N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Weapon Art [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1609
Rang : S

Message(#) Sujet: Weapon Art [Pv] Mer 20 Sep 2017 - 15:25

Deux longues semaines se sont écoulées depuis la rencontre entre l'ex-mercenaire et le jeune Ketsueki. Depuis, ils n'ont cessés de s'entraîner pratiquement tous les jours afin de parfaire la maîtrise du taijutsu du Genin. Oniri y voit également un bon moyen pour retrouver ses bases bien que cela se révèle plus compliqué que prévu. Dans tous les cas ce jour, où plutôt cette nuit, en témoignent l’arborescence d'étoiles qui parsèment les cieux éthérés, est toute particulière. Les bases sont une chose, mais Eiko doit se découvrir son propre style de combat, celui avec lequel il sera le plus à l'aise, constance qui ne s'apprend qu'à moitié. En cela, la démone, forte de son expérience, ne peut que l'aiguiller vers les potentielles routes qui s'offrent à lui.

Et c'est en cette occasion qu'elle l'a convié au-delà des remparts de Suna, là à quelques kilomètres, sur un terrain aplanit non loin de la plage. L'air salin imprègne l'atmosphère. Les vents secs et glacés fouettent au visage. L'obscurité en serait presque palpable si ce n'est sans compter sur la présence d'une lune gibbeuse, diffusant sa lueur pâle et argentée sur la mer qui se reflète sur sa surface. La tenue d'un blanc éclatant de la Kunoichi la rend facilement discernable à travers la semi pénombre. Fidèle à elle-même, elle arbore un calme déroutant, donnant ainsi l'impression que toute chose est sous son contrôle. Ce n'est qu'une fois posées face à Eiko que la chasseresse ouvre le dialogue.

« Mon bonsoir Eiko. Comment vous portez-vous ? Vous vous demandez certainement pourquoi je vous ai fait venir ici. La raison est simple.Voyez-vous ici vos sens seront mis à l'épreuve, que ce soit par le son ou la vue. Vous déplacer et combattre dans l'obscurité, entendre et desceller chaque mouvement au-delà de toute nuisance sonore. Vous devez apprendre tout en vous accommodant de ces conditions. »

Et encore, il ne s'agit que de la partie la plus facile. Elle-même en a davantage bavé sous la tutelle de l'ancienne Confrérie qui était incomparablement plus stricte et radicale. Mais chaque chose en son temps. Il est encore trop tôt pour malmener le petit Eiko plus que de raison. En attendant le duo va s'attarder sur un exercice bien plus ludique. Ce faisant, la démone décroche le long parchemin attaché jusqu'alors dans son dos et le déroule à même la surface d'entraînement ce qui révèle par l'occasion la dizaine de sceau présent dessus. Elle les active tous d'un simple mudra. Apparaît alors à l'emplacement précis où se trouvaient les inscriptions un instant plus tôt toute une pléthore d'armes aux lames volontairement émoussées.

« Voici l'exercice du soir. Vous allez trouver les armes qui conviennent le mieux à votre façon de combattre. Il y en a un total de dix. Les cinq en partant de la gauche sont plus courtes, rapidement malléables et dédiées à l'assassinat tandis que celles de droite possèdent une meilleure allonge et sont bien plus utile lorsqu'il est question d'affrontement direct. L'idée est que votre équipement permette de répondre à toutes les situations. Sélectionnez-en une de chaque vous allez les essayer contre-moi. A l'arrivé vous choisirez celles qui vous conviennent le mieux. »

En réponse, d'un claquement de doigt, Oniri invoque sa propre arme. Une splendide hallebarde à double lame qu'elle s'amusa à faire habilement tourner dans sa main avant de la tenir en joug contre son élève qui, de son côté empoigne l'arme fétiche qu'arborait la Kunoichi lors de sa campagne contre l'empire, une lance.

« Très bon choix ! » Dit-elle dans un sourire arrogant. « La lance est une arme très sous-estimée chez la plupart des Shinobi. Elle confère pourtant,l'avantage indéniable de la portée en permettant de maintenir ses ennemis à distances tout en les attaquants, le tout en se prévenant aisément de toute éventuelle contre attaque. Elle possède également l'avantage d'être stable et facile a manier, mais est difficile à maîtriser et à pour défaut d'être assez prévisible étant essentiellement limitée à des attaques d'estocs.

Le premier test va ainsi avoir lieu dans un duel d'arme blanche à longue portée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 27
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Weapon Art [Pv] Jeu 21 Sep 2017 - 19:00



S'il n'était pas pressé, dévoré par ses prétentions et sa convoitise de l'empyrée, l'argenté aurait certainement supporté de ne pas voire sa progression au jour le jour. En réalité, si dans un premier temps, il eut l'impression d'avancer assez rapidement vers son but, cela se décolorait petit-à-petit. Son monde devenu haut en couleur était tout bonnement devenu assez morne avec l'habitude. Oniri se contentait de lui apporter des bases, très importante,
certes, mais le début de son enseignement ninja Eikõ l'imaginait plus... grandiose. Tous seul, il avait appris à utiliser son sang, à y former une queue ou encore un brouillard et là...
Il n'apprenait qu'à manier un Katana, répéter encore, encore et inlassablement les mêmes chorégraphies, arme à la main.

L'adolescent voulait du sang, sa première mission, montrer toutes les capacités qu'il allait certainement se découvrir une fois sur le terrain. Mais au lieu de ça... Encore ce terrain d'entrainement.
Enfin, c'était ce qu'il se disait depuis plusieurs jours, marmonnant ces quelques critiques dans sa barbe et ignorant certainement qu'un ancien lui aurait répété qu'il lui fallait laisser au temps le temps. Eikõ fut enfin convoqué à l'extérieur du village, dans le désert. C'est un large sourire aux lèvres que celui-ci montra sa convocation aux gardes de la porte principal, se séparant dès lors des dunes camouflant aux voyageurs les hauteurs du village.
Les yeux du jeune se remplirent des étoiles de l'horizon, observant enfin ce ciel sans être dérangé par les lueurs des lampadaires du village. La liberté? Peut-être, pourtant, emplis de lueurs résonnant tels des chants guerriers, la chevelure blonde d'Oniri apparut rapidement.

Ses sens? Concéda-t-il avec un large sourire aux lèvres. Cela commençait-il vraiment? Cet entrainement censé le rendre plus fort que cette demoiselle lui avait promis? « Bonsoir. » Répliqua-t-il, poli comme à son habitude. Histoire de s’accommoder et d'imaginer l'effort qu'il allait devoir soutenir, Eikõ se détourna d'elle quelques instants tout en fermant ses yeux. « Est-ce vraiment possible? » Murmura-t-il, estimant cette force à un juste prix, jalousant ceux possédant ces capacités et promettant en ses méandres qu'il saurait faire de même dans très peu de temps.

Cette convoitise ne quittera jamais ses yeux puisque le parchemin qu'Oniri déploya à peine quelques temps plus tard le scia, surtout ces armes sortant presque de nulle part. "Je veux savoir faire ça." Se retint-il d'hurler. Cette technique l'attira tout autant que le reste. Etait-il possible de posséder de tel parchemin à son niveau? Plus encore, était-il possible de les avoir autour du corps, dans des vêtements ou autre afin d'amener des armes en fonction de la situation grâce à un simple parchemin réagissant au chakra? Ou encore, à même la peau.
Des armes pourront ainsi être caché un peu partout et il pourrait tirer un avantage même d'une situation aux abords tranchantes.

« Aux armes. » Face à l'arme magnifique que fait tournoyer la blonde face à lui, Eikõ se tint à l'arme la plus amène de contrer la portée de l'hallebarde. La lance. Pourtant, loin d'être imaginatif ou de posséder des techniques, celui-ci se décide à faire un essai et imaginer les possibilités... En soit, ce qu'il "pourrait" réussir à faire.
La différence entre leurs deux armes? Cela doit être l'utilisation. Le tranchant de l'arme d'Oniri est situé sur les côtés, cela induit des attaques latérales. La sienne? Dans la portée, cette arme est la suite direct de son bras.

C'est pourquoi Eikõ choisit de conserver sa posture précédemment apprise avec sa senseï... A savoir? Genoux fléchis, deux mains sur le manche et la pointe directement dirigé vers sa jugulaire.
« Bon, c'est parti. » Asséna-t-il, mine de rien, assez fortement. Sa jambe gauche s'avança et d'un puissant appuis il s'avança, faisant fondre la pointe sur la jugulaire déjà en lisse d'Oniri. Dans un second temps, il se préparait à prendre appuis sur le cul de la lance pour envoyer son genou directement dans le nez de la blonde. "Entrainement?" avait-on dit? L'adolescent voulait y aller à fond.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1609
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Weapon Art [Pv] Ven 22 Sep 2017 - 18:06

La Kunoichi se fend d'un petit gloussement moqueur à la vue d'un Eîko empoignant une lance comme s'il s'agit d'un Katana. Il en résulte une posture assez incongrue et une constance attachante par la naïveté qui en découle. C'est donc l'esprit embaumé d'une certaine bienveillance qu'elle s'attarde afin à rectifier cette erreur.

« Faites-donc attention. Vous risquez de crever l'œil de quelqu'un par inadvertance en la tenant ainsi. »

Lance t-elle de son timbre de voix amusé, avant de se saisir de sa propre hallebarde à deux mains. L'arme placée de façon perpendiculaire au corps, la pointe de la lame imperceptiblement inclinée vers le haut, les jambes d’avantages fléchies dans une posture de garde fermement ancrée dans le sol et assurément plus agressive.

« Vous devez-tenir votre arme ainsi. Soyez davantage assuré dans vos appuies, la lance est une arme avec davantage d'amplitude qu'un katana, vous pouvez facilement être déséquilibré voir désarçonné si vous ne faites pas attention. »

Elle commence par donner une succession de coups d'estocs dans le vide, incitant son disciple à en faire de même afin de trouver ses marques. Elle continue de lui prodiguer divers conseils tandis qu'ils s'exercent. Au fil des minutes la Kunoichi sens un étrange sentiment de nostalgie l'envahir. De vieux souvenirs remontent. Elle la ressent, l’adrénaline qui circule dans son corps, l'allégresse du combat dans son aspect le plus pur. Ce n'est qu'à ce moment précis et en dépit de tout ce qu'elle a vécu, qu'elle réalise à quel point tout ceci lui a manqué durant ses longues années de convalescence.

Après une bonne demi-heure passée à s'exercer la chasseresse renaissante décide de passer aux choses sérieuses. Il ne s'agit que d'une petite joute sans grand enjeux si ce n'est celui d'aider son protégé à faire ses marques dans ce monde impitoyable. Seulement, poussée par ce zèle et sa soif d'aventure à peine retrouvée, Oniri se montre bien plus vive qu'à l'accoutumé et cela aux dépens de son élève qu'elle gratifie par moment de quelques revers de lame tout juste suffisant pour lui occasionner quelques bleues et légères contusions mineurs.

Leurs fréquences répétées va de concert avec la façon de ce mouvoir de la démone qui, petit à petit, se laisse guider par ses instincts. Ses déplacements sont de moins en moins rigide et de plus en plus acrobatique. Plutôt que de rester campée sur ses positions, elle n'a de cesse d'enchaîner les mouvements circulaires, toujours plus ample, toujours plus fluide, sans jamais donner l'impression de fendre l'air, mais plutôt de glisser dessus. Et dans tout cela Eïko fait ce qu'il peut pour tenir la cadence, usant et abusant autant que possible des atouts que lui confèrent son arme pour maintenir une distance de sécurité respectable entre lui et les assauts répétés de la chasseresses.

La petite escarmouche s'achève au moment où l'une des lames de la hallebarde s'écrase brutalement dans le sable en dégageant au passage un petit cratère dans une volute de granulés éparses. La Kunoichi reste une seconde de trop figée dans cette posture, en partie tiraillée par la bête en train de s'agiter dans son fort intérieur. Les yeux clos, elle inspire longuement, réprimant par l'occasion les quelques stigmates démoniaques présent sur son visage, mais globalement masqué par la quasi pénombre ambiante. Elle finit de relâcher l'air coincé dans ses poumons avant de planter son arme dans le sable, signant ainsi la fin de l'exercice.

« Cela suffira pour le moment. Faisons une pause. »

Immobile, elle s'allume une cigarette a renfort de décharge raiton. La braise iridescente à son extrémité se démarque tout particulièrement dans l'obscurité. Il lui faut cela pour réussir à se calmer, d'autant plus que le contre-coup de sa petite fantaisie commence irrémédiablement à se faire sentir.

« Alors, quelles sont vos premières impressions sur ce type d'armes ? » Dit-elle tout en fumant d'un ton qui se veut calme et maîtrisé.


Dernière édition par Meïka A. Oniri le Dim 24 Sep 2017 - 14:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 27
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Weapon Art [Pv] Sam 23 Sep 2017 - 23:08



L'argenté raffermit sa prise sur la lance tout en baissant les yeux, réprimant un mélange de colère et de gêne. Bien conscient que ce n'était pas ce qu'Oniri avait voulu laisser entendre, Eikõ se sentait encore et toujours faible; encore plus depuis la prise en charge de la Meîka, d'ailleurs. Il attendait, patiemment, son heure; avait-il bien fait de vendre ainsi son âme au diable? Promettre ses services à un organisme de l'ombre, n'était-ce pas les méchants dans les livres?

« J'aurai toujours plus de chance de blesser quelqu'un, même si c'est sans faire exprès. » Ronchonna-t-il. Alors il observait et retenait, pas n'importe quoi, les mouvements de la démone lui faisant face. Armé d'un sérieux académique, ses yeux vairons observent et décortiquent, tentent de trouver une stratégie pour tenir.
Tant dis qu'une première partie de l'entraînement réside en l'écoute des conseils d'Oniri, une seconde tint plus de quelque chose ressemblant aux règlements de compte auxquels on l'habitue régulièrement.

Sa senseï semblait perdre pied et se laissait aller au combat, par chance, ses observations précédentes lui permettent de prédire les premières séries de coups, ne se laissant avoir que par l'enchaînement et la vivacité. Dans un second temps, les bases imposées par la blonde ne furent plus respectés et cela compliqua vraiment la tâche à l'argenté, elle se mit à glisser entre ses estocs -ou ses tentatives, plutôt-.
Rapidement, il se met à encaisser quelques coups, rien de bien grave, mais à la fin de la première séquence, le Ketsueki n'en sort pas grandi. « Je n'ai rien ressenti avec cette arme. » Gronde-t-il, sévère.
Son regard s'arme d'une noirceur camouflé, elle-aussi, par l'obscurité. Hors de question qu'elle le ménage avec les autres armes. Ses yeux balayent les nombreuses armes présentes, parmi celle-ci, il doit y en avoir une qui est faite pour lui.

Dans un premier temps, il s'arrête sur le Katana. Mais réprime rapidement son envie de suivre son enseignement précédent et; tout en s'agenouillant pour faire mine de mieux observer les armes... Eikõ décide de jouer sur son principal avantage, ses manigances. Et celle-ci ne lui souffler qu'une seule chose, la réponse n'était pas en une arme, mais en l'utilisation de plusieurs. Il devait amener la surprise! Que ses possibilités d'attaques ne s'arrêtent jamais à un coup d'épée, à une estoc vers l'avant. Mais plus envoyer une pluie de projectile, feinter une attaque avec la lance et vaincre la portée de l'hallebarde avec cette arme qui ne ressemblait à rien...

Son sourire grandit, petit à petit; enfin, cela commençait à lui parler.

Ses méandres le lui hurlent, son heure est venue. Ce soir, il doit ressentir ce déclic qu'il attend depuis des années. Sa force ne demande qu'à naître puis exploser, Eikõ le sent, cela sera à la mesure du temps qu'il a attendu.
Tout en se relevant, il glisse autours de son avant-bras un espèce de dispositif caché dans un bracelet long permettant l'éminence d'une lame à l'activation. Son pull camoufle le dispositif. Suite à ça, il se dirige directement vers une faux connecté à une chaîne elle-même reliée à un poids.
L'argenté sourit, cette séquence sera la sienne.

L'adolescent fait exprès de ne pas répondre au demande de conclusion d'Oniri, non pas par irrespect pour elle, il préfère même lui faire croire qu'il n'a pas écouté la question. En vérité, il souhaite garder ses conclusions et essayer celle-ci sur l'hallebarde de la blonde qui est du même type -à peu près- que sa lance. « Prête senseï? » Gronde-t-il, son corps ensevelit par une myriade de tremblement, enveloppé d'adrénaline et de dopamine. Il était prêt pour son heure.
Concentré à l'extrême, Eikõ comprenait bien que cette stratégie n'était non plus destiné à se trouver une arme, mais à tenter de vaincre. Ironiquement, l'argenté concevait que la meilleur arme n'était autre que celle qui lui permettait de vaincre. Aussi, même si cette stratégie était gagnante, elle le serait beaucoup moins ou plus difficilement face à un "Katana" par exemple.

Son objectif? Passer sous l'arme d'Oniri, se rapprocher tant au corps-à-corps que la dites portée de son arme sera un problème. Pour cela? Le sacrifice de son arme, ou la surprise de sa protection improvisée. L'épée rétractable était caché dans sa manche droite, du côté donc du poids.
L'enfant s'arrête, sa jovialité s'en allant progressivement, face à la cigarette de sa senseï. Elle l'a déjà combattu avec, mais son arme se manie à deux mains, qu'est-ce que cela veut dire? Qu'importe.
Biaisé par ses convictions, son chakra s'achemine naturellement à ses jambes et sa vitesse décroit, prêt à en faire découdre à sa Senseï, celui-ci s'élance. Plus rapide, plus vivant. Eikõ envoit en avant la boule lestée tout en se déportant latéralement, la simple rencontre avec une résistance provoquera donc la capture de cet élément. Il comptait clairement sur cela pour la faire sauter ou esquiver d'un côté ou un autre.

Sa technique phare? Attendre cette esquive et lui bondir dessus, la laisser croire au fait qu'elle allait le toucher et sacrifier son arme actuelle pour éviter l'attaque. Après ça, suffisamment prêt pour que l'hallebarde ne soit plus un problème, l'harponner grâce à l'arme rétractable sans lui laisser l'occasion de reprendre de la distance.
Sur un Gennin, cela aurait sans doute était faisable. Mais sur sa Senseï... De plus, allait-elle être d'accord vis-à-vis de sa petite "triche"?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1609
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Weapon Art [Pv] Dim 24 Sep 2017 - 15:40

A peine remise de ses émotions que son élève cherche une nouvelle fois à la provoquer en duel. Il est bien naïf de croire qu'elle n'a pas remarqué que ce dernier prépare quelque chose. Même au plus bas de sa décadence il y a peu de choses qu'un genin puisse lui cacher. Ses sens sont toujours en éveil et elle se contente de ne dire mot, curieuse de voir ce que lui réserve le Ketsueki. D'un autre côté, elle commence à considérer d'un mauvais œil la constance pernicieuse dans laquelle son protégé s'enferme. Il n'est, certes, encore qu'un adolescent tout juste pubère, mais ce genre d'attitude, s'il la maintient, risque de le ralentir que ce soit dans sa vie ou encore dans sa carrière de Shinobi. Chose que nul ne peut se permettre en cette époque, qu'il soit question de paix ou non. Néanmoins, curieuse, elle attend de voir ce qui lui est réservé, notamment avec ce Kusarigama qui n'est clairement pas le genre d'arme à la portée de tous.

Sa cigarette toujours coincée entre les lèvres elle fait fit du silence dans lequel son disciple aime à se murer et empoigne sa hallebarde d'une main, adoptant dès lors une posture à la fois offensive et défensive. L'affrontement débute par un lancé de poids dans sa direction. Sur le coup la chasseresse n'a aucun mal à lire dans son petit jeu et laisse volontairement la chaîne s'enrouler autour de l'arme plutôt que de chercher à frapper le projectile d'un revers de la lame afin de l'éjecter. Dans le même temps elle suit sans difficulté les déplacements de son élève qui tente de la déstabiliser.

Économisant ses mouvements autant que possible, elle se contente d'enfoncer brutalement la lame inférieure dans le sable de sorte à ce que l'arme soit solidement ancrée, empêchant ainsi cette dernière d'être dégagée d'un coup de chaîne. Le Ketsueki arrive ensuite sur elle en se délestant finalement de sa propre arme pour dégainer la lame jusqu'alors dissimulée sous sa manche. Profitant de l'écart de puissance et d'expérience entre eux deux, Oniri se contente d'effectuer un simple saut, passant par-dessus la lame, puis la tête du genin avant d'écraser l'arrière de sa nuke avec une de ses sandales. Cela lui confère l'appui nécessaire pour s'élancer davantage dans les airs et finalement retomber, aussi légère qu'une plume, dans un équilibre parfait, sur l'extrémité effilée de la hallebarde plantée dans le sable.

Difficile de le remarquer en raison de l'obscurité, mais la Kunoichi est fortement contrariée. Non pas de l'échec de la tentative de son élève pour l'atteindre, mais plutôt des raisons qui l'ont sans doute poussé à en arriver là. Toujours flanquée sur son perchoir à deux mètres au-dessus du sol, la cigarette au bec et la lune gibbeuse en spectatrice derrière, la Jônin déclare d'un ton froid qui ne lui est pas accoutumé, tout du moins qui ne l'est pas aux oreilles d'Eiko.

« Il semblerait que nous ayons un problème. J’admets que votre attaque était finement jouée, mais que je sache le but de cet exercice n'a jamais été de m'atteindre, ni même de déclarer un vainqueur à cette joute. Rappelez-moi pourquoi sommes-nous ici ce soir? »

Elle lui accorde un petit moment, le temps qu'il réponde ou non, même si cela est fortement dans son intérêt. Après quoi elle se fend d'un léger sourire capable de tout dire et rien à la fois avant de disparaître littéralement du champ de vision de son élève. Une fraction de seconde plus tard la voici qui redevient visible aux yeux du monde et ce dans le dos de son élève, un index posé sur sa chevelure blanche qui n'est pas sans évoquer le canon d'une arme braquée sur une tempe.

« Vous ne m'atteindrez pas. Ni aujourd'hui, ni demain... Un jour vous y parviendrez, assurément, si vous suivez mes conseils. Et vous allez commencer en mettant votre ego de côté et en acceptant que seul le temps vous permettra d'atteindre cet objectif. »

Toujours en gardant l'index menaçant posé sur la tempe, elle contourne Eîko jusqu'à lui faire face. Le sourire qu'elle lui présente est cette fois-ci bien chaleureux dans cette nuit glaciale, presque maternel.

« Mais même en faisant cela, sachez qu'il y aura toujours quelqu'un plus puissant que vous. C'est pourquoi un Shinobi doit savoir faire preuve d'abnégation en se montrant humble autant devant la réussite que face à l'échec. »

Dit-elle d'un ton plus aimable en s'amusant à lui ébouriffer les cheveux avant de conclure d'un petit rire moqueur. Après quoi elle délaisse son hallebarde visiblement confortablement installée dans son socle de silicium et dégaine le jeu de dague attaché à sa ceinture. La dextérité et la vivacité dont elle fait preuve lorsqu'elle s'amuse à les faire tourner entre ses mains témoignes d'un tout autre niveau de maîtrise.

« Bien... » Dit-elle en se mettant en position, à bonne distance, une lame dans chaque main. « Montrez-moi ce que vous arrivez à faire avec cette épée rétractable. Souvenez-vous que je souhaite voir de la maîtrise et non de la fourberie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Weapon Art [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Vent :: Kaze no Kuni :: Désert de Kaze-