N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 [Event fumée] Ghandi Versus the Wild

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Mer 13 Déc 2017 - 19:50


Ghandi versus Wild

CONTEXTE

    ordre de mission:
     

    Alors que le soleil de midi continue sa course vers l'Ouest, bien haut dans le ciel couleur azure, le trio guidé par Yamanaka Shigo s'approche rapidement, mais sûrement, du village qu'ils doivent rejoindre. Tapis dans les coins obscurs de la forêt, camouflées par les milliards de feuilles qui forment un toit verdoyant au-dessus de leurs têtes, mais une ombre éternelle au sol, les silhouettes des Shinobi de Konohagakure no sato observaient les moindres faits et gestes devant...et autours d'eux. Cela devait faire quelques minutes déjà qu'ils s'étaient arrêtés à l'orée des limites du village et qu'ils observaient la scène devant eux. Une scène qui appuyait les informations reçue par les bureaux officiels de l'Hokage. Au Nord du village...un grand "cimetière" avait été érigé et s'il ne comportait aucune pierre tombale, des dizaines de croix se dressaient vers les cieux et sur celles-ci...des cadavres. Certains brûlés...d'autres non.

    Néanmoins, si cette image faisait partie du problème qui avait infesté le village, elle n'en était pas moins qu'un simple élément...une conséquence issue d'une problématique qui englobait non seulement ces mises-à-mort écoeurantes, mais aussi l'apparition de ce qui semblait être un culte nouveau...et sadique. Qui étaient-ils? Pourquoi s'adonnaient-ils à de telles pratiques et surtout...quelle était cette "fumée violette" qui avait précédé l'apparition de ces fous furieux?


RÈGLES

    Ø
    Ø Il n’y a aucun ordre de poste, aucun délai, cependant, étant donné que c’est une mission village touchant directement à la trame, faites en sorte de placer ce rp en priorité et de répondre dès que vous le pouvez. Si vous ne pouvez pas pour une raison précise et que vous souhaitez un délai, prévenir @Inuzuka Shizu.
    Ø Concernant l’utilisation de techniques, il n’y a pas d’indicateur mais vous êtes priés de vous auto-modérer, restez cohérent en fonction de vos rangs.
    Ø Vous devez résumer vos actions avec précision dans un spoiler à chaque poste pour faciliter l’avancée de la trame.

    θ Participants:  @N. Osore Katsuki  @Aizawa Izumi
    Et
    @Yamanaka Shigo en tant que chef d'équipe.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 88
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Mer 13 Déc 2017 - 20:48

Quel grand jour pour toi aujourd'hui. Une semaine après avoir eu l'immense plaisir de retrouver Izumi, te voilà chargée de ta première mission. Une année et demi après avoir intégré le village de Konoha et t'être entraînée comme une bête auprès de Riku, mais aussi Natsuki et l'académie en général, tu t'es vu confié une mission. Bien sûr, quand tu as reçu la missive, tu as souris en disant merci, puis tu t'es précipité chez ta famille d'accueil pour que quelqu'un te lise ce qu'il y avait écrit sur le papelard. Bien oui, entre les technique de combat du village à apprendre, et les technologies même basique pour le commun des civils à intégrer, parce-que pour toi tout était nouveau, ben tu as pas trop le temps de te consacrer à la lecture. Jusqu'à maintenant, tu as appris à reconnaître les caractère de la langue et à lire certains sons isolés, c'est tout.

Une fois qu'on t'as lu la missive, tu ressens une raison de plus d'aller aider ce village. Tu ne sais pas comment ils vivent là-bas, mais ce qui est sûr, c'est qu'ils subissent ce que tu as vécu dans ton petit village natal : la dictature et l'oppression. Ces abominables années de vie ont fait naître une âme bien plus justicière en toi qu'auparavant. C'est d'ailleurs grâce à elle que tu es venue ici et que tu as du même coup pu voir qu'Izumi s'en était sortie. C'était donc clair pour toi, tu allais les aider. Riku a soutenu ton choix, car il te sentait prête pour ce genre de mission. En plus, un cas plus que pratique, ça ne pouvait que me faire du bien.

Entourée donc de deux ninjas, dont par le plus grand des hasard, mais ton plus grand plaisir, Izumi, tu pars du village. Le deuxième combattant tu ne le connais pas, mais qu'importe, il a l'air badass. Vous arrivez rapidement à l'endroit de la mission, et directe, tu constates, planquée derrière un buisson, l'horreur de la situation. Des cadavres, des odeurs de brûlures de chair humaine, et une fumée menaçante qui planent. Quels sont les enfoirés qui ont eu l'idée de faire ça. Tu as du mal à te contenir quand tu vois ça. Ton sabre dans le dos, tu luttes de tout ton être pour ne pas le sortir et foncer dans le tas pour expliquer la vie à ces ordures.

Bande d'enfoirés, immonde ordure... susurres-tu entre tes dents.

La seule raison qui t'empêche d'agir, au-delà du fait que tu n'es pas encore une combattante aguerrie et que tu ne sais pas ce qui t'attend, c'est que Riku a bien insisté sur le système de telle mission quand il te l'a expliqué. Il y a toujours un chef de groupe qu'il faut suivre à la lettre, surtout à mon niveau. La prise d'initiative dangereuse et non-maîtrisée peut entraîner de lourdes conséquences. Et comme l'autre n'a rien dit, tu ne peux que rester là. Ils sont à côté de toi ou non-loin, et observent comme toi le désastre. Tu te tiens donc tranquille, non sans l'envie de foncer dans le tas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Mer 13 Déc 2017 - 22:01

    Une cinquantaine de fanatiques tuent et crucifient des gens en pensant agir pour la bonne cause. Notre mission était de les en empêcher, et nous avions l’autorisation d’utiliser la méthode forte dans le cas où la diplomatie ne menait à rien. Normalement un Yamanaka parvient toujours à convaincre une personne. Mais là, il s’agissait d’un groupe entier. Cependant, la méthode forte n’est-elle pas une sorte de diplomatie au fond ? Un peu plus musclé certes, mais il s’agit d’un échange comme dans tout dialogue, et celui qui a l’argument le plus percutant l’emporte.

    Soit. J’étais le chef d’équipe. Cela signifiait-il que Konoha me faisait confiance, ou me mettait à l’épreuve ? Être sous les ordres de quelqu’un me convenait aussi : ne prendre aucune initiative pour que la responsabilité d’un échec incombe uniquement au chef d’équipe. A part lorsque ce dernier était un incapable qui mettait ma vie en péril. Mais cette fois la situation était inversée : je donnais les ordres, et j’héritais donc aussi de la responsabilité.

    Va-nu-pieds et arborant un crâne derrière lequel ne luisait qu’un seul œil, j’arrivais avec mon équipe à l’orée du village. Mon sabre était masqué par mes vêtements amples tandis que le reste de mon armement attendait patiemment dans une sacoche. Le symbole de Konoha me servait de collier et de protection pour les coups visant ma gorge.

    La dénommée Katsuki semblait avoir quelques petites difficultés à refouler ses émotions. Etait-ce la vue des cadavres ou l’odeur de la chaire brûlée qui éveillait en elle une certaine colère ?

    « Gardez votre sang-froid. Je vous rappelle que nous sommes censés privilégier la voie diplomatique. Dans ce cas, Izumi, ce sera à vous de débuter les négociations. Indiquez que Konoha souhaite parlementer avec eux et que l’émissaire – moi – attends leur accord à l’écart pour venir discuter sur terrain neutre.
    Trouvez les arguments que vous souhaitez, mais permettez ma venue par la suite. Surtout : menez-le dans notre champ de vision, que je puisse appliquer quelques illusions sur sa personne avant que nous ne soyons entourés par les cinquante personnes et que je ne pourrais agir avec autant de discrétion qu’ici.
    Katsuki, vous aurez le rôle le plus crucial. Vous devrez demeurer dissimulée dans les environs tout en gardant un œil sur nous. Voyez cette poupée ? Lorsque je rejoindrais Izumi, je vous la lèguerais. Au signal, il vous faudra la décapiter. Prenez également cette fusée de détresse. Au cas où les combats débutent ou si nous prenons la fuite, vous devrez la lancer.
    Avez-vous bien compris votre rôle ? Vous détiendrez entre les mains l’ultime argument de persuasion tout en portant nos vies sur vos épaules : c’est en effet à vous de nous garantir une porte de sortie le cas échéant. Aussi et surtout : tâchez de ne pas vous faire remarquer. Un agent embusqué qui se fait découvrir en pleine négociation risque de jeter de l’ombre sur notre aspect amical et d’éveiller une certaine méfiance ou hostilité à notre égard.
    Même si l’un d’eux venait à mourir subitement, surtout n’attaquez que si je vous en donne l’ordre. Le moindre faux pas pourrait retirer toute chance de parvenir à un compromis à l’amiable. Me suis-je bien fait comprendre ?
    Si vous n’avez pas de question, veuillez débuter la mission Izumi. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 500
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Mer 13 Déc 2017 - 23:23

Les choses avaient été beaucoup trop calmes dans le quotidien de l’Aizawa depuis les retrouvailles avec Katsuki. Cette dernière ne pouvait même pas l’aider dans ses farces car elle était trop occupée avec l’école. Enfin, il fallait dire qu’Izumi avait elle-même baissé la fréquence de ses actes dissidents suite à son combat à la capitale qui l’avait fait mûrir. Oh elle appréciait toujours ça, mais était tout de même devenue un peu plus sérieuses dans sa vie professionnelle. Par exemple, elle passait beaucoup plus de temps à l’Académie et à l’orphelinat qu’avant.

Mais ces jours calmes étaient venus à une fin quand elle s’était vu assignée une mission avec deux autres partenaires. Devant la description, son sang n’avait fait qu’un tour. Il fallait libérer ce village au plus vite. De toute façon, c’était son métier que d’accomplir ces missions. Ce n’était pas pour rien qu’elle avait choisi cette voie.

Quand son équipe, constituée d’un Yamanaka assez étrange et de sa meilleure amie, était arrivée sur les lieux du massacre, l’adolescente eut un haut-le-coeur devant tant d’horreur. Cependant, sa mine révulsée était accompagnée de poings serrés et d’une violente maîtrise de soi qui lui faisait travailler toute sa volonté. Il n’y aurait eu qu’elle, Izumi aurait foncé dans le tas pour démolir toutes ces pourritures. Mais la présence d’un chef d’équipe, ainsi que de Katsuki la retenait un tantinet, sans compter la voix de Yell qui lui rabâchait de réfléchir avant d’agir.

Ce fut finalement la voix du Yamanaka qui la fit revenir à la réalité alors qu’elle avait déjà esquissé un geste en direction du village pour mettre son plan à exécution. Redirigeant son regard assombri par la colère sur leur chef d’équipe, un sourire satisfait, puis innocent se dessina sur les lèvres de la Genin.

- Oh, oui, mais si ce sont eux qui m’attaquent, je n’aurai pas de pitié. Ces bâtards paieront.

Sur ces mots empreints d’une noire sincérité, la châtaine avança avec confiance vers le village. Cependant, malgré tout, elle doutait un peu de l’efficacité de ses paroles prochaines. La Gogyou était une fille d’action, pas de mots. Et jouer les diplomates… Avec son caractère… Autant dire qu’il y avait des chances que tout soit foutu en l’air dès le moment où elle ouvrirait la bouche. Mais elle devait juste se contenter de convaincre le leader adverse de rencontrer le Yamanaka. Ce ne devrait pas être trop difficile, n’est-ce pas ?

Finalement, elle arriva aux portes du village, levant un visage maintenant marqué d’un simple sourire engageant, la Genin s’adressa aux gardes présents.

- Bien le bonjour messieurs. Je fais partie d’une délégation Konohajin qui souhaiterait discuter avec votre leader des récents… Ici, Izumi serra de dents avant de continuer. Événements qui se sont produits dans ce village. Mon supérieur souhaiterait rencontrer le votre sur un terrain neutre. Pourriez-vous transmettre le message s’il vous plaît ?

L’Aizawa s’était surpassée avec cette introduction. Pas sûr que ça suffise à convaincre le leader de ce culte. Au moins, elle avait réussi à résister à sa pulsion de juste brûler son chemin jusqu’au leader avant de le ramener par la peau des fesses à Konoha.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Lun 18 Déc 2017 - 16:01



Narrateur




Si la vue de ces croix de bois déjà flambée, sur lesquels pendaient squelettes qui ne maintenaient ensemble que par quelques lambeaux de chaire clacinées et cuir de vêtements bien brûlés, était particulièrement horrible...le reste de ce qui se passait dans le village semblait pourtant bien plus calme. Le "cimetière de l'horreur se situait dans un coin éloigné du centre de celui-ci, entourré d'une clôture de bois rond. Peut-être était-ce la raison pour laquelle les villageois semblaient être capable de vivre en ayant la conscience tranquille. Ils ne voyaient pas les corps...hors ce que l'on ne voit pas ne dérrange pas. Quelle hypocrisie tout de même...

Toujours est-il que la vie au sein de ce village "allait bon train" de ce que pouvait observer les espions Konohajin qui avaient réussis à se glisser dans l'ombre de la forêt sans se faire remarquer. Les agriculteurs continuaient de cueillir fruits et légumes, les bûcherons continuaient de couper le bois qui serait nécessaire à la survie lors de la saison froide...et plus d'une dizaine de ces malades en toges étaient réunnis à l'entrée de la "mairie" qui s'était vue changée en une véritable paroisse. Des artistes s'affairaient d'ailleurs à changer les fenêtres de celle-ci en vitraux colorés représentant différente scènes religieuse. Tout se déroulait dans le calme...la tranquilité...

...Puis l'on annonça la venue d'une étrangère.

De leurs perchoirs, les Shinobi purent alors voir les croyants entrer dans leur lieux de culte, alors que seulement deux d'entre eux en ressortirent pour se diriger vers les portes du village. Ils allaient à la rencontre de la jeune femme qui s'y présentait.


-Cultistes 1
"Sharomu (Bonjour) à vous...konohajin."

-Cultiste 2
"C'est un plaisir de vous recevoir."

- Cultiste 1
"...bien entendu, nous comprenons vos inquiétude et nous transmetterons le message à notre père. Jhun...vas...je tiendrai compagnie à madame."

Et, sans attendre, l'autre s'inclina avant de faire volte-face et se diriger vers l'endroit d'où il venait. Porteur de nouvelle, il s'empressa d'aller la délivrer à son leader alors que l'autre, toujours bien calme, restait prêt de la Kunoichi tel un rempart entre le village et elle. Non pas qu'il semblait suspicieux, mais plutôt car la confiance dans ses yeux envers la nouvelle-venue était inexistante. Après tout...les Konohajin n'avaient pas une bonne réputation ici après que l'un d'eux ait massacré de ses poings un jeune à peine âgé de 10 ans.

_______________________________

Derrière son hotel, les paumes rivées vers le ciel, il récitait à l'assemblée la prière du midi. Ses yeux, fermés, lui donnait un air serein, et sa grande toge blanche brodée or le rendait quasi-divin. Lorsqu'il eut enfin terminé, il prit son grand bâton de pélerin et le brandit devant toute l'assemblée en formant un "huit" dans le vide, à l'horizontale.


-Grand Prêtre
Et que la voix de l'éternel résonne en vous tel la vérité. Qu'elle vous guide, tous, en ce passage entre ce jour et le grand salut, où enfin nous nous réjouirons de sa gloire.

Une prière qui prit fin à l'arrivée du porteur de nouvelle. Avançant à travers la foule présente, il alla se prosterner devant le maître de cérémonie avant de lui rapporter les faits.

-Jhun
" Des Konohajin sont là pour vous"

-Grand prêtre
"Qu'est-ce qu'ils veulent?"

-Jhun
"Vous rencontrer sur un terrain neutre, en dehors du village."

-Grand prêtre
"Bien...préparez les hommes. Dites-leurs de se tenir prêts si jamais il devait y avoir fourberie. Nous ne pouvons leurs faire confiance. J'irai, mais toi et Hiren m'accompagnerez."

-Jhun
"Bien entendu mon père."

-Grand prêtre
"allez...vas. Je vous rejoindrai dans quelques instants."

__________________________

Quelques minutes s'écoulèrent avant le retour de celui qui se prénommait Jhun. Revenant seul de la paroisse, il informa néanmoins le groupe qu'il avait bel et bien laissé le message à l'intention du grand prêtre et que celui-ci, répondrait à la demande des Konohajins en toute bonne foie. Sortant du village, se tenant tous deux de chaque côtés du portail, ils attendirent que leur chef spirituel ne les rejoignent. Ce qui ne fut pas bien long d'ailleurs.

Sortant de son lieu de culte, l'homme avait prit le temps de bien arranger son uniforme. Sa grande toge était maintenant garnie d'éléments luxuriant. Des pierres précieuses, des bagues, un grand pendentif...l'homme dégageait une aura prestigieuse malgré toute la folie qui se dégageait de cet endroit. Il marcha vers les portes du village et une fois arrivé, salua les Konohajin en s'inclinant légérement vers l'avant.



-Grand prêtre
"Sharomu Konohajins. Jhun ici présent m'a parlé de votre requête. J'accepte donc volontier, je crois que les Konohajin et notre communauté peuvent bien finir par cohabiter si la voix de la diplomatie nous le permet bien. Je comprends vos inquiétudes face à nos méthode extrêmes, et ne peut être plus compréhensif envers vos inquiétudes. Venez...éloignons nous des portes, si tel est votre souhait. Je vous expliquerai ce que nous faisons ici..."

Et l'homme, accompagné de ses deux disciples, tendit la main vers la route principale. Invitant le groupe à s'éloigner un peu afin d'engager les discussions. Était-il honnête, dans tout ce calme...ou avait-il déjà quelque chose derrière la tête? Qu'importe...il semblait bien prêt à discuter avec les forces de l'ordre s'il le fallait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 500
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Ven 22 Déc 2017 - 13:50

Izumi était légèrement perturbée. La dernière fois qu’elle avait été témoin d’un village sous le joug d’un tortionnaire… Les gens ne donnaient pas cette impression de tranquillité comme c’était le cas ici. L’atmosphère était chargée. Ici, elle était calme, comme si des dizaines de villageois n’avaient pas été sacrifiés. C’était ce calme apparent qui augmentait la rage et la nausée chez la jeune femme. Malheureusement, elle devait se tenir, et parler calmement aux deux gardes au lieu de les foutre en flammes et de refaire le portrait de tous ces cultistes et de leur chef. Leur façon de parler lui fit froid dans le dos, mais elle n’en perdit pas son masque tranquille et poli qu’elle avait fermement mis en place avant de se présenter aux portes du village.

Si les gardes avaient fait frissonner l’Aizawa, c’était encore pire avec le Grand Prêtre. Elle dut se restreindre pour ne pas arquer un sourcil et éclater de rire face à l’accoutrement de l’homme. Mais ses propos calmes quant aux méthodes employés lui firent vite perdre son humour, et elle tenta de ravaler sa bile, quand elle s’adressa à son interlocuteur.

- Bonjour. Oui, mon compagnon n’est pas très loin, je vais vous conduire à lui.

Les propos, annoncés assez cordialement, ne traduisaient pas le stress qui montait en la Gogyou. Non seulement elle devait guider ces hommes, qui au final, étaient plus qu’un, mais elle devait aussi leur tourner le dos. Et c’était quelque chose qui lui hérissait le poil.

Alors, restant sur ses gardes, la Genin, guida le trio vers ses compagnons, l’une restant cachée par les buissons. Izumi espérait vraiment que leur plan allait fonctionner. Après tout, il y avait maintenant deux autres personnes. Surtout… Si leur plan échouait… Ils étaient partis pour un combat, et toute diplomatie disparaitrait.

Il arrivèrent bien vite au lieu convenu, et la jeune femme interpella son chef d’équipe, toute marque de respect absente, comme à son habitude.

- Shigo, le Grand Prêtre et deux de ses acolytes sont arrivés.

HRP:
 


Dernière édition par Aizawa Izumi le Ven 22 Déc 2017 - 16:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Ven 22 Déc 2017 - 16:42

    La jeune Izumi semblait aussi agressive que l’autre Genin. S’agissait-il de leur première mission pour qu’elles soient encore autant férues de « justice » ? Simplement pour un cimetière bien rempli ? J’espérais qu’elle allait parvenir à garder son sang-froid. Mais si elle ne revenait pas, au moins je me trouvais à l’abri car à l’extérieur. Il me faudrait juste trouver une explication plausible pour présenter son trépas sans qu’on ne puisse m’en imputer la responsabilité… Finalement, ce serait mieux si elle remplissait sa mission avec succès.

    Ce qui fut le cas, semblerait-il, car elle approchait accompagnée de trois personnes dont un qui devait être le chef d’après la description que nous en avions eu et son accoutrement. Alors, avant qu’ils ne nous atteignent, je formais divers mudras qui ne servirent à rien, visuellement. Puis je léguais une poupée à Katsuki en lui intimant d’en prendre soin, hormis lorsque le signal lui indiquera de la décapiter évidemment. Après tout, l’esprit du grand prêtre était relié à la poupée et tous deux partageaient donc le même sort. Mais cela, Katsuki n’était pas forcée de le savoir, car j’ignorais si elle était capable de tuer un homme sans hésiter. Quoiqu’elle semblait plutôt agressive à leur égard. Mais en ce cas, elle risquerait de l’assassiner beaucoup trop tôt, voire alors qu’elle devrait le laisser en vie…

    Enfin, je quittais nos buissons avant qu’ils ne parviennent à notre hauteur et afin de laisser Katsuki hors de vision, et me dirigeais vers eux après qu’Izumi m’ait parlé. Mes pieds nus et crasseux avancèrent doucement tandis que mes mains dans mon dos, dont l’ampleur de mes vêtements aidait à la discrétion, formaient d’autres mudras. Et une fois arrivé à leur niveau, je m’exprimais d’une voix enthousiaste.

    « Alors comme ça vous êtes devenu Grand Prêtre ? Comment donc ? Ne me reconnaissez-vous pas ? »

    Devant lui, je relevais le crâne qui me tenait lieu de masque afin de lui dévoiler brièvement mon visage borgne et balafré. Et bien que nous nous rencontrions pour la première fois, ce visage lui semblera très probablement familier et il sera également joyeux de me revoir, à n’en point douter. Pourquoi cela ? Parce que, quelque part dans son passé, lorsqu’il fut sauvé ou aidé par je ne sais quelle personne, cette personne-ci possédait mon visage, résultat de la dernière illusion que je venais de lui lancer.

    « Et bien, on m’a parlé d’un « massacre », mais cela ne vous ressemble pas. Pouvez-vous me conter votre histoire je vous prie ? »

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 88
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Ven 22 Déc 2017 - 21:46

Alors que tu regardes ce village avec cette même rancœur qui t’animait depuis quelques minutes, tu entendis le chef de groupe te dire gentiment de te calmer, en y allant de quelques arguments bien formulés. Tu inspires donc plusieurs fois pour faire descendre la tension.

Ouais je sais, excuse… de mauvais souvenirs, rien de plus…

Il exposa les rôles dans cette mission, et tu ne peux t’empêcher de lever un sourcil. Tu dois juste rester cacher et déchirer une poupée au signal ? À quoi ça va servir ? Tu sais bien qu’à Konoha, y en a qu’on des pouvoirs un peu spéciaux mais là, tu dois avouer un peut être sceptique… c’est les poupées ses armes ? Il est spécialiste dans les jouets pour enfant ? Il ne te laisse pas vraiment le temps de poser des questions, donne encore quelques conseils, et puis c’est tout. L’expression bien perplexe, tu finis par lâcher…

Euh… ok… j’ai pas tout compris à quoi servait la poupée, mais on va déjà bien voir… apparemment c’est votre rayon les jouets…

Ce n’est même pas dit sur le ton de la moquerie. Tu en es venu à cette conclusion, car apparemment la poupée lui est utile, et vu que tu connais encore peu de chose sur les pouvoirs qui circulent à Konoha, ben tu analyses avec ce que tu sais … Izumi sort pour aller aux portes du village et entre en contact avec les gardes qui en surveille l’accès. D’après ce que tu peux observer, ça à l’air de bien se passer. Les gardes rentrent dans le village, et en reviennent peu après avec un mec qui te laisse sur le cul au niveau habillement. Ils sont jolis ces habits, t’en as rarement vu d’aussi somptueux. Si tu ne te devais pas te cacher, tu aurais poussé un « wahou » sincère et franc, mais bon, tu te retiens, et te content d’ouvrir de grands yeux admiratifs.

Ensuite, c’est au tour du chef d’équipe de se présenter devant le mec super bien habillé. Il lui parle comme à un pote ce qui te fait hausser un sourcil. Il le connaît ? Pourquoi il l’a pas arrêté avant du coup ? T’as bien envie d’en savoir plus et de te montrer aussi, mais tu ne dois pas… c’est frustrant pour une première mission, mais bon tu te dis que peut-être c’est le lot de ceux qui débutent, de ne pas trop s’exposer au combat… dommage t’aurais bien voulu tester tes techniques de sabres sur le terrain…. Serrant la poupée contre toi, tu te contente donc d’observer la scène.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Sam 23 Déc 2017 - 1:03



Narrateur




Les deux disciples accompagnant leur leader s'écartèrent tranquillement du prêtre qui leur avait fait signe de le laisser. Celui qui prêchait par la foi semblait faire confiance aux forces Konohajins, comme il était coutume chez les villageois de ce pays habituellement. Ne faisant que lever la main, ils comprirent que cela voulait simplement dire qu'il ne désirait pas être étouffé par leurs protections et ils s'exécutèrent sans perdre un instant...non pas de manière militaire, mais tout simplement comme deux dévots envers leur représentant. Bien qu'il restèrent de chaque côté du leader spirituel, quelques pas les séparaient maintenant de lui, alors qu'il s'approchait du Vas-nu-pied au masque obscure dans le but d'engager la conversation avec lui. Quelle surprise eut-il en voyant arrivé un tel élan verbal de la part de son interlocuteur, qui s'empressa de parler avant même qu'il n'ait le temps de le faire finalement. Apparemment...ils se connaissaient? Oui...oui! Peut-être bien finalement...maintenant que les choses semblaient s'éclaircir dans sa tête.


-Grand prêtre
"Oh...oui. Votre visage m'est familier, mais...je ne me souviens plus où j'ai bien pu vous voir."

Et avec raison qu'il ne se souvenait pas...chose que le Yamanaka comprenait maintenant qu'il avait eut un bref aperçu des souvenirs du pieux personnage, en fouillant dans sa mémoire comme il venait de le faire. Le plus lointain souvenir de cet homme datait de quelques minutes à peine. Le souvenir de sa création, du premier regard qu'il eut sur ce monde...puis le chemin qu'il emprunta directement pour venir ici-même où ils se trouvaient à l'instant. Cette situation était embarrassante...un peu trop même car le jeu de Shigo était maintenant dévoilé et il le savait. Sa poupée n'était reliée qu'à rien d'autre qu'un simple Kage-bunshin. Ce qui voulait forcément dire que son créateur serait au courant de ce qui se passe ici aussitôt que sa marionnette des ombres serait détruite. Néanmoins...le faux-semblant semblait pourtant bien coopératif et avait déjà commencé à lui dévoiler quelques informations sur ce qui se passait dans le village.

-Clone du Prêtre
"Eh bien...ces malheureux refusaient de croire en notre cause, de croire que seul la voie de notre seigneur pourrait leur apporter la rédemption suite à la propagation de ce gaz. Nous avons tout essayé, mais ils restaient insensibles à nos paroles et devenaient incontrôlables. Ils représentaient un danger...nous dûmes donc remédier à ce problème. Maintenant, le village est revenu au calme, à la docilité, à la discipline. Ceux qui restent sont ceux qui n'ont pas souffert des effets secondaires de ce gaz. Ils ne toussent pas, ils ne s'affaiblissent pas...ils ne sont pas malade...et ils se sont soumis à la voie de la vérité. La nôtre."

Et bien que tout ce beau discours restait quelque peu flou, il venait de dévoiler là quelque chose d'important: Tous le village avait été soumis au gaz. Ceux qui tombèrent malade, furent brûlés. Ceux qui survécurent, restèrent et semblaient maintenant attribuer leur survie à cette nouvelle foi à laquelle ils adhéraient maintenant. Une certaine logique voulait bien laisser entendre qu'après tout...c'était tout à fait normal...mais dans ce cas...pourquoi envoyer un clone parler au groupe? Le prêtre aurait-il quelque chose à se reprocher? Ou...faisait-il seulement preuve d'un excès de prudence depuis leur dernier contacte avec le duo d'Inuzuka. Ce ne serait pas surprenant...sachant que l'un d'eux avait tabassé un jeune garçon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Dim 24 Déc 2017 - 11:01

    Evidemment que nous ne nous connaissions pas en réalité. Certainement pas avec son accoutrement doré qui attirait les regards et envies de tout brigand croisant sa route. C’était pour cela que je ne portais pas chaussure à mon pied. C’est une marque de richesse. Personne n’irait voler quelqu’un dont les pieds sont crasseux et écorchés. Trop de risque pour une récompense qui n’en vaudrait pas la peine. La richesse d’un homme se mesure à sa tenue la plupart du temps, et la mienne n’incitait pas au larcin.

    Cependant, je ne m’attendais pas à faire face à un clone. Ne devaient-ils pas être de simples civils ? Un clone donc… Voilà pourquoi il avait fait signe à ses gardes de ne pas rester trop près de lui. Ce n’était pas une marque de confiance mais simplement parce qu’il était bel et bien en sécurité. Cependant, je ne pouvais pas en parler sans qu’il ne comprenne que j’ai moi-même été méfiant au point d’user de techniques à son égard. Sinon comment saurais-je qu’il s’agisse d’un clone ?

    « La voix de votre seigneur, je vois… Hélas, pardonnez ma question, mais ce continent porte de nombreuses divinités et croyances qui peuvent différer d’un village à l’autre. Voulez-vous bien me parler un peu plus de votre foi ? Votre seigneur a-t-il un nom ? Et comment fait-on pour se soumettre à la voie de la vérité ? Existe-t-il un rituel, un baptême ou que sais-je ? »

    Comme boire un liquide qui se trouve en réalité être le remède aux symptômes du gaz par exemple… Attention cher clone, je prenais garde à vous, et notamment à vos pensées superficielles pour vérifier que vous n’omettiez pas de détail flagrant concernant ma dernière question. Mes bras, après avoir replacés mon masque sur mon visage, retournèrent dans mon dos, avant-bras horizontaux à la manière d’une tortue géniale. Là, lentement pour éviter que des secousses ne trahissent mes gestes, je formais quelques mudras afin de faire passer un message à Izumi par voie télépathique.

    *Tentez de ne pas paraître en forme. Mimez les symptômes d’une exposition à ce fameux gaz. Mais discrètement. Il ne doit pas le suspecter. Mais s’il vous faudra faire croire être vraiment malade, cela viendra d’une progression au lieu de sortir de nulle part. Pour ensuite demander à emprunter leur voie de la vérité afin de connaître leur rite par exemple.
    Une progression donc. Buvez de l’eau en prétextant la gorge sèche, courbez-vous un peu, épongez votre front, … Qu’il pense que vous n’êtes pas au mieux de votre forme. Mais qu’il ne suspecte pas encore que vous avez été atteinte par le gaz.*


    Que ce soit pour demander l’accès à leur rite pour sauver Izumi… Ou pour voir s’ils l’attaqueront. Auquel cas nous aurons le droit de répliquer par la force pour régler l’affaire et même demander des renforts. De plus, s’ils attaquent les premiers, je n’aurais pas à justifier notre prise d’arme à leur égard. Mais évidemment, je n’avais pas indiqué à Izumi le risque d’être attaqué ni que nous faisions face à un clone. Sa réaction aurait pu nous trahir.

    Je tournais ensuite le dos au grand prêtre, regardant en direction de la forêt autour de nous tout en prenant la parole.

    « Voyez-vous cette forêt ? Ces arbres et cette terre ? Tout cela se trouve sur le territoire de Hi no Kuni. Cette fois, je ne parle pas au nom de Konoha mais de la nation. Il est un Seigneur qui régit ce pays et qui édicte certaines règles pour assurer la cohésion cordiale de l’ensemble. Ces règles, ou loi, prohibent le meurtre tel qu’il a été effectué dans votre village. »

    Tandis que j’attirais son regard vers les alentours, je formais de nouveaux signes devant mon buste cette fois, à l’intention de Katsuki.

    *Le grand prêtre est un clone. Le vrai devrait se trouver dans la paroisse du village, s’il ne s’est pas déplacé depuis la création de son double. N’y entrez pas, mais essayez d’approcher pour garder ce bâtiment à l’œil. Si le moindre détail suspect vous semble provenir de cette paroisse, alertez-moi d’une quelconque façon que ce soit. En mimant le bruit d’un animal, en lançant une pierre au loin, en faisant tomber des feuilles d’un arbre, etc…
    Au signal, décapitez toujours la poupée avant d’allumer la fusée de détresse. En plus, si vous en êtes capable, faites s’effondrer le toit de la paroisse. A mon signal uniquement !
    Si c’est trop dangereux, demeurez à l’écart. Vous ne devez absolument pas vous faire découvrir au risque d’empêcher les négociations amicales !*


    Et enfin je faisais de nouveau face au grand prêtre pour poursuivre mon discours précédent.

    « A présent, je vais parler au nom de Konoha. On m’a envoyé, non pas pour vous sanctionner quant à ce manquement aux règles de la bienséance, mais pour éviter qu’un autre manquement similaire ne se reproduise.
    Ce que je puis vous proposer, pour régler votre problème tout en garantissant votre sécurité et votre tranquillité : c’est de laisser quelques agents Konohajins auprès de vous. Ils ne vous dérangeront pas et ne s’immisceront pas dans vos affaires. Ils seront là uniquement pour que vous puissiez leur indiquer si nouvelles victimes du gaz il y a, afin qu’ensuite ils les escortent en-dehors de votre hameau pour les placer en quarantaine dans l’espoir de leur trouver un remède tout en les empêchant de faire du mal à autrui.
    Parallèlement à cela, nous enquêterons sur l’origine de ce gaz et le moyen de le contrer.
    Ainsi, vous préserverez la paix de votre village, vous pourrez poursuivre vos activités en toute sécurité sans même avoir à vous soucier des victimes du gaz car nous nous en occuperons pour vous.
    Qu’en dites-vous ? »


    Qu’il soit innocent ou coupable, s’il veut bien paraître il n’y a pas beaucoup de raison pour lesquelles il pourrait refuser la proposition. Et pour nous, le fait de laisser des hommes dans leur hameau nous permettra de faciliter la récolte d’informations si l’autre équipe revenait bredouille de leur mission. Deux objectifs atteints en une seule proposition. Mais encore fallait-il que le grand prêtre accepte.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 88
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Lun 25 Déc 2017 - 22:06

Apparemment le mec bien habillé ne se souvient pas du chef d'équipe... peut-être qu'ils ne se sont pas vus depuis longtemps, les visages changent avec les années, du coup, peut-être qu'ils ne se reconnaissent plus. Bon, tu t'en fais pas une réflexion philosophique, tu as mieux à faire. Car bientôt, le prêtre énonce des paroles qui t'émoustille. Selon lui, et comme tu le comprends, ce connard a pris des villageois comme cobaye pour tester son gaz, et quand il a vu que ça marchait pas, il a sortit la carte du dieu pour offrir un soi-disant échappatoire aux villageois, ce qui lui laissait tout le loisir de tuer les réfractaires, sous prétexte qu'ils étaient un danger. C'est juste dégueulasse, et tu dois faire un effort surhumain pour ne pas lui sauter dessus et l'insulter de tout ton être. Il te rappelle beaucoup Kodô, qui faisait ce qu'il voulait et châtiait les dissidents.

Les poings serrés, la poupée contracter contre toi, tu le regard de façon méprisante. Tu détestais cet homme, et la diplomatie qui plus est. Tu espérais que tes coéquipiers réussissent à prouver de façon non-violente que ce trou-cul avait vraiment une profondeur monumentale, pour que tu puisse y régler son compte. D'ailleurs le chef d'équipe lui parle gentiment avant de se taire et que tu n'entende une voix dans ta tête. Surprise les premières secondes, tu finis par reconnaître la voix du ninja. Tu te concentres alors sur ses propos. Il te demandait pas mal de chose et tu tentes de tout mémoriser. Tu apprends par ailleurs que le prêtre n'est qu'un clone (oui tu sais ce que c'est pour une fois), ce qui attise ta colère contre lui. C'était vraiment un enfoiré...

Mais bon, tu suis encore les ordres du chef d'équipe, et commence à te déplacer. Tu vas lentement, choisissant méticuleusement ton itinéraire, pour ne pas être vu et surtout entendue. De temps en temps, tu jettes un œil au village pour essayer de repérer le bâtiment paroissial et pouvoir le surveiller. Tu veilles aussi à ce que le prêtre n'ait pas son regard orienté dans ta direction. Tout ça pendant que Shingo tape la causette avec son copain d'enfance. Ou plutôt le clone de son copain...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 500
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Sam 30 Déc 2017 - 22:30

Izumi était complètement perdue. Shigo était censé connaître le Grand-prêtre ? Etait-ce un risque pour leur sécurité ? Ce pouvait-il qu’il soit un traître ? Cependant, la jeune femme fut encore plus confuse quand leur interlocuteur ne parvint pas à totalement reconnaître le Yamanaka. Qu’est-ce qu’il pouvait bien se passer entre les deux hommes ? Ce ne fut que durant la légère pause que l’Aizawa finit par connecter les pièces du puzzle, les leçons de l’Académie, plus particulièrement celles portant sur les clans du village lui revenant. Les Yamanaka étaient des spécialistes en ce qui concernait l’interrogation et la manipulation, notamment grâce à leur affinité avec les genjutsu et leur pouvoir spécial.

Cependant, la voix du chef du petit cortège la ramena à la réalité, et son regard brûla d’un feu ardent face à ses propos. Elle croisa ses bras derrière son dos, dissimulant le serrement de ses poings, ses ongles allant presque jusqu’à déchirer sa peau, tant sa fureur était grande. C’était une excuse pathétique, et maintenant, Izumi se devait d’exercer le plus de contrôle possible sur sa colère pour éviter de tous les cramer. Pourtant, ce n’était pas l’envie qui lui manquait ! Surtout quand Shigo entra dans son jeu. Elle savait que c’était pour la mission, mais ça avait le don d’aggraver sa colère.

Ses pensées meurtrières, qui ne se traduisaient dans son apparence que par un profond froncement de sourcil, furent interrompues par une voix dans sa tête qui la fit presque sursauter. Il était taré ce gars ! Il pouvait pas donner une sorte d’avertissement, ou les prévenir au début de la mission qu’il risquait d’employer cette technique ?

La Genin ne laissa cependant rien transparaître de sa surprise, et commença lentement à appliquer ses directives. Tout d’abord, elle se gratta la gorge, comme si elle était gênée à cet endroit avant de se délester de son sac à dos. Une fois celui-ci posé à terre, elle y chercha sa gourde, dont elle se saisit avant de boire quelques gorgées afin de soulager sa gorge “irritée”. Il ne lui fallut ensuite pas longtemps pour légèrement augmenter la température de son corps, et laisser la chaleur faire son effet pour essuyer quelques gouttes de sueur.

Yep de bons symptômes de début de gros rhume, rien qui ne pourrait inquiéter les villageois ou les cultistes. Il suffisait maintenant d’ ”aggraver” ces symptômes pour piéger le trio.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Jeu 4 Jan 2018 - 4:25



Narrateur




L'homme, toujours devant son interlocuteur aux pieds nus, s'était maintenant reposé sur son grand bâton. Les deux mains biens refermées sur celui-ci et le poid de son corps s'appuyant sur son bois, il restait là passif, bien à l'écoute de ce que lui demandait l'homme masqué. À quelque reprise, le Konohajin pu remarquer quelques sourire naître sur ses lèvres épaisses et foncées, nottament lorsqu'il était question de sa foi. Il avait là l'air d'un homme qui trouvait amusant que l'on se joue de sa foi, comme tout fanatique qui n'avait pas l'intention de démordre de son opinion. La réponse qui allait venir, Shigo et toutes les autres présentes la voyait bien venir. C'était celle d'un adorateur pur et simple.


-Clone du prêtre
"Hahaha...eh bien...vos questions me sembles assez réductrice vis à vis ma foi, mais j'y répondrai...même si je doute que vous soyiez vous-même un véritable croyant.

Alors non, notre saint-patron n'a pas de nom. Il est, tout simplement, et accueil tous ceux voulant croire en lui. Nous ne nous soumettons pas à sa volonté non plus, il nous accueil comme ses enfants si nous voulons bien le reconnaître comme père. Il n'y a ni rite, ni baptême. Ceux qui ont la foi savent, tout simplement. Il leur envoie un signe, quel qu'il soit...et ils savent. Libre à eux ensuite de vouloir, ou non, le servir. Une chose est sûr néanmoins, c'est que sa grâce nous préserve de la maladie, des tourments qui hantaient ceux qui n'ont pas eut la chance de trouver sa vérité."


Puis, marquant une pause afin de laisser son interlocuteur continuer son interrogatoire qui prenait de plus en plus des airs d'avertissement en ce qui concernait leurs méthodes de gestion de crise visant les infectés, le clone tourna néanmoins le regard vers l'autre personne accompagnant le Yamanaka.

Haussant le sourcil alors qu'elle commencait à tousser, il fit mine de ne pas s'en occuper par la suite...mais porta une attention particulière à celle-ci encore une fois lorsqu'elle décida de prendre sa gourde.


-Clone du prêtre
"Et je vous entends, je comprends aussi que nos méthodes drastiques puisse avoir attiré une attention pleine de préjugés plus ou moins élogieux envers notre communauté. Mais, voyez-vous, il est du devoir de tout homme de faire ce qui est nécessaire à la protections de la majorité de ses concitoyens. Sommes nous immunisé à cette infection qui les avaient tous pris d'assauts...grâce à notre foi? Je ne saurais réellement dire pour être honnête avec vous, mais c'est en notre foi que nous avons décidé de bâtir nos espoirs. Malgré tout, nous ne pouvions nous permettre de risquer une infection général si jamais ça n'avait pas été le cas.

Pouvons nous réellement parler de meurtre si, de toute manière, ils étaient tous voués à une mort lente et atroce...à se cracher les poumons? Nous ne leur avons donné qu'une mort leur permettant, eux comme nous, de purifier les impuretés qui les avaient condamnés. Les flammes purificatrices de notre seigneur n'était qu'un moyen d'enrayer l'infection....tout simplement.

D'ailleurs...j'espère pour votre amie qu'elle n'a pas été en contacte avec cette infection...car si c'est le cas j'aurai pitié pour elle.

Pour ce qui est de la suite des événements, je suis prêt à coopérer avec les autorités et laisser le village sous supervision d'une équipe Konohajin. Si jamais d'autres cas d'infections sont déclarés, je ne m'opposerai pas à leur intervention, n'ayez crainte.

Alors...avez-vous d'autres questions?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Jeu 4 Jan 2018 - 15:31

    Pas de rite particulier, ce qui signifier pas de guérison opportune. Il demeurait donc l’hypothèse que le gaz n’était qu’une couverture et qu’ils inoculaient la maladie via un moyen plus sélectif afin de n’atteindre que les non croyants. Mais il ne fallait pas mener de conclusion hâtive. Car bien que ce prêtre fût le chef, il se pouvait malgré tout qu’il ne soit pas l’instigateur de tout ceci. Ce pouvait être une horrible coïncidence ou l’un des adeptes de cette foi pouvait être seul coupable, en grand fanatique qu’il était, autre que le chef.

    Cependant, il fallait avouer qu’envoyer un clone au lieu de venir en personne négocier avec l’ambassadeur de Konoha n’était pas vraiment une preuve d’ouverture d’esprit ou de confiance. Moi qui croyais que sa foi le protégeait de tout…

    Néanmoins, le grand prêtre avait accepté ma proposition, et cela sans ajouter la moindre condition. Sauf qu’il s’agissait là du comportement qu’aurait un innocent et un coupable. Encore une fois, je fis un tour sur moi-même tout en m’exprimant :

    « J’ignore si votre saint-patron nous observe en ce moment. S’il est là, quelque part à autour de nous. Mais je ne suis pas là pour défier votre foi. »

    Ce tour, par rapport au précédent, ne servit pas à véhiculer discrètement un message télépathique. Juste à me donner l’étiquette d’un homme aimant parler en se déplacer ou en soutenant ses propos de gestes, afin de mieux couvrir les fois où j’agissais de la sorte pour user d’illusions. Aussi, j’espérais que ces mouvements attireront l’attention de Katsuki pour qu’elle tende l’oreille par ici.

    « Ma mission n’était pas de remettre en cause la légitimité de votre action. Je ne suis ni juge ni arbitre de la loi. Je ne fais que suivre les ordres que j’ai reçu : empêcher qu’un tel acte ne se reproduise. Quant à l’acte déjà produit : ce n’est pas mon rôle d’y porter jugement ou sanction, que vous ayez raison ou tort.
    Ainsi, comme vous avez accepté ma proposition, et je vous en remercie, je pense que nous avons accompli notre devoir et que nous pouvons donc prendre congé de vous.
    Si vous le permettez, bien entendu. »


    Je m’inclinais respectueusement en direction du grand prêtre pour le remercier de sa coopération tout en espérant que Katsuki avait entendu le message : qu’elle n’aille pas plus loin et qu’elle se retire. Nous avons réussi notre mission, alors ne la mettons pas en péril en augmentant nos chances que la Genin se fasse prendre.

    Cependant, je souhaitais m’assurer d’un dernier détail avant que nous nous en allions. Alors je me redressais en regardant Izumi. Evidemment, l’inquiétude feinte sous mon masque ne pouvait être perçue. Mais je fis un pas hésitant dans sa direction avant de reprendre la parole.

    « Juste, avant que nous ne prenions congé et afin d’éviter une épidémie à Konoha : pourriez-vous observer ma collègue d’un peu plus près ? Nul doute que vous avez dû faire face aux symptômes du gaz à plusieurs reprises étant donné que vous avez « purifié » ses victimes.
    Izumi serait-elle atteinte de ce mal à votre avis ? »


    Viens donc l’examiner pendant que je me concentre sur tes pensées. Si le gaz n’est pas en tort mais que vous inoculez précisément la maladie à vos cibles via une autre méthode, tu sauras donc qu’elle n’est pas victime de ce fléau bien avant de t’approcher d’elle, et tes pensées te trahiront donc en tant que complice ou investigateur de la maladie des non croyants.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 500
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Mer 10 Jan 2018 - 18:07

La jeune femme ne savait si elle devait rire ou vomir face à la réponse du grand prêtre. Ses propos traduisaient une foi totalement infondée. Sur le peu de religions qu’elle connaissait, elle savait que celles-ci possédaient des rites précis, et des pratiques spécifiques. Ici, à part le massacre de malades, il n’y en avait aucun ! Ces bâtards se cachaient derrière leur “foi” pour commettre des actes atroces ! Un rire sarcastique lui échappa, venant complètement foirer les propos du Yamanaka.

- Vous vous cachez juste derrière votre foi pour commettre des massacres. Vous auriez tout simplement pu demander de l’aide à d’autres villages ou Konoha pour trouver l’origine de ce virus - Une “quinte de toux” l’interrompit avant qu’elle ne continue. Je crois pas à votre charade. Je vois mal qui pourrait l’avaler, mais si ça vous permet de vous coucher l’esprit tranquille après avoir trucidé des innocents, tant mieux pour vous. Une nouvelle quinte de toux. Vous êtes juste des êtres horribles.

Et l’oscar pour la destruction d’un plan parfaitement bien construit va à Izumi ! Mais elle se rendit bien vite compte de son dérapage. Bien qu’elle ne le regrettait pas, elle pâlit drastiquement, ajoutant encore plus à sa “maladie”. C’était elle qui allait finir par être trucidée si elle foirait cette mission !

Son teint ne s’arrangea pas face à la suggestion de leur chef d’équipe. Se faire approcher par cet être ?! Plutôt mourir ! Hors de question qu’il l’approche ! Elle fit un pas de recul, maintenant vaguement nauséeuse, et cette fois, sans jouer la comédie. L’Aizawa ne voulait pas de cet homme dans son espace personnel !Une voix tremblante s’éleva de sa gorge, et elle se remit dans son acte.

- Merde… Shigo… Tu crois que j’peux être atteinte de cette maladie ?
Une nouvelle quinte de toux. J’veux pas mourir moi ! Si ça se trouve, c’est juste une bronchite, hein !

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 88
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Mer 10 Jan 2018 - 21:55

Alors que tu te déplaces pour un peu mieux observer le village comme te l'a demandé Shingo, ton oreille ne peut s'empêcher de capter un peu la discussion. Les regards furtifs que tu jettes sur le groupe te permettent aussi de comprendre qu'Izumi a l'air de se sentir pas très bien. Du coup, tu t'arrêtes et tu observes un peu plus ce qui se passe. Tant pis pour le village, si la santé de ton ami se détériore, le village attendra. Tu te concentres alors sur le discours du prêtre qui dans les grandes lignes te fait comprendre qu'il n'y a que son dieu bizarre qui peut sauver des gaz toxiques, mais qu'il a pitié d'Izumi parce-que... elle a pas la foi ? C'est quoi ces conneries ?? si son dieu peut la soigner, pourquoi il le fait pas ? Juste parce-qu'elle a pas la foi ? c'est débile... Alors il est prêt à laisser crever tous ceux qu'on pas la foi ??

Tes yeux tombent sur la poupée que t'as donné le chef. Il t'a dit de la décapiter en cas de problème, ou à son signal. Tu la fixes un instant, réfléchissant, puis reporte ton regard sur le groupe quand tu entends la blondinette tousser. Son état se dégrade, et ton stress monte, en même temps que ton ressentiment pour le prêtre. Il agit même pas pour la soigner, à quoi il joue ?? Heureusement, le chef lui demande de l'examiner, ce qui devrait le forcer à faire son boulot.

Par contre, tu remarques qu'Izumi n'a pas l'air de lui faire confiance. Après lui avoir dit ce qu'elle pensait de cet homme, elle recule et tu te rends compte que vous êtes sur la même longueur d'onde. Tes yeux retombent sur la poupée. Tu as très envie de faire confiance à ton amie que tu connais depuis très longtemps. ça fait un moment que tu te retiens de les insulter pour le bien de la mission, mais là, voir qu'Izumi pense comme te pousse à aller plus loin dans ton opinion. Lentement, tu sors ton sabre du fourreau accroché dans ton dos et tu l'amène vers la poupée.

Tu as encore un instant d'hésitation. N'es-tu pas en train de faire une connerie ? Après tout, il a donné aucun signal... Est-ce que c'est bien de prendre une initiative ? Tu fais la navette plusieurs fois entre le groupe et ta cible, puis prenant une bonne inspiration, tu finis par trancher la tête de la poupée. Tu ne supportes plus le stress que tu as accumulé et tu te dis que peut-être en décapitant ce jouet, tu vas faire avancer les choses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Mer 10 Jan 2018 - 23:27



Narrateur



Pauvres hommes. Pourquoi désiraient-ils toujours mettre en doute la voie des illustres divins? N'avaient-ils pas assez soufferts? N'avaient-ils déjà pas assez eux la preuve de leur impuissance face aux commandement divins, face à la colère des éléments, mais surtout des ravages qu'ils devaient constamment endurés faute de leur mortalité? En avaient-ils pas assez de jouer au hasard leur propre vie en s'opposant à la parole divine pourtant si claire à leurs oreilles...tout en emportant les leurs dans leur folie!

Le prêtre, qui s'apprêtait à répondre à l'homme masqué en tournant son visage empli de pitié vers la malade, fut pourtant bien surpris de voir ce qu'elle lui réservait, mais il s'y en attendait. Il savait...il avait deviné...elle était devenue malade après tout. Si elle ne l'avait pas été, il aurait su que son dieu la protégeait...mais ce n'était pas le cas. Sa seule réponse fut donc une mine désoler alors qu'il reculait de trois pas pendant que la colère de la toussotante furie lui balancait toutes injures qui étaient possibles de sortir de la bouche d'une parfaite athée. Après tout, la haine n'était-elle pas l'arme des ignorants? C'est ce que pensait probablement le prêtre pendant que ses deux acolytes, à l'opposé de son geste, venaient faire une barrière devant lui de leurs propres corps.

Levant la main, fermant les yeux et baissant la tête, l'homme à la peau sombre affichait néanmoins toujours un air parfaitement calme malgré la hargne de la jeune femme et au moment où il allait prononcer quelques paroles...son corps disparut en un nuage de fumé, laissant toutes les informations récoltés durant cet entretient se rendre aux véritable propriétaire de ce Kage Bunshin...un clone de l'ombre. Ce qui voulait dire que le prêtre savait tout maintenant. Tout ce qui avait été dit...le genjutsu dans lequel son clone avait été pris...et que son clone avait disparu dans une technique fourbe et mystérieuse qu'il n'avait jamais vu aller.

Au loin, les portes du village se fermèrent entièrement et des dizaines de cultistes allèrent se réunir sur les remparts de bois qui entouraient leur milieu de vie. Au centre de ceux-ci, l'homme à la peau sombre apparu de nouveau...au loin cette fois-ci...et sa voix s'éleva d'entre tous. Une voix puissante, qui portait loin. Et pourtant, la colère restait inexistante dans le ton qu'elle dégageait. Seul un certain regret de voir les choses se passer ainsi se faisait ressentir à dire vrai.



-Grand prêtre
MALHEUREUSEMENT, VU NOS DERNIERS CONTACTS AVEC VOS AMIS INUZUKA DE KONOHA, JE NE POUVAIS ME RÉSOUDRE À FAIRE CONFIANCE À DES GENS N'AYANT AUCUNS SCRUPULES À FAIRE TOMBER LEURS POINGS ET LEURS PIEDS SUR UN ENFANT. QUE LE SIGNEUR ME PROTÈGE DE VOTRE HOSTILITÉ...

VOUS ME VOYEZ DONC SANS AUTRE CHOIX QUE DE REFUSER LA SUPERVISION KONOHAJIN SUR LES ACTIVITÉS DE NOTRE VILLAGE. VOUS AVEZ CHOISIS CETTE DIRECTION ANTI-DIPLOMATIQUE, KONOHAJINS, ET NE POUVEZ QUE VOUS EN PRENDRE À VOUS-MÊME.

DITES À VOTRE CHEFFE QUE SI ELLE DÉSIRE RÉTABLIR LES CHOSES, ELLE DEVRA VENIR PRÉSENTER SES EXCUSES OFFICIELLEMENT, EN PERSONNE, ET CE GRÂCE À L'INCOMPÉTENCE DE SES SHINOBIS. NOUS NE FERONS AFFAIRE AVEC PERSONNE D'AUTRE QUE LA TÊTE DIRIGEANTE DE VOTRE CORPS MILITAIRE.

NOUS AVIONS CHOISIS LA PAIX...VOUS AVEZ CHOISIS LA HAINE.

PARTEZ...CAR VOUS N'ÊTES PLUS LES BIENVENUS ICI. NOUS N'HÉSITERONS PAS À NOUS DÉFENDRE SI NOUS LE DEVONS...MAIS VOUS AUREZ ALORS LE SANG DE CIVILS SUR VOS MAINS. PENSEZ-Y BIEN.


Une bien triste nouvelle que devra donc annoncer le chef de cette mission qui, malheureusement, retournera à la maison...bredouille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Jeu 11 Jan 2018 - 0:41

    Izumi m’avait surpris négativement, mais elle s’était plutôt bien rattrapée après coup dans l’interprétation de sa fausse maladie. Pour autant, je lui en toucherais quelques mots une fois la mission terminée. Soit d’ici quelques minutes, car le prêtre avait donné son accord quant à ma proposition. Notre quête était un franc succès ! Tout du moins, je le pensais jusqu’à la disparition subite du clone.

    Je ne compris pas immédiatement ce qui s’était produit. Pourquoi disparaître ainsi ? Le véritable prêtre voulait-il venir nous parler en personne pour nous remercier de notre démarche pacifique ? Bien que je n’en comprenais pas l’intérêt de se dévoiler ainsi tout à coup. D’un autre côté, il y avait la poupée que j’avais confiée à Katsuki. Mais je ne lui avais pas donné le signal et notre situation ne laissait pas suspecter le moindre danger. Rien ne nécessitant la mise à mort du prêtre tandis que je lui avais indiqué qu’il ne s’agissait que d’un clone. Alors quoi ?

    Je demeurais stupéfait face aux deux gardes du prêtre. Pour faire bonne figure, je parvins à retrouver un minimum de sang-froid pour m’exprimer :

    « Un clone ? Vous envoyez un clone tandis que je viens en personne ? Et pourquoi a-t-il disparu ? Où est-il parti ? »

    Plus loin les portes du village se fermèrent tandis que des hommes montèrent sur les remparts. Pourquoi le prêtre agirait-il ainsi alors que nous avions conclu un accord ? Il ne restait qu’une seule explication : c’était bien Katsuki qui avait agi… Mais pourquoi ? Elle venait de mettre la mission en péril, si ce n’est la transformer en un énorme fiasco !

    Les deux gardes reculèrent à cinq mètres de nous tandis que la voix du prêtre résonnait dans les airs. Je ne comprenais pas ce qu’il disait sur les Inuzukas qui auraient roué un enfant de coups, mais je pouvais saisir l’essentiel du message : Katsuki avait planté un couteau dans le dos de sa propre équipe. Etait-elle de mèche avec l’ennemi ? Un mercenaire à la solde d’un autre pays ? Qu’importe ses raisons, ce n’était pas le principal dans l’immédiat. Le prêtre ne devait pas savoir comment et pourquoi son clone avait disparu, et je me devais de jouer sur ça pour rattraper l’affaire. Si toutefois c’était encore possible…

    Alors je m’avançais vers les deux gardes, mes mains en l’air en signe de reddition. Je marchais d’un pas très lent, sans hostilité manifeste, pour passer au milieu des deux hommes et me rapprocher de la porte du village. Là, je mis mes mains, toujours aussi lentement, de part et d’autre de ma bouche pour m’exprimer fortement :

    « PARCE QUE VOUS CROYEZ QUE JE SUIS COUPABLE ? J’ETAIS DEVANT VOUS TOUT CE TEMPS ! QUAND AURAIS-JE EU LE TEMPS DE FAIRE QUOIQUE CE SOIT ?
    ET VOUS PARLEZ DE CONFIANCE ? PASSONS SUR LE FAIT QUE VOUS NE VENIEZ PAS EN PERSONNE, CA M’ARRANGE QUE CET ATTENTAT NE VOUS AIT PAS EU. MAIS VOUS PENSEZ VRAIMENT QUE J’EN SOIS FAUTIF ?
    POURQUOI CHERCHERAIS-JE A VOUS FAIRE DU MAL ALORS QUE VOUS VENIEZ D’ACCEPTER UN ACCORD DONT J’AI MOI-MEME DEFINI LES TERMES ?
    POURQUOI ?
    ECOUTEZ-MOI JE VOUS PRIE. VOUS N’ETES SANS DOUTE PAS SANS SAVOIR QUE LE TEMPLE DU FEU A ETE ATTAQUE RECEMMENT ! CES CRIMINELS CHERCHENT A NUIR A KONOHA ! QUEL MEILLEUR MOYEN QUE DE LIGUER LES CIVILS CONTRE NOUS ? A QUI CE CONFLIT PROFITE-T-IL LE PLUS ? A NOUS ? A VOUS ? ALORS JE LE REDEMANDE : POURQUOI AURAIS-JE SABOTE MES PROPRES NEGOCIATIONS ?
    JE VOUS EN CONJURE ! REVENONS SUR NOTRE ACCORD INITIAL !
    NOTRE CHEFFE N’EST PAS A KONOHA POUR LE MOMENT. MAIS CE DERNIER ATTEND MON RAPPORT POUR SAVOIR COMMENT AGIR VIS-A-VIS DE VOTRE VILLAGE. VOUS VOULEZ PROTEGER LES VOTRES ? VOUS SAVEZ ALORS QUE MA PROPOSITION EST BENEFIQUE POUR VOUS COMME POUR NOUS !
    JE NE SUIS QU’UN HUMBLE CHUNIN, MAIS JE VOUS CONJURE DE REVISER VOTRE CHOIX QUANT A NOTRE ACCORD. AU NOM DE KONOHA, JE VOUS PRESENTE MES EXCUSES POUR LA TOURNURE QU’ONT PRIS LES CHOSES. MAIS JE LE REPETE : NOUS N’Y SOMMES POUR RIEN ! ALORS, AU NOM DES VÔTRES, REVOYEZ VOTRE DECISION ! »


    A genoux face à la porte, je posais ma tête masqué contre le sol devant tous les gardes sur les remparts. Bien sûr, je ne croyais pas un mot de ce que je disais. Eliminer des civils ou les sauver, je ne faisais que suivre les ordres sans abus de conscience. Mais je préférais voir une mission accomplie avec succès sur mon dossier que l’inverse, notamment pour ma première quête en tant que chef d’équipe. Même si, dans le cas d’un échec, le rapport placerait l’entière responsabilité sur les épaules de Katsuki. Evidemment, malgré ma position, je tendais l’oreille : au moindre mouvement suspect ou hostile et je déguerpissais de là fissa. Pas question que je risquais ma vie pour des broutilles, et certainement pas pour rattraper les bêtises d’une Genin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 500
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Jeu 18 Jan 2018 - 10:14

Izumi cligna des yeux, éberluée. Le Grand Prêtre, elle le savait, allait lui répondre, sans doute pour lui déblatérer encore plus de conneries sur sa pseudo religion. Mais il avait disparu dans un nuage de fumée avant de pouvoir sortir le moindre mot. Ses yeux finirent par s’écarquiller quand elle compris ce qu’il s’était passé. Un putain de clone ! L’équipe Konohajin les rencontrait en personne mais lui, il envoyait un putain de clone ?! Une fausse quinte de toux plus tard, et le fille de feu s’emporta, rejoignant les protestations de Shigo.

- Un putain de clone ?! Vous êtes sérieux ?! Si vous avez rien à cacher pourquoi pas venir par vous-même sale vermine ?! Vous êtes si lâche que vous êtes pas capable d’assumer vos actes en personne ?!

Pas une seule seconde, l’idée que Katsuki soit derrière cette disparition ne lui vint en tête. Après tout, elle ne s’occupait que d’une poupée tout en espionnant le village. Donc, pour la châtaine, seul le Grand-Prêtre était responsable de cela.

En parlant du loup, celui-ci apparut sur les remparts, entouré d’une dizaine de cultistes, exprimant une colère qui était très mal placée du goût de la Genin. Ils n’avaient rien fait ! C’était lui qui avait décidé d’envoyer son clone avant de le disperser ! Avant que la jeune fille ne puisse répliquer sur le même ton, son caractère bouillonnant près d’exploser,, ce fut le Yamanaka qui répondit, criant aussi, et s’abaissant presque à supplier le Grand Prêtre.

Dégoûtée et énervée par la tournure des événements, elle s’essuya le front et laissa échapper une nouvelle quinte de toux, maintenant son acte, avant de rejoindre les protestations de son chef, qui étaient tout à fait justifiées.

- Il a raison bon sang ! On est venu ici pour discuter ! Et pourquoi on aurait prit la peine de discuter avec vous si c’était pour ensuite vous planter un couteau dans le dos ?! Et comment on aurait même pu faire ça ? On était tous les deux en face de vous, et n’avons effectué aucun geste contre vous ! Une nouvelle quinte de toux avant qu’elle ne continue. Bordel ! Si on avait voulu se débarrasser de vous, on l’aurait fait sans toute cette charade ! On a pris le temps de vous écouter ! Qui nous dit que c’est pas vous qui nous avez tendu un piège pour retourner votre village contre nous ? Faire disparaître votre clone tout en plaçant le blâme sur nos épaules alors qu’on a rien fait !

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 88
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Dim 21 Jan 2018 - 15:09

Au moment où ton sabre sépare la tête de la poupée du reste du corps, tu vois le prêtre disparaître dans un nuage de fume. Shigo a donc vu juste, c'était un clone. Bizarre que quelqu'un vienne négocier en utilisant une copie de lui-même. Tu te serais plus attendue à ce qu'il vienne en personne, pour montrer qu'il n'avait rien à se reprocher. A-il peur de Konoha ? Est-ce que cette peur ne reflète pas quelque chose qu'il cacherait ?

Tu n'en sais rien, et là où tu pensais juste revenir vers le groupe, te dénoncer en expliquant pourquoi tu as désobéi, tu dois stopper tes pas et réaliser à quel point cet écart a eu des conséquences. En effet, tu vois le prêtre... ou un deuxième clone qui sait... se pointer en haut du village alors que tous rentrent à l'intérieur. Le maître des lieux lance une accusation qui te surprend. Les Inuzuka... tu en as jamais rencontré, tu sais juste qu'ils se battent avec des chiens, mais tu ne pensais pas qu'ils aient tapé un enfant. Est-ce pour ça qu'ils se méfient autant de Konoha ? ça peut se comprendre du coup...

Un peu perdu, tu écoutes la suite. Tu te rends compte en fait qu'au delà du fait que certains se soient mal comporté au nom de Konoha, ton geste a encore empiré les choses. Le village accuse maintenant ta seule amis et Shigo de haine et de volonté de se battre. Pour Izumi, tu le sais, ce n'est pas son genre, et pour son collège, tu te dis que s'il avait voulu se battre il l'aurait déjà fait avec le clone du prêtre... C'est de ta faute s'ils se retrouvent dans cette situation. Serrant le cadavre de la poupée dans tes mains tu songes à te montrer, et à dire que tu es la seule responsable.

Tu esquisses un mouvement pour te lever, mais tu te stoppes quand tu entends Izumi affirmer qu'ils ne sont que deux ici. Est-ce dès lors une bonne idée de dévoiler un nouveau mensonge alors qu'ils sont à deux doigts de nous menacer plus franchement. Tu proposerais bien à Shigo d'aller chercher ce membre des inuzuka pour qu'il s'excuse, mais ça impliquerait de se dévoiler aux yeux du village.

Soupirant silencieusement, tu restes cachée, observant la situation et te tenant prête à envoyer la fusée en cas de gros gros problème.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Maître Animateur
Messages : 90
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Jeu 25 Jan 2018 - 13:08



Animateur

Toujours du haut des remparts en bois, le prêtre continuait d'observer ces pauvres Konohajins tenter de rattraper le coup de leurs propres insultes. Malheureusement, s'y prendre en remettant la faute directement sur le prêtre et ce, dès les premières paroles, ne donnerait clairement pas le goût à celui-ci de revenir sur sa décision. Bien au contraire.

Levant son sceptre en l'air, une lumière intense en jaillie, aveuglante, qui alla ensuite diriger un rayon doré en forme de croissant de lune à quelques mètres du duo qui continuait de parler alors que les mots avaient pourtant été très claire. Il les avaient avertis, et n'écoutaient pas...soit. S'ils ne comprenaient pas les paroles, peut-être comprendraient-ils les actes? Après tout, ça avait été les seules choses dont ils avaient preuves jusqu'ici. La première fois avec les Inuzukas et cette fois-ci, avec cette tentative d'assassinat à son égard. Jusqu'ici, il s'était montré plus que tolérant envers ces intrus prompts à la violence.

Le croissant de lumière créa donc une barrière à près de trois mètres devant le duo. Aussitôt la lueure fut-elle arrivée au sol que Shigo et Izumi purent voir que le gazon commençait à changer de couleur. Du vert, il passa trèa rapidement au jaune puis enfin, sur toute l'arc d'effet de la technique, la lumière jaillie du sol, montant à quelques mètres dans les airs...brûlante, ardente, incandescente. L'on aurait dit une aurore boréale extrêmement brûlante, faisant obligatoirement reculer le duo de quelques pas ne serait-ce que pour la surprise.

Cette fois-ci, les actes parlaient et beaucoup plus clairement que les mots:
-N'avancez plus
-Partez.

-Grand Prêtre
Je n'ai plus rien à faire de vos sottises. Je pensais avoir été précis dans mes mots, mais il faut croire que votre nature violente, à Konoha, affecte aussi votre jugement.

N'insultez pas mon intelligence "Shigo"! Vous m'accusez d'avoir envoyer un clone, mais la première chose que vous aviez en tête de faire, et que vous avez fait, est de le soumettre à un genjutsu affectant ses souvenirs afin de vous attirer ses faveurs. Hypocrite petit homme...

Et ensuite, une autre technique, plus subtile cette fois-ci, mais beaucoup plus puissante. Les Kage Bunshin sont fascinant, "Shigo" de Konoha...car ils nous transmettent tout à leur disparition. Et il a souffert...avant de disparaître. Une douleur à la gorge, comme si on la lui arrachait.

Shigo de Konoha, et vous, jeune fille, êtes accusées de tentative de conspiration et de tentative de meurtre à mon égard. Dites à votre cheffe que la seule entente possible, si elle ne vient pas s'expliquer d'elle-même, sera vaines.

Bonne journée.


[i] Et l'homme, tournant le dos à tous, sauta en bas des remparts alors que le reste de la foule agglomérée aux remparts, commença à huer les Konohajins et à leurs lancer choux et tomates. Leur mécontentement donnait le ton à l'ambiance maintenant, plongeant les Konohajin dans la honte de la défaite.

Si près du succès...et maintenant si loin.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Ven 26 Jan 2018 - 15:10

    Le grand prêtre ne démordait pas de sa décision et fit même la démonstration d’un talent fort intéressant. En plus du Ninjutsu, il était capable de maîtriser la lumière. Fait qui sera consigné dans le rapport au cas où un futur affrontement devrait avoir lieu. En tout cas, il semblerait que la voie diplomatique ne pouvait plus aboutir. Pas avec nous tout du moins. Il faudrait que notre cheffe en personne vienne, tout en sachant qu’elle était absente pour « raison politique ».

    Deux choix s’offraient à nous : les contraindre par la force ou accepter notre échec. Enfin, était-ce vraiment « notre » échec ? A n’en point douter, étant celui qui écrirais le rapport, la responsabilité de ce fiasco reviendra à Katsuki qui n’avait pas su suivre les ordres pourtant simples et clairs que je lui avais confiés.

    Si je les contraignais par la force, que nous serions alors les premiers à attaquer, Konoha pourrait m’en faire le reproche. Il serait plus sage de rentrer et d’attendre de nouvelles directives. Alors il serait encore temps de revenir les éduquer par la manière forte si tel était le désir du village.

    Ainsi, j’ignorais les choux et les tomates, ne faisant aucun effort pour les éviter : de l’énergie inutilement gaspillée et les marques serviront à prouver d’autant plus les conséquences des actes de Katsuki. D’ailleurs, j’étais curieux de connaître sa justification. Comprenait-elle son erreur ? Elle venait de tâcher mon dossier immaculé d’un échec de mission lors de ma première quête en tant que chef d’équipe. Comprenait-elle l’ampleur de ses actes ? Je ferais tout pour ternir sa réputation dans mon rapport afin qu’une sanction adéquate soit prodiguée par Konoha. Le cas échéant, il vaudrait mieux pour elle de ne plus recroiser mon chemin. Et si elle ne souhaitait pas retourner au village de peur des retombés, son âme finira dans le premier insecte que je verrais, ou lié à une poupée pour qu’elle puisse comprendre ce qu’elle venait de faire.

    Nous… Katsuki avait échoué. Et nous devions donc retourner annoncer cette nouvelle à Konoha…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 88
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Mar 30 Jan 2018 - 22:12

votre mission se solde par un fiasco. Tu as compris que vous deviez trouver un arrangement et là à cause de ta panique, tu as tout foutu en l'air. Tu ressens une grande honte t'envahir alors que tu vois ton chef d'équipe abandonné. C'est totalement à cause de toi, et même leur tentative à tous les deux d'adoucir la situation n'ont pas marché. Te dénoncer comme tu le pensais encore il y a quelques minutes ne vas sûrement plus marcher non plus... quelle honte... ta première mission... tu l'as raté... il est encore loin ton désir de sauver tout le monde.

Un nœud à l'estomac tu t'éloignes aussi du village et rejoins tes coéquipiers qui devaient beaucoup t'en vouloir. Tu n'attends pas une fois à leur côté pour te planter devant eux, et t'incliner légèrement, ton visage trahissant ta gène et ton regret.

Je... je voudrais m'excuser auprès de vous deux. J'ai... j'ai désobéi...

Une boule dans la gorge se forme. Regardant toujours le regard au sol, tu continues.

Je... J'ai vu Izumi devenir malade et... et c'est la personne à laquelle je tiens le plus... je... je n'ai quasiment qu'elle comme amie alors... quand je l'ai vu se porter de moins en moins bien je... j'ai paniqué... et... la seule façon que j'avais d'intervenir était de... de...

Tu ne finis même pas ta phrase car tu sais que shingo et Izumi ont compris. Aucune larme ne coule de tes joues, tu as assez de mental pour les retenir, tu es juste humblement présente devant eux pour leur demander pardon sur ton écart. Tu oses poser les yeux sur eux, redoutant leur réaction, même celle d'Izumi que tu as dû décevoir... tu étais tellement plus forte dans ton village finalement... quelle ironie.

Je... je ne sais pas ce que coûte de faire échouer une mission dans votre village, mais quoi que ce soit, je l'assumerai car je suis la seule fautive ici... même si... je dois payer le prix ultime... je... je vous demande pardon...

Tu ne plaisantes pas. Tu es réputée battante dans ton ancien village et tu as tout à fait le courage d'endurer ça si c'est pour expier tes fautes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 500
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Lun 5 Fév 2018 - 21:17

Interdite, Izumi ne put que constater les pouvoirs du grand prêtre. Avant de froncer des sourcils, suspicieuse. Ce mec était de plus en plus bizarre aux yeux de la Genin, mais elle ne put que serrer les dents face au traitement qu’ils reçurent. Malheureusement, elle ne pouvait nier les propos que le Grand Prêtre leur jetait à la figure. Maintenant qu’il indiquait les genjutsus, elle comprenait mieux la situation de départ. Cependant, ses accusations lui tenaient à coeur aussi. Car ignorant tout des machinations de Shigo, elle ne savait pas que c’était en effet de leur faute si le clone avait été dispersé. Et donc pour l’Aizawa, les Konohajins n’avaient pas commis de tentative d’assassinat.

Et c’est sous les humiliant jets de légumes, que les deux shinobis quittèrent les lieux avant de rejoindre Katsuki, l’échec de la mission pesant sur leurs épaules. L’adolescente fut déroutée quand elle remarqua l’expression coupable de Katsuki, et à force que son amie expliquait ce qu’il s’était passé de son côté, elle connecta les indices. Ne sachant comment réagir, Izumi resta silencieuse un moment. D’un côté, elle comprenait la réaction, certes extrême, de la brune. Mais de l’autre… Elle avait fait échouer une mission alors qu’ils étaient sur la bonne voie, et maintenant, ils étaient arrivés à un point mort au niveau des négociations. Elle était déçue, compréhensive et agacée. Car même si Katsuki avait exécuté le geste, si Shigo avait tout expliqué à tout le monde, peut-être qu’il n’y aurait pas eu ce problème, ce fiasco.

Se passant la main sur le visage pour chasser toutes ces mauvaises émotions, l’adolescente offrit un faible sourire à son amie.

- On ne peut pas y changer grand chose maintenant Katsuki. Sans doute aurait-il mieux valu que tout le monde soit au courant de toutes les parties du plan. Jetant un regard ennuyé à leur chef d’équipe, la châtaine continua. Je faisais semblant d’être malade pour qu’on puisse tenter d’arracher plus d’informations au Grand Prêtre. Je n’étais pas vraiment malade. Si tu avais été mise au courant, on aurait pu éviter tout ce drama. Finit-elle d’un ton encore plus agacé.

Maintenant, elle était vraiment ennuyée envers leur chef d’équipe, et plus encore, dans son esprit, c’était maintenant de sa faute si la mission avait échoué. Car s’il s’était donné la peine de prévenir Katsuki quand à cette partie du plan, ils auraient sûrement pu obtenir plus d’informations vu que son amie n’aurait pas réagit aussi impulsivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild Mar 13 Fév 2018 - 15:34



Narrateur

Les tentives étaient inutiles. Le chef de ce village campait sa position et était bien loin de vouloir en déroger. Rester devenait inutile dt le groupe le comprenait bien assez rapidement. La route vers Konoha se ferait probablement dans une humeur loin d'être amicale pour les Shinobis qui repartaient bredouilles de cette mission. Et pourtant, ils avaient bien reçu l'accord de ce dernier avant que tout ne bascule pour une erreur si vite arrivée...mais ô combien coûteuse. Pouvait-on lui en vouloir, après tout, à ce prêtre? Il avait certes envoyé un clone prendre sa place lors de cette discussion, mais les premiers contactes étaiblis avec Konoha, grâce à cette première escouade Inuzuka, avait bien révélée des intentions hostiles de la part du village de la feuille. Un homme, surtout le chef sur lequel se pose la pérénité d'un village, se devait d'agir par précaution. N'était-ce pas là ce que faisait tous Kage...en envoyant leurs Jonins faire le sale boulot en dehors des limites du village?

_____________________

Le regard sérieux, l'homme à la peau sombre regardait les Konohajins s'en aller. Le va-nu-pied au masque de mort et l'autre femme qui l'accompagnait repartirent aussitôt qu'ils avaient compris qu'il ne plaisantait pas sur le fait qu'il défendrait les siens de toute tentative future tant et aussi longtemps qu'il ne pouvait parler avec la régente de Konohagakure. Ce n'est donc que lorsqu'ils eurent disparus de son champs de vision, leurs silhouettes se mélangeants aux arbres de la forêt, qu'il fit volte-face en retournant à son lieu de prière, acclamé par la foule qui l'entourait.

Poussant les portes de l'église, il fit signe à ses disciples de se disperser, de retourner à leurs occupations, avant de les refermer derrière lui et de se diriger vers l'arrière pièce du bâtiment, derrière l'autel, derrière le mur du fond du sanctuaire. Là, il plongea sa main entre deux poutre de bois qui se voulaient faire parties des fondations de l'immeuble. Sa main aggripa quelque chose, puis lorsqu'il abaissa ce qui était très peobablement un levier, quelques cliquetis se firent entendre, suivis d'un son de glissement qui attira le regard du principal intéressé sur le sol. Une trappe venait de s'ouvrir, donnant accès à une série d'escaliers en pierres qui s'engouffrait dans les ténèbres d'une cave secrète où seul la lumière d'une bougie, de temps à autres, éclairait le chemin.

Suivant ce chemin, le chef du culte referma d'abord la trappe derrière lui. Chaque chandelle étaient placées à au moins une dizaine de mètres les unes des autres pendant que l'homme pieux descendait ces marches en spirales. Quatre chandelles purent être comptées avant que celui-ci ne débouche dans une très grande pièce sombre où, encore, seules quelques flammes dansaient dans la noirceur presque totale. Puis, une petite silhouette s'éleva dans un coin, quittant l'ombre de ce qui semblait être une table, pour venir vers le prêtre. Ses yeux d'enfant le fixèrent un bref moment, et il s'agenouilla. Celui qui semblait être un grand prêtre n'était maintenant plus qu'un misérable courbant l'échine devant son véritable maître. Pas un dieu, pas un être céleste...non...un enfant...caché dans les ténèbres et qui semblait prendre un malin plaisir à voir le faux-chef du culte s'agenouiller devant lui. Son sourire en était témoin.




-Gamin
Ils sont partis?

Sa voix, bien que claire et haute comme celle d'un enfant, ne semblait pourtant pas habité de la jovialité que ces derniers pouvaient normalement faire preuve. Elle était plutôt sérieuse et directe.

Enfin, après avoir lu le mouvement de tête de l'adulte qui lui confirmait une réponse positive, le gamin se retourna simplement pour retourner à sa table qui semblait maintenant plus visible une fois que les yeux du prêtre s'étaient habitués à l'obscurité. Sur celle-ci, une forme en étoile était installée, de taille humaine.

Prenant un outil de fer qui trainait juste à côté et montant aur un petit tabouret pour être à hauteur d'observation, le gamin incéra la poibte de son instrument dans la forme sur la table et un cri de douleur étouffé par un baillon en sortis.  Un "MMMMMMMMMMMH" si particulier, si représentatif d'un pauvre homme souffrant à l'agonie et dont on venait tout juste de tirer la corde de son martyre.


-Gamin
Bien... Dit-il entre deux incisions au niveau des côtes de son jouet de chaire et d'os ...envoit leur un paquet surprise. Il devra les attendres à mi-chemin entre ici et leur village caché. Choisis-en un bon, qui est bien infecté...je ne veux pas d'échec.

Et le prêtre disparu en un nuage de fumé, encore, signe qu'il n'était en fait qu'un autre clone.

Plus haut, le véritable "lui" s'affaira déjà à parler avec un civil dans le confessionnel. Il lui expliqua l'importance de servir le seigneur, dans la vie comme dans la mort...

Et l'un de ses gardes personnel vint le prendre...

...il reverrait plus jamais le village...mais il en était fier.

________________________

À mi chemin entre le village des cultistes et le village caché de Konoha, le trio était témoin d'une scène troublante. Sur le chemin, une trainée de sang liait le regard du Yamanaka et de ses deux compaires de mission jusqu'à un cadavre au torse ensanglanté laissé en plein bord de route, adosser à un arbres. Sur le tronc, une note avait été épinglée grâce à un Kunai, et un message y était inscrit...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: [Event fumée] Ghandi Versus the Wild

Revenir en haut Aller en bas
 

[Event fumée] Ghandi Versus the Wild

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêts de Hi no Kuni-