N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Sacrée chance [PV: Ether]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Sacrée chance [PV: Ether] Sam 23 Sep 2017 - 16:17

Passé les petites heures du matin, les joueurs de carte perdent leur patience. Ils deviennent plus abruptes, plus irrespectueux, voire même sauvages. Encore une fois, habillé d'un veston, d'un pantalon de soie et d'une cravate et cachant mon visage à l'aide d'un chapeau et d'une paire de lunette noires, j'accomplie les tâches ingrates de Don Kuro-sama. Depuis que Don Parago, mafieux ayant cherché à pénétrer le réseau de Kaze, fut chassé des terres arides, un nouveau parrain, Don Kuro, a pris la position de pouvoir sans que je n'arrive à y faire quoi que ce soit. Les dizaines de responsabilités et de tâches incessantes qui viennent avec la définition de tâche d'un Shinobi y sont sûrement pour quelque chose. Je n'arrive plus à avoir le même degré d'implication dans le monde criminel qu'auparavant, mais si je ne veux pas briser ma couverture, il faut que je trouve moyen de répondre aux requêtes des gangsters et des ninjas en même temps.

Une double vie est déjà quelque chose de compliqué, une triple est carrément impossible à gérer!

Le sous-sol du grand bâtiment commercial où se déroule la soirée de carte est bien gardé. Nous sommes au total une vingtaine à l'intérieur et je suspecte qu'il y en ait au moins autant à l'extérieur. Dans la grande salle, il y avait au départ plus d'une centaine de joueurs, mais maintenant il ne reste que trois tables de cinq ou six personnes. Ils sont tous plus colorés les uns que les autres: un homme avec des tatouages jusqu'au visage, une sorte de noble en kimono de cérémonie, un vieux monsieur avec des sourcils longs jusqu'au sol, une gamine qui n'arrête pas de bouger et de sourire...

L'alcool coule à flots puisqu'elle est gratuite pour tous les invités puisqu'il s'agit bien évidemment d'une soirée privée, exclusive et hautement prisée par la communauté des joueurs. Certains, dans l'espace de quelques heures, deviennent riches alors que d'autres perdent tout, les dirigeant parfois jusqu'à vendre leurs commerces, leurs maisons, les biens et, même, leurs enfants. Certains préfèrent le suicide.

La criminalité n'est que très rarement bénéfique pour ceux qui n'en vivent pas. Au final, l'organisateur, Don Kuro-sama, est celui qui retirera le gros des montants puisque le prix d'entrée est non-négligeable et qu'il y a trois pourcents de taxe sur tous les montants joués. C'est sans compter les emprunts!

J'observe la fillette, m'interrogeant sur la raison de sa présence. Je serais surpris qu'elle ait pu rassembler les quelques dix milles dollars d'entrée. Je suspecte qu'un criminel l'a droguée ou manipulée pour qu'elle accepte de jouer sa liberté. À moins qu'un d'entre eux ait décidé de lui prêter de l'argent dans l'espoir qu'elle ne le perde...

Je soupire.

« Ça va Haiiro? » me demande un des autres gorille de sa voix étrangement sifflante.

« Je vais bien, » réponds-je sans y accorder plus ample intérêt à l'homme. « Qui est cette fille? »

Il regarde pendant un instant avant de simplement hausser les épaules.

Soudainement, la table où se trouve la personne en question s'anime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Lun 25 Sep 2017 - 10:39



C’était une belle journée comme toutes les autres pour Ether.
La jeune femme se promenait au marché de Aketana, sautant d’étalage en étalage, s’imprégnant des odeurs de chacun des produits présentés. Elle assaillait les marchants de questions, leur laissant parfois aucune occasion d’en placer une et les remerciaient toujours avec une immense chaleur avant de continuer ensuite son chemin. Chacune de ses venues à la ville portuaire était intéressante et elle ne s’en lassait pas. Malgré son tempérament très particulier, la blonde parvenait à se faire quelques amis, peu, certes, mais juste assez pour alimenter son éternelle bonne humeur. Une fois le marché écumé de long en large et en travers – une nouvelle fois – elle finit par se rendre à la petite librairie du coin, un véritable trésor de savoir dont elle se réjouissait d’y avoir accès. Effectivement, bien qu’ils possédaient de nombreux écrits au sein de sa tribu, tout restait sous formes de parchemins ou de vieux rouleaux, les livres et autres manuscrits étant bien trop encombrants pour des nomades. Ils en détenaient, pour sûr, mais leur nombre était bien misérable comparé à l’immense trésor retenu entre ces quatre murs ! Le reste de la journée fut donc consacrée à la lecture d’innombrables ouvrages, ainsi qu’au recopiage de certains dessins et formules susceptibles d’être utiles à son peuple.

La nuit tombait enfin et les portes de la bibliothèque se fermaient, poussant donc Ether à quitter à contrecœur les lieux. Qu’allait-elle bien pouvoir faire ce soir ? Gambadant joyeusement dans les rues, se laissant porter par les sons transportés par le vent, la demoiselle finit par arriver dans une rue commerçante, illuminée de divers lampions. Des restaurants, des bars, la vie nocturne ! Ravie, l’élémentaire s’amusa à faire un tour pour goûter les mets proposés, et bien qu’il ne lui était pas nécessaire de se sustenter pour survivre, la curiosité la poussait toujours à goûter ce qu’elle voyait. Alors qu’elle mangeait une sorte de bol de riz avec des légumes cuits à la vapeur, elle fut soudainement intriguée par des gens qui s’engouffraient avec quelques secondes d’intervalles dans une ruelle sombre au loin. Naturellement curieuse, Ether se désintéressa totalement de sa nourriture, l’offrit à son voisin pour ne pas gâcher, et se mit en tête de suivre ce groupe. Après les avoir filé depuis les toits, elle remarqua qu’ils entraient tous petit à petit dans un bâtiment dont elle ignorait absolument le but – les humains avaient une étrange habitude de faire et de créer des choses qui n’avaient pas forcément de sens logique, c’est ce qu’elle appréciait observer chez eux ! La Gogyou se laissa doucement descendre au pied de la bâtisse sur laquelle elle se trouvait, et se dirigea d’un pas dansant vers l’immense monsieur carré qui gardait l’entrée, un immense sourire plaqué sur son visage enfantin.


« B’soiiiiir ! Y’a quoi d’dans ? Pourquoi y’a plein d’gens ? Ils font quoi ? J’peux entrer ? »

Il y eut un court instant de silence tant la demande venant d’une fille de ce genre était étonnante. Et après un rire méprisant auquel Ether répondit en riant à son tour, il lui répondit d’une voix caverneuse, sèche et ferme, un simple :

« Nan. Tu pourrais même pas payer l’entrée gamine. »
« C’combien l’entrée ? »
« 10 000, petite. »
« Et si j’trouve 10 000, j’pourrais entrer ? »
« AHA, ouais ! », dit-il sans trop y croire.
« D’accord ! », fit-elle d’une voix guillerette et elle fit demi-tour.

Une dizaine de minutes plus tard à peine, elle refit son apparition, une bourse suffisamment épaisse pour accueillir la somme demandée si ce n’est davantage. Bien que surpris, l’armoire à glace ne chercha pas à en savoir plus et après avoir fait le compte, empocha la somme et laissa entrer cette étrange jeune femme. Cette dernière le remercia d’un sourire plus lumineux encore que le précédent puis s’engouffra dans l’ouverture de la porte. Lorsqu’elle fut à l’intérieur, la nomade fut émerveillée du nombre incalculable de personnes ici présentes. Ils étaient tous différents, arboraient des tatouages comme elle – bien que les leurs étaient très détaillées et colorés, et que celle de la Gogyou étaient de type traditionnel – des cicatrices également – woaaaah sur tout le visaaage ! – et des vêtements parfois fringuant. Oh oui, elle allait s’amuser ici ! Sautillant sur place, elle fit le tour de la salle, observant avec un immense intérêt tout ce qu’elle ne connaissait pas. Avec son air angélique, Ether faisait un peu tâche, surtout avec son ensemble vestimentaire usé par le sable et le soleil. Malgré ses 20 ans en existence humaine, la blonde semblait nettement plus jeune.
Voyant que tous s’installaient, elle chercha une table où s’asseoir, et prit place en tailleur sur une chaise. Quelques rires amusés et dédaigneux accueillirent sa présence, mais elle se contenta de se présenter et d’insister pour serrer la main à chacun des personnages autour d’elle. Naïve petite créature qu’ils devaient penser, facile à plumer. Des cartes commencèrent à être distribuées et l’élémentaire fut ravie de découvrir qu’ils allaient faire des parties entre copains. Oh chouette, ce que ça allait être drôle !


« Bonne chance ! J’sens qu’ça va êt’ drôle ! »

Sa table ricana d’un rire mauvais.
Quelques minutes plus tard, lorsqu’il fut temps de réattribuer les tables, plus personne ne riait autour d’Ether. La jeune femme souriait toujours bêtement, un bon gros pactole devant elle, chacun de ses adversaires dépouillés jusqu’au dernier centime.


« Merci, c’tait sympa, j’espère qu’on r’commenc’ra ! », dit-elle avec une sincérité incroyable.

Et ce fut ainsi pour tout le reste de la soirée.
Le nombre de joueurs se réduisait à vue d’œil, et beaucoup partait la tête basse, comme si le monde s’écroulait pour eux, un comportement que la demoiselle ne comprenait pas étant donné que pour elle, tout ça n’était qu’un jeu, et que surtout, tout cet argent amassé n’avait pas la moindre valeur à ses yeux. Certains adversaires devenaient agressifs, et les vigiles les foutaient dehors sans le moindre scrupule, un geste qu’Ether prit pour une affection étant donné que le puissant contact physique entre eux. Finalement, il ne restait plus que trois tables encore en lice, la blonde toujours parmi les « concurrents ». Et alors qu’elle gagnait une énième fois, ses gains ne tenant même plus sur la table, un homme au visage anguleux et aux petits yeux de fouine se mit à taper du poing sur la table. Il semblait furieux, ce qui intrigua la nomade qui observait les traits de son visage se déformer. Intéressantes ces rides… On dirait qu’elles se forment lorsqu’il fronce les sourcils, c’est marrant !


« C’EST PAS POSSIBLE, ELLE TRICHE !!! Elle doit forcément avoir des cartes dans son écharpe ! OU ALORS LE CROUPIER EST DANS LE COUP !!! », le croupier agita les mains pour se sortir de ce mauvais pas.
« Ouaip, j’ai des cartes dans mon écharpe, r’gardez ! », et elle montra fièrement son vieux paquet de Uno tout élimé, « Vous voulez qu’on joue ? », ajouta-t-elle innocemment.
« Mais c’est qu’elle se fout de ma gueule en plus ?!! Je vais te déglinguer, tu vas rien comprendre gamine ! »
« Déglinguer ? ça v’dire quoi ? »
« Oh putain, j’vais m’la faire ! QUI EST AVEC MOI ?! »

Plusieurs voix en colère s’élevèrent de la table, tous levant le poing.
Ether, croyant que c’était un nouveau jeu, leva le poing également en riant. Décidément, c’était rigolo dans le coin !




Dernière édition par Hashimoto Ether le Mer 27 Sep 2017 - 9:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Mar 26 Sep 2017 - 18:54

Je grimace subtilement, un rictus de colère face au manque de professionnalisme des joueurs.

D’un bond, sous le regard surpris de tout le monde, sécurité, employés et clients, je me rends à la table problématique et attrape le bras d’un des perdants, l’accroupissant violemment contre le meuble tout en lui tordant la main jusqu’au milieu de son dos. Un deuxième récalcitrant cherche à dire quelque chose, mais je dépose un sabre sur son épaule avant même qu’il ne complète son premier mot.

« Messieurs, » dis-je plus calmement que mon visage ne laisse paraître alors que homme brutalisé gémit. « Soyez raisonnable. Rien n’indique que les insultes ou les blagues ne sont pas permises, mais la violence entre les joueurs est inacceptable, » intervins-je, mes yeux ne quittent pas la jeune femme aux longs cheveux blonds durant la totalité de mon discours.

Je relâche ma poigne et range l’unique Katana en ma possession, produisant un doux tintement métallique. Puis, mon regard se tourne vers celui que j’ai maltraité; je l’aide à se relever et à dépoussiérer ses habits. D’un mouvement, j’offre une tournée à toute la tablée. Finalement, j’approche du personnage le plus curieux de la soirée.

« Mademoiselle, veuillez me suivre, » conclue-je poliment, mais avec intensité.

Je pointe à un des employés de l’endroit le lot pour qu’il ramasse la somme gagnée par la gamine.

C’est spécial, mais parmi cette troupe de gens uniques, étranges et bizarres, une fille enjouée sort plus négativement de la foule qu’un meurtrier aux cicatrices faciales horribles ou d’un homme costumé.

Je me rends un peu à l’écart, faisant signe aux autres membres de la sécurité d’assurer une surveillance plus serrée. Une fois près des tables de service, au fond de la salle, je demande quelque chose de rapide à manger pour partager avec la dame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Mer 27 Sep 2017 - 10:53



Ether s’amusait décidément beaucoup.
Tous ces gens autour d’elle, débordant d’expressions faciales à observer, que c’était excitant ! Mais alors qu’elle se fascinait pour ces débordements évidents de colère, un jeune homme à la tignasse cendrée fit son apparition. Sans attendre, il s’empara du bras du plus bruyant, puis l’écrasa contre la table, tenant en respect un autre gueulard à l’aide d’un sabre. La demoiselle pensa au départ, qu’il était l’un de ces grands gardes du corps vu sa taille imposante, mais il n’avait pas la corpulence des deux larges messieurs de l’entrée. Peut-être qu’il voulait jouer lui aussi ? L’élémentaire était prête à lui proposer de se joindre à la partie, quand il finit par s’exprimer, enjoignant le groupe à conserver son calme et à être raisonnable, car la violence était interdite. Ah c’était peut-être un vigile finalement ! Etrangement, il observait la nomade en disant ces mots, cette dernière se contenta de soutenir son regard de fumée en souriant. Après la démonstration de force, il relâcha son emprise et rangea son arme. Malgré l’humiliation infligée à l’homme mécontent, il l’aida à se relever et le dépoussiéra. Intéressant, les humains étaient parfois vraiment étranges, d’abord ils se tapent dessus, puis ensuite, c’est limite s’ils se tapent dans le dos en riant. Bon, pas dans ce cas précis, mais Ether avait déjà pu assister à ce genre de cas.

Ici, ce fut ce que l’on appelait une « tournée ».
La Gogyou s’attendait à voir quelque chose tourner, mais au lieu de ça, des chopes et autres types de verres furent distribués à tout le monde. Quel était le principe ? Alors qu’elle était occupée à observer avec un grand intérêt ce qui se déroulait, le grand garçon au sabre lui demanda de le suivre. Elle le regarda avec une grande curiosité et, jugeant qu’elle n’avait rien de mieux à faire, se leva pour le suivre, tout en restant prudente. Elle était peut-être incroyablement joyeuse et parfois crédule, mais elle n’était – contre toute attente – pas complètement stupide. Ether ne prêta pas la moindre attention à ses gains ramassés par un employé, l’argent ne possédant pas la moindre valeur à ses yeux. Si elle venait à en récupérer une partie, ce dont elle doutait fortement, elle donnerait une partie à son clan et le reste aux gens qu’elle croiserait sûrement. L’inconnu l’emmena à l’écart de la foule et l’incita à s’asseoir à une table, ce qu’elle fit en s’installant en tailleur, souriant toujours avec une grande gaieté. Le jeune homme commanda quelque chose à manger et Ether attendit bien sagement. Après un silence dans lequel la nomade pouvait percevoir le son de frottement des cartes, cette dernière se décida à le briser.


« Enchanté, ‘suis Ether ! », elle ne lui laissa pas trop le choix et secoua vigoureusement sa main avant de la lâcher aussi vite qu’elle ne l’avait attrapée, « On mange quoi ? C’bon ? C’quoi cet endroit ? J’savais pas qu’il y avait des clubs de cartes ! C’cool, j’aim’rais bien v’nir plus souvent, on s’amuse ici ! », dit-elle joyeusement, avant d’ajouter d’un air interrogateur, « J’ai fait que’que de mal ? C’pas comme ça qu’on joue ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Jeu 28 Sep 2017 - 18:42

*Elle ne tient pas en place,* me dis-je sans la quitter des yeux.

En effet, la damoiselle prénommé Ether ne cesse de bouger, de regarder dans toutes les directions, questionner et, surtout, de sourire. Elle ne cherche pas la permission pour quoi que ce soit, comme de serrer ma main. Ce feu d’artifice de joie de vivre et de curiosité doit certainement faire fondre le cœur des plus hardis des guerriers à la surface, mais, dans les sombres réseaux du crime, l’ordre est primordial. Le calme, la sérénité, c’est ce qui diffère les simples brigands et bandits des grands chemins des mafias et autres organisations rebelles.

Je prends une longue inspiration, la dévisageant toujours.

« Bonsoir, Ether. Je me nomme Haiiro, » expliqué-je durant une accalmie de cette tornade. « On mange des dumplings. Si, c’est très bon; ceux-ci sont sucrés, tu peux en prendre. »

Je pousse la petite assiette vers elle, espérant que la nourriture me donne quelques secondes pour lui expliquer la situation.

« Nous sommes dans un bâtiment loué par l’honorable Kuro-sama pour y faire une soirée clandestine de jeu de carte. C’est effectivement un club de carte, mais illégal, » dis-je. « Des soirées comme celle-ci, il y a en souvent, mais ils se déplacent partout dans Kaze. Il faut savoir où elles sont et ce n’est évidemment pas publicisé. »

Je vois que je perds son attention. Mes sourcils froncent, elle commence à m’énerver.

« Vous n’avez rien fait de mal, » continué-je, « au contraire! Vous avez tellement gagné que les gens pensent que vous trichiez. »

Le jeune serveur m’apporte les jetons d’Ether.

« Voilà, allons changer vos gains et vous pourrez sortir. Je vous reconduirai jusqu’à l’hôtel où vous pourrez vaquer à vos occupations. »

Sur cette note, je me lève.

« Suivez-moi, Ether, » ordonné-je sur un ton plus autoritaire.

D’une main, je montre le chemin, passant entre les tables à l’arrière de la pièce, alors que dans l’autre je tiens les profits de la gamine. Au loin, un des hommes qui s’était enragé plus tôt, se lève dans un élan similaire et beugle quelque chose d’inintelligible en projetant la table ronde dans les airs. Clairement saoul, il frappe un autre joueur et pointe Ether par la suite.

« C’est elle! C’EST ELLE, CETTE GARCE! Elle m’a maudit de sa malchance! »

Un des employés tente de le retenir, mais, lui aussi, il reçoit une gifle qui le fait tomber à la reverse.

« C’est… C’est… C’EST LE DÉMON MAUDIT DES SABLES MAUDITS! MAUDIT JE VOUS DIS! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Dim 1 Oct 2017 - 16:04



Le garçon disait porter le prénom d’Haiiro.
Original, elle n’avait jamais entendu ce nom ici ou ailleurs.
Le plat qu’il venait de commander était composé de « dumplings », et la curiosité d’Ether fut à nouveau piquée au vif, n’ayant pas la moindre idée de ce que cela pouvait être. Apparemment, c’était sucré d’après son interlocuteur et ce dernier lui en proposa, ce qu’elle accepta avec joie. La nomade porta l’une de ces choses à sa bouche et mâcha consciencieusement. Le goût avait pour mérite d’être tout à fait nouveau pour la jeune femme, ce qu’elle appréciait toujours. Pendant qu’elle mangeait tranquillement, le blond en profita pour répondre à ses questions. Ils se trouvaient dans un bâtiment loué par un certain Kuro-sama – lui non plus elle ne le connaissait pas – et cette soirée était clandestine, donc illégal. La Gogyou ne comprenait pas en quoi un club de cartes était illégal, mais soit. Pour pouvoir trouver ces soirées et y participer, c’était comme faire une chasse au trésor. Que c’était excitant ! Haiiro la rassura ; non, elle n’avait rien fait de mal. Elle gagnait seulement « trop ». Ah. Et… C’était pas bien ? On ne lui avait jamais reproché de gagner en permanence, étrange coutume. Finalement, on lui apporta ses jetons et c’est le jeune homme qui se chargea de les récupérer, insistant pour la raccompagner à l’hôtel. Qu’allait-elle bien pouvoir faire à l’hôtel ? Elle voulait jouer elle ! Ether fit un peu la moue, déçue de devoir quitter une fête aussi divertissante. Se levant, il lui ordonna de le suivre. Son ton l’interloqua, puis la fit rire légèrement.


« Aha, on dirait mon père ! », puis elle sauta de sa chaise sans faire de bruit, « … Mais d’accord ! Y’a pas un autre endroit où j’pourrais m’amuser ? »

Puis soudainement, des hurlements retentirent dans la pièce.
L’un des hommes qu’elle avait battu plus tôt beuglait comme un veau, le visage rouge et titubait de façon étrange. L’élémentaire ne connaissait pas l’état d’ivresse, elle crut dont qu’il était juste un peu malade. Naturellement, elle voulut d’abord l’aider. Mais lorsqu’il balança à travers champs une table de jeu et fracassa le nez d’un autre joueur, la jeune femme se ravisa aussitôt. Son attention se porta sur cette dernière, affirmant qu’elle l’avait maudit de sa malchance, la traitant également de « garce », terme qu’elle ne connaissait pas.


« J’ai fait qu’gagner. Logiqu’ment, vous auriez dû être béni d’ma chance, si on suit vot’ logique, non ? », dit-elle joyeusement.

Mais il ne semblait pas l’entendre.
Plusieurs employés voulurent le maîtriser, mais nombreux furent-ils à subir le même sort que le joueur précédemment maltraité. Ether fut ensuite qualifié de démon maudit des sables maudits. Ça faisait deux fois « maudit », m’enfin. Sans rien dire, elle prit une poignée des jetons que tenait Haiiro, puis se dirigea vers le fou furieux avant de les déposer par terre.


« C’tait à vous avant qu’j’gagne. Ça va mieux maint’nant ? », demanda-t-elle en souriant gentiment.

Quelques secondes s’écoulèrent avant que l’homme ne lui balance finalement son poing dans la figure. Mais le poing ne traversa rien d’autre que le vide, car la demoiselle s’était « téléportée » dans son dos. A vrai dire, elle s’était dématérialisée pour apparaître de façon instantanée ailleurs, ce qui donnait l’impression d’une téléportation. Le saoulard se retourna pour lui mettre un coup de coude en pleine poitrine, mais il traversa littéralement son corps lorsqu’elle métamorphosa cette partie précise en vent, avant de lui redonner forme physique. Pas une seule fois elle ne riposta, en bonne pacifique qu’elle était. Abasourdi – et sûrement bien aidé par l’alcool – il se mit à bégayer et à répéter en boucle :

« LE DE-DEMON JE VOUS DIS, C’EST U-UN DEMON VENU NOUS DEPOU-OUILLER ! IL FAUT S’EN DEBARRASSER ! »

Ether revint aux côtés d’Haiiro à mesure qu’un petit groupe rejoignait le joueur éméché.
Sans perdre son sourire ni même son sang froid, la nomade lui jeta un regard calme.


« J’crois qu’j’suis plus la bienvenue ici. C’par où la sortie ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Mer 4 Oct 2017 - 18:24

*Elle est complètement inconsciente,* me dis-je en regardant la scène.

Cette gamine que je n’arrive pas à lire nargue, assurément sans s’en rendre compte, l’alcoolique qui la damne. Elle agit comme si les Ryô n’avaient aucune valeur, comme si elle était riche ou bien si elle n’en avait pas besoin, ce qui frappe douloureusement tous les joueurs. Qui est cet enfant? Cette question est sur le bout des lèvres de tous et chacun.

Tous les participants, se taisent et observent la gamine qui peut se transporter dans le vent, cette créature qui arrive à devenir intangible alors que le gangster l’attaque. Leurs visages démontrent qu’ils ne comprennent pas ce qu’il se passe. En fait, ils ont tous la même idée, encore une fois, et c’est évident : et, si elle était réellement un démon ou une sorte de monstre qui vol l’argent ou manipule les hommes.

Les joueurs sont superstitieux, c’est bien connu.

Tombé à la renverse, l’assaillant, le regard fou, hurle encore. Toutefois, cette fois-ci, les autres sont affectés par les événements. Ils se retournent et la fixe pendant un moment. Le poids de leurs regards est lourd de sens; depuis cette mésaventure, ils l’accusent sûrement de leur malchance.

*Hé merde…*

Tout comme moi, Ether a compris qu’elle doit partir. Quelque chose me dit qu’elle arriverait à se défendre, peut-être même mieux que moi vu sa capacité unique, mais elle ne semble pas être une femme agressive. Au contraire, sa joie de vivre et son nonchalance sont contagieuses. Je me prends même à sourire, ce qui ne s’est pas produit depuis mon départ de Tetsu.

« Aller, viens! » ordonné-je en me dirigeant vers la sortie.

Un des plus jeune employé s’approche en vitesse et me murmure quelque chose à l’oreille. Mes yeux s’écarquillent. Sur le seuil, à un pas de quitter la salle de jeu, je me retourne et pose mes yeux sur Ether.

« Ether… »

Je déglutis difficilement.

« Kuro-sama veut vous rencontrer… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Mer 1 Nov 2017 - 12:34



Hé bé, c’était une sacrée soirée !
Qui aurait cru qu’Ether aurait l’occasion de participer à une telle fête ?
A vrai dire, si son père voyait ça, il la foudroierait sur place. Littéralement. Et autant dire que la jeune femme n’était pas hyper enchantée à cette idée. Si elle parvenait à rentrer saine et sauve dans sa tribu, la nomade ne piperait pas un traître mot à propos de cette soirée fort distrayante ! Son père était un homme incroyablement protecteur, tellement qu’il avait élevé sa fille dans l’ignorance la plus totale des relations humaines, refusant qu’elle ne s’amourache de qui que ce soit. Mission réussie car sa gamine n’avait pas la moindre idée de ce que cela signifiait. Elle était à présent à la limite d’être asexuée, en exagérant à peine. Malgré les tentatives de sa mère d’expliquer certaines choses à sa fille, Hélios parvenait toujours à balayer habilement les efforts de sa femme par des stratagèmes parfois complètement farfelus. Mais le comportement de son paternel avait eu des conséquences sur la personnalité de sa fille, notamment cette totale ignorance des convenances. C’était en partie à cause de son éducation « autoritaire » et tronquée, qu’elle était cette demoiselle insouciante et naïve. Heureusement, la blonde n’était pas non plus idiote, elle n’aurait pas survécu plus loin que l’âge du berceau. Et puis, ses éternelles escapades avaient contribués à parfaire son éducation, l’aidant ainsi à comprendre d’elle-même certaines choses, notamment les plus importantes, ce qui était en soi un bon début.

Le dénommé Haiiro semblait parfaitement d’accord quant au fait de déguerpir d’ici comme elle lui avait si gentiment demandé, et il lui ordonna de le suivre, ce qu’elle fit sans rouspéter. Mais alors qu’ils se dirigeaient vers la sortie, un jeune homme vint à la rencontre de son guide. Ether était prête à s’évaporer si nécessaire, mais ce ne fut qu’un échange de mots. Mh, que se passait-il ? Son camarade semblait complètement subjugué par ce qu’il venait d’entendre. C’était quoiiiii ?! Lentement, il se tourna vers elle et parla lentement, comme s’il était malade et avait une boule dans la gorge. Houla, quelque chose de grave ? Son père était là ? Il était arrivé quelque chose à sa mère, son clan ?! Finalement, il finit par dire que Kuro-sama souhaitait la rencontrer. Hein ? … C’était qui lui ? L’élémentaire réfléchit quelques secondes avant de se souvenir. Ah oui, le monsieur qui organisait ces fêtes amusantes ! Bah pourquoi voulait-il la voir, ils ne se connaissaient pas après tou. Peut-être qu’il voulait devenir son ami ? Ou pas. Ce monsieur avait de drôles de copains dans la pièce, à crier tout le temps. Bon ! Pas inquiète pour un sou, la Gogyou eut presque l’air soulagée.


« Tu m’as fait peur ! J’pensais qu’ma famille avait eu que’que chose ! Il est sympa comme monsieur ? J'risque un truc ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Mer 1 Nov 2017 - 17:22

Ether semblait s’agiter face à mon expression, mais, rapidement, elle retourne à son attitude joviale. Évidemment, le ne connait pas le nom de la face cachée de la mafia Kazejin, comment le pourrait-elle! Certains criminels travaillent toute leur vie, montent les échelons et saignent pour lui sans même connaître son nom et, encore moins, son existence. Le réseau de Kuro-sama s’étend dans toute la nation et son influence est mondiale sans que qui que ce soit ne puisse dire où il se trouve, quel est le son de sa voix ou bien même à quoi il ressemble.

De toute évidence, il y a des rumeurs, mais rien de concret. Kuro-sama, son nom signifie noir, il est partout et, pourtant, invisible. Il y a tellement de mafiosi de différents grades, de différentes origines, qui travaillent pour lui, en son nom et, curieusement, il y a toujours quelqu’un d’autre qui a donné l’ordre, personne n’est jamais celui qui l’a reçu directement du grand patron.

Ce mystère, c’est justement ce qui est le plus inquiétant. Autant Kuro-sama est horrible, parfois, voire souvent, autant son règne a apporté l’ordre parmi tous les groupes organisés et la simple idée d’aller à l’encontre de ses commandements effraie les plus désaxés des brigands de fond de ruelle jusqu’aux plus cruels des meurtriers ayant suffisamment d’esprit pour savoir ce qu’est la peur.

C’est pourquoi j’affiche cette expression terrorisée face à cet enfant douce, car je sais. Mon savoir, dans cette situation, est probablement mon pire ennemi puisque je suis surveillé. Je suis toujours épié par mes pairs, par les agents du Seigneur du Vent et par les agents secrets de Kuro-sama. Le moindre faux pas me fera arrêter pour trahison envers la nation ou me fera tuer pour ne pas avoir été loyal envers Kuro-sama.

« Monsieur Kuro est un homme important. S’il veut vous rencontrer, il a de bonnes raisons. »

Je fais signe à l’employer de me laisser avant de m’approcher d’Ether, m’abaissant à sa hauteur.

« Je crois qu’il veut voir vos compétences, » continué-je. « Vous l’avez sûrement amusé avec vos pouvoirs, votre humeur ou votre chance. »

Je me relève. Après un court regard autour de la salle, je me retourne et reprends mon trajet, attrapant une bouteille de bière au passage.

« Venez, Kuro-sama n’est pas un homme que l’on fait attendre sans subir de conséquences. »

Dos aux joueurs et à Ether, je pousse un long soupire. Je sais ce qui s’en vient, j’enrage. Je me dirige vers la porte en faisant signe à la jeune femme blonde de me suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Lun 6 Nov 2017 - 12:20



Haiiro avait l’air perdu dans ses pensées.
Ce Kuro-sama ne devait pas être des plus amicaux, après tout, c’était un criminel. Mais même le plus grand des criminels pouvait s’avérer très sympathique, alors pourquoi pas lui ? Selon son camarade, si le grand patron voulait la rencontrer, c’est qu’il avait ses raisons. Ether eut un soudain doute, et lorsqu’il ajouta que l’homme voulait sûrement voir ses compétences fort distrayantes, les craintes de la jeune femme se confirmèrent. Il voulait probablement se servir d’elle et de ses capacités. Nombreux étaient les humains qui voulaient utiliser les Gogyou comme des armes mortelles, des esclaves qui se pliaient à chacun de leur désir, accomplissant les sales besognes que personne ne voulait assumer. Rare étaient les gens qui les considéraient seulement comme des êtres vivants, alors qu’ils avaient des sentiments, une famille comme tout autre créature en ce monde.

Enfin, ce Kuro-sama ne savait peut-être même pas ce qu’elle était, faut dire qu’ils n’étaient pas « courants » dans les villes. Sa « téléportation » pouvait autant être considérée comme une technique avancée des arts shinobis – ce qu’elle n’était pas au passage – ou comme une impressionnante rapidité. La nomade n’avait pas honte de ce qu’elle était, mais au vu de leur réputation, elle ne le criait pas sur tous les toits pour autant. Haiiro l’incita à le suivre, car ce monsieur n’était pas du genre à patienter sans faire de caca nerveux. A l’état de bambin, il avait probablement été un éternel insatisfait, à toujours vouloir plus. Ou peut-être pas du tout, elle ne le connaissait pas après tout.


« Hé, t’as pas répondu. J’risque que’que chose ? Non parc’que sinon, la porte est pas loin quoi. », fit-elle en souriant, quelque peu intriguée.

Ether ne savait pas à quoi s’attendre. Non pas qu’elle était inquiète, elle l’était rarement, mais le portrait que lui en avait dressé son collègue de soirée n’était pas le plus flatteur qui soit. Peut-être qu’il n’était pas content de sa chance, que c’était mauvais pour son business ? Ou alors, peut-être qu’il voulait jouer aux cartes lui aussi !

« Il veut p’têtre faire une partie d’cartes avec moi, nan ? … Ou il joue pas lui ? », elle tira légèrement la manche du garçon, « Honnêt’ment, ça va bien s’passer ? Tu risques rien ? », demanda-t-elle, soucieuse de ne pas causer de dégâts à cause de sa présence en ces lieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Mer 8 Nov 2017 - 18:47

Encore une fois touché par la bonne humeur et la douceur d’Ether, conserver une expression de marbre me demande une volonté surhumaine. Cette gamine est si gentille et espiègle que toute cette situation me dépasse. D’un côté, je dois faire ce qui m’est demandé. Si Kuro-sama demande quelque chose, je dois le satisfaire. Tel est mon rôle. Je n’ai d’autres choix. D’un autre côté, il est évident que cet entretient n’annonce rien de bien. Le nouvel arrivant de la pègre de Kaze n’est pas un enfant de chœur et j’aimerais mieux garder Ether hors de la poigne influente et effrayante de la mafia.

Quoi qu’il en soit, ici, dans cette salle, je n’ai d’autres choix que de mentir. Elle doit me suivre. Je dois conserver les apparences ici, au moins. Alors que la jeune femme blonde tire sur mes vêtements, je me tourne, essayant de conserver la même expression froide. Je l’écoute et hoche de la tête.

« Bien-sûr, » réponds-je. « Tout ce déroulement bien et sans accro. »

J’observe la pièce. Personne ne s’intéresse à nous.

« Kuro-sama a probablement quelque chose à vous proposer, mais je ne sais pas quoi. Allons le voir pour entendre sa proposition. »

Sitôt ces mots prononcés, mon corps se remet en marche vers la sortie alors que mon esprit se penche sur la situation. Je cherche à trouver un moyen de nous sortir tous deux de cette impasse. Je n’ai d’autres choix que d’emmener avec moi cette dame qui a la capacité de se téléporter et d’être insensible aux coups physiques pour une raison qui m’échappe encore.

*Comment pouvons-nous éviter d’atteindre l’objectif sans que je passe pour un faible qui n’arrive pas à transporter un enfant jusqu’à son patron? Qu’est-ce que Kuro-sama veut avec cette femme?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Sam 18 Nov 2017 - 12:20



Haiiro restait aussi impassible que les rochers qui gardaient l’entrée de son campement dans les montagnes. C’était marrant de voir aussi peu d’expressions sur un visage humain, presque fascinant. C’était une de ses passions ; observer les êtres humains. Ils étaient si imprévisibles, si divers ! Il y avait tellement de choses sur leur face, dans leurs yeux et dans leurs gestes. Parfois, elle ne comprenait pas leur comportement, ni leurs émotions, mais c’était ce qu’elle appréciait dans ces longs moments d’étude, la découverte. Lorsque le garçon lui répondit que tout se passerait bien, elle eut étrangement l’impression qu’il ne disait pas sincèrement la vérité, ou bien qu’elle était biaisée. Néanmoins, la jeune femme choisit de lui faire confiance, malgré ses doutes. Elle n’était qu’une débutante en sensorialité et elle avait encore beaucoup à apprendre. Selon ses dires, le dénommé Kuro-sama avait probablement une proposition à lui soumettre et qu’il ne coûtait rien de l’entendre. Oui mais si sa « proposition » ne lui plaisait pas, aurait-elle réellement la possibilité de dire non ? Avait-elle le choix ? La liberté commence dès lors que l’on choisit sa voie, et ce n’était pas le cas ici.

Ether devait se montrer prudente, très prudente.
Si elle n’était pas en mesure de s’en sortir seule, il lui faudra appeler à l’aide. L’Ancien avait des yeux partout – elle se demandait encore comment – il était probable qu’il connaisse déjà sa position, mais il ne pouvait pas deviner si elle était en danger… Cette entrevue serait un excellent exercice dans son apprentissage de Première. Il était nécessaire qu’elle sache comment réagir dans des situations délicates de ce genre et parvenir à maintenir en sécurité son peuple, en imaginant qu’il était à ses côtés. Ça ne devrait pas être réellement compliqué, elle ne vivait que pour la prospérité des siens. Mais tout de même, c’était assez inédit. La nomade avait certes eut affaire à des bandits qui avaient tenté – et je dis bien tenté – de la dépouiller, et elle s’en était sortie sans taper quiconque, et sans aucune égratignure. Serait-ce le cas cette fois-ci ? Entre des idiots avides et un parrain de ce qu’Haiiro appelait la Mafia – allez savoir ce que cela signifiait, un club de belote peut-être - ce n’était pas la même limonade. La blonde n’était pas stupide, elle savait pertinement que ça chauffait un peu pour son derrière, mais d’un autre côté, la curiosité et la volonté de ne pas mettre dans l’embarras son camarade l’incita à suivre ce dernier sans rouspéter.


« Hé ? Imaginons qu’dans l’hypothèse, imaginons hein, que j’n’arrive pas à destination ou qu’je « disparaisse » malencontreus’ment (elle eut du mal à prononcer ce mot) sans que t’y puisses rien durant l’entrevue, est-c’que t’auras des problèmes ? »

Elle ne voulait pas mettre en danger quiconque d’autre qu’elle-même dans cette histoire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Sam 18 Nov 2017 - 21:50

Sans arrêter, cette fois, pour inviter Ether à me suivre, je me gratte le menton. Il est vrai que s’il elle disparaissait durant la rencontre, ça lui permettrait de fuir facilement tout en m’évitant des problèmes puisque, en fait, je ne serai pas la cause de sa disparation. Ma tâche est de l’emporter jusqu’à destination. Une fois sur place, ce qu’elle fait n’est plus de mon ressort. À quelques pas du seuil, je regarde l’enfant non seulement pour m’assurer qu’elle me suive, mais pour lui répondre d’un subtil hochement de la tête puisqu’une réponse plus claire que ça pourrait m’être problématique si jamais elle était entendue par un des hommes de Kuro-sama.

Sous la lumière blafarde de la pleine lune, nous traversons une partie de la ville. Les marchands et fêtards qui sortent lorsque la chaleur et l’humidité baisse une fois le soleil couché sont particulièrement silencieux, aujourd’hui. En fait, une grosse partie de notre trajet se fait sans que nous croisions de civils ou de gardes, ce qui me met curieusement sur mes gardes.

Toutefois, nous atteignons l’édifice sans encombre. Il s’agit d’une bâtisse à appartements qui fait cinq étages. Tout en briques brunes, la structure doit pouvoir contenir pas loin d’une vingtaine de ménages. Lorsque nous arrivons à la porte principale, toutefois, deux hommes en complets nous arrêtent. Je fais signe à Ether d’attendre et je vais discuter avec eux.

« Haiiro. Je suis avec la gamine de la soirée Poker. »

Le premier ouvre la porte tandis que le deuxième me prend mes sabres. Comme toujours, j’ai une petite réaction lorsque je perds ce que je considère être l’extension de mon corps, mais je les lui laisse.

« C’est au dernier. Numéro 22. »

Sans ajouter quoi que ce soit, j’entre dans l’immeuble en faisant signe, de nouveau, à Ether.

« Attendez, » dit le premier, un peu plus zélé. « Est-ce qu’elle a quelque chose sur elle? »

Je me retourne, sourcils froncés.

« C’est un enfant, » lui réponds-je. « Elle peut se téléporter. Je crois qu’elle n’a pas besoin d’armes. »

« Il faut la fouiller quand même, » m’explique le deuxième de sa grosse voix. « C’est le règlement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Mar 21 Nov 2017 - 23:37



Haiiro ne lui répondit pas clairement, seulement un hochement de tête en guise d’acquiescement.
La jeune femme prit ça pour un oui. Ils finirent par sortir de l’immeuble pour se rendre dans la rue. La lune était particulièrement belle ce soir et la nomade l’observa silencieusement tout en continuant de suivre le garçon. Elle pourrait fuir dès maintenant si elle le désirait, mais sa curiosité la poussait à s’y rendre. Après tout, elle découvrirait une nouvelle facette de certains humains, et ça c’était fascinant. Contrairement à la rue dont était venue Ether, bondée de restaurants et de monde, celle-ci était aussi vide que le creux d’un arbre mort. C’était étrange, mais la demoiselle n’y prêta pas plus attention que ça. Elle comprit qu’ils étaient arrivés à bon port lorsque son camarade lui imposa de ne pas bouger, avant de se diriger vers l’entrée gardée par deux grands messieurs. La Gogyou attendit bien sagement, même si elle ne perdait pas une miette de ce qui se disait.

Le terme « gamine » la fit grandement sourire, presque rire, car elle avait après tout une vingtaine d’années à présent. Son visage lisse, ses traits délicats et son sourire permanent lui retirait plusieurs printemps. De plus, elle ne vieillissait pas à la même vitesse que les humains. L’Ancien avait probablement plusieurs siècles et toujours aussi vigoureux, des cheveux blancs et des rides certes, mais le dos et le port du cou toujours droit, un corps puissant et sec… Son propre père à Ether semblait avoir une trentaine d’années, et encore, alors qu’il était en réalité bien plus âgé. Lorsqu’Haiiro aurait 30 ans par exemple, elle aurait probablement le même faciès qu’aujourd’hui, à peine plus adulte. Dans un sens, c’était un peu triste, car si elle ne se faisait pas tuer avant, l’élémentaire verrait probablement beaucoup de ses amis humains dépérir avant de finalement disparaître. Chassant bien rapidement ces pensées maussades, elle reporta son attention sur leur conversation. Le lieu de rendez-vous se trouvait au 22, au dernier. Dernier étage sûrement. Le sunajin lui fit signe de le suivre et elle s’exécuta en trottinant. Mais soudainement, l’un des hommes les arrêta, demandant si elle avait quelque chose sur elle. Comme quoi ? Haiiro rétorqua que ce n’était qu’une enfant – elle sourit encore – et qu’étant donné ses capacités, des armes ne lui était sûrement pas utiles. Honnête, la demoiselle ajouta ;


« J’suis pacifique. Les armes, j’touche pas. », toujours son sourire angélique et sincère sur les lèvres.

Fort peu commode, l’homme exigea néanmoins de la fouiller. Ether n’attendit pas qu’il pose les mains ou non sur elle, son père lui avait maintes fois répété de ne pas se laisser toucher sans son accord, bien qu’elle n’en saisissait pas le réel propos derrière ces paroles. La jeune femme coopéra sans rouspéter, au contraire, avec une grande joie non dissimulée.

« Oh bah attendez, j’vais vous montrer ! », elle délia l’écharpe de ses épaules et la secoua pour montrer qu’il n’y avait rien ici, avant de détacher doucement celle sur ses hanches. Celle-ci lui servait de « sacoche ». Elle sortit au fur et à mesure de ses paroles les-dits objets,
Spoiler:
 
« Alors, ça c’mon vieux Uno, vous connaissez ? C’super comme jeu, ‘suis super balèze, faudrait tester un d’ces quatre ! », elle sortit un sachet kraft qu’elle tendit au monsieur, « ça, c’est des pâtes d’fruits séchés. C’ma mère qui les a faites, c’suuuper bon ! Tenez, j’vous les laisse, cadeau. La p’tite poudre blanche autour, secret d’famille ! Ça relève un peu l’goût, j’vous dit. », elle sortit deux-trois bricoles avant de terminer, « Du papier pour noter, un crayon d’argile pour écrire… J’crois qu’c’est tout. »

Elle le regardait avec une innocence si sincère que ça en était presque touchant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Jeu 23 Nov 2017 - 18:24

Obligeante, Ether défait une partie de sa tenue pour lui montrer les objets qu’elle transporte. Je surveille la scène, ennuyé par la perte de temps. Alors qu’elle détache le morceau de tissu qui pendait de sa taille, le regard du garde change. Mes sourcils se froncent lorsque je reconnais la lueur qui se met à briller au fond de l’œil de l’homme. Il fait un pas et lève une main.

« Il faut voir ce que tu caches sous le reste, » dit-il accompagnant ces paroles d’un sourire répugnant.

Sans attendre une fraction de seconde, mon sabre s’extrait de son fourreau et je plaque violemment le pervers contre le mur, approchant mon visage jusqu’à ce que mon nez touche le sien. Je peux voir la surprise et, surtout, la terreur dans ses yeux au moment même où ma lame touche sa gorge.

« Haiiro… » prononce l’autre d’une voix plaintive.

Sans quitter le vicieux du regard, tout en glissant doucement la pointe de mon arme le long de sa jugulaire, j’inspire longuement.

« Personne ne touchera Ether; Kuro-sama veut la voir indemne. »

Je délaisse ma prise et pousse de nouveau le garde de ma main libre.

« Elle vient avec moi, nous rentrons. Veuillez vous taire dorénavant. »

Je jette un coup d’œil au partenaire du dépravé qui acquiesce d’un mouvement de tête. Je fais signe à Ether et entre dans le bâtiment.

« Ils ne sont pas tous comme lui, » lui expliqué-je une fois rendu plus loin, en ouvrant la porte. « Oui, nous sommes des criminels, mais la plupart d’entre nous n’ont pas choisi cette voie et, même pour ceux qui ont opté pour vivre dans ce monde, la majorité est honorable, respectueuse et inoffensif pour les civils. »

Monter jusqu’au dernier étage par les marches prend un certain temps. Évidemment, je pourrais courir, sauter et agir comme un bon petit Ninja, mais ce n’est pas ainsi que les hommes de Kuro-sama agissent. Il veut toujours mieux d’être sobre et subtil. C’est pourquoi c’était dangereux pour moi, ce que j’ai fait plus bas. Il pourrait avoir des conséquences à ce genre d’acte.

*J’espère que ça ne reviendra pas m’attaquer par derrière,* pensé-je alors que nous atteignons enfin notre objectif.

Dans le couloir de l’étage où se trouve le chef de la famille mafieuse de Kaze, il doit y avoir une vingtaine de gangsters. Ils nous dévisagent tous, mais je garde mon sang froid. Ce n’est pas le moment d’avoir une réaction suspicieuse.

*Si vraiment j’arrive à voir Kuro-sama, je pourrai le communiquer au Seigneur du Vent!* me dis-je, conservant l’expression froide qui me sert de façade. *En quelques minutes, je pourrai avoir plusieurs Shinobis ici et ils pourraient capturer tout le monde, mais, si ce n’est pas lui, ma couverture sera exposée…*

Nous arrivons face à une simple porte en bois sur lequel, en lettre de métal rouillé, est inscrit vingt-deux. Du bout des doigts, je cogne.

« Oui? » répond une voix.

« Haiiro pour Kuro-sama. Je suis avec Ether, la jeune femme qui a gagné au poker. »

Un silence s’installe pendant un instant. Puis, quelques mots sont prononcés, mais je n’arrive pas à les comprendre. Le moment d’après, la porte s’ouvre sur une grande pièce complètement inondé de pénombre. Il est impossible, quelques pas devant, de voir quoi que ce soit. Je mets la pied devant et pénètre dans la salle.

« Stop! » déclare une voix grave.

Je m’exécute et lève le bras pour indiquer à Ether d’arrêter aussi.

« Bien. »

Le silence revient. Je ne suis pas réellement certain, mais je crois qu’il y a le souffle d’au moins quatre personnes.

« Fermez la porte, » demande une deuxième voix, plutôt rauque celle-ci.

Sans que nous ayons quoi que ce soit à faire, avant même que je me retourne pour le faire, la porte se referme doucement, ne laissant qu’un très faible rayon de lumière passer entre les trous de son cadre. Les ténèbres sont profondes. En se forçant, il est possible de voir des silhouettes plutôt floues à quelques pas devant nous.

« Alors, Ether, » commence une troisième voix, légèrement soufflante et sifflante. « Tu aimerais travailler pour nous? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Ven 24 Nov 2017 - 14:41



Alors que la jeune femme présentait naïvement tout ce qu’elle avait en sa possession, un fait lui échappa totalement. L’homme souhaitait voir ce qu’elle cachait sous le reste. Naturellement hermétique à ce genre de sentiments/pulsions, Ether ne comprit absolument pas ce qu’il entendait par là. Elle vérifia en se tapotant partout et secoua la tête.

« Bah y’a rien d’pl… »

La nomade ne put terminer sa phrase qu’Haiiro, sabre au poing, plaquait contre le mur de la bâtisse le garde. Un peu hébétée par la situation, la blonde ne prononca pas le moindre mot et se contenta de resserrer ses écharpes usées par le sable et le temps. Le sunajin leur imposa qu’il n’était pas question de la toucher, que ce soit eux ou d’autres, car le boss souhaitait la voir en bonne santé. Donc ce Kuro-sama avait bien des projets pour elle si ça exigeait qu’elle se porte bien. Une fois que son camarade fut entendu par les deux armoires à glace, il fit signe à Ether d’entrer dans le bâtiment avec lui. Une fois à l’intérieur, il lui expliqua que les criminels comme eux, n’étaient pas tous comme celui de dehors, que beaucoup ne prenait pas cette voie par plaisir ni forcément par choix. Malgré leur statut d’hors-la-loi, ils étaient pour la plupart honorable et respectueux. Ah mais sûrement, elle n’en avait pas la moindre idée, la demoiselle ne côtoyait pas souvent de criminels. Mais elle ne comprenait toujours pas le « ils ne sont pas tous comme lui », comme quoi en fait ?

« Pourquoi vouloir voir c’qu’y’a en-dessous ? Y’a rien à voir ! J’comprends pas trop. », dit-elle intriguée en baissant la tête sur sa poitrine, « AH, attends, j’viens d’comprendre j’crois ! J’oubliais qu’les humains ont que’que chose avec la nudité. », ajouta-t-elle en souriant.

Effectivement, chez elle, être nu(e) ne posait aucun problème.
Seul son père refusait que quiconque du sexe opposé ne la voit elle en particulier, donc pas le droit au bain collectif. Sauf si elle était déjà dans l’eau, ou alors avec une sorte de maillot. C’était stupide, mais Ether ne rechignait pas si ça lui permettait d’être avec toute la tribu dans l’eau. L’élémentaire restait très naïve quant aux intentions du garde traumatisé par Haiiro dehors, mais il valait mieux qu’elle n’en sache pas plus pour l’instant, une chose à la fois.

Le duo monta les marches une par une, autrement dit, le voyage fut long, mais la Gogyou ne rouspeta point et continua d’avancer tranquillement, parfois en chantonnant une joyeuse mélodie. Le sunajin, quant à lui, semblait préoccupé. Ils traversèrent un couloir bourré de monde, chaque personne les suivant du regard. Polie, la demoiselle leur souriait parfois en agitant une main en guise de salut. Inutile de vous dire que pas un seul d’entre eux ne la salua en retour. Bon ok… Finalement, ils arrivèrent face à une humble porte flanquée du numéro vingt-deux. Après quelques mots, la porte s’ouvrit et ils entrèrent. A peine quelques pas qu’on leur demanda déjà de s’arrêter. Toutes ces règles et ces ordres… De nature tempétueuse, Ether avait bien du mal à rester en place. Telle le vent, elle se devait être en constant mouvement, libre de toute entrave. La porte se ferma derrière eux, les plongeant dans une profonde obscurité.

Sentant le danger comme lorsque leur caravane se faisait attaquer en pleine nuit, la nomade mit à exécution ce qu’elle avait appris auprès de l’Ancien. Elle était peut-être joyeuse, naïve et innocente, mais elle n’était pas idiote et loin d’être imprudente. Ecoutant ce que l’air avait à lui dire, elle détecta la présence de quatre personnes. L’une d’entre elles respirait peu, comme pour masquer sa présence, pour autant, leurs diverses positions lui apparut clairement. Un sur la gauche à au moins une demi-douzaine de pas de lui, deux au fond de la pièce, entourant un dernier homme. Les faibles rayons de lumière permettait vaguement de voir « physiquement » ces personnes, mais elle s’en fichait un peu vu qu’elle les sentaient. Ether était aux aguets, prête à agir si nécessaire, mais elle ne perdit rien de son sourire, attendant patiemment de connaître la raison de cette convoquation. La réponse ne se fit pas attendre et fut on ne peut plus claire. Travailler pour eux ? Penchant légèrement sa tête sur le côté en guise d’interrogation, elle répondit franchement ;


« Pourquoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Ven 24 Nov 2017 - 18:29

« Pourquoi voulons-nous que tu travailles avec nous? » demande la voix de serpent alors que ma mâchoire se serre et que mes sourcils se froncent plus qu’ils ne l’étaient déjà.

*Merde! S’ils sont si nombreux, il y a de fortes chances pour que Kuro-sama n’y soit pas vraiment! Je doute qu’il soit l’un d’entre eux. Je suppose qu’il y en a un qui se fait passé pour le chef… Je suppose qu’il y a plusieurs bâtiments comme celui-ci où se trouvent d’autres hommes mandatés d’agir en tant que Kuro-sama.*

Un léger son de cognement de porcelaine laisse croire que quelqu’un en avant de nous a déposé une tasse ou une coupe.

« Parce que tu as des talents qui nous intéressent! Tu seras grassement payé pour tes services, évidemment, » conclue-t-il avec un subtil bruit de gloussement.

À sa droite, un des hommes bougent avant de prendre la parole.

« Si ta question est plutôt "pourquoi est-ce que j’accepterai", la réponse sera très différente, » reprend la voix plus gutturale. « Moins, disons, plaisante… »

Un silence lourd de sens s’élève. Il n’y a aucun son en-dehors de nos respirations plus ou moins subtiles et des battements de mon cœur. Je n’arrive pas à décrisper, ne sachant pas à quoi m’attendre avec ces hommes.

*Dans quel bordel sommes-nous tombé?* me demandé-je.

Comme s’il lisait dans mes pensé, la première voix que nous avons entendu en entrant rompt le mutisme collectif.

« Haiiro, tu peux partir, » énonce la voix grave et autoritaire.

Me faire tutoyer m’irrite, mais je ne relève pas. Ce n’est pas le moment, vu l’ambiance et les risques pour Ether. Sans arriver à la voir, je jette un coup d’œil vers la jeune femme aux traits si enjoué habituellement.

*Je suis pieds et poings lié,* me dis-je.

Je secoue la tête et je me retourne.

*Désolé… Je ne peux pas…*

Tentant de conserver une expression neutre, je fais chemin inverse et ouvre la porte pour quitter la pièce, laissant la lumière filtrer à l’intérieur sans qu’elle ne puisse éclairer les propriétaires des propos ambiguës.

« Ferme derrière toi, » termine-t-il au moment où j’atteins le seuil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Lun 27 Nov 2017 - 13:29



La réponse n’étonna pas franchement la jeune femme.
Ses « talents » les intéressaient. Bien sûr. Qui ça n’intéresserait pas d’avoir sous son contrôle, une personne capable d’entrer et sortir sans être vue, capable d’éviter les coups et tout le shebang ? La mention d’un paiement astronomique ne la fit pas réagir, car quiconque la connaissait, saurait que l’argent n’éveillait en elle aucune lueur d’avidité, bien au contraire. Elle était du genre à donner ce qu’elle avait. Les seules fois où elle transportait de la monnaie, c’était lorsqu’elle devait faire des courses pour les siens, les éléments qu’ils n’étaient pas en mesure de se procurer ou de produire. L’assurance avec laquelle parlait cet homme la fit sourire. Cette arrogance que possédaient certains humains était fascinante. Cette profonde conviction qu’ils avaient à croire que l’argent était le moteur de tout un chacun, que le tintement de plusieurs piécettes pouvait faire chavirer le plus honnête des hommes… Captivant ! L’étranger un peu trop zélé se permit de proférer une menace à peine cachée à son attention si par malheur elle refusait. Oui, et bien c’est bête parce qu’elle comptait évidement refuser. Si elle n’était pas devenue ninja – hormis le fait que la blonde était une nomade du désert doublée d’une Gogyou ce qui rendait l’entrée à l’Académie compliquée – c’était en partie pour les actes à commettre, contraire à ses convictions pacifiques. Entrer au service d’un criminel pour probablement voler les gens, c’était plus ou moins dans la même veine. Alors mon mignon, désolée, mais non !

Pour autant, Ether ne répondit absolument rien, laissant le monsieur parler tout seul, tellement certain de sa supériorité sur cette « gamine ». Bizarrement, l’élémentaire n’était pas effrayée. Elle avait eu affaire à bien pire que ces criminels notoires, vu des choses qu’elle n’oublierait jamais. Peut-être qu’il se permettrait de menacer sa tribu – si seulement il parvenait à la trouver – mais qu’il s’y rende seulement. L’accueil ne sera pas aussi chaleureux que son sempiternel sourire. Elle n’était pas seule pure élémentaire, et bien qu’ils étaient pacifiques, quiconque menaçait les leurs devait s’attendre au déchaînement des éléments. Heureusement, rare étaient les fois où cela s’était produit, et la demoiselle n’était pas pressée de revoir ce spectacle terrifiant. Elle pouvait comprendre la peur que leur nature et leurs capacités puisse insuffler, même si cela ne la ravissait point… Un des hommes demanda – ordonna plutôt – à Haiiro de quitter les lieux. Le garçon semble hésiter un dixième de seconde à peine avant de tourner les talons. Ether comprenait qu’il ne pouvait pas agir au risque d’en subir les conséquences, elle lui adressa un sourire amical accompagné d’un signe de la main signifiant « A plus tard ! ». Puis, elle reprit la parole.


« Me suis mal exprimée t’à l’heure. C’tait pas pour quelle raison, j’sais très bien c’qui vous intéresse. Nan, ma question, c’tait pour quoi faire ? Y’a des choses qu’z’êtes pas capable d’faire pour vouloir enrôler une gamine comme moi ? », dit-elle tranquillement en se balançant légèrement sur chaque pied. « Et si j’vous dis qu’l’argent m’intéresse pas, vous offrez quoi en substitut ? », ajouta-t-elle en souriant d’un air amusé.

Ether savait qu’elle jouait avec le feu.
Mais en avait-elle réellement quelque chose à faire ? Non. C’était amusant de rencontrer différents types d’humains, même les pires.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Mar 28 Nov 2017 - 18:42

Trois pas, c’est la distance que je dois parcourir pour quitter la pièce.

Au premier, je réalise une chose : je ne peux pas agir vêtu comme je le suis présente. Ça signifierait de mettre de côté une filature et une infiltration de plusieurs mois. Je sais que la vie d’Ether est en jeu, mais j’ai des obligations, des responsabilités, qui m’empêchent de pouvoir m’impliquer.

Au deuxième, je me dis que dorénavant je devrais avoir un moyen de transporter avec moi un masque et des habits qui me permettraient d’agir. Habituellement, vêtu comme je le suis lors des missions, contrairement à lorsque je suis occupé dans mes activités criminelles, les gens ne me reconnaissent pas. Dans le monde des Shinobis, je porte un Kimono ou d’autres habits amples, mes cheveux sont hirsutes, je transporte plusieurs sabres, j’ai des pièces d’armures. Inversement, je revêts un complet, des lunettes fumées et mes cheveux sont tirés vers l’arrière grâce à du gel coiffant. Je suis méconnaissable. Si seulement j’avais accès à ces habits, je pourrais tenter quelque chose.

Et, au troisième, alors que ma main tire sur la poignée, je me demande toujours quelle est la meilleure piste d’action. J’ai plusieurs choix : quitter lentement et, ensuite, me hâter jusqu’au palais pour avertir, voler des vêtements et me masquer ou me battre ici et risqué de mettre en péril tout mon travail.

La porte se ferme lentement, sans un son, derrière moi et je cesse de bouger. Je regarde autour de moi, incertain de la meilleure voie. En attendant, je m’appuie contre le mur à côté de la porte et je fais mine d’attendre des directives alors qu’au fond, j’écoute discrètement ce qui se dit à l’intérieur. Les hommes ne parlent pas fort, mais j’arrive à entendre une bonne partie de la conversation.

« …ma question, c’tait pour quoi faire? Y’a des choses qu’z’êtes pas capable d’faire pour vouloir enrôler une gamine comme moi? Et si j’vous dis qu’l’argent m’intéresse pas, vous offrez quoi en substitut ? »

Il y a un long silence, puis un gloussement sifflant.

« C’est une coriace, » prononce la voix nasillarde et sifflante.

« Soit, » continue la voix grave. « Nous avons besoin de quelqu’un pour récupérer certains objets. Pour chaque objet, nous réaliserons un de tes rêves. »

« Par contre, » déclare la voix la plus lugubre. « Pour chaque refus, un nomade sera tué. »

Un autre silence s’élève. Je m’efforce de garder une attitude neutre, mais cette nouvelle me trouble. Il faut que j’informe les autorités coûte que coûte. Malgré moi, je sens mes poings se refermés. Alors, je m’oblige à croiser les bras et feint de me replacer plus confortablement.

« C’est inutile de t’en prendre à nous, » reprend la première voix, « puisque l’ordre est déjà donné. On ne peut pas trouver les gens comme… Comme toi si facilement, mais des gitans dans le désert, il y en a plein! »

La voix de serpent glousse de nouveau de cette façon si répugnante. J’avale difficilement ma salive.

« Je sais que vous les…euh… Les gens d’éléments… Je sais que vous êtes plutôt contre les massacres et que vous aimez les humains. Donc, il vaut mieux nous écouter. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Mer 6 Déc 2017 - 13:15



Ether reste toujours fière et digne, malgré la dangerosité de la situation.
Ces hommes sont des criminels, se permettant de la toiser de leur air suffisant, persuadés d’avoir un pouvoir sur elle et les siens. Ils se trompaient. Personne n’avait de pouvoir sur eux, et ils l’avaient suffisament prouvé au cours des derniers siècles, l’Ancien en premier. Elle prit le fait d’être considérée comme « coriace » comme un compliment, et écouta attentivement la suite. Des objets à récupérer en toute discrétion, ni vu ni connu, ce dont elle était tout à fait capable de faire, et pour chacun de ces produits, ils réaliseraient l’un de ses rêves. Elle eut un nouveau sourire amusé. Ils n’étaient pas en mesure de réaliser le seul rêve qu’elle possédait, et elle le savait. C’était un travail de plusieurs siècles qu’Ether et les siens tentaient d’achever ; l’acceptation de leur race comme une espèce vivante à part entière. Plus de discrimination, plus de haine, juste la tolérance. Et il n’y avait que les Gogyou pour parvenir à créer un tel équilibre étant donné que c’était leur souhait, et certainement pas des malfaiteurs comme ces hommes. Dans un sens, ils ressemblaient un peu à la personne qui se disait chef de leur clan, cet assassin de Tsuyoshi, meurtrier de l’ancien chef, le généreux Etsukazu.


« J’suppose qu’ces objets, faut les prendre d’façon illégale, hein ? ça s’rait pas drôle sinon. », demanda-t-elle alors qu’elle connaissait probablement la réponse.

Et lorsque l’un deux ajouta que pour chaque refus, un nomade serait tué, la jeune femme conserva son calme.

« Un des miens, ou un comme ça qui s’balade tranquillement dans la rue ? Z’êtes vach’ment intéréssé par c’que j’suis pour vouloir tenter d’tuer un d’chez moi. Ça va être marrant quand vous arriverez là-bas. Si vous y arrivez. », dit-elle en faisant apparaître une petite bille d’air, avant de la faire passer tranquillement entre ses doigts.

Ils répondirent ensuite à sa précédente question.
Ce n’était pas l’un des siens qu’ils assassineraient, mais plutôt un nomade au hasard, étant donné qu’il n’était pas aisé de trouver un élémentaire. Sans blague ? C’était assez fascinant de voir jusqu’où un humain pouvait aller pour obtenir ce qu’il voulait. Ils étaient prêts à éradiquer tous les « gitans », comme ils disaient, du coin juste pour pouvoir se servir de sa discrétion naturelle ? Hé bé, pour un peu elle se sentirait flattée, mais c’était loin d’être le cas. Bon, et bien, c’était officiel, ces hommes étaient des êtres détestables. Rien à sauver.


« Oh mais j’suis pas agressive vous savez ! … Mais j’peux m’forcer quand c’est nécessaire. », dit-elle avec un immense sourire presque joyeux.

Cet homme disant s’appeler Kuro-sama, était étrangement hésitant par moment.
Selon les dires d’Haiiro, c’était le maître du réseau, mais elle s’était attendu à quelqu’un de digne, de « respectable » malgré son statut de criminel. Là, la nomade avait le sentiment d’être face à un vulgaire sous-fifre, se contentant de balancer des menaces – en bluffant peut-être – et agiter des bras pour faire croire que « oh je suis méchant ».


« Vous êtes bien renseignés, nous sommes pacifiques. En majorité. Moi, j’aime les humains, mais pas n’importe qui. », ellc continuait de jouer sans regarder, avec sa bille. « Dites-moi, Kuro-sama c’bien ça ? J’vous imaginais… Mh, j’sais pas comment l’dire… Plus impressionnant. Qui m’dit que j’parle au chef et non à une doublure ? Si vous voulez qu’on passe un marché, contrat, j’sais pas comment qu’ça s’appelle chez vous, j’aim’rais bien qu’on m’accorde un peu plus d’considération. Surtout si vous comptez tuer des frères à la pelle. », conclut-elle d’une voix neutre.

Bon, ok, elle jouait carrément avec sa vie maintenant.
Peut-être qu’en gagnant du temps, Haiiro aurait le temps de faire… Un truc ou j’sais pas trop ce qu’il fait. Mais la demoiselle gagnait aussi du temps pour elle-même. En les faisant parler, elle glanait des informations qu’elle pourrait éventuellement partager. Peut-être que c’était vraiment Kuro-sama, ou alors une doublure et même peut-être qu’il s’avèrerait que Kuro-sama était plusieurs personnes à la fois se partageant un rôle. C’était un gros coup de poker un peu suicidaire. Dans le pire des cas, Ether disparaîtrait. Et elle espérait que cela ne porterait pas préjudice à son camarade sunajin.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Jeu 7 Déc 2017 - 18:21

« Oh oh oh, » glousse une des voix. « Elle est perspicace cette petite! »

Soudainement, ça me frappe! Adossé au mur, je n’avais pas réalisé qu’Ether stagnait la conversation. Je ne sais pas si c’est volontaire ou non, mais c’est l’opportunité de quitter le bâtiment et de lui porter secours.

Je me repousse du mur au moment où la voix sombre prend le dessus.

« En ce qui te concerne, nous sommes la mafia de Kaze. Nous dirigeons. »

À quelques pas, je n’arrive plus à entendre quoi que ce soit.

*Patientez encore quelques minutes, Ether.*

Un des gorilles m’arrête en plaçant sa main sur mon épaule, me défiant du regard.

« Haiiro, n’attends-tu pas la gamine? »

Mon expression se renferme.

« De quel droit me tutoyez-vous? » lu demandé-je, la mâchoire serrée.

« Je… »

Je frappe sa main du revers de la mienne.

« Je n’ai pas à vous répondre, » lui dis-je aussitôt en continuant ma marche vers la sortie alors qu’il était encore bousculé.

Une fois dans la cage d’escalier, je tends l’oreille. Il ne semble y avoir aucun son. Je me lance entre les marches et passe rapidement d’un étage à l’autre. Subtilement, je me faufile à l’intérieur du corridor donnant sur l’étage inférieur.

*Elle peut se téléporter. Les objets passent au-travers d’elle,* me dis-je pour me rassurer.

Une dans le couloir, j’inspire longuement tout en dégainant.

*Allons-y,* pensé-je.

Je retourne l’arme, la lame contre mon bras gauche puis, d’un mouvement sec, je tranche un bonne partie de ma chair jusqu’au muscle. Je dois me mordre la langue pour m’empêcher d’hurler, laissant passer que de faibles gémissements. Beaucoup de mon sang se déverse sur le sol.

*Ether, échappez-vous.*

Je prends position et concentre mon Aura en une sphère puis la laisse éclater autour de moi, causant un puissant tremblement. L’Aura est un peu comme une onde de choc. Utilisée dans un endroit fermé comme celui-ci, elle donne l’effet d’une déflagration. Des craques lézardent sur les murs, le plancher et le toit autour de moi, mais ce n’est pas tout. Ce n’était que la première phase de mon plan pour évacuer la nomade sans risquer ma couverture.

*Peut-être même la solidifer.*

Entouré de poussière et de petits morceaux tombants des parois du bâtiment, je concentre une fois de plus mon Aura. Cette fois-ci, je le canalise à l’intérieur de mon arme. D’un mouvement rapide, je frappe dans le vide devant moi. Une vague mortelle, tranchant, laissant une trainée grise apparaît et coupe, comme un couteau chaud dans du beurre, tout ce qui se trouve devant moi.

Le bruit est effrayant! Un craquement ahurissant déchirant la nuit.

La seconde d’après, je saute par la fenêtre la plus proche malgré la hauteur. Le sol avance vers mon visage à toute vitesse. Toutefois, je suis calme. Ce n’est pas la première fois que je fais ce genre d’action. Je sors mon Katana et le plante dans le mur, faisant tomber une bonne quantité de débris tout en me tirant un cri sous l’effort. C’est un immense stress au muscle que de soulever tout le poids de son corps lors d’une chute qu’avec un bras.

Lorsque finalement j’atteins le sol en tombant brutalement du premier étage, je roule, laissant une longue marque rouge derrière moi. Toute la bâtisse tremble et menace de tomber. À mes côtés, complètement confus, les deux gardes me regardent.

« Un Shinobi! » dis-je d’un ton autoritaire. « Il peut utiliser des sabres et avait un masque! »

Me faisant grimacer, je rengaine mon sabre.

« Il avait un bandeau de Suna. Il vaut mieux se dépêcher à fuir; d’autres suivront sûrement. »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Jeu 14 Déc 2017 - 15:47



D’après un des hommes, elle était « perspicace ».
Dans un sens, ça voulait certainement dire qu’elle n’avait pas entièrement tort au sujet de la véritable présence de Kuro-sama. A sa grande déception, Ether ne put détecter aucun mensonge dans leur dernière phrase, car effectivement, Kuro-sama ou non, ces hommes étaient de la mafia de Kaze, et dirigaient. Bon, et bien, la jeune femme n’était pas plus avancée que ça. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était gagner du temps. De sa place, elle ressentait la présence des criminels devant elle, mais également celles dans son dos, dans le couloir. Pas toutes - car sa technique devait être améliorée - bien qu’elle se souvenait avoir croisé un bon nombre de malfrats sur le chemin, mais elle reconnaissait la présence du sunajin. Ce dernier s’éloignait de la porte jusqu’à disparaître de son champ d’action. Alors, soit il envisageait de lui trouver une porte de sortie, soit il quittait tout bêtement les lieux, la laissant se débrouiller. Non pas que la nomade était incapable de se défendre, au contraire ! … Mais elle ne connaissait rien de ces hommes, peut-être qu’elle ne s’en sortirait pas indemne ou qu’il parviendrait à la contrer grâce à son manque d’expérience en terme de combat.
Ether avait cependant confiance en ses capacités, elle savait pertinemment qu’elle ne mourrait pas ici, ce n’était pas son destin. De plus, fallait pas se leurrer, son corps n’était que du vent. Mais malgré ça, la demoiselle ne pouvait s’empêcher de conserver une pointe d’appréhension, car il ne faut jamais être trop sûr de soi. Il suffisait d’une seconde d’inattention pour… Concentrée, elle devait rester concentrée. La Gogyou continua de gagner du temps à sa manière, toujours avec sa flegme légendaire.


« J’ai pas l’air com’ça, mais j’suis pas idiote ! », fit-elle en souriant joyeusement, donnant l’air que justement, elle était idiote.

« Je n’en doute pas, mais… », dit-il calmement avant de grincer entre ses dents, « … Ma patience a ses limites. »

« J’en doute pas, m’sieur ! Mais comprenez c’que vous m’demandez, voler des obets à des gens qu’j’connais pas d’manière illégale, sinon vous tuerez des nomades, c’pas super engageant comme début d’collaboration. », elle continuait de jouer avec sa boule d’air, « Si accord doit y avoir, l’mieux s’rait qu’ça s’passe tranquillement, sans menace. J’veux des garanties com’quoi. »

« Elle est plus dure en affaire qu’elle n’en a l’air ! »

« C’est vrai. Mais ici, c’est moi qui pose les conditions. Et… »

Il s’interrompit lorsqu’une violente secousse parcouru toute la pièce.
Ether se tint prête à se dématérialiser dans la foulée, récupérant la bille d’air dans son corps, ne sachant trop ce qu’il se passait. Elle pouvait ressentir et entendre les cris de stupeur ou de frayeur des criminels dans le couloir. Les murs se lézardaient, le sol se creusait de multiples fissures. L’une d’elle s’ouvrait sous ses pieds, et alors qu’elle allait s’en échapper d’un pas léger, elle eut une idée. Le groupe d’hommes était assez paniqué et surpris par cette attaque, c’était l’occasion de se faire la belle. La jeune femme fit comme si tout ce tintamarre digne de l’apocalypse la terrifiait plus que de raison, et lorsque la fissure s’ouvrit sous elle, Ether s’y laissa tomber en poussant un cri. Sans attendre, elle se dématérialisa, passant à travers les débris de mur, de sol, apercevant au passage des corps dont elle était capable de savoir s’ils étaient seulement évanouis ou bien morts. Elle traversa tout ce qu’elle put le plus rapidement possible, souhaitant s’éloigner de cet endroit. Pas sûr qu’ils pensent sérieusement qu’elle fut ensevelie sous les décombres, mais peut-être qu’ils lui laisseraient la paix à elle, son peuple et ses frères le nomades du désert. Ils ne mettraient pas tout Kaze à sang pour lui mettre la main dessus, ils trouveraient bien quelqu’un d’autre pour leurs magouilles, hein ? Oui, certainement, elle n’avait pas tant de valeur que ça, se disait-elle.

Une fois enfin dehors et débarrassée de tous ces copeaux de bois, elle se laissa sur un toit face au bâtiment où elle reprit forme humaine, à l’abri des regards dans la nuit. Hé bé, c’était limite ! Dans un sens, cette soirée avait été très instructive pour la jeune femme. De son perchoir, elle observa discrètement les mouvements, et elle put apercevoir un Haiiro, blessé. Ah zut, avait-il était écorché lors de cet éboulement ? Qu’est-ce qui avait provoqué celui-ci d’ailleurs ? ça ne pouvait pas être naturel… Peut-être que c’était lui ? Non quand même, il n’aurait pas tout fait pêter pour qu’elle sorte ? Dans le doute, Ether voulut vérifier qu’il allait bien, donc elle se dématérialisa à nouveau et s’approcha de lui en tant que brise. L’on aurait dit qu’une lame avait tranché dans la chair de son bras, c’était pas joli-joli… Elle flotta à ses côtés, essayant de voir si les hommes de la pièce étaient sortis, entendre ce qu’ils allaient dire à son sujet, s’ils la pensaient perdue ou non. S’ils ne ressortaient pas tout de suite, dans le doute, ne sachant trop s’il était l’auteur de cet éboulement ou non, la Gogyou voulut le remercier. Tout ce qu’il put ou crut entendre, était un très faible murmure un peu froid au niveau de l’oreille ressemblant à un « merci » soupiré.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether] Ven 15 Déc 2017 - 18:20

En un instant, des dizaines d’hommes tous vêtus de complet ou de beaux habits sortent de la moitié en train de s’écrouler. Je reconnais certaines des têtes du quatrième étage, mais il y a de nombreux autres membres de la pègre qui font leur apparition. Les trois silhouettes sombres peuvent être n’importe lequel d’entre eux comme personne ne sort de la masse.

« Vite, » hurlé-je quand suffisamment d’hommes sont sortis. « C’est un Shinobi masqué! »

Effrayés de se faire capturer et emprisonner par les Ninjas, les criminels s’éparpillent dans tous les sens comme des cafards sous la lumière. Personne ne cherche à aider qui que ce soit. Personne, sauf moi. Toute cette situation, l’immeuble détruit, mon bras ensanglanté, c’est pour éviter que le pire n’arrive à une très gentille damoiselle au sourire resplendissant.

Une brise légère, particulièrement douce, s’élève soudainement. Si soudainement que je crois être touché, frôlé. Je me retourne vivement, ma seule main disponible agrippant le pommeau de mon arme, mais il n’y a rien. Mon mouvement ou bien l’effet du vent dans la ruelle a un étrange effet sonore, comme s’il disait merci dans un murmure. Je fronce les sourcils, pensant aussitôt à la jeune dame possédant une chance inouïe.

*J’espère ne plus jamais vous revoir, Ether. Ce monde n’est pas pour vous,* pensé-je en soulevant un gangster plus frêle s’étant écrasé au sol lorsqu’un comparse, plus costaud, l’a poussé.

Je ne peux pas retenir l’inévitable : le building s’écroule soulevant un énorme nuage de poussière au-dessus de tout le quartier, réveillant tous les habitants à des kilomètres tellement le craquement est incroyablement puissant. Dans quelques instants, ce lieu sera plein de Shinobi qui investigueront l’origine criminelle de cet acte de vandalisme, mais, pour l’instant, l’écran de fumée nous permet de fuir et de nous cacher plus facilement.

Par ailleurs, l’état fébrile de la nation joue en notre faveur, toutefois, puisque plusieurs personnes revendiquent les actes terroristes comme celui-ci et cherchent, plus ou moins activement, à détrônée celle qu’on appelle le Seigneur du Vent, cette même personne qui m’a octroyée ma liberté sous certaines conditions.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Sacrée chance [PV: Ether]

Revenir en haut Aller en bas
 

Sacrée chance [PV: Ether]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Vent :: Kaze no Kuni :: Aketana-