N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Je suis en train de mourir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1575
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Je suis en train de mourir. Dim 10 Sep 2017 - 23:07

Le temps était une matière curieuse et malléable, élastique comme compacte. Dans les périodes d’ennuis, il s'étire à ne plus en finir, transformant les secondes en heures, tout comme il a tendance à nous filer entrer les doigts sitôt que l'on se plonge dans une activité intéressante. Le temps est variable selon l'activité, mais aussi son contexte : qui n'a jamais refermé les yeux cinq minutes après la sonnerie de son réveil pour se rendre compte que plus d'une demi-heure s'était en réalité écoulée ? Or la même chose pourrait se produire dans le plus ennuyeux des endroits, sauf que fermer les yeux cinq minutes entraine une seule minute de décomptée du temps qu'il nous reste à passer ici.

Une seule référence reste universelle. Celle qu'en définitif, le temps découpe notre vie lentement mais sûrement. Chaque tic d'une horloge nous rappelle qu'une seconde vient de nous être décomptée de ce qu'il nous reste à vivre, chaque tac nous fait faire un pas en avant vers notre tombe.

Mais aussi lentement que passe le temps devant nous, dès que nous nous retournons pour le prendre par paquet, nous sommes toujours surpris de la quantité qui a filé...

Natsuki vivait pour sa part très vite, avec des journées pleinement vécu. Il y avait son travail, certes, mais remplir ses journées était très différent de remplir sa vie. Car il était essentiel pour y parvenir d'avoir conscience de sa propre mortalité. De savoir qu'à chacun de nos souffles, nous étions en train de mourir.

Mais si la finalité de la vie, c'était à sa toute fin de mourir, il fallait avant tout naître. Et cet heureux événements avait marqué la vie de Leika, l'étudiante de Natsuki dans son équipe Matsudaï. A ce titre, le Nara tatoué s'était dégagé du temps pour lui rendre une visite à l'improviste. Il avait bien notion que la nouvelle maman devait être sommes toutes assez épuisée par son nouveau rythme de vie – il avait vu plus d'une naissance au sein du clan – aussi il avait déjà prévu de ne pas s'attarder longtemps.


« Bonjour jeune fille ! »
salua-t-il avec enthousiasme lorsqu'elle lui ouvrit la porte de sa maison après qu'il ai frappé contre. « J'ai apporté des viennoiseries pour la nouvelle maman, avec toutes mes félicitations. Je me suis dit que des fleurs pour une Hayashi mariée avec un homme qui ne veut pas d'arbre dans son jardin, cela ne le ferait pas, alors voici quelques douceurs : j'ai préparé celles que vous préférez Tatsuya et toi. »

Ne sachant pas trop si elle était assez en forme pour le faire entrer ou non, il en resta là pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 948
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Je suis en train de mourir. Lun 11 Sep 2017 - 23:05

Il était environ huit heures du matin lorsque Natsuki frappa à ma porte et en bonne maman que j'étais devenu, j'étais bien évidement déjà debout malgré une courte nuit. Misaki était éveillée aujourd'hui et je l'avais posé dans son transat sur la table de la cuisine, pour qu'elle puisse observer tout ce qui se passait autour d'elle bien qu'elle ne soit pas encore consciente de tout cela.

Aussi, lorsqu'il frappa à la porte, j'allais lui ouvrir assez rapidement et je fus d'ailleurs surprise de le voir devant moi :

"Natsuki ?!"

Je ne m'attendais pas à le voir chez moi aujourd'hui, car il avait apparemment beaucoup de travail. Je savais qu'il travaillait à vérifier l'intégration des différents clans dans la nouvelle organisation qu'était Konoha en plus d'essayer de sortir de son état démoniaque qui l'avait reprit il y a peu. Mon regard se porta sur lui, puis sur les viennoiseries qu'il m'apportait, puis à nouveau sur lui :

"Je ne m'attendais pas à te voir … Vu que tu étais très occupé d'après ce que j'ai cru comprendre …"

Il n'était pas venu me voir à la maternité… Mais bon, je ne pouvais pas vraiment lui reprocher, avec nos métiers, ce n'était pas vraiment la priorité. Surtout avec les évènements qui avaient eut lieu.
Je me poussais de devant la porte pour le laisser entrer, légèrement gênée :

"C'est gentil de venir nous voir ! Et c'est gentil aussi pour les viennoiseries… Par contre, je n'ai compris ton sous-entendu … Vu que Tatsuya a entièrement décidée des arbres de notre jardin …."

Et que mine de rien, il y en avait pas mal dans ce fameux jardin, y compris l'imposant cerisier qui y occupait une place centrale.
Je fermais la porte et je m'approchais immédiatement de la table de la cuisine pour prendre mon bébé dans mes bras afin de lui présenter. Avec beaucoup de délicatesse, je la libérais des sangles qui l'empêchait de tomber avant de la presser contre ma poitrine pour revenir vers Natsuki :

"Natsuki … Je te présente Misaki … Ta filleule !"

Misaki n'avait pas énormément grandi depuis sa naissance. C'était toujours un très petit bébé, mais elle restait néanmoins mignonne. Sur sa tête, un duvet noir commençait à prendre forme et elle avait les yeux grands ouverts. J'adorais l'habiller comme si c'était une poupée et aujourd'hui, elle portait une très belle robe en dentelle blanche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1575
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Je suis en train de mourir. Sam 16 Sep 2017 - 1:28

Natsuki cligna des yeux à deux reprises, ce qui provoqua une onomatopée bruyante.

« Il a fait tout le jardin ? »


Il fronça les sourcils en passant sa main libre sur son front, en proie à de légers maux de tête. Il avait encore du mal avec ses souvenirs embrouillés, vestiges de deux univers qui s'étaient croisés mais dont il s'efforçait de ne pas faire mention pour ne pas apparaître comme plus fou que ce qu'il était déjà.


« Mmh, je dois confondre avec quelqu'un d'autre alors. »


Il n'empêchait que des fleurs en guise de cadeau, cela restait bof pour une Hayashi.


« Peu importe. »


Il entra et se déchaussa dans le vestibule, les viennoiseries ayant été laissées à Leika. Maintenant que c'était officiel qu'il avait son bras droit dans un imposant plâtre qui le prenait du biceps jusqu'au bout des doigts, la vie à une main était devenu un peu plus compliquée.


« Je ne vais pas te demander si tout se passe bien avec Misaki, vu que tu dois déjà avoir répondu un millier de fois à cette question depuis une semaine. »


Et qu'il suffisait d'ouvrir les yeux pour voir ceux cernés de Leika et se faire une idée de la situation. Question et réponse muettes donc, son étudiante le laissa s'installer dans le salon pendant qu'elle cherchait le nouveau centre de son monde : une petite fille à demi-endormie qu'il faire tenir sans effort sur son avant-bras. Natsuki se leva et s'en approcha légèrement pour découvrir sa filleule.


« Bonjour toi. »
lui sourit-il. « Enchanté de te rencontrer. »

Misaki le regarda de ses grands yeux, la bouche en O, en se contorsionnant dans les bras de sa mère, même si son attention semblait plus dirigée vers le plafond en fait. Loin d'afficher un sourire sur ses traits juvéniles, elle lui fit plutôt une sorte de grimace, les sourcils froncés comme si quelque chose la dérangeait. Puis après quelques secondes, elle s'étira à nouveau en baillant.


« Si ce n'est pas la plus belle créature du monde. »
lui sourit-il en la regardant, sans pour autant trop se pencher sur elle. « J'ai vraiment de la chance d'en être le parrain. Quelle taille fait-elle maintenant ? »

Question l'air de rien pour prendre les mesures et lui faire son premier cadeau en tant que parrain. Un cadeau qui s'illustra probablement dans son top dix du mauvais goût, rappelant une fois de plus qu'il n'était vraiment pas doué pour choisir dès qu'il s'agissait d'offrir. Ce n'était pas pour rien que l'on lui suggérait souvent de s'en tenir aux pâtisseries - même s'il se débrouillait mieux dans la gastronomie classique.


« Difficile d'imaginer en voyant de si petits pieds qu'elle deviendra un jour une belle femme. Il paraît qu'une fois que l'on a un enfant, la vie passe beaucoup plus vite, car il impose un nouveau rythme. Les années filent alors sans que nous les voyons passer. Profite bien de chacune d'entre elles Leika, de chaque moment que tu pourras passer avec Misaki et Tatsuya. Surtout tant qu'elle sera aussi adorable dans tes bras. »
conclut-il avec un clin d’œil.

La demoiselle au centre de toutes les discussions gigotait ses bras dans un sens et dans l'autre, sans autre but visible que celui de brasser de l'air, apparemment.


« Alors, cela fait quoi d'être maman ? Cela correspond à l'idée que tu t'en faisais ? »
lui demanda Natsuki.

Il avait reprit place à la table, son bras valide soutenant celui plâtré en plus de l'écharpe qui lui appuyait sur les épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Je suis en train de mourir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Quartiers Civils-