N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Une petite machine (Kumezu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 212
Rang : B

Message(#) Sujet: Une petite machine (Kumezu) Mer 15 Nov 2017 - 18:35

La fenêtre de l'appartement grinçait doucement, balancée par le vent qui s'y engouffrait. C'est ce son discret, mais régulier, qui réveilla doucement Yukiko. Elle releva la tête de la table où elle s'était posée la veille au soir et s'étira. Des livres traînaient sur la table basse près de son sofa, le nouveau modèle du moteur de sa planche trônait en plein milieu de la pièce, sur le tapis, et un coffre à outil ouvert était posé dans un coin.

Reste que ce n'était pas ce qui avait tenu la Saibogu éveillée une partie de la nuit. Non. C'était plutôt une curieuse machine, pouvant tenir dans la paume d'une main. Celle-ci commençait à prendre forme. Son squelette de métal était composé de petits boulons, de petits rouages, de petites aiguilles et de petits engrenages retenus ensemble par d'encore plus petites vis. Restait le côté fuijutsu de la mécanique à appliquer, et son revêtement pourrait enfin être assemblé.

Après avoir pris une douche et avoir avalé un morceau, Yukiko entreprit de graver les symboles du sceau sur lequel elle avait beaucoup travaillé récemment. C'était une tâche délicate, car la moindre erreur pouvait entraîner un raté important.

La fenêtre se balançait toujours.

- Terminé! s'exclama Yukiko, ravie.

Elle se pencha de nouveau sur les plans, vérifia si tout était bien en place, puis elle installa le sceau.

Testons...

Ses mains formèrent les signes nécessaires et elle visualisa, en même temps, le sofa, souhaitant que la machine passe de la table à ce sofa.

Mais la fenêtre grinça.

Ce qui lui rappela le grincement de la porte du bar miteux où elle se rendait pour rencontrer les coéquipiers de son équipe...

- Oh...

La petite machine bondit par la fenêtre, entraînée par l'ordre erroné qu'elle avait reçu.

- Non!

Yukiko tenta bien de donner un contre-ordre pour la faire revenir, mais n'ayant pas encore maîtrisé les mudras nécessaires, elle dut s'y reprendre à plusieurs reprises.Toutefois, la petite machine venait tout juste de passer hors de sa portée. Sans plus attendre, la kunoichi s'élança à sa poursuite.

Elle ne mit pas trop de temps à la rattraper, mais elle dut s'immobiliser. Là, dans la ruelle, il y avait bien sa machine. Mais là, dans cette ruelle, sa machine se trouvait dans la main d'un inconnu, où elle se débattait vainement pour pouvoir mener à bien son objectif.

- C'est à moi... dit Yukiko sans aucune émotion. Puis-je la ravoir, s'il vous plaît?

Elle tendit la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 97
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Une petite machine (Kumezu) Jeu 16 Nov 2017 - 0:04

Bien matinal ce jour-ci, Kumezu voulait profité de ce jour de repos pour se balader un peu dans le village. Après tout, il ne l'avait jamais fais depuis son arrivée qui remonte à quelques mois maintenant, même un peu plus. Il repensait à tout ce qu'il avait vécu dernièrement, les choses c'étaient plutôt bien déroulées pour lui. Il avait obtenu son grade de Genin à l'académie, il formait à présent une équipe avec une jeune mais talentueuse shinobi, il avait rencontré son chef d'équipe, et puis surtout, il y avait eu cette fois... Sa rencontre avec Eiki, qui ne s'était pas vraiment bien terminée pour lui, il n'en avait jamais reparlé, mais les mots qu'il avait eu malgré tout l'avait impacté. En effet, il avait estimé que le Monjara ne se préoccupait pas assez de son village puisqu'il n'avait pas eu échos des récents évènements. Et finalement, il avait bien raison.

Il marchait dans les ruelles, vêtu de sa cape noire pour camoufler son corps, les mains dans les poches et le visage légèrement caché dans le col pour ne pas laisser apparaître les sutures sur ses joues. Il observait les différents bâtiments, certains commerçants semblaient chaleureux, d'autres moins plutôt agressif, il ignora bon nombres d'entre-eux qui tentèrent de le faire rentrer dans leur boutique. Il y avait du bruit dans cette rue commerçante, agacé, il se dirigea rapidement vers une zone plutôt réservé aux habitations. C'était une quartier plutôt joli, bien calme cette fois-ci, les appartements et les maisons présentes semblaient vraiment beaucoup plus grande que la simple cahute qu'avait trouvé Kumezu.


**Ce pourrait être agréable de vivre dans ce genre d'endroit...** pensa t-il.

Soudain, il entendit un bruit venant d'un appartement. Il fenêtre était ouverte, et il aperçu une sorte de petite machine bondir par celle-ci. Une fois au sol elle se dirigeait plutôt rapidement dans la ruelle vers le Monjara, telle une araignée, mais entièrement mechanisée. Il l'attrapa dans ses mains au moment ou elle passait près de lui, cette dernière essayait de se débattre, comme ci elle avait une conscience. Une machine avec une conscience, cela lui rappelait sa coéquipière. **Yae ?** pensa alors le jeune homme. Il était persuadé que c'était un nouveau prototype qu'elle essayait de mettre au point, encore. Il regardait vers la fenêtre et vit une femme sauter à son tour par celle-ci, sans doute pour rattraper le petit engin. Elle se stoppa net devant lui, ce n'était pas celle qu'il surnommait l'avorton, non elle était bien plus âgée, la partie gauche de son visage tatouée, un peu plus petite que lui à peine. Il ne la connaissait absolument pas et fut intrigué de ce qu'il pouvait tenir dans les mains, elle aussi alors était ingénieuse ? Elle ne tarda pas à lui demander de lui rendre son objet, ce qui après tout était normal. L'expression du visage neutre, Kumezu tendit le bras pour déposer la machine dans sa main, laissant ainsi apparaitre les multiples sutures qui se trouvaient légèrement au dessus de son poignet.

"Je peux savoir ce que c'est ?"

Il avait posé cette question de façon très neutre, sans intonation particulière dans sa voix qui restait malgré tout assez grave. Depuis les dernières prouesses de technologies de sa partenaire, cet art l'intriguait de plus en plus. Il savait qu'il fallait un travail remarquable pour effectuer ce genre de création.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 212
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Une petite machine (Kumezu) Dim 19 Nov 2017 - 23:22

La main de l'inconnu se tendit pour lui rendre la créature mécanique, mais alors qu'elle la reprenait, Yukiko remarqua des marques sur le poignet de l'homme. Ce fut rapide, bref, mais laissa une forte impression sur la kunoichi qui regarda l'insecte mécanique avec de grands yeux.

Je ne l'ai pas conçue pour qu'elle face de telles blessures!

Réfléchissant à toute allure pour trouver ce qui avait bien pu causer tant de dégâts, elle relâcha sa poigne, ce qui permit à l'insecte de s'enfuir encore une fois. Réalisant son erreur, elle fit les mudras (les bons, cette fois), immobilisant sa création. Elle la ramassa et la regarda pensivement, n'entendant qu'à moitié la question de son interlocuteur.

- Je ne comprends pas...Comment... Et... ça ne te fait pas mal?

Ce que c'est...

Elle venait de comprendre la question qui lui avait été posée.

- C'est un insecte mécanique. Ça sert à... bon, je n'ai pas encore décidé, j'ai plusieurs pistes. Mais sérieusement, tu peux me dire comment elle t'a fait ça?

Elle le regarda, perplexe.

- Je veux dire, pour ton poignet. À moins que ce ne soit que des traces d'encre? Oui, oui, elle a de l'encre. Non? C'est avec ses pattes, alors?

Pourtant, il ne semblait pas que l'encre ait été utilisée. Et des entailles noires? Vraiment, tout ceci était plus complexe qu'elle ne l'aurait cru. Et ç'aurait été quelque peu déplacé de lui demander de pouvoir examiner son poignet, même si ce n'était pas l'envie qui manquait.

Soudain, un homme les interpella depuis une fenêtre.

- Qu'est-ce que vous faisiez chez moi? s'exclama-t-il, en colère.

Justement la fenêtre par laquelle Yukiko était passée quelques minutes plus tôt, alors qu'elle poursuivait sa machine. Sa machine qui avait décidé de passer par l'appartement de parfaits inconnus pour atteindre son objectifs. Un enfant pleurait et pointait la kunoichi du doigt. Peut-être l'avait-il aperçue alors qu'elle traversait l'appartement? Oui, il l'avait aperçue.

Faisant comme si elle ne l'avait pas entendu, Yukiko invita l'homme qui avait attrapé sa machine à poursuivre son chemin avec elle vers une ruelle plus accueillante, où personne ne lui criait dessus.

- Bon, maintenant, dit-elle alors qu'ils étaient plus loin et marchaient sans destination précise, tu pourrais m'expliquer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 97
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Une petite machine (Kumezu) Lun 20 Nov 2017 - 2:39

Un instant après lui avoir tendu sa machine, il constata que la demoiselle semblait légèrement paniquée, que c'était-il passé ? Il n'avait tout de même pas endommagé le petit prototype ? Non puisque l'insecte mécanique s'enfuit une nouvelle fois, mais rapidement elle le stoppa à l'aide de mudras plutôt rapide. C'était donc ça, une technique comme pouvait utiliser sa coéquipière Yae. Il comprenait mieux à présent. Cependant, elle lui posait des questions qui lui semblait incompréhensible, de quoi parlait-elle ? Des traces d'encres sur ses poignets ? Soudain cela fit tic dans sa tête, elle ne pouvait parler que des fils qui accrochait ses mains au reste du membre. Pour ceux qui n'avait jamais vu ce genre de chose, cela pouvait effectivement choquer.

Un homme les interpella de la fenêtre où avait sauté la jeune femme, avec un enfant pleurant à ses côtés. Qu'avait-elle fait ? Pas grand chose, sans doute, car elle décida de les ignorer et de se rendre dans une petite ruelle adjacente. Elle continua ses questions en marchant doucement.


"Tu n'aurais pas dû voir ça... Je n'ai pas envie de t'effrayer !"

Il cachait un peu plus ses mains dans les manches de son manteau noir car elle avait un regard insistant dessus. Rarement les gens étaient intrigués par ses fils de cette manière, en général ils se contentaient soit de fuir, soit de lui faire comprendre quelle image répugnante il pouvait avoir. Pas cette fille. Alors il s'arrêta un instant, posa son regard sur la demoiselle, elle aussi avait son lot de surprise. Son bras gauche, il était tatoué, il n'en avait encore jamais vu auparavant, et cette partie gauche de son visage aussi, elle semblait marquée, même si elle la cachait partiellement par une longue mèche de cheveux.

"Bon..."

Il retira doucement son long manteau qu'il tint sur son avant-bras gauche, et exhiba ainsi son torse, ses bras, mais surtout l'intégralité de ses sutures. Il ne savait pas pourquoi, mais il n'affichait aucune honte à montrer tout ceci à cette jeune femme qu'il ne connaissait absolument pas, mais d'une manière ou d'une autre elle lui inspirait confiance. Toutefois il avait espoir de ne pas la faire fuir en courant, car lui aussi aurait des questions à lui poser un peu plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 212
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Une petite machine (Kumezu) Ven 24 Nov 2017 - 0:01

Les schémas se faisaient plus complexes dans son esprit pour expliquer les soucis techniques (entendre ici les comportements agressifs) de sa petite machine. Ses yeux repartaient avec insistance vers le poignet de l'homme sans même qu'elle s'en aperçoive, tâchant de percer derrière cette manche qui le couvrait l'origine des dégâts occasionnés.

Et l'homme dit quelque chose qui la surprit. Il s'excusa de l'avoir effrayée.

M'effrayer?

Et comme pour la surprendre davantage, il retira son manteau. Elle crut d'abord à... à rien en particulier puisqu'elle ignorait ce que retirer son manteau devant une parfaite inconnue pouvait occasionner, mais elle finit par comprendre en voyant que son torse arborait les mêmes marques que son poignet.

Mon insecte mécanique a fait tout ça!?

Enfin, presque compris... Quelques instants supplémentaires furent nécessaires.

- Ah! Tu es fait comme ça! finit-elle par s'exclamer.

Elle approcha un peu, fronçant les sourcils et observant avec curiosité. Sans gêne. Comme si c'était parfaitement normal.

- Qu'est-ce que c'est, exactement? demanda-t-elle.

Elle se remémora les gardiens aux corps artificiels, particulièrement celui de l'homme-oiseau, qui avaient l'air si réalistes et qu'elle avait malheureusement dû abandonner pour parvenir à sortir du temple avec Eiki. Était-il une créature du même genre?

Elle leva les yeux et croisa les siens. Ils étaient rouges et verts. Un curieux mélange pour des globes oculaires. Les chances qu'il soit une sorte de création artificielle venaient de monter d'un cran dans son esprit. Mais outre ces caractéristiques, il semblait être un humain parfaitement normal.

- Je m'appelle Yukiko. Et toi?

Se présenter était une excellente manière de faire connaissance avec quelqu'un. C'était poli. Cela permettait, entre autres, d'avoir des réponses à ses questions, et maintenant que sa curiosité avait été piquée, cela pouvait se révéler pratique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 97
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Une petite machine (Kumezu) Ven 24 Nov 2017 - 0:49

Il la regardait quelques instants être stupéfaite par l'aspect que pouvait avoir son corps, toutes ces sutures qu'il arborait, elle s'en approchait comme pour observer une relique d'un ancien temps. Elle n'avait pas peur non, loin de là, au contraire elle était à présent intriguée. Elle lui posa multiples questions, notamment pour savoir ce qu'était vraiment tous ces fils. Comment pouvait-il lui expliquer clairement ? A vrai dire, il ne savait même pas clairement d'où lui provenait ces fils, il pouvait simplement affirmer qu'il avait toujours vécu avec.

"Ce sont des fils, ils composent mon corps en recouvrant mes différents organes vitaux, je peux les contrôler à ma guise, comme un membre, à l'aide de mon chakra."


Puis soudain il s'arrêta dans ses paroles, assez brusquement d'ailleurs, il se stoppa également dans ses mouvements, en plein milieu d'une ruelle au calme et à l'abri des regards. Il se mit à penser qu'il n'avait jamais vraiment parler de son pouvoir à qui que ce soit, non pas que ce soit un secret, mais que ce n'était pas son genre, s'ouvrir.

**Elle n'a pas l'air méchante... Pourquoi pas parler après tout, pour une fois...*** pensa t-il.

Il s'adossa contre le mur, il préférait rester statique et éviter de croiser d'autres personnes en étant le torse nu, si elle avait plutôt bien réagit, cela ne risquait pas d'être le cas de tout le monde. Il avança sa main légèrement devant lui, et il fit sortir un fil de son poignet, puis un autre, puis encore un autre, il les fit bouger devant lui, comme pour lui faire une démonstration. L'un de ses fils se dirigea vers elle, vers son visage plus précisément, et écarta très légèrement la mèche qui cachait le côté gauche de son visage, afin de voir plus précisément ce qui se cachait derrière. Un autre tatouage ? Une blessure ? Il n'avait pas bien vu.

"Je m'appelle Kumezu. Et toi, que t'es t-il arrivé au visage ? C'est une blessure ?"

Anormalement calme et poli depuis le début de cette rencontre, le Monjara commençait sans aucun doute à s'habituer à vivre dans un village animé, où il y avait déjà fait quelques rencontres. Un peu de compagnie pendant ce jour de repos ne lui ferait pas de mal, cela lui permettrait peut-être de comprendre un peu mieux comment fonctionne le relationnel entre les gens de ce village, lui qui depuis toujours était habitué à se cacher et ne parler à personne. C'était un travail sur soi difficile à faire, mais pour continuer à progresser en tant qu'homme, il devait prendre sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 212
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Une petite machine (Kumezu) Ven 1 Déc 2017 - 13:10

La théorie du corps artificiel était "out". C'était bel et bien un être humain, en chair et en os, qui se trouvait devant elle. Sa particularité résidait dans le fait qu'il était fusionné, en quelque sorte, avec des fils qu'il pouvait contrôler à sa guise. C'était plutôt pratique dans certaines situations, comme lorsqu'il était blessé, probablement.

- J'imagine que si tu es blessé, tu peux te réparer plus ou moins? Cela te permet d'avoir des compétences en médecine ? demanda-t-elle.

Décidément, le monde des shinobis était plein de possibilités. Elle regardait en même temps les fils, qu'il fit sortir de son poignet, s'animer entre eux. Ils se mouvaient un peu comme s'ils étaient agités par une brise, mais il apparaissait clairement qu'ils étaient contrôlés par une volonté précise. L'un des fils se dirigea lentement vers son visage. Yukiko se crispa légèrement, mais ne fit pas un mouvement pour s'éloigner. C'était un réflexe plus qu'un sentiment de menace, cela ne valait pas la peine de créer une commotion pour si peu. Elle sentit ses cheveux être écartés de son visage et le dénommé Kumezu lui demanda si elle était blessée.

- Non. J'avais simplement besoin de rangement.

Prenant conscience que ce n'était pas très clair comme explication, elle recula d'un pas et fit quelques mudras, voulant faire apparaître son coffre à outils qu'elle rangeait habituellement au-dessus de son coude gauche.

- C'est plus ou moins comme un sac de transport.

Toutefois, rien ne se produisit. Perplexe, elle réessaya.

Je ne manque pas de chakra pourtant... Oh!

L'image de son coffre à outils, ouvert, dont le contenu était éparpillé partout chez elle, lui revint en mémoire. Reculant d'un autre pas, elle effectua un autre mudra et fit apparaître sa planche à voile, logée dans un tatouages situé sur sa cheville.

- Voilà! dit-elle enfin en constatant que le moteur était absent. Cette planche, par exemple, me sert à me déplacer dans le désert. Mais elle n'est pas fonctionnelle en ce moment.

Yukiko lui laissa le temps de l'observer. Cependant, au moment où elle allait la ranger, un homme furieux déboula dans la ruelle où ils se trouvaient. C'était celui qui les avait invectivés (qui avait invectivé Yukiko, en fait) depuis sa fenêtre un peu plus tôt. Se figeant lorsqu'il les vit, il ne put que passer de la colère à la surprise, puis à la frayeur. La vue d'un homme, torse nu, avec des fils sortant de son corps et qui flottaient dans le vide, ainsi celle d'une machine étrange, assez imposante pour ne pas avoir pu passer inaperçue plus tôt, le fit battre en retraite.

- Bonne journée, dit Yukiko en tentative de réconciliation.

Cela accéléra la retraite de l'homme, ce qui était du pareil au même, au final. La kunoichi rangea sa planche d'un mudra.

- Tu es d'ici? demanda-t-elle à Kumezu, ne se souvenant pas d'avoir entendu parler de quelqu'un constitué comme lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 97
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Une petite machine (Kumezu) Dim 10 Déc 2017 - 2:10

« Me réparer oui on peut dire ça comme ça, ou du moins me recoudre. J'ai cette faculté depuis toujours je crois, mais je n'en ai pas exploré toutes les capacités. »


Il avait répondu à cette question sans trop de secret, il n'avait pour le coup pas besoin de vraiment cacher l'étendu de ses capacités. Comme lui, la demoiselle commença à lui faire une démonstration de ce qu'elle était capable d'accomplir, notamment avec cette marque qu'elle avait à la cheville, assez similaire à celle sur son visage, une sorte de tatouage sans doute. Elle lui en fit sortir une sorte de planche à voile assez imposante, avec laquelle elle pouvait apparemment se déplacer dans les désert de Suna. Très pratique en soi.

Quelques instants plus tard, l'homme qu'ils avaient vu auparavant déboula dans la ruelle, mais la vue de cette scène le laissa sans doute perplexe et le convainc de se rétracter dans sa démarche et de retourner d'où il venait. La demoiselle lui lança même un petit "Bonne journée". Ironique ou pas, cela ne manqua pas d'arracher un très léger sourire à Kumezu, ce qui était assez rare.

La kunoichi rangea sa planche à l'aide d'un mudras, et continua à questionner le Monjara sur sa domiciliation. Il enfila à nouveau son long manteau afin de ne plus rester le torse nu avant de répondre à sa question.

« Je vis à Suna depuis quelques temps seulement, dans une petite cahute assez délabrée, mais ça me suffit amplement je n'ai jamais rien connu de mieux. en revanche j'ai erré toute ma vie dans les contrées de Kaze no Kuni, depuis toujours. »


Le fil qui était sortit de son poignet réintégra son emplacement initial, et les deux shinobi reprirent leur marche tout doucement, sans vraiment prêter attention à leur direction. Lui aussi, il voulait en savoir un peu plus sur elle, sur ce qu'elle pouvait maitriser, alors à son tour il l'a questionnait.

« Et toi, tu viens d'où Yukiko ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 212
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Une petite machine (Kumezu) Jeu 14 Déc 2017 - 13:54

S'il n'avait pas encore exploré toutes les capacités de ses fils, il le devrait. C'était toujours fascinant, aux yeux de Yukiko, de parvenir à créer, encore et encore, avec une seule chose qui pouvait sembler banale à première vue. Toutes les variations possibles d'une machine, ou dans le cas présent, d'une capacité ninja particulière, pouvaient s'entrelacer et former de véritables oeuvres d'art.

- Hum? fit Yukiko.

La question mit un moment à lui parvenir, prise qu'elle était par ses schémas et réflexions.

- D'où je viens?

Ils s'étaient mis à marcher et le shinobi lui avait expliqué qu'il était arrivé depuis peu à Suna, qu'il vivait dans une petite habitation et avait passé la majeure partie de sa vie à errer dans Kaze. C'était entre ce moment et celui où il lui avait retourné la question qu'elle s'était perdue dans ses pensées.

- Oui, bien, j'habite en ce moment à Suna, dans un appartement normal.

Elle songea au désordre qui y régnait parfois, comme elle travaillait toujours sur plusieurs projets à la fois qui nécessitaient une pléthore de pièces et d'outils et de manuels... Elle n'aurait pas dit délabré, non, mais encombré, pour sa part.

- Mais je viens d'une oasis dans le nord, poursuivit-elle en songeant qu'elle devrait bientôt aller y faire un tour. Tu es déjà allé dans ce coin-là?

Leurs pas les conduisirent vers une rue plus achalandée. Ils étaient arrivés dans un coin de commerçants que Yukiko connaissait bien. En effet, c'était l'un des endroits où venait pour acheter diverses pièces dont elle avait besoin pour ses projets. D'ailleurs, elle avait besoin d'en prendre de nouvelles. Cela tombait bien.

- Je vais aller acheter deux ou trois trucs. Tu peux venir, c'est comme tu veux, dit-elle à l'intention de Kumezu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 97
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Une petite machine (Kumezu) Jeu 14 Déc 2017 - 17:52

La question était simple, et pourtant, la kunoichi semblait complètement perdue, le regard assez vide. Elle mit un instant avant de répondre, elle lui indiqua vivre à Suna en effet, être originaire du Nord, avant la création du village.

« Dans le Nord ? J'ai dû y faire un tour oui. »


Quelques minutes plus tard, leurs pas les avaient conduit dans une rue commerçante que la jeune Saibogu semblait connaitre. Elle souhaitait faire des achats dans une boutique, et proposa au Monjara de l'accompagner s'il le désirait. Curieux de voir ce dont elle aurait besoin, était-ce pour la construction de ses équipements ? Cela valait la peine de l'accompagner, ne serait-ce que pour voir son processus de création.

« Ça m'intéresse de voir ce que tu veux acheter. »


Entrant ensuite dans une boutique, il se laissait guider par les pas de Yukiko et la suivait un peu partout dans les rayons. Il la regardait attraper toutes sortes d'articles qu'elle posait dans un panier qu'elle avait pris à l'entrée du magasin.

« C'est pour faire quoi toutes ces choses ? »


Les courses ne durèrent qu'un petit moment, et ils ressortirent de la boutique une fois le paiement effectué par la femme aux cheveux gris. Repartant dans la direction par laquelle ils étaient arrivés, Kumezu posa son regard sur la kunoichi. Comme lui, elle était si neutre, n'affichait aucune émotion, elle semblait avoir la même nature que lui, mais pour quelle raison ? Avait-elle aussi vécu une sorte de drame ? Cette question lui traversa l'esprit, et il pensa que le plus simple encore était de le lui demander.

« Pourquoi tu montres si peu d'émotion, toi aussi ? »


Il stoppa sa marche, attendant une réponse de la part de Yukiko, même si cela semblait un peu déplacé, Kumezu n'avait pas la notion de ce genre de choses et ne voyait pas le mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 212
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Une petite machine (Kumezu) Ven 15 Déc 2017 - 10:28

Ah bon, ça l'intéresse?

- Tu t'y connais un peu? demanda la kunoichi.

Tout en écoutant la réponse, Yukiko s'enfonça dans les allées, prenant au passage ce qui l'intéressait. Elle mit la main sur un type de vis qu'elle n'avait plus et se concentra davantage sur des pièces génériques qui allaient lui être utiles pour plusieurs conceptions de base. Toutefois, elle avait toujours plus de mal à trouver des pièces précises, spéciales, qui allaient avec certaines de ses idées. Cela faisait qu'elle devait incessamment repenser ses machines, les rendant parfois moins intéressantes malgré ses efforts.

Il y a forcément une solution...

- Les pièces ici sont trop grosses, en général, pour celle que tu as vu tout à l'heure.

Elle parlait de la machine fugueuse qu'il avait eue entre les mains un peu plus tôt.

- Ça, dit- elle en désignant un morceau long comme une baguette, ça va me permettre de modifier le moteur de ma planche.

Ledit morceau se retrouva en travers du panier.

- Il y a aussi ces pièces qui me serviront pour une expérimentation, mais bon, comme je ne suis pas trop avancée, je n'ai rien de bien précis à t'expliquer.

Hop, dans le panier.

- Et ça...

Yukiko s'arrêta un instant, les observant.

- Je ne sais pas trop, mais j'aime bien leur forme. Je verrai ce que je peux en faire.

La kunoichi les ajouta à son panier, puis se dirigea vers la caisse. Mettant la main dans son sac... Sa main, en fait rencontra le vide. Dans la précipitation, elle n'avait rien pris avec elle, aussi son argent était resté bien sagement à la maison. Heureusement, comme le marchand la connaissait dû à ses passages réguliers, il accepta de mettre le tout de côté. Elle le remercia, puis sortit rejoindre Kumezu qui avait pris de l'avance et était déjà dehors. Et il la surprit avec sa question.

- Je montre peu d'émotions? répéta-t-elle.

Sa mère lui avait parfois fait la remarque, mais elle ne s'en était jamais vraiment soucié.

- Je ne sais pas. Ça me vient de mon père, je crois.

Elle haussa les épaules.

- Pourquoi tu me demandes ça? Et quand tu dis "toi aussi", tu veux dire que tu montres peu d'émotions aussi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 97
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Une petite machine (Kumezu) Ven 15 Déc 2017 - 10:50

La jeune Saibogu semblait étonnée qu'il soit intéressé par les inventions. Pourtant, qui cela n'intéresserait pas la technologie, franchement ? Dans ce monde où visiblement seul ce clan était capable de produire ce genre de mécanisme, cela ne pouvait qu'éveiller la curiosité.

« Non je ne m'y connais absolument pas, mais ce que fabrique l'avorton m'intéresse beaucoup. J'ai beaucoup d'idées de combinaison possible avec mes fils et ses inventions, alors j'imagine que les tiennes aussi peuvent être complémentaires. Sait-on jamais, peut-être qu'un jour nous combattrons côtes à côtes. »


Elle lui expliqua petit à petit à quoi les pièces qu'elle avait choisi pourrait lui servir, avant de se rendre compte au moment de passer en caisse qu'elle n'avait pas de monnaie. De retour dans la rue donc, sans doute pour aller chercher de quoi payer, elle fut légèrement surprise de la question du Monjara. Oui, elle ne montra presque aucune émotion, et c'était étrange. Il en croisait peu, de personnes comme elle, alors ça l'avait intrigué. La question ne l'avait visiblement pas vexée, et c'était une bonne chose, mais elle souhait tout de même savoir pourquoi il l'avait posé.

« Pourquoi je te demande ça ? Simple curiosité. »


Ce n'était qu'à moitié vrai. Il ne s'attarda pas sur sa réponse, car elle lui renvoya la pareille, et à présent c'était à lui de s'expliquer.

« En fait, ce n'est pas que je ne les montre pas... je crois que je n'en ressens pas. »


Il regardait la jeune femme dans les yeux.

« Malheureusement... »


Il n'avait pas l'air triste en prononçant ces paroles, pourtant il y avait de quoi. Ne ressentir aucune émotion n'était pas vraiment ce qu'il y avait de meilleur pour le moral d'un homme, et pourtant, il ne semblait pas abattu. Non, s'il trouvait cela malheureux, c'est parce qu'il savait que ce n'était pas vraiment commun dans ce monde, il savait que les relations humaines étaient régi par des sentiments. Son intégration en était donc que plus difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 212
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Une petite machine (Kumezu) Sam 23 Déc 2017 - 0:18

L'avorton...?

Kumezu semblait connaître un autre Saibogu, selon toute vraisemblance. Yukiko se demanda si elle l'avait déjà rencontré. Elle n'avait pas gardé contact avec grand-monde en sortant de l'académie. C'est dommage, car elle aurait sans doute gagné à échanger avec des gens qui s'y connaissaient. Cela pouvait amener à des innovations surprenantes. Comme de fait, l'homme parla d'une combinaison technologie et fils. Cela pouvait donner des résultats intéressants...

- Un jour peut-être, répondit-elle à son hypothèse selon laquelle ils pourraient devenir coéquipiers d'une mission.

Elle ne voyait pas à quel moment ils pourraient être amenés à combattre ensemble, mais qui sait? Seul l'avenir le dirait!

Puis, Kumezu expliqua à son tour pourquoi il ne semblait pas montrer la moindre émotion. Yukiko ne l'avait pas particulièrement remarqué, mais maintenant qu'il en parlait, il était vrai qu'il était moins expressif que la plupart des gens. Ainsi donc, il ne ressentirait rien, mais trouva nécessaire de prononcer le mot "malheureusement".

- Si tu dis "malheureusement", c'est que, j'imagine, quelque part au fond de toi, ça te rend malheureux de ne rien ressentir... Donc tu ressens quand même quelque chose, même minime.

Elle haussa les épaules.

- C'est peut-être simplement bloqué. Avec de l'entraînement, peut-être, comme pour un jutsu dont le chakra est un peu plus difficile à activer, tu pourras en ressentir.

Du coin de l'oeil, elle revit l'homme de la fenêtre fendre la foule avec un agent de l'ordre. Quelle persévérance! Dire que sa tentative d'être polie n'avait pas réussi à l'apaiser...

- J'ai encore du travail à faire, dit-elle à Kumezu. Au plaisir de te recroiser un de ces jours!

Sans se presser, mais avant de se faire remarquer par l'homme et l'agent, Yukiko se fondit dans la foule en adressant un dernier signe de main au shinobi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Une petite machine (Kumezu)

Revenir en haut Aller en bas
 

Une petite machine (Kumezu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Vent :: Sunagakure no Satô :: Centre-Ville-