N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 L'enfant prodige et l'enfant banal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 432
Rang : B+

Message(#) Sujet: L'enfant prodige et l'enfant banal Ven 22 Déc 2017 - 12:07

J'avais dix-huit ans. J'étais un adulte selon les lois du Pays, mais aux yeux de mon clan, je restais encore un enfant faible et fragile qui n'avait toujours pas éveillé ses capacités héréditaires. Contrairement à mes confrères et mes consœurs qui pouvaient tous déjà influer sur le temps et l'espace de façon minime, je n'avais encore jamais réussi à activer ne serait-ce qu'une seule fois mes pupilles. Notre écart d'âge n'était pourtant pas si important, mais il fallait croire que j'étais un cas à part.

Mes parents continuaient à me répéter que tout n'était qu'une question de temps et de patience. Selon ma douce mère, Dieu n'accordait des épreuves qu'aux enfants aptes à les endurer. Pourtant, je ne m'en sentais pas tellement capable. Je voyais ces épreuves plutôt comme une malchance qui me suivait depuis ma naissance que comme un test pour mettre en valeur l'âme combattive qui sommeillait en moi.

En réalité, je ne tenais pas cette faiblesse à cœur, car depuis mon enfance, j'étais plus faible que les autres et c'était devenu une habitude. Je me disais simplement que cette vie n'était pas faite pour moi, que ce quotidien de shinobi ne me correspondait pas. Les combats. Les entraînements. Le goût de l'aventure. Ce n'était pas moi. Je préférais la lecture et la tranquillité des bibliothèques. Néanmoins, je continuais à suivre cette voie dans l'intérêt de mes deux parents qui avaient tout donner pour moi.

Un jour, je fus convoquée pour un entraînement en plein air organisé au sein du clan pour tous les enfants de ma génération. J'avais essayé de refuser, car je ne possédais pas encore ce pouvoir de la maîtrise du temps. Ma présence était donc futile, le doyen saura comprendre mes raisons. Cependant, mes parents me poussèrent malgré tout à m'y rendre sous prétexte qu'il s'agissait d'une bonne occasion pour essayer les éveiller. Face à l'enthousiasme de ma mère, je n'avais pas pu lui tenir tête.

Malgré moi, je m'étais rendu à cette rencontre. Intérieurement, je soupirais à l'idée de devoir endurer cet entraînement. Je serai fatigué et mon visage sera rouge à cause de l'effort. Je me sentais démoralisé à l'idée de devoir passer un tel après-midi en plus des devoirs que j'avais à effectuer pour la semaine prochaine.

Lorsque j'arrivai sur les lieux, beaucoup d'autres jeunes étaient déjà présents. Je rencontrai plusieurs visages que je n'avais encore jamais vus pour certains d'entre eux. Je me rendais compte à quel point le clan pouvait être immense en vérité. On devait tous commencer par une rapide présentation. Lorsque vint mon tour, je pris la parole d'un air serein, sans enthousiasme, sans émotion. Neutre.

« ..Bonjour, je m'appelle Yûichirô. J'ai 17 ans. Enchanté. »


Dernière édition par Jisetsu Yûichirô le Lun 12 Mar 2018 - 9:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 254
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'enfant prodige et l'enfant banal Mar 26 Déc 2017 - 18:07

Marchant sur l'une des grande allée du village Iwajin, tout ceci avec un goût de nostalgie. Que ce soit Len ou Aoi tout deux connaissent bien cette route pour l'avoir emprunté a plusieurs reprises dans un passé pas si lointains, ce souvenant des cours qu'ils suivaient à l'époque au sein l'académie shinobi qui était alors nouvellement créer, leurs journées se dessinaient autour de l'apprentissage intensif des préceptes ninja de base, allant du dons de soit, au courage ainsi qu'à la loyauté et au respect du règlement. Tant de préceptes qu'omet de respecter le borgne depuis son apprentissage. Ce qui a marqué forcément les deux jeunes gens fut ce jeu, qu'ils pratiquent encore à l'heure actuelles, des défis ayant pour but de prouver lequel des deux est le plus doué. À l'heure où je vous parle, Aoi gagne toujours haut la main avec plus d'une centaine de victoires à son actif, contre seulement trois pour l'originaire du clan Bakushô. C'est en passant devant un vieux terrains vague qui servait à cette époque de lieu d'entraînement des Jisetsu, que la demoiselle du duo se souvenu d'un événement bien précis.

~ ~ ~ ~ ~


Revenons quatre ans en arrière, a une époque pourtant proche, mais paraissant si éloigné tant leurs comportements ont évolué. C'était aussi un jour, d'automne ou à cette époque, la jeune femme n'avais guère le temps de flâner avec son camarade, ses entraînements s'enchaînaient sans cesse, l'académie lui prenant une bonne partie et le clan Jisetsu enfin libérer de l'empereur, m'étais les bouchés double afin de former la jeunesse de son clan. De ce fait au moins une a deux fois par semaine, les combattants expérimentés prenais part à la formation des plus jeunes, leurs apprenant les bases, voir des techniques plus avancées pour les plus compétent du groupe. En général cela permettait d'éveiller et d'entraîner les pupilles si jalousé du clan Jisetsu. La scène se découpait en deux parties bien distinct, premièrement le groupe principal là où se situent les enfants avant d'être mis dans des groupes en fonction de leurs tranches d'âges. Puis de l'autre, ceux commençant déjà leur entraînement. Dans le cas présent ce sont les plus jeunes, faisant la découverte des arts ninja.

Fidèle à moi-même, j'étais pile à l'heure pour le rendez-vous du jour. Les coutumes habituelles se mis alors en place et bien qu'asses énervant sachant que la plupart des élèves présents sont les mêmes chaque semaine. Voilà que commence la traditionnelle présentation des effectifs. La tranche d'âge et asses étonnante allant d'enfant de à peine 6ans, a des adolescents de 17-18 ans. Pour ses derniers, c'était surtout des adolescents avec énormément de retard sur leurs entraînements. L'empire a freiner énormément de parents à entraîner leurs enfants, ne voulant absolument pas les voir finir impérialiste.

Mon tour fini par arriver pour cette présentation d'on ils tiennent tant. Il est facile d'observer que notre professeur du jour, me connaît déjà et est plus heureux de me voir à nouveau présente à l'un de ses cours. Il faut dire que pour beaucoup je suis considérée comme en avance sur mes camarade. Faut dire que même à l'académie je suis parmi les meilleurs de ma classe, j'aime l'idée de faire partie du haut du panier, je ne sais combien de temps encore. Mais il serait inconcevable que je ne fasse pas tout ce qui est en mon pouvoir pour y rester. Toujours d'une façon joviale je dis ses quelques mots :

« Vous me connaissez déjà pour la plupart... Mais suivons la tradition, moi c’est Aoi. J’ai 15 ans »

Alors que les présentations ce fini dans l'ordre le plus total viens le tour d'un garçon un peu plus vieux que moi-même, je ne l'avais jamais vu ici auparavant. Étrange, est-ce qu'il n'en avait pas envie, ou tout simplement jamais eu courant de ces petits entraînement, faut dire que mes propres parents connaissaient bien les organisateurs, j'en ai donc eu vent asses tôt. Le Jônin responsable de cet entraînement aujourd'hui viens alors rapidement a ça rencontre quand tout le monde s'attela a là où ils se sont arrêtés. Dans le but de voir se dont il est capable, je fus convié à suivre le Haut gradé, on me demande souvent de faire un petit duel avec les nouveaux afin de jauger leurs capacités.

Le Jônin d'un calme toujours olympien, fit un sourire au garçon ayant des lunettes afin de comprendre où il en est, quant à ses capacités personnelles.

« Une nouvelle tête, dit moi Yûichirô. En admettant, qu'un génie ait dix sur dix et qu'un véritable bon à rien ai zéro. Quelle serait ta note ? »

Attendant sagement au coter du professeur, je savais très bien que mon rôle est d'être le sparring partner, si combat il y a. La réponse à la question poser a souvent tendance à révéler pas mal de choses sur celui y répondant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 432
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'enfant prodige et l'enfant banal Jeu 28 Déc 2017 - 15:07

Comment devais-je considérer cette question ? Essayait-il de me rabaisser au plus bas rang ou essayait-il de me donner une chance de passer pour un prodige ? Mon regard plongé dans le sien, j'essayais de trouver une réponse ou plus exactement, la réponse que j'étais supposé donner.

Il n'avait sans doute pas été mis au courant, ce qui expliquait ce large sourire sur ses lèvres. J'avais le sentiment qu'il essayait de bien faire, il voulait juste connaître mon niveau après tout. Seulement, la manière dont il posait la question était quelque peu contrariante car ma réponse allait se pencher d'avantage du côté du bon à rien plutôt que du côté du génie.

Je finis par pousser un soupire. Je ne pouvais que m'en prendre qu'à moi-même d'être incapable de maîtriser mes pupilles. Je répondis calmement sans l'air agressif avec un air nonchalant comme si finalement, cela m'importait peu.

« Zéro, dis-je tout court. C'est la première fois que je viens profiter des enseignements de notre clan. Je ne sais pas utiliser le pouvoir de mes pupilles et je ne sais pas me battre au corps-à-corp, je suis assez nul en combat. »

Sur ces dernières paroles, je présentai mes salutations à la jeune fille à ses côtés par un léger hochement de tête. Elle semblait être mon reflet : beaucoup plus forte que moi, beaucoup plus impressionnante que moi, le contraire même de la pauvre mauviette que j'étais.

« Bonjour, Aoi.. »

Intérieurement, je me sentais mal à l'aise par cette différence qui me séparait des autres. Chacun avait des points forts et des faibles, mais j'avais l'impression d'avoir plus de points faibles que de points forts. J'étais à cette époque encore légèrement sensible par rapport aux autres membres du clan déjà capables d'activer leurs pupilles.

Cependant, je refusais de l'avouer, j'essayait de passer pour quelqu'un à la force importait peu. Je faisais semblant d'accepter cet écart. J'étais faible depuis ma naissance et ce n'était plus vraiment quelque chose de nouveau.

Sous la vision attentive du surveillant, un combat fut lancé dans l'intérêt d'évaluer mon niveau par les faits plutôt que par les paroles. Peut-être pensaient-ils que je me sous estimais ? Ils risquaient d'être déçu s'ils me pensaient plus fort que je ne l'étais, mais je les aurais prévenu.

« C'est certain que je vais perdre.. »

Grattant l'arrière du crâne d'un air légèrement grognon et réticent, je me plaçai face à la jeune femme. Derrière cette image nonchalante, j'avais peut-être une légère envie de gagner contre celle qui se faisait passer pour une soit disante prodige, même si une conviction de perdre était toujours plus forte dans mon esprit.


Dernière édition par Jisetsu Yûichirô le Mer 3 Jan 2018 - 11:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 254
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'enfant prodige et l'enfant banal Lun 1 Jan 2018 - 14:55

Une réponse cinglante, qui m’étonne au premier abord. Zéro, voilà donc la note qu’il lui correspond d’après sa propre analyse. Étonnant, les notes vols rarement bien haut, mais là on touche le fond. Même le professeur ne savait trop quoi dire pour répondre à ça, quand un enfant fait preuve d’une trop grande confiance en soi, il sait très bien le remettre à sa place lors d’un petit combat contre l’un de ses meilleurs élèves, mais là tout paraît bien plus délicat. C’est alors après un rire forcé accentuer par une petite tape dans le dos que le Jônin vient à essayer de rassurer son nouvel élève.

« Tant fait pas petit, il n’y a rien de bien dérangeant a voir ses Kinnegan se développer sur le tard. Sache que personne ne vaut un zéro pointé, je suis sûr que tu as tes propres armes. »

Dans l’idée il est vrai que dans des cas assez rares les pupilles temporelles se développent plus tardivement, mais les statistiques prouvent qu’il y a plus de membres Jisetsu qui naissent sans cette capacité que de membres les développant après 14-15 ans, tout cela m’attriste un peu, moi qui eus la chance de les voir apparaître à mes dix ans et ceux sans rien faire pour que ça arrive. La vie d’un membre de clans, dépourvu des capacités de ces derniers et souvent compliqué voire impossible en tant que Shinobi. Certes le raisonnement est alarmiste mais possible, la preuve la plus évidente étant le soulagement de mes propres parents quand ils ont su que le Kinnegan était apparu dans mes pupilles... Les membres des différents clans sont destinés à devenir de grands ninjas pour la plupart, ceux n’y arrivant son rarement bien vu au sein de leur propre clan.

Mais malgré son apparente maigre confiance en lui, il est présent aujourd’hui pour essayer d’améliorer sa situation actuelle et je compte bien l’aider dans cette démarche. Sa façon de me saluer me laissa une impression étrange qui n’allait pas avec l’idée que je m’étais faits de lui, son intention est bonne, mais son regard me laissait présager comme de l’amertume, pourtant je ne pense n’avoir rien fait de mal, et je ne lui ai pas encore adressé la parole étrange. L’ai-je déjà croisé auparavant ? Pour l’heure j’en ai aucune idée.

« Bonjour ! T’en fais pas, personne n’est très doué lors de ses premiers entraînements. »

C’est avec un sourire se voulant rassurant que je lui adresse ses quelques mots. Mes intentions on beau être bonne, je sais très bien qu’il pourrait mal prendre ce genre de phrase sortant de la bouche de quelqu’un de bien plus jeune que lui. Déjà que Len n’apprécie pas que je lui fasse part de certains conseils ou autres remarques alors que nous avons le même âge, alors quand ceci son donner à quelqu’un de plus vieux... J’ose imaginé qu’il n’a pas une fierté aussi mal placée que celle du borgne, tout cela pourrait être handicapant pour lui, surtout s’il est réellement en retard sur son apprentissage.

Alors que je me place pour le duel qui m’attend je prends le temps d’enfiler mes gants habituels. Je suis surtout compétente en matière de Taijutsu, et de ce fais afin de réduire un peu les dégâts causer sur mes poings j’ai pris l’habitude de mettre des gants pour combattre, l’idée m’étant venue en voyant Len retirer ses propres gants pour combattre. Il trouve ses paumes disgracieuses et les cache sous des gants la majeure partie du temps. Face au garçon pourvu de lunettes je l’entendis difficilement parler du fait qu’il risque de perdre et toujours par simple réflexe j’en viens à vouloir le rassurer.

« Le but n’est pas de te battre, mais juste de voir ou tu en aies dans ton entraînement. Je dois juste parer tes coups en premier lieu, le professeur nous dira ensuite s’il veut en voir plus. Prêt ? »

Je me mets alors en garde prête à recevoir ses attaques, je ne m’attends pas à grand-chose, mais je sais rester prudente. Avec le temps on m'a appris à ne jamais prendre un adversaire de haut, même quand le combat n’est rien d’autre qu’un entraînement sans prétention aucune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 432
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'enfant prodige et l'enfant banal Mer 3 Jan 2018 - 12:42

J'étais assez surpris de ses paroles. Contrairement à ce que laissait croire son surnom de génie, elle n'était ni orgueilleuse, ni prétentieuse, elle était relativement modeste, compatissante et gentille à l'égard du pauvre garçon que j'étais, en train de subir un entraînement que j'aurais sans doute pu éviter, mais qui finalement m'avait rattrapé.

« Comment fais-tu pour avoir une telle certitude en mes propres capacités ? J'aimerai être aussi confiant que toi, mais ce n'est pas aussi facile. »

C'était étrange de voir quelqu'un qui croyait encore plus en moi que moi-même. C'était encourageant d'une certaine façon, même si je ne croyais pas tellement en ses mots. Intérieurement, je partageais plutôt l'avis de ceux qui pensaient que la nature avait effectué une erreur en me donnant naissance dans ce clan.

Mes gênes étaient contre moi, j'avais ni un physique adapté pour le corps-à-corps, ni un pouvoir inné pour contrôler le temps et mon intelligence ne dépassait pas tant la moyenne des autres. Je n'étais pas fait pour devenir un combattant.

C'était quelque peu malaisant de voir un sourire réconfortant venir d'une adversaire plus jeune que moi. Pourtant, elle était bien plus forte que moi. Je n'étais pas têtu, ce qui me faisait un défaut de moins, j'acceptai sa gentillesse avec un sourire légèrement gêné, avant de déclarer d'une voix nonchalante le coup de départ.

« Prêt. »

Glissant ma jambe gauche en arrière pour me préparer à prendre de l'élan, je venais placer mon poing parallèle à mon pied en position d'attaque, une posture assez commune pour n'importe quel combattant qui débutait dans les offensives au corps-à-corps.

Bien que je n'étais pas particulièrement doué dans les affrontements rapprochés, je savais au moins faire semblant de me tenir droit. J'avais appris les bases en même temps que mes confrères et mes consœurs, au cours de plusieurs entraînements accordés par le clan aux enfants de premier âge pour leur permettre de se défendre au quotidien et pour les initier aux prémices des combats. Le monde qui nous entourait n'était pas un environnement facile après tout, mais ce minimum était là mon maximum.

J'entamai ma course en direction de la jeune femme d'une vitesse modérée avec le buste penché vers l'avant pour être à une hauteur plus basse que mon adversaire, afin de feindre donner un coup de paume depuis le bas vers le haut de son menton comme pour l'envoyer loin. Néanmoins, au lieu d'envoyer mon poing, je me laissai tomber à ras du sol pour lancer ma jambe derrière ses chevilles et essayer de la faire tomber à terre. Essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 254
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'enfant prodige et l'enfant banal Ven 5 Jan 2018 - 16:56

Celui se qualifiant volontaire de médiocre, s’élance alors vers moi. Jusque-là rien d’étonnant il suit à la lettre les apprentissages de base du taijutsu, sans plus n’y a moins. Bien que m’ayant l’air un peu maladroit sa vitesse me paraît tout au plus acceptable et sa posture académique. Pour quelqu’un se disant si faible il connaît au moins le B.a.-ba de l’affrontement à courte distance, de ce fait il a déjà des connaissances plus approfondies qu’il le pense, si j’ai réussi à le remarquer, je peux être sûr que mon professeur aussi. La suite risque d’être intéressante.

Alors que je m’apprête à esquiver son poing qui s’annonçait d’une manière des plus évidentes, j’en viens surprise quand finalement l’attaque vient du bas, en effet le garçon eut la présence d’esprit de me tromper avec sa paume afin de tenter de me faire tomber à l’aide sa jambe. Je ne m’attendais pas vraiment à une telle attaque, à vrai dire pas du tout. Est-ce le fait qu’inconsciemment et en dépit de tout mon apprentissage je l’ai sous-estimé ? Probablement, mais en aucune façon je vais me laisser mettre au sol par ce type.

Ses déplacements sont plutôt lents pour un Shinobi, surtout que moi-même je suis habituer au combat au corps-à-corps, l’esquiver devrait donc être qu’une formalité. Afin d’être sûr de l’esquiver sans soucis je concentre du chakra raiton dans mes semelles afin de faire un saut en arrière et ainsi passer au-dessus de sa jambe. Ce n'était pas loin, il veut bien faire et ça se voit, mais ses qualités physique son pas raccord avec le combat au corps-à-corps. Le Jônin me fais signe de la tête, que je peux passer au niveau supérieur.

« Yûichi’, c’était pas mal du tout. Maintenant voyons voir tes réflexes. »

Le poing serré, j’attaque donc à mon tour. Pas d’utilisation du raiton cette fois-ci, l’idée n’est pas de le blesser. Le fait alors un bond en avant afin de me rapprocher rapidement de mon partenaire d’entraînement avant d’essayer de lui asséner un coup de poing dans l’abdomen. Bien entendu je retiens une bonne partie de ma force pour que ce ne soit pas trop douloureux s’il ne parvient pas à l’esquiver. Ceci dit, s’il a un minimum de réflexe et d’analyse de la situation tout devrait bien se passer pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 432
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'enfant prodige et l'enfant banal Ven 5 Jan 2018 - 17:53

Étirant un visage ahuri face à ses petits éclairs qui brillaient autour de ses jambes, je l'observais sauter en arrière sans pouvoir enchaîner un nouveau mouvement comme médusé devant sa performance. C'était incroyable la façon dont elle combinait son affinité à la souplesse de son corps pour obtenir une meilleure vitesse physique.

J'avais déjà pu observer des performances d'un adulte au combat qui faisait des acrobaties de cette même façon, mais je considérais l'écart des forces trop important pour pouvoir me comparer à lui car il était bien plus âgé que moi, je n'avais songé à l'imiter. Cependant, maintenant que je voyais une jeune fille qui était ma cadette faire ce genre de mouvement, je me sentais vraiment proche du bon à rien.

Elle était sans doute la seule capable d'une telle prouesse, ce qui lui permettait d'être qualifiée de génie. Nous n'avions que seulement un écart de deux ans entre elle et moi, pourtant, j'avais le sentiment que la différence qui séparait nos deux forces était bien plus importante que seulement deux années d'expérience.

Certains disaient que l'entraînement comblait les faiblesses. Ce n'était pas un mensonge, mais ce n'était pas non plus toute la vérité car il fallait une part de génie pour apprendre aussi vite. Cela ne s'appliquait pas seulement au combat, mais aussi dans toutes les activités de la vie. Néanmoins, je me fis tirer de ces instants d'admiration par le court échange entre mon examinatrice et le surveillant.

« M-Mes réflexes ? H-Hein ? A-Attend, a-attend ! »

Instinctivement, je me laissai balancer le haut de corps en arrière pour éviter comme je pouvais le poing qui arrivait vers moi. Je n'étais pas totalement parvenu à l'esquiver, je l'avais quelque peu senti au niveau de mon ventre à cause de la lenteur de mon corps à tomber en arrière, mais j'avais au moins réussi à éviter de me faire projeter loin. Cependant, suite à ce mouvement imprévu, je finis par me faire légèrement mal au dos avant de tomber par terre.

« Argh. Tu aurais pu me laisser le temps de me préparer et effectuer quelques échauffements de plus.. »

Grimaçant légèrement, je paraissais pathétique pour un shinobi, mais je ne pouvais faire grand chose si je n'avais pas le corps d'un acrobate et ni le corps d'un athlète, j'avais le corps d'un simple civil qui faisait juste ses deux heures de marche par jour. Mes reflexes me venaient surtout de ma nature froussard qui me permettait d'apprendre les esquives avec aisance. Après tout, celles-ci consistaient simplement à écouter son corps puis réagir en conséquences. Chaque fois que mon corps sentait le danger venir, il n'hésitait jamais et il me disait toujours la même chose : cours, mauviette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 254
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'enfant prodige et l'enfant banal Mar 9 Jan 2018 - 17:41

J’y suis peut-être allé un peu fort sur la contre-attaque, mais je m’attendais honnêtement à ce qu’il arrive sans mal à l’esquiver. L’ai-je surestimé avec son attaque bien penser, c’est fort possible. À présent je me sens un peu mal par rapport à lui, moi qui lui avais dit qui n’y aurais rien de bien sorcier dans ce petit échange de coups. Je l’ai possiblement totalement démotivé. Mais sa remarque me fit quand même sourire, en effet quelle idée de parler de possible échauffements, son corps devra être tout le temps prêt, en alerte a chacun de ses déplacements futur s’il vient à réussir son objectif d’être un ninja de la roche.

Je ne peux lui en vouloir d’avoir un regard naïf sur le futur, mais là il semble se fourvoyer complètement, mais comment lui dires des paroles si dures sans le blesser ? J’en ai aucune idée et dans les faits, ce n’est pas à moi de le faire. Étant sa cadette de deux ans, je me vois mal lui faire des rapproche, quant au responsable de l’entraînement et bien il est partie vers un autre groupe. A-t-il vu ce qu’il l’intéressait ? Dans tous les cas ce n’est pas rare de ne pas avoir de ses nouvelles dans la seconde. Dans le but de l’aider à se relever je lui tends alors ma main.

« Le taijutsu n’est sûrement pas fait pour toi, il te reste pas mal d'autres façons de briller en tant que Shinobi... »

Fort heureusement d’ailleurs, bon nombre de Shinobi bien plus doué que moi, n’ont aucun talent en Taijutsu, ils faut à chacun trouver sa voie dans les multiples arts ninjas afin de devenir le meilleur possible en ne débordant pas trop de sa zone de confort. Dans mes camarades a l’académie, beaucoup ont pris l’initiative de se concentrer sur les arts du ninjutsu, souvent bien plus simple pour ceux n’ayant pas des capacités physiques exceptionnelles, ou pour beaucoup ne voulant pas se fatiguer dans des combats intenses à courte distance.

« Tu as pensé à partir sur du ninjutsu ou bien du genjutsu ce qui te conviendrait sûrement mieux. »

J’essaye de lui montrer que tout ceci n’a rien d’arrogant, mais tout dépendra de son état d’esprit. Je l’admets que ça n’a rien d’aisé d’arriver dans ce genre d’entraînement quand l’on commence à peine son apprentissage encore plus quand on le commence si tard que Yûichirô. À voir si sa volonté de s’améliorer sera plus forte que la fierté naturelle d’un garçon de son âge, j’ose espérer faire face à une personne plus encline à la critique de ce cher Len, sinon nous sommes mal barrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 432
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'enfant prodige et l'enfant banal Mer 10 Jan 2018 - 14:52

« Les illusions sont fourbes et l'utilisateur doit l'être tout autant pour pouvoir tirer le meilleur de cette spécialité, et malheureusement pour moi, je ne possède pas une telle qualité.. J'aurais beau apprendre tous les secrets des illusions.. Je ne serai jamais à la hauteur d'un véritable illusionniste car.. J-Je n'ai pas l'esprit manipulateur nécessaire à cette capacité, mh. »

En réalité, c'était surtout parce que j'avais peur des illusions, la simple pensée de me trouver prisonnier dans une de ces hallucinations qui pouvait ressembler point pour point à la réalité me donnait la chair de poule.

Cette capacité étrange était comme la manifestation de l'irréel et de l'imaginaire, mais sous les masques de la vérité. Elle permettait de créer toutes sortes de choses dans l'esprit de la cible en partant simplement de l'imagination de l'utilisateur, mais si cette dernière était sans limite, alors plus rien n'était impossible et il devenait facile de créer des spéculations fantomatiques ou des cauchemars éveillés.

Bien que tout n'était que simple fabulation, même si un fantôme n'était pas réel, le voir en face de moi comme si cet être inexistant devenait réel sous mes yeux fera toujours naître en moi un sentiment de peur et l'aspect inesquivable de ces techniques augmentait mon malaise face aux illusionnistes.

« Quant aux techniques de ninjutsu j'ai déjà essayé, mais il se trouve que manifester son affinité grâce à son chakra est une tâche difficile qui draine facilement l'énergie de l'utilisateur si ce dernier ne sait pas bien le maîtriser, et il semblerait que je combine tous les défauts possibles.. Quand je dis que le combat n'est pas ma spécialité.. »

Je méritais mieux de vivre en tant que simple civil. Poussant un léger soupire, j'attrapai son bras pour m'aider à me relever à nouveau. Jetant quelques coups d'œil sur le côté, je ne voyais plus le surveillant. Il était sans doute parti à cause de mon cas désespéré, mais ce n'était pas si important. Je me retournai en direction de la jeune femme.

« Je suppose que tu n'as pas ce genre problèmes et que tu as déjà trouvé ta voie dans le corps-à-corps, tu es celle qu'il qualifiait de génie après tout. En tout cas, merci de ton aide. »

Elle n'était pas sévère, ni méchante, mais la différence entre nos deux forces ne me mettait pas à l'aise avec elle, comme si elle venait d'une autre dimension que la mienne. Pourtant, elle était une femme gentille. Bien que je feignais vivre très bien avec mes défauts, une part de moi ne pouvait s'empêcher d'être envieux à son égard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 254
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'enfant prodige et l'enfant banal Sam 13 Jan 2018 - 11:58

Alors qu’il exprime ses appréhensions vers les autres façons de combattre, je réfléchis. Il me dit qu’il faut être fourbe pour arriver à être doué en Genjutsu, j’admets volontiers que ce n’est pas la façon de combattre la plus valorisante, mais j’ai dû mal a comprendre son point de vue, partant du principe que n’importe qui peut apprendre n’importe quoi tant qu’il s'en donne les moyens. Pour le ninjutsu, je comprends qu’il est compliqué d’aborder se style de combat au début, la ressource de chakra demander pour l’apprendre et plus conséquente que n’importe quelle autre discipline, je vois souvent des élèves de l’académie, recommencer la même technique des dizaines de fois afin d’atteindre, la forme et le but recherché. Certains sont destinés à cette discipline je le veux bien, mais ce n’est pas pour autant que nous autres adaptés à d'autres styles ne pouvons pas l’apprendre.

« Que de préjuger... Honnêtement je pense pas que tous les grands utilisateurs ont un esprit fourbe. J’ose pensé que certains était tout comme toi au commencement, encore à la recherche de leur capacité. »

Je ne sais pas pourquoi j’essaye à tout prix, qu’il se sente mieux, après tout je viens à peine de faire sa connaissance et ça s’arrête là. Mais il me fait de la peine à s’autocritiquer ainsi à longueur de temps, comme-ci il ne vaut rien, cet état d’esprit doit être partagé par bon nombre de membres de clan peu doué de base dans l’art qui leurs ais prédestinés. Vivre au sein d’un clan n’a rien de si joyeux que le reste du monde aime pensé, entre les stéréotypes qui leur sont donnés et les attentes assez élevées, il est facile de vivre ce genre d’expérience comme horrible au lieu qu’elle soit la bénédiction souhaiter.

« Quant au Ninjutsu, l’entraînement est certes plus compliqué et éprouvant au niveau des ressources en chakra. Mais étant sûrement l’art le plus commun, donc il te suffirait d’un peu plus de volonté pour y arriver. Dis-toi qu’avec de la volonté tu peux être efficace dans n’importe quel domaine, sans forcément y être doué de manière innée. »

Sa dernière remarque m’étonne alors, bien qu’il n’ait pas tort sur tous les points. Je sais pertinemment que j’ai eu la chance de trouver ma voie dans le Taijutsu avec une rapidité assez déconcertante quand l’on sait que cela ne fait que peu de temps que mon propre entraînement a commencé. Mais j’émets quelques réticences quant à la seconde, moi un génie . Bien que j’apprenne vite je ne pense pas faire partie de ceux bénits des Dieux par un talent incommensurable.

« Marrant que les gens pensent que je suis un génie, bien que j’aie que quinze ans, depuis mon premier entraînement je n’arrête pas de m’exercer tout simplement. Prenons l’exemple d’un Bakushô se trouvant lui aussi dans l’académie, je pense qu’il est naturellement plus doué par rapport a moi, sauf qu’il s’entraîne presque jamais. C’est la seule raison qui fait que j’arrive à gagner contre lui. » Un léger soupir rien qu’en repensant à la galère qu’est d’affronter le Bakushô « mais si tu souhaites continuer ton entraînement, tu peux venir me voir quand tu le souhaites. Je t’aiderais volontiers. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 432
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'enfant prodige et l'enfant banal Mer 17 Jan 2018 - 18:58

« Quelle modestie.. »

Bien que dans ce contexte, elle pointait d'avantage mes faiblesses qu'elle ne se mettait en valeur. J'aimerais bien la contredire, mais elle avait raison. J'avais quelque peu l'impression de ressembler au rouquin dont elle me parlait : légèrement flemmard sur les bords, je ne m'entraînais pas beaucoup au quotidien et je passais majoritairement mon temps se prélasser plutôt qu'à courir. Je n'aimais pas beaucoup transpirer, c'était pourquoi j'effectuais le minimum demandé par l'académie.

Néanmoins, au-delà de ce détail, il existait toujours une différence entre nous deux comme il existait toujours des personnes plus intelligentes que d'autres, des personnes plus douées que d'autres, des personnes plus fortes que d'autres. Les entraînements permettaient de combler la différence qui séparait chacun, mais il existait toujours un écart.

« Je pense que tu confonds ma notion de génie. Je parle bien de tes capacités aux combats, mais ce qui fait de toi un génie, c'est avant tout la vitesse à laquelle tu progresses et ta capacité à apprendre. Certains peuvent s'entraîner tout autant sans avoir de résultats, alors que toi, tu les as. C'est une preuve, car tu es l'une des plus forte. Même si pour l'instant ce n'est que pour ton âge, mais un jour, tu dépasseras même les adultes avec plus d'années d'expérience que toi et à ce moment-là, tu ne pourras plus dire le contraire. »

Fut une époque où je m'étais entraîné pour tenter de donner plus de volume à mes muscles aussi fins que des allumettes. Seulement, malgré mes efforts, aucun progrès ne s'était manifesté même après plusieurs mois d'entraînement. Mon corps me répétait avec un sourire que je restais un poltron, car c'était dans ma nature. Depuis, j'avais cessé de me batailler contre moi-même, j'avais cessé de prêter attention à cette différence de force qui me séparait de mes congénères, j'avais finis par m'accepter tel que j'étais, bien que je n'en n'étais pas spécialement fier non plus.

« Enfin, je te remercie pour ton offre. »

Cependant, je n'eus pas le temps de continuer la discussion, car le surveillant revint vers nous pour lancer les prochaines étapes de l'entraînements avec tous les autres enfants. Autant dire que ce ne fut pas facile, je finis exténué de ma journée. C'était en rampant que je rentrai vers mon foyer où mes deux parents m'attendaient avec impatience pour entendre mes nouvelles. Ils espéraient sincèrement voir mes progrès, mais ce n'était pas un entraînement qui allait pouvoir réveiller mes pupilles. Cette séance avait tout juste suffit à m'épuiser. Aussitôt, je fus dans mon lit, aussitôt, je m'endormis. Les entraînements et moi, ça faisait deux.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: L'enfant prodige et l'enfant banal

Revenir en haut Aller en bas
 

L'enfant prodige et l'enfant banal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Passé & Lettres :: Flashbacks-