N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Un futur radieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 56
Rang : C

Message(#) Sujet: Un futur radieux Sam 7 Oct - 15:26



« Un Futur radieux »


Les premiers jours en tant que ninja de Konoha ne furent pas très joyeux pour Nuiito. Les gens étaient toujours réticent à venir vers lui, alors lui demander de l'aide, n'en parlons même pas. Lui de nature si bienveillante, n'attendait que ça cependant. Vouloir être un ninja du Pays du Feu devait lui facilité se passage à l'acte, venir en aide aux autres . Ce ne fut pourtant pas le cas, pas tout de suite du moins . Son envie parfois compulsive d'aider était souvent mal interprété par les autres, se demandant si il ne préparait pas un mauvais coup, qui sur cette terre pouvait être autant enclin à vouloir aider les autres. Etre bon avait ses limites pour tout ses gens, donc ce drôle de trait de caractère ne faisait que pénalisé le pauvre Monjara. Il faut dire que trop souvent les gens jugent d'après les apparences, préférant même être déçu par ce jugement de " façade ". Il ne faut jamais se fiez aux apparences, le tambour, avec tout le bruit qu'il fait, n'est rempli que de vent.

Toutes personnes des sa naissances possèdent une grande ouverture d'esprit, ne se fiant qu'a leurs instinct. Si l’apparence peut être un frein, elle peut se faire facilement volé la vedette par la curiosité de l'inconnu. Les enfants sont certainement la preuve vivante de cette façon d'être. Ils peuvent dire sans sourcillé " Toi t'es moches, je t'aime pas ! " mais si leurs intérêts est piqués à vif par ce moche qu'il n'aime pas, il change d'avis aussitôt! La grande différence entre l'enfant est l'adulte est certainement le temps qu'ils mettent à changer d'avis, les enfants ne reste pas agrippés à leurs préjugés bien longtemps, tandis que les adultes si agrippes avec fermeté, ne cherchant pas à comprendre quand ils se trompent. Les enfants sont l'avenir de se monde, les pièces maîtresses d'un monde meilleurs, leurs façon d'être ne devrait pas être pollué par celle de leurs parents, mais plutôt encouragé.

Pour toutes ces raisons, les premières personnes à être devenu proche de Nuiito à Konoha furent les enfants du Pays du Feu. Finissant même par être le "grand frère" effrayant mais gentil de la majorité d'entre eux. Nuiito avait accepté se rôle avec plaisir, n'hésitant pas à prendre de son temps pour resté et joué avec ces nombreux frères et sœurs. Leurs parlants de sa vision du monde ninja entre deux jeux, ne cherchant pas à pollués leurs jeunes esprits, mais voulant tout simplement parler de ses ressentis. Bien qu'ils ne soient pas nombreux à comprendre ni même à écouter, il y avait un petit groupe qui sortait du lot. Toujours à l'écoutent, appréciant les jeux tout comme les histoires de leur grand frère. Ce groupe était composé d'une jeune Aburame introverti, mais chaleureuse avec les gens qu'elle connaissait; Un jeune Mamoru un peu tête en l'air, les yeux toujours rivé au ciel, mais avec une empathie sans pareil; Un jeune Sabakyô d'apparence fragile qui semblait trop souvent incompris, fuis par certains enfants à cause de son Clan, mais d'une gentillesse et d'un talent fou pour le dessin; Pour finir il y avait aussi deux jumelles Akimichi, ses deux la était deux pile électrique qui ne s’arrêtaient jamais! Les rares moment ou elles arrêtaient de bouger et de chahutés dans tout les sens était quand Nuiito leurs faisaient démonstration de son talent lié au Clan Monjara, mais aussi quand il leurs racontaient toutes sortes de contes Monjara.

Nuiito prenait soin d'eux quand leurs parents n’étaient pas la. Certain de ses parents s'étaient fait à l'idée, que leurs enfants s'amusent avec un Konohajin aussi effrayant. Tous n'étaient pas d'accord avec cette relation grand frère d'adoption, mais il y a un sujet sur lequel tout le mondes s'étaient mis d'accord, ses enfants était en sécurité avec le Monjara et s'amusaient comme des fous. Aucun d'entres eux ni même les enfants ne se rendait compte à quel point cela avait aider Nuiito à continuer d' aller de l'avant. Lui le monstre tout juste arrivé, trop effrayant pour se mêler aux autres, trop gentil pour être compris... Un futur à Konoha semblait dorénavant possible et offrait un avenir radieux au jeune Monjara. Les jeunes pousses Konohajins possédaient un pouvoir immense sans même le savoir, le pouvoir de l'espoir !



Monjara Nuiito




Dernière édition par Monjara Nuiito le Dim 8 Oct - 5:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 56
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un futur radieux Dim 8 Oct - 3:54



« Aburame Meimomushi »


La première rencontre entre la jeune Aburame et Nuiito se fit par hasard, un jour ou celui-ci s'était reclus dans une forêt non loin de Konoha. Celle-ci s'amusait toute seule dans son coin avec des chenilles, elle semblait heureuse et en connaitre long sur ses drôles de petits insectes, dont la particularité était leurs métamorphose en magnifiques papillons. Elle semblait admirer ses insectes et agissait avec eux avec précaution pour ne pas les blesser, la ou d'autre se serait certainement amusé à les torturés ou les écraser, elle en prenait grand soin. Cette façon d'être était vraiment le trait de caractère d'une personne bienveillante, mot que répète souvent Nuiito. Ce mot représentant beaucoup à ses yeux et qui ne devrait jamais être pris à la légère.

Le premier contacte fut pour le moins particulier. Nuiito dormais perché sur un arbre, mais son sommeil profond lui fit perdre l'équilibre, son réveil fut brutal quand il ressenti son corps chuté, mais avec de bon réflexe il utilisa le Jiongu pour se raccrocher à la branche sur laquelle il était perché. Il pendait dans les airs comme un jambon tandis que la jeune Aburame le regardait sans rien dire, sa préoccupation avait été de protéger ses précieuses chenilles qu'elle tenait dans ses mains. Les seuls mots qui sortir de la bouche de Nuit furent : « Bonjour » . Son apparence monstrueuse semblait évaporé par son entré en scène digne d'un film comique, car la jeune fille ne semblait pas vraiment apeuré, mais plutôt intrigué. Un ninja de son village était pendu sous ses yeux comme un jambon et ne semblait pas plus que ça préoccuper par la situation dans laquelle il se trouvait, tout bonnement grotesque. La situation ne s’arrangea pas car, chose que le Monjara n'avait pas vu c'était les insectes qui grignotait ses fils, il fini par tomber et pour la première fois un sourire apparu sur le visage de la jeune Aburame, cela était son oeuvre et elle semblait plutôt fière d'elle. Nuiito était tomber le cul par terre, une personne normal aurait hurlé et incendier de mot dur la jeune fille, mais il lui lança simplement : « Tu es vraiment doué pour une enfant ». Ses simples mots semblait avoir toucher la jeune Aburame qui se présenta sans réagir à la drôle de situation à laquelle elle avait assisté. « Je m’appelle Aburame Meimomushi, mais mes amies m’appelle Mei... ».

Une situation grotesque qui fini par une note positive, la rencontre de Nuiito et la jeune Aburame qui fut la première personne à ne même pas prêté attention à son physique effrayant, ni même son visage monstrueux. Chose rare qui désarma quelque peut le Monjara, cette simplicité enfantine à ne pas s'attarder sur des détails était touchant. Les adultes auraient beaucoup à apprendre des enfants à se sujet.







Dernière édition par Monjara Nuiito le Dim 8 Oct - 15:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 56
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un futur radieux Dim 8 Oct - 5:03



« Mamoru Yuurei »


Nuiito rencontra le jeune Mamoru sur un toit d'un des nombreux immeubles se trouvant à Konoha. Celui-ci se trouvait là, allonger sur le toit les yeux fixant fermement les nuages se mouvant dans le ciel. Si il n'était pas aussi jeune on aurait très bien pu croire qu'il revivait ses expériences passé, par le biais de cette méditation qu'était la contemplation des nuages. Cependant à son jeune age sur quel expérience pouvait-dil médité. Il est vrai que les enfants son de plus en plus mature et vif de nos jours, leurs expériences ne manque pas après tout, mais à un si jeune age on préfère jouer à faire des farces avec ses amis. On ne médite pas comme un ancien avec un demi siècle de vie passé. Cela intriguait le Monjara qui était juste passé par la en faisant sa ronde quotidienne, il était ninja de Konoha après tout. A cette hauteur le vent qui soufflait était plus frais, bien plus agréable que dans les rues bondés du village, le calme qui y régnait l'était tout autant. Nuiito s'avanca doucement vers le Mamoru pour ne pas l'effrayé, bien qu'il ait oublié après sa dernière rencontre avec Mei que son visage était tout ce qu'il y avait de plus effrayant pour un enfant. D'une voix calme et posé il demanda : « Je peux savoir sur quoi tu médites ? Cette endroit est serte relaxant, mais plutôt dangereux pour un enfant ». Après ses mots un long silence suivit, le garçon semblait vraiment ailleurs, il ne remarqua ni n'entendis le Monjara.

Cette première rencontre fut très...Silencieuse. Le jeune Mamoru était du genre rêveur et imperturbable pendant se passe temps, qui pour certain serait une perte de temps monumental. Pourtant à bien y réfléchir si plus de gens prenaient la penne de rêvé et de médité comme se jeune garçon, il y aurait certainement moins de conflit et les décisions prisent à la bas vite éradiquer d'un coup de nuage. Ce jeune garçon était certainement plus sage que bon nombre d'adulte dans le monde. Les pensés de Nuiito furent stopper par la voix du jeune garçon qui retenti: « Vous vous êtes blessé au visage ? Vous avez le regard triste. Si vous souffrez il y a l'hopital pas loin d'ici, je peux vous y emmenez ». Le garçon était plus intéressé par la cause du physique de Nuiito que par la frayeur qu'il pouvait engendré. Son empathie et se petit geste de bienveillance fit sourire Nuiito qui s'identifia au garçon, avec cette acte d'empathie. Le Monjara laissa lui aussi un long silence pesé sur cette conversation, il n'avait pas pour habitude que les rôles soit inversé. Il laissa échapper un petit rire suivit de ses mots enjoué : « Tu es un gentil garçon, mais non je n'ai pas besoin d'aller à l’hôpital, je vais bien. Je ne suis pas blessé se sont juste les cicatrices d'un passé lointain. Je suis étonné que tu ne sois pas plus effrayé que ça par ce visage » . Le Mamoru ne semblait pas comprendre tout ce que Nuiito venait de dire mais il acquiesça, sans ajouté un mot. Il se redressa et s'avança vers le balafré qui venait de le surprendre à paresser en contemplant le ciel. Le balafré le regarda longuement jusqu'a ce que celui-ci finisse par se présenté: « Bonjour, moi c'est Yuurei. Vous n'êtes pas aussi effrayant que vous le pensez ».

Ses mots résonnèrent longtemps dans l'esprit de Nuiito, ce jeune garçon avait sans le vouloir mis en lumière un sujet important. Ce qui rendait effrayant le Monjara était son apparence ? ou bien sa manière de toujours y revenir ? Le fait de ne plus se voir comme effrayant, le rendrait-il moins effrayant justement. Le problème viendrait-il autant des villageois que de lui . Nuiito qui en fait trop sur ce physique écorcher, obtiens certainement le contraire de se qu'il souhaite. C'est à dire l'acceptation, mais avant que les autres l'accepte il devrait lui aussi s'accepter comme il est... Ne pas essayer de cacher ce qu'il est.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 56
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un futur radieux Dim 8 Oct - 16:29



« Sabakyô Mirai »


La solitude est souvent se qui mène à la folie, une émotion qui nous amène à détesté les autres, ceux qui nous oblige à resté renfermer sur nous-même . Un sentiment que Nuiito connaissait bien, lui qui en avait vécu beaucoup pendant son enfance, mais la noirceur peut être éclipser par la lumière, la preuve étant du Monjara. Une envie de venir vers l'autres, de prendre soin et protéger les autres. Une manière de vivre respectable mais qui peut être compliquer par moment, pour des raisons diverse et variés, qui ne peuvent être contrôlé, anticipé. Le jeune Sabakyô était lui aussi l'une de ses pauvres âmes torturés, allant vers les autres mais fuit par eux. La rencontre de Nuiito avec ce reflet de son enfance se fit dans une ruelle sombre du quartier commerçant à Konoha. Le jeune garçon ramassait par terre des paquets de bonbons à partager, un produit tendance chez les enfants. Il semblait essayer de faire tenir ses friandises dans un sac en tissu déchirer d'un peu partout. Cette vu triste d'un enfant essayant de se retenir de pleurer en ramassant ses bonbons piqua à vif le cœur de Nuiito, qui s'engouffra dans la ruelle et se dirigea vers cet enfant. Quand le jeune Sabakyô remarqua q'un homme se dirigeait vers lui il accéléra le mouvement pour se dépêcher de ramasser ses friandises, tout en essuyant ses larmes avec sa manche. Nuiito se pencha lui aussi pour ramasser les bonbons et l'aider à les remettre dans son sac, grâce au Jiongu il recousu le sac tout en continuant à ramasser. Le Sabakyô regardait le visage de celui qui était entrain de l'aider, et contemplait ses nombreuses " cicatrices ", mais il ne dit pas un mot, ne pris pas la fuite non plus, mais ne lâcha pas du regard le Monjara. Pour essayer de d'étendre l'étrange atmosphère qui régnait ici, Nuiito lui dit: « Tu as énormément de bonbon ». Une phrase qui était très loin de d'étendre cette étrange rencontre, mais le jeune garçon lui répondit tout de même:« C'était pour mes camarades de classe... Camarade... ils ne veulent pas m'approcher, même quand je leurs donne ça...».

Cet enfant qui allait vers les autres était fuis, pour des raisons que lui même ne pouvait contrôler. Des raisons que des enfants ne pouvaient pas comprendre, derrière tout cela il y avait une fois encore des adultes aillant pollué l'esprit de leurs enfants. La peur des adultes ne devrait jamais être transmis à leurs enfants , ses enfants pouvant dépasser tout cela, faire mieux que leurs aînées. De cette bêtise un pauvre garçon en faisait les frais, cette bêtise pouvant crée le mal voir pire encore... Nuiito regardait les yeux rouges du jeune homme qui tenait son sac serrer contre son torse. Il commença alors à lui raconter: « Tu es un gentil garçon, tu penses aux autres, mais ne t'inquiète pas, tu trouveras un jour un groupe d'amis qui sauront accepter tes cadeaux. Tu n'auras même pas besoin de leurs faire de cadeaux pour qu'il vienne vers toi. Les gens bon se reconnaissent entre eux et sont attirer comme des aimants, les un vers les autres. J'ai déjà rencontrer deux personnes comme toi ». Des mots peut être compliquer pour un enfant, mais le garçon semblait intélligent et son regard disait qu'il en avait compris le plus important. La moue triste qu'il affichait au début disparu petit à petit laissant place à un petit sourire en coin. Les mots de Nuiito semblait avoir aspirer une partie de sa peine, Nuiito souris largement, peut être un peu trop, à la limite de faire sauter les sutures de son visage. Le jeune garçon regardait cette étrange personne se tenant devant lui, le sourire étrange sur son visage balafré le fit même rigoler. « Vous êtes vraiment bizarre monsieur ! *hahaha* , moi s'est Sabakyô Mirai ! » Le garçon lui tendit un paquet de bonbon et partie en courant, tout timide qu'il était par son geste.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 56
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un futur radieux Dim 8 Oct - 20:13



« Akimichi Hanabira et Bara »


Les Akimichis sont souvent décrit comme des gens calme et simple aimant la bonne nourriture, s'est certainement vrai pour la plus part d'entre eux, mais les nouvelles générations outre le fait de continuer à aimer la bonne bouffe, on des caractères diamétralement opposé. C'est ce que compris rapidement Nuiito en rencontrant ses deux jumelles. Un tempérament de feu accompagné d'un gros estomac, les deux petites étaient tout bonnement des piles électriques, ne sachant jamais s’arrêter. Leur première rencontre se fit dans un restaurent du quartier commerçant, elles exerçaient leurs appétits sans limite. Toute deux attablés dans une table au fond du restaurant, elles accumulaient les bols de nouilles. La question était comment ses deux jeunes enfants pouvaient s'offrir un tel festin, a leurs ages même avec de l'argent de poche, s'était impossible. Nuiito attabler dans un coin sombre de la salle, mangeait un simple bol de riz assaisonné, un plat simple et pas cher pour son revenu limité de genin.

Les deux petites semblaient avoir tout prévu, l'une d'elle sortie de table et se dirigea vers la sortie, pendant que l'autre demandais au restaurateur ou était les toilettes, mais il semblait que ce n'était pas leur première fois et le chef du restaurent demanda à la fille qui restait de payer avant. Une petite dispute grotesque entre une enfant et un adulte commença, la jeune fille prévient le tenancier qu'elle allait faire pipi partout si il ne la laissait pas aller au toilette, pendant se temps sa sœur était de nouveau rentré et se préparait à faire un croche patte au chef pour libérer sa sœur. A se moment là, Nuiito se leva et se dirigea vers le patron et lui demanda calmement: « Je peux savoir ce qui se passe ici ? Vous ne voyez pas que cette petite à besoin d'aller au petit coin ? ». Le tenancier commença à grommeler quelque mot avant de se retourner vers le Monjara, son apparence devait lui faire peur car le ton de sa voix baissa et il dit avec précaution, en cherchant ses mots : « ... JE...oh...elles ont mangés pour dix et ne compte pas payer... Elles vont s'enfuir sans payer...comme heu...à chaque fois ... ». Les deux Akimichis regardaient Nuiito fixement, elles semblaient le jaugé de la tête au pied. Beaucoup moins effrayé que le tenancier elles dirent à l'unisson sans même sourciller: « Monsieur, on a plus d'argent on a tout dépenser pour des brochettes de calamar à l’échoppe d'a coté. Payer pour nous et il n'y aura plus de problème ! * hihihi * ». Nuiito se mis à tâter sa poche ou était situé son porte monnaie, il n'était pas bien remplis, il n'était pas sure de pouvoir payer même si il le voulait pour ce festin de roi englouti pas ses deux gamines. Dans quel situation rocambolesque s'était encore fourrer le Monjara, son envie de toujours interférer pour venir en aide au autre allait lui coûter cher cette fois-ci, dans le sens premier du terme. Il regardait la table ou avait mangé les petites en essayant de calculer le pris de tout ses bols de nouille, sans compter le nombre affolant d'accompagnement. D'une voix beaucoup moins assuré il demanda au patron: « A combien s'élève leur note ? ... Je ... payerais pour elle ... mais essayé de faire un geste pour un simple genin de konoha... ». Un sourire sadique se dessina sur le visage du tenancier et sans même attendre que Nuiito reprenne son souffle il lui lança: « 7550¥! Et je vous offre votre bol de riz ! ». A l'annonce de cette somme astronomique les jambes de Nuiito flanchèrent légèrement, l'une des petites regarda Nuiito qui blanchissait a vu d’œil et lui dit avec un grand sourire: « Merci pour le repas Monsieur ! C'est gentil ! ... ... ... Oh on a oublier de prendre un dessert ! ». Les enfants de nos jours ne perdait pas le nord et n'avaient honte de rien! Elle poussait la générosité de Nuiito à ses limites. Dans l'état actuel des choses, il ne pouvait plus reculé il avait offert d'aider ses deux jeunes filles. Combien même il n'aurait plus un sou il devait le faire, son Nindo semblant quelque peut ridicule maintenant, la bienveillance devant peut être avoir ses limites, ou le synonyme de la bienveillance serait la stupidité. Au point ou il en était il dit, tout en tendant les seul billets qu'il possédait : « Voilà vos... 7550¥! ... Je vais vous prendre deux Dango trois saveurs... ce sera tout ... ». Les deux fillettes regardèrent le Monjara avec les yeux ronds, leurs sourires laissant entrevoir toutes leurs dents. Comment Nuiito avait réussi à se retrouver dans pareille situation, comment avait-il perdu toute ses économies. Une fois encore à l'unisson elle dirent: « MERCI POUR LE REPAS ! » Continuant à poussé la générosité encore un peu plus. « Trois dango chacune serait bien aussi hein * hihihi * » « Ma soeur rigole Monsieur, mais si vous voulez vraiment, on y peut rien . Oh oui s'est vrai, je m'appelle Hanabira et ma soeur s'est Bara. On est les filles de Toro Akimichi !»





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un futur radieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Passé & Lettres :: Flashbacks-