N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Faire un point sur la situation [Tanaka Jiiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1611
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Faire un point sur la situation [Tanaka Jiiro] Mer 6 Sep 2017 - 20:55

Natsuki arriva finalement au dernier de ses entretiens programmés pour faire un état des lieux sur la situation de Konoha. Il y en aura peut-être d'autres plus tard, ou peut-être pas, mais dans l'immédiat, il n'y en avait plus qu'un, prévu avec le dénommé Jiiro Tanaka. Se posa donc la question, comment meubler l'espace pour introduire convenablement cette narration ? Il en avait déjà fait bon nombre sur le sujet, mais ne voulait pas relâcher ses efforts pour autant : ce serait insultant d'offrir une narration bas de gamme à son interlocuteur sous prétexte d'arriver en bout de souffle de variété.

En attendant de trouver, Natsuki se pencha sur le dossier de son étudiant, Kenzo Hayashi. Avec l'accouchement prochain de Leika et la période d'arrêt qui entourait l'événement, Kenzo était pour ainsi dire le seul membre de Matsudaï dont il pouvait encore s'occuper. Ce qui n'était pas plus mal en soi, vu que le jeune garçon n'avait même pas deux chiffres dans son âge et débutait dans le métier. L'occasion donc d'évaluer quel était son niveau, en le testant au cours d'une mission. Un assignation dans ses cordes, quoi qu'un peu ardu pour confronter le Hayashi à la réalité du métier – une confrontation que beaucoup de jeunes ninja n'avaient pas eu avant de passer sous la tutelle du Nara tatoué. Natsuki était partant pour une difficulté de rang B après réflexion, mais il n'avait pas le pouvoir décisionnel immédiat là-dessus. Comme il déléguait au bureau de gestion des missions toutes les requêtes, et que toutes celles d'un rang inférieur à A restaient chez eux, il ne pouvait pas mettre la main dessus autrement que par la méthode classique. Ce qui était tout aussi bien.

Il classa cela dans un coin de sa tête, car l'horloge tournait, et l'heure du rendez-vous approchait : Jiiro était devant son bureau à la porte ouverte.


« Bonjour. Vous devez être Jiiro, j'imagine. Je suis Natsuki, le second du Hokage. Merci d'avoir prit le temps de répondre à mon annonce. »


Comme pour bien des autres avant lui, Natsuki l'invita à entrer et à s'installer, lui proposa une poignée de main en guise de salutation, et offrit de lui servir une boisson s'il le désirait. Les affaires ne commençaient qu'après.


« Comme je l'avais expliqué dans l'annonce publique, je profite d'être au printemps de ce troisième anniversaire de Konoha pour recueillir l'avis et les impressions des Konohajin sur leur vie au sein du Village de la Feuille. Les militaires comme les civils y sont libres de s'exprimer, tout en répondant s'ils le désirent à quelques questions que je souhaite leur poser afin de faire un état des lieux, voir avec eux ce qui leur convient ou ce qui pourrait être améliorer etc... Alors tout d'abord, si vous me permettez cette première question qui me permettra d'un peu mieux vous connaître, accepteriez-vous de me racontez votre histoire, celle qui vous a conduit jusqu'au Village de la Feuille, auquel vous consacrez votre lame et vos savoirs ? »


Parce que connaître une personne était déjà un bon début pour comprendre ses réponses.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 232
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Faire un point sur la situation [Tanaka Jiiro] Dim 12 Nov 2017 - 15:35


Comme chaque matin, tel un rituel minutieux, en me levant, je m’asseyais devant le petit autel consacré à mes défunts parents afin de les saluer. Certains prient dans ces cas-là, quant à moi, je n’ai jamais vraiment appris comment faire exactement pour être tout à fait honnête, du coup, je montre simplement mes respects. Malgré la distance séparant mon lieu de naissance et mon lieu actuel, j’espère quelque part garder le lien entre mes parents et moi. Le reste de la journée allait être différente de la semaine qui venait de s’écouler. J’avais rendez-vous avec le bras-droit du Kage, un certain Nara Natsuki dans la matinée.

Pour continuer mon rituel quotidien, lorsque le soleil se lève, généralement, je suis déjà habillé et je sors de ma chambre, mes précieuses armes restent sur un meuble de ma chambre, je viendrais les chercher plus tard lorsque je sortirais du bâtiment. En attendant, c’est le début de ma petite balade matinale. Errant de couloirs en couloirs, d’étages en étage, je salue respectueusement les quelques femmes de chambres que je croise et autres employés de la Résidence Hatsu. Pour être tout à fait exacte, ce lieu est un endroit qui m’appartient depuis mon arrivée au village, que j’ai rénové par la force de mes bras et dont j’ai utilisé la moindre de mes économies pour rendre cet endroit accueillant, chaleureux et où il fait bon vivre. Pour finir cette balade, je finis par le jardin dont je prends à chaque fois le temps de regarder la nature en m’asseyant quelques instants sur l’un des nombreux bancs. Cependant, obligation oblige, je me lève ressourcé et je vais en direction de la salle à manger où le petit déjeuner est servit collectivement et où je profite pour voir les résidents annuel et ceux qui sont là temporairement.

Je m’en vais ensuite vers mon appartement, modeste petite pièce dans ce gigantesque bâtiment en comparaison, afin de récupérer mes précieux sabres. En passant par l’entrée principale, dans le hall d’accueil pour être tout à fait précis, je salue au passage les deux propriétaires des lieux, deux personnes d’un certain âge qui tenaient ce bâtiment bien avant que le village soit construit. Malgré tout, ils me saluent à chaque fois comme leur patron, chose que je me suis fait au fil du temps, mais dont je ne m’habituerais surement jamais, car en réalité, c’est bien eux que je respecte le plus dans ces lieux. Prenant mes deux sandales, enfilant mon grand chapeau de paille, je pris la direction du palais du Hokage. Cet endroit ne me voyait fouler son entrée que très rarement, peut-être moins de dix fois en l’espace de deux ans. On m’indiqua le bureau de Nara Natsuki et j’y vis une porte ouverte. Approchant pas à pas, je me mis à l’entrebâillement en attendant d’obtenir la permission de rentrer, ce qui ne tarda pas.

    « Bonjour. Je suis honoré de pouvoir répondre à une telle annonce. J’accepte volontiers du Thé. »


Si on pouvait bien remarquer une chose sans pour autant être un expert en analyse comportementale, c’est bel et bien ma façon de parler qui parait à ceux qui m’entendent pour la première fois, être celle d’un enfant qui essaye de faire bonne figure en s’appliquant à parler correctement. Autant par politesse que par respect, il m’était impossible de parler avec mon jargon habituel face au second représentant du village. Je pris le temps de déposer mon grand chapeau à l'entrée du bureau et me penchant vers l'avant pour saluer l'homme en face de moi, je pris la chaise en face de moi afin de m'y asseoir.

    « Si cela vous semble important, je vais vous raconter l’histoire d’un Sabreur. Je suis né il y a vingt huit printemps. Enfant d’une villageoise et d’un Samourai sur les terres de Tetsu no kuni, je grandis dans un petit village. J’appris rapidement la réalité du pays en apprenant que mon père avait été banni des rangs de l’armée après avoir voulu défendre un groupe de réfugié. Ne désirant pas grandir comme un garçon de ferme, je pris rapidement le goût de l’aventure aux côtés de mon fidèle acolyte Kumashisei, un puissant grizzly. J’appris l’art du Sabre par moi-même et grâce aux nombreux combats que j’eu à faire contre n’importe quel Sabreur du pays du fer. Mon père mon convainc bien des années plus tard à partir du pays afin d’éviter la mort. J’ai donc beaucoup voyagé et mon chemin me guida auprès d’un groupe de voyageurs désirant trouver refuge au pays du feu et c’est ainsi que j’y suis resté. J’ai donc participé aux côtés du pays du feu à la grande guerre, du début à la fin. J’ai ensuite essayé de trouver ma place et le seigneur du feu m’a offert une place à ses côtés, un geste dont je lui serais éternellement reconnaissant. J’ai ainsi pu apprendre les bonnes manières, ainsi que les formules de bienséance. C’est deux ans plus tard, à la nomination de la Nidaime que je reçu une requête du Seigneur afin de me rendre à Konoha aux côtés de l’Hokage et de continuer à protéger le pays du Feu et la liberté du peuple en œuvrant au sein du village de la feuille. En arrivant au village, j’ai utilisé mes économies et mon temps afin de remettre sur pied sur la résidence Hatsu, à l’entrée du village. En soit, je suis comme je préfère que l'on me nomme, un Sabreur au service du pays du feu, car je pratique le Sabre mais je n'ai pas suivit les enseignements ni l'éducation d'un Samourai, donc être ainsi nommé serait insultant pour ceux qui le sont. »


C’était en gros, pour faire court, l’histoire de toute ma vie. Je n’étais pas venu afin d’écrire mes mémoires mais bel et bien afin d’avoir un entretient constructif avec le second du Hokage. Je pris une gorgée de ce délicieux thé qu’on venait de me servir et le visage neutre, je regardais mon interlocuteur.



Gomen:
 



Merci Ema pour le Kit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1611
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Faire un point sur la situation [Tanaka Jiiro] Mar 14 Nov 2017 - 1:06

« Je vois. Vous vous considérez donc davantage comme un épéiste que comme un samurai authentique. N'étant pas spécialement versé dans cette voie je ne peux guère juger, mais j'ai toujours cru que l'art du Bushido était avant tout une façon de vivre et d'être plutôt que de combattre. Je veux dire, ce n'est pas parce que l'on vous fait assister à six ans à des exécutions publiques, chercher seul à la nuit tombée la tête du décapité, et manger ensuite du riz coloré en rouge que vous devenez un bretteur renommé, mais avec de la discipline. Personnellement, c'est à sa détermination et à ses efforts que je juge un homme. Aussi, pour avoir apprit en autodidacte l'art de manier le sabre et survécu, m'est avis que vous n'avez – sur le papier – pas à rougir devant le moindre samurai. Reste toutefois à déterminer ce que vous appeler '' éducation ''.»

Natsuki déposa le thé infusé dans un bol en céramique rugueux devant Jiiro.


« Merci en tout cas d'avoir partagé votre histoire avec moi. Il me semble essentiel de connaître un minimum les personnes avec qui nous travaillons sans forcément trop les voir dans le quotidien. Cela rend '' aux troupes '' le visage humain qu'elles doivent avoir, et nous rappelle qu'avant d'être des soldats ou des mercenaires, ce sont des hommes et des femmes qui composent le Village. »


Rendre son armée plus humaine, les sacrifices plus compliqués à faire, les pertes plus difficiles à supporter.


« Vous vous plaisez à Konoha du coup ? Enfin, si vous vous êtes donné la peine de restaurer une résidence, c'est que ce doit être le cas. Vous faîtes commerce avec, ou vous sert-elle simplement à vivre ? »


Natsuki s'y entendait dans ce domaine, il était lui-même auto-entrepreneur : le Septième Ciel représentait sa plus grande réussite.


« Avec la période de paix actuelle, la guerre n'est plus vraiment une source de revenu pour ceux qui vivent par l'épée, aussi il faut savoir faire autrement lorsque l'on est sédentaire. A moins que vous ne louez maintenant votre sabre au travers des contrats que réceptionne Konoha ? »


Car après tout, le Village de la Feuille avait beau être intègre au Pays du Feu, cela n'en restait pas moins une institution de mercenariat. Les contrats acceptés étaient simplement plus restreint.


« Vous m'avez dit que cela fait deux ans que vous êtes posé maintenant, et installé à Konoha pour mener une vie à peu près stable. Quels sont vos projets pour l'avenir ? Je demande cela dans le sens, vous voyez-vous continuer la vie ainsi jusqu'à ce qu'une révolution ou son équivalent vous force à changer de rythme à nouveau, ou bien avez-vous des désirs ou des objectifs à atteindre qui impliquent de sortir de votre zone de confort ? Dans certains cas, sachez que Konoha peut aider à en concrétiser. Un épéiste par exemple envisageait d'ouvrir son propre dojo pour former ceux qui désiraient apprendre la voie du sabre. L'objectif militaire derrière tout cela n'est pas vraiment dissimulé, mais vous voyez où je veux en venir j'imagine. »


Konoha devait y trouver un intérêt, certes, mais l'intérêt commun était plus bien primé en ce moment, quand il ne coûtait pas trop cher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Faire un point sur la situation [Tanaka Jiiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Palais de l'Hokage-