qui lui faisait face, mais elle y renonça. Si par malheur cet homme pouvait ressentir le chakra, il verrait le sien s’agiter et il risquerait de prendre cela pour un danger. Il fallait qu’elle soit prudente.

Quand l’homme arriva environ à deux mètres d’eux, il les salua. La première chose qu’elle remarqua est la façon dont il jugea Shin et comment il s’adressa à lui. Il est normal, face à un homme dissimuler sous une armure de paraître quelque peu méfiant. Autrement dit, jusque-là, tout semblait se passer pour le mieux du monde. Ce qu’elle a à faire est d’être le plus clair et le plus diplomate possible. C’est ainsi qu’elle lui rendit sa salutation par une légère révérence suivie d’un signe de tête. Shin, lui, se contenta juste du signe de tête.

C’est alors qu’il se présenta à eux. Natsuki était donc le nom de celui qui pourrait oui ou non la laisser pénétrer en ces lieux. Elle garda une expression neutre sur son visage comme elle avait appris à le faire. Elle écouta le jeune homme en le regardant, le laissant terminer avant de prendre à son tour la parole.

- Mille excuses mon fils, loin de nous l’idée de paraître suspect, mais n’ayant jamais pénétré dans un village Shinobi, nous ne savions guère comment procéder. Pardonnez notre maladresse.

Elle lança un coup d’œil à Shin, vérifiant qu’il se tenait toujours à carreau. Elle le savait sur ses gardes comme à chaque fois qu’elle semblait en terre hostile. Le seul endroit où il semblait baisser sa garde était le temple. Là-bas, il sait que tous les fidèles sont là pour la protéger.

- Je me prénome Rayah, mais à Kaminari no Kuni on me connaît plus sous le nom de l’ange blanc. Je suis l’émissaire d’une ancienne religion appellé Shirozen, le culte blanc. Et voici Shin, l’ombre de l’ange. Il veille à ma protection jusqu’à ce que mon devoir envers le seigneur soit accompli.

Cette fois-ci, elle lança un regard insistant à son camarade. Quand il croisa son regard il comprit ce qu’elle désirait et il s’inclina face à leur interlocuteur.

- Excusez son manque de conversation, mais l’ombre a fait vœu de silence au même titre que celui de me protéger.

Au fur et à mesure qu’elle s’expliquait, elle se rendit compte à quel point tout cela pouvait être compliqué à comprendre pour un étranger comme celui qui lui faisait face. Peut-être ferait-elle mieux d’aller droit au but et expliquer ce qu’elle est venue faire à Konoha.

- Si je viens en ces lieux aujourd’hui, ce n’est en aucun cas pour visiter votre beau village ou même pour vous attaquer. Le culte blanc prône le pacifisme avant tout, sachez-le.

Avant de continuer, Rayah plongea son regard dans celui du Konohajin. Elle voulait qu’il voie dans ses yeux la sincérité et la nécessité de sa requête à venir.

- Je suis venu rencontrer l’Hokage.

Elle laissa un silence de quelques secondes afin que tout soit assimilé. Elle se doute bien qu’il n’ait pas aisé d’avoir un entrevu avec le chef du village, tout comme il est difficile d’en avoir une avec le daimyo. C’est pour cela qu’elle ne tarda pas à ajouter quelques explications.

- Mon rôle en tant qu’ange est d’apporter la lumière dans chaque âme, dans chaque partiel de terre qui compose notre monde. Et je pense que la Nidaime à un rôle important à jouer dans tout ça.

Elle s’avança d’un pas, sans le quitter une seule seconde des yeux.

- J’en conviens qu’il est ardu de venir ici et de demander une audience sans expliquer clairement ma demande, mais comprenez, il s’agit de géopolitique, un sujet dont il est dur de parler avec quelqu’un d’autre que l’Hokage, hormis si elle possède un second assez qualifié à qui je pourrai exposer ma requête sans crainte. Cette personne pourrait ensuite juger si une audience est nécessaire. Nul doute que si ma destinée est de la rencontrer alors je la rencontrerai.

Elle fit alors une pause, laissant à ce Natsuki le temps d’analyser tout ce qu’elle venait de dire. Maintenant, tout ce qu’elle pouvait faire, c’est attendre son jugement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un Ange parmi les Feuilles Dim 27 Aoû 2017 - 19:56

La façon dont Rayah s'exprima informa Natsuki qu'elle était membre d'un culte religieux avant même qu'elle ne le précise par la suite. Cela pouvait sembler étrange au début de se faire appeler '' mon fils '' ou de nommer quelqu'un '' mon père '', mais Natsuki n'en était pas à son premier contact avec un organisme religieux, et ne tiqua donc pas.

« Il n'y a pas de raison de vous excuser : frapper à la porte et attendre que l'on vous ouvre est le minimum de politesse que nous attendons des visiteurs. Vous n'avez donc rien fait de déplacé, bien au contraire. »


Par la suite, Rayah se présenta tout comme elle nomma sa fonction au sein de son ordre du Culte Blanc, puis introduisit son gardien silencieux. Natsuki sentit tout de suite qu'il allait l'apprécier celui-là. L'un dans l'autre, il s'inclina, étant face à ce qu'il déduisit comme étant deux personnalités de Kaminari, même s'il peinait encore à les situer. S'il devait être honnête, il avouerait ne pas savoir grand chose à propos du Shirozen. Il se souvenait avoir lu quelques informations vagues sur leur existence, mais rien de plus.

Ce qui n'était pas grave en outre mesure, puisqu'elle lui expliqua le motif de sa présence ici. A aucun moment, elle ne détacha ses yeux de Natsuki, lequel alternait plutôt entre Shin et elle : il préférait rester prudent malgré l'assurance d'avoir un Village dans son dos. Des précautions qui n'étaient jamais de trop.


« Écoutez, fondamentalement, je n'ai rien contre les cultes religieux, surtout ceux qui poussent les individus à devenir des gens meilleurs. Et tout aussi bien je comprends que vous n'ayez pas envie de parler de cela ainsi devant les portes, tout aussi bien vous avez comprit que c'est en effet un peu vague comme motif ce que vous me donnez pour demander audience auprès de notre Hokage. Mais qu'à cela ne tienne, nous n'avons jamais empêché personne d'entrer dans le Village avec des raisons comme les vôtres. »


Natsuki sorti un carnet de sa poche qu'il consulta, purement pour la forme : cela passait en général mieux que d'expliquer qu'il était parfaitement apte à garder en mémoire son emploie du temps.


« Alors, concrètement, je n'aurai que deux questions pour vous. La première demande des éclaircissements de vos derniers propos : quel est le niveau de qualification d'un second de Hokage que vous attendez ? Histoire qu'en faisant passer le mot, je puisse m'assurer que vous ne soyez pas désagréablement déçu si notre Hokage n'est pas disponible pour vous recevoir. »


Pour ne pas dire '' si elle ne juge pas utile de vous recevoir en personne '', sans prétendre pour autant qu'elle avait pleinement confiance en son Bras Droit, modestie oblige.


« Et secondement, je peux déjà certifier d'après leur planning que ni l'un ni l'autre ne seront disponibles avant 19 heures 30. Il n'est que 17 heures, aussi est-ce que cela vous poserait un soucis d'attendre ? A l'intérieur du Village, j'entends. »


Il n'allait pas les faire attendre devant les remparts, cela allait de soi.


« Pour ce qui est des formalités d'entrée, si ce que j'ai énoncé plus haut vous convient, je vous demanderai simplement de vous soumettre au protocole, lequel commence par remettre vos armes : elles vous seront rendu à votre départ, et je suis certain qu'elles ne vous seront pas utiles si vous venez pour les raisons que vous m'avez évoqué. »


Une précaution qui tenait davantage de la forme que d'une véritable sécurité : l'on avait rarement besoin d'une arme pour être dangereux.


« Et puisque je parle desdites raisons que vous avez évoqué, je me dois de vous annoncer que je suis dans l'obligation de vérifier leur véracité. Un simple passage devant notre détecteur de sincérité suffira. Ce n'est ni très long, ni invasif, rassurez-vous. »


Parce qu'à Konoha, l'on avait à cœur la vie privée des gens. Jusqu'à ce qu'Ayumi trouve le moyen de réveiller la Mizuki qui sommeillait au plus profond d'elle.


« Vous n'aurez qu'à répondre aux quelques questions qui vous seront posées. Il en va de même pour votre ombre, Ange Blanc. Je ne lui demanderai pas d'ouvrir la bouche, simplement de penser assez fort pour que l'agent télépathe puisse l'entendre. J'espère qu'il ne verra pas cela comme une violation de son vœu de silence. »


Selon sa nature, le vœu du silence pouvait exclure toutes formes d'expression, et ne se limitait donc pas à la parole : écrire pour communiquer serait perçu comme un concept ridicule et hors de propos, par exemple.


« De la même manière, vous serez tous deux soumis à une simple détection des illusions pour que nous puissions nous assurer de vos identités avant de rencontrer Notre Hokage ou son supplément. »


Natsuki posa un regard insistant sur Shin.


« Je n'ai rien contre le fait que vous dissimuliez votre visage à l'intérieur de Konoha, mais je vous demanderai de l'enlever quelques instants lorsque l'agent qui s'occupera de vous vous en soumettra la requête. »


Il toucha mentalement du bois pour que l'on ne lui fasse pas de scène à ce sujet.

Et histoire de ne pas bloquer la narration, il lista les différentes questions que les deux Yamanaka leur poseront si Rayah et Shin acceptaient de se soumettre au protocole :

° « Déclinez votre identité. »
° « Avez-vous l'intention de nuir de façon directe ou indirecte à Konoha, sa population et/ou son Hokage ? »
° « Avez-vous un autre but au cours de votre séjour que celui de rencontrer notre Hokage ? »
° « Si la réponse précédente était oui, merci de le décliner. »
° « M'avez-vous répondu honnêtement aux questions précédentes, sans omission ? »
° « Sur dix, à combien noteriez-vous la qualité de votre accueil aux Portes de Konoha ? »

Si tout se passait bien, les deux visiteurs étaient officiellement les bienvenus, et libre de se déplacer comme bon leur semblait dans Konoha, hors quartiers claniques, prison et secteurs militaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 953
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un Ange parmi les Feuilles Sam 2 Sep 2017 - 2:57

Dès ses premières réponses, Rayah sentis en cet homme quelqu’un qui pourrait l’aider. Il semblait tout à fait cordial et ouvert à eux, ce qui étonna presque la jeune demoiselle. Elle avait entendu des rumeurs comme quoi les villages Shinobi étaient particulièrement froids et durs avec les nukenins, ceux qui ont choisi de pratiquer l’art ninja sans être affilié à un village. Heureusement pour elle, tout ceci ne semblait être que de simple rumeur, du moins en ce qui concerne ce jeune Natsuki.

Ce dernier ne tarda d’ailleurs pas à lui indiquer que l’accès ne lui sera en théorie pas refusé, ce qui rassura encore plus la jeune demoiselle. Cependant, elle se doutait bien qu’il devait y avoir un protocole afin de pouvoir visiter le village sans danger. Elle attendit donc que ce dernier continue, l’observant sortir un carnet de sa poche. Pendant un bref instant, l’ange scruta les remparts et vit que l’attention de tous les gardes étaient sur eux. Une chose tout à fait normale en soi. Ces hommes attendent des heures sans que personnes d’intéressant ne se pointent aux portes, alors quand un duo aux allures étranges apparaît…

Quand elle reposa son regard sur Natsuki, ce dernier lui posa deux questions simples auquel elle ne tarda pas à répondre. Enfin, en ce qui concerne la première, dire qu’elle essaie d’y répondre serait plus juste.

- Eh bien, vous m’envoyez assez confuse… Je ne sais guère comment fonctionne la hiérarchie dans un village Shinobi, s’il y a un bras droit désigné ou si tout cela se fait implicitement. Je me permets donc de vous retourner la question cher konohajin. Y a-t-il une personne dans ce village, autre que l’Hokage, assez qualifié pour comprendre et juger une proposition concernant le renversement d’un Daimyo?

Elle savait qu’à ce moment précis elle allait piquer au vif la curiosité de son interlocuteur. Elle voulait que ce dernier comprenne vraiment que sa rencontre avec l’Hokage n’était pas pour converser sur la pluie et le beau temps et que si elle devait passer par un intermédiaire, alors ce dernier se devrait d’être qualifié et de confiance.

- En ce qui concerne l’attente je n’y vois aucun inconvénient. Cela me laissera même le temps de prier.

Puis, elle écouta le jeune homme sans rien dire. Il lui lista une par une toutes les choses à faire avant d’entrer dans le village. Certain lui paraissait tout à fait logique et prévisible, mais d'autres allaient assurément poser problème. Il semblerait que ce qu’elle redoutait allait arriver.

Elle posa son regard sur Shin au fur et mesure que le konohajin listait les conditions. Tous deux savaient que seul Rayah allait pouvoir entrer en ce lieu qu’est le village caché de la feuille. Cela se confirma encore plus quand leur interlocuteur expliqua que Shin allait devoir retirer son masque quelques secondes, chose totalement impossible. Personne ne connaît son visage hormis l’ange blanc et il compte bien faire en sorte que cela reste comme ça. Sentant le conflit arriver, l’ombre serra les poings discrètement, mais pas assez discrètement pour que Rayah ne le remarque pas.

Elle se dépêcha donc de régler la situation, s’avança d’un pas et prenant la parole juste après que Natsuki eut fini sa dernière phrase.

- Pour ce qui est des armes, ne vous inquiétez pas, nous n’en avons pas et concernant le détecteur de sincérité, ce sera avec plaisir que je le passerai.

Elle savait très bien que Shin refuserait le détecteur. Comme la préciser le konohajin, cela va à l’encontre de son vœu de silence. Pire encore, Rayah ne saurait dire exactement ce qu’il pense et d’un autre côté, elle a peur de ce que pourraient découvrir les konohajin.

- En ce qui concerne mon ombre… Je pense, après avoir écouté vos conditions, qu’il est préférable pour tous qu’il ne m’accompagne pas. Pas que nous ayons des choses à cacher, bien au contraire, mais comme vous vous en êtes vous-même douter, vos demandes sont en contradiction directe avec ses vœux…

Elle se retourna alors en direction de Shin. Son regard dans le sien, elle ajouta ces quelques mots.

- …et en tant qu’Ange je ne peux guère voir un de mes enfants violer les paroles qu’il prononça face au divin.

Fermant les yeux, la demoiselle aux cheveux blancs rassembla ses mains en un signe de prière et au même moment, elle fit ses aux revoirs à une partie d’elle-même. Elle fût obligé de dire au revoir à sa propre ombre.

Ce dernier comprit qu’il était de son devoir de disparaître jusqu’à ce qu’elle franchisse de nouveau ces portes. D’un simple signe de tête il fit ses aux revoirs et déployant une grande masse de chakra à une vitesse hallucinante, il s’éclipsa en une fraction de seconde. Rapide et silencieux comme une ombre.

Quand elle ouvrit de nouveau les yeux, il n’était plus là. Elle se retourna alors en direction de Natsuki avant de lui offrir ce qui semblait être un semblant de sourire. Une chose qui pour une fois changea de son expression neutre habituelle.

- Me voilà toute à vous mon fils. Je suis prête à me plier à tous les protocoles qu’il vous faudra.

Pourtant, derrière ce micro-sourire se cachait une inquiétude profonde. Sans son ombre, Rayah se sent constamment en danger et vulnérable. Chose normale puisque c’est ce qu’elle est. Une kunoichi extrêmement puissante dans le domaine médical mais qui ne maîtrise aucun jutsu lui permettant de véritablement se défendre. Sans son ombre, l’ange ne redevient qu’une simple mortelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un Ange parmi les Feuilles Sam 2 Sep 2017 - 22:50

Les traits de Natsuki perdirent bien vite de leur sourire quand Rayah annonça la mise en bouche de ce qu'elle attendait de son entrevue avec la Hokage ou son délégué.

« C'est donc du travail que vous venez proposer. Et pas des moindres. »
répondit-il avec sérieux. « Je comprends mieux le pourquoi de tant de précautions. Très bien, si ce n'est par notre Hokage elle-même, ce sera son second qui vous recevra : vous pourrez vous adresser à lui comme si vous vous teniez devant elle. »

Le refus de Shin par l’intermédiaire des explications de Rayah le laissa par contre songeur, bien qu'il n'en montra rien. Mais qu'il soit simplement excentrique ou qu'il avait réellement quelque chose à cacher – comme une mission et/ou des intentions différentes de la jeune femme – l'Ombre de l'Ange Blanc préféra ne rien révéler et se tenir à l'écart du Village. Ne pouvant pas agir sur ce sujet – et préférant cela à une scène compliquée – Natsuki se contenta de garder cette information dans un coin de la tête.

Il resta ainsi à observer la disparition de Shin sans trop en comprendre le moyen, si ce n'était que ce dernier avait dû très certainement produire un sacré signal sur les radars des shinobi sensoriels en plein travail. Sur ses gardes et les sens au auget, il risqua un coup d’œil par-dessus son épaule, en direction d'autres ninja sur les remparts. Ces derniers sondèrent encore les environs pendant quelques instants, puis à priori, lui signalèrent qu'il n'y avait plus rien. Il reporta donc son attention sur Rayah.


« Puis-je simplement vous demander où est-il parti ? »
décida-t-il de tenter, tout en sachant qu'il s'exposait à une réponse typée '' il est retourné auprès de notre divinité. ''

Puis il s'écarta d'un pas, et tendit le bras en direction des entrées.


« Vous pouvez passer par la porte que mon collègue va vous indiquer. Celui ou celle qui va vous poser les questions pour le détecteur de sincérité vous attend déjà à l'intérieur. »


Même si en réalité, le détecteur de sincérité était l'homme ou la femme en question. Et dans le cas présent, il s'agissait d'un homme.



« Bonjour à vous, émissaire. »
salua le Yamanaka d'un grand sourire. « Je me nomme Kentarô, et voici Toshiro. » précisa-t-il en désignant son fidèle compagnon.

Le concerné leur lâcha un vieux * meow *, quelque peu inintéressé par la discussion que tenaient les humains entre eux.


« Prenez place et mettez-vous à votre aise, je vous en prie. Ce ne sera pas long. Mettez cette petite pince au bout de votre doigt, s'il vous plait. Je vais vous expliquer la procédure, vous verrez, c'est très simple. Je vais créer un lien télépathique entre nous, si superficiel que vous ne le sentirez-même pas. Sans entrer dans les détails techniques qui ne vous intéresseront très certainement pas, sachez juste que je ne vais pas m'aventurer dans vos souvenirs ou vos pensées. Cela me permettra simplement d'avoir une vague idée des émotions générales que vous aurez en répondant à mes questions. En d'autres termes, de savoir si vous êtes sincères ou non, ou une excellente menteuse. »
compléta-t-il avec un brin d'humour.

Toshiro feula doucement, son attention captivée par une mouche sauvage virevoltant à proximité.


« Comment ça, je ne devrai pas lui dire tout cela ? »
répliqua Kentarô en jetant un regard à son chat. « C'est pour la rassurer et la détendre. Regarde-là, elle est nerveuse à souhait. Ne vous inquiétez Mme... Rayah, c'est bien cela ? Tout devrait bien se passer. »

Il exécuta quelques signes, puis avec naturel et sympathie, posa une à une les questions évoquez ci-dessus. Et pour faciliter le travail, il les relista.


° « Déclinez votre identité. »
° « Avez-vous l'intention de nuire de façon directe ou indirecte à Konoha, sa population et/ou son Hokage ? »
° « Avez-vous un autre but au cours de votre séjour que celui de rencontrer notre Hokage ? »
° « Si la réponse précédente était oui, merci de le décliner. »
° « M'avez-vous répondu honnêtement aux questions précédentes, sans omission ? »
° « Sur dix, à combien noteriez-vous la qualité de votre accueil aux Portes de Konoha ? »

Une fois cette étape passée, et sauf mention du contraire, Rayah pouvait se considérer comme étant la bienvenue au sein de Konoha.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Un Ange parmi les Feuilles

Revenir en haut Aller en bas
 

Un Ange parmi les Feuilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Remparts-