N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 La chasse au dernier survivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 518
Rang : B+

Message(#) Sujet: La chasse au dernier survivant Jeu 9 Nov 2017 - 21:57

Mission:
 

Tu froissas le papier entre tes doigts avec un léger sourire de satisfaction dessiné sur tes lèvres. Concentrant une faible dose de chakra jusqu’à durcir la feuille, tu la laissas tomber lentement en poussière à tes pieds. Sans plus tarder, tu entamas ton chemin vers les remparts du village avec une certaine impatience de débuter ce nouveau travail qui venait de t’être confié. Intérieurement, tu avais le sentiment que celui-ci allait se révéler palpitant. Peut-être parce que le contexte se différenciait de tes dernières missions ? Peut-être parce qu’il t’offrait une possibilité de visiter un pays voisin ? Ou peut-être parce que les derniers mots avaient éveillé toute ton attention ? C’était sans doute ces trois raisons réunies ensemble dans un seul et même intitulé qui faisait toute ta bonne humeur.

Tu avais besoin d'effectuer des missions comme celle-ci avec la présence d’un réel danger où tu pouvais sentir ton cœur battre à toute vitesse. Tu avais besoin de te savoir en vie, de savourer la joie, de ne pas moisir dans l’ennui d’un quotidien morne. Tu commençais effectivement à te lasser. Depuis ces derniers jours, tu n'avais pu profiter d’aucune attraction, d’aucun divertissement, d’aucune distraction au sein du village. Tu étais limitée à de la capture de brigands froussards ou à de la recherche de boules de poils égarées à travers un désert sans souffle, sans vie, ennuyeux.

Il s'agissait d'un passe-temps indigne de ta personne. Chacune d'elles te demandaient de ramener la créature vivante et en un seul morceau, à ta plus grande tristesse. Jamais ils ne manquaient de préciser ce détail, ils tenaient fermement à la vie de ces créatures pourtant sans importance, minables et inutiles. Bien que tu ne montrais aucune lassitude ni dans ton comportement envers tes supérieurs, ni dans l’écriture de tes rapports de mission, tu ressentais l’envie d’égorger ces victimes. La bête en toi hurlait d’ennui, elle avait besoin de se défouler, de se déchaîner, de se manifester. Tu avais appris à obéir aux règles de la société humaine, mais tu te sentais pourrir de l’intérieur. Tu n’étais pas destinée à ces petites missions de pacotilles, tu préférais amplement ces missions de traque et de chasse.

Éliminer le dernier survivant d’un clan décimé. Éteindre la dernière flamme d’une longue lignée de culture et de savoir. Dévorer avidement les derniers secrets de toute une histoire. Tu allais enfin avoir le droit à un peu d’amusement. Discrètement, tu te léchais la lèvre supérieure tout en tressaillant de joie. Tu étais attirée par le sang et la connaissance, cette hâte te fit accélérer le pas. Rapidement, tu arrivas à l’entrée de ton village, reprenant instantanément une attitude calme et sereine. C’était là que tu devais rencontrer ta partenaire, dont tu ne savais pas grand chose si ce n’était que son nom et son rang. Tu attendis que cette dernière ne pointe le bout de son nez avant de te présenter avec courtoisie.

« Vous devez être Saibogu Kumiko, je suppose ? Enchantée. Je me nomme Tsubaki, je serais sous votre direction pour cette mission à l'extérieur du pays. » Fis-tu avec un sourire naturel et sans exagération.

Docile, sage et obéissante, tu te montrais à sa disposition comme toute bonne kunoichi disposée à servir son village. Elle était ta supérieure et la cheffe pour cette escapade, alors tu devais la respecter. C'était le début de la mission, mais aussi le début de la chasse au dernier survivant.


Dernière édition par Ketsueki Tsubaki le Mer 15 Nov 2017 - 15:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 660
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Lun 13 Nov 2017 - 17:29

La mission dont on avait chargé la chunin et une petite jeune visiblement avait tout d'être assez cruelle d'une certaine manière. Elle devait traquer et trouver un moyen adéquat pour éviter une guerre. Sans doute que beaucoup se contenterait de tuer la cible et de partir, mais si on lui avait donné à elle, ce n'était sûrement pas pour finir ainsi. Kumiko n'était pas une méchante personne, même si elle avait déjà rempli des missions bien plus abjectes que celle-ci. Cependant, tout dépendrait de la manière d'être de la cible. Ils risquaient quoi qu'il en soit de ne pas être seules sur le coup. La guerre civile dans un pays n'était sans doute jamais une bonne chose.

« Bon... Et si on y allait ? »

Se demanda à elle-même dans sa salle de bain face à son miroir tandis que la jeune femme vérifiait qu'elle n'avait pas une tête trop horrible. Elle se permit exceptionnellement de se mettre une petite ligne noir sous les yeux souriante légèrement à cette coquetterie. Elle était habillée de sa tenue en cuir, pantalon et veste. En dessous de la veste, elle avait un petit haut rouge légèrement échancré, ainsi qu'une ceinture avec plusieurs sacoches remplies de parchemins et d'autres outils du parfait petit shinobi. Elle disposait de plusieurs sphères de métal également, qui était difficile de se rendre compte exactement de quoi il pouvait s'agir. Enfin, elle glissa sur ses yeux ses lunettes de motard sur les yeux, car sans même la voir et uniquement à l'entendre, il était aisé de deviner qu'elle était une Saibogu. Elle s'assit sur sa moto en démarrant le moteur, qui faisait un sacré bruit. C'était tout aussi important que l'apparence de cette dernière évidemment. Kumiko n'était pas vraiment très discrète, les machines dans le transport était bien rare, exceptées dans le quartier du clan bien entendu. Elle fila alors comme le vent en direction de la porte centrale de la ville, le lieu de rendez-vous avec la jeune fille.

Il n'était pas question de se débarrasser du pauvre type qui n'avait rien demandé de particulier à part vivre. Elle filait dans les rues à grande vitesse sur son monstre de métal conçu pour la vitesse, et la fameuse course des Saibogu chaque année. Il y avait largement la place pour une seconde personne derrière elle, et ce n'était pas fortuite. Cet outil de travail était utile en mission. Elle trouvait presque que pour une mission de cette trempe, l'effectif de la mission était légère, mais la décision des autorités était ce qu'elle était. Elles allaient devoir être imaginatif dans l'avancement de la mission, mais pour commencer, une traque allait devoir être fait. À peine arrivée, elle observa alors sa partenaire de jeu pour cette mission délicate, et il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour remarquer les yeux si particuliers.

« Bonjour ! Oui c'est exactement ça, je suis Saibogu Kumiko, mais tu peux m'appeler Kumiko. Oui, on a une petite balade, mais elle risque d'être tranquille, douce et originale. »

Dit alors pour commencer la jeune femme en tapotant doucement l'arrière de sa moto. Bien évidemment, il n'y avait pas casque de prévu, on était des ninjas après tout !

« Durant la promenade, on va pouvoir discuter pour mieux se connaître, faire un début de plan et voir comment on ça pouvoir procéder, hm ? Avec moi, sans toi libre de parler hein, ne t'en fais pas pour ça. »

Kumiko allait attendre de partir avant de commencer à parler du vif du sujet. Elles avaient le temps de toute façon, restait juste à savoir si elles allaient pouvoir s'entendre.

« J'espère juste que tu n'as pas peur de la vitesse et des machines, par ce qu'avec moi, tu es plutôt mal tombée ! Je sais traquer à l'aide de multiples biais, et je pense que le mieux est de rencontrer le commanditaire pour avoir des informations comme l'apparence de notre cible, ce genre de choses. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 518
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Mer 15 Nov 2017 - 8:43

Une petite mécanicienne chevauchant à ses aises un engin inconnu qui faisait un bruit remarquable. C'était le portrait de la jeune femme qui allait être ta partenaire pour cette mission. Les premières impressions te permirent de définir une image de sa personne. Elle semblait être quelqu’un d’assez étrange, bizarre, particulière, mais ce n'était pas dans le meilleur sens de ces termes. Tu lui trouvais un léger goût désagréable. Ce n'était ni amer, ni acide, c'était un goût singulier auquel tu n’étais pas habituée.

Ce n’était pas son physique qui te dérangeait, tu la trouvais fort belle et fort alléchante. Sa jolie chevelure écarlate paraissait bien douce, sa chair blanchâtre paraissait bien tendre. Si l’occasion t’était accordée, tu planterais volontiers tes crocs dans sa nuque. Mais tu pouvais d’ores et déjà oublier cette idée pour ne pas commettre de maladresse.

Ce qui te dérangeait n’était pas dans son apparence, mais plutôt dans son comportement. Peut-être parce qu'elle différait des autres coéquipiers que tu avais rencontrés jusqu'à présent ? Peut-être parce qu'elle parlait d'une manière très ouverte qui effaçait toute la distance que tu avais l'habitude d'établir entre toi et ton interlocuteur ? Ou peut-être qu'il s'agissait de l'énorme carrure de l'engin qu'elle pilotait qui te mettait mal à l'aise ? Tu ne pus t'empêcher de cligner des yeux lorsqu'elle t'invita à prendre place sur le siège derrière elle.

Il n’en n’était pas question. Malgré ton visage toujours calme, intérieurement, tu grognais avec un air révolté. Tu allais abîmer tes vêtements durant le trajet et le moteur qui faisait un bruit de tremblement de terre allait corrompre tes oreilles à long terme, sans compter sur le fait que cette machine n’était pas très esthétique et.. Tu trouverais bien d’autres arguments, mais tu ne pouvais pas montrer une mauvaise image de toi, alors tu mis de côté tes habitudes difficiles et tu pris place sagement derrière elle avec un sourire pour la remercier de la balade qu'elle qualifiait de douce, tranquille et originale.

« C'est un plaisir. Ne vous inquiétez pas, je m'adapte aux moyens de transport proposés. »

Tu savais t’adapter, mais cela restait insupportable. Pourquoi ne pouvait-elle pas faire comme tout le monde ? Tu préférais amplement les montures volantes ou rampantes auquel tous les shinobi avaient recours, mais elle voulait être plus originale. Elle était l'image parfaite de la petite bricoleuse de ce stupide clan connu pour leur technologie affreusement ridicule qui disait être avancée, mais dans tout sauf dans l’esthétique. Cependant, tu n'allais pas te plaindre. Tu apprendras une prochaine fois à te déplacer par tes propres moyens. Pour cette mission, tu allais faire avec ce qui était à disposition. Tu devrais en être reconnaissante.

Prenant appuie sur la conductrice, tu étais prête pour la route. Tu validais l'originalité, mais la douceur et la tranquillité étaient à revoir, tout comme le confort. Tu n'avais ni peur de la vitesse, ni peur des machines. Ce n'était que de gros tas de ferraille que toi tu considérais comme inutiles, mais que les membres de ce clan considéraient comme des joyaux. Peut-être était-ce la raison pour laquelle tu les prenais quelque peu de haut ?

Néanmoins, petite difficile que tu étais, tu étais forcée d'avouer que ce moyen de transport était pratique. Malgré le bruit infernal qui peut-être ne l'était pas tant que cela, mais qui à travers tes oreilles bourdonnait de façon incessante, vous avancez à grande vitesse à travers le désert. Cela faisait à peine quelques minutes que votre voyage venait de débuter, mais il vous était déjà possible de voir les frontières de votre pays s'étendre au loin derrière les dunes. Il vous restait tout juste le temps pour des discussions de rencontre futiles, mais surtout du temps commencer du bon pied votre travail.

« Très bien. Je pense qu'il s'agit d'une bonne idée et d'un bon point de départ. Nos commanditaires sont les autorités de Kusa. S'ils ont découvert l'existence d'un survivant, ils devraient avoir des pistes à nous donner tel que les lieux, ce qui pourrait faciliter grandement notre tâche. Je n'ai aucune capacité sensorielle à ce propos. Mais je ferai de mon mieux pour vous aider.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 660
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Dim 19 Nov 2017 - 11:28

Comme première entrevue avec une jeune femme, c’était sans doute spécial avec son monstre mécanique, mais il valait mieux que la Ketsueki s’habitue rapidement à tous ces outils. C'était sans doute une bonne chose qu'une vampire en puissance la voyait comme ayant un goût désagréable, une bonne nouvelle donc. Quoi qu’il en soit, la Saibogu était quelqu’un de vraiment atypique, cela il était aisé de le remarquer. Elle était facilement tactile, elle cassait les codes et vu qu’elle n’avait jamais évolué dans un réel clan à la mesure que les inventeurs étaient davantage un regroupement d’étrangers pour une même passion qu’une structure classique.

Kumiko remarqua que l’idée de monter sur sa moto ne semblait pas enchanter réellement sa nouvelle compagne de voyage. Généralement, son invention fonctionnait plutôt bien auprès des jeunes, même si certains préféraient courir à côté. Elle rit doucement alors que Tsubaki prît place derrière elle avec une joie certaine.

« Ne t’en fais pas, ça va bien se passer. Ma moto a arrêté d’exploser à la version 6 ! »

Dit alors avec humour la rouquine avec un léger clin d’œil. Elle n’était pas du genre à risquer la vie de ses compagnons qu’ils l’apprécient ou non, mais cela, la jeune fille n’en était sans doute pas consciente.

« Tu sais, cette moto je l’ai taillée pour la vitesse. Il y a une course régulièrement et je compte bien gagner ! »

Kumiko glissa alors ses grosses lunettes de protection sur ses yeux, alors qu’elle se trouvait dans sa chevelure de feu.

« J’ai l’impression que tu n’aimes pas tellement la mécanique, je me trompe ? Tu sais, tu peux être libre avec moi hein, tu peux tout dire. On a beau avoir commencé la mission, on a le temps de se connaître le temps du voyage. »

La chunin sentit les mains de la Ketsueki contre son corps, elle était prête à partir visiblement. Alors elles furent parties en traçant dans le désert à grande vitesse. Très rapidement, elle accéléra pour aller à une vitesse de croisière élevée, sans doute plus rapide que si on courait normalement à côté. Le moteur rugissait, mais il était tout à fait possible de discuter. Cependant, cette Tsubaki en avait-elle vraiment envie ? Pour la taquiner, elle se faisait même plaisir à prendre des sceaux à partir des hauteurs de quelques dunes en la regardant de biais.

« Ne t’en fais pas pour cela, je peux traquer quelqu’un facilement avec ou sans machine d’ailleurs. La route va être longue jusqu'à Kusa, c'est la première fois que tu sort du pays ? On va devoir faire une pause pour la nuit à un moment. Je compte rencontrer les officiels demain tranquillement. Cela nous fera une bonne entrée en matière. J’ai comme l’impression que l’on ne va pas devoir courir pour le rattraper. Je suis certaine qu’il se cache, et ce type doit bien avoir des amis. Le risque de guerre est bien réel, même si leur lubie d’avoir peur d’un seul homme est exagérée. »

Commença à dire La Saibogu, qui semblait se méfier de ce qui était dit à propos de la mission. C’était sans doute son passé de rebelle qui jouait la dedans. Elle avait tendance à se méfier du pouvoir établi et de l’intérêt qu’ils auraient.

« Tu sais Kusa, ce sont des gens simples. Il y a surtout des personnes de la campagne. Ils préfèrent être entre eux, et s'ils ont fait appel à nous, c'est surtout qu'il n'y a pas vraiment de combattants chez eux. Plus ils sont tranquilles, mieux c’est, même s’il faut se cacher la réalité. C’est un pays très vert, cela va changer de Kaze. Il est facile pour quelqu’un de s’y cacher j’imagine. »

La journée passait vite à mesure que le paysage se transformait, passant des dunes et du sable à perte de vue à de la terre, puis à beaucoup de plantes et d’herbes. Kumiko n’était pas native du pays du sable, alors elle n’était guère surprise. Ils traversèrent Ame, et visiblement, cela fit quelque chose à la jeune femme. Elle ne pouvait pas s’empêcher à un Sabakyô bien particulier à ses yeux, mais elle n’avait pas le temps de l’oisiveté. Elle était en mission, et elle devait poursuivre sa route. Le soir commençait à pointer le bout de son nez, alors qu'elles traversèrent officiellement les frontières de Kusa. Ce n’était pas non plus extraordinaire, car il n’y avait rien aux frontières, et il n’y avait plus de route, seulement un simple chemin de terre. Cela ne faisait pas peur à la bête mécanique. Elle repéra alors une petite auberge assez charmante. Elle n’était pas très grande, mais elle sera plus que suffisante et ce n’était pas comme si elles risquaient quoi que ce soit.

« On va s’arrêter là, ne t’en fais pas, c’est moi qui invite. »

Dit alors simplement Kumiko en faisant un petit clin d’œil à la Ketsueki. Elle arrêta alors sa moto devant l’auberge, cela faisait sans doute du bien de pouvoir s’étirer un petit peu. Une fois que sa partenaire quitta l’engin, elle se contenta de toucher un sceau sur son corps, et la moto disparue alors dans un petit nuage. Il était évident qu'elle maîtrisait le fuinjutsu, mais était-ce réellement une surprise pour les Saibogu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 518
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Mar 21 Nov 2017 - 1:05

Tu acceptas l'offre de la jeune femme avec plaisir, bien que tu aurais sans doute préféré à ce qu'elle s'offre elle-même à toi pour le dîner. Cependant, il s'agissait là d'avantage d'un fantasme que d'un véritable espoir. Tu allais sagement te contenter d'un petit morceau de viande accompagné d'une salade pour ce repas. Tu attendis qu'elle termine de ranger sa moto en la faisant disparaître dans un nuage de fumée avant l’accompagner dans l'auberge.

C'était plutôt pratique de savoir maîtriser l'art des sceaux. Ces multiples tatouages présents sur son corps lui donnaient l'air d’un robot ménager multifonctions. Ce qui correspondait parfaitement à son image de petite mécanicienne, mais cela ne t'irait sans doute pas aussi bien. Non pas que tu n'aimais pas la mécanique, ce n'était juste pas habituel pour toi de toucher à ces outils.

Les membres de ce clan étaient de véritables bricoleurs qui devaient passer beaucoup de temps à bidouiller ces éléments métalliques. La jeune femme aimait participer à des courses et cela se fit ressentir à travers la vitesse à laquelle elle roulait sur les chemins du désert. Tandis que toi, tu aimais lire dans les coins tranquilles comme suggérait ton comportement calme. Chacun avait son passe-temps et vos personnalités étaient relativement opposées. Néanmoins, tu essayais de t'adapter à son enthousiasme.

Doucement, tu commençais à t'habituer à sa franchise et tu n'avais pas vraiment le choix. Vous alliez passer encore un bon moment ensemble pour cette mission. Vous alliez avoir le temps d'apprendre à vous connaître comme le disait ta coéquipière. L'idée ne t'enchantait pas plus et pas moins que cela. À moins que tu ne parviennes à te rapprocher d'elle dans une relation légèrement plus intime ? Ce qui pourrait t’enchanter d’avantage.

Vous prîtes place à une petite table sur le côté de la salle proche d'une fenêtre. Tu t'installas avec modestie et le visage souriant, tu adressas ta commande au serveur. Tu attendis que ta partenaire en fasse de même avant de prendre la parole.

« Demain, nous allons rencontrer de bonne heure ces officiers, prenons le temps de bien nous reposer ce soir. De plus, vous avez probablement raison, la cible ne doit pas être bien loin. Il est plus prudent pour une personne recherchée de se cacher dans un lieu sûr avec des alliés pour assurer ses arrières plutôt que de fuir. Et ce serait une tentative désespérée face à votre vitesse, dis-tu avec un léger sourire en référence à sa moto. Enfin, je pense que nous devrions rester prudentes. Il se prépare sans doute à notre venue de son côté.. »

Ou du moins, tu l'espérais. Si cet inconnu avait décidé de ne pas prendre la fuite, il devrait au moins dérouler un long tapis rouge pour vous accueillir. Sinon, cette petite partie de chasse risquait de perdre tout son intérêt et le rang de cette mission n'aura été qu'un pur mensonge pour te bluffer.

Ton regard se dirigea vers la fenêtre pour observer l'extérieur avec un air songeur. Une once d'impatience se lisait dans ton regard absorbé par le paysage, mais tu masquas ce sentiment par des paroles rêveurs.

« C'est vrai que la verdure est omniprésente dans le Pays de l'Herbe. Dans nos terres, on ne peut trouver que du sable à perte de vue avec des ruines à chaque recoins.. Quoique parfois, il nous est également possible de croiser des oasis. Ton doux regard revint se poser sur ton interlocutrice.Ce n'est pas la première fois que je quitte le village. Mais je trouve que notre désert est beaucoup plus original que la verdure présente à travers tout le continent, alors qu'il n'est possible de trouver du sable en quantité que dans notre pays.»

Même si tu n'aimais pas tellement le désert qui était un paysage ennuyant. C'était plus le territoire des Kawaguchi que des Ketsueki, des personnages qui par leur simple présence t'irritaient au plus haut point. Cependant, tu aimais donner l'impression d'aimer ton pays.

« Et vous ? Avez-vous beaucoup voyagé vers l'extérieur ? Cela doit être pratique avec votre moyen de transport. » Fis-tu avec un léger rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 660
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Jeu 23 Nov 2017 - 9:02


On pouvait toujours rêver quant on était une Ketsueki, mais ce n'était pas une bonne idée que de prendre du sang d'une personne malade en phase terminale. Enfin, elle ne risquait pas de sentir les petites quenottes de la vampire sur sa gorge, car elle ne l'a pensait pas si désespérée que cela. Quoi qu'il en soit, elle put se rendre compte de l'intérêt de la jeune fille pour ses sceaux. Cependant, le côté apparence de ressembler à une carte routière ne semblait pas lui plaire. Pour la rassurer dès qu'elle arrêta d'utiliser son chakra, tous les sceaux semblaient disparaître. C'était plus pour du pratique et de l'expérience qu'avoir l'essentiel de son matériel toujours sur soi était une bonne chose. Kumiko lui sourit doucement avec un léger clin d'œil en se dirigeant vers l'auberge.

Que ce soit son temps libre ou en mission, la Saibogu le passait en étudiant de nouveaux plans de machines ou à bricoler tout et n'importe quoi, sans oublier les estropier de la vie qu'elle rendait service avec des prothèses. Elle sentait qu'en plus de la différence d'âge, il n'y avait que très peu d'atomes crochus comme l'on disait. Cependant, elles étaient là pour travailler, être les meilleures amies du monde n'était pas obligatoirement au programme des festivités. Quoi qu'il en soit, on pouvait dire que la Saibogu débordait d'énergie en permanence.

« Oui, c'est nécessaire de bien se reposer, car on ne sait pas quand ma prochaine fois que l'on pourra dormir dans un lit avant les prochains jours. Quelque chose me dit que cela ne va pas être si calme qu'en ce moment. Pour un civil, c'est compliqué de passer les frontières sans aucun souci, alors sans aide et avec peu d'argent, c'est plus simple de rester dans une région connue. Cela doit rassurer d'ailleurs d'une certaine mesure. »

C'était de la psychologie, mais cela n'allait pas être la force brute qui aiderait à quoi que ce soit pour le moment. Elles allaient devoir penser comme lui, réussir à se mettre dans sa tête.

« Aller vite peut-être une bonne chose, quand on sait où se diriger. »

Relativisa alors la chunin, qui n'était pas du genre très sensible à la flatterie. Elle n'avait pas un ego très élevé, même si cela ne l'empêchait pas de s'aimer toit de même.

« Si ce n'est pas de notre arrivée, il s'attendant à être traqué, oui c'est une évidence. Il se pourrait qu'il ait des contacts attentifs à ce qu'ils pourraient voir quand nous irons voir les officiers. Il faudrait peut-être camoufler notre identité, car ce n'est pas très discret des étrangers ninjas débarquant dans le pays. »

Kumiko pouvait voir l'impatience dans le regard de sa jeune collègue. Elle en sourit légèrement, car elle se reconnaissait elle-même à son âge évidemment, même si les circonstances étaient sans doute meilleures aujourd'hui.

« Il faudra quoi qu'il en soit garder son calme et le contrôle en toute circonstance. Nous représentons Suna et les prochaines missions, ce n'est pas rien. De plus, foncer dans le tas peut être une mauvaise idée. Il ne faut jamais sous-estimer son adversaire, qui qu'il puisse être. »

Tenta de dire la rouquine afin de commencer à sentir de quel bois était fait la Ketsueki.

« Tu aimes bien la verdure ? Tu risques d'être particulièrement servie en effet. Je suis née dans le pays de Ki, alors côté nature, c'est plutôt fourni également. J'imagine que tu viens de la région de Suna contrôlée par ton clan ? »

Kumiko rit doucement en entendant parler Tsubaki.

« Oui en effet, c'est certain que notre de désert est plus original, mais je te rassure, je le trouve très beau. Il est reposant et débordant de vie si on sait où regarder. »

Kumiko prit un temps de réflexion alors que ma Ketsueki demanda si elle avait beaucoup voyager. Elle sourit légèrement en hochant la tête.

« J'ai eu très souvent l'occasion de voyager, que ce soit à pied, sur ma moto ou encore en volant. Ce n'était pas forcément pour de bonnes choses, mais c'était nécessaire. Tu sais, être une shinobi avant, maintenant ou plus tard ne veut dire qu'une seule chose. Notre intérêt est de tuer, rien d'autre. Il faut simplement bien choisir son camp. J'ai fais parti de la rébellion, j'ai aidé l'installation du système actuel, j'imagine que l'on peut être content vu que l'on a... Gagné. »

Dit alors la shinobi légèrement amère. Elle avait vu nombre de gens bien se faite tuer, ou elle-même en tuer. Cependant, c'était la guerre, et elle espérait bien que cela ne revienne jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 518
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Sam 25 Nov 2017 - 22:12

Pourtant, la guerre constituait l'un de tes plus grands plaisirs. Tout le monde luttait avec férocité. Seuls les objectifs différaient, mais le principe restait le même. Tu pouvais déchaîner le démon enfermé en toi sans craindre les conséquences. Tu n'étais pas bien différente de tous les autres combattants qui s'acharnaient pour leur survie. Et les champs de bataille étaient si vastes qu'ils t'accordaient un terrain de jeu entièrement libre, où tes actes les plus atroces pouvaient passer au silence sans personne pour en témoigner. Intérieurement, tu te léchais les papilles dans l'attente de la prochaine occasion.

Néanmoins, ta partenaire ne semblait partager cet avis. Tu sentis une pointe d'amertume dans ses dernières paroles. Elle faisait partie de ces pacifistes qui prônaient pour la paix dans le monde. Ridicule. Stupide. Aberrant. La destruction était une caractéristique de la nature humaine. Certains l'acceptaient et profitaient, d'autres la refusaient et souffraient, mais rien ne pouvait changer cette réalité. La jeune femme se situait entre ces deux extrémités, pensais-tu. Conservant ton sourire aux lèvres, tu adoucis ton regard pour te montrer soi-disant compatissante à son égard.

« Choisir son camp, je vois.. »

Tu fis mine de ne pas demander plus de détails afin de ne pas lui faire revivre des moments douloureux, mais tu voulais simplement éviter un débat entre vos deux points de vue. Puis, cela n'avait aucun intérêt pour toi de dévoiler tes pensées. Il valait mieux faire croire que tu n'aimais pas la guerre pour laisser une image innocente de ta personne.

Rapidement, vous vous fîtes interrompre par le serveur qui vint livrer votre dîner. Vous continuâtes à discuter de divers sujets tout au long de votre repas. Enfin, lorsque vous eûtes terminés, vous prîtes place dans la chambre qui vous était accordée afin de passer une paisible nuit de sommeil. Tu n'eus pas grand mal à t'endormir. Bien que tu gardais toujours une attention éveillée sur ce qu'il se passait à l'extérieur à cause de ta prudence naturellement développée.

Lorsque le jour vint se lever, vous étiez prêtes pour partir à la rencontre de vos commanditaires. Adressant un regard amical en direction de ta coéquipière, tu l'invitas à entamer la route en direction de l'administration centrale, là où vous pourrez obtenir les réponses à vos questions. Banal. Anodin. Ennuyeux. Néanmoins, c'était une étape que tu ne pouvais pas sauter. Tu étais impatiente et parfois folle sur les abords, mais tu n'étais pas stupide, ni inconsciente.

Tu devais rester sur tes gardes et prendre les devants afin de pouvoir coincer la cible et l'attraper, sinon le jeu ne serait pas drôle si tu ne pouvais même pas le retrouver. Tu étais vêtue d'une jolie robe aux teintes violacées et blanches, te fondant parfaitement parmi les passants. Tu ne portais aucun signe distinctif d'une appartenance à un village quelconque. Puis, durant le trajet, un détail te revint en mémoire.

« Par ailleurs.. Nous avons beaucoup parlé hier soir, mais nous avions omis quelques détails importants concernant la mission. Possédez-vous des compétences en sensorialité ? Pour ma part, je maîtrise les arts du combat à distance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 660
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Ven 1 Déc 2017 - 8:54


Heureusement, Kumiko n'était pas quelqu'un de pacifiste, elle était tout de même une shinobi, qui se promenait avec de nombreuses armes et outils capable de donner la mort. Elle avait eu dans sa vie des missions des plus abjectes qu'elle avait tout de même remplies, lorsque c'était vraiment nécessaire. Cependant, depuis qu'elle se savait condamné par la maladie, après avoir vécu tant de malheurs au court de sa vie, la vision des choses changeait obligatoirement. Tsubaki était jeune, elle n'avait pas vraiment connu la véritable guerre ninja, et tant mieux pour elle. Quelque part, la Saibogu espérait qu'il n'y en ait pas une autre un jour et avant que sa dernière heure ne sonne, elle ferait tout pour cela. Elle voulait croire en l'humanité, en tout ce que l'Homme pouvait faire de magnifique. Elle sentit bien en tout cas, que la vision de sa jeune et inexpérimenté consœur était différente aux yeux de sa manière de répondre. Peu importait, tant qu'elle serait la cheffe de cette expédition, cela tournerait comme elle le déciderait.

Le l'en demain matin, Kumiko avait un peu de mal à se lever. Elle eut bien besoin de quelques minutes pour réussir à se lever et ne plus paraître gauche. Elle ne s'en expliqua pas, mais après quelques temps de préparation, elle fut enfin capable et paraissait comme hier. Elle vérifiant son matériel avant de partir, comme un petit rituel et bien vérifié si elle n'avait rien oublié. Sans doute il y allait avoir quelques phases d'actions supplémentaires qu'hier.

« Très bien, allons-y alors. »

Dit en souriant la rouquine avec un clin d'œil pour la Ketsueki. Elle regarda l'étrange tenue pour une combattante que portait sa partenaire. On aurait dit qu'elle n'était pas une personne allant au corps à corps avec pareils vêtement. Elle avec sa tenue de garçonne, elle paraissait moins féminin que Tsubaki. Elle ne préférait pas arborer pour le moment un signe distinctif du village caché de Suna, c'était sans doute plus prudent.

« Je me disais bien que tu était plus du genre à te battre de loin, mais ne t'en fais pas. Je sais traqué quelqu'un par de multiples voies, on pourra le trouver si l'on sait ce que l'on cherche. Je préfère les combats à distances également. »

La petite troupe arriva alors face à un bâtiment en bois assez joli et plutôt grand si on considérait la région. Il faisait bien deux cent mètres de long, sur trois étages. Il y avait un charmant jardin à l'anglaise, c'était dans ces moments là que l'on remarquait le côté naturel du pays. Il y avait des simili de combattants, qui semblaient garder l'entrée officielle du bâtiment, mais cela se voyait du premier coup d'œil que ce n'était que des civils. Un ninja digne de ce nom ne ferait qu'une bouchée de ce genre de type, alors il y avait plus de chances que la personne fuyant les forces du pays ait davantage du mal à l'idée de tuer ses compatriotes qu'un réel problème pour se défendre. Comme une habitude, elle remarqua le manque de surveillance, les failles et même une manière d'entrée discrètement, mais il valait mieux entrée comme n'importe qui. Elle se présenta alors devant les gardes en passant une main le long d'une mèche comme une habitude visiblement.

« Bonjour, je souhaiterais rencontrer un responsable, j'ai des informations importantes à communiquer à propos d'une personne dangereuse. »

Essaya alors de paraître un peu niaise et gauche avec un léger sourire gêné. On ne dirait pas qu'elle était une combattante capable de tuer quelqu'un à plus de cinq cent mètres sans problème. Le garde observa alors les deux demoiselles face à lui, il jeta un regard en direction de son collègue, qui haussa les épaules comme s'il se fichait un peu de cette histoire.

« Bon heu... Allez-y entrer... Vous montez un étage, puis ma seconde porte à gauche. Une personne a l'accueil va vous guider de toute manière. »

Le garde fit signe d'y aller en se préoccupant davantage de reprendre la discussion sur la bière d'hier soir et des jolis pépés rencontrées que de l'histoire de ces deux femmes. Kumiko en profita alors pour se diriger le long de la petite allée de gravier bordée d'une herbe soigneusement taillée. Il y avait ce petit bruit caractéristique, puis le duo pénétra dans le bâtiment. Une demoiselle était à l'accueil et offrit un large sourire, apparemment assez accueillante. Les personnes de ce pays ne ressemblaient décidément pas du tout aux gens qu'elle pouvait croiser généralement. Elle expliqua de nouveau ma petite histoire, et elle fit attendre le duo un bref instant en attendant que le responsable soit libre. Cela ne tarda pas, il était tôt, et sans doute que ce genre de discours devait attirer l'attention surtout dans leur condition de recherche, l'espoir peut-être. Les Sunajins furent inviter à entrée dans un grand bureau soigneusement décoré d'un mobilier de bonne qualité.

« On m'a dit que vous aviez des informations sur quelqu'un de dangereux ? »

Sembla demander alors avec une ardeur et sans doute un espoir assez grand. Si le pays pouvait éviter de payer des shinobis assez cher comme l'était ceux de Suna, c'était tant mieux. Cependant Kumiko se devait de lui faire perdre son espoir. Elle n'allait pas le cacher plus longtemps. Elle tendit une oreille afin de s'assurer d'être seule, ou du moins qu'il n'y avait pas d'oreille indiscrète. Elle parla alors sur un ton de voix assez faible par sécurité.

« Nous sommes ceux que vous attendiez de Suna, nous sommes ici pour vous débarrasser de votre élément gênant. »

On pouvait lire alors la déception dans le regard de l'homme, qui changea immédiatement de regard et il s'assit d'un ton grave.

« Le conflit a duré longtemps, les habitants de ce pays dont épuisés et ils ne veulent sûrement pas revivre cela juste parce qu'un survivant du clan des Vageas soit vivant, cela peut paraître cruel, mais nous voulons la paix et être tranquille. »

« Ne vous inquiétez pas, nous ne sommes pas là pour vous juger, mais uniquement vous rendre service. Nous sommes consciente de votre position et de la situation. Nous serons discrètes et efficaces. Vous ne reverrez pas ce type, mais il nous faut davantage des informations. »

« Je ne préfère pas savoir ce que vous comptez en faire, la situation est tendue, et s'il peut ne pas avoir de vagues, c'est tant mieux. Voilà tout ce que l'on sait. »

Dit l'homme en tendant un dossier à la jeune femme. Il avait sans doute deviner qui dirigeait dans l'équipe, et l'âge aidait sans doute à le savoir. Elle commença alors à parcourir le dossier. Il y avait une description précise de la personne avec un symbole en forme de trois triangles sur un écusson sur certaines pages. Il y avait fort à parier que les informations venaient des ruines encore fumante du clan déchu.

« Dans le pays, il reste encore une poignée de désespérés avec l'espoir de poursuivre la guerre, mais elle est belle et bien finie ! C'est dangereux l'espoir dans certains cas. Il sera sans doute défendu, mais je vous fais confiance pour savoir vous défendre. Vous devriez commencer vos recherche dans la forêt à l'ouest du pays. C'était la région originelle du clan, là où se trouvait les dernières poches de résistance. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 518
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Mer 6 Déc 2017 - 17:03

Silencieusement installée dans ton siège, tu laissais ta coéquipier prendre la parole et demander les informations nécessaires concernant votre cible. C'était un homme mesurant un mètre quatre-vingt-huit qui avait trente trois ans. Toi, derrière ton apparence de gentille fille obéissante et docile, ton regard guettait discrètement chaque détail des environs. Tu reconnaissais une bonne qualité dans les meubles de la pièce. Il ne manquait plus que quelques taches de sang de l'officier en face de vous pour parfaire la décoration.

Néanmoins, la sécurité du bâtiment laissait cruellement à désirer. Tu te remémorais le visage des deux imbéciles qui servaient de gardes pour le portail. Qui pouvait considérer ces deux sots utiles pour surveiller les visiteurs ? Il suffisait de voir leur comportement désinvolte pour remarquer que leur travail n'était pas pris au sérieux. S'il fallait absolument débourser de l'argent pour orner l'entrée, autant acheter deux grosses statues qui effrayeraient tout autant les passants.

L'image de ce pays chutait dans ton estime. Cependant, face au représentant de ces terres plutôt bienveillant de vous accueillir, tu préférais sourire avec politesse. Il vous fallut acheminer un long chemin avant d'atteindre cet étage. Si vous aviez continué à tourner en rond, tu aurais sans doute fait un carnage des employés de ce bâtiment. Néanmoins, vous aviez fini par être arrivés à votre destination, alors tu allais te montrer sage.

« Nous vous remercions de ces précieux détails et informations. Nous vous promettons de vous renvoyer de bonnes nouvelles. Nous sommes des émissaires envoyés pour la paix après tout. » Affirmas-tu avec un léger sourire.

Lorsque les dernières salutations furent terminées, vous prîtes la route en direction du lieu indiqué par les documents remis. Vageas était un clan où les membres possédaient une certaine maîtrise des plantes empoisonnées, ce qui les rendaient extrêmement redoutables en combat. Ils pouvaient se servir de ce poison sous toutes sortes de formes d'après les informations. Tu commençais à douter de ce stupide officier qui vous avait accueilli. Désirait-il réellement la paix ? Ou cherchait-il plutôt à éliminer une peur à l'origine de ses angoisses ?

Tu avais cru entendre dire que les dirigeants de ce pays n'aimaient pas spécialement solliciter l'aide des nations voisines. Pourtant, votre présence semblait ravir plus que tout ce commandant. Cherchait-il à éliminer discrètement une épine dans le pied pour des raisons plus personnelles comme cacher un secret sans se faire remarquer par ses supérieurs ? Ce n'était qu'une supposition. Tous ces problèmes nationaux t'importaient peu, tu voulais simplement te délecter de ta partie de chasse.

Lorsque vous arrivâtes sur les lieux, sans grandes surprises, vous découvrîtes des environs désertiques. Tous les membres de ce clan avaient été exécutés, exterminés, décimés, sous les yeux des uns des autres. Il était encore possible de voir le nombre de morts et de pertes. C'était un merveilleux paysage morbide et lugubre qui s'offrait à vous. En apparence, tu optais pour une mine mélancolique.

« Quelle tristesse. Le lieu où tout a commencé devient ainsi le lieu où tout se finit. Plus une once de vie ne se trouve dans les environs. Il a dit que la guerre est terminée, mais elle a laissé derrière elle de lourdes conséquences. Il faut plus de temps pour penser les blessures du cœur et cicatriser les traces sur les terres que pour dire que la guerre est finie.. Akito.. C'est le nom de notre cible. Sa maison est là-bas. Arrivez-vous à détecter une quelconque présence dans les environs ? »

C'était un lieu idéal pour se cacher. Cependant, le silence qui régnait sur les environs te faisait croire que vous étiez seules. Quel survivant serait assez idiot pour retourner chez lui alors qu'il s'agissait souvent du premier lieu inspecté par les poursuivants ? Tu espérais trouver un indice. Calmement, tu pénétras la maisonnette au fond, prenant garde à ne pas tomber dans un piège ou autre mécanisme qui se retournerait contre toi. Tu tombas sur quelques photos posées sur le comptoir toutes en mauvais état, mais certaines semblaient volontairement abîmées. Tu pouvais reconnaître quelques détails intéressants comme une petite sœur qui possédait une grande ressemblance avec son frère, Akito votre cible, et la présence d'un troisième personnage toujours inconnu.


Plus loin vers l'Ouest de cette forêt désolée, se trouvait un petit village au milieu duquel était établie une auberge. Il faisait encore bien jour. L'intérieur était relativement calme avec seulement les quelques employés qui s'abonnaient à leurs tâches quotidiennes d'un élan morne et fatigué. Dans la cave, l'ambiance était légèrement plus étouffante et stressante. Une fine silhouette s'apparentant à un corps féminin vêtue de noire était discrètement calée entre deux sacs de riz. Sans un bruit. Sans un geste. Elle ressemblait à une ombre suspecte menaçante et menacée, guettant l'occasion de refaire surface et de se manifester.


« Père.. Mère.. Mon frère.. Vous qui avez tant eu confiance en ce pays que vous disiez être notre terre natale, notre terre d'origine, notre mère, je vous promets de survivre et de vous venger de cette ordure qui nous a trahi. Je dois résister. Je le dois. Oui. » Murmurait-elle à voix basse comme somnambule dans son sommeil.


Dernière édition par Ketsueki Tsubaki le Mer 17 Jan 2018 - 14:00, édité 11 fois (Raison : Au Pays de la rizière on dit riz et pas blé !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 660
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Mar 12 Déc 2017 - 17:11

Sa coéquipière ressentait une telle colère, un tel besoin de détruire, mais heureusement que ce n'était pas assez palpable pour être ressenti encore. Cependant, elle ne doutait pas que cela ressortirait un jour où l'autre. Il était une évidence que le pays demandeur pour la mission qui occupait les deux jeunes filles n'avait aucune chance face à des shinobis. Les gardes étaient à peine capables de surveiller des civiles, s'en étaient d'ailleurs. Kumiko en aurait presque rit en entendant le commentaire de la genin, messager pour la paix, c'était très mignon. Elle avait bien conscience de ce que désirait la Ketsueki, tuer la cible. Bien entendu, les autorités estimaient que cela permettrait la paix, mais aux yeux de l'ancienne rebelle, ce n'était ce que l'on appelait qu'un meurtre d'état, soit disant pour le bien commun.

Il était bien temps de partir maintenant, et après les salutations d'usages comme l'auraient fait une civile respectueuse du rang de son opposé, la Saibogu commençait à partir en compagnie de Tsubaki. Heureusement que le clan recherché n'avait qu'un seul représentant, car dans une forêt sauvage avec de nombreuses plantes et herbes, cela représentait un terrain de jeu parfait. Elle avait bien un moyen de se prémunir de gaz mortels, mais aller savoir la manière que leur cible allait se défendre.

« Pauvre garçon... Parfois certaines personnes n'ont pas de chance quant à leur naissance. Malheureusement, il faut bien assumer et continuer d'avancer. »

Commenta alors simplement toute seule et à voix haute la chunin, lâchant un soupir. Il était plus facile pour un gouvernement d'engager des étrangers pour le sale travail, voir de les dénoncer au moindre problème en rejetant le fait de les avoir engagé. C'était une méthode simple pour avoir ses mains propres et peu coûteuse au final. Le village du clan exterminé suite à cette longue guerre intérieur faisait peine à voir. Il n'était que le théâtre d'un véritable charnier et sans doute que peu de personnes venaient ici. Ce n'était pas le premier spectacle si morbide que Kumiko avait la chance de voir, si on pouvait dire. Parfois c'était l'empire qui en était à l'origine, parfois ses propres forces rebelles ou la folie de quelques hommes. Elle regardait cela comme si elle visitait un cimetière dans un silence et un respect certain pour les morts. Elle ne pouvait malheureusement pas être dégoutée ou horrifiée, elle aurait préférée, mais elle ne pouvait ressentir quoi que ce soit. À force de côtoyer la mort, on en devenait si insensible ? Rien n'était moins certains, mais lorsqu'elle regarda sa jeune coéquipière, se demandant ce qu'elle pouvait ressentir devant un tel spectacle, elle fut à la fois rassurée et peinée pour la Ketsueki. La pauvre fille semblait vraiment adorée ce qu'elle pouvait voir, car elle avait un manque de réaction pour quelqu'un voyant autant de mort si anciens. Bien entendu, la Saibogu savait bien de quelle clan elle provenait, mais est-ce que cela devait nécessairement la rendre si monstrueuse ? Elle aurait vraiment préférée que la nouvelle génération puisse vivre plus sereinement et loin de toute cette mort permanente.

« Quelque soit le temps qui passe, certaines blessures du cœur qu'elle se voit immédiatement ou non ne se referme jamais. Il faudra toujours assumé ses actes devant sa conscience et ne jamais rien faire quelque chose que tu pourrais regretter. Surtout, il vaut mieux ne jamais être l'instrument des puissants ou d'un système, cela n'excuse rien, bien au contraire. »

Commenta alors une chunin pleine de sagesse, qui essayait d'ouvrir un peu les yeux de la jeune fille qu'elle avait sous ses ordres me temps d'une mission. Ce n'était pas grand chose, et sans doute que cela ne changerait pas vraiment sa manière de voir aujourd'hui, mais qui sait ?

« La terre avale tout sans distinction. La guerre n'est pas un bon moment, mais parfois, il n'y a pas le choix. Il vaut mieux subir la guerre que la vivre, sinon qu'est-ce que tu pourrais bien devenir lorsqu'elle finira ? »

Laissa encore entendre la rouquine en regardant alors Tsubaki du coin de l'œil alors qu'elles se retrouvaient toutes deux face à ce qu'il semblait être la maison de leur proie. Elle se concentra un bref instant afin de sentir le chakra autour d'elle avec précision sans trop d'effort.

« Je ne ressens aucune présence dans les environs, je doute qu'il soit dans le coin, mais il a du fuir rapidement les lieux pour survivre, alors avec un peu de chance, on trouvera quelque chose d'utile. »

Kumiko suivit alors dans le calme Tsubaki dans l'exploration de la maison, qui semblait être aussi dévastée que le reste du village. En plus d'avoir tuer tout le monde ou presque, un pillage avait dû avoir eu lieux. Pourquoi s'arrêter en si bon chemin n'est-ce pas ? Kumiko regarda également les quelques photos de familles ou des moments précieux sans doute avant de poursuivre.

« Sans doute une petite sœur, j'imagine que ce pourrait être une arme efficace à utiliser au moment propice. »

Commenta froidement la jeune femme en continuant l'exploration des lieux. Elle tomba alors finalement dans la chambre du grand frère pouvait-on imaginer en voyant de quoi elle était composée et décorée. Il y avait des dessins dans un tiroir d'un bureau, mais qui semblait être ceux d'une petite fille. Elle passa lentement ses mains le long des crayonages enfantins l'air de rien. Beaucoup de dessins représentaient des plantes, la forêt, cela devait être le lieu privilégié du clan en toute logique. Puis, elle découvrit à moitié déchiré une carte des environs. Il ne semblait pas avoir grand chose de très utile, mais une partie de cette carte avait été déchirée de manière peu fortuite. Cela l'intriguait et sans doute que cela pouvait être un indice intéressant à fortiori. Elle plissa les yeux en regardant la carte, cela semblait être vers l'ouest du village. Sans doute que cela avait été prit à la hâte.

« Tsubaki, nous partons. »

Dit alors Kumiko en ayant ce qu'il fallait pour trouver une piste, c'était l'élément le plus crédible pour continuer la chasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 518
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Mer 13 Déc 2017 - 17:38

Tu te contentais de hocher calmement la tête à chacune de ses paroles en prenant l'air de la sage fille qui écoutait ses conseils avec une grande attention. Alors qu'en vérité, tu n'accordais aucune importance à ses mots qui te paraissaient futiles. Tout ce qu'elle disait était une évidence même. Tu ne voyais point l'intérêt de parler autant, mais peut-être qu'elle aimait simplement penser à haute voix ?

« Vous avez raison. Nous sommes des hommes, nous sommes maître de nos choix et de nos actes. Nous ne devons pas nous laisser manipuler par autrui, ce qui reviendrait à faire de nous des marionnettes, des pantins, des objets. Nous ne devons pas nous laisser influencer par la guerre, elle ne doit pas nous rendre bêtes, sauvages, animals. Nous devons conserver notre humanité. Assumer nos décisions nous fait progresser. » Affirmas-tu avec un léger sourire.

Ton interlocutrice était en réalité déprimante à dépeindre ce tableau de guerre comme une mauvaise image de la vie. Pourtant, c'étaient ces couleurs sombres et moroses qui donnaient toute une atmosphère enivrante à ces combats et à ces batailles. Tu aimais cette tragédie, cette horreur et cette catharsis. C'était ce qui rendait ce monde plus beau, plus grand, plus intéressant, c'était ce qui faisait palpiter ton âme.

Contrairement elle, tu ne ressentais aucune pitié, tu étais loin de considérer cet homme comme pauvre face à sa naissance. Ce n'était pas elle qui était à l'origine de sa situation. C'était sa faiblesse et celle de son clan qui les avait menés à l'extermination. S'ils avaient été plus puissants, il ne serait pas la proie à l'heure actuelle, mais le commanditaire de la mission.

Voyant la jeune femme sortir à grandes foulées de la maison, tu enjambas le pas derrière elle pour ne pas la perdre de vue. Elle semblait avoir trouvé quelque chose d'intéressant dans les tiroirs de la chambre à coucher, mais tu ignorais ce qu'elle avait bien pu découvrir.

« Nous partons déjà ? Avez-vous découvert un indice qui puisse nous permettre de remonter jusqu'à la trace de notre cible ? »

Elle avait l'air de savoir vers où il fallait aller, ce qui était une nouvelle plutôt réjouissante. Te laissant entraîner par son élan pour remonter à bords son engin grondant comme le tonnerre, vous prîtes sans plus tarder la route en direction de l'Ouest.

« Selon notre carte, il nous faut une petite dizaine de minutes pour atteindre notre destination à la vitesse où nous allons. C'est le chemin le plus court menant tout droit vers un village portant le nom de « Kimibara ». »

Il était possible d'apercevoir au loin plusieurs habitants qui effectuaient leurs activités quotidiennes. Des livraisons de sacs de riz arrivaient depuis l'entrée. Des chariots venaient les récupérer. Des commerçants les distribuaient à travers le village. Il était difficile d'imaginer la présence d'un homme recherché en ces lieux si calmes et si tranquilles, mais si ta supérieure l'affirmait le contrairement, alors il allait falloir passer au peigne les environs.

« Arrivez-vous à détecter une source d'énergie ? Le village semble plus grand que sur la carte, pensez-vous que nous devrions nous séparer pour faciliter la cherche de notre homme ? Il doit être puissant ce qui pourrait se révéler dangereux, mais il aura moins de chances de s'échapper si nous parvenons à le trouver avant. la première qui le verra devra signaler à l'autre sa position avant de tenter quoique ce soit.. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 660
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Jeu 4 Jan 2018 - 8:37


Kumiko voyait cette jeune fille écouter avec soin sans rien dire du tout sur les conseils qu'elle donnait. C'était une manière d'enseigner, d'apprendre et de guider versa sa manière d'être et de faire en tout cas. Elle se doutait que cette Kietsueki ne devait pas beaucoup écouter, mais c'était la jeunesse qui était ainsi. Cependant, la rouquine se doutait bien que la jeune fille sage entendait les mots malgré tout. Un jour, cela lui sera utile, c'était certains et l'important après tout.

« En effet, c'est l'idée de ce que j'ai dit, en tout cas, c'est ce qui va se passer au moins durant cette mission. »

Précisa alors la Saibogu afin d'être certaine que ce message était bien passé. Elles n'étaient pas là pour faire un carnage sans nom comme à l'époque de la grande guerre ninja. Peut-être était-ce le sang de ces vampires dans ses veines qui lui modifiait sa manière de voir et de faire. C'était bien possible, après tout ce clan était surtout connu pour ses manipulateurs et ses massacres. Cependant, ce n'était pas pour cela qu'elle allait être différente de ce qu'elle était dans la vie, même si la chef de Suna en était une. Après toute une vie de haine et de colère, ses mots ne feraient sans doute pas beaucoup échos, mais peu importe.

Kumiko était sans doute plus complexe que ce qu'elle voulait bien montrer sur le moment, mais c'était une part d'ombre qu'elle n'aimait pas montrer. Elle se mettait facilement à la place des autres, mais elle savait quoi faire quand il le fallait. Le destin pouvait être cruel, elle en savait quelque chose, alors ce n'était pas pour l'imposer aux autres. Elle se doutait que malgré que les deux sunajins avaient été chargés par ce pays de traquer et de tuer, ils continuaient leur enquête, voir elles étaient suivies en cet instant. Une fois sur sa moto, Kumiko mit les gaz en filant rapidement en direction de la forêt de l'ouest. Elle ne dit rien au début en essayant de sentir si elles étaient suivies. Une drôle de sensation lui titillait son instinct.

« J'ai dans l'idée que cela se passe dans l'ouest, la forêt est grande, mais je pense que je pourrais trouver de quoi faire. »

La rouquine regarda de temps à autres dans son rétroviseur, ce n'était pas parce qu'elle ne ressentait pas de chakra qu'il n'y avait personne. Elle hocha la tête doucement quand Tsubaki affirma qu'elles allaient atteindre la forêt dans dix minutes. Sa moto était faite pour la vitesse, et elle ne put résister à l'envie d'accélérer sans dire un mot. Ce n'était pas très malin si elles étaient suivies, mais c'était une manière efficace de les forcer à dévoiler leur jeu.

« Kimibara ? Et bien c'est déjà un nom charmant c'est un bon début. »

Dit alors comme une banalité la jeune femme en poursuivant le chemin. Des personnes travaillaient dans les champs où les produits venant de ces derniers, la vie de tous les jours en somme, mais si leur cible vivait cacher dans cette région, sans doute que c'était un secret de ponichinel sa présence en ces lieux.

« Ce n'est peut-être rien, mais j'ai dans l'idée que le jeune homme que l'on cherche est parti en catastrophe, et il a prit la carte de cette région pour s'y retrouver. J'ai vu également des dessins de sa petite sœur, et je pense que je pourrais être capable sur place de reconnaître. Je peux détecter les sources d'énergie, mais pour le moment rien. Il vaut mieux que l'on reste ensemble, question de sécurité. On ne sait jamais ce que nous réserve ce village. »

Commença par dire rapidement la rouquine, elle ne voulait surtout pas perdre des yeux la genin en étant quasi certaine qu'elles n'étaient pas seules en cet instant. Elle ne préférait pas même ui doré de vive voix, mais peut-être qu'elle avait sentit que quelque chose n'allait pas avec sa manière d'agir.

« Je pense qu'il doit être aider, il n'est pas seule. Le mieux serait de chercher les alliés dans cette ville, surveiller les mouvements étranges, rechercher les lieux dans les dessins de cette gamine. Je pense qu'il doit être assez fort et en tout cas, sa naissance fait assez peur pour rameuter pas mal de monde. Moi j'ai des moyens de signaler ma position, si tu vois une fusée de détresse dans le ciel tu saura, mais toi ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 518
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Jeu 4 Jan 2018 - 11:18

« Je crains de n'avoir rien emporté sur moi qui puisse me permettre de signaler ma position, mais je pense que nous ne sommes que deux shinobis dans ce village avec notre cible. Il vous suffira d'entendre un peu de grabuge ou de voir apparaître des formes extravagantes dans les airs pour deviner que je me trouve là-bas. Puis, vous possédez des capacités sensorielles assez aiguisées, il ne vous sera pas difficile de me localiser avec précision si je parviens à provoquer un grand bruit de secousses, n'est-ce pas ? Ne vous inquiétez pas, je ferais bien évidemment attention à ne pas toucher de villageois. »

Un sourire pour la rassurer, tu descendis de la moto pour éviter d'attirer l'attention aux environs du village de Kimibara avec un engin bruyant et inconnu, afin d'arriver avec des allures de civils. Ce n'était qu'un pressentiment, toute la petite bourgade semblait paisible pour un matin comme un autre, mais il n'était pas improbable que les prédilections de ta partenaire se révèlent réelles. Il était toujours prudent de rester sur ses gardes.

« D'autant plus s'il n'est pas seul.. »

Tu ignorais si sa présence était un secret de polichinelle, car bien que cette bourgade se trouvait assez reculée de la capitale, elle restait un territoire du pays qui obéissait au pouvoir en place. Si une telle rumeur se propageait jusqu'aux oreilles du gouvernement, il n'était pas improbable qu'elle se fasse punir ou éliminer à la même façon que ce clan qui avait été exterminé. Était-elle prête à prendre un tel risque en cachant un criminel en son sein ?

« Sans doute certains, mais peut-être pas tous.. Que devrons-nous faire si nous nous retrouvons face des villageois ? Notre commanditaire derrière ses airs de grand homme semble chercher à faire taire cette histoire. Il ne voudrait sans doute pas que nous provoquons une émeute. Si au moins on pouvait avoir la certitude que les villageois sont de notre côté, on pourrait leur montrer la photo et retrouver notre homme plus rapidement, mais il semblerait que nous allons devoir essayer de le retrouver nous-même et le capturer en douce, s'il ne s'échappe pas d'ici entre temps.. »

Tu effectuas une série de mudras pour invoquer cinq clones, puis d'un mouvement de la main, tu leurs ordonnas de se cacher dans les environs pour surveiller les entrées et les sorties du village. Ils étaient incapables d'utiliser des techniques, mais aussitôt qu'ils se dissiperont en fumée, l'information te reviendra et tu sauras dans quel sens courir pour rattraper la cible. Puis, te retournant avec un visage angélique, tu invitas ta partenaire à avancer en direction du village.

« Mes clones bien que peu résistants me préviendront s'ils aperçoivent un individu étrange. Allons-y ! Quel est le lieu du premier dessin ? »


Quelques mètres plus loin, derrière une série d'arbres qui terminaient la sortie de la forêt, un homme avec une légère couleur de peau mate qui se mélangeait avec le pénombre, observait les deux jeunes femmes avec un léger sourire dessiné sur ses lèvres, tout en portant un étrange chat noir relativement silencieux dans ses bras.


« On dirait qu'elles sont bel et bien les envoyées du gouvernement pour venir tuer la dernière survivante de ce pauvre clan tragique. Il semblerait qu'elles ont déjà remonté jusqu'à sa cachette, rester plus longtemps ne va plus être possible. Néanmoins, quelle preuve de discrétion, tu ne trouves pas, Mikaela ? Murmurait-il à l'égard de son chat avec un ton ironique. Cependant, j'admire la vitesse de cet engin remarquable encore plus vif que le vent. Va la prévenir Mikaela, elle doit mourir de peur à l'heure qu'il est. »

Dans cette même discrétion effrayante, le chat vêtu d'un voile invisible s'en alla vers l'intérieur du village avec un morceau de papier dans sa gueule, afin de retrouver la demoiselle cachée dans l'auberge par le chemin le plus court menant au centre de la petite bourgade, telle une ombre.

« Il faut que je parvienne à l'aider à fuir du village, mais l'une des deux shinobis semble maîtriser la sensorialité, je vais donc devoir rester prudent et bien masquer mon chakra pour ne pas me faire remarquer, songeait-il intérieurement. Mais tout va bien, elle ne semble pas encore certaine de ma présence.. »



« Je vois.. Merci, Mikaela. »

Sourire léger sur les lèvres, elle caressa l'animal avec une triste mine sur son visage avant de se relever. Cela faisait un moment qu'elle était restée cacher derrière ce sac de riz par la bienveillance d'une connaissance dans cette auberge, mais il semblerait qu'elle n'allait plus pouvoir rester plus longtemps car ses traqueurs étaient à ses trousses. Un sentiment d'angoisse prenait place dans son esprit comme si la fin se rapprochait à grands pas, plus vite que prévu.

Deux choix s'offraient à elle : fuir pour revenir chercher sa vengeance plus tard ou attaquer maintenant en commençant par tuer ses deux prédateurs. Les deux choix étaient risqués, mais elle se jurait d'accomplir sa vengeance coûte que coûte. Elle se remémorait son clan qui avait péri dans la douleur atroce des flammes, serrant son poing d'une rage noire.

« Merci Yurei, Mickaela, sans vous, j'ignore ce que j'aurais fait.. »

...

« Mais de rien ma chère amie Akiko, je trouve la mort ton frère également regrettable. Cette ordure n'a pas cessé de vouloir exterminer les clans et les familles parasites sur son territoire.. N'est-ce pas naturel pour moi de vous venir en aide ? Étant moi-même membre d'un clan. »

D'un mudras, il effectua une transformation et prit la forme de cette homme Akito sur la photo aux côtés de la jeune sœur. Il semblait prêt à l'aider jusqu'au bout, tant que les deux shinobis ignoraient encore que la véritable cible n'était pas un homme, mais bien une femme.


« C'est parti. »


Dernière édition par Ketsueki Tsubaki le Mer 17 Jan 2018 - 14:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 660
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Lun 8 Jan 2018 - 15:00

Kumiko se dit qu’elle allait devoir surveiller à distance la jeune fille, qui allait sans doute se sentir bien plus libre sans sa présence. Elle espérait tout de même que Tsubaki n’aille pas trop loin. Elle admettait après tout qu’il était fort possible qu’un combat débute. Quelque part, la rouquine espérait bien que ce soit elle qui trouve en premier le dernier survivant du clan. Elle leva un sourcil perplexe lorsqu’elle entendit la genin dire qu’il y aurait un grand bruit de secousses. Elle ne dit rien véritablement, car elle ne connaissait pas du tout les capacités de la Kietsueki. Il était évident que c’était extrêmement important que les civiles ne soient pas toucher.

« Je te remercie oui, car c’est excessivement important en effet que les civiles ne deviennent pas des ennemis. »

Laissa alors dire Kumiko l’air de rien, mais c’était important à ses yeux. Elle n’était pas nécessairement très rassurée par le simple sourire de son acolyte. Il était très peu probable que leur cible était en solitaire, ce n’était pas crédible du tout. Les chances de rester discrets et en vie était impensable autant de temps. Il était certains qu’une sorte de course à l’échalote était en cours. Si elles faisaient trop de bruit, l’armée régulière pouvait bien arriver sans faire de détails. Ce serait un véritable carnage, alors il serait plus adéquat de faire ce qu’il fallait en douceur et en toute discrétion. Qu’est-ce que serait massacré un village purement et simplement, par rapport au risque d’une guerre civile violente partout dans le pays ?

« J’estime que nous sommes assez fortes pour éviter de simples villageois même armés, on ne leur fait aucun mal et on essaie de les raisonner. Au pire, on fuit la situation rapidement pour poursuivre notre enquête. On pourra facilement les intimider sans les blesser de toute manière. Notre commanditaire souhaite simplement éviter une source prochaine de raison de guerre. Je préfère éviter les bains de sang, ce ne serait pas une bonne chose pour notre réputation, mais nous devons réussir la mission comme elle a été demandé, sinon notre réputation en empâtira également. Il est impossible pour nous de savoir qui est avec nous de qui est contre nous, alors partons du principe qu’ils sont tous complices. Il va falloir être assez diplomate et empathique pour savoir ce qui se trame derrière tout ça. Si des personnes agissent étrangement, il faut leur laisser croire que l’on a tout gober et simplement les suivre discrètement. »

Conseilla alors la chunin à la jeune genin. Il était important qu’elle comprenne sa manière de faire. Quand elle sera cheffe elle-même, elle pourra sans conteste faire ce qu’elle voudra à ce moment-là. Elle observa alors Tsubaki créer des clones puis les disperser, c’était bien un avantage certains dans ce genre de cas. Elle ne dit rien alors et la laissa faire se contentant de hocher la tête.

« Si tu ne me trouves pas, mets-toi au milieu du village avec un foulard autour de ton bras droit si tout va bien et ton bras gauche si cela va mal. Quant aux dessins, il y en a de plantes, de paysages, cela doit se trouver dans la région. On peut toujours demander aux personnes du coin de cette manière. »

Dit Kumiko en avançant tranquillement dans la direction du village. Elle sentit tout de même un mouvement de chakra étrange venant de derrière. Cela voulait certainement dire que les personnes la suivant devaient être en train d’agir, cependant, elle ne réagit en aucune manière pour le moment. Elle devait rester attentive, car dans les prochaines heures allaient surement bouger leur cible. Elle monta rapidement le long d’un arbre afin d’être en hauteur et pouvoir regarder à l’aide de lunettes de visée optimisée le village et chaque personne. Elle observait surtout la façon de marcher, l’allure, afin d’essayer de lire les sentiments des personnes. Elle plissa les yeux en rapidement en repérant rapidement la cible avec le même genre de vêtement. Elle trouvait cela bien trop facile, mais il fallait tout de même agir. Si elle avait vraiment voulu l’abattre, elle aurait pu le faire avec son fusil sniper, mais ce n’était pas ce qu’elle recherchait. Que ce soit la cible ou non, cette personne était nécessairement lié à tout cela. Elle continuait à rechercher le chakra autour du village, afin de repérer si elle captait une autre source.

« Arrête toi là, on a à parler … »

Dit alors froidement la Saibogu sans avoir d’armes quelconques dans la main, mais elle pouvait très clairement se défendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 518
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Mar 9 Jan 2018 - 7:45

Tu observas la scène, non pas sans une once de surprise dessinée sur ton visage. Discrètement, derrière la silhouette de ta coéquipière, tu analysais cet homme à l'allure étrange au visage légèrement caché par une pauvre cape noire, mais ce déguisement était bien piètre face aux capacités de détection de ta partenaire. Si cette dernière l'avait arrêté, cela voulait sans doute dire qu'il était votre cible ?

« Kumiko, est-ce lui..? »

Tu souris. Tu ignorais si cette rencontre hasardeuse était un cadeau de la part du destin ou simplement le résultat de la malchance du jeune homme, mais c'était la meilleure occasion pour le mettre à terre. Néanmoins, quelque chose te paraissait étrange, même si tu ne saurais quoi exactement, quelque chose te chiffonnait dans ce hasard improbable. Il était seul à l'écart du village, sans personne aux alentours pour amasser une foule de stupides paysans, c'était une chance à ne pas manquer, une chance trop géniale comme si tout avait été façonné.

Cachée par la silhouette de ta partenaire, tu avais commencé à effectuer en douce une série de signes incantatoires afin de faire mouvoir tout doucement la terre à ses pieds pour faire apparaître deux petites têtes de serpents qui venaient s'enrouler autour de ses jambes. Cependant, le jeune homme l'eut vite remarqué. Il esquiva par un simple jeu de jambes avant d'afficher un large sourire et prendre aussitôt la fuite, passant à côté de la rousse, il esquiva son emprise en balançant légèrement son corps sur le côté avec une souplesse incroyable.

« Vous êtes donc celle à ma pours.. Shinobi, vous puez la même odeur que les shinobis de ce gouvernement misérable. » Murmurait-il à voix basse.

« Tss.. Vite, il faut le rattraper ! »

Cette fois-ci, sans aucune retenue, tu fis apparaître une slave de petites billes carmins qui fusaient en direction de ses jambes agiles comme celles des félins dans l'optique de le ralentir dans ses mouvements. Cependant, ce dernier les esquiva avec une telle aisance que tu sentais une profonde colère monter intérieurement. C'était la partie de chasse à l'animal qui débutait.



Pendant ce temps, marchant parmi les civils avec une même cape noire sur le corps, la jeune femme surveillait les alentours d'un regard attentif. Malgré ses précautions, elle savait qu'elle n'était pas à l'abri du danger comme son compère qui à l'heure actuelle devait faire face aux poursuivants. Elle avait confiance en lui, mais elle ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter.

« Tu penses qu'il va bien..? »

Cependant, le chat ne répondit pas un mot. Se mordant la lèvre dans ce sentiment d'angoisse, elle observait le ciel comme à la recherche d'une réponse. Ce plan de secours lui offrait une chance pour prendre la fuite pendant que son coéquipier s'occupait des envoyés du gouvernement, une chance pour revenir prendre sa vengeance plus tard, mais une part d'elle se sentait lâche. Pourtant, secouant la tête, elle finit par se résoudre.

« Non, fuir. Je vous promet de vous venger. »

Aujourd'hui, il y avait une livraison de cargaison de riz passant dans ce village, elle devait profiter de cette occasion pour se fondre parmi eux et se placer dans un de ces sac. En camouflant son chakra, elle devrait être capable d'esquiver la surveillance et gagner les pays voisins.


Dernière édition par Ketsueki Tsubaki le Mer 17 Jan 2018 - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 660
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Ven 12 Jan 2018 - 8:25


« Il y ressemble fortement en tout cas... »

Commenta simplement la jeune femme en regardant le jeune homme sous ses yeux. On aurait dit presque une parodie de la photo tellement c'était proche. Elle trouvait tout cela bien trop facile, il y avait un truc qui clochait. Il irait pu se cacher pendant des jours voir des semaines encore, alors pourquoi être sorti précipitamment ? Il n'y avait personne autour, le village dans cette partie était vide à cette heure là. Cela faisait une parfaite arène de combat pour shinobi. Elle laissa faire sa partenaire à invoquer une technique de capture, mais sa cible esquiva aisément. Elle leva la main en direction de Tsubaki.

« Ne t'en fais pas, j'ai l'impression qu'il ne souhaite pas courir, et nous avons à parler tous les deux. »

Laissa dire la rouquine, alors qu'il commença à courir en direction de la forêt. Croyait il vraiment en ces chances ? Il avait normalement moins d'expérience et la semer de cette manière était quasiment impossible. Elle ne tenta rien du tout sur le moment pour le retenir. Elle posa sa main sur son bras, de multiples sceaux apparurent sur son corps au moment où elle monopolisa son chakra pour faire apparaître son aile volante. Elle monta dessus et elle suivit aisément sa cible dans les bois.

« Si tu comptes m'échapper, il va falloir que tu sois bien plus convainquant, mais je ne compte pas te tuer. La même odeur ? Comment cela ? Cette odeur de sang dans son sillage ? C'est possible oui... »

Dit simplement Kumiko alors qu'elle suivait le jeune homme. Elle observait ce garçon esquiver une attaque dans son dos avec facilité, c'était très étonnant, mais elle continuait à observer simplement avec calme et sérénité.

« Bon... Je pense que l'on est assez loin maintenant, si on arrêtait de jouer ? Hmmm ? »

Indiqua alors Kumiko en faisant sortir son sniper, c'était sans doute une arme assez rare sur les champs de bataille, réservée pour le clan Saibogu uniquement.

« Je suis ici pour discuter, je ne suis pas là pour te tuer, mais si tu insistes, je peux simplement remplir mon contrat. Je pense cependant que tu mérites autre chose à vivre. Cependant pour un gamin, je te trouve particulièrement doué, n'est-ce pas ? »

Alors en hauteur et à grande vitesse, elle mit une balle assez simple dans le fusil, et alors qu'il allait prendre appuis sur une branche pour un énième saut, elle détruisit son appuis juste avant. La branche tomba à terre dans un gros bruits sourds. Ce n'était là que pour le déstabiliser et qu'elle ne rigolait pas.

« Je ne sais pas qui tu es vraiment, mais sache que si je voulais te tuer, cela arriverait sans que tu puisses le savoir. Je ne veux pas tuer ce survivant de clan, je compte l'aider à changer de vie, mais pour cela, il va devoir oublier à jamais sa vengeance, c'est le prix. S'il accepte, je l'aiderait à passer la frontière, et je le ferais disparaître pour qu'il ne fasses jamais entendre parler de lui ici comme le précaunise la mission. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 518
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Sam 13 Jan 2018 - 20:25


Cessant de courir à travers les bois, l'homme s'arrêta face à la jeune femme, toujours perchée dans les airs grâce à ses deux grandes ailes métalliques à l'allure d'un automate. Il la toisait d'un regard sérieux avant de laisser échapper un léger rire, détendant toute l'atmosphère pesante qui régnait autour des deux protagonistes.

« Tu me trouves particulièrement doué pour un gamin ? À moins que cette apparence ne soir qu'un masque cachant derrière une vieillesse ignoble, je ne pense pas être plus jeune que toi. »

D'un simple revers de la main, il retira sa capuche pour dévoiler un visage identique à celui de l'homme dessiné sur les photos avec cette même couleur de peau légèrement mate, faisant ressortir ses deux pupilles dorées brillant dans l'ombre de la lumière. La seule différence qui le distinguait vraiment de l'image, c'était son regard perçant qui observait fixement la jeune femme.

« Je dois avouer que ta perspicacité m'impressionne. Même si, « il » ? Enfin, peu importe.. Comment as-tu découvert que je ne suis pas le survivant que tu recherches ? J'ai pourtant pris le soin de revêtir la même apparence.. »

Passant une main sur son visage, il fit disparaître sa transformation dans un nuage de fumée blanche pour reprendre sa véritable apparence, celle d'un homme avec une longue chevelure sombre qui lui retombait jusqu'en bas du dos avec toujours cette même couleur de peau légèrement mate.



« J'imagine que tu es l'une de ces chiennes envoyées par le gouvernement pour le débarrasser du dernier membre du clan Vageas qui continue de courir en toute liberté sur son territoire. Oui, c'est cette même puanteur qui se dégage de toi, cette puanteur des minables de votre espèce, cette puanteur des imbéciles qui ne font qu'obéir aux ordres sans réfléchir.. Cette puanteur de chien.

Tu es une Saibogu, je suppose ? Ce genre d'ailes robotiques n'est pas quelque chose que nous voyons souvent dans ce pays, j'imagine que tu viens du Pays du Vent ? Laisse-moi te donner un conseil : mêle-toi de ce qui te regarde et ne viens pas fourrer ton nez dans les affaires d'un autre pays.
»

Sur ces derniers mots, le vent s'éleva brusquement autour des deux combattants comme une menace lancée par le jeune homme. Il n'avait pas spécialement envie de venir aux armes, mais il était prêt à combattre pour aider la petite à atteindre sa vengeance. Après tout, il avait une dette envers son frère. C'était fort regrettable qu'il soit mort durant cette extermination.

« Tu ne sais rien de ce qu'il s'est passé sur ces terres, n'est-ce pas ? Haha.. Alors tu n'as pas le droit de lui demander d'oublier sa vengeance alors que tu n'as pas conscience de ce poids qui pèse sur ses épaules. Changer de vie ? Ridicule. » Dit-il avec un sourire.

Ceux qui étaient rongés par la vengeance n'avaient plus d'avenir, c'était le cas de cette jeune femme. Pour venger ses parents, pour laver leur honneur, pour faire payer cet homme, elle était prête à mettre ce pays à feu et à sang quitte à laisser sa propre vie dans l'incendie.


Plus loin, vers la sortie du village, cinq clones étaient positionnés dans l'ombre en train de guetter la moindre silhouette pouvant passer dans les environs. Au bout de plusieurs minutes de surveillance, un couple de villageois transportant un lourd chariot apparut derrière les portes. Ils s'apprêtaient à quitter la petite bourgade pour aller dans un pays voisin livrer les nouvelles récoltes de riz. Cependant, sans attendre, l'un de ces doubles vint se présenter devant eux pour demander à voir leurs passeports et le contenu de leur transport.

« M-Mais, nous sommes innocents !

- Je ne doute point de vos paroles Madame. Seulement voyez-vous, je suis envoyée par le gouvernement du pays pour vérifier les entrées et les sorties de ce village. J'ai conscience que vous êtes parfaitement innocente, mais je ne peux pas tirer une telle certitude sur ce que contient votre convoi. Laissez-moi simplement vérifier et vous pourrez passer. »

Identique à toi, ton clone ignora la vieille femme pour aller ouvrir par lui-même la couverture qui cachait le contenu de ce chariot plus qu'étrange.

« M-Mais, ce ne sont que des sacs de riz !

- Allons, laissons la regarder comme ça, on pourra avancer.. »

« Hahum.. »

Cependant, sans même que le clone n'ait eut à relever le rabat, une silhouette s'échappa depuis les sacs de riz pour lui asséner un coup violent qui le fit disparaître instantanément dans un nuage de fumée. Cette information te revint aussitôt. Sans tarder, tu te mis à courir en direction de la sortie, laissant ta partenaire se charger de poursuivre cet homme louche.

Néanmoins, lorsque tu arrivas sur les lieux, ta cible était déjà en train de fuir, mais grâce à tes clones qui l'avaient ralentit dans sa course, tu avais encore une chance de la rattraper. Effectuant une série de mudras à toute vitesse, tu invoquas un serpent de terre qui vint s'accrocher à l'une de ses jambes pour la faire tomber au sol. Cependant, cette dernière lança quelque chose d'invisible qui le fit éclater en morceaux pour lui permettre de poursuivre sa course.

À cet instant précis, tu eus le sentiment de tenir entre tes mains la grosse souris de cette mission. Étirant un sourire, tu enchaînas une nouvelle série de mudras...


Dernière édition par Ketsueki Tsubaki le Mer 17 Jan 2018 - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 660
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Mer 17 Jan 2018 - 11:50

Après quelques temps de courses dans les bois, l'homme se mit à rire en s'arrêtant de courir. Il fallait croire que c'était suffisant pour lui apparemment. Elle resta concentrée et sérieuse à le regarder rire, cela pouvait être tout autant une tactique, ne sachant pas exactement à qui elle avait à faire.

« Tu es donc ridé comme une vieille petite patates et tu t'es dis que prendre cette apparence pouvait être une bonne idée. Oui je vois, et si on parlait plus sérieusement ? »

Kumiko était consciente que plus me temps passait, plus la genin avec elle risquait une mauvaise rencontre ou de faire l'irréparable. Elle n'avait donc pas le temps, il ne se rendait pas compte à quel point. Elle ne fut pas intimidé par le regard posé dans le sien avec énergie. Il y avait toujours un risque d'attaque, c'était pour cela qu'une de ses mains se retrouvait alors prêt de sa ceinture et son matériel dresseur de mur de chakra.

« Ce n'est pas le frère... Mais la sœur... Ha oui, alors j'avais mal imaginé la scène en voyant l'état de la maison. Pour savoir que ce n'était pas la personne que l'on cherchait c'était facile. Tu as beau avoir son apparence, des détails n'allaient pas comme la démarche, la vitesse trop élevée pour une personne si jeune, des impressions. Ton chakra se trouve être trop important pour une jeune également, il doit être semblable au miens. De plus, fuir en étant en plein milieu du village, on ne peut pas faire mieux pour être remarqué. Ve n'est pas la première traque que je fais dans ma vie, mais pour une fois, je souhaiterais que cela ne finisse pas comme d'habitude... »

Répondit alors la rouquine sur un ton de voix entre la menace et la lassitude. Elle était assez claire, elle ne voulait pas tuer malgré les termes de la mission. Il regarda alors cet homme reprendre son apparence normal. En voyant sa peau mate à l'image de la gamine qu'elles poursuivaient, il était certains que c'était les teintes locales.

« La dernière fois que j'ai vérifié, j'étais humaine, mais sinon oui, je suis une kunoichi de Kumo engagé par votre gouvernement pour que l'on n'entende jamais plus de ce clan. C'est exactement ce que je vais faire, si elle est raisonnable. Je m'appelle Kumiko Saibogu. »

Lors des insultes sur son odeur, Kumiko se contenta de sourire légèrement, presque amusée quand on la connaissait, elle ne faisait vraiment pas parti de ce genre de personnes. Elle qui s'était rebellée contre le système, l'empire, elle en avait même perdu nombre de camarades. Elle n'arborait même pas ces marques là.

« Bon, je vois que l'on ne s'est pas compris. Il y a deux manières de faire maintenant, car tu sais ce que cela veut dire pour un ninja une mission ? Elle doit être remplie, alors soit on fait ma méthode, soit la tienne. À toi de choisir. »

Kumiko à la mention des méthodes de cet homme posa sa main sur son bras. De multiples sceaux de chakra apparurent sur sa peau, et dans un nuage de fumée apparut son fusil sniper qu'elle garda dans une main. Elle était tout à fait prête à faire ce qu'il fallait dans des mesures extrêmes.

« Tu devrais être raisonnable et m'écouter. Le clan Vaegas a perdu la guerre, il est quasi éteint. C'est terminé, alors maintenant que ce soit moi ou d'autres, des gens la traqueront toujours de peur qu'elle ramène un jour la guerre. Elle n'aurait jamais de paix dans sa vie, une traque en permanence. Alors, elle doit m'écouter, elle doit oublier sa vengeance, elle doit oublier ses pouvoirs spéciaux. Je lui propose un nouvelle vie un nouveau nom, c'est sa seule chance de vivre réellement. Elle n'aura pas une nouvelle chance comme celle-ci. C'est tellement plus simple de tirer une balle dans la tête. Maintenant, si je dois te tuer pour discuter avec elle, alors soit faisons ça, mais plus le temps passe, et plus ma coéquipière risque de la tuer. »

Fit alors référence à son fusil de précision, qui ne sera pas à sa première victime, loin de là. Ce n'était pas une menace ou quoi que ce soit, c'était la vérité. Elle n'était pas seule et Tsubaki ne désirait pas la paix, mais un sillon de sang dans son ombre. Elle cambra davantage son aile de vol afin de lutter mieux contre le vent. Elle tendit sa main gauche en direction de l'homme, où au creux de celle-ci se trouvait un sceau de fuinjutsu d'absorption, s'attendant à un mauvais geste. Alors que Tsubaki commençait à courir en direction du chariot identifié par les clones, la jeune femme savait que cela avait commencé. Elle surveillait le chakra de sa protégée, et un déplacement si rapide ne voulait dire qu'une seule chose, elle avait trouvé sa proie. Elle n'avait vraiment pas le temps de jouer avec cet homme, le sang risquait alors de couler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 518
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Jeu 18 Jan 2018 - 9:17


Un silence s'écoula, avant que l'homme se mette à exploser de rire d'une puissance phénoménale jusqu'à se tordre en deux. Une petite larme perla sur sa joue à tel point c'était hilarant. Ne se rendait-elle pas compte de la contradiction entre ses mots et ses gestes ? Finalement, après quelques instants, il finit par reprendre son calme et son visage sérieux.

« Est-ce qu'il s'agit d'une proposition à l'amiable ? Ou est-ce qu'il s'agit d'une menace ? Étrangement, je penche d'avantage sur la deuxième réponse. Tu te prétends être une gentille en proposant de lui épargner la vie, mais en échange tu lui demandes de laisser mourir son clan. C'est toi qui ne sembles pas comprendre, ni la situation, ni son ressenti. C'est toi qui n'es pas raisonnable dans ta proposition.

Vois-tu, quitte à errer seule dans ce monde avec seulement la colère et la haine pour lui tenir compagnie, elle préfère mourir pour rejoindre sa famille.. Mais tu ne peux pas le comprendre, n'est-ce pas ? Non, j'imagine que c'est impossible pour un toutou qui répond ordres avant toute chose. Pour toi, tout sera terminé ce soir et tu pourras rentrer chez toi faire ton rapport..

Néanmoins... Si tu tiens réellement à l'aider jusqu'au bout avec sincérité.. Laisse ta genin avec moi comme preuve que tu ne désires que paix, ainsi je la forcerai à abandonner sa vengeance.
»

Allait-elle accepter ? Peu de chances, mais c'était une façon pour lui faire comprendre ce sentiment de devoir choisir entre l'affrontement donc une possibilité de mourir et la paix en dépit de devoir abandonner une partenaire derrière elle, sans savoir ce qui pouvait lui arriver. De quel côté était-elle ? Celui de son village et de sa partenaire ou celui de la survivante qui essayait de fuir ?

L'homme quant à lui n'était qu'un déserteur du clan qui était revenu après avoir entendu la nouvelle. Il avait dans son cœur un profond regret pour n'avoir pas été présent au moment propice, c'était pourquoi il faisait tout pour aider la jeune femme qui réclamait justice contre le gouvernement.

Bien qu'il ne partageait pas cet objectif de vengeance pour avoir quitté trop longtemps son nid, pour avoir perdu tout sentiment pour son clan, il pouvait la comprendre d'une certaine manière. Elle était la cadette de son vieil ami, alors il lui devait bien ce petit service en l'aidant à quitter le pays.

« Malheureusement, il semblerait que nous n'ayons plus le temps de discuter ensemble plus longtemps très chère.. »

Il sentait également cette source de chakra courir en direction de la jeune femme. Prenant appuie sur ses deux jambes, il bondit d'un coup en direction de la jeune femme tout en modélisant un sabre de métal dans la main.. « ..Meurs, veux-tu ? »


« Trop tard. »

Pendant ce temps, tu avançais en direction de ta cible qui s'étala au sol avec les jambes blessées incapables de bouger, prise au piège comme un rat. Bien que ce n'était en réalité que deux simples illusions, mais elle avait tourné le regard ce qui t'avait permis de lui faire croire qu'elle avait été touchée par une attaque. Léchant le bout de ton doigt, tu te régalais de la vision. Approchant à petits pas menaçant, tu la toisais du regard avec un léger sourire.

« Comment une faible comme toi a pu survivre ? ...Tu ne vas rien me dire n'est-ce pas ? Je ne vois qu'une seule réponse possible : la fuite. Tu as fuis tes poursuivants pour épargner ta propre vie, laissant ta famille derrière périr dans les flammes. À cet instant précis, tu t'es condamnée à fuir pour le restant de ta vie comme une lâche..

- SILENCE ! Ferme-la ! Ne dis plus rien ! Tais-toi !

- Oh, tu sais parler ? Malheureusement, tu as perdu. »

Laissant échapper un léger rire en même temps que tu enchaînais deux séries de mudras à la suite, une première pour emprisonner ta cible dans une illusion faisant naître une peur viscérale la pétrifiant sur place, une seconde pour former plusieurs perles de sang qui s'apprêtaient à s'abattre sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 660
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Lun 22 Jan 2018 - 14:51

Kumiko garda son calme et sa concentration malgré l’hilarité de son adversaire. Elle ne fit que l’écouter seulement pour le moment, mais elle haussa les épaules légèrement.

« Je suis désolée, mais c’est tout ce que je peux proposer pour le moment. Son clan a perdu pour le moment, mais dans le futur qui sait ? Seule, elle n’arrivera à rien du tout. Cependant, est-ce que c’est toi qui décide pour elle sans lui demander ? Ou est-ce que c’est toi qui espère sa réaction violente ? L’autre proposition, si une balle en pleine tête, je prends déjà des risques rien qu’en proposant cette magouille. Je ne deviendrais pas une traitresse pour les beaux yeux de cette fille. »

La Saibogu arma pour mettre la balle dans le chien du fusil.

« Ne crois pas pouvoir me connaitre. Tu as sans doute une vue tronquée de ceux qui appartiennent aux villages cachés ninjas. Si elle préfère mourir, alors oui, cela ne sera qu’une personne de plus que je peux compter comme assassiné par ma main, mais je préférais le contraire. Sache une chose tout de même, la genin qui m’accompagne ne désire que la tuer, et ce n’est pas en restant ici à discuter que je pourrais la contrôler. Je refuse de mettre la vie de ma subordonnée entre tes mains, c’est vous qui êtes en danger, pas le contraire. »

La rouquine soupira légèrement en voyant l’homme la charger en sortant un sabre, il avait choisi son destin il fallait imaginer.

« Crétin … Tu me prends vraiment pour une amatrice ? »

Kumiko sauta immédiatement de son aile de vol en direction d’un arbre, tout en devenant totalement invisible. Son engin pour voler disparu également dans un petit nuage de fumée, elle n’en avait plus besoin. Il était une évidence que s’il n’était pas capable de l’affronter à distance, il n’avait aucune chance. Elle était une spécialiste de l’assassinat à distance, alors à quoi bon ? Cette mission était vraiment taillée pour elle. La rouquine se déplaça rapidement d’arbre en arbre afin d’utiliser au mieux l’environnement à son avantage. Elle avait toute une forêt pour s’amuser et reste à distance. Elle n’avait pas de temps à perdre, elle était consciente que Tsubaki se rapprochait dangereusement de la cible. Kumiko était consciente de ce qu’il risquait d’arriver. Ce type faisait vraiment tout pour que sa protégée meure. C’était le type de nukenin qui ne voyait que par le combat, mais la cible de la mission n’était qu’une gamine. Elle avait bien le temps de mourir au combat.

Pendant que l’homme devait essayer de la localiser, Kumiko le visage dans sa lunette à distance avec une balle très spéciale. Elle souffla longuement afin de vider ses poumons, et elle bloqua sa respiration en s’arrêtant sur un arbre. Elle cibla la tête malgré tous les arbres présents, mais c’était sans importance. Elle tira avec son fusil provoquant un bruit puissant Elle activa ensuite une autre technique pour rendre invisible la balle qu’elle venait de tirer. Kumiko fila comme le vent dans une toute autre direction au cas où ce ne serait pas suffisant, cependant, ce nukenin pouvait partir aussi loin qu’il voulait, la balle le suivait à la trace et était invisible. C’était une balle téléguidée la plus puissante qu’elle avait en stock, et maintenant invisible. C’était sans doute quasiment impossible à éviter une balle capable de prendre des courbes pour se loger au milieu des deux yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 518
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Lun 22 Jan 2018 - 20:26


« Et toi très chère ? Me prends-tu également pour un amateur ? »

Enchaînant une série de mudras, l'homme aiguisa ses sens de telle sorte à devenir capable de sentir toutes les variations de chakra dans son environnement. Bien qu'il ne pouvait plus voir son adversaire, il pouvait toujours sentir une faible source d'énergie venant de sa position qui s'éloignait petit à petit. Étirant un léger sourire, il laissa échapper de petits éclairs au niveau de ses jambes pour se propulser en direction de sa cible.

Certes, il n'avait pas l'avantage face à une adversaire qui aimait combattre à distance, mais il n'était pas pour autant désavantagé. Si la distance était sa faiblesse, le corps-à-corps était de la même façon la faiblesse de la jeune femme. Alors qu'elle essayait d'exploiter cette faiblesse en s'éloignant comme elle pouvait, ce dernier en faisait de même en avançant à grande allure sur elle. Cependant, un élément attira son attention.

« C'est.. une balle ? Oh, je vois.. Une attaque invisible pour tenter de m'achever en une seule attaque.. Une combinaison bien fourbe, pensait-il intérieurement. C'est pourquoi je n'aime pas ces chiens du gouvernement. »

Malheureusement pour elle, l'homme possédait d'incroyables capacités de détection. Son simple camouflage visuel n'allait pas lui permettre de l'achever en simple coup de fusil. Bien qu'il était incapable de voir la balle, il pouvait sentir quelque chose fuser dans sa direction, lui laissant facilement supposer qu'il s'agissait d'une offensive adversaire. Armant son sabre dans une main, il se revêtit d'une armure de métal qui recouvrait tout son buste, le protégeant de la balle qui vint s'enfoncer en plein centre de la pièce la faisant voler en éclats.

Il refusait de céder sa protégée à un de ces subalternes du gouvernement. C'était comme l'abandonner à l'ennemi. Bien qu'il ne pouvait pas l'accompagner dans sa quête de vengeance, il pouvait au moins l'aider à quitter ce pays qui désormais n'était plus son foyer. C'était ce qu'il lui avait promis. Mercenaire depuis des années, il avait appris à aller jusqu'au bout de ses promesses et il n'était que plus déterminé face un shinobi de village caché, ces personnes qu'il détestait le plus après le gouvernement de Kusa.

Dans ce même calme, il forma une seconde armure plus solide que la précédente pour protéger cette fois-ci l'entièreté de son corps afin de se préparer à tout autre assaut venant de la part de son adversaire. Durant sa course, il modifia la forme de son sabre pour le changer en une lance longue de presque trois mètres armée avec au bout une lame finement aiguisée. Puis, il accéléra une nouvelle fois sa vitesse par grandes impulsions dans ses jambes pour tenter d'arriver au corps-à-corps de la jeune femme.

Il avait également conscience que sa partenaire se trouvait en danger. C'était pourquoi il ne devait pas traîner davantage. Son regard devint sérieux en l'espace d'un court instant. Laissant échapper de plus en plus d'éclairs jaunes de son corps et jusque dans la lame de sa lance, il augmenta la puissance de ses coups et enchaîna un combo de trente attaques pour chercher la mort de son adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 660
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Lun 29 Jan 2018 - 8:32


Kumiko observa alors ma défense de l'impossible fonctionner tout de même avec sa meilleure balle. C'était très impressionnant, de le voir réussir déjà à la suivre, mais pourquoi pas. Il était rapide pour sûr, mais pas encore assez pour la rattraper. Il pourrait sans doute la rattraper au sol grâce à des capacités de combattant au corps à corps, mais dans les arbres ce n'était pas possible. Elle afficha un simple sourire avant de se rappeler qu'elle était camouflée et donc qu'il était impossible de le voir sans doute lorsque cet homme s'étonna de la fameuse balle invisible.

« Comme si cela changeait quoi que ce soit d'appartenir à un gouvernement à la place d'être sans foi ni loi. »

Répliqua la Saibogu, même si elle donnait sa position physique de cette manière. L'homme se recouvrit d'une armure en métal sur le torse, qui put alors encaisser l'attaque si dangereuse. Il était bien un combattant au contact à voir le sabre au clair. Si elle voulait le battre elle devait le surprendre, sinon le combat pouvait durer des heures. Les raisons de cet homme pour se battre pour cette gamine et sa survie ne lui importaient que peu. Elle ne pensait pas que la haine et la vengeance soit un bon moteur dans la vie pour une jeune femme. Elle désirait la paix et le bonheur pour la nouvelle génération. Elle avait été forcé d'être plonger dans l'horreur de la guerre et ce n'était pas beau.

Il était alors inutile de tirer une autre balle, car le mercenaire avait déjà formé une nouvelle armure de métal. Elle avait décidé de changer de tactique. Elle posa alors un petit objet dans un arbre, puis elle parta rapidement au loin. Elle renforça son camouflage de chakra afin de laisser seulement son leurre en place de détectable. Lorsque l'homme arriva à son ancienne position, il y avait une image d'elle en hologramme, qui tentait vainement de décoincer son fusil avec un air paniquée. Le mercenaire frappa de sa lance à toute vitesse, mais il était trop tard. Elle était à longue distance et elle tira de nouveau une balle de grande puissance, mais pas pour un sous camouflé ou guidé. Elle forma un sceau et une bombe qu'elle avait accroché sous la branche explosa. Cela provoqua un puissant souffle et un léger tremblement de terre. Sa bombe qui couvra une larve zone brisa l'armure de métal, mais le mercenaire était encore en vie. Pendant que quelques arbres commencèrent à s'écrouler à cause de l'explosion, la balle vint le toucher en plein torse, ce qui eut raison de lui.

Kumiko souffla alors légèrement rassurée de ce sort, et alors qu'elle se dirigea vers lui, elle sortit son pistolet, alors qu'elle tenait son fusil dans l'autre main. Elle arriva au niveau de mercenaire, qui ne risquait pas de se relever avant un moment et avec des soins.

« Je suis vraiment désolée, mais je ne peux pas prendre de risque de te laisser en vie. Tu pourrais revenir encore et encore, et je doute de pouvoir refaire ce que je viens de faire dans quelques années. Ne t'en fais pas, je prendrais bien soin de ta protégée. »

Dit alors la jeune femme en tirant une balle dans la tête achevant avant tout commentaire du mercenaire. Elle appuya sa main contre un arbre en toussant fortement et vomissant du sang. Elle sentait son corps brûlé, s'affaiblir rapidement. Kumiko avait utilisé beaucoup d'énergie en peu de temps et son corps malade la rappela à son bon souvenir.

« Pas maintenant... Donne moi assez de temps pour la sauver... Allez ! »

Kumiko sentait son corps trembler si faible. Elle rangea alors ses armes dans de petits nuages de fumée posant son front contre un arbre pas si loin en essayant de se concentrer. Elle respirait rapidement, sentant sa tête tournée en permanence. Ses veines la brûlaient comme si elle était vraiment en feu. Après quelques minutes, elle put alors reprendre le chemin, mais avec un rythme peu soutenu. Son esprit désirait voler littéralement dans les airs pour sauver cette gamine prise dans une guerre stupide. Elle était certaine que Tsubaki cherchait à la tuer. C'était une évidence. Elle devait réussir à arriver assez vite, alors qu'elle forçait sur son corps encore. Allait-elle tenir jusqu'au bout de la mission ? Rien n'était moins certain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 518
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Dim 4 Fév 2018 - 18:49

Soudain, un bruit sourd retentit à travers toute la zone. C'était le son d'une balle qui venait de se heurter à sa cible. Les échos se propagèrent jusqu'à tes oreilles. Levant les yeux en l'air, tu vis une nuée d'oiseaux prendre leur envol depuis la forêt où s'était dirigée ta partenaire. Puis, un long silence marqua la fin de ce combat ainsi que la fin de cette partie de chasse au survivant.

Il ne restait désormais plus que cette jeune femme, une petite sourie qui était parvenue à échapper aux radars du gouvernement. Tu n'étais pas dupe. Tu déduisais depuis son apparence un lien de fraternité avec ce jeune homme qui venait de mourir. Du moins, c'était ce que tu croyais. Son teint basané et sa réaction face à ta provocation confirmaient tes soupçons. Te tournant doucement vers elle, tu lui adressas un léger sourire.

« Le temps qui nous est accordé s'est déjà écoulé, il semblerait que nous ne puissions plus continuer à nous amuser ensemble. Ton frère est déjà mort, il est également l'heure pour moi d'achever ma part de travail. Adieu, Hihi.. »

Sans montrer la moindre hésitation dans ton geste, tu laissas la pluie de sang s'abattre sur la jeune femme toujours immobilisée à terre, la transperçant de toutes parts par ces petites sphères rougeoyantes. Cependant, aucun cri, aucun gémissement, seul un regard noir hurlait pour elle toute sa rage, toute sa colère, toute sa souffrance, dans cette mort silencieuse.

Lentement, un liquide carmin se déversa de son corps jusqu'à former autour d'elle une petite mare de sang. Ses vêtements se teintèrent de rouge, son regard s'assombrit dans les ténèbres, elle était devenue qu'un amas de chair sans vie. Étirant un rictus discret au coin de la lèvre, tu savourais son visage déformé par le désespoir.

« C'est regrettable. Si tu étais parvenue à fuir, tu aurais pu accomplir de grandes choses avec cette flamme qui illumine ton regard. Tu m'aurais offert de beaux spectacles à voir. Tragédies. Guerres. Morts. Malheureusement, cette rancœur en toi n'a pas eu suffisamment de temps pour mûrir. Tu quittes ce monde avec une vengeance inachevée laissée derrière toi. Misérable. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 660
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Mar 13 Fév 2018 - 8:32

Courir, courir plus vite, Kumiko sentait sa maladie prendre de plus en plus de place dans cette mission, et ce n'était pas une bonne nouvelle. Sa tête lui tournait, parfois la vision devenait partiellement blanche, mais elle ne pouvait pas perdre plus de temps. Elle devait forcer sur son propre corps malheureusement, c'était son médecin qui devait en prendre un coup s'il voyait cela. La jeune femme faisait tout cela dans l'unique but de pouvoir offrir quelque chose d'autre à cette gamine rongée par la haine.

L'attaque de sa coéquipière du moment fut silencieuse, mais lorsque Kumiko finit par arriver sur place, il était trop tard. La mort de cette enfant avait dû être horrible et terriblement douloureuse. Elle serra ses poings contre ses mains, la Saibogu était épuisée. Elle dut poser une de ses mains contre un tronc d'arbre pour ne pas tomber. Elle avait été trop lente il fallait croire. Elle tourna visage en arrière dans la direction de son propre combat. Ce crétin était mort pour rien, de plus, cela a ait aidé sa protégée à se faire tuer. Tant de temps perdu pour rien, une vie gâchée par le système si cruel des shinobis. D'une voix morne et sans regarder Tsubaki.

« Félicitation pour ton combat, mission réussite avec brio. »

Kumiko se contenta de dire qu'elle avait réussie la mission comme il fallait, après tout c'était ce que l'on leur avait mandé. Elle s'attendait malheureusement à cette fin plus que probable, vu ce qu'elle avait entrevu de cette femme. Le clan Ketsueki était toujours aussi irrécupérable. Dire que ma jeune femme avait fait la guerre, une terrible guerre pour la liberté et que l'on en était toujours là, des enfants pour en tuer d'autres. C'était terriblement stupide, si idiot en y repensant, mais elle était sans doute trop fleur bleu pour cette vie. Était-ce l'âge passant ? Aller savoir.

« Bon finissons en... »

Kumiko se savait suivit depuis un moment, et elle était certaine que ce n'était pas que ce pauvre type. Des personnes du gouvernement ne devaient pas être très loin, vu leur style, ils ne devaient à peine avoir confiance en des forces armées étrangères. Elle se posa contre un arbre en sortant une sorte de pistolet avec un large canon, qu'elle pointa vers le ciel. Elle tira une sorte de fusée, qui s'éleva rapidement dans le ciel en finissant par exploser, générant une lumière stable dans le ciel à moyenne altitude. Elle croisa les bras en attendant, lâchant un commentaire à l'attention de la Ketsueki.

« Si tu peux au moins mettre allonger cette gamine au sol dans une position plus respectueuse je te prie. »

C'était sans doute une manière de faire un dernier geste pour cet enfant qu'elle avait voulu sauvé. Ce n'était pas une vengeance, en aucune manière. Elle en profita en attendant l'arrivée des autorités locales pour se reposer les yeux un bref instant, car il y allait avoir le trajet du retour.

Quelques minutes plus tard, un groupe de quatre hommes au couleurs du pays arriva alors et estima la situation. Elle ne fit aucun commentaire et simplement pointé le corps sans le regarder. Elle mes regardait en essayant de ne pas les haïr, comme si cela allait changer quoi que ce soit, comme s'ils pouvaient comprendre ou encore comme si c'était leur faute. Quelque part, ils n'étaient là que pour vérifier que la mission était faite, alors qu'ils vérifient. Ce petit moment de pause avait été au moins suffisant pour marcher tranquillement pour le retour à Suna.

« La mission est accomplie, dites au gouvernement qu'il ne faut pas oublier de payer pour nos services. Tsubaki on y va. »

Leur commanditaire allait envoyer l'argent, Kumiko se fichait bien de cela, elle voulait oublier cette histoire voilà tout. C'était donc sans attendre qu'elle commençait à partir tranquillement. La jeunesse ne tarderait pas à la rattraper de toute manière. Elle soupira légèrement en glissant ses pains dans ses poches, tandis qu'elle lâcha un petit commentaire à voix basse.

« Pauvre gosse... Je crois que ce monde est devenu trop pourri pour moi... »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 518
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La chasse au dernier survivant Mer 14 Fév 2018 - 6:00

« Vous m'avez l'air épuisée, Kumiko-san. S'est-il passé quelque chose dans la forêt ? Qu'est-il advenu de cet homme que vous poursuivez ? »

Laissant la cheffe d'équipe reposer sur le côté, tu allas examiner le corps de la jeune femme étalée au sol. C'était devenue presque une œuvre d'art, elle devrait te remercier de cette belle mort que tu avais offert à une traîtresse de son rang. Laissant échapper un léger rire, tu passas ta main sur son visage pour refermer doucement ses paupières.

« Reposes en paix. »

Tu tendis ton bras au-dessus d'elle pour faire disparaître dans la terre l'énorme flaque de sang. Puis, effectuant un mudra, tu creusas le sol autour d'elle pour former un cercueil selon les désirs de ta supérieure. Étrangement, cette dernière était restée étonnement calme à la vue de cette scène.

Tu pensais qu'elle allait laisser éclater sa rage, mais au lieu de cela, elle avait conservé un parfait sang-froid. Il s'agissait de votre mission après tout. Contrairement à ce que laissait croire sa gentillesse, tu avais le sentiment que derrière son joli minois se cachait également une guerrière aguerrie.

Cependant, tu te fis couper de ton imagination par l'arrivée de quatre personnages appartenant aux autorités du pays. Tu t'écartas du corps pour les laisser examiner la jeune femme. C'était étrange, le gouvernement du territoire se trouvait à plusieurs kilomètres de votre position, comment avaient-ils pu venir aussi vite ?

Ils étaient apparus seulement quelques minutes après l'élimination de la cible, c'était comme s'ils vous observaient depuis le début de cette mission. Et si la jeune femme était bien la survivante du clan Vageas, qui était le jeune homme qui l'accompagnait ?

Tu tentas d'obtenir la réponse à travers le regard de ta partenaire, mais cette dernière semblait lasse de toute cette histoire. Ces questions étaient devenues sans importance pour elle, vous aviez maintenant accompli votre mission. Hochant simplement la tête, tu t'empressas de rejoindre ses pas pour rentrer au pays.

C'était désormais terminé. Cette mission à l'extérieur du désert fut une partie de chasse plutôt plaisante, mais ce qui avait attiré ton attention, c'était l'incroyable sang froid de ta coéquipière. Tu devenais curieuse à son sujet.. Cependant, tu avais le sentiment que cette rencontre allait être la dernière..


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La chasse au dernier survivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Reste du Monde :: Restes de l'Empire :: Kusa no Kuni-