N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Une nouvelle façon d'apprendre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1731
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Une nouvelle façon d'apprendre. Sam 18 Nov 2017 - 18:44

* ASMR On *

« Voilà. En conclusion, je pense que le mieux est de réfléchir à tout ceci la tête reposée. Il n'existe pas toujours que deux solutions, deux issues à un problème. Un peu à l'image d'une pièce de monnaie lancée en l'air : parfois, même si la probabilité est infime, elle se réceptionne sur sa tranche. Ainsi, je vous invite à voir plus loin que simplement garder en vie ou débrancher votre mère végétative. »
« Merci beaucoup pour ces conseils. J'ai le temps pour une dédicace ? »
« Bien entendu. »


L'animateur coupa la conversation téléphonique et lança une musique sur les ondes de sa radio libre antenne.


A écouter avec un volume à 20 % et avec une chaussette sur les haut-parleurs pour une meilleur immersion.

* ASMR Off *


« Je ne comprendrai jamais l'intérêt de faire des dédicaces. »
soupira l'animateur en posant son casque devant son micro. « Ce n'est même pas genre pour dire merci à quelqu'un qui a été un atout majeur dans la réussite de sa vie, mais juste envoyer des noms comme ça... »

Il se leva de sa chaise en prenant soin de ne pas s'emmêler les pieds dans les câblages de son installation radiophonique artisanale, et gagna le réfrigérateur d'où il tira une boisson fraîche. Parler lui donnait soif, mais c'était la base de son activité. Avec quelques '' Original SoundTrack '' négociés auprès d'amis musiciens pour combler ses temps de répit, il en était arrivé à une émission de radio amateur relativement populaire, à en juger par les appels qu'il recevait chaque soir.

La musique attaquait son dernier refrain, signe qu'il était temps de retourner au micro. Il jeta sa cannette vide à la poubelle, enfila son casque audio, et s'accouda sur la table devant son micro avec le modificateur de voix en position allumée.

* ASMR On *


« Plutôt pas mal, n'est-ce pas ? Et c'est en exclusivité, sur Fantasy FM, la radio libre. Ici Zone Derground, votre animateur. Et maintenant que l'interlude musical est terminé, il est temps de recevoir à l'antenne notre prochain auditeur de ce soir. Allo ? Tu es toujours au bout du fil ? Super, alors nous t'écoutons. Qui es-tu et qu'est-ce qui t'amène sur nos ondes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 701
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Une nouvelle façon d'apprendre. Sam 18 Nov 2017 - 21:58

    « Bonsoir à tous ! Bravo à toute l’équipe ! Je vous suis tous les soirs depuis… depuis pas mal de temps déjà ! Et euh… Vous m’entendez ? Comment ça fonctionne ce machin ? J’aurais peut-être dû l’interroger avant de prendre possession de… Hum ? Ah, vous m’entendez ? Parfait !
    Alors je me présente. Voilà, je m’appelle…

    … encore une question que j’aurais dû poser avant. Disons Narana Tsuki.
    C’est bien le moment où vous répondez à toutes les questions, quel qu’en soit le domaine c’est ça ? La rubrique « Questionne que je responne » ? Je resterais quelque peu dans le domaine de la santé, mais dans un registre différent. Connaissez-vous le métier de ninja, Zone… Derground ? Je ne me suis pas trompé dans le pseudonyme, c’est bien ça ?
    Une question sur ce sujet vous aurez été adressée et vous aviez répondu avec beaucoup de détails, comme si vous pratiquiez vous-même cette profession. Enfin, je veux dire, j’ai entendu ce débat sur les ondes, évidemment. Fan que je suis…
    Dans un combat entre de ninjas, voyez-vous, la question fondamentale est souvent : tuer ou être tué. Cependant, comme vous l’avez si brillamment imagé auparavant, il demeure la possibilité que la pièce retombe sur sa tranche. En ce cas, voulez-vous bien trancher et nous éclairer quant à la troisième option : vaincre sans tuer. Que ce soit pour interroger un criminel ou tout simplement pour soulager notre propre cœur. Car, bien que nous soyons des armes aiguisés dont l’unique rôle est de défendre nos bons concitoyens, nous sommes avant tout humain avec des émotions bien réelles. Et tuer n’est pas toujours aussi simple.
    En ce cas, simplement avec notre corps, quelle est la façon la plus efficace pour immobiliser un adversaire lors d’un combat ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1731
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Une nouvelle façon d'apprendre. Jeu 23 Nov 2017 - 22:20

* ASMR On *

« Bonsoir Narana. Ta dévotion pour mon émission fait plaisir à entendre. Alors pour répondre à ta question, oui, je connais le métier de ninja, au moins autant qu'un client dans une boucherie en sait sur le boucher. En même temps, le contraire serait difficile vu là où nous vivons. Et puis, c'est important de se tenir au courant des sujets qui nous entourent. Surtout pour mon émission qui plus est. Que les gens aient besoin d'en parler en bien, en mal, ou de poser des questions, avoir la culture et les connaissances pour discuter avec autrui en connaissant son sujet rend les interactions plus intéressantes. Nous pourrions par exemple débattre sur la condition '' d'arme '' des ninja avec laquelle je ne suis pas d'accord avec toi, mais passons, car ta question est de savoir comment vaincre sans tuer. Elle pourrait même être élargie à comment '' vaincre sans combattre ''. »

« Certains peuples chevelu des steppes appellent cela la ruse, et bien que le terme soit péjoratif dans leur langue, l'art de mener la bataille avec sa tête pour compenser une absence ou un déficit de force est reconnu partout ailleurs, même s'il n'est pas inné chez tout le monde. Malheureusement, la ruse n'inclut pas souvent de stratégies pacifiques, et si son application permet de vaincre sans combattre, elle ne peut pas se vanter de réussir sans que le sang coule... »

« Personnellement, il m'est avis que les mots restent la meilleure solution pour vaincre sans tuer. Un philosophe prétendaient que les mots étaient des arbalètes chargées, et qu'il suffisait d'une parole bien ajustée pour défaire son adversaire sans même bouger – surtout quand la science a prouvé qu'un impacte émotionnel était aussi douloureux qu'une blessure l'est sur le corps. »

« Faire de l'ennemi son allié est aussi un autre moyen, en trouvant les mots justes pour lever le litige qui vous oppose, supprimer son désire de se battre en démontant sa motivation, appuyer moralement là où cela fait mal pour faire pression sur lui et le dissuader de l'affrontement, persuader ou convaincre que les enjeux ne valent pas de risquer sa vie... ce ne sont pas les moyens qui manquent pour vaincre sans tuer. »

« Comme tu le disais, simplement avec son corps, se tenir sur le chemin de son adversaire par le '' sitting '' ou le '' standing '' pour l'empêcher de passer suffit à l'immobiliser physiquement. L'occasion de le forcer à la confrontation verbale évoquée un peu plus haut, pour saper sa volonté ou le rallier à ta cause. »

« Certains y arrivent sans mots aussi, par la simple aura de terreur qu'ils dégagent. Un seul de leurs regards suffit à tétaniser celui sur qui il se pose. Par la réputation, l'assurance ou par la puissance, dans tous les cas, ce genre d'individus en débordent par tous les pores de leur peau pour y arriver. As-tu déjà ressenti cela, Narana ? Une terreur indicible, issu d'un individu dont la force irradie de lui au point qu'il soit menaçant, qu'il transpire la promesse de mort sans même esquisser le moindre geste à ton encontre. »

« Je me doute que ce n'est pas ce que j'ai dit initialement qui t'intéresse. C'est plutôt ce genre de pouvoir là que tu cherches, non ? Mais si l'expérimenter de première main est capital pour le comprendre et l'intégrer, penses-tu avoir ce qu'il faut te l'approprier ? Ou bien cherches-tu quelque chose de plus simple, de plus à porté de la main du commun des mortels ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 701
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Une nouvelle façon d'apprendre. Ven 24 Nov 2017 - 21:09

    « Hélas oui, la condition d’arme des ninjas fait débat depuis la nuit des temps. Mais que vous nous nommiez gardien, protecteur ou soldat, il n’empêche que l’apprentissage d’un ninja nécessite qu’il s’affûte jusqu’à devenir une arme, car, après tout, ne doit-il pas tuer ? Tuer ou protéger. Ce sont des synonymes qui n’abusent que la morale, aussi vrai que le boucher tranche la chair de l’animal pour satisfaire nos papilles. Cherchez, demandez, questionnez autour de vous. Trouvez un seul ninja qui n’ait jamais eu à faire ce choix, à faire face à cette décision. Combien ont péri parce qu’ils ne surent franchir le pas ? Une arme protège aussi bien qu’elle tue. Mais, à contrario du couteau, nous avons une morale qui nous bénéficie aussi bien qu’elle nous freine par moment.

    Ainsi, vous avez raison, Zone Derground. Vaincre sans combattre est le rêve de tout ninja qui ne se sent pas entièrement arme. Et même pour les autres, car il diminue les risques à notre égard tout en soulageant notre conscience.

    Mais, hélas, les mots ne sont pas toujours la solution à tous les problèmes, car il est des personnes qui se refusent d’entendre raison. Une arbalète bien chargée peut percer n’importe quelle armure, c’est bien vrai. Mais le défaut de cette arme consiste en son temps de recharge. Visez à côté et votre adversaire aura tout le loisir de riposter avant le prochain tir. Il en est de même pour la parole. D’autant plus qu’il est compliqué de trouver les mots justes et de converser tout en préservant son souffle au beau milieu d’un échange de coups frénétiques.

    Vous faites bien de parler de « commun des mortels », Zone Derground, car encore une fois vous visez juste. A croire que vous parvenez à lire dans l’avenir. Voyez-vous, il n’y a pas que des simples mortels qui foulent notre sol. Dans un lointain passé, il y avait de grands démons, et bien qu’ils ne leur ressemblent pas vraiment, il existe néanmoins quelques uns de leurs rejetons, si l’on puis dire.

    Car oui, j’ai déjà vécu cette aura de peur qui vous paralyse jusqu’à l’échine. Figurez-vous qu’il s’agissait d’un cousin portant une identité similaire à la mienne : Narana Tsuki. Mais cette fois-là, il n’avait rien du commun des mortels. Il n’avait rien de mortel non plus. Il s’était élevé en monstre immortel, doué d’une aura que nul ne saurait égaler et dénué de parole et de raison.

    Dans ce type de situation où un monstre sanguinaire souhaite votre mort et que vous ne pouvez raisonner, Zone Derground, quelle attitude préconisez-vous ? Sachant que la fuite n’est pas une possibilité, car ce serait laisser le peuple innocent aux griefs de la monstruosité. Dans ce cas-là, que feriez-vous ? Quelle arbalète choisiriez-vous ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1731
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Une nouvelle façon d'apprendre. Ven 1 Déc 2017 - 23:53



* ASMR On *


« M'est avis que l'immortalité est un mythe, et j'attends que l'on me prouve le contraire avant d'y croire. Surtout que dans le fond, l'immortalité doit être vraiment ennuyeuse à terme. Je veux dire, en passant déjà outre les classiques '' voir sa famille et ses amis mourir '', '' servir de cobaye à un gouvernement qui sous prétexte de la différence d'un individu s'accorde le droit de le séquestrer et d'expérimenter des choses dessus '', etc... Puisque bon, qu'on se le dise : qu'est-ce qui fait le piquant de la vie ? C'est notre volonté de la remplir, de la vivre pleinement en sachant qu'elle aura une fin. »

« Fondamentalement, être immortel revient à ne plus craindre la mort, et c'est justement ce que je trouve le plus dérangeant. Car c'est justement notre crainte de la mort qui nous pousse à aller de l'avant. C'est de notre courte espérance de vie que nous vient notre goût prononcé pour la vie. Il m'est avis que celui qui s’affranchit de sa propre mortalité n'arrivera plus vraiment à nourrir encore ce besoin de vivre le plus intensément possible. »

« Personnellement, je suis en train de mourir à l'heure où je te parle. A chaque souffle, chaque seconde, chaque battement de cœur, je me rapproche de ma fin. Et c'est de cette fatalité que me vient mon amour et mon désir de vivre, ce besoin que j'ai de remplir mes jours – mes heures ! - d'expérience et de joie pendant le temps qu'il me reste encore. L'immortalité a peut-être des avantages sur le cours terme, je ne le nie pas, mais je ne crois pas qu'elle m'irait : j'aurai trop peur qu'au fil des siècles elle n'érode cette volonté de vivre qu'est la mienne. Et à mon sens, ce ne sont pas les années qui déterminent la véritable longueur d'une vie. Moins les heures sont perdues, et plus la vie est remplie. Ne trouves-tu pas que, selon cette façon de voir les choses, les quelques décennies que nous passons sur terre – dans le meilleur des cas – peuvent être bien plus longue que l'éternité ? Je reste intimement convaincu que c'est ma propre mortalité, mon existence éphémère qui donne pleinement le sens de ma vie. Maintenant, si l'on parvenait à maintenir malgré l'immortalité cette soif de vie, ce serait merveilleux. Mais réellement possible, ça j'en doute. Ce serait comme vouloir entretenir indéfiniment une flamme sans jamais ajouter de combustible. »


Disant cela, l'animateur réalisa deux choses. La première était qu'il s'était écarté du sujet. En second, qu'il avait déjà assez mobilisé la parole pour justifier un post.

« Mais je m'égare. Nous disions donc, quelle arbalète choisir ? Eh bien, il m'est avis que tu ne te poses pas les bonnes question. Vois-tu, se demander comment réagir dans la situation que tu as évoqué est un peu comme se demander comment faire face à la Draco-Liche au fond du château sans arme et sans armure. Une fois qu'on y est en plein dedans, devant un problème insoluble, il est un peu tard pour se poser ce genre de questions. La véritable question à se demander est '' qu'est-ce que j'ai fait pour me retrouver dans cette situation ? ''. Car soyons honnête, on ne se retrouve jamais – ou presque - dans une situation fangeuse sans avoir sauté dedans à pieds joints. »

« Quand ton patron te convoque et te parle de licenciement, ce n'est pas là qu'il faut se demander comment s'en sortir. Il fallait plutôt se dire de ne pas jouer à World of Madmax pendant ses heures de bureau pour éviter le problème. Quand ton chameau s'arrêter d'avancer en plein milieu du désert, ce n'est plus à ce moment qu'il faut se questionner sur comment le faire redémarrer. Mieux aurait valu faire le plein d'eau à la précédente ville plutôt que compter sur le fait d'arriver à la destination avant qu'il ne se déshydrate. »

« Mais bon. Prenons le cas où vraiment, tu es dans la situation décrit quand même. Ou plutôt, que je suis dans la situation décrit quand même. Mon premier réflexe est de m'assurer que je sois face à un homme ou à une femme. Ça peut paraître anodin comme détail, mais il n'en est rien. En effet, si c'est une femme en face, et si je suis un homme, la situation peut rapidement se débloquer. »

« Vois-tu, les femmes les plus fortes de notre monde ont beau se promener avec tout un arsenal d'armes mortelles et être capable sans effort de forcer leur chemin à travers des armées d'ennemis, d'animaux sanguinaires et autres erreurs de la nature, qu'elles soient des samurai confirmées, des kunoïchi d'élite ou même des démones surpuissantes, si tu arrive à te glisser derrière elles et à les attraper par l'ESAPF
( Endroit Standard d'Attrapage de Personnages Féminins ), alors elles perdront toute leur force et leur volonté combattive. »

« Je n'ai jamais testé personnellement, mais j'en ai été le témoin à plusieurs reprises, et c'est vraiment fascinant de voir à quel point ça fonctionne. J'imagine qu'il doit y être question de pression sur les chakra ou les muscles. Peut-être que le mouvement induit par le bras, en étant tiré en arrière, bloque tout le reste du corps et diminue l'acheminement de sang au cerveau ? N'importe comment, la prise sur le bras est ferme, et semble même renforcée s'il y a des témoins, de préférence des proches de la personne. »

« Après, selon moi, je dirai que dans le cas où il s'agit d'un homme, la même chose doit pouvoir s'appliquer. Pas de la même façon, bien évidemment, mais sur les bases oui. En tirant le bras un peu plus, et en appuyant sur l'épaule de l'autre main pour la faire sauter de son axe. En répétant le procédé sur les deux bras, il devient un peu plus difficile de combattre, j'imagine. Et celui qui ne peut plus combattre a perdu, non ? »

« En fait, la solution au problème que tu cherches, dans le fond, c'est l'immobilisation, non ? Je veux dire, immortel ou pas, un type qui ne peut plus bouger a juste l'air bête. Dans le cas où on est incapable de doser ses coups pour ne pas tuer, ça me semble être une bonne idée. Je crois que j'ai un manuel qu'on m'avait offert pour noël quelque part, sur le Mrav Kaga. Il y avait quelque page là-dessus. Tu me laisses le temps de la pub pour m'y replonger un peu ? Chers auditeurs, je vous retrouve après ce titre de Usuto Narumaki, étoile montante du hit-parade de l'an 4 après l'Empire. »


* ASMR On *

Il n'attendit pas la réponse, et lança le disque suivant pour s'absenter le temps que la chanson finisse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 701
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Une nouvelle façon d'apprendre. Mer 6 Déc 2017 - 11:28

    « Oui, la crainte de la mort peut pousser vers l’avant, mais elle peut également, dans des cas extrêmes, avoir l’effet opposé. N’avez-vous pas encore croisé de traumatisés de guerre ? Ou plutôt certains ressortissants des révoltes contre l’Empire qui se déroulèrent il y a un peu plus de quatre ans. Horrifiés, ils sont bloqués dans leurs souvenirs, séquelles de combats ou d’épisode d’emprisonnement innommables. Et alors leur crainte de la mort s’est changée en crainte de la vie elle-même. Ils demeurent cloîtrés chez eux ou dans un service spécialisé et paniquent au moindre stimulus du monde extérieur. Ils en viennent à espérer la mort pour quitter ce cercle vicieux, et pourtant n’osent franchir le pas. Ils vivent sans vraiment vivre, et pourtant demeurent mortels.
    La problématique est-elle vraiment la mortalité ou l’immortalité ? Ne serait-ce pas plutôt la douleur ? Car ici, c’est bien l’expérience de la douleur qui les empêche d’aller de l’avant. La crainte de la mort ? Ils l’ont encore. Sinon ils ne seraient déjà plus de ce monde et auraient laissé leurs traumatismes et tout le reste derrière. Mais ils sont encore là. La crainte de la mort également. Pourtant ils n’avancent plus. Ils font du sur place en attendant leur heure avec la hantise de celles qu’il leur reste à vivre.
    Si l’homme pouvait vivre et mourir sans ressentir la moindre douleur, cela donnerait lieu à davantage d’abus mais il y aurait malgré tout moins de cas similaires.

    Mais vous avez raison. Nous nous égarons et nous devons revenir à nos Gekeis. Après tout, je suppose que cette rubrique possède une durée limitée ? Et je m’en voudrais de vous saper votre audience en accaparant l’antenne trop longtemps.
    Je crains, néanmoins, que votre technique sur les dames puisse également susciter en elles une fureur infinie les poussant à tout mettre en œuvre pour nous éliminer. D’autant plus s’il y a des témoins, et à fortiori des proches.
    Cependant, pour ce qui est des bras, ce peut être une solution. Bien qu’il demeure alors les jambes et qu’un combattant maniant le Taïjutsu saurait alors se débrouiller soit pour se battre soit pour fuir malgré tout. De plus, dans le cas où l’on affronte une bête avec de multiples bras, répéter le procédé d’immobilisation des épaules risque d’être complexe. N’avez-vous rien sous la main qui permette l’immobilisation en une fois ? Car, dans mon exemple précédent, il m’aurait fallu quatre carreaux d’arbalète pour entraver tous les bras qui me faisaient face…



    Il y avait la musique… Ca signifie qu’il ne m’a même pas entendu ? Allo ? Allooooooooo ? Il y a quelqu’un ? Non ? J’aurais dû écouter au moins une fois son émission avant d’appeler, je le savais… Je dois attendre que la musique cesse ? Soit. Et je fais quoi en attendant ? Bon, ce n’est pas mon téléphone propre qui consomme son crédit, car je n’en possède pas, mais malgré tout… Une vie bien remplie hein ? Je suis en train de perdre plusieurs minutes à l’attendre. Encore un hypocrite aux belles paroles mais qui ne les tient pas…

    Oh ? La musique est terminée ? Vous m’entendez Zone Derground ? J’ignore ce que vous avez pu entendre de ma dernière assertion, mais je sollicitais votre conseil dans le cas où la cible posséderait plusieurs épaules. Plus que nous j’entends. Il faudrait alors s’approcher à plusieurs reprises de l’adversaire sachant qu’il connaîtra le but après la première tentative. Connaissez-vous une technique plus pratique ? Qui ne nécessiterait qu’un assaut ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1731
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Une nouvelle façon d'apprendre. Mar 12 Déc 2017 - 14:30


'' Ce qui ne me tue pas me rend plus petit. '' avait dit un jour un sage italien dont les professions et hobby étaient si multiples que l'on ne savait plus vraiment ce qu'il faisait réellement. Une version alternative façon copy/pasta venu d'un pays perdu donnait '' ce qui ne me tue pas me rend plus fort '' . Au sens strict, la phrase était claire. Mais que donnait-elle lorsque l'on cherchait à définir plus exactement les deux termes clefs qui la composaient ? '' Tuer '' et '' fort ''. La force signifiait aussi le pouvoir, et ne se limitait pas au concept physique. Être tué de son côté se liait à la mort, sans pour autant avoir forcément un lien de parenté avec '' perdre la vie ''. Ainsi donc, l'on pouvait devenir tétraplégique et ressortir mentalement grandit, plus solide, de cette épreuve. A l'inverse, l'on avait beau avoir un corps en parfait état, si un violent traumatisme psychique nous tuait à l'intérieur, et bien nous serions l'équivalent de mort bien qu'ayant toujours des étincelles de vie en nous.

Sujet vaste, se disait l'animateur en feuilletant sa revue sur la psychologie en milieu hospitalier avant d'entendre que le disque arrivait à la fin de sa chanson. Il jeta alors en vitesse le magasine et attrapa le livre sur le Mrave Kaga qu'il n'avait en définitif pas encore lu pendant la musique. Il allait devoir gagner du temps le temps de le faire.

* ASMR on *

« Nous revoilà sur la radio libre '' Fantasy FM '', avec Narana Tsuki. C'est très féminin comme prénom, pour quelqu'un qui a une voix avec des poils au menton, si je puis me permettre. Tu es toujours là ? Nous t'écoutons. »


* ASMR off *

Et ils écoutèrent. Au moins lui en tout cas.

* ASMR on *

« Des bras multiples ? Plusieurs épaules ? Bah, c'est un peu comme tout le monde non ? A moins d'être malformé de naissance, nous commençons tous la vie avec deux de chaque, pour autant que j'en sache. Mais si effectivement deux c'est trop pour toi et que tu te sens informaticien dans l'âme – un programmeur ne fait jamais manuellement deux fois la même tâche, sinon c'est qu'il a mal programmé quelque chose – il y a d'autre méthodes plus... moins répétitives. Le plaquage des pressions par exemple, lequel consiste à jeter un adversaire au sol, et de lui tomber dessus. En répartissant le poids de son corps sur des zones précises des articulations et de la colonne vertébrales, il est possible d'empêcher la personne de bouger de se mouvoir et de se défendre, et ce, même si elle fait quatre fois votre poids. Au-delà, ce n'est pas garanti, mais bon, tu m'as l'air d'être un costaud, alors il ne devrait pas y avoir de problème. Il me semble que la méthode exacte est expliquée dans le numéro de novembre de l'an 2 du FFLL - le Fanzine des Fana de la Lucha Libre. »

« Enfin, cela, c'est dans le cas du dos à dos. Si ton adversaire est tombé sur le dos, il y a une autre manière de faire, puisque les points d’appuis accessible ne sont pas les mêmes. Là, il s'agit d'adopter une posture particulière. Immobilise les deux jambes de l'adversaire en t'asseyant sur son abdomen, une jambe replié sous les fesses. Avec l'autre jambe, tu appuies sur son bras du même côté pour le caler au sol. Et pour le bras opposé, tu utilises ta propre main. Ainsi fait, tu gardes une main libre pour le cogner dans la bouche. Celle là par contre je l'ai testé, et elle marche sacrément bien. Cependant, les deux nécessitent en pré-requit d'apprentissage, ou plutôt d'utilisation, d'avoir un technique de projection au sol, que ce soit la poussée ou le balayage, ou n'importe quoi d'autre pour renverser son adversaire. Parce que debout, c'est compliqué. Compliqué, mais possible tout de même, à condition d'être souple. Est-ce tu es souple ? »

« Ah oui, détail important je pense pour ces deux méthodes, car tu sembles concevoir beaucoup de '' si '' et de situations improbables apparemment. Si l'adversaire fait dans les douze mille degrés Fahrenheit, cela risque de ne pas fonctionner. Parce que tu vois, il faut genre, rester au contact. Alors s'il est chaud, tu vas te brûler. Cela ne marche pas non plus contre ceux qui savent faire des armures électriques, pousser des pieux sur leur corps, qui ont des membres élastiques, qui peuvent devenir éthérés, qui font deux ou trois fois ta taille, qui sont six fois plus fort physiquement que toi ou qui ont une queue préhensible. Est-ce que tout ceci fait partie de ce que tu rencontres au quotidien ? Parce qu'il paraît que dans le métier de ninja, il vaut mieux être paré à tout. A quoi ressemble ton quotidien d'ailleurs ? Le genre de personne sur qui tu es amené à faire ce qu'elles veulent te faire avant qu'elles ne te le fassent. Ce sera peut-être plus simple pour trouver quelque chose qui te conviendra, plutôt que de tâtonner l'infinité de méthodes d'immobilisation qui existe jusqu'à trouver ce que tu as précisément en tête. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 701
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Une nouvelle façon d'apprendre. Mer 13 Déc 2017 - 21:02

    « Zone-Derground… Vous dites avoir testé la position d’immobilisation qui permet de garder une main pour cogner la cible ainsi placée sans défense… Soit vous êtes un garde, un mercenaire ou un ninja, soit vous avez commis un acte plutôt répréhensible juridiquement et que vous venez de confesser devant tous vos auditeurs…
    Mais je suppose qu’il s’agissait là de votre manière de conseiller telle méthode par rapport à l’autre tout en suscitant l’émotion et l’interrogation de votre public afin qu’il demeure à l’écoute, et en aucun cas une vérité absolue selon laquelle vous avez accompli un tel acte, je me trompe ?
    En tout cas, si je fais montre de beaucoup de « si », c’est parce que, comme vous dites, un ninja doit être paré à tout. Quel est mon quotidien ? Celui qui se termine à la moindre erreur. Il n’y a pas de seconde chance, ni de regret non plus. Juste la réussite ou la fin. Sachant que notre réussite signifie souvent la fin d’autrui. Peut-on qualifier cela de réussite lorsqu’on a conscience de ça ? Mais je m’égare.
    Il n’est nulle question d’informaticien. Cependant, le fait de réitérer une même action lors d’un combat diminue drastiquement les chances de parvenir à son but : tout simplement parce que l’adversaire s’y attend. Qui plus est, il vaut mieux éviter de demeurer trop près de l’adversaire pour éviter de tomber dans les pièges que vous venez de citer.
    Ainsi, en-dehors des possibilités d’immobilisation à distance car nous restons dans le domaine du taïjutsu, il faudrait une approche en une seule fois et qui ne nécessite pas de demeurer au contact de la personne pour prolonger l’effet escompté.
    La question est-elle suffisamment précise formulée en ces termes, Zone-Derground ? Vous avez la réputation de toujours trouver une solution à tous les problèmes. Je suppose donc que celui-ci ne devrait pas faire exception n’est-ce pas ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1731
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Une nouvelle façon d'apprendre. Jeu 14 Déc 2017 - 22:03


« Soit j'ai crée un club parce que je suis insomniaque et que j'en avais marre de fabriquer des savons la nuit. Mais si tel est le cas, les règles imposent que je ne dois pas en parler. Donc oui, tu te trompes, comme tout homme qui suppose. Le monde est vaste, Tsuki, et ne se limitent pas aux options que tu proposes. Bien souvent même, il inclut surtout ce que tu ne proposes pas. Ce doit être une des nombreuses règles qui le régit, parmi '' les fiches techniques qui ont le plus de passages ne sont jamais celles de ton Village '' ou '' tout corps plongé dans l'eau d'un bain provoque l'arrivée d'une missive importante porté par un messager kagal ''. »

« Mon préféré reste toutefois '' tout parchemin rédigé tombera toujours du côté où l'encre est encore fraîche ''. Car il ne faut pas y voir ici une fatalité, mais bel et bien une implication de nos responsabilités dans le résultat et ses conséquences. Après tout, c'est nous qui avons écrit sur ce côté de la feuille plutôt que l'autre. »

« En réalité, à t'entendre, tu passes ta vie à te battre. Jamais tu ne fais de missions où imposer sa volonté par la violence n'est pas nécessaire ? Genre aider des réfugiés à reconstruire leur vie après un tremblement de terre dévastateur, protéger les effets d'un temple qui se fait inonder, assurer qu'un pont pour relier le continent à une île soit bien construit, etc... ? C'est un peu triste. Pas pour toi, mais pour le reflet du monde que cela représente. Si les requêtes de ceux ont les moyens de s'en offrir ne se font que dans le sang, que ce soit pour prendre ou protéger, c'est bien qu'il n'a pas beaucoup changé depuis l'époque de l'Empire. »

« Mais passons, là n'est pas le sujet. Le sujet, c'est comment immobiliser en une seule approche sans contact prolongé. Je n'ai pas vraiment la réputation de trouver solution à tout, mais j'aime apporter des solutions concrêtes à des problèmes pratiques. Que reste-t-il comme possibilité encore, du coup ? Mmh... tu as déjà songé aux substances neurotoxiques ? Il en existe plusieurs aux moyens d'administration variés. Par inhalation, ce ne doit pas être votre truc, car les règles l'assimileront probablement à du fuinjutsu de Sabakyo. »

« Ingestion peut-être ? Jeter un steak fourré aux capsules paralysante. C'était une technique de chasse à l'époque, lorsque les deviljho peuplaient encore la terre. Ces créatures à l'appétit gargantuesque dévoraient absolument tout dans l'écosystème où elles se trouvaient jusqu'à ce qu'il soit complètement ravagé. Cette technique pourrait marcher contre des créatures affamées. Puisque j'imagine qu'il n'y a pas que des êtres humains que tu affrontes au quotidien. Ou alors des gens ayant faim. Cela peut marcher en attaque surprise éventuellement. Mais tout ce qui est capsule appartient au domaine de la médecine. Tu es du genre à vouloir survivre à tout absolument si j'ai bien comprit, tu dois donc avoir une formation dans ce domaine du coup ? »

« Le mieux reste à mon sens l'inoculation cependant, taijutsu oblige. Enduire une arme de poison, lequel pénétrera lorsque la lame entaillera la chair. Alors je sais bien que tout ce qui est kunaï lorsque l'on les lance tombe dans le domaine du fuinjutsu, mais ce ne sont pas les armes au corps à corps qui manque. Et si tu es mauvais dans leur maniement, il en existe de très simples. Des bagues avec de petites pointes, des gantelets griffus, des lames rétractiles sur ou sous les avants-bras etc... L'être humain n'a pas son pareil dès qu'il s'agit de créer du matériel pour nuire à son prochain – ou à se défendre à partir de pas grand chose, tel que le prétend l'histoire de la création des ninja avant le ninjutsu. »

« Autrement, il y a aussi le classique coup de poing dans le visage. Rang A, il anesthésie immédiatement s'il n'est pas amortie un minimum. Un adversaire inconscient est un adversaire immobilisé, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 701
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Une nouvelle façon d'apprendre. Sam 16 Déc 2017 - 11:18

    « Et bien non, je ne passe pas mes journées à combattre, grand bien m’en fasse. Cependant, lors des missions n’impliquant pas le combat, comme dans les exemples que vous avez cité, le risque de mourir n’est pas ou peu présent. Alors une erreur peut être réparée pour le meilleur, jusqu’à ce que nous parvenions à réussir notre mission.
    Mais dans le cas d’un combat, une fois l’erreur commise, il n’existe plus de retour en arrière possible. Il n’y aura plus jamais d’erreur non plus, car c’était la dernière. Il n’y aura plus rien. Et c’est donc de ceci que je souhaite me prémunir au mieux.

    Hélas, les deviljho devaient probablement être de bons chasseurs, mais les dieux et les dogmes qui régentent ce monde ont changé depuis leur époque. Cela fait partie des nombreuses règles dont vous parliez tout à l’heure. Aujourd’hui, un ninja ne peut compter que sur lui-même ou ses coéquipiers sur le terrain, à ses côtés. Nous ne pouvons nous préparer davantage que les autres en amont, et ainsi nous sommes affublés du même équipement de base. A la limite l’arme basique peut diverger : un katana, un surin, une masse, un arc, … Mais alors que vous pouvez vous rendre dans une pharmacie pour commander un médicament, nous ne pouvons amener le dit médicament avec nous en mission, hormis bénédiction divine. De même, le temps où il suffisait d’aller voir un apothicaire pour rejouer la célèbre pièce de Chaque Spire William est révolu. Sitôt que vous partez au travail, le poison disparaît automatiquement de notre besace, comme par magie.

    Mais si, malgré tout, nous parvenons à échapper à la vigilance des dieux et que nous l’utilisons dans un combat, cela attirera leur regard et ils remonteront le temps pour nous retirer l’objet, modifiant ainsi les événements suivants.

    Hélas non, je n’ai aucune aptitude ni en médecine ni dans l’art des poisons. Mon unique pouvoir spécial est de ne partager mon don qu’avec ceux du même patronyme que moi. Savez-vous pourquoi l’on nomme cela un pouvoir « spécial » ? Parce que c’est ce qui forme notre individualité à nous ninjas. Car les lois divines cherchent l’équité afin qu’un pouvoir ne vienne empiéter trop loin sur les plates-bandes de l’autre. Elles définissent nos possibilités générales qui sont ensuite triées en « spécialité ».

    Pour ce qui est du pouvoir spécial : il ne m’est d’aucune utilité au corps à corps. Mais je possède néanmoins des aptitudes certaines dans cette spécialité qu’est le taïjutsu. Je suppose donc que le coup classique de rang A que vous avez évoqué doit être la solution à mon cas. Mais comment savoir le niveau de force à appliquer ? Comment savoir à quel rang je me situe lorsque je frappe ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1731
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Une nouvelle façon d'apprendre. Jeu 21 Déc 2017 - 23:13



« Je ne connaissais pas le clan Narana. Quelle est ce qui fait la spécialité de ceux portant le même patronyme que toi ? »
demanda l'animateur avec curiosité.

« Pour ce qui est des Dieux, je ne te pensais pas aussi croyant. Et c'est bien. Car s'il n'y a personne pour croire en eux ou en leur travail, ils perdent en consistance. Et que à quand bien même ils définissent le monde, ils n'en restent pas moins soumis aux règles qu'ils conçoivent. J'ai même envie de penser que leur travail n'est pas tant d'imposer le respect des règles que de s'assurer de la cohérence du monde et de sa réalité. Parce que la réalité est réelle, la réalité est cohérente, et lorsque la réalité recèle une incohérence réelle, elle risque de se déliter. De petites incohérences qui n'affectent que soi-même dans un cadre privé, cela va encore : en général, il y a un glissement mineur quand ce n'est pas trop abusif, et le monde continue de vivre sa vie sans incidence. »

« Quand c'est un peu plus gros, que plusieurs personnes sont impliquées, voire que cela ai un impact à terme sur l'Histoire, la cohérence de la réalité est mise en péril. Et une réalité cohérente en péril ne l'est plus : elle devient une réalité perdue. Personne n'a envie de vivre dans une réalité perdue très longtemps. En cela, je vois plutôt tes Dieux comme des Gardiens. Car certes ils ont le pouvoir de création de la réalité, mais c'est avant tout pour assurer un maintien de cette dernière. Et ces règles ont beau privilégier parfois une logique différente de la réalité, elle répond tout de même à une logique. »

« Curieusement d'ailleurs, il n'existe essentiellement que des règles encadrant les combats et l'usage des talents martiaux. Celui qui vit de paix et de dialogues n'est que très peu concerné – jusqu'à ce qu'il se fasse agresser en tout cas – car la bienséances sociale n'est encadrée que par les codes inculqués depuis notre enfance. Mais bon, l'on trouve dans notre univers plus de personne voulant être ninja – et se battre – que devenir animateur radio. »

« Et puisque l'on parle de règles, comment doser sa frappe, me demandes-tu ? Concrètement, je n'en sais trop rien. En simple civil que je suis selon votre classement, j'ai toujours cru qu'il suffisait d'annoncer le rang pour que les effets en découlent. Mais j'imagine qu'il s'agit là de l'utilisation, et non de l'apprentissage. Laissons tomber cela du coup, et essayons autre chose. »

« J'ai entendu parler une fois de la pression de l'épaule. Il s'agit d'un point de compression bien précis situé près de la nuque et avant l'épaule. En exerçant un appuie dessus selon un certain angle et d'une certaine intensité, la personne qui le subit tombe immédiatement dans les pommes. Inconscience étant plus ou moins égale à immobilisation, le compte est bon : il y a le taïjutsu, le corps-à-corps non prolongé et l'unique essaie avant la réussite totale de l'effet recherché. Seul bémol, je ne connais pas cette technique – ou plutôt, je ne sais pas l'appliquer. Expliquer comment procéder du coup, c'est un poil compliqué. »

« J'en connais une autre par contre, qui est bien plus facile : il s'agit du pincement vertébrale. Il n'y a pas de dosage précis dans la force à appliquer, et il se décrit plutôt aisément. Comme le nom le laisse entendre, il s'agit de frapper dans le dos au niveau de la colonne vertébrale – et je vais te couper avant que tu me dises '' si l'adversaire n'a pas de dos ou pas de colonne vertébrale ? '', parce que je n'ai pas de solution à tous les problèmes qu'on ne rencontre qu'une fois par millénaire. Si c'est une bête à deux dos par contre, l'affaire est toute autre, et je pense qu'elle se passe de mon avis dessus. »

« Le pincement donc. Une frappe forte et assurée, qui n'importe comment aura peu de chance de casser la moelle épinière, toutes les vertèbres des combattants étant généralement solides. A moins d'avoir des fulguro-poings, des bras élastiques ou des portails Jijetsu, il vaut mieux être face au dos que tu veux frapper. Parti de là, il suffit d'imaginer une croix, si j'en crois le manuel sur les techniques incapacitantes pour sourds/muets. Le trait vertical se dessine sur la base et le prolongement de la nuque. Ou dans le sens de la gravité s'il a des cheveux longs. L'horizontal part d'un scapula jusqu'à l'autre. Le point de liaison entre les deux traits représentent là où ton poing doit faire la lésion. »

« Taper plus haut, et le risque est de casser les cervicales, entrainant la mort de la personne et de ta conscience que tu cherches tant à préserver. En frappant plus bas, trop bas, tu te retrouve avec éventuellement un paraplégique plutôt qu'un tétraplégique. »

« C'est donc important de bien viser entre les scapula – quel mot moche, je préfère largement '' omoplates '' - pour avoir l'effet recherché, même si honnêtement la zone est large. C'est en pinçant le fil conducteur nerveux avec une vertèbres déplacée sur ce secteur là que tu coupes la circulation de l'information, et donc le mouvement. Il n'y a pas vraiment de durée d'effet très précis, mais c'est une immobilisation non définitive. Suffisamment longue cela dit pour marquer la fin d'un combat. »

« C'est tout ce que je sais là dessus. Je crois que la pièce '' le Théâtre des rois '' en parle plus en détails lors de l'une des scènes, mais je ne l'ai vu qu'une seule fois il y a plusieurs années, mes souvenirs en sont donc vagues et imprécis. N'importe comment, j'arrive à court d'idées autre tout comme nous arrivons à court de temps pour mon émission. »

« Elle touche à sa fin, mais si elle te laisse sur ta faim, j'ai reçu une publicité il y a quelque temps qui devrait t'intéresser. Un type cherchait des combattants motivés pour des cours du soir en combat rapproché, voire pour recruter dans une équipe. Il ne m'avait pas répondu quand je lui avais demandé pourquoi ne pas faire cela à l'Académie Shinobi, mais je crois que le regard qu'il m'avait lancé à ce moment là avait déjà résumé l'essentielle de son idée sur la question. Je vais te donner son adresse hors antenne, tu trouveras peut-être ton bonheur pour d'autres choses là bas. »

« Merci à toi en tout cas pour ta participation ce soir, c'était très intéressant. Et n'oubliez pas, chers auditeurs : les coups et blessures infligés sur la voie publique sont punit par la loi, alors privilégiez les clubs si vous avez besoin de vous dépenser ou de régler des comptes. C'était Zone Derground, sur Fantasy FM. A bientôt. »


* ASMR off *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Une nouvelle façon d'apprendre.

Revenir en haut Aller en bas
 

Une nouvelle façon d'apprendre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Quartiers Civils-