N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Cours du soir, bonsoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Message(#) Sujet: Cours du soir, bonsoir Sam 23 Déc 2017 - 11:11

    Une personne qui cherchait des combattants pour des cours du soir sur la thématique du combat rapproché… Pourquoi pas ? Amasser du savoir et du pouvoir ne pouvait qu’être bénéfique à ma survie, et ce but devenait encore plus prioritaire lorsque vous avez combattu un démon immortel il y a peu de temps.

    Seulement, l’adresse du lieu me laissait quelque peu perplexe. Le Septième Ciel… Devais-je m’y rendre dans un autre corps pour plus de sûreté ? Le bâtiment n’avait rien de dérangeant en soi, mais je devais me rendre au dernier étage, et cet endroit appartenait au propriétaire de l’établissement… Nara Natsuki. L’homme qui pouvait se transformer en démon assoiffé de sang à tout moment…

    Certes, c’était également possible que ce soit une connaissance du Nara à qui il aurait laissé le local pour ses cours du soir, mais devais-je courir le risque pour autant ? Néanmoins, s’il s’agissait d’un cours, c’est qu’il devrait y avoir plusieurs disciples, et donc des témoins potentiels. Suivant l’ancienneté de la publicité, ce nombre devrait être plus ou moins grand déjà. Je ne serais alors qu’un apprenti parmi d’autres et en aucun cas seul avec le démon…

    D’autant plus qu’en tant que bras droit de l’Hokage, Natsuki possède un grand savoir qui serait dommage de négliger. Pouvais-je vraiment passer à côté d’une occasion pareille ? Peut-être apprendrais-je même le moyen de le vaincre s’il venait à reperdre le contrôle de soi ? Une donnée plus qu’essentielle à ma survie.

    Et c’est ainsi que mon bras frappa deux fois à sa porte, se demandant qui allait être ce fameux professeur des cours du soir, et combien de disciples il possédait déjà. J’avais d’ailleurs fait exprès de venir plus tard la nuit pour m’assurer de ne pas être le premier à arriver et donc de potentiellement me retrouver seul avec le Nara. Après tout, nous ne nous sommes pas recroisés depuis le fameux événement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Cours du soir, bonsoir Mar 26 Déc 2017 - 19:34

'' Nous perdons notre vie à la gagner ''. C'était une phrase qui parlait à tous ceux qui vivaient par le travail, faute de pouvoir faire autrement. Les shinobi quant à eux suivaient une phrase légèrement différente. Ils gagnaient leur vie en essayant de ne pas la perdre, à condition de la mettre au service d'autrui. Et cela entrainait généralement du stress.

Beaucoup de stress.

Natsuki avait passé un peu moins de la moitié de son existence connu à vivre là-dedans. Outre son quotidien éprouvant et similaire à celui de ses frères d'armes, sa principale source de stress était ce qu'il était lui.

Un monstre.

Les appellations avaient été nombreuses, mais c'était de sa dualité que venait tous ses problèmes. L'esprit avait beau être sain, le corps lui ne répondait qu'à ses propres pulsions. Une rage sans commune mesure contenu par une volonté ténue, tel un volcan maintenu au bord de l'éruption.

Voilà ce qu'il craignait.

D'exploser au beau milieu de ce qu'il chérissait, et de détruire tout ce qu'il tenait à protéger. Pendant des années, il avait porté son fardeau seul, à tenter de garder la tête hors de l'eau et de ne pas sombrer dans la folie qui le rongeait jour après jour. Jusqu'à ce qu'il comprenne qu'il avait besoin de quelque chose pour y arriver.

De l'aide.

Passé ce point, la vie ne fut pas vraiment plus facile, mais au moins, cela lui avait donné l'espoir de continuer d'avancer, et de croire en un avenir qui ne voulait pas de lui. Passé ce point, il avait pu commencer à remonter la pente plutôt que de simplement resté suspendu au-dessus du précipice. Mais même au sommet, il restait une tâche d'ombre sur le tableau : sa rage était toujours là.

Enfouie en lui.

Et si la lutte au quotidien pour garder contenance n'était plus aussi âpre que jadis, il restait des cendres d'une colère ardente mise sous cloche, attendant de trouver une faille pour s'embraser à nouveau. Ce que Natsuki ne pouvait permettre.

Ce que le stress tentait de permettre.

Alors il avait ponctué son quotidien de moments détentes, des prétextes pour retrouver la maîtrise qui fut jadis la sienne. L'un de ses moments incluait un bain relaxant. Des bougies odorantes, des huiles essentielles, une musique de fond, un peu de lumière tamisée, et surtout, un bain bien chaud avec beaucoup de mousse. Sauf que ce soir, c'était sans compter sur une des lois élémentaires du monde.

Tout corps tremper dans l'eau fait sonner la sonnette.

Ou toquer à la porte, vu qu'il n'avait jamais fait installer de sonnette devant la sienne. Les bras encore appuyés sur le rebord alors qu'il était à demi-immergé, Natsuki s'immobilisa un instant, comme s'il réfléchissait encore à la conduite à tenir, et s'il devait se sentir contrarié ou agacé. Après deux instants, il opta pour se sentir désintéressé, et acheva de se laisser couler dans son bain. Mais parce que ce n'était pas un cuistre – et qu'il avait l'habitude de ce genre d'intervention dans ces moments-là de sa vie ( voir histoire associée ) -, il composa une poignée de mudra. Une ombre fila alors hors de la salle de bain, rampant au sol sans le moindre bruit.

Elle gagna la porte d'entrée.

Spoiler:
 

Les ombres devinrent plus épaisses sous celle-ci, et commencèrent à zébrer les murs et le sol sous les pieds du visiteur impromptu. Lentement mais sûrement, des bras glissèrent sous la porte, arrachant la forme humanoïde à laquelle ils étaient reliés. Elle rampa jusqu'à ce que son buste passe, puis se redressa de toute sa hauteur, bien que tout ce qui se trouvait sous la ceinture n'était que volutes ténébreuses. De ses deux yeux jaune pâle, elle posa le regard sur le visiteur, et lui tendit la feuille qu'elle tenait. Dessus, il était possible d'y lire :

'' Bonjour/Bonsoir. Je suis actuellement indisponible, mais je vais prendre bonne note de votre visite. Si vous êtes un représentant d'assurance, vous pouvez repartir immonde vampire : il n'en existe pas une que je n'ai pas déjà souscrit. ''

'' Si vous êtes l'un des enfants de l'orphelinat Suguato venu pour vendre des cookies, posez la totalité de votre sac sur la table à votre droite : je ne veux pas que quelqu'un s'empoisonne avec. J'apporterai un chèque de quatre mille ryos demain à votre directeur en dédommagement. ''

'' Si vous venez pour livrer un colis, remettez-le au rez-de-chaussé au garçon de salle avec les lunettes et le regard pénétrant. Il a été augmenté justement pour faire ce genre de travail en mon absence. ''

'' Si vous venez pour intégrer Matsudaï et profiter de ses leçons exclusives, veuillez remplir le document ci-joint et le glisser sous la porte. Félicitation, vous voilà accepté, nous aurons rendez-vous le jour à venir le plus proche entouré d'une cercle rouge sur le calendrier à votre gauche. ''

'' Si vous êtes un messager venu me délivrer une missive importante ou une mission d'urgence, vous savez comment entrer. ''

'' Dans tous les cas hormis le premier, le deuxième le troisième et le dernier, vous êtes libre de revenir un autre jour, dans une autre narration. ''

''Cordialement, Natsuki Nara. ''

'' Toute tentative pour me déranger sans nécessité est passible de coups et blessures, selon le décret kagal en vigueur. ''


L'ombre patienta sans signe d'impatience pendant que le visiteur faisait son choix. Ou partait de peur de courant.

Cela arrivait parfois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Cours du soir, bonsoir Mer 27 Déc 2017 - 11:38

    Hum ? J’ignorais que les ombres pouvaient prendre forme humaine et encore moins tenir des objets comme une note. Ce phénomène me surprit, me plaça sur mes gardes et me fit reculer de deux pas, par pure précaution, bien que mon masque ne laissait rien paraître et n’avait rien à envier à une ombre. Tous deux étaient pourvoyeurs de funestes stimuli.

    Je lus la feuille en prenant un certain temps et un temps certain. La lecture, bien que je comprenais le principe, ne m’était pas encore fluide. Je préférais la voie orale, ou bien la lecture des pensées. Lorsque je devais prendre connaissance d’un texte avant que celui-ci ne disparaisse : son image perdurait dans ma tête et j’avais alors tout le loisir de le déchiffrer en fouillant mes propres souvenirs.

    Mais la patience d’une ombre est sans commune mesure avec l’homme.

    En conclusion : les vampires n’étaient pas les bienvenus – j’ignorais que ces créatures existaient, ou bien elles étaient apparentées aux Ketsueki – je ne livrais pas de colis et n’étais pas porteur de mission. Je n’étais pas non plus un enfant de l’orphelinat Suguato, mais l’obtention d’un chèque en échange d’un simple sac de cookie attira mon attention. Hélas, l’argent serait destiné au directeur de l’orphelinat et non au dépositaire des biscuits. Il demeurait donc le Matsudaï dont j’ignorais la signification, mais il y faisait mention de leçons exclusives. S’agissait-il des fameux cours du soir ? C’était la proposition qui concordait le mieux avec l’activité souhaitée en tout cas. Matsudaï devait être le nom de ses cours, à la façon d’une enseigne de dojo ou d’un art martial.

    Je remplis donc le formulaire ci-joint. Etonnamment, j’écrivais plus rapidement que je ne lisais. Peut-être parce que remplir un rapport de mission pour se disculper de toute responsabilité était plus important que de lire un rapport ? Probablement.

    Cependant, le Matsudaï était bien dirigé par Natsuki étant donné la signature du parchemin… Et bien, s’agissant de cours, je ne devrais pas être seul. Il me suffira d’envoyer un petit animal contrôlé par mon esprit en éclaireur et ne venir qu’une fois les autres apparus ou que le danger sera écarté. Oui, tentons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Cours du soir, bonsoir

Revenir en haut Aller en bas
 

Cours du soir, bonsoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Quartiers Civils :: Le Septième Ciel-