N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 École de la stratégie des deux cieux comme une terre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 396
Rang : B+

Message(#) Sujet: École de la stratégie des deux cieux comme une terre Lun 6 Nov 2017 - 0:06

Hyoho Niten Ichi Ryu ou l’École de la stratégie des deux cieux comme une terre


J’étais à Konoha depuis quelques années et puisque le village ne m’avait pas encore offerte la possibilité de combattre dans une guerre pour la gloire et l’honneur, l’heure était venue pour moi de me concentrer sur autre chose. Le pays n’était pas assez samouraï à mon goût, il fallait y remédier et j’avais pour idée de débuter avec la mise en place d’un dojo. Je ne comptais pas limiter l’enseignement au kenjutsu puisque ceci serait bien trop limité à mon goût, mais je comptais bien enseigner quelques valeurs guerrières pour faire d’une personne un grand guerrier.

Je ne niais pas le fait qu’un shinobi pouvait être un adversaire redoutable, bien au contraire, mais il n’avait pas la classe d’un samouraï. J’estimais qu’il était préférable de répandre l’esprit samouraï à travers le monde plutôt que l’esprit shinobi. Le projet était ambitieux, mais puisqu’il n’avait pas de guerres, il fallait bien que je m’occupe d’une autre façon.

J’avais donc utilisé l’argent qui m’était à disposition et en partie celle de mon clan pour m’acheter un bon terrain sur lequel on allait pouvoir mettre en place le dojo. Il fallait un terrain suffisamment grand pour avoir l’espace nécessaire. Un simple bâtiment pour l’entraînement ne suffisait pas, après tout je comptais y vivre aussi et avoir un petit jardin n’allait certainement pas faire de mal. Le terrain était entouré d’un mur pour délimiter la taille du terrain. On y trouvait ensuite un grand bâtiment principal qui servait de lieu d’entraînement, derrière deux petits bâtiments, l’un servait pour les toilettes, l’autre de réserve. Finalement, il restait un dernier bâtiment d’une taille plus que correcte qui me servait d’habitation.

À gauche du bâtiment d’entraînement se trouvait un petit étang et une belle végétation encerclait les bâtiments. Finalement, il avait également la cour centrale où l’on pouvait trouver un puits pour se rafraîchir au besoin.

Le but n’était pas d’offrir un hôtel 5 étoiles pour les gens afin qu’ils puissent vivre dans le luxe complet et de s’entraîner dans un bâtiment fait d’or et de marbre. La simplicité était plus intéressante et probablement que c’est quelque chose que j’avais repris de Tetsu no kuni. Fort heureusement pour les konohajin, les bâtiments étaient essentiellement fait de bois et ne se démarquaient pas du reste du village.

Les choses n’étaient pas encore parfaites, mais elles étaient un début sur lequel on pouvait travailler pour l’heure. J’allais certainement pouvoir améliorer les choses au file du temps, mais pour l’heure pouvoir accueillir des gens et pouvoir mener quelques entraînements était un début suffisant à mes yeux. Si des gens osaient se plaindre, ma foi ils pourraient aller se faire voir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Gauche de l'Hokage
Messages : 809
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: École de la stratégie des deux cieux comme une terre Lun 6 Nov 2017 - 10:37


J'active mon Byakugan et je contemple l'intérieur du dojo. J'essaie d'en apercevoir le moindre recoin avec ma vision périphérique, mais les extrémités du bâtiment m'échappe et je dois recourir à ma vision télescopique pour balayer l'endroit. Pourquoi donc ? Et bien, pour satisfaire ma paranoïa, tout simplement. Je ne détecte aucun piège mécanique, aucun sceau interdit, pas d'assassin qui m'attendent derrière un couloir. Aussi, je sais que je ne risque rien. Je m'annonce à la porte et j'entre à l'intérieur, accueilli par Taira Shingen. Un samourai travaillant pour Konoha.

"Bonjour Taira-San. Un établissement... complet. Peut-être juste un peu trop épuré à mon goût, mais il suffira amplement."

Pour être franc, je préfère le dojo des Hyûgas. Il est nettement mieux équipé et la décoration intérieure est plus subtil et fourni. Néanmoins, tenir un entrainement principalement lié au kenjutsu dans un dojo du poing souple... pourrait être considéré comme un affront a mon clan, et je me dois d'un peu les ménager tout de même. Je m'agenouille au centre de la pièce, mon doujutsu toujours activé et j'attends que les différents élèves arrivent. Je les observe de loin, je me familiarise avec leur chakra avant même de voir leur visage. Il y en a un connu dans la foule. Shigo. J'ai un sourire en l’apercevant. Une fois les élèves arrivés, je m'éclaircis la gorge et je prends la parole.


"Bonjour à tous. En tant qu'un des responsables de la bonne gouvernance de ce village, j'ai décidé d'élaborer des sessions d'entrainements partagés. Le but n'est pas la théorie, mais bien l'aspect pratique. Je vous enseignerai des techniques classiques, je dirais presque essentielles, à la portée de tout utilisateur de taijutsu ou kenjutsu. Libre à vous de légèrement les adapter à votre répertoire."


Mon regard nacré se pose sur Taira Shingen avant de se tourner vers tous les autres.


"La première leçon consistera d'un côté l'art d'Anticipation, qui intéresse Taira-San. Pour mieux l'éprouver, je mettrai en face une équipe qui utilisera ce que j'appelle la frappe élémentaire. Qui est volontaire pour cette seconde équipe ?"


Je me lève et je fais signe aux personnes cités de se lever également. Je les sépare aussi. D'un côté le samourai. De l'autre... tous les autres. Je m'approche d'abord du bretteur et je lui montre une position défensive efficace tout en continuant de lui parler.


"Taira-San, ton premier objectif sera d'observer comment tes adversaires bougent, et d'essayer de comprendre la mécanique derrière leurs mouvements. L'indice est le suivant : le nombril."


Je le laisse à ses réflexions et je m'approche des autres élèves.


"Pour vous, voici un exemple de frappe élémentaire. L'arme utilisée est un kusagirama avec l'affinité foudre, mais n'importe quelle arme et affinités peuvent faire l'affaire. Le but est de concentrer son affinité dans l'arme, et de la maintenir tout en bougeant. Commencez par faire plusieurs katas basiques."


Alliant le geste à la parole, je dégaine mon kusagirama et j'exécute plusieurs katas avec la technique activée. Des décharges électriques très visibles parcourent mon arme. Ma faucille frappe l'air, tranche l'espace vide tout en laissant derrière elle des étincelles mourantes. Ma chaine lestée tournoie autour de moi, silencieuse et pourtant crépitante également. Une lame, une masse, une chaine - une trinité qui me fascine.


Je ne crois pas que Taira-San aura déjà remarqué, mais mon centre de gravité est situé au niveau de mon nombril, et c'est le meilleur indicateur sur mes mouvements. S'il avance, j'avance après. S'il stationne au même endroit, c'est une feinte. S'il recule, je recule par la suite. On ne peut pas tricher avec son centre de gravité - sauf quand on est un kadoria mais c'est assez restreint. Ainsi, observer ce centre de gravité est la première piste pour anticiper les actions ennemies. Il y en a d'autres, mais c'est le premier enseignement. J'espère qu'il s'en rendra compte en observant les différents katas.


Je m'arrête et je me tourne vers mes élèves du jour. A leur tour de me montrer de quoi ils sont capables. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 500
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: École de la stratégie des deux cieux comme une terre Mar 7 Nov 2017 - 22:54

Izumi courrait frénétiquement en direction du stupide dojo de ce stupide samuraï. Elle avait bien entendu été mise au courant qu’un Hyûga allait dispenser des cours, et suite aux récents événements, elle savait qu’elle devait devenir encore plus forte. Donner plus pour protéger ce village qui l’avait recueilli alors qu’elle n’avait nulle part où aller. Trois ans après avoir été obligée de fuir de celui où elle avait trouvé une famille. Chassant ces pensées de sa tête, l’adolescente arriva, pantelante, au lieu du rendez-vous. Sérieux, il aurait pas pu mieux indiquer cet endroit ? Mais elle se souvenait du samouraï qui prêtait son dojo, et si elle ne l’avait pas forcément apprécié, il n’en restait pas moins qu’il les avait aidé à défaire la Gogyou de vent.

L’Aizawa finit par entrer dans le dojo, et fut soulagée en constatant qu’elle n’était pas en retard. Elle offrit un salut faussement militaire aux deux hommes avec un “Yo” résonnant, avant de se joindre aux élèves patientant déjà. Son doigt se mit à taper nerveusement contre sa cuisse. Elle avait juste envie de passer à la pratique direct. Mais évidemment, il fallait que leur prof du jour prenne son temps à se présenter.

La genin doit ne retient pas son soupir de soulagement, avant qu’un grand sourire n’éclate sur son visage quand les choses deviennent enfin intéressantes. Une frappe élémentaire ? Voilà qui était à l’avantage de la Gogyou. Un sourcil se haussant avec arrogance, et le sourire s’y adaptant parfaitement, elle s’avança parmi les volontaires. Elle ne possédait pas d’arme telle que celle de leur sensei, mais un kunai ferait bien l’affaire. Malgré toute cette attitude provocative, il n’en restait pas moins qu’elle absorbait les instructions, et quand fut le tour de présenter des volontaires, elle n’hésita pas à s’avancer.

Observant avec attention les mouvements de leur sensei du jour, Izumi tenta d’imprimer toutes les informations. Bien que le contrôle élémentaire soit une spécialité chez elle au vu de sa nature, cet exercice demandait plus de précision que ce qu’elle avait pu avoir l’habitude de faire jusqu’ici. Ca lui rappelait étrangement les exercices qu’elle avait fait avec Kira toutes ces années avant.

Soupirant, elle finit par tentativement pousser du feu sur son arme, grimaçant un peu quand elle en fit trop. Une fois qu’elle eut bien maîtrisé cette partie l’Aizawa commença les katas. Si sa face impassive, seulement tachée par un sourire arrogant habituel, ne traduisait rien, elle était totalement concentrée sur son travail, tâchant d’effectuer les mouvements sans éteindre la flamme qui entourait le kunai qu’elle tenait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 258
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: École de la stratégie des deux cieux comme une terre Mer 8 Nov 2017 - 18:26


En ville venait d'ouvrir un dojo, un endroit pour apprendre la voie du kenjutsu et des techniques de combat de shinobi. En réalité je ne savais pas si ce lieu était neuf, mais je ne l'avais pas connu avant. Le fait est qu'en tant que genin du village de Konoha, j'étais convié à une session d'entraînement collectif avec d'autres shinobis. Rien d'obligatoire, juste une invitation. Je l'avais reçu en personne, sérieusement ? Pour tout dire, j'étais resté dubitatif devant le bout de papier. J'avais ensuite réfléchi et en étais venu à la conclusion qu'un entraînement différent de ceux prodigués par ma sensei ou par les méthodes Inuzuka ne me ferait pas de mal.

« Motivé Mokusai ? Je sais moi aussi je préfère m'entraîner dans la forêt plutôt que dans un dojo. »
dis-je pour rassurer mon ninken.

Parce que ce dernier n'avait pas montré sa joie à l'idée de se rendre dans un dojo. Surtout que l'entraînement ne le concernait pas directement, et ça il l'avait compris. Mais inséparables n'est-ce pas ?

- - -

Nous voilà donc dans ce fameux dojo. J'y entre avec mon chien et salue les personnes présentes. Mokusai fait le sympathique mais reste fidèle à lui-même en refusant la moindre caresse venue d'inconnus. Ma coéquipière Izumi arriva peu après moi, je la saluai donc elle aussi avec plus d'amicalité que les autres.
À ma grande surprise, ce ne fut pas le propriétaire du dojo qui donnait le cours, mais l'un des responsables du village, nommé Hyûga Bankichi. Il soulignait l'aspect pratique de l'exercice qui allait suivre. Des techniques classiques de taïjutsu, que l'on pourrait ensuite adapter à notre répertoire de techniques. Et il était vrai que je possédais peu de techniques en dehors de celles de mon clan.

Dans cet apprentissage, il y avait celui qui allait apprendre à anticiper pour esquiver. Et il y avait ceux qui attaquaient, par le biais d'une technique élémentaire. Une « frappe » pour être plus précis. J'écoutais ce qui se disait, j'observais les mouvements de notre sensei du jour. Déjà je me sentis différent car lui avait l'affinité Raïton qui était parfaite pour ce genre de frappe avec une arme en main. Alors que je possédais le Dôton, et je me demandais si utiliser mon affinité avec une arme était si utile que ça...
Je sortis donc un simple kunai, car je ne possédais pas de lame plus grande que ça, n'en éprouvant pas le besoin. Je tenai ce kunai droit devant moi, et concentrai enfin mon affinité dans celui-ci. Là, la lame se recouvrait d'une couche de dôton, ajoutant sans doute à l'effet contondant et blessant du kunai, mais ce n'était pas le genre d'effet que j'escomptai obtenir. Je fis la gueule et demandai à notre sensei :

« N'est-ce pas un peu inutile si l'on possède le Dôton, comme moi ? Regardez... je pourrais aussi bien me passer d'arme et recouvrir mon poing de dôton, non ? »


J'attendais sa réponse de manière concentrée car en regardant mon kunai recouvert de terre je n'étais pas convaincu du rapport dépense en chakra / efficacité. Qui plus est, en tant que Inuzuka je me battais à mains nues en allongeant mes griffes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 702
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: École de la stratégie des deux cieux comme une terre Ven 10 Nov 2017 - 14:22

    Hyûga Bankichi était le chef de la Racine. Il était mon chef. En tant que tel, et en tant que bras gauche de l’Hokage, il était ma meilleure option pour gravir les échelons au sein du village. Il était également ma pire menace : car s’il pouvait me tirer vers le haut il était également capable de me pousser vers le fond. Et, présidant une organisation capable de commettre des meurtres dans l’ombre et en toute légalité, il était aussi un danger.

    C’était donc tout naturellement que j’appris qu’il comptait donner des cours collectifs. Nous nous étions déjà entraînés tout deux et il n’était pas mauvais du tout, ce qui renforçait mon idée qu’il puisse être un danger. Le mieux serait de pouvoir le manipuler et l’influencer : mais il gardait sans cesse son Byakugan actif. Peut-être baissera-t-il sa garde l’espace d’un instant cette fois ? Peut-être ses divers élèves le fatigueront suffisamment pour qu’il ne puisse garder ses yeux ouverts ?

    Et même si ce n’était pas le cas, le fait d’être présent allait m’apporter des points à son égard. Indubitablement. D’où ma présence ici, parmi les autres élèves. Les pieds nus et le crâne par-dessus mon visage, comme à l’accoutumée. Mon sabre était dissimulé parmi mes vêtements amples, mais je m’interrogeais… Bankichi optait pour le Raïton tandis que son arme était conductrice d’électricité : l’exercice ne devait donc pas bien être compliqué pour lui. Au contraire de la demoiselle qui s’appliquait à garder une flamme sur son kunai. Quant à l’Inuzuka maniant le Dôton… En temps normal j’aurais simplement ignoré sa question et laissais les autres répondre. Pourquoi donner des informations gratuitement ? Mais, en me dévoilant sous un masque plus bienveillant, mon image s’en verrait renforcée. Notamment aux yeux du Hyûga…

    « Le Dôton est une structure solide qui ne peut rien apporter de plus à une arme tranchante, sinon l’alourdir pour vous permettre de frapper plus fort. Cependant, dans votre cas, il est préférable d’user du Dôton directement sur votre poing comme vous l’avez suggérez. Soit en l’entourant simplement d’un gantelet, soit en mimant l’aspect d’un kunai par-dessus vos phalanges.
    Si vous gardez cet aspect dans le temps, il s’agit d’une création d’arme, voire d’une armure offensive. Mais si vous l’adoptez uniquement l’espace d’un coup, il s’agit bien d’une technique de frappe avec simplement une forme particulière.
    Pour ma part, Hyûga Bankichi, je souhaite également user du Raïton. Mais l’arme étant conductrice, je préfère apprendre à le faire à main nu. Car celui qui sait le faire sans arme, sait également le faire avec. Pour le Raïton, j’entends bien. Qui plus est, cela limitera les dégâts que pourrait recevoir Taira lors de son apprentissage à lui…
    A ce propos, quelles sont les consignes et limites à respecter ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 396
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: École de la stratégie des deux cieux comme une terre Mar 14 Nov 2017 - 21:29

Progressivement les élèves arrivaient dans le dojo, la plupart m’était inconnu, à l’exception d’une personne. Seule la fille m’était connu du groupe, nous avions combattu ensemble contre l’une des sbires de l’empire. Je restais d’ailleurs étonné qu’elle était ici pour apprendre, après tout elle semblait plutôt molle et elle n’était pas du genre à vouloir tuer. Elle avait décidé d’épargner la vie de cette combattante et qui sait où elle était et ce qu’elle allait devenir… Ou même ce qu’elle subissait ou allait encore subir. J’imagine que ça, ce n’est pas une chose qu’elle désire savoir.

Je me contentais de saluer comme il se devait chacune des personnes présentes, ils étaient ici pour apprendre les frappes élémentaires avec une arme. J’étais curieux de voir ce qu’ils allaient faire avec une arme et surtout les techniques qu’ils allaient employer, ce cours allait m’en apprendre davantage sur les shinobi. Il fallait connaître son ennemi pour le vaincre…

Malheureusement je n’étais pas ici pour me tourner les pouces jusqu’à la fin de cet entraînement, j’étais moi-même ici pour apprendre quelque chose. Il arrivait même pour un samourai de devoir s’entraîner. Bankichi me demanda d’observer le nombril, devais-je réellement regarder le nombril ou n’était-ce qu’une image ? Il avait de quoi en douter, ce n’est pas tout les jours que l’on vous dit d’observer le nombril de quelqu’un…. Mais manifestement c’était une façon pour savoir lire les mouvements de son adversaire, il ne restait qu’à tester la chose.

Je regardais donc, dans un premier temps, Bankichi faire sa démonstration avec son arme. Je regardais son nombril pour essayer de comprendre la chose. Pour être sincère, je ne trouvais pas vraiment cela pratique, mais peut-être qu’avec l’entraînement la chose allait devenir plus intéressante dans l’usage.

Je continuais mon observation, je remarquais que chaque mouvement de l’adversaire était visible, tant pour la partie supérieure qu’inférieure. Ceci dit, voir les mouvements étaient jolis, mais encore fallait-il savoir les lires pour anticiper une quelconque attaque. Là la chose devenait plus difficile et allait demander beaucoup de pratique et d’expérience. Néanmoins ce premier entraînement allait certainement me servir comme bonne base pour la chose.

Je pouvais déjà reconnaître un certain schéma, du moins pour les attaques classiques car après tout, le corps bouge avec lorsqu’on veut exécuter une attaque efficace.

Mes observations et mes réflexions étaient dérangés par la question de l’un des élèves au sujet du dôton. Je n’étais guère un expert en la matière donc je me contentais de rester silencieux, laissant les autres répondre. Bien qu’il était certainement possible d’améliorer une arme tranchante avec le dôton mais c’était à lui d’user de sa tête et de son imagination.

L’autre question était plus intéressante, il voulait connaître les limites à respecter. J’imaginais qu’il était du genre à ne pas hésiter à tuer une personne si la situation se présentait à lui. Je doutais qu’il était du genre à avoir un quelconque scrupule car sinon pourquoi poser cette question ? La réponse me semblait assez évidente, un entraînement ne sert ni à tuer ni à mutiler quelqu’un, sauf si vous êtes idiot mais bon… Je prenais bonne note de me méfier de cet individu, qui sait ce qu’il avait dans le crâne.


J’imagine que l’objectif d’un entraînement n’est ni de tuer ni de mutiler qui que se soit, mais peut-être est-ce votre coutume de mettre votre vie en jeu lors d’un entraînement ?


Il était certain que dans le cas où la vie serait en jeu, je ne me contenterais pas de simplement anticiper et esquiver les attaques, ce qui serait bien trop simple. Je le fixais froidement, laissant le soin à Bankichi de rajouter quoi que se soit sur la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Gauche de l'Hokage
Messages : 809
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: École de la stratégie des deux cieux comme une terre Dim 19 Nov 2017 - 12:08

Les élèves s'activent autours de moi. J'observe. Le Chakra bouge et se meut en silence avec une brillance fantastique à observer. Le spectacle en est presque aveuglant. Les affinités travaillées sont multiples. Doton, katon et même raiton. Pas de suiton ni de futon, si le dernier est pratique, le premier aurait peut-être salit le dojo de Taira-san, donc je suis plutôt content. Après, je fais confiance aux participants.

Faites bien attention à la circulation de chakra dans le membre que vous utilisez. C'est un souffle parmi le souffle.


J'observe les différentes applications avec ma vision périphérique tout en m'approchant de la Gokyou de feu. Izumi. Un talent génétique lui permet de se transformer en élémentaire de feu. Cela lui donne évidemment un certain avantage quant à l'utilisation de cette affinité. Etrangement, elle a tout de même du mal à avoir un contrôle fin sur les flammes. Ses premiers essais étaient plus proche du lance-flamme que qu'une frappe élémentaire. Ses katas sont un peu plus basique, et je constate qu'elle met sans doute plus l'accent sur son katon que sur l'exécution même de la technique. Un biais intéressant.

Ton contrôle de ton affinité est superbe, Izumi-san. Je n'en attendais pas moins de toi. Fait bien attention à tes katas, tu manques un peu de flexibilité entre deux formes consécutives, cela peut te jouer des tours.


Je m'approche ensuite d'un autre élève qui entoure un kunai d'une couche de pierre. Ah merde, comme il s'appelait encore ? Je racle ma mémoire pour un petit souvenir. Il a des traits caractéristiques des Inuzuka. Mais il est moins bruyant que Shizu... Oui, cela devrait être Kuroba. Enfin, j'en suis presque sûr. Il me soulève un point intéressant. Effectivement, son exécution et cette technique n'ont rien de pertinent en l'état. Shigo prend la parole et réponds partiellement à la question, mais comme c'est moi le maitre, je dois en faire de même.

Kuroba-san, c'est ça ? Oui, pour répondre à ta question, tu peux te passer d'une arme... ou simplement considérer ton poing comme une arme. Après, la remarque de Shigo est sensée car le but de ta technique sera avant tout offensive. Prends donc une forme non pas conçue pour sa solidité, mais sa dangerosité. Des griffes, un pieu, un sabre. Si tu tiens à le faire avec du doton, tu as la possibilité de matérialiser presque toute forme solide, profites-en un court instant pour porter ton coup, et puis abandonne le car cela te déséquilibrera.


Donc deux personnes au moins sont intéressés par se dispenser d'une arme. En soit, je les comprends. Instinctivement, je préfèrerai également le faire à main nue. Néanmoins, mon juken est déjà ce qu'il est. Je préfère cacher mes caractéristiques de clan via l'utilisation d'armes pour endormir mon adversaire. Libre à chacun de faire ce qu'il en veut. Je reprends la question de Shigo et je lui fournis une réponse.

Il n'y a pas de souci à se dispenser d'arme pour cet apprentissage. Ou plutôt, on peut considérer la main comme un outil à ce niveau-là. J'aime bien l'affinité Raiton, car j'ai souvent rencontré des armures doton durant mes missions et j'ai trouvé en cette affinité un excellent contre. Montre moi quelques katas avec ton raiton.


Parce que oui, je ne l'avais pas vu faire le moindre exercice, fainéant comme il est.

Je tape dans mes mains à plusieurs reprises pour signaler la fin de cette première phase. Je regarde mes élèves un à un (c'est pour le show, car en fait, je les vois tous parfaitement).

Bien. Nous allons maintenant passer à l'application pratique. Taira-san, tu devras esquiver au mieux les assaut d'Izumi et de Shigo - et je t'autorise à répliquer ou contrer avec un sabre en bois ou un coup basique selon ta convenance. Izumi, Shigo, votre but est d'exécuter votre technique en situation de combat et de toucher Taira-San à débit minimum, sans faire de gros dégâts. L'objectif est le contrôle. La prochaine étape sera la puissance. Kuroba, j'aimerai que tu travailles sur l'aspect doton que tu désires adopter. Dès que tu as trouvé, nous allons tous les deux en tester la solidité et la dangerosité.


Aussitôt ordonné, les étudiants se remettent déjà en mouvement. Et c'est maintenant que la vision périphérique de mon don de clan prouvera toute son efficacité, car je vais devoir focaliser mon attention à deux endroits différents. Je m'approche de Kuroba et je discute avec lui de ses intentions, tout en apportant quelques suggestions. Son doton formé pourrait aussi prendre l'aspect d'un animal l'espace de quelques secondes, pas qu'un objet. La gueule béante d'un tigre qui se referme par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 500
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: École de la stratégie des deux cieux comme une terre Lun 27 Nov 2017 - 23:32

Un petit sourire fier s’afficha sur le visage de l’adolescente quand celle-ci fut complimentée par l’Hyûga. Même si ce n’était pas grand chose, ça faisait toujours plaisir que d’autres reconnaissent son talent. Aurait-elle été quelques mois plus tôt, elle aurait très certainement grogné contre sa critique envers ses katas. Mais les événements à la capitale lui avaient fait se rendre compte que si elle voulait protéger ses êtres chers et son village, il faudrait qu’elle devienne plus puissante, et donc accepter ses défauts au combat et les corriger.

Raison pour laquelle elle rectifia automatiquement sa pose avec un hochement de tête en direction de leur sensei du jour. Izumi avait peut-être gagné légèrement en maturité, mais pas au point de témoigner de beaucoup de respect envers ses aînés malgré leur aide. Et pourtant, elle exécutait les demandes de ceux-ci, étrange paradoxe, n’est-ce pas ?

Bankichi finit par attirer l’attention de tout le monde, et l’Aizawa éteignit ses flammes avant de rejoindre le groupe autour de l’homme. Ses instructions étonnèrent un peu la Genin qui était surprise qu’il place deux adversaires contre un. Ça semblait peu équitable. Mais elle garda le silence. Après tout, elle serait face à l’homme qu’elle n’avait que peu apprécié lors de leur coopération contre la Gogyou de vent.

Son habituel sourire arrogant se dessina sur ses lèvres alors qu’ils étaient laissés à leur propres moyens. Elle ne connaissait rien de son autre partenaire, mais elle s’en foutait un peu de lui. Elle n’avait un problème qu’avec le samouraï. Son kunaï s’enflammant, elle se mit en garde en arquant un sourcil.

- Prêt, monsieur le samouraï ?

Sans attendre de réponse, elle fonça vers lui, visant son ventre avec son arme. Bien sûr, elle fit attention à ne pas mettre trop de puissance derrière son coup. Elle avait beau avoir une attitude, Izumi savait mieux que d’attaquer délibérément un membre du village. Elle ne voulait pas le blesser, juste s’amuser avec lui, et voir de quoi il était capable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 702
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: École de la stratégie des deux cieux comme une terre Jeu 30 Nov 2017 - 16:47

    Ma question sur les consignes de l’entraînement semblait avoir été mal comprise. Quoique, il s’agissait surtout d’une excuse pour pouvoir agir ensuite sereinement tout en pouvant me réfugier derrière la dite consigne, et ainsi me dédouaner de toute responsabilité. Cependant, Bankichi ne répondit pas vraiment à cette question. Pensait-il la même chose que Taira ? L’avis de ce dernier ne m’importait guère : après tout il n’avait aucun poids sur mon avenir. Mais ce n’était pas vraiment le cas du Hyûga, alors autant rectifier les malentendus.

    « Non, je n’ai pas pour coutume de miser ma vie pour un entraînement, mais ce dernier se doit malgré tout d’avoir des consignes et des limites. Doit-on vous attaquer de manière prévisible ? Sachant où vous devez regarder pour accomplir votre exercice, doit-on vous faciliter l’observation, ou au contraire user de feintes ? Sommes-nous limiter au Taïjutsu dans ce combat ou pouvons-nous faire usage d’autres spécialités pour améliorer nos assauts en adaptant directement cette nouvelle technique dans une combinaison plus ou moins complète ?
    Voilà ce que je nomme consignes et limites, entre autre. »


    Et aussi, si nous devions rendre la tâche difficile, mes katas seraient appliquées maladroitement pour qu’il ne puisse pas voir le véritable mouvement et qu’il me sous-estime avant l’affrontement. Alors qu’à contrario, si Bankichi souhaitait que nous facilitions l’exercice pour Taira, mes katas seraient effectués avec plus de rigueur. Surtout : ai-je le droit d’user de mes illusions ? Outil primordial pour faire obstacle à l’observation mais qui élèverait ainsi la difficulté pour Taira. Bankichi croira-t-il que je prenais son entraînement avec sérieux ? C’était en tout cas le but.

    Tandis que j’observais ma main qui se recouvrait d’un circuit électrique de faible intensité, le Hyûga donna ses consignes. Nous serions donc deux à affronter Taira. Mon regard ne quitta pas ma main : nous étions les attaquants donc je ne risquais rien tant que je n’avais pas rejoint la danse. Je m’exerçais à alimenter mon membre, puis à dissiper l’électricité, et enfin à le préserver un peu plus longtemps.

    Mais mon exercice ne dura pas longtemps : Izumi lança un assaut à la fin de sa réplique sans attendre de réponse. Elle fonça droit sur Taira, sans feinte ni détour, privilégiant la vitesse et la surprise. Je bondis sur l’occasion en contournant Taira pour l’attaquer par derrière, une main parcourue d’électricité de faible intensité qui visera l’épaule, mais avec un peu de retard par rapport à Izumi car je ne m’attendais pas à une telle entrée en scène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 396
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: École de la stratégie des deux cieux comme une terre Mar 19 Déc 2017 - 15:46

L’heure était venue de mettre en pratique ce que je venais d’apprendre en théorie et ce, dans une situation plus difficile. En soi, je n’y étais pas opposé, après tout c’était une bonne occasion d’apprendre plus rapidement. J’étais habitué à prendre des coups lors de mes entraînements alors ici ça ne devrait pas poser de soucis.

Je n’étais pas certain de savoir correctement utiliser ce que je venais d’apprendre dans un réel combat, mais le plus important était probablement de savoir lire les mouvements de l’adversaire pour pouvoir mieux esquiver… Ou pour mieux savoir se défendre.

La jeune fille allait commencer l’assaut, je restais droit, main posé sur mon katana. Je ne comptais pas utiliser un katana en bois, se serait bien trop simple et puisqu’ils utilisaient, eux-même, une vraie arme ; pourquoi devrais-je m’en priver ? Je restais prêt, je ne me pris pas la peine de lui répondre à sa question, bien qu’elle ne m’en donnait pas le temps non plus.

Elle m’attaquait immédiatement comme une fourbe, c’était tout à son honneur. Je n’en n’attendais pas moins d’une shinobi, ils usaient de tous les moyens, aussi répugnants et fourbes puissent-ils être pour gagner. J’étais presque flatté qu’elle ne voulait pas attendre ma réponse pour m’attaquer, c’était comme si elle avait peur que je sois totalement prêt à me défendre.

Mon expérience précédente des combats et mes nouvelles connaissances me permirent de deviner ce qu’elle visait exactement. Je vis du coin de l’oeil le Yamanaka se déplacer, j’en déduisais qu’il voulait m’attaquer de flanc ou par derrière sans que je ne puisse être totalement certain de ses intentions.

L’heure n’était pas à lui mais à elle, je dégainais mon katana pour dévier son attaque sur le côté tout en pivotant sur le côté, me mettant en position pour la repousser de mon pied. Je voulais de créer quelques secondes, juste assez pour agir contre le Yamanaka si celui-ci voulait m’attaquer sans avoir Izumi dans les pattes. Le coup de pied n’était pas assez fort pour lui faire sérieusement mal, bien qu’elle allait certainement le ressentir, mais après tout nous ne sommes pas des faibles, n’est-ce pas ?

Je n’avais pas réellement le temps du répit puisque le Yamanaka voulait déjà me toucher mon épaule, initialement il avait prévu de le faire par derrière, mais au vue de ma position.. Cela allait se faire de flanc. Dommage pour lui, une attaque bien mieux coordonnée aurait eu un bien meilleur effet. On ne pouvait pas en vouloir à Shigo, après tout, c’était Izumi qui était une tête brûlée et se fichait du travail d’équipe.

L’attaque du Yamanaka, je l’esquivais en faisant un bon en arrière. C’était une occasion de créer de la distance et d’avoir les deux en face de moi, c’était plus simple il fallait dire. En temps normal, je me serais contenté de lui couper la main ou le bras, mais ce n’était pas le but ici. Je laissais mes regards observer les deux adversaires du jour, affichant un large sourire. Cette situation était excitante et plaisante, les choses devenaient intéressantes. J’étais impatient de voir la suite et surtout, voir de quoi ils allaient être capable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: École de la stratégie des deux cieux comme une terre

Revenir en haut Aller en bas
 

École de la stratégie des deux cieux comme une terre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Terrains d'entraînement :: École de la stratégie des deux cieux comme une terre-