N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Les Scorpions des Sables Rouges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1877
Rang : S

Message(#) Sujet: Les Scorpions des Sables Rouges Dim 8 Oct 2017 - 21:52

Le vent caresse un amoncellement de dunes baignées par les lueurs du soleil couchant. Les murmures des vagues à une dizaine de mètres de là sont parfaitement audible. La brise légère effleure doucement le visage de chacun des protagonistes de sorte à faire ondoyer allègrement les chevelures dont les nombreuses tresses, d'une blancheur éclatante, appartenant à la Chasseresse. Enveloppée dans des vêtements amples dont peu de tissus cachent sa peau parsemée d’arborescentes structures calligraphiques à la complexité, certes, variables, mais à la maîtrise certaine.

De petites lunettes rondes aux verres teintés d'ocre vissés sur le nez, une cigarette coincée, la Kunoichi fait face aux trois jeunes genin rassemblez expressément en cet instant précis en ce lieu. Tous sans exception ont été convoqué par missive et sélectionné à l'origine par ses soins. Elle surveille leur évolution de loin tous témoignant d'un certain potentiel qui ne demande qu'à être exploité. Et c'est précisément ce qu'elle compte faire en cette somptueuse fin de journée au cadre paradisiaque. Tous sont rassemblés à quelques kilomètres de la capitale, loin du formalisme attitré à leur métier. Et si la Kunoichi a pour mérite d'être très tatillonne sur les notions de règles et de hiérarchies elle reste consciente que ces dernières ne s'accordent aucunement avec leur métier, d'autant plus pour de futurs et anciens membres de la Confrérie. Tel est la raison pour laquelle l'équipe œuvrera essentiellement en extérieur afin que les élèves apprennent à penser à dehors du moule.

« Mes hommages, Ayato, Tsubaki. » Dit-elle la cigarette coincée entre les lèvres, ce après quoi elle se tait pour dévisager tour à tour chacun des genin de derrière ses lunettes teintées. « Certains d'entre vous me connaissent déjà, mais je vais tout de même prendre la peine de me présenter. Je me nomme Meïka Aozora Oniri et contrairement à ce que mon nom peut laisser croire je ne suis pas une Saibogu. Officiellement aux yeux de Kaze et de Suna je suis simple Jônin ; et senseï en devenir. Ce que peu de personnes savent par contre c'est que je suis également une ancienne membre de la Confrérie des Marionnettistes avant que celle-ci ne soit démantelée pour former l'actuelle Confrérie des Ombres. »

Quand bien même son discours semble faire office de révélation, la Kunoichi se contente du minimum syndical à son sujet, pour ne pas dire que son discours est en parti trafiqué ; l'important étant que les genins entendent ce qu'ils ont besoin de comprendre.

« Et j'aspire tout naturellement à la rejoindre. Pour avoir été une combattante de l'ombre je mesure l'importance de cette nouvelle unité spéciale et mon devoir va être de vous le faire comprendre également. C'est en effet là que vous intervenez. Durant vos examens d'admissions en tant que genin, ainsi qu'au cours de votre brève carrière, vous avez fait preuve de certaines prédispositions concernant des branches comme l’espionnage, l'infiltration ou encore l'assassinat. Mon second rôle consistera à éveiller en vous ce potentiel. Je ferai de vous des Shinobi forts, suffisamment pour réaliser vos ambitions et servir votre nation. »

Son index et son majeur pince le restant de sa cigarette qu'elle envoie valser. Le temps que le mégot touche le sable ce dernier à déjà finit de se désintégrer sous l'action de son affinité raiton en même temps que, lentement, un dernier nuage de fumée s'échappe de ses lèvres.

« Naturellement vous n'êtes tenus à rien et nul ne sera obligé de rejoindre la Confrérie le moment venu bien que vous y soyez fortement recommandé. Toutefois, avant de s'aventurer plus loin, vous allez tour à tour commencer par vous présenter en précisant qui vous êtes, vos capacités, vos origines ainsi que vos ambitions en tant que Shinobi. »

Elle en est navrée d'avance pour les non profanes, mais pas de test à base de clochette pour cette fois.


Dernière édition par Meïka A. Oniri le Jeu 16 Nov 2017 - 21:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 48
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Les Scorpions des Sables Rouges Lun 9 Oct 2017 - 2:19

Quelques jours après l’exercice liée à la réforme des systèmes de surveillance, j’avais reçu une missive. Conformément à cette missive, j’avais été convoqué par une certaine Meïka Aozora Oniri. À ce moment-là, je me souvenais avoir entendu son nom dans quelques conversations, rien de bien concret à part qu'elle trainait une mauvaise réputation mais que sa puissance égalait largement celui de notre seigneur.
C’était un honneur de se dresser devant une personne aussi reconnue malgré le fait que ça m’énervait d’être en présence d’une personne aussi puissante. Ses cheveux blancs donnaient un certain charme au personnage malgré le fait qu’à première vue, elle semblait bizarre et un peu plus vieille …

Je scrutais l’autre protagoniste qui était sans mentir d’une beauté infinie. Elle avait tout pour être mannequin, elle était grande, svelte ou encore élancée mais une chose m’avait marqué. C’était la couleur de ces yeux qui étaient pourpres voir même rouges. Elle dégageait un air sain ce qui était peut-être une facette qu’elle voulait montrer. Autrement dit, elle devait sûrement cachée une facette cachée, personne dans ce monde n’est aussi parfait. Il faut aussi compter la femme qui se dressait devant nous, quant à elle, son histoire était engluée dans le sang et le combat. Ce serait sûrement un excellent professeur qui nous apprendrait beaucoup de choses mais comment faire confiance à cette personne ayant sûrement un double visage. Comment une femme avec un si lourd passé pouvait-elle être aussi calme et même exercer une certaine aura de bienfaisance.
Nous étions à quelques kilomètres de notre capitale, cela n’annonçait rien de très bon. Comme toujours s’éloigner d’un endroit, où les personnes se rassemblent, peut porter confusion quant aux véritables intentions de l’interlocuteur. Voulait-elle nous tester ? Peut-être un entraînement pour savoir si on est digne qu’elle nous est choisit ? Effectivement, j’étais anxieux et pas à mon aise.
Rien qu’à imaginer que je devrais faire équipe avec d’autres personnes, cela me restait en travers de la gorge. Si la Kunoichi espérait former un esprit d’équipe, je pouvais passer mon tour, ce n’était pas ce que je recherchais.

Tandis qu’elle continuait à fumer sa cigarette, elle proposa une petite présentation d’elle-même, malgré le fait que ce soit brève elle est allée droit au but. Ainsi, elle souhaite nous faire rejoindre la Confrérie des Ombres ? Tout du moins, elle est censée nous former pour que nous arrivions à des missions du genre assassinat, surveillance, etc … Rien que d’y penser, cela me faisait sourire, je ne pouvais rêver mieux que d’appartenir à une confrérie comme cela. Une mission serait souvent en solo, je n’aurais pas besoin de me coltiner des camarades inutiles sur le terrain. Plus cette femme parlait, plus cela me plaisait, chacune de ses nouvelles me semblaient être une bénédiction. Je me prenais à rêver de mon futur et de mes futures missions. Cependant, je n’en étais pas encore là, il fallait que je montre de quoi je suis capable. Il est possible que mes l’autre femme est pu la rencontrer avant moi.

Pour finir, elle nous expliqua que nous avions été recommandés et que nous devions nous présenter. Je pense que je vais m’amuser ou en tout cas pouvoir exploiter ce potentiel que je ressens en moi. Cette femme sera mon tremplin vers ce que je recherche depuis longtemps. Aucun de nous trois ne semblaient vouloir se présenter en premier, malgré qu’elle eût bien présenté les objectifs, nous étions comme figés.
Je tremblais d’excitation mais de peur aussi, un étrange mélange. Je sentais l’immense fossé qui se creusait entre moi et notre interlocutrice, cela me faisait sentir petit et faible. Afin de dissiper ce lourd silence, je pris la parole.

« Bonjour tout le monde. Je me présente, je suis Hakushi Ayato. Comme mon nom le prédispose, je maîtrise le papier quant à mon style de combat, je préfère tout combat qui se déroule à mi-distance voir longue distance. Prendre des risques non calculés me semble inutiles. Quant à mes ambitions, je n’en ai pas spécialement mais si je devais donner un archétype de ce que je souhaite obtenir. Ce serait plus de puissance pour être capable de survivre dans ce monde. Pour dissiper tout malentendu et que vous ne vous fassiez pas de fausses idées, je déteste le terme « équipe » ce qui veut aussi dire que je déteste me coltiner d’autres personnes. »

Après avoir fini mon discours, mon regard se posait sur la Jonin. Un jour, je la surpasserai et elle ne sera plus debout devant moi en train de m’observer avec sa paire de lunette qui lui donne juste un genre de professeur.



Dernière édition par Hakushi Ayato le Dim 12 Nov 2017 - 21:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 529
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Les Scorpions des Sables Rouges Jeu 9 Nov 2017 - 23:57

Tu venais d'être attribuée à une nouvelle équipe. C'était sans doute une preuve que des membres de l’administration avaient posé le regard sur toi. Tu pouvais considérer cela comme une chance, ils avaient remarqué tes nobles capacités ainsi que ton sérieux au cours de tes missions et ils avaient décidé de t’intégrer à une équipe d'infiltration et d'assassinat. Tu te fichais pas mal de l’importance que l'on pouvait t’accorder, mais l’idée te faisait doucement sourire. Tu avais le sentiment que cette équipe allait pouvoir te tirer de l’ennui qui menaçait ton quotidien morne et répétitif.

Tu t'avançais d'un pas vers l'avenir dont tu avais toujours rêvé. Un futur taché de sang, de meurtre et de rebondissement. La simple pensée de pouvoir accomplir des missions où le massacre n'allait pas être interdit te faisait jubiler de plaisir. Le démon en toi rugissait d'envie de déchirer la chair de tes futurs victimes, de sentir leurs os craquer sous la dent, de goûter leur sang doux et sucré couler à travers la gorge. Cette équipe était la promesse de prochaines aventures palpitantes.

D’apparence, tu conservais un visage relativement calme, tu observais ton nouveau compagnon d'armes ainsi que la jeune femme qui allait être votre professeur. Tu allais passer du temps en leur compagnie. C'était une occasion pour endormir leur méfiance et tisser leur confiance. Tu les considérais comme une nouvelle source de distraction, tu joueras avec eux comme tu jouerais avec des pions sur un plateau de jeu. Savoir communiquer avec les humains c’était savoir les contrôler. Savoir les contrôler c’était savoir jouer avec. Et la vie se résumait à un jeu.

Lorsque votre cheffe d'équipe vint se présenter, tu inclinas légèrement la tête en guise de politesse. Il s'agissait d'une chance de te retrouver dans son équipe, sous sa direction. C'était un hasard, peut-être prémédité ? Tu l'avais déjà rencontrée quelques jours plus tôt durant un interrogatoire organisé par le village. Tu avais pu juger de ses aptitudes et déjà, elle avait attiré ton attention. Bien que en dehors de ces quelques heures d'entretien composé de mensonges et d'illusions, tu ne savais pas grand chose d'elle, que ce soit sur sa réputation dans le village ou ses capacités au combat. Néanmoins, une présentation simple pouvait cacher une histoire complexe. La simplicité était un masque de la complexité. Tu pouvais supposer une longue expérience derrière cette apparence, une longue histoire. Discrètement, tu admirais d'un doux regard sa silhouette.

Derrière ton sourire angélique, tu écoutais patiemment la présentation de ton coéquipier avec ce même visage attentif alors qu'intérieurement, tu ne trouvais pas le moindre intérêt à travers ses mots. Il était détenteur d'un pouvoir ridicule. Il avait un objectif stupide. Sa présentation était à l'image de sa personne : simple. Vos points de vue se différaient, si la survie était une priorité pour lui, ce n'était à tes yeux qu'une chose sans importance. La vie est un jeu, le gagnant est celui qui s'amusera le plus et la mort importait peu. Tu attendis qu'il termine sa prise de parole qui se finit par un refus de toute collaboration — alors que tu te faisais une joie de pouvoir l'égorger, le déchiqueter, l'embrasser, à la première seconde où tu te trouverais seule avec lui. Tu t’avanças d'un pas calme pour prendre la parole à ton tour.

« Ketsueki Tsubaki. Enchantée. Fis-tu avec un sourire paisible. Je n'aime pas vraiment révéler mon pouvoir, mais je suppose que c'est une information nécessaire à donner pour faire partie d'une équipe. Étant une sang pur du clan Ketsueki, je sais manipuler mon sang à ma guise. Ce n'est pas un pouvoir très.. Joli à voir. Tout comme Ayato, je me tiens également à distance. Quant à mon objectif, ce serait d'aider mon clan, mon village, mon pays et accomplir des missions pour leur compte. Je veux pouvoir donner le meilleur de moi-même. C'est peut être également une sorte d'auto-satisfaction.. Et travailler avec les autres ne me dérange pas particulièrement, dis-tu en même temps que tu adresses un gentil regard en direction de ton partenaire, j'espère ne pas être une gêne. C'est un plaisir de faire votre connaissance, Oniri-sama, Ayato ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1877
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Les Scorpions des Sables Rouges Jeu 16 Nov 2017 - 23:12

Le résultat est là, un ténébreux misanthrope et une délicieuse hypocrite doublée d'une sadique. Ce constat l'amuse, en soit, elle ne peut pas espérer autre chose pour composer son équipe. Nul doute que tout ceci leur sera nécessaire s'ils désirent progresser aux côtés de la démone sans que celle-ci ne finisse par les dévorer tout cru. En attendant ces deux profils l'intéressent, chacun témoignant de prédisposition qui leurs sont propres dans des domaines opposés. Dès lors lui incombe de les tester, d'abord en groupe, puis de les éprouver individuellement en écorchant leur être jusqu'à la moelle afin d'en cerner les fondements.

« Voilà qui est plutôt intéressant... »

Se contente t-elle de dire, un sourire en coin, qu'elle renvoie à la pupille aux yeux écarlates, tout en tirant une nouvelle cigarette de son paquet pour l'allumer dans un étrange mélange de charme et de désinvolture.

« Dans ce cas ne perdons pas de temps. Vous allez commencer par me prouver ce que vous valez en tant que simple Shinobi de terrain. Vous qui prétendez baigner dans l'art de l'affrontement à distance, montrez-moi comment combler vos lacunes. »

A ces mots elle émet un sifflement en coin qui vient se perdre tantôt dans les dunes, tantôt dans les échos des vagues brisées contre le rivage. C'est alors qu'à une dizaine de mètre de là, surgissant avec panache d'une motte de sable, une petite boule noire perd son équilibre et finit sa course en roulée boulée jusqu'au pied de la chasseresse. L'animal laisse échapper un petit son évoquant un éternuement avant de s’esbroufer. De loin l'on aurait pu le confondre avec un gros chat, mais à cette distance se confirme la présence de petites taches d'ébènes visibles seulement sous certains angles.

« Ayato, Tsubaki, je vous présente Rikin. Rikin je te présente Ayato, Tsubaki. Ayato, Tsubaki ; Rikin sera également votre professeur durant cet exercice. »

Ses paroles sont appuyées par le léopardeau, qui dans un ronronnement guttural, se lèche les babines tout en bayant. Une mise en scène assez peu commune, s'il en est, pour introduire le nouveau compagnon de la Kunoichi. Bien que la présence du fauve à ses côtés relates, en principe, davantage du privé que du professionnel, la chasseresse a tout de même conscience de cet étrange lien qu'elle semble tisser avec, si bien qu'il ne lui a pas fallu plus de deux semaines pour totalement apprivoiser l'animal, sans grands efforts qui plus cela étant. Ce dernier lui obéit désormais pratiquement au doigts et à l’œil ; et c'est en cette occasion d'unification de l'équipe qu'elle concède à faire participer l'animal à un peu jeu afin d'offrir une mise en bouche digne de ce nom à ses nouveaux protégés.

« Les règles sont très simples, vous devez tout faire pour l'empêcher de vous mordre. Il y a seulement une petite contrainte à cela. Il vous est absolument interdit de contre-attaquer d'une quelconque façon que ce soit. Si vous réussissez à survi... hum... Si vous réussissez à le tenir à l'écart sur une période de cinq minutes alors vous pourrez considérer cet exercice réussi. »

Comme il semble plus motivé que jamais, Rikin s'étire de tout son long, exposant sa cambrure au soleil crépusculaire avant de séchoir lourdement sur le sable chaud. Moi je demeure imperturbable, toujours le sourire en coin, le regard voilé derrière mes lunettes de soleil.

« Hors, comme il s'agit de notre première rencontre, je vous accorde un petit avantage. Vous disposez de cinq secondes pour vous mettre en position à partir de maintenant. »

Et c'est dans un second sifflement, une fois ce maigre délai écoulé, que la chasseresse ordonne l'assaut. Ce faisant le léopardeau bondit sans prévenir tout crocs et griffes dehors. Sa carrure et ses faux airs farouches donnent un côté ubuesque à la situation contrairement à sa vélocité surnaturelle qui, elle, témoigne silencieusement du futur potentiel l'étal de l'animal. S'il a fallu une seconde pour lancer l'assaut, il ne lui en faut pas plus d'une pour fondre sur ses nouveaux camarades de jeux.


Rikin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 48
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Les Scorpions des Sables Rouges Ven 17 Nov 2017 - 11:11

Aucune des deux ne semblaient surprises par ma présentation. Après tout, nous avions chacune une personnalité alléchante, en quelques sortes nous ressemblons à un groupe de fou qui partait s’amuser quelque part.
Cependant, j’avais l’impression d’être à ma place et que ce serait dans ce lieu où je m’épanouirai. Ketsueki Tsubaki se présenta et indiqua qu’elle avait certaines prédispositions pour la mi-distance comme moi. Cependant, ce qui me tracassait dans sa déclaration et le fait qu’elle avouait ouvertement le fait qu’elle aimerait aider le village, son clan ou plus largement son pays. Seules les personnes, ayant quelques choses à cacher, passaient par ce genre de procédés. Chacun à des objectifs personnels et elle le cacher mais disons que la première impression est très importante alors mentir sur ces propres intentions semblaient logiques.
Et puis ce regard … Un reflet de moi-même, une personne ne sachant exactement caché ces intentions malgré que son regard semble gentil, cela me fit tremble l’espace d’une seconde. J’avais senti comme un vide derrière ce regard comme si elle prenait plaisir à ce qu’elle disait et faisait.

À peine le temps de se remettre de ses émotions, que la tyrannie allait commencer. Il semblait que nous allions devoir montrer de quoi nous étions capables et ce par un petit test. Le but étant de tenir 5 minutes contre un animal qu’elle avait sûrement apprivoiser vu qu’il faisait tout ce qu’elle voulait.
Elle devait être vraiment tortionnaire ou complètement folle pour qu’un animal veule bien la suivre mais bon c’était à partir d’aujourd’hui un adversaire et un professeur.
Ils nous étaient impossibles de riposter donc il fallait qu’on coure pour notre survie ou en tout cas riposter sans qu’elle nous voie.

« Tsubaki, va falloir qu’on s’entraide pour cette fois. »
lui dis-je en chuchotant.

Cet animal me donnait la frousse mais je ne devais pas fuir tout de suite. Il fallait que je me dresse devant et après j’improviserai dès qu’il m’aura attaqué. Ma partenaire du jour ne semblait en rien stressé comme moi, elle semblait de marbre peut-être qu’elle avait peur tout compte fait.
Et puis l’autre aussi, elle semblait prendre un plaisir fou à nous mettre dans ce genre de situation. J’étais vraiment entré dans une confédération encore plus surprenante que je ne le pensais, il me semble que la dernière fois où j’ai eu une journée normale remontait à longtemps …

À peine le temps de rêvasser, qu’elle nous menaça de nous mettre en garde rapidement. Son animal était déjà en position et se rua sur nous à une vitesse folle. J’avais à peine eu le temps de me réfugier un peu plus loin, j’aurai attendu juste une seconde de plus et il m’aurait sûrement causé plus de dommage.

« Comment faire ? Je n’ai pas le temps d’analyser la situation. Il faut que je fuie, je trouverai une réponse. » Me murmurai-je

L’animal semblait déchaîner et était de plus en plus rapide. C’était comme un diesel, il devenait de plus en plus rapide. Cela ne faisait à peine que 10 secondes et il était de plus en plus proche de me toucher. Ne pas riposter était une chose compliquée, il fallait mettre en forme une façon de dissuasion ou de protection de soi. Le professeur n’avait pas donné de précision quant aux autres possibilités, ce qui veut dire qu’ils sont autorisés.
Afin de pouvoir mettre mon plan en action, je devais transférer l’intérêt de l’animal sur la jeune partenaire. Je m’approchais inlassablement d’elle, je ne savais pas si elle avait compris ma tactique mais je devais avoir plus d’espace pour pouvoir créer mes origamis.

« Il faut que tu le maîtrises quelques secondes, le temps que je puisse créer des origamis. » lui dis-je tout en déferlant rapidement à côté d’elle.

Elle pourrait me dire que c’est plus facile à dire qu’à faire mais si je me rappelle bien, elle m’avait dit qu’elle ne serait pas une gêne pour moi. Il faut savoir rallier ces actes à ces paroles alors je la laissais seule avec la bête alors que je mettais abriter derrière un arbre.
Mon but est de pouvoir nous protéger nous deux, plus précisément le but étant de gagner quelques secondes voire quelques minutes supplémentaires. Cependant comme on ne peut le tenir vraiment à distance, il nous faut un moyen de nous protéger sans l’attaquer. De plus, je pense qu’avec notre niveau, on ne pourrait tout simplement pas rivaliser avec lui sur un combat à long terme.
Afin de pouvoir pallier ce problème, il fallait que je créasse des origamis dans le but de pouvoir nous protéger lorsque nous sommes submergés. Dans le cas, où l’animal nous attaque dans un angle mort et que nous n’étions pas préparés à cela. Le reste dépendra de nos compétences et de notre agilité.
Mes origamis furent près en quelques secondes et je les dispersai tout autour de la zone pour avoir un maximum d’efficacité.
J’espère que ma partenaire à trouver une solution aussi parce que ma technique ne pourra pas tenir infiniment contre l’animal, il faut juste qu’on trouve une solution pour tenir 5 minutes …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 529
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Les Scorpions des Sables Rouges Sam 18 Nov 2017 - 21:50

Cinq minutes. C'était le temps qui vous était accordé pour jouer avec le petit animal qui semblait tout excité. Intérieurement, tu ne pus t’empêcher de pousser un long soupire. Tu te sentais indignée à l’idée de devoir l’accepter comme nouveau professeur. Tu pourrais sans doute considérer cet exercice comme un divertissement, si seulement il était autorisé d'attaquer.

Tu avais rejoint cette équipe afin d’être formée à l’assassinat, afin d’être capable de tuer ton ennemi avec le plus grand sang-froid. Tu te serais fait un plaisir de le déchiqueter en petits morceaux, mais malheureusement, la jeune femme semblait s'être prise d'affection pour cet être insignifiant et ridicule. Tu te sentais lamentable à être réduite à l'état de cible pour ses crocs et ses griffes. Pourtant, tu n’avais pas le droit de refuser. Ainsi, tu fis mine d'approuver avec plaisir cet exercice qui te semblait pourtant dénué de sens.

Puis, tu fis interpeller par la voix de ton coéquipier. Tu étais quelque peu surprise par la proposition de ce dernier. À peine quelques instants plus tôt, le jeune homme avait affirmé avec certitude qu'il préférait travailler seul plutôt que de devoir collaborer avec d'autres personnes. Il avait même dit qu'il détestait les termes de camaraderies et ses synonymes, mais l'apparition de la petite boule de poils semblait avoir suffi à le convaincre de coopérer. Tu ne pus t'empêcher de te sentir amusée par ce changement de personnalité. Tu lui adressas un sourire en signe d'acquiescement avant de recentrer ton attention sur votre adversaire.

Au premier sifflement, tu effectuas plusieurs bonds en arrière afin de creuser la distance qui te séparait de l'animal. Tandis que ton partenaire semblait plus déterminé que toi à faire face à la créature. Il fut le premier à être pris pour cible. Si c’était ce qu’il voulait, alors tu le laissas faire et restais à l’écart pour profiter du spectacle. En observant les mouvements de la bête et de ton coéquipier, tu eus un léger sourire. Peut-être que finalement, cet exercice pourrait se révéler plus amusant qu’il n'en avait l’air ?

Cependant, ce court instant de repos prit fin lorsque le jeune homme revint vers toi avec l’air de te demander un service qui ressemblait étrangement à un ordre. Tu n'allais pas être une gêne, mais tu n'allais pas être son esclave. Et combien de temps lui fallait-il ? Il n’allait pas plier ses origamis un à un tout de même ? Néanmoins, par ta gentillesse exceptionnelle d’aujourd’hui, tu allais passer outre et l’aider. Il semblait avoir une idée derrière la tête, autant lui donner une occasion de prouver ce qu’il valait.

« Selon tes désirs. » Affirmas-tu avec un sourire.

Tu te mordis le bout du doigt pour en faire apparaître une goutte de sang à partir de laquelle tu formas un long fouet, afin de repousser le léopard autant que tu le pouvais. L'animal était têtu. Il revint à l'assaut avec férocité ce qui te forças à répéter le geste à plusieurs reprises jusqu'à t'essouffler. Tu espérais que ton partenaire allait t’être reconnaissant pour cet acte de gentillesse. Puis, jetant un regard furtif vers le jeune homme, tu vis apparaître plusieurs créations de papiers à divers recoins du terrain. Intelligent. Leurs emplacements correspondaient parfaitement aux angles morts. Cependant, allaient-il réellement tenir jusqu’à la fin du temps imparti ?

« Une minute et vingt-deux secondes. C'est le temps qui s’est écoulé depuis le début de l'exercice. Même si on arrive pour le moment à parer plus ou moins ses attaques, on ne pourra probablement pas tenir les cinq minutes. À ce rythme, on risque de s’épuiser plus vite que lui.. L’offensive a toujours un temps d’avance sur la défense. » Lui dis-tu avec un visage relativement calme.

Enfaite, une idée te venait bien à l'esprit. Oniri avait seulement interdit d'attaquer l'animal, mais elle n'avait rien dit concernant les autres possibilités. Tu pouvais très bien lancer une illusion pour calmer la bête, mais même sans avoir recours à ces techniques, tu pouvais également l'immobiliser par terre. Si ton coéquipier t'aidait avec ses papiers volants, il n'était pas impossible pour vous de le maintenir au sol. Cependant, tu t'amusais plutôt bien à jouer à la masochiste ce qui te rendais hésitante. Enfin, tu finis par te décider, car tu n'avais pas très envie de te retrouver avec les vêtements en lambeaux et des traces de griffures jusqu'à devenir complètement méconnaissable. Une, deux, trois, cela était suffisant. Même sans tenir à la vie, tu ne voulais pas crever de façon trop misérable par les griffes d'un animal. Tu méritais mieux que cela. Jetant un regard à ton coéquipier, tu lui sourias gentiment.

« Bon. Il nous reste encore plusieurs minutes à tenir et je pense que l'animal a plus d'énergie en réserve que nous. Il est puissant, mais il est petit. Nous sommes faibles, mais nous sommes deux. Que dirais-tu d'essayer de le maintenir à terre avant qu'il ne finisse par nous réduire complètement en morceaux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1877
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Les Scorpions des Sables Rouges Mer 22 Nov 2017 - 0:05

Qu'il est plaisant de voir la nouvelle génération se dépatouiller avec peine face aux premières difficultés que leur offrent leur condition de Shinobi. Les voici qui courent, glissent, trébuchent sur le sable. Le terrain ne les avantage pas, ils n'ont pas encore assez d'expérience pour s'y déplacer allègrement dans le désert contrairement au félidé dont la maigre carrure et une aubaine dans cette situation. Ce dernier s'élance agilement, ne laissant pour trace de son passage que de petites empreintes de pattes et de fines particules de poussières d'ors dans l'air. La préceptrice que je suis demeure impassible devant ce spectacle ; les mains dans le dos, c'est avec un mélange de bienveillance et de fourberie que j'observe mes élèves lutter avec hardeur dans le but de préserver leur intégrité physique. Malheureusement pour eux Rikin est un jeune léopardeau et à la force de l'âge de son côté, si bien que, contrairement à ses gibiers du jour, ce dernier ne fait montre d'aucun signe de fatigue et ce après déjà deux bonnes minutes d’exercices. Deux minutes durant lesquelles mes petits protégés n'ont pas chômé en tentant d'élaborer une stratégie. L'un des propos de Tsubaki retient justement mon attention.

« C'est exact ! » Dis-je en levant un index, les yeux toujours cachés par les lueurs du soleil couchant que reflètent mes lunettes de soleil. « C'est d'autant plus vrai pour un assassin. L'initiative offre un avantage non négligeable en combat. Gardez cela à l'esprit ! Soyez attentif à la situation ! Et préférez battre en retraite si nécessaire afin de pouvoir reprendre cette avance en devenant ceux qui attaquent les premiers. »

Que mes élèves le réalisent où non. Je n'agis pas par pur sadisme. Mes méthodes sont toujours très incisives, certes, mais rien n'est jamais fait au hasard. Cet exercice en est bien un parmi tant d'autres et est par conséquent l’occasion pour eux d'apprendre quelque chose. Finiront-ils par comprendre ce que j'attends réellement d'eux ? J'en aurais la confirmation dans trois minutes. De son côté Rikin prend un plaisir innocent à pourchasser sans relâche le duo de genin. Je n'attends pas davantage pour m'allumer une nouvelle cigarette que j’embrase à l'aide d'une décharge raiton d'un simple claquement de doigt. Entre temps la première effusion de sang a eu lieu. Une belle petite griffure qui se serait très certainement transformée en membre arraché si l'animal aurait été d'un autre gabarit. Les voici qui, petit à petit, finissent par se faire acculer si bien que lésions et contusions tendent à se multiplier de façon éparse sur les corps encore frêle des deux élèves. Rien de méchant en soit, juste suffisamment embarrassantes pour leur faire passer une mauvaise nuit dans leur lit et non dans un d’hôpital.

Je leur réserve ce niveau là pour plus tard.

En attendant c'est au tour d'Ayato de se mettre en avant. Bien que judicieuse son initiative à base d'origami n'est pas des plus appropriée. Puis un problème soudain ? L'odeur du sang tend à accentuer la frénésie du petit prédateur et à me faire moi-même tournée la tête. Mes sens s'éveillent par eux-mêmes et, plus que jamais, mon attention s'ancre sur la scène au point où cette dernière finit par défiler au ralenti sous mes yeux. J'inspire et expire lentement par les narines, l'air de rien, afin de me calmer tout en me forçant à recentrer mes intentions sur mon rôle de sensei.

« C'est également une bonne chose de vouloir émettre un plan chère Tsubaki. Malheureusement Rikin peut vous entendre et ainsi s'adapter à la situation. » A ces mots j'émets une succession de brefs sifflement ordonnant, explicitement et dans ce langage qui m'est propre, à mon familier d'adopter une nouvelle tactique d'assaut. Ses déplacements deviennent alors plus vifs, imprévisible, ne cessant de se déplacer en zigzag tout en profitant de ses passages pour faucher en plein vol les origamis. « Ayato... » Fais-je sur le ton mielleux de la sorcière invitant l'enfant à entrer dans sa maison en pain d'épice. « Vous faites également fausse route. Vos maigres créations de papier ne vous sont d'aucune utilité en de telles circonstances, pas ainsi en tout cas. »

En effet, je ne suis pas particulièrement sadique. Tout du moins fais-je le nécessaire pour ne pas écouter la partie de moi qui l'est. Pour autant, je n'ai a aucun moment l'intention d'adoucir mes méthodes.

Ce sera dans des sables rougis par le sang que grandiront mes scorpions.


Rikin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 529
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Les Scorpions des Sables Rouges Jeu 23 Nov 2017 - 19:54

« Vous possédez une bonne ouïe, Oniri-sama. »

Tu adressas un léger sourire à la jeune femme qui vous observait depuis un coin du terrain. Sans même prendre part à l'affrontement, la jeune femme vous rappelait constamment sa présence par ses multiples réflexions décryptant chacune de vos actions, chacune de vos paroles, chacune de vos réflexions. Elle accordait toute son attention au combat se déroulant sous ses yeux, dont elle semblait prendre grand plaisir à assister. Tu avais pourtant pris le soin de baisser la tonalité de ta voix, mais tu avais oublié que ton adversaire possédait une sensibilité extrêmement développée.

Son animal de compagnie comme sa maîtresse, elle était spécialisée dans l'infiltration, ce qui nécessitait d'elle des sens de perceptions aiguisés. Même à plusieurs mètres de distance, elle pouvait entendre chaque mot que tu prononçais à ton coéquipier et le petit léopard à ses côtés semblait également comprendre le langage humain. Ces sales bêtes devraient se contenter d'aboyer. Cependant, il fallait croire qu'il était différent des autres félins. Votre professeur avait du temps à perdre à le dresser, bien que ce temps sacrifié portait ses fruits. Tu tournas ton regard en direction de ton partenaire.

« Il serait préférable pour nous d'éviter de trop utiliser la parole au risque de se faire entendre à nouveau. Je te propose de prendre un peu de distance, nous constituons une cible trop facile pour notre adversaire collé l'un à l'autre ainsi. »

Intérieurement, tu n'appréciais pas d'être prise comme une bête de foire qui se livrait en spectacle devant le regard persistant d'un public. Notamment, lorsque celui-ci parlait légèrement trop à ton goût. Était-elle une commentatrice ? Ou une spectatrice ? Tu aimais également cette odeur de sang qui flottait dans les airs, mais seulement lorsqu'il s'agissait de celui de votre adversaire. Te léchant une plaie sur le dos de ta main, tu pestais en ton fort intérieur contre cet animal qui avait osé déchirer ta robe. Tu devrais en faire de même avec son pelage et te constituer un nouveau manteau. Cependant, pour cet entraînement, tu allais l'effort d'accepter les règles et prendre en considération les conseils généreux que te donnait ton professeur. Tu devais avant toute chose te concentrer sur ton adversaire.

Suite à une série de sifflements lancée par sa maîtresse, l'animal arrivait de nouveau dans votre direction avec une vitesse accrue. Instinctivement, tu bondis en arrière pour esquiver en partie l'attaque de la bête. Cependant, la créature enchaîna aussitôt avec de nouveaux assauts. Il ressemblait à une batterie inépuisable. Chacun de ses mouvements était marqué par une vitesse et une agilité croissante au fur et à mesure que le temps continuait à avancer. Son objectif ne consistait pas à vous réduire en lambeaux, il semblait chercher avant toute chose à détruire les petits origamis mis en place par ton partenaire.

Tu avais conscience que la défense de n'allait pas tenir éternellement, mais tu aurais parié sur une durée de vie légèrement plus longue. Néanmoins, cela n'avait pas grande importance. Il était temps de passer à l'action, car les plaies commençaient à se multiplier un petit trop. Non pas que tu n'aimais pas la douleur qui était pour toi plutôt une délivrance, mais la vue de ta robe qui se faisait déchirer t'irritait de plus en plus. Tu continuais à creuser la distance entre toi et l'animal autant que tu le pouvais. Puis passant ton regard par-dessus la ridicule silhouette de la bête, tu plongeas dans les deux pupilles pourpres de ton coéquipier en même temps que tu effectuais discrètement un petit mudras de tes mains, faisant croire que tu préparais une prochaine attaque. Sans bouger tes lèvres, tu laissas parler ta pensée.

« Hey ~ Penses-tu pouvoir immobiliser le léopard avec tes origamis si je l'envoie vers toi ? »

En même temps que ces paroles, tu lui fis une petite salutation discrète de la main avec ton visage angélique. Tu attendis un signe d'approbation aussi infime soit-il de la part de ton coéquipier avant de former de nouveau un fouet de sang à partir de l'une de tes blessures pour faire mine d'éloigner l'animal de ta position, alors que tu le dirigeais dans la direction de ton coéquipier.


Dernière édition par Ketsueki Tsubaki le Dim 26 Nov 2017 - 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 48
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Les Scorpions des Sables Rouges Sam 25 Nov 2017 - 15:58

Un terrain sableux ne nous mettait pas dans notre avantage, je n’arrivais pas à me déplacer comme je le voudrais, chacun de mes mouvements semblaient ralentis comme si je transportais quelque chose sur moi. Ce n’était pas agréable, le félin semblait lui prendre un plaisir fou à attaquer sans cesse Tsubaki. Pas que ça ne m’en déplaise mais elle semblait en difficulté tandis que moi je continuer à créer des origamis qui se faisaient détruire les uns après les autres. Ce n’était sûrement pas le bon plan, j’avais sous-estimé le niveau du félin, mauvaise appréciation de ma part.
Ce que la senseï fit une remarque rapide sur ma décision et sur le fait que Tsubaki m’avait proposé un plan. Elle nous observait de sa colline comme si nous étions de la chair à canon malgré que ces méthodes étaient presque limite, cela forgerait sûrement une certaine relation entre moi et ma partenaire.

Oniri siffla juste quelques secondes et la bête se rua rapidement sur Tsubaki, il semblait de plus en plus présent comme s’il nous avait pris pour des proies. Il ne nous laissera sûrement aucun répit avant que nous trouvions une solution. En prenant en compte, les différentes informations que je voyais, Tsubaki semblait pouvoir le tenir un minimum à distance grâce au fouet qu’elle concoctait grâce à son sang. Tandis que moi, je pouvais continuer à former des origamis pour une autre utilisation. De toute façon, mes origamis ne tiendraient pas plus longtemps alors il fallait qu’on passe à l’offensive mais comment lui dire sans que la bête ou même Oniri ne comprennent ce qu’on veut faire ?

La jeune femme me lança un regard, je ne savais pas ce qu’elle voulait faire mais je l’ai regardé fixement comme si j’allais comprendre quoique ce soit de sa part. J’entendis une voix qui semblait être la voix du mannequin, sa technique était de pouvoir parler via l’esprit ? Pourrais-je lui répondre directement ? Ce n’était sûrement pas une technique de télépathie du coup ça ne servirait à rien d’essayer de lui répondre.
Les adeptes du Genjutsu peuvent parler grâce à la pensée mais son interlocuteur ne pouvait pas lui répondre, c’est ce qui était écris dans un livre à l’académie.

Je lui fis donc un léger signe de la main pour lui faire comprendre que je ferai ce que je pouvais. Je formais de plus en plus d’origamis pour pouvoir enfermer la bête dans un cocon afin de pouvoir l’immobiliser. Quant à Tsubaki, elle le rapprochait petit à petit de moi grâce à son fouet, je n’aurais sûrement pas le temps de former un nombre excessif d’origami mais on pourra surprendre la bête qui n’aura pas le temps de réagir quand elle sera prise au piège.

Le léopard changea de cible instantanément comme si elle voulait nous tester. Elle chargea dans ma direction, mes origamis étaient implantés dans le sable pour qu’il ne le remarque pas mais je n’étais pas dans les dispositions adéquates pour les activer tout de suite. Alors je fis un saut rapide pour ne pas prendre la bête de plein fouet malgré que j’aie réussi à l’esquiver, il m’avait déchiré ma manche droite. Mon bras gauche avait été touché, la plaie n'était pas dangereuse mais le sang coulait à flot.
Cela faisait très longtemps que je n’avais pas ressenti une telle douleur mais je n’avais pas le temps de reprendre mon souffle qu’il se rua sur moi comme une bête affamée, elle devait sûrement être attiré par le sang.

Alors qu'elle se ruait sur moi, Tsubaki donna un coup de fouet et la bête s’arrêta net pour ne pas prendre le coup de fouet. C’est à ce moment que j’ai décidé de faire sortir mes origamis du sable, la bête semblait avoir été surprise et ne réagis pas. Mes origamis l’avaient complètement entouré avant de se refermer sur elle mais comme la consigne le disait, nous ne devions pas la blesser alors j’avais pris la précaution de ne pas transformer mes origamis en des armes tranchantes.

« Eh Tsubaki ! Je vais essayer de le retenir un maximum sous mes origamis, éloigne-toi un peu pour reprendre ton souffle. »


Je formais de plus en plus d’origamis pour qu’il continue à se mettre par-dessus les autres enfin c’était plus une assurance au cas où le félin arrive à détruire ce qui l’emprisonne.
La fatigue commençait à prendre le dessus sur moi, former autant d'origamis me pompait énormément d'énergie. Je ne pouvais pas continuer comme cela infiniment alors j'ai pris l'initiative de mettre quelques senbons autour de mes origamis, qui entouraient la bête. Je reculais instinctivement pour prendre une distance de sécurité suffisante mais la douleur liée à ma blessure ne voulait pas partir.

Ma respiration était de plus en plus irrégulière. Comment faire pour que la bête soit complètement immobilisée ? Comment faire si elle arrive à s'enfuir ? Combien de temps reste-t-il avant la fin de l'exercice ?
J'aurai sûrement besoin de repos pour pouvoir espérer aux assauts de la bête, je suis plus un poids mort qu'autre chose tout de suite mais je devais faire de mon mieux pour que le défi soit fini.
Je regardais Tsubaki en espérant qu'elle avait trouvé un plan ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1877
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Les Scorpions des Sables Rouges Lun 4 Déc 2017 - 22:30


Le duo sait faire preuve de ténacité, il s'acharne avec presque tout autant d'ardeur que le félin qui, sans relâche les assièges de ses crocs et de ses griffes, causant ainsi multiples déchirures et lésions dans leur chair rougie par l'effort, irrité par la sueur et brûlé par les derniers rayons du soleil couchant. Ayato et Tsubaki forment un bon duo à n'en point douté, contrairement au potentiel qu'ils déploient au cours de cet exercice. Aucun ne semble avoir réellement compris ce que cet entraînement laisse suggérer en matière de stratégie pure, mais qu'importe, l'apprentissage est là et les deux genin, non-content de nombreuses et multiples contusions, en ressortirons grandis de cette expérience. Seulement nul n'aurait pu prévoir ce qui allait suivre et certainement pas leur senseï qui, jusqu'alors, a vu chacune de ses tentatives d'emprises sur sa part démoniaque se couronner de succès tout au long de l'exercice et ce en dépit des étranges sensation partagée avec le farouche léopard, dont les émois carnassier courroucent avec force les instincts faméliques de la Kunoichi.

Ainsi, tout semble aller pour le mieux, dans le meilleur des entraînements, jusqu'au moment où l'animal, finalement acculé, finit par se retrouver prisonnier d'un cocon de feuillages sertis de pointes aussi menaçantes que les canines de l'animal. C'est face à ce revirement aussi soudain que perturbant que Rikin, dans toute la candeur oisive propre à sa juvénilité, se retrouve soudainement pris de panique. A peine conscient de son état, ce qu'il ignore l'inspire davantage de ce qu'il ne peut comprendre si bien que son cœur se met à battre à tout rompre dans son petit corps tremblotant. Et c'est dans la plus pure perdition que sa maîtresse s'éprend, sans qu'elle ne parvienne à savoir pourquoi ni comment, à ressentir toutes la détresse qui ébranle les entrailles de l'animal. Sa vision se brouille. Une main laconique s'écrase contre sa tempe. Une vive douleur lui vrille le crâne. Le temps d'une seconde, elle a l'impression de voir à travers les yeux de Rikin, d'être elle aussi prise de panique et prisonnière du cocon.

C'est à grand renfort d'expérience et de maîtrise de soit qu'elle parvient à paraître sereine aux regards de ses élèves dont l’attention reste certainement centrée sur leur opposant encore captif. La démone s'efforce de reprendre un tant soit peu le contrôle de la situation, mais c'est sans compter sur la panique de Rikin qui, en retour touché par la part démoniaque enfouie dans le cœur de sa maîtresse, atteint son paroxysme dans un ultime soubresaut. Les âmes ainsi courroucées finissent par se rompre et c'est de cette fracture que prend forme un lien les unissant désormais entre-elles. Le choc apparaît aussi bien physiquement que mentalement. La Chasseresse finit par ployer le genou à même le sable des dunes et c'est alors, dans une décharge et un bruit d'impact que l'on peut assimiler à un coup de tonnerre, qu'un choc se produit. Les deux compagnons, démon et félidé dégagent de concert une puissante vague d'énergie pure. L'air claque. Le sable est repoussé autour de la Kunoichi pour former un petit cratère. Pour le léopard, c'est dans un rugissement sauvage à en vriller les tympans qu'il émerge. La puissante onde qui s'est échappée de son corps ayant littéralement balayé sa prison.

Le voici qui se tient de nouveau face aux deux genins, plus puissant qu'il ne l'a jamais été et que n'est censé l'être un animal de son gabarit. Le poil hérissé, le regard vif luisant d'une lueur sauvage sans précédent, c'est ainsi, pris de frénésie, qu'il emboîte le pas vers son futur repas.


Rikin


Dernière édition par Meïka A. Oniri le Mar 26 Déc 2017 - 15:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 529
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Les Scorpions des Sables Rouges Dim 10 Déc 2017 - 11:39

Passant ton bras devant ton visage pour te protéger du sable soulevé par le vent, tu essayais de garder ton équilibre contre la puissante vague d'énergie qui s'émanait de ton professeur. Tu demeurais dans l'incompréhension la plus totale devant le spectacle que t'offrait la jeune femme. Tu pouvais ressentir une immense puissance à travers cette bourrasque qui te caressait avec force toute ta chair découverte par tes plaies. En même temps que cette onde se propageait à travers tout le terrain d'entraînement, votre adversaire éveilla une nouvelle férocité encore plus bestiale que la précédente.

Tu observas les mille papiers de ton coéquipier s'envoler comme de vulgaires déchets inutiles. Tu commençais à regretter d'avoir pris ton temps. Plutôt que de te reposer, tu aurais dû l'aider à consolider les entraves pour maintenir plus solidement l'animal en cage. Cependant, il était trop tard pour songer à ce que tu n'avais pas fait. Les évènements qui se produisaient sous tes yeux ne te laissaient pas le temps de rêvasser aux multiples possibilités. Tu devais te recentrer sur la bête et sa maîtresse.

Tu commençais sérieusement à te demander si cette batterie sur pattes connaissait ses limites. Cependant, à travers son rugissement, tu sentis une émotion légèrement différente de l'excitation du combat qu'il avait jusqu'à présent. Ce regard. Cette tonalité. Cette puissance. Tu avais comme le sentiment que cet exercice n'était plus tellement un entraînement confrontant deux genin face à un félin, mais que c'était devenu un affrontement à mort entre deux proies et un prédateur démoniaque.

Joli pelage hérissé. Mignon regard aiguisé. Douce frénésie éveillée. Le petit léopard te sembla grandir en l'espace d'un instant comme alimenté par une puissance inconnue. Tu avais l'impression qu'une créature dangereuse venait de se réveiller par l'effervescence du combat. Mais quelle sorte de créature ? Tu songeas instinctivement à la discussion qui eu lieu durant l'entrevue organisée par le village quelques jours plus tôt. Était-ce donc l'influence de son démon ? Tu étiras un léger rictus à l'idée de pouvoir voir les cornes de la chasseresse au cours de cet exercice, qui finalement était des plus banals jusqu'à présent.

Cependant, si les choses continuaient à s'empirer à ce rythme, tu risquais de finir étalée morte sur le sable de ce terrain. Tu allais devoir trouver moyen de mettre fin à cet affrontement avant de ne laisser qu'une vieille peau derrière toi. C'était en quelque sorte dommage, mais tu privilégiais ta survie et d'après la posture de votre professeur, elle ne semblait pas en état de vous aider s'il vous arrivait malheur. Et tu commençais à être à bout de forces car malheureusement, ton énergie ne se rechargeait pas comme celui de ton adversaire. Tu lanças un regard en direction de ton coéquipier pour lui transmettre ton plan par ta pensée.

« Cet exercice vient de prendre de l'ampleur et si nous ne faisons rien, nous risquons fortement de mourir. Oniri-sama ne semble plus vraiment dans son état normal. J'ai comme l'impression que même une fois les cinq minutes écoulées, l'animal sera toujours incapable de s'arrêter et il n'est pas certain que sa maîtresse puisse se ressaisir et le calmer. Il va falloir l'arrêter par nous-même avant de se faire déchiqueter pour de bon. Essaye de faire en sorte qu'il s'attaque à moi. »

Tu le laissas faire. Lorsque la bête vint charger dans ta direction, tu ne bougeas pas d'un pouce pour te laisser empaler de ses griffes. Poussant un cri de douleur, tu savouras de pleines dents cette douce souffrance qui te parcourait depuis l'abdomen comme un poison dangereux. Tremblante de tes deux bras, tu effectuas une courte série de mudras. Tu plongeas ton regard dans ses pupilles dorées tout proche de ton visage pour l'accueillir dans une paisible illusion confectionnée par tes soins.

Cette fois-ci, sa force brute aussi puissante soit-elle n'allait lui être d'aucune inutile. Avec un peu de chance, il ne savait pas se libérer des illusions, ce qui pourrait te permettre de mettre fin à cet affrontement. Tu commenças par l'immobiliser avant de tenter de calmer sa frénésie jusqu'à le rendre complètement calme. Il s'agissait de ta dernière action. À bout de forces, tu restas immobile pour maintenir ton sortilège.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1877
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Les Scorpions des Sables Rouges Mar 26 Déc 2017 - 22:03


Je suis en proie en ses nombreux sentiments qui m'assaillent, qu'il soit question de la jouissance qu'exulte la notion de prédation dans tous ses aspects les plus sauvages, où de la soudaine puissance qui inonde mon corps. C'est comme si nous ne formions plus qu'un. Il entend mes pensées, je vois, existe et ressent à travers son regard. Incertaine, ce à l'urgence de la situation ainsi qu'à mon expérience que je dois ce semblant de contrôle sur ma personne. Je parviens alors à me ressaisir après une courte lutte acharnée contre ma part démoniaque, parvenant à garder forme humaine, je finis par intervenir en faisant preuve d'une vélocité que je pensais à jamais perdu.

Alors que Tsubaki, tombe à terre, je suis presque parvenue à inconsciemment retenir les griffes de Rikin par la seul force de ma volonté, celle-ci ce contentant sur l'instant de simplement tailler la chair plutôt que de la déchiqueter. A présent enfermé dans une illusion, j'arrive derrière l'animal en à peine plus de temps qu'il n'en faut pour cligner des yeux. Rapide, c'est d'un revers de la main que je balaye le léopardeau, qui, après un coup sec derrière la nuque, finit assommé. J'ai alors cette étrange sensation qui me parcoure l'échine. Mes muscles se crispent soudainement, comme si l'on vient de me frapper à cet endroit. Je n'ai aucun mal à faire le lien de causalité entre mon assaut sur Rikin et la douleur ressentie sur ma personne propre.

Toutefois, a aucun moment je ne laisse le doute et les questions semer les germes de la confusion dans mon esprit. Sitôt j'enfonce une pilule médicale toute droit tirée de ma sacoche dans la bouche de la Ketsueki. Cette dernière est très efficace en guise de premier soin et devrait suffire à la remettre sur pied. J'en envoie également une à Ayato, bien qu'il soit tout de même bien mieux portant que sa coéquipière.

« Ce sera suffisant pour aujourd'hui. » Dis-je d'un ton froid qui ne laisse trahir aucune émotion en dépit de cet océan en pleine tempête qui se meut avec force contre les parois de mon être. « Navrez pour ce qui vient d'arriver. Rikin ne semble... » Mon regard s'attarde un instant sur l'animal inconscient échoué dans le sable. « Il n'est pas encore suffisamment bien dressé. »

Sur l'instant je me demande de qui il est vraiment question ? Lui ? Moi ? Ou encore ma part démoniaque ? Une nouvelle fois je laisse fuir le doute hors de mon esprit pour me recentrer sur la situation. Par chance, dans cette histoire il ressort davantage de peur que de mal. Tout du moins pour ce qui est de mes élèves qui en réchappent pas plus mal que prévu. Quelque écorchure et hématome qui alimenterait leur nuit et sonnerait le glas à leur du réveil.

« Toujours est-il que vous vous en êtes plutôt bien sorti. » Repris-je après un court instant de silence. Quand bien même pratiquement rien ne s'est passé comme prévu, elle ne peut que saluer le travail d'équipe qui a régit cette confrontation contre le félidé. « Vous êtes chacun parvenu à tirer le meilleur des capacités de votre coéquipier enfin de faire face à cette menace commune, même si sur le plan technique vous auriez pu faire bien mieux que cela... » Toujours chercher à les tirer vers le haut. Et c'est pourquoi je me relève, après m'être brièvement, mais sincèrement, assurée que Tsubaki demeure bien portante, lui laissant alors le loisir de se relever elle-même. « L'objectif de cet entraînement était également de vous faire prendre conscience de vos lacunes. Vous n'êtes pas spécialisés dans le combat au corps à corps et êtes donc vulnérable face à des adversaires de ce type. Cela, vous devez en être conscient à chaque instant de votre carrière de Shinobi en vous préparant à palier à cette faiblesse. Lors d'un affrontement, il existe d'innombrables façons de tenir vos adversaires à distance, il s'agira de sujet de notre prochaine leçon. En attendant, profitez de cette soirée pour vous reposer. Vous en aurez besoin pour la suite... »

Il m'est malheureusement trop tard pour réaliser l'étonnante proéminence de mes ongles qui se sont subitement allonger, et font désormais davantage penser à des griffes de félidé qu'à mes habituelles parurent démoniaque lorsque je suis transformée. Moi même je me fends d'une expression étonnée, le regard brièvement perdu dans la contemplation de ces rasoirs aiguisés. Je comprends que quelque chose vient d'opérer un nouveau bouleversement en moi, encore. Et c'est avec une ardeur taciturne que j'aborde la situation, me contentant d’apaiser le feu déchirant mes entrailles si bien que mes ongles finissent par reprendre leur forme originelle. Mes doigts se referment alors sur ma paume. Les phalanges engourdies craquent bruyamment. Je me masse ensuite la nuque, cette dernière, tendue, grince également lorsque je remue la tête. C'est sans plus attendre que j'attrape Rikin toujours inconscient afin de le placer mes épaules et disparaître à l'aide de l'Hiraishin en rejoignant aussitôt mes appartements au palais. Mes forces ne me permettent alors pas de faire un pas supplémentaire si bien que je m'effondre aussitôt en perdant connaissance.


Rikin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 529
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Les Scorpions des Sables Rouges Mer 27 Déc 2017 - 0:50

Tes forces revenaient grâce à la pilule de la jeune femme. Tu avais toujours du mal à te mouvoir correctement, mais tu te sentais capable de te relever. À présent, l'épreuve était terminée et le monstre était désormais endormi. Tu affichas un léger sourire face à sa remarque.

« Pas encore parfaitement dressé, oui. Mais ce n'est pas toujours aisé de dompter un animal sauvage tel le léopard, cela demande beaucoup de temps. Aujourd'hui il a déjà fait preuve d'une grande docilité, même si à la fin il m'avait l'air d'être pris dans une étrange frénésie, mais peut-on vraiment lui en vouloir ? J'ai comme l'impression qu'il n'était pas la seule victime prise au piège d'une folie.. »

Derrière ces mots, tu faisais référence à la mystérieuse vague d'énergie libérée par la jeune femme quand l'animal fut prisonnier des papiers de ton coéquipier. Elle s'était elle-même laissée emportée par ce quelque chose de mystérieux dont tu n'arrivais pas à deviner la nature.

Par le ton froid dans ses paroles, tu en déduisis qu'elle n'avait pas l'intention de donner les détails de ce qu'il venait de se produire. Intérieurement, tu poussas un soupire. Ce n'était pas aujourd'hui que tu allais apprendre plus de choses sur sa nature démoniaque dont elle avait parlé l'autre jour.

« Je suppose que je le découvrirai une prochaine fois. Chaque rencontre avec vous m'apporte quelque chose nouveau. »

Tu léchas discrètement le sang qui s'émanait de ta blessure, avant de porter un regard sur les mains étranges de la jeune femme. Surprise, elle-même ne semblait pas comprendre ce phénomène. Des griffes bestiales avaient remplacé ses ongles habituels, mais elle conserva son calme réfléchi avant de porter l'animal à son dos et s'apprêter à quitter le terrain.

Tu la remerciais pour ses compliments et ses conseils. Intérieurement, tu conservais un goût d'amertume qui te restait en bouche après cet affrontement car au final, ni toi, ni ton coéquipier, n'avait compris le véritable objectif de cet entraînement. Tu n'aimais pas ce sentiment de défaite. C'était la deuxième fois que tu perdais face à elle. La première fut face à un entretien oral, la seconde fut lors d'un combat contre un léopard, à quoi devais-tu t'attendre pour la troisième fois ?

Te laissant lourdement retomber au sol, tu crispas ton visage d'un air irrité. Cette femme était un véritable énergumène qui attirait à la fois cette colère insoumise qui refusait de perdre et cette incroyable admiration à son égard..


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Les Scorpions des Sables Rouges

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Scorpions des Sables Rouges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Vent :: Kaze no Kuni-