N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Dim 15 Oct 2017 - 14:31


Récolter ce que l'on sème


Contexte

Le poison touchant l'intégralité des Sunajin n'a pas pu être clairement identifié mais la capitale dispose de suffisamment d'informations pour savoir qu'il s'agit d'une toxine ancienne et particulièrement tenace. Si elle n'a pas pour effet la mort de sa victime, elle draine en revanche son énergie, la laissant sacrément affaiblie...
Kaze ne peut pas se permettre de conserver cet handicap plus longtemps : il faut trouver un remède ! Les médecins de Suna ont conseillé de se rendre du côté de Ki no kuni, non loin de l'Arbre Maison et de la capitale de Taiboku no Sato, où il se trouverait une variété d'arbres rares dont l'écorce aurait des vertus contre le poison. Rien indique que cela fonctionnera pour cette toxine mais cela reste une piste a exploiter. Tachez d'en apprendre davantage sur place.


Règles

  • Vous trouverez un résumé du contexte ici
  • Tous les Sunajins sont touchés par le malus lié au poison : soit la perte d'un rang de chakra.
    Rappel :
    Spoiler:
     
  • Le premier tour est consacré à votre voyage pour arriver à destination
  • Résumez vos actions à la fin de votre RP, avec la balise spoiler.
  • Vous n’avez pas de délai de réponse obligatoire : veillez cependant à ne pas abuser de ce temps libre pour ne bloquer personne.
  • Si soucis ou interrogations, contactez @Ketsueki Yami


Ordre de passage


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 311
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Dim 15 Oct 2017 - 16:43

Tandis que le soleil jaune du désert commençait à pointer le bout de son nez sur la ligne d'horizon. Mareo était à l'un des points d'accès des remparts en attendant l'arrivée de sa partenaire du jour. Kumiko Saibogu, cela devenait une habitude pour eux de traiter des ordres de missions ensemble. Ils n'étaient pas considérés comme une équipe du village caché par les sables, mais ils en prenaient l'allure petit à petit. Depuis hier soir, le moine connaissait leur destination. Il avait passé une bonne partie de la soirée à étudier les cartes de Kaze no kuni pour y trouver un itinéraire adéquat, mais surtout celles de Ki no kuni. Le pays du bois était totalement étranger aux yeux du bald boy. Il ne le connaissait que par les écrits qu'il avait pu lire sur le pays. Au fait de son histoire depuis ses années d'étude au temple de Ta no kuni, le moine n'en restait pas moins un touriste là-bas. Il avait donc aussi passé en revu les dernières informations sur ce petit pays quelque peu oublié du Yuukan.

La politique du bois équivalait à ne pas faire grand-chose à l'internationale, ils étaient plutôt discrets. Et si le genin en croyait ce qu'il avait lu c'était principalement dû à son daimyo très jeune et inexpérimenté. Mitsurin Akami, vingt-quatre ans dont le seul trait de caractère connu serait sa bonté naïve. Le pays du bois semblait en paix depuis son accession au pouvoir, ce qui arrangeait les affaires de l'inventrice et du religieux. La mission avait des chances de se passer calmement et c'était tant mieux.

Le nez collé dans sa carte du pays du vent Mareo entendit Kumiko arriver sans pour autant lever la tête tout de suite. Il était en train de calculer mentalement le temps qu'il leur faudrait pour atteindre les terres du bois.

Oh, bonjour Kumiko, prête ? Content de te revoir. J'ai tracé un itinéraire le plus direct et le plus sure possible pour atteindre Ki no kuni. Il nous faudra bien une petite semaine pour traverser tout le pays du Sud au Nord, peut-être moins avec ton engin de mort. En passant par San'rin'Miitsurin nous pourrons faire une légère halte avant de prendre le sentier de la bordure Est. Nous devrions faire un arrêt à Kazemori pour ensuite rejoindre Mamushi pour un dernier ravitaillement avant le pays du bois. L'autre trajet nous prendrais bien deux jours de plus en prenant par l'Ouest et la citée du Crépuscule. Et traverser le désert en coupant en ligne droite risquerait de nous perdre.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Après quelques formules de politesse et avis sur la mission à venir les deux compères avaient pris la route vers le nord du pays et leur voisin du bois. Filant comme le vent par les sentiers du déserts de Kaze no kuni. Atteindre la capitale de Ki no kuni, Taiboku no Sato seraient quasiment le plus long à faire dans cette mission...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 661
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Lun 16 Oct 2017 - 8:57


l'attaque de poison avait été plus difficile que prévu et avait touché toute la ville. Une attaque si massive avait été étonnante, surtout sans connaitre les auteurs. Elle aurait dû essayé de rencontrer les hautes instances de Suna, mais la tension semblait être assez forte. C'était comme si quelque chose trainait encore dans l'air sans mauvais jeu de mots. L'affaiblissement généralisé de la plupart des forces du pays devait bien rentrer en ligne de compte. Une toxine ancienne, c'était tout ce dont on l'avait informé, mais peut-être que c'était tout ce dont ils étaient au courant. Elle restait persuadée que pour réussir à toucher toute la ville, l'attaque était interne et préparée de longue date. Ce n'était pas possible autrement. Elle se sentait faible et souffreteuse, encore pire que d'habitude. La Saibogu était déjà malade, ce qui n'aidait en rien en ce moment. Elle avait le souffle court, la tête lui tournait sans trop comprendre ce qui lui arrivait. Elle avait l'impression que le poids du monde se trouvait sur ses épaules. On pouvait dire qu'elle n'était pas tellement en état de faire quoi que ce soit, mais il fallait bien agir. Sa vie ne tenait déjà qu'à un fil, mais elle la savait limité, alors autant y aller tout de même. La perte n'en serait que limitée.

« C'est comme... Un gros rhume... Allez... »

Kumiko se décida à sortir de chez elle, mais à pied pour le coup. Il n'y allait pas avoir de pétarade ce coup là, par crainte de manque d'énergie. Après tout, si sa dépense d'énergie pour sa moto était minime en temps normal, elle ne savait pas tellement ce qui pouvait arriver dans cette mission. Quitte à empoisonné toute une ville, elle empêcherait également la possibilité de trouver un antidote. Ils étaient ainsi envoyé en direction de Ki no kuni dans l'espoir de trouver de quoi sauver tour un pays. Les doses de contre-poison allaient devoir être très importantes, s'ils trouveraient quoi que ce soit. Ils devaient trouver de l'écorce capable de neutraliser le poison. Ils allaient devoir tester le remède en premier déjà, enfin, ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Cela risquait de faire sacré trou dans le budget en tout cas l'achat ou la négociation d'une telle dose de poison. Il fallait en plus que cela reste le plus discret possible, mais avec une telle importante cargaison, c'était sans doute impossible.

Kumiko allait faire ses recherches avec son moine préféré, bon, elle n'en connaissait qu'un personnellement, mais cela comptait déjà non ? Ils faisaient une bonne équipe, mais ils allaient devoir être plus prudent que jamais. Ils allaient devoir procéder à la mission à deux personnes, c'était peu pour une mission de cette importance, mais elle se disait que le village n'avait pas vraiment les moyens d'en envoyer beaucoup avec la chute généralisée de force du village. Pourquoi il fallait que ce soit le pays de Ki no kuni ? Elle y était née, elle y avait grandi et la dernière fois qu'on l'avait envoyé ici, c'était la rébellion et comme mission de tuer son propre père activiste notoire impérial. Elle soupira légèrement, ce qui n'aidait pas forcément la chunin à être pleine d'entrain à se rendre au point de rendez-vous. Elle connaissait bien le pays pour y avoir passé toute son enfance. La plupart des habitants n'étaient que des grenouilles de bénitiers comme l'on disait. Le pays était très religieux, voir pacifique, après tout, c'était le seul pays à s'être rendu dès l'arrivée des armées impériales. Vous comprendrez alors pourquoi elle ne le crie pas sur les toits.

La Saibogu revoyait le chemin le plus simple et le plus sûre pour s'y rendre, quitte à prendre plus de temps. Il n'était pas question de risquer un combat inutile dans leurs conditions physiques. La rumeur avait dû courir depuis le temps, il se pourrait que les bandits de grands chemins soient de sortis. Sans doute trouverait elle des personnes ayant trop de pitié pour les laisser ainsi, malgré le grabuge qu'elle avait pu faire. Elle était loin de la philosophie du pays, c'était même pour cela qu'elle en était partie lors de la grande guerre. Elle trouverait bien des marchands où des grossistes pour négocier l'achat en masse du remède. Lorsque la jeune femme arriva au lieu de rendez-vous, c'était en toussant avec un rythme plutôt faible.

« Cought... Cought... Bonjour Mareo... Excuse moi, ce n'est pas la grande forme. On va y aller à pied, je suis désolée, c'est plus prudent. Je n'ai pas encore mon permis tu sais. »

Dit alors Kumiko avec humour, malgré sa situation difficile.

« Ne t'en fais pas pour la route, je la connaît par cœur. Cependant, tu as raison, on va éviter le désert. On en a pour un moment avant d'y arriver. »

Kumiko n'était pas si joyeuse que cela de se retrouver à retourner dans le pays. C'était peut-être le moment d'aller revoir sa mère après tant de temps. Cela lui rappelait de mauvais souvenirs en mémoire de dispute, son départ précépité, son arrivée à Kaze. C'était comme si elle allait être une étrangère dans son propre pays pour la seconde fois.

« l'avantage va être que je vais pouvoir te montrer les coins chouettes du pays du bois. Les habitants sont assez accueillants en général. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 311
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Jeu 19 Oct 2017 - 21:47

Kumiko paraissait bizarre aujourd'hui, elle avait le teint plutôt pâle alors qu'habituellement la jeune femme prenait bien le soleil d'après ce que Mareo en avait vu. Malgré ce que laissait paraître en surface, le moine avait l'impression qu'au fond elle faisait grise mine. D'ailleurs elle avait annoncé dès son arrivée au rempart ce matin qu'elle n'avait pas la forme. Au début le bald boy s'était imaginé que ce n'était que physique, lui aussi quand il était malade on pouvait ressentir qu'il était faible et pas dans son assiette. Pourtant, là quelque chose d'autre clochait et il n'aurait su dire pourquoi ?! Bien qu'il pouvait émettre quelques hypothèses, il se souvint d'ailleurs d'un détail. C'était le jour de leur première rencontre et de leur première association en mission d'ailleurs. À cette occasion, ils avaient tous les deux parler de leur passé respectif. Les mots de la jeune femme lui revinrent en mémoire: « Je vivais dans le pays de Ki, c'était plutôt paisible dans son genre, mais je ne pouvais plus côtoyer mes parents. Ils étaient devenus trop …. Eloignés de ma façon de voir le monde. Je ne les ai jamais revus depuis d'ailleurs. ».

Après cela, le sunajin avait appris que les parents de la jeune femme et elle avait des philosophies de vie différente. Des croyances différentes aussi et surtout des allégeances diamétralement opposées, l'empire pour eux et la rébellion pour elle. Peut-être que c'était cela qui la mettait dans un état légèrement végétatif ?! Elle semblait vraiment pensive. Malgré ses traits d'humour et ses tentatives de positive-attitude, Mareo était embêté que sa camarade ne se sentent pas bien. Ni tenant plus aux quatrièmes jours de voyage il voulut lui poser la question:

Tu sais Kumiko avant d'être un shinobi je suis un moine cela fait parti de mes prérogatives d'écouter. Je dirais même qu'à bien des égards c'est un devoir même si je n'ai jamais considéré cela comme tel. Devoir rapporte à obligation et une obligation rapporte à un côté négatif, une corvée hors j'ai une oreille attentive. Et j'apprécie d'aider mon prochain que ce soit par le silence, l'écoute ou le conseil.

Le genin feint d'avoir fini, mais repris après quelques secondes de silence:

Je ne veux pas te mettre dans l'embarras, mais j'ai l'impression que cette mission ne t'enchante guère. Ce que je peux comprendre étant donné ce que tu m'as dis sur ton passé. Si tu ne souhaites pas t'y attarder je comprendrais, tu ne seras pas obligé de me faire visiter le coin, exprima-t-il gentiment avec un sourire.

---------------------------------------------------

Au sixième jour, ils avaient atteints Mamushi pour leur dernier ravitaillement le voyage s'était passé sans encombre. Demain, ils passeraient ensemble la frontière du pays dont était originaire la Saibogu. Le genin s'était dit que ce serait le moment de faire un point sur leur manière de procéder. C'est vrai allait-il en faire part aux autorités de Ki no kuni directement ou prenait-il le parti de rester discret. Ils n'allaient tout de même pas voler impunément le pays du bois:

Demain, nous atteindrons le pays et si mes estimations sont bonnes en fin de journée nous serons à Taiboku no Sato. Comment veux-tu que l'on procède, allons-nous rencontrer Mitsurin Akami de manière officielle ? Veux-tu que nous enquêtions d'abord de notre côté ? Je suggère la deuxième option, une petite enquête discrète serait profitable. Selon nos découvertes cela nous donnera des billes pour négocier avec le pays du bois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 661
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Dim 22 Oct 2017 - 11:39

Tandis que Kumiko poursuivait le chemin vers le pays de Ki sans trop regarder où elle allait. Ce n’était pas comme si elle ne connaissait pas le chemin parfaitement malgré la distance. Elle était un petit peu dans la lune, un peu ailleurs et soupirait de temps en temps. La rouquine n’était pas du genre à faire beaucoup la conversation pour une fois. Elle serait presque introvertie, enfin pour une pipelette comme elle évidemment. La Saibogu lors du quatrième jour écouta une conversation du moine, afin de la tenter de parler. Elle regarda le ciel comme si elle cherchait un moyen d’éviter cette conversation, mais était-ce vraiment juste pour son coéquipier de ne rien lui dire. Après tout, cela pouvait bien impliquer le résultat de la mission. Elle sourit doucement en entendant Mareo lui dire qu’il était là également pour écouter. Elle lui tapota doucement l’épaule.

« Tu es gentil Mareo, mais si je te disais tout ce dont j’ai sur le cœur, on raterait sans doute la mission. Tout n’est pas forcément très intéressant, mais par contre pour la mission, je suis bien revenue un jour au pays de Ki. C’était pendant la guerre contre l’empire, on était en passe de gagner la guerre. Les fronts commençaient à reculer et on sentait l'Empire fébrile. C’est pour cela que l’on m’a envoyé en pays de Ki pour une mission bien spéciale. Ce genre de mission discrète, qui en général, on évite d’en faire du bruit. »

Kumiko tourna un œil en direction du genin alors qu’elle laissait ses bras ballants le long de son corps.

« Tu as raison en effet, je ne suis pas très motivée à revenir chez moi. Que pourrai-je bien dire à ma mère après tout cela ? J’ai toujours été une bonne tireuse d’élite, même pendant la guerre, alors on m’a donné comme mission d’abattre un responsable au pays de Ki. C’était important, et cela pourrait éviter de nombreux morts inutiles. Comme on dit, une mission s’est une mission, il faut la réussir à tout prix. Alors j’y suis allée, j’ai facilement trouvé ma cible, mais … »

La jeune femme regarda le ciel, elle se rappelait comme si c’était hier et heureusement que Kaderik avait été présent. Comme si elle avait une poussière dans l’œil, elle passa un doigt le long pour l’extirper.

« C’était mon père … »

Se contenta de dire Kumiko, laissant entendre que la mission avait été un succès. Il était inutile de rentrer dans les détails, mais pour quelque temps, elle se tut en laissant simplement passer les paysages qui devenaient de plus en plus verdoyants à mesure qu'ils se rapprochaient de leur destination. Quelque temps plus tard, elle reprit la conversation comme si de rien n'était.

« Tu sais, je pense que ce pays serait vraiment parfait pour toi. Ils n’aiment pas la violence et ils sont très croyants. C’est le seul pays qui s’est rendu sans combattre, ça n’a pas forcément été un meilleur traitement, mais bon. Si tu devais quitter Suna, ça serait sans doute un coin sympa pour toi ici. »

À l'aube du sixième jour alors qu'ils se ravitaillaient, Kumiko sentait du poids supplémentaire sur ses épaules. Cependant, elle restait une professionnelle et la chef de cette expédition importante pour le peuple de Suna.

« Il faut que l’on montre patte blanche, on ira officiellement. Il faudra jouer sur le fait qu’ils aiment aider leur prochain, on aura une sorte de dette morale avec eux. Je pense que cela pourrait bien le plaire. On ne pourra pas cacher une telle quantité à acheter, d'autant plus qu'il nous faut de l'aide et de quoi expérimenter le remède. Je serais volontaire pour tester les remèdes, quoi qu’il se passe, bien ou mauvais, ce n’est pas grave. Il faudra directement nous présenter aux autorités, ce n’est pas une mission discrète, au contraire. C’est le moment de soigner nos relations. Tu espères trouver quoi pour négocier ? »

Kumiko ne fermait pas sa décision pour se laisser convaincre par le moine, quoi qu’il en soit, ils allaient alors pénétrer en pays du bois. Ces terres si lourdes de sens pour sa frêle personne malade et empoisonnée de surcroîts. Elle ne chercherait pas à se cacher, elle afficherait directement aux autorités de Ki sa présence. De toute façon, la Saibogu serait bien étonnée qu’ils soient reçus dès leur arrivée en demandant une audience. Ce fut ainsi alors en arrivant en début de soirée que le duo fit ses premiers pas au pays de ki, alors qu'un poste-frontière se tenait le long de la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Ven 27 Oct 2017 - 21:56

Mareo décide de suivre la voie désignée par sa coéquipière a savoir se présenter aux autorités locales pour leur demander l'autorisation d'extraire de l'écorce d'arbre, un élément entrant probablement dans la composition du remède au poison.

Vous arrivez le lendemain soir dans la ville de Taiboku no Sato, après une nouvelle journée de marche harassante et de sentiments pesants pour la Saibogu ayant désormais les pieds sur sa terre natale.
Sur place, personne ne peut vous recevoir dès a présent mais votre présence n'est pas perçue comme hostile sur ces terres hospitalières. Les natifs vous communique même l'adresse de l'auberge afin que vous puissiez y passer la nuit et vous y reposer en attendant le lendemain matin, plus propice à une rencontre.

Lorsque les aurores se présentent, vous êtes déjà face a votre interlocuteur, le chef de la garde locale, qui ne voit aucun inconvénient à ce que vous récoltiez ce que vous êtes venus chercher. Cette variétés arbres, bien que rares a travers le Yuukan, ne possède pas le moindre intérêt pour eux au quotidien. Vous avez l'autorisation pour vous servir.

Les choses auraient été bien différente s'il avait s'agit de s'en prendre à l'Arbre Maison et Mitsurin-sama aurait même été sollicitée dans l'affaire, mais dans le cas des Sunajins cela n'avait pas lieu d'être, la dirigeante du pays étant elle même fort occupée.
Ils semblaient même ravis de pouvoir vous prêter assistance et vous ne savez pas si leur élan de gentillesse est sincère ou ponctué d'intérêt puisque vous leur devenez redevable... La Saibogu devait en connaître la réponse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 311
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Jeu 2 Nov 2017 - 13:34

Le Kiezan n'avait rien trouvé à redire concernant la décision de sa partenaire concernant sa décision de se présenter directement aux autorités de Ki. D'après elle, la mission n'était pas du tout portée sur la discrétion ce qui n'était pas faux. À vrai dire, Mareo avait émis l'hypothèse d'enquêter avant plus par ignorance que véritable conviction. Le genin ne connaissant pas du tout le pays du bois, il était curieux d'en découvrir sa culture. Il n'espérait pas particulièrement trouver de quoi négocier, mais si par hasard ils avaient découvert quelques informations sur leur voisin. Des informations compromettante ou bien une aide potentielle à leur apporter sur un problème bien à eux. Enfin, tout ce qui aurait pu leur permettre de troquer un service contre les denrées qu'ils recherchaient.

Il s'avéra que la décision de Kumiko soit la bonne, car le lendemain soir de leur petite réunion aux frontières de Ki no kuni, ils furent accueillis avec respect et l'hospitalité leur fut offerte. On leur indiqua où dormir pour la nuit l'heure de leur arrivée étant avancée, puis on prit rendez-vous avec eux pour le lendemain aux aurores.

À l'étage de l'auberge dans une chambre douillettes pas très grande et plutôt intimiste, Mareo était installé dans un lit fait de hêtre. La chambre était décorée d'élément exclusivement naturelle, on eut dit que l'auberge avait poussé comme tant d'autres arbres au pays du bois. En face du lit un arbre passait en travers de la pièce comme si de rien était, cela ajoutait vraiment au charme de la chambre. Le genin et Kumiko avait pris deux chambres séparées, le bald boy s'était dit qu'il serait inapproprié de dormir au côté de sa supérieure. En plus de cela, là jeune femme avait de quoi cogiter en revenant ici sur ce territoire chargé en souvenir pour elle sans doute.

Dans le confort de son lit sous une couette douce et chaude, Mareo songea au quatrième jour de leur voyage. Lorsque Kumiko s'était décidé à lui parler de ce qui minait son moral pour cette mission. La native de Ki lui avait avoué deux ou trois choses sur son passé et les sentiments qui la reliaient au pays du bois. La mission à succès qui avait fait d'elle une artisane importante du succès des Rebels contre l'Empire. Le genin ne pouvait pas imaginer ce qu'elle ressentait peut être regrettait-elle ou peut être pas ?! En tout cas, peu importe ce qu'elle en pensait dans les deux cas ce serait des sentiments normaux. Le genin n'avait pas répondu suite aux aveux de sa camarade et il n'en avait plus fait mention depuis lors. Il avait dit qu'il serait là pour écouter si besoin et non pas pour juger, loin de lui l'idée d'être courroucer par ses révélations. Son regard sur la jeune femme n'avait pas changé et ne changerait sans doute pas de si tôt... C'est sur ces pensées qu'il s'endormit profondément.

-------------------------------------------------

À l'aube, les deux sunajins étaient déjà en grande discussion avec le représentant de la garde local. Tout près de la capitale, ils se virent offrir l'opportunité de prendre autant d'écorce qu'il leur était nécessaire. Cela surprit vraiment Mareo d'imaginer un pays donner de ses ressources aussi insignifiantes soient-elles à leurs yeux sans même parlementer un peu. La générosité était en chacun de nous, selon les préceptes du temple de Maskine, mais le Kiezan n'était pas un moine comme les autres. Il avait certes été élevé au temple, mais depuis vivait au milieu des shinobis de Suna. Hors ses missions lui avaient appris à être un minimum méfiant.

Le chef de la garde de Ki offrit même aux deux shinobis de l'aide pour récolter l'écorce nécessaire ainsi qu'éventuellement une aide scientifique. Toute cette partie-là équivalait à du charabia pour le bald boy. Mareo avait bien appris deux ou trois notions de médecine contraint et forcé par son éducation monastique. Pourtant, il n'avait jamais exceller dans ce domaine. Aujourd'hui, ses connaissances étaient trop loin pour qu'il s'en souvienne efficacement. Il souffla tout de même deux ou trois mots à sa partenaire:

Je sais que tes semblables ont la main sur le coeur, mais ils sont bien trop heureux de nous aider. Si cela est bien dans leur nature je m'en réjouis, mais le doute est permis, murmura Mareo aux oreilles de la jeune femme.

Dans ce genre de situation, le jeune shinobi qu'était Mareo savait où était sa place. C'était à Kumiko de parler au nom du village pas à lui, il se contentait donc d'attendre que la discussion prenne fin entre la rouquine et le chef de la garde. Sans autre soupçon de toute manière, elle allait sans doute accepter l'aide de Ki. Il serait impoli de ne pas le faire et en plus de cela ils avaient vraiment besoin d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 661
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Dim 5 Nov 2017 - 18:27

Même si Kumiko n'était pas nécessairement heureuse d'être de retour sur les terres qu'elle avait fuites pendant la guerre contre l'empire, elle n'était pas étonnée de bien se faire accueillir. Elle ne pouvait que se sentir la bienvenue sur ces terres. S’en était presque cruel d’ailleurs, mais la jeune femme n’était pas très étonnée. Elle connaissait ce pays, et il ne pouvait en être autrement.

« Ce ne sont que des enfants, d’un cœur tendre et aimant. Ils ne peuvent même pas comprendre l’intérêt d’une guerre, même pour se protéger eux-mêmes. Alors ne t’en fais pas, il n’y a aucune arrière-pensée. J’imagine cependant qu’ils pourraient se faire manipuler par quelqu’un de mauvais. C’est tout de même le seul pays qui s’est rendu sans combattre. »

Susurra alors La Saibogu, qui avait dormi sans se poser de questions, sans essayer d’ailleurs de retourner dans la maison de sa mère, qu’elle n’osait présenter comme la sienne. Elle était partie il y avait bien plus de dix ans. Le chef de la garde locale avait accepté sans discuter qu’ils puissent se servir de l’écorce. Cela pouvait paraître tellement beau, qu'il pourrait s'agir d'un piège, mais elle n'était pas étonnée. Évidemment, le pays de Kaze serait redevable si cela fonctionnait.

« Je ne suis pas certaine que l’on peut me qualifier de semblable à ceux d’ici, je n’ai pas assez de courage et de conviction pour cela. »

Chuchota comme réponse alors la jeune femme comme une manière d’idolâtrer leur façon de vivre, comme s’il vivait dans le mauvais monde. Elle ne semblait avoir aucun doute quant à elle sur la bonté de ses gens.

« C’est un honneur alors monsieur que de recevoir tant d’aide en ces temps troublés. Nous l’acceptons et je vais devoir abuser de la bonté du pays de Ki. Nous allons devoir tester les différents contre poison avant d'être certains que cela fonctionne pour notre peuple qui souffre. Je serais alors la cobaye à ses tests, vu que je suis infectée. Si vous pourriez prévenir de qui de droit. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Jeu 9 Nov 2017 - 23:54

L'homme de la garde acquiesça de tout son élan de gentillesse aux paroles de la Saibogu.

« Vous pouvez vous servir comme bon vous semble et cela dès a présent. Lorsque cela sera fait, revenez ici et notre équipe médicale se chargera de procéder aux tests anti-poison à une échelle modérée. Mieux vaut ne pas tenter la chose en expérience réelle alors que nous ignorons tout des possibles effets secondaires de cette écorce. »

Il vous libère là dessus, vous indiquant même sur une carte là où il pense que vous pourrez trouvez de ces arbres si commun en apparence, à l'exception de leur écorce légèrement grisâtre.
Les trois zones se situent non loin autour de l'Arbre maison imposant. Une à l'ouest, une au nord est et la dernière au sud est.
Par où commencez vous ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 311
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Dim 12 Nov 2017 - 21:06

Visiblement emprunt de bons sentiments le capitaine de la garde du bois proposa de commencer les recherches à des points différents de la capitale. Trois zones situées à Taiboku no Sato autour de l'arbre maison si chère aux habitants de Ki. Depuis leur lieu de rendez-vous avec le capitaine le genin pouvait voir très clairement cet arbre gigantesque. Il émanait de cet être sans doute millénaire une incroyable présence. À croire que ce gardien séculaire était le saint patron de tout le pays et que tout passait par lui. À la fois magnifique et intimidant, il sembla à Mareo qu'il les observait avec attention. Souriant à l'idée de cet arbre qui était peut-être un être conscient, le Kiezan chassa ses hypothèses de son esprit. Il se promit d'y revenir plus tard et se concentra sur les événements en cours.

À travers les mots de sa partenaire, Mareo imaginait que Kumiko n'avait pas une si bonne opinion de ses compatriotes. En les qualifiant d'enfants et estimant qu'ils étaient incapables de se protéger eux-mêmes en quelque sorte. Sans doute la rouquine avait-elle d'autres préoccupations ? D'autres principes ? Et surtout sans doute était-elle fait d'un autre bois. C'était quasiment certains du peu qu'il connaissait de son amie, elle était loin d'être aussi paisible que les kijins.

Après avoir pris congés de leurs interlocuteurs, la jeune femme et le genin décidèrent de se rendre sur la zone sud-est. Traversant une petite partie de la capitale qui de jour était resplendissante. Bien qu'en plein mois d'automne un soleil diffusant une chaleur légère, mais très agréable. Pour le coup le pays du bois était bien plus agréable d'un point de vue climatique que le pays du vent. Deux ans que Mareo vivait sous le climat aride de Kaze. Pourtant, bien qu'il aimait énormément les paysages désertiques de son pays d'adoption son plaisir de découvrir Ki no kuni transparaissait dans son attitude. La démarche légère et le sourire en banane sur son visage en attestait, il en fit part à sa camarade en chemin:

Ki est très agréable, il y fait vraiment bon vivre. Malgré la saison, le pays doit profiter de sa proximité avec Kaze pour récupérer même en automne une douce chaleur.

Le genin était un peu plus détendu que tout à l'heure Kumiko l'ayant rassuré sur les intentions rarement néfastes des habitants des territoires du bois. Même s'il s'en doutait toute cette gentillesse et cette aide ne serait sans doute pas gratuite. Le daimyo de Kaze Yami Ketsueki allait sans doute devoir rendre la pareille un jour ou l'autre à Ki no kuni. Dommage qu'il n'est pas à rencontrer Mitsurin Akami, ce que Mareo avait pu lire sur elle l'intéressait. La bonté des gens l'intéressait toujours.

Après une petite demi-heure de marche les deux comparses arrivèrent enfin sur les lieux de recherche. Appréciant une partie très boisée des alentours de la capitale. Parmi de nombreux arbres d'apparences ordinaires se trouvait quelques spécimens au tronc grisâtre...

C'est intéressant, je me demande ce que l'on va vraiment trouver. Espérons que ces arbres sauront nous fournir un remède viable. On ne sait jamais, on pourrait trouver la mort rien qu'en les touchants, exprima de manière tout à fait naturelle le sunajin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 661
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Mar 14 Nov 2017 - 8:33


Kumiko remercia alors le capitaine pour les indications et l'abnégation que faisait preuve le peuple de Ki. Il avait sans doute raison pour un peu plus de prudence quant au test de leur future récolte. Ils pouvaient se servir autant qu'ils le voulaient, c'était vraiment admirable ou alors ils n'avaient aucun besoin réel pour ce genre de ressources rares. Elle n'était pas vraiment surprise, comme si un peu elle connaissait son peuple de naissance par cœur. Ce qui était un peu le cas de toute manière.

La Saibogu qui avait troquée son nom pour celui de son clan n'avait pas forcément une très bonne opinion par rapport aux conflits et la manière de réagir de son pays d'origine, mais sinon, elle était toujours aussi impressionnée. En quelques années, elle n'était pas non plus devenue un monstre avide d'argent et sans aucune morale. Son enfance l'avait sans doute davantage marqué davantage qu'elle ne l'aurait cru. C'étaient des réflexions qui dataient de la guerre, comme si rien n'avait changé depuis lors, mais ce n'était pas si loin que cela à ses yeux. Le duo avait prit une direction sur l'un des trois lieu de recherche. Il fallait bien commencer par l'un possible, et la chunin n'avait pas de réel avis là-dessus. En voyant Mareo comme un enfant à regarder partout, elle sourit légèrement en glissant quelques mots.

« Pas très loin, il y a un grand lac entouré d'une forêt, c'est très calme et joli, si tu veux y prendre une pause. »

Laissa entendre Kumiko l'air de rien.

« Tu as tout à fait raison, Ki est un bon pays pour y vivre. Si je pouvais prendre une retraite, ce serait ici je suppose. Il n'y a que les étrangers pour être dérangeant. »

Finit par dire amusée la jeune femme par sa propre réflexion. Pouvait-elle vraiment être considérée comme faisant partie du paysage ? N'était elle pas également une étrangère étrangement familière avec la région en portant le symbole de Suna ? Peut-être un peu, et encore davantage pour ceux habitant le pays. Une aide humanitaire ou des services à rendre au pays de Ki seraient sans doute nécessaire, mais ils ne risquaient pas de devoir prendre les armes pour ce pays. Ce n'était pas du tout le genre.

« La mort en les touchant ? Tu t'attends à voir sortir des bois une belle nymphe toute nue qui défend la région ? En tout cas, je ne suis pas une spécialiste en botanique, alors on devrait prendre des échantillons des divers types d'arbres à l'écorce grise. Inutile d'en prendre des kilos tant que l'on ne connaît pas les résultats des tests. »

Précisa alors Kumiko, non sans faire référence aux contes et légendes en s'amusant un petit peu avec le moine. Elle était légèrement essoufflée en ayant parcouru tout ce chemin, et elle se contenta de s'appuyer sur un arbre un bref moment. Il était inutile de se séparer, ils n'allaient pas chercher à récolter toute la forêt. Elle sortit un kunais et divers petits sacs afin de ne pas mélanger les différentes essences. C'était le meilleur moyen de tromper les tests. Elle s'enquit alors de se concentrer sur la reconnaissance des arbres, le type de feuilles, à quoi ressemblait l'écorce. Afin de les différencier, elle tailla dans le bois diverses écorces qui pourraient convenir d'après les discussions à propos du remède. Elle glissa dans chacun des petits sacs une feuille représentative de l'arbre afin de ne pas confondre. Elle faisait cela d'une manière scientifique, l'habitude que voulez-vous. Dans des fioles, elle récolta ensuite au cas où de la sève des arbres. À mesure de faire des recherches dans de nombreux domaines, elle avait toujours ce qu'il fallait sur elle dans ce genre de cas. Elle s'occuperait de stocker tout cela dans des sceaux de fuinjutsu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Lun 20 Nov 2017 - 16:58

Les deux Sunajins prélevèrent avec soin et organisation plusieurs échantillons d'écorces grisâtres. La forêt était si dense que cela rendait la recherche d'arbres correspondants à la description du garde la capitale bien fastidieuse.
Pourtant, après plusieurs heures a fouiller la zone, ils tombèrent sur un spectacle qui ne les laissa pas de marbre. En effet, une dizaine d'arbres se détachèrent des autres de part leur tronc pratiquement à nu. Presque toute leur écorce avait été prise, il n'en restait que quelques morceaux ici et là. Sans doute trop peu pour en faire quelque chose mais suffisamment pour en apercevoir la couleur grise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 311
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Lun 20 Nov 2017 - 23:48

L'idée d'une pause auprès de ce grand lac trottait dans la tête du genin depuis un moment maintenant. Sur le coup, il n'avait que répondu par un sourire à la chuunin qui l'accompagnait trop pris par leur mission ils devaient se concentrer sur celle-ci. Pourtant, maintenant que cela faisait des heures qu'ils travaillaient Mareo ce serait bien baigné. Un endroit calme comme un lac entouré d'une forêt ce serait parfait après ces deux dernières années passées dans le désert de Kaze.

Après, il faut bien admettre que dans le genre calme, ce morceau de forêt appartenant aux kijins n'était pas le dernier de la liste. À l'ombre des arbres du pays du bois la température était presque basse sans être froide, mais tout de même. La récolte se déroulait bien, Kumiko était un peu plus loin affairé à la même tâche fastidieuse que son subordonné. En gros arraché des morceaux d'écorces de plusieurs arbres différents tous avec une écorce grisâtre. Pour une fois que la mission était simple, le bald boy ne devrait pas s'en plaindre, mais sans doute le manque d'action l'ennuyait-il un peu. Loin d'être hyper-actif, Mareo aimait tout de même les missions plus rythmés que celle-ci. Les moments de calme, il en avait assez à Suna ou lors de ses méditations personnelles dans le désert ou ailleurs.

Le souffle du vent chatouillait les oreilles du genin, lorsqu'il entendit comme un murmure. Ce n'était pas rare de croire que le vent murmurait à l'oreille des Hommes, mais la sensation était étrange. Comme si Mareo n'était pas vraiment seul dans les parages sans compter sa camarade. Soudain, il se souvint de la blague enfantine de Kumiko "Tu t'attends à voir sortir des bois une belle nymphe toute nue qui défend la région ?". Le jeune homme éprouva un sentiment qui le fit frissonner, s'il n'avait été imberbe ses poils ce serait dressé sur sa peau. Il y aurait vraiment des nymphes ou des esprits dans ces bois ?! La vanne de la rouquine n'en serait pas une ?! Le moine frissonna de nouveau:

Impossible, murmura-t-il pour lui-même.

La sensation ne le quitta pas au point qu'il se retourna plusieurs fois puis fini par capituler. Et revint plus près de sa partenaire pour lui annoncer ses intentions:

Kumiko, je vais dans cette direction il y a un truc qui me chiffonne.

Le genin s'enfonça un peu plus dans la forêt, plus il avançait et plus les espaces entre les arbres se rétrécissaient. Après, cinq minutes de marche lente le religieux commença à regretter sa curiosité. Il était toujours envahit par cette présence bizarre. Puis plongé dans la pénombre de la lumière entra à travers les arbres, de nouveau le sentier s'était élargi. Là dans un espace dégagé une sorte de regroupement d'une dizaine d'arbres était baignée de la lumière du soleil. Le regard de Mareo se posa sur les échantillons qu'il avait déjà prélevés. Quasi instantanément il comprit que Kumiko et lui ne cherchait pas aux bons endroits...

Kumiko, beugla-t-il !

Il savait qu'elle n'était pas si loin, il avait avancé si lentement trop mystifié par la sensation de présence qu'il n'avait pas du faire plus de cinq cents mètres. Les arbres étaient magnifiques, mais leurs troncs étaient quasiment à nus. Cette couleur n'était pas un gris ordinaire visiblement, car l'écorce déjà prélevé sur leur cousin plus proche de l'Arbre-Maison était grise elle aussi, mais différente. Sans vraiment s'en rendre compte poussé par la curiosité le genin s'était rapproché, mais désormais il faisait preuve de prudence. Comment avait-il su où aller ? La présence ? Était-ce simplement de l'instinct ? Peut-être ? En tout cas, il n'y toucherait pas sans protection. Affublé d'une paire de gant jetable prêté par les kijins. Il préféra en changer pour une paire neuve et stérile quasi sûr que cette écorce devait être préservé. Hésitant quelques instants, il finit par renoncer... Devait-il vraiment faire souffrir ses arbres plus qu'ils n'avaient soufferts ? Kumiko le ferait sans doute sans hésiter. Non, Mareo était trop respectueux et emprunt d'une certaine admiration pour eux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 661
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Mer 22 Nov 2017 - 18:30

Kumiko ne semblait pas être vraiment affectée par le travail de récolte d'écorce de diverses essences. Ce travail était très important pour son village, son pays, alors elle ne risquait pas de se plaindre ou de ralentir la cadence même si la fatigue commençait à pointer le bout de son nez. Entre sa maladie et l'empoisonnement, elle ne serait pas prête à affronter toute une armée, mais tout de même. Elle avait eu assez d'actions pour le reste de sa vie avec sa vie passée au sein des rebelles. Il arrivait un âge où l'on appréciait le calme et le silence. En pleine forêt, le silence n'était entrecoupé uniquement par le chant des oiseaux.

La Saibogu croisa alors le regard un instant du moine, et elle ne put que rire à la drôle de tête qu'il avait à regarder en tout sens. Cela l'amusait de voir comment les adolescents pouvaient partir au quart de tour.

« Très en vas-y, tu me diras si elle est blonde ou brune, je suis curieuse de nature tu sais. »

Commenta simplement Kumiko lorsque Mareo lui indiqua qu'il allait plus loin. A l'entendre quelques minutes après hurler son nom, l'espace d'un instant, elle se demanda s'il en avait vraiment trouver une. Elle se dirigea rapidement jusqu'au moine curieuse, mais non, pas de jeune fille en fleur toute nue, uniquement des arbres vidés de leurs substances.

« Hmmm... »

Se contenta de dire Kumiko en se demandant ce que cela voulait dire. Les écorces avaient été soigneusement retirés. Il fallait des mois pour que cela ne se reconstitu, et elle espérait que ce ne soit pas les fameux arbres. Elle préleva alors une feuille et le peu de l'essence qu'elle put malgré les conditions. Il n'était pas nécessaire de paniquer directement, les arbres pouvaient ne pas être nécessaire après tout.

« Il faudra demander aux autorités si jamais d'autres personnes sont venus il y a peu se servir. Cela pourrait bien être nos attaquants après tout, empêcher la formule de soin est une bonne manière de gagner cette guerre. »

Kumiko chercha alors des traces des outils qui avaient été utilisés, des traces de pas afin de déterminer si c'était de simples fermiers ou des locaux, ou encore des chaussures militaires. Elle pourrait ainsi également déterminer depuis combien de temps. Elle pourrait toujours lancer une détection de chakra ou autre selon le résultat, mais il fallait bien réfléchir, car ses réserves de chakra étaient amoindries. Elle ne préférait pas se forger une idée immédiatement, cela ne voulait peut-être rien dire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Lun 27 Nov 2017 - 23:22

Kumiko préleva une feuille de l'un des arbres meurtris ainsi qu'un peu de son écorce, pour ce qu'elle put en trouver. En observant de plus près, elle remarqua que l'écorce n'avait pas vraiment été retirée avec soin. Des entailles peu profondes sur les troncs à nus laissaient en effet suggérer un prélèvement avec l'aide d'une lame.

Le plus étrange restait sans doute l'absence d'empreinte quelconque. Pas de traces de pas sur l'herbe fraîches et légèrement humide. Rien dans terre non plus... Et cela sur tout le périmètre.
Seuls les petits chemins de terres traversant la forêt révélaient des traces de pas et de roues, probablement des carrioles de marchandises ou simplement des promeneurs.

Aucun indice à l'horizon donc, si ce n'était la sensation d'humidité au toucher des troncs, même a travers les gants de protections, signifiant qu'ils avaient bravé la pluie en étant déjà dans cet état.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 311
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Dim 3 Déc 2017 - 19:36

La jeune femme finit par rejoindre son compagnon religieux sur les lieux du prélèvement quasi criminel commis à l'encontre de ces arbres aux troncs grisonnants. Si comme le pensait Mareo ces arbres étaient ceux dont il recherchait l'écorce. Il serait dans un petit pétrin, bien que d'autres zones soient susceptibles d'abriter ces arbres si particuliers. Le capitaine de la garde leur avait bien dit qu'il y avait trois zones autour de l'arbre maison.

Kumiko examinait en silence les maîtres végétaux de ces lieux, tandis que Mareo lui examinait sagement les alentours. Autour d'eux dans la clairière aucune trace de pas, rien qui laisserait penser à un passage de l'Homme. L'étendue d'herbe luxuriante et humide d'avoir subi la rosée du matin était comme maîtresse des lieux. Elle était simplement traversée par quelques rares sentiers de terre de quoi laisser passer une personne et pas une de plus. Sur ces mêmes chemins pas une trace non plus d'un quelconque passage. Il n'y a qu'une fois en forêt que le passage des Hommes est visible, mais dans cette clairière absolument rien. À croire que l'endroit avait été laissé à l'abandon des années durant, bien que les herbes restent semi-hautes alors qu'elles auraient dû monter plus haut...

La compagne du moine avait prélevé quelques échantillons sur les spécimens gris. Elle fit remarquer que si des personnes étaient venues se servir sur ses arbres, ils pouvaient être les assaillants de Sunagakure no Sato. Elle avait sans doute raison, après tout on dit bien en médecine que pour trouver un vaccin on utilise bien la bactérie qui est l'auteur de la maladie. Si les arbres gris étaient la solution aux problèmes des sunajins du pays du vent, ils en étaient aussi sûrement la cause.

En parler aux autorités oui, mais pas à n'importe qui si tu veux mon avis. Qui sait, peut être que parmi les hommes de la garde du pays du bois, certains sont de nos ennemis ?!

La question était rhétorique, car Mareo n'avait de toute manière pas la réponse. Néanmoins, il ne pouvait s'empêcher de se dire que cette mission ce compliquait tout d'un coup. Si les échantillons prélevés par Kumiko ne suffisaient pas, ils devraient se rendre sur les autres zones. Et surtout demander à rencontrer le daimyo ou un responsable capable de les renseigner sur la criminalité à Ki no kuni. Hors de question de se lancer dans la gueule du loup sans information complémentaire.

Étant donné que les troncs sont si humides, il serait utile de se renseigner sur la dernière pluie tombée sur le pays du bois et sa capitale. Cela nous donnera certainement une fourchette de temps dans lequel se situera le moment de l'important prélèvement qu'ont subi ses pauvres seigneurs de la forêt.

Repensant aux manques de traces évidents sur les lieux, Mareo avança:

Si ce sont des humains qui ont prélevé ces échantillons, il n'y a pas de doute. Ils ont effacé leurs traces ou bien ils n'en ont pas laissé. En tout cas pour l'une ou l'autre des méthodes, ils savaient comment faire, expliqua le genin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 661
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Ven 8 Déc 2017 - 8:37


Kumiko plissa des yeux et passa lentement sa main le long des traces de coups de haches ou de longs couteaux. On pouvait dire que cela avait été fait dans la précipitation, ce qui n'était que rarement le cas de cette manière dans le pays. Serait-ce la peur de se faire déranger ? Les habitants de Ki n'étaient pas du genre très ennuyant après tout.

« Depuis combien de temps cela a été fait... »

La rouquine se demandait si cela avait été fait juste avant ou après l'attaque à Suna. Peut-être que cela avait un lien, mais ce n'était pas certain. Sans doute que les tests contre le poison qui coulait dans ses veines pourrait répondre à quelques unes des questions. Il n'y avait aucune trace de pas, peut-être un ninja qui avait pris appuis sur les troncs pour ne pas en laisser ? Quel serait d'ailleurs l'intérêt ? Ne pas pouvoir les pister ? Si cela faisait quelques jours, c'était assez inutile. La Saibogu observa alors les copeaux de bois au sol afin d'essayer de déterminer la direction de la coupe, cela donnerait peut-être une idée de la direction ou au moins si c'était vieux ou si cela méritait de procéder à une technique de détection de chakra. Kumiko n'était pas très surprise de voir des traces de pas et de roues dans le chemin, cela ne voulait pas dire grand chose vu le passage dans la forêt.

« Je pense que cela fait un moment, mais il faudra demander aux habitants depuis combien de temps il a plu. »

Commenta alors la chunin en soupirant légèrement. Elle regarda alors Mareo soucieuse. Il fallait se demander si les locaux auraient autorisés des personnes à récupérer de l'écorce, peut-être bien, mais certainement pas comme cela. Sans protection, les arbres risquaient de pourir sur place sans l'écorce. Il faudrait prévenir les autorités.

« J'ai du mal à croire que des ennemis existent dans les troupes de la Garde, vraiment. Ce n'est pas le genre de la maison, mais essayons avec prudence, je veux bien l'admettre. »

Ce n'était pas pour défendre son pays de naissance, mais Ki avait préféré se rendre pour éviter l'effusion de sang face à l'empire, alors ce n'était pas pour attaquer Suna avec un gaz. Il y avait des fous partout, certes, mais Kumiko ne pouvait s'imaginer au pire que de la corruption. Elle se contenta de hocher la tête lorsque Mareo proposa lui aussi se se renseigner sur la dernière pluie, elle était plus que d'accord. Il je servait 0as à grand chose de rester davantage. Sans doute que les autres zones étaient dans le même état, mais il faudrait fouiller tout de même.

« Je pense que ce sont des shinobis à l'œuvre, et le pays n'en compte pas vraiment. Il e sert à rien de rester davantage. »

Ce fut qu'avec un soupire que la Saibogu rentra dans un sceau de contenance sur un parchemin les différents échantillons. Il serait plus facile de les garder et de les protéger. Elle mit alors le dit parchemin dans une sacoche à sa ceinture, alors qu'elle se dirigea en direction de nouveau de la caserne. Elle désirait surtout poser des questions au capitaine, sans essayer d'éveiller des soupçons. C'était plus de la prudence que croire à la corruption ou manigance des personnes du pays. Elle attendit alors d'être face au capitaine pour lui poser ses questions.

« Nous avons explorer une partie de la forêt, et visiblement des personnes se sont déjà servies et pas avec la plus grande des prudence. Je pense qu'il serait bon se protéger les arbres, car la majorité de l'écorce a été retiré et pas avec une grande douceur. Êtes-vous au courant de quelque chose ? Quelqu'un aurait demandé un accès ? Des allés et venus suspectes ? Un rien pourrait nous aider. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Mer 13 Déc 2017 - 0:30

Les traces de taillade dans le bois humide des troncs grisâtres semblaient dater de quelques jours déjà car le bord des entailles s'étaient foncés à l'image d'une croûte se formant quelques temps autour d'une blessure.
Elles semblaient également avoir été faite par le haut, l'entaille étant plus profonde vers le bas, comme si toute la force et le poids qui avait été mis dans le coup provenait de l'opposé, soit depuis les branches.

Après ces observations, le duo rangea son matériel et retourna au village pour questionner le chef de la garde rencontré un peu plus tôt.
Ce dernier sembla très surprit, consterné même.

« Les arbres ont été dépossédés de leur écorce ?! Mais... Qui ?! C'est abominable ! »

Dans la foulée, il envoya des membres de sa garnison constater les dégâts et prendre des mesures de protection pour les arbres décharnés.

« Personne d'autres que vous n'a demandé à pouvoir prélever de l'écorce ! Enfin il y a bien les membres de notre institut de soin spécialisé en botanique, il y a de cela deux semaines, mais tout s'est passé sans encombre et les arbres n'étaient pas dans l'état que vous nous décrivez ! Même les gardes forestiers ne nous ont pas rapporté une telle chose ! »

Il semblait confus, profondément affecté par cet acte de violence qu'il ne parvenait pas à comprendre.
Le duo lui demanda alors a quand remontait la dernier pluie, surprit par la question, il réfléchit néanmoins avant de leur répondre :

« Hum... Il y a une semaine je crois... Pourquoi ?

Il observa les shinobis comme s'ils étaient son dernier recours pour comprendre la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 311
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Sam 16 Déc 2017 - 18:18

La jeune femme avait été d'accord avec le moine de Ta no kuni. Il était nécessaire de découvrir l'époque du crime ainsi que ses auteurs. Par contre, elle restait frileuse sur la possibilité d'un criminel de Ki qu'il soit renégat ou bien indépendant. Kumiko avait une idée bien arrêté sur les kijins, mais Mareo semblait presque certains qu'une machination du bois était à l'oeuvre. Bien sûr, il n'imaginait pas que cela soit une volonté de la politique de leur daimyo. Simplement, il imaginait bien des choses se faire dans l'ombre du pouvoir fragile de Mitsurin Akami.

Chassant de son esprit ces pensées sombres, le bald boy comprit que la rouquine souhaitait elle aussi quitter les lieux. Tous les deux se rendraient auprès du capitaine de la garde pour obtenir des informations et rendre compte de leur découverte. Le voyage de retour fut plus rapide qu'à l'aller. Leur temps était compté cet imprévu ralentirait leur mission d'une journée au minimum. Pas le temps de niaiser.

Le capitaine les reçu très rapidement lorsqu'il lui fut annoncé que cela était une urgence. L'annonce de Kumiko fit comme l'effet d'une explosion créée par un membre du clan Bakushô d'Iwa. Le capitaine était catastrophé, il semblait alarmé presque désemparé. Une telle calamité semblait pour lui inconcevable. Néanmoins, il se reprit vite et envoya rapidement des Hommes s'occuper de la protection des végétaux meurtris. Les explications qui suivirent ne tombèrent pas dans l'oreille d'un sourd. Le genin s'avança au milieu des gradés puis s'éclaircit la voix et parla d'un ton protocolaire et sûr de lui:

Genin Mareo, représentant du temple de Maskine à Suna et sunajin, lança-t-il pour se présenter de manière respectueuse devant le supérieur étranger. Vous dites que votre équipe de botanique s'est rendu pour des prélèvements auprès de ses arbres séculaires. C'était il y a deux semaines et les arbres étaient intactes. La dernière pluie remonte à une semaine. Nous avons trouvé ces gardiens de la forêt blessés par la main de l'Homme gorgé d'eau, les troncs étaient encore humides. Cela ne serait pas si les écorces avaient été retirées après la dernière pluie. Nous pouvons donc supposer qu'entre le passage de vos botanistes et la dernière pluie un groupe d'individus aurait commis cet acte abominable. Vous avez désormais une fourchette de temps sur laquelle enquêter.

Le moine fit une pause pour laisser à chacun le soin d'imprimer les mots de son argumentaire puis il reprit:

Il va falloir interrogé les botanistes ainsi que les gardes forestiers, si certains manquent à l'appel faites les chercher, car l'un d'eux est coupable ou bien sait sans doute quelque chose. Le pays du bois a-t-il des ennemis ? Des criminels locaux ?

Mareo se retint de pousser plus en avant ses questions de peur de dépasser les bornes. Pourtant, il en avait bien d'autres, mais il ne voulait pas se faire un ennemi du capitaine en balançant des théories fumeuses sur une corruption ou bien une trahison dans leur rang. Il hésitait encore plus à évoquer la possibilité d'un lien suspect avec les attentats de Suna, ainsi le jeune shinobi garda pour lui ses hypothèses dangereuses pour le moment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 661
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Mar 19 Déc 2017 - 8:29

La personne qui avait fait cette taillade devait être d'une sacrée taille, car l'on pouvait voir qu'elle devait être grande. Les angles d'attaques contre l'écorce venaient d'en haut, cela limitait déjà un certain nombre de personnes à ce sujet. En voyant ma réaction du chef de la Garde, Kumiko se rendait bien compte qu'elle avait vu juste, ce n'était pas une volonté du pays. Comment cela aurait pu ? Ces gens étaient bien trop gentils, sans doute trop même d'ailleurs.

« Je suis bien d'accord que cela pourrait s'avérer dramatique pour l'avenir, et la coïncidence de l'attaque contre Suna est bien trop propice pour que cela soit un hasard. Je pense que nous avons affaire aux mêmes ennemis, à moins qu'il n'y ait des complices. Cela fait seulement deux ou trois jours que cela ait arrivé, ce qui veut dire que c'est après l'attaque de Suna. »

La Saibogu soupira légèrement en prenant un petit temps pour réfléchir.

« Je suppose que vérifier cette institut serait rapide, mais je ne vois pas ce type de personnes s'en prendre à leur seule source de travail. À moins que quelqu'un ait été payé très chère, mais le travail a été bâclé. Ce n'est pas un professionnel. Je trouve cela étrange que les gardes forestiers n'aient rien vu, cela fait quelques jours. Cela dut prendre du temps d'ailleurs de prélever tout cela, à moins qu'un genjutsu ait été à l'œuvre. Au quel cas, ils ne pouvaient guère soupçonner quoi que ce soit. »

Kumiko plissa les yeux en écoutant le chef de la garde.

« La pluie remonte à une semaine ? Je vois, donc il faut trouver qui s'est rendu dans la forêt depuis une semaine ou deux, entre les botaniques. Avez-vous noté des personnes étrangères aient parcouru la région ? Cela se remarque facilement j'imagine ? Même si à leur place, j'aurai été discret. »

La kunoichi ne pouvait pas croire que cela pouvait venir des personnes de ce pays. Elle savait pourtant que le moine avait raison, c'était une possibilité et ce malgré la bienveillance de la plupart des kijins. Le pays avait toujours été fragile d'une manière ou d'une autre. Elle tourna alors son regard dans la direction de Mareo, qui souhaitait visiblement prendre la parole.

« On pourrait toujours questionner les habitants du coin. Même si on veut se faire discret, il faut un groupe organisé, acheté de la nourriture, dormir à l'hôtel enfin, il y a des dépenses obligatoires et cela manque de discrétion. »

Kumiko était presque gênée d'entendre le moine dire que quelqu'un devait être dans le coup parmi les botaniques ou les gardes. Elle avait presque envie de défendre son pays natal contre ces accusations, mais elle se retint. Elle devait couvrir d'une certaine manière les dires de son acolytes, les enrober de miel.

« Ce que le jeune Mareo souhaite dire, c'est que nous devons explorer toutes les possibilités. Nous ne pouvons nous permettre d'omettre aucune possibilité, sinon nous risquons de passer à côté d'un détail important. Nous devons envisager le fait que quelqu'un de plutôt grand et fort ait fait cela. Il est possible qu'il ait été accompagné et à moins que l'on retrouve un grand feu, cette ou ces personnes ont du transporter une énorme quantité d'écorces. Cela ne peut pas être aussi discret que cela. Tout un tas de chariot, de nombreux aller-retour. Quelqu'un a dû voir quelque chose. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Mer 20 Déc 2017 - 16:01

Le capitaine sembla toujours aussi perdu, réfléchissant pendant votre discussion pour essayer de démêler cette affaire.

« Si vous veniez effectivement chercher de l'écorce pour le mal rongeant Suna et que celle-ci a été volée dans cette période, y voir une corrélation est justifié... Pour quel autre motif autrement et pourquoi maintenant ?! … »

Il exposa ses hypothèses a voix haute pour vous y faire prendre part et répondit aux questions qui lui furent posées.

« La fourchette de temps est en effet claire mais pour autant je n'ai été averti d'aucun passage là bas après notre groupe de botanistes... Les gardes forestiers n'ont rien relevés non plus comme déjà dit mais je doute qu'ils soient impliqués Mareo-san... Ce sont de bons hommes très patriotique, comme beaucoup de monde ici. Néanmoins vous pouvez toujours aller les interroger si vous le souhaitez. Ils seront probablement ravis de répondre à vos questions si cela permet de voir plus clair sur cette affaire... »

Le capitaine ne s'offusqua pas des sous entendus du moine de Maskine quant à l'implication des locaux. Après tout, ce n'était pas une piste a écarter, le shinobi avait raison d'y entrevoir la possibilité mais lui ne pouvait pas concevoir que ses hommes, les habitants du pays du bois, puissent être mêlés à tout cela. Ils respectaient bien trop la nature et étaient bien trop des pacifistes dans l'âme pour avoir une idée aussi sordide que s'en prendre à de pauvres arbres et ainsi être impliqués dans l'attaque sur Suna, Ki n'ayant en effet rien à reprocher à Kaze.

« Vous savez, nous sommes très pacifistes. Nous n'avons pas d'ennemis et nous veillons à la sérénité du pays. Il y a comme partout des mauvaises graines qui poussent mais nous faisons en sorte de les mettre en exil. »

Et pour répondre à la Saibogu :

« Entre cette période du passage des botanistes et la pluie tombée, il n'y a eu aucun étranger venu prendre repos dans le village. Les seuls que nous ayons vu passer sont nos habituels marchands et leurs carrioles pour apporter leurs marchandises au pays ou pour présenter leur étalage lors du marché du village. Toutes les cargaisons ont été contrôlées avant leur entrée, comme d'habitude et rien d'anormal n'a été signalé... »

Il sembla de plus en plus perdu.

« Les responsables ont probablement commis leur crime dans la plus grande des discrétions. Ne venant au pays que pour cela avant de repartir ! Vous parliez d'un homme grand comme étant responsable … Pourquoi cette suspicion ? Les entailles sont en grande hauteur ? ... »

Son visage se referma un peu, gêné par ce qu'il s'apprêta a dire.

« Pardonnez mon impolitesse si cela en est mais... vous sembliez penser que des locaux soient responsables... pourquoi ne pas en faire autant en émettant l'hypothèse qu'il s'agit de Kazejins ? Ce sont en tout cas probablement des shinobis … Entraînés pour être discrets et ne pas se faire repérer. Arracher de l'écorce en hauteur est a la portée d'un shinobi. Peut-être même qu'il s'est ou ils se sont déplacés d'arbres en arbres sans laisser de traces au sol et qu'ils ont ôté l'écorce depuis les branches, d'où ces taillades en hauteur... Et peut-être même qu'ils ont transporté l'écorce dans des sceaux de scellement. Cela n'est évidemment que des suppositions mais elles sont tout a fait viables... »

Après tout, Ki comptait aussi son armée et le capitaine lui même savait utiliser son chakra mais cette piste grandement probable ne les aidait pas pour autant car accuser les shinobis ne voulait pas dire qui était véritablement responsable...

Après deux bonnes heures de discussion et de théorie sur la question, le capitaine autorisa les Sunajins à se balader librement dans le village et a interroger quiconque ils voudraient. Toutefois, juste avant qu'ils ne partent, un messager glissa une note au capitaine qui s'empressa de la lire et de la communiquer aux sunajins avec un air grave.

« Des sceaux désactivés ont été retrouvés sur la cime des arbres a tronc gris... En les décryptant, l'équipe en place pense qu'il s'agit de sceaux d'illusions... Probablement qu'ils étaient actifs pour laisser croire a des arbres toujours en bon état... Nous poursuivrons l'enquête à ce sujet pour en savoir davantage. Informez moi de toutes informations que vous pourrez trouver de votre côté. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 311
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Jeu 28 Déc 2017 - 15:46

À la réaction de Kumiko le genin comprit qu'il y allait trop en force, ses accusations bien que plausibles restaient des hypothèses. Il n'avait pas fait preuve de discernement cette fois-ci, ce n'était pas son genre. La chuunin tentait de faire passer la pilule des allégations de son jeune camarade en reformulant ses dires. Mareo s'était jeté sur la première hypothèse à laquelle il voulait bien croire et les paroles du capitaine allaient le raisonner un peu. D'après leur interlocuteur, personne au pays du bois ne pourrait être responsable de cet acte barbare. Bien que supérieur à Mareo dans le grade, le capitaine fit preuve de beaucoup de respect envers son cadet. Le moine s'en voulu encore plus d'avoir été si catégorique précédemment. Par contre, l'homme n'en démordait pas et restait convaincu que le patriotisme et l'amour de la nature des gens de Ki étaient trop important. Rien ne semblait ébranler sa conviction...

Hormis quelques marchands et commerçants aucunes personnes extérieures ne seraient dans la capitale d'après le capitaine.

Toujours avec une forme de respect inhabituel pour le sunajin qu'était devenu Mareo, mais ayant le mérite de lui rappeler le respect qu'il avait connu à Ta no kuni, le capitaine évoqua une chose. Le Kiezan y avait bien sûr songé, mais espérait que le sujet ne viendrait pas sur la table. Exprimer les faiblesses de Kaze no kuni à un représentant de l'armée du pays du bois était selon lui gênant. La situation politique du pays du vent était préoccupante et mine de rien tout le monde redoutait une attaque interne. Suite aux événements majeurs de Sunagakure no Sato, les shinobis de tout bords avaient été envoyés en mission aux quatre coins du Yuukan. Beaucoup était resté pour protéger le village, mais aucun ne savait sur qui compter en réalité. Le daimyo ne faisait pas véritablement l'unanimité, les rivalités claniques étaient encore bouillantes quatre ans après la création du village caché par le sable. Alors, lorsque le capitaine évoqua l'hypothèse que des kazejins aient pu faire cela bien sûr, Mareo ne put qu'être d'accord c'était une piste aussi...

La discussion allait bon train, mais s'éternisait outre mesure et lorsque le capitaine voulu prendre congé une nouvelle information vint les arrêter. D'après leur équipe d'enquête des sceaux genjutsu auraient laissés croire que tout était comme cela devait être. L'hypothèse d'une intervention shinobi se confirmait, restait à savoir qui ? Et pourquoi ?

Kumiko, n'oublions pas l'urgence de notre mission et son objectif principal. Je te propose de nous séparer pour un temps, avec l'autorisation de la garde de Ki je compte me rendre sur les autres points de récoltes des arbres gris. J'interrogerais les gardes forestiers puis, je prélèverais ce qu'il est encore possible de prélever avec l'aide des locaux et leur accord. J'espère y trouver aussi un indice quelconque d'un passage shinobi marqué qu'il soit kazejin, kijin ou étranger. Je suppose que tu iras voir les botanistes ? Et fera analyser ce que nous avons déjà prélevé ?

Quelques secondes passèrent puis:

Retrouvons nous à l'auberge dans deux heures, si tu le veux bien.

-------------------------------------------------------


La seconde zone de prélèvement, la plus proche étant à l'ouest de la capitale, Mareo avait prit le parti de commencer par là. Dix minutes plus tard c'est au pas de course qu'il arrivait sur place pour découvrir si la même chose était arrivée à ces arbres-ci...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 661
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Mar 2 Jan 2018 - 15:56

« Ce serait fort étonnant que ce soit un hasard, j’en doute. Je pense sérieusement que les personnes impliquées dans cette sombre affaire ont également attaqué vos intérêts quitte à les mettre en péril. Croyez bien que nous mettrons tout en œuvre pour vous aider à faire la lumière sur ces évènements. »

Tenta alors de rassurer la jeune femme au capitaine. C’était bien évidemment dans les intérêts de Suna également, mais cela ne faisait pas de mal de tenter d’avoir de bonnes relations avec ses voisins.

« Des shinobis n’auraient pas de mal à passer discrètement et retirer en pleine nuit par exemple l’écorce. Si jamais on ne retrouve pas le stock, cela posera problème, mais qui dit qu’ils n’ont pas tout détruit. Il leur faudrait en tout cas un lieu de stockages discrets très important dans la région. Peut-être même qu’ils ont préparés le poison sur vos terres. Il y a-t-il eu des plaintes de personnes malades ou peut-être une recrudescence dans une région particulière dernièrement ? Peut-être une mafia locale ou un groupe de bandits organisé ? »

Kumiko était certaine que les forces de Ki n’étaient pas impliquées, ils n’avaient que peu d’intérêt la dedans à moins d’une personne corrompue, c’était possible. Ce n’était pas dans son intérêt que Ki se voit mêler à cette histoire d’empoisonnement de masse. C’était bien trop grave pour que cela en reste simplement là. Il était quasiment certain que sans appuis à l’intérieur du pays, les malfaiteurs auraient agis dans l’ombre. Il était également possible que des ninjas leurrent les gardes à l’aide de genjutsu, ce n’était pas si difficile que cela.

« Durant cette période de temps, il y a-t-il eu des gardes avec comme des absence de mémoire, eu un trouble passager ou autre chose dans ce style ? Il est possible que les personnes aient faites un genjutsu. »

Kumiko hocha la tête doucement au capitaine lorsqu’il demanda au sujet d’une personne assez grande.

« Il y a en effet des chances pour que des éléments de Kaze soient impliqués dans cette affaire, disons qu’ils ont trop facilement pu se frayer des chemins alors que nous avons une surveillance assez rapprochée. »

Les suppositions du capitaine au sujet de la manière de faire pour le ramassage étaient très vraisemblables. Elle croisa les bras alors en soupirant.

« J’imagine que l’on ne peut pas savoir depuis combien de temps les sceaux étaient présents ? Car cela peut dire que cela fait un long moment que les écorces ont été retirées. Cela nous empêche de savoir véritablement quand cela a été fait alors. »

Le pays de Ki restait des alliés avant tout, du moins potentiellement. C’était un pays plus que pacifique et il valait mieux garder de bonnes relations. Mareo était un genin, et sans doute que le capitaine reconnaissait la fougue de la jeunesse. Elle s’était sans doute sentie obligée d’en dire un petit peu plus qu’elle n’aurait dû, même si ce n’était pas grand-chose. Quatre petites années dans la vie d’une société telle que Suna, ce n’était vraiment pas beaucoup, ce n’était que le balbutiement d’ailleurs. Ils allaient devoir batailler durement pendant plusieurs générations pour être certains de marquer l’histoire.

Une fois la discussion avec le capitaine terminée, la rouquine répondit alors à Mareo.

« Si on réussit à retrouver qui a fait cela à Ki, on avancera énormément dans l’enquête générale, sans compter qu’il y a une chance de trouver une partie de l’écorce récoltée, c’est donc très important sans compter bien se présenter auprès de Ki. Ce n’est pas très prudent de se séparer, surtout s’il y a des pièges, mais soit, comme tu veux. Rapporte un sceau fuinjutsu, je pourrais peut être en apprendre plus ou sentir le chakra. »

Kumiko lui donna alors une radio en forme de collier avant de laisser partir sans d’autre mot Mareo. Elle se dirigea alors jusqu’aux botanistes de l’état afin de faire analyser le peu que l’on avait déjà prélevé. L’intérêt était de savoir si c’était bien ce que l’on cherchait. Il y avait de fortes chances, vu que cela avait été volé. Elle allait leur demander s’il y avait un moyen de traquer l’écorce à distance par l’odeur ou n’importe quoi. Peut-être avaient-ils des chiens pisteurs ou dans le genre. Elle avait également envie de passer voir sa maison natale, sa mère devait encore y vivre après tout, mais ce n’était pas pour tout de suite, et peut-être jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Dim 7 Jan 2018 - 22:50

Les shinobis se séparèrent.

Du côté du moine s'étant rendu à l'ouest de la capitale, les choses semblaient bien calme. Tout apparaissait en ordre et paisible. De la forêt se dégageait une aura de sérénité presque divine, comme apaisée par la seule présence de l'Arbre Maison : une ambiance bien différente de celle au sud de cette entité.

Les arbres aux troncs gris restaient pourtant introuvables dans la zone malgré les recherches du shinobi. Il tomba toutefois bien vite sur le garde forestier faisant l'une de ses rondes quotidienne le long des chemins et à travers les bois qu'il connaissait par cœur.
Le moine eut tôt fait de le questionner sur ce qu'il recherchait :

« Ah le Carpinus betulus aussi appelé l'arbre « charme »... Il n'y en a que dans la zone plus exposée au sud de l'Arbre maison. C'est vrai qu'il est fascinant ! Pourquoi le recherchez vous ? »

Questionna en souriant, l'homme de Ki no kuni.

........

De son côté, la Saibogu continua de questionner le capitaine, espérant ainsi obtenir des éléments lui permettant de formuler une hypothèse plausible face à cette affaire.

« Hum... Il y a bien des bandits mais ils œuvrent en solitaire et non pas dans une cohorte solide. Il n'y a pas eu non plus plus de malades qu'a l'accoutumé. Nous nous servons de nos plantes pour nous soigner vous savez ! Les remèdes naturels, il n'y a que ça de vrai pour se tirer du lit rapidement. »

Argua-t-il, visiblement très fier des connaissances et utilisations des plantes médicinales au sein du pays. Toutefois, il reprit rapidement son air grave en répondant à la suite :

« Non... Nos hommes n'ont pas été victimes d'un changement de comportement quelconque... Rien a été signalé non plus... Concernant les sceaux, il est encore trop tôt pour le dire mais... je doute que l'on parvienne à une estimation précise d'échelle de temps... Vous disiez que les troncs étaient gorgés d'eau ? Hormis la dernière pluie récente, il n'avait pas plu depuis presque un mois. Nous étions même soulagés de la voir enfin tomber ! Nous avons donc notre estimation même si elle reste conséquente... »

Peu après, la discussion prit fin et la Saibogu se dirigea auprès des botanistes pour faire analyser l'écorce grise avec le peu d'échantillon qu'elle a récolté.
Avec un simple coup d'oeil, les experts le lui confirmèrent : il s'agissait d'écorce de Carpinus betulus autrement appelés « Arbre charme », un arbre dont l'écorce avait des propriétés curatives et entrait dans la composition de nombreux antidotes de poison. Elle agissait même plus particulièrement auprès des poisons dits « entraves », ceux ralentissant ou bridant l'utilisation du plein potentiel de l'organisme et de son énergie...

Les botanistes ne connaissaient en revanche pas le moyen de retrouver l'écorce mis a part en retrouvant la piste des voleurs évidemment. Peut être des éclats d'écorces demeuraient sur le sol laissant une piste à remonter mais même les botanistes en doutaient... Ils avaient plus vraisemblablement scellés l'importante quantité d'écorces pour la transporter plus facilement...
L'un des chercheurs se leva soudainement pour aller ouvrir un large tiroir et en extirper une « plaque » assez conséquente d'écorce grise similaire, conservée dans un plastique.

« Nous prélevons chaque année des monceaux d'écorces de toutes les variétés de la forêt afin de suivre l'état de santé des arbres. Parfois, certains sont touchés par la maladie et doivent être coupés pour empêcher la prolifération du mal. Vous pouvez prendre celle-ci, saine, si cela peut vous être utile. »

C'était sans doute là le dernier échantillon conséquent restant de l'écorce grisâtre au sein de Ki no Kuni...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 661
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème Jeu 18 Jan 2018 - 8:32

Kumiko écouta alors les dires du capitaine au sujet de sa question sur les bandits de la région. Il fallait bien étudier toutes les pistes, c'était tout aussi crédible que le reste à ses yeux, mais une implication de personnes de Suna était une évidence à ses yeux. Elle hocha la tête lentement, ce qu'elle avait pu imaginer s'avérait être une impasse.

« Oui je comprends, je vous remercie de votre temps capitaine. C'étaient que des idées comme ça. Je suis née dans la région, alors je connais plutôt bien le pays. »

Dit simplement la jeune femme comme indication, ce n'était pas si secret et il était bien possible de retrouver sa trace, bien qu'elle ait changé de nom. Elle allait pouvoir faire un rapport complet avec toutes ses informations à Suna, ce n'était pas comme si elle comptait cachée quoi que ce soit.

Une fois arrivée auprès des botanistes, ma rouquine pu donc les interroger avec soin. Les informations que purent être communiquer par les scientifiques n'étaient là que pour la conforter avec ce qu'elle savait déjà. Si un contre poison utilisait des ingrédients, un poison était facile à concocter avec ces mêmes produits. Cependant, la fabrication était dangereuse, surtout à une dose pareil. Cela avait dû prendre un grand temps de fabrication, mais vu les bombes de conception Saibogu, une usine du même style pouvait être envisageable. Cependant, cela ne devait pas être très discret. C'était une piste pour trouver au sein de Suna de quoi soigner au moins les personnes importantes.

D'après les botanistes, il n'était pas possible de suivre par des émanations ou autre la trace des écorces. Cela aurait été une manière simple de retrouver la trace de ceux-ci. Si des shinobis avaient pu récupérer tout cela dans des sceaux de contenance, il était aisé de comprendre que rien ne traînerai nul part. Elle hocha la tête et immédiatement scella l'énorme plaque d'écorce grise dans un sceau de contenance, pas question que cela s'abîme ou en perdre d'une manière ou d'une autre.

« Je vous remercie, vous ne savez pas à quel point cela aidera mon pays. Nous ne ferons bon usage et nous n'oublirons pas ce que vous avez fait. »

Kumiko écrirait dans son rapport l'aide précieuse de son pays natal, ce qui ne la surprenait pas, mais il n'était pas question que cela soit oublier. Elle serait là pour que cela se passe ainsi. Elle remercia alors les botanistes et quitta les lieux en veillant sur ce fameux parchemin devenu si important. Elle utilisa la radio pour communiquer avec le moine. Il était temps de rentrer maintenant, plus de temps à perdre. Avec de la chance, il était possible de fabriquer plusieurs doses de contre poison avec ce qu'elle allait ramener pour des personnes clés. La Saibogu ne s'incluait pas dans ces personnes, mais elle ne savait pas à quel point le mal s'était étendue. Elle ferait très attention à qui elle allait confier l'écorce. La jeune femme allait surveiller le médecin qui allait s'en occuper en permanence, car elle était certaine que des traîtres étaient dans le pays. Des scientifiques du clan de l'ombre de sable serait parfait. Ce n'était pas qu'elle les appréciait formidablement bien, mais au moins ils étaient pragmatiques, ils faisaient ce qu'il faut et elle doutait qu'ils risqueraient de perdre le pouvoir. La probabilité qu'il y ait un traître était très limité. Elle devrait se rendre dans la cité des Ketsueki, ce serait le plus simple pour la fabrication du traitement. Elle n'en parlerait à personne tant que cela ne sera pas fait et elle allait rester jusqu'à l'administration de l'antidote.

« Allez rentrons, il est temps... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème

Revenir en haut Aller en bas
 

Tempête de Sable 2.8 - Récolter ce que l'on sème

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Reste du Monde :: Restes de l'Empire :: Ki no Kuni-