N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Un début à tout [pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1600
Rang : A+

Message(#) Sujet: Un début à tout [pv] Jeu 4 Jan 2018 - 19:47

Première heure de la journée, premier cours bonjour. Bienvenue au pays de la chiantitude. Non pardon, j’abuse un peu. Commençons du début … Bonjour à tous, je m’appelle Milly, je suis originaire de Mizu no Kuni mais je suis à Kaze depuis plus de quinze ans maintenant. Difficile de se considérée autrement que Kazejin. Pour ce qui est du « cours », il se trouve qu’il y a peu j’ai décidée de passer le pas et m’inscrire à l’Académie des ninjas de Suna. Auparavant je vendais le poisson pécher par mon père à l’aube, sur le port. Rien de gratifiant, des petits boulots ici et là, mais quand on a du sang de Kaguya en soi, on a irrémédiablement besoin d’action. Attention je ne parle pas spécifiquement de baston – même s’il faut avouer que c’est le meilleur – mais simplement de l’aventure, un quotidien bousculé, de nouveaux horizons. Or le meilleur moyen d’y parvenir, il me semble, c’est de devenir kunoïchi.

« Ouvrez vos manuels à la page 41 ! »

L’homme qui vient de brailler cet ordre, c’est le professeur principal de ma classe. Un type bruyant et qui a un tic très particulier, il ne peut pas s’empêcher de répéter "c’est la règle" à chaque explication. Comme si justement il n’y avait pas d’explication, les choses sont ainsi et il n’y a pas à réfléchir. Je n’aime pas ce type … En plus il est moche.
Nous sommes un peu moins d’une trentaine cette année, une moyenne en général, d’après ce qui s’est dit à la rentrée. Il s’agit de ma première session. Dans 3 ans, si je ne loupe rien, j’aurais le bandeau de Suna et on pourra partir se défouler. En attendant, vous comme moi, on est coincé ici, avec ce type ennuyant à mourir qui gueule des ordres … Observons plutôt ce qu’il y a autour. Les places n’étant pas attitrées, on change régulièrement de voisins. Cette fois c’est un brun aux cheveux aussi long que les miens. Un haut fin et près du corps, peu de bijoux, un bas ample terminant en pattes d’œuf. La tenue de base de l’homme du désert. A côté je faisais un peu tache, dans mon gilet beige rayé, mon minishort en jean et la brassière orange à peine cachée …
De quelques mouvements souples du bassin je me glissai à côté de lui et le salua d’une main plus ou moins dissimulée par l’angle de la table :

« Salut toi, moi c’est Milly. T’as l’air plus sympa et intéressant que le prof. C’est quoi ton prénom ? » Un sourire amical s’étirait sur mon visage, malgré le volume affaibli de la voix. « Du clan Yamada peut-être ? Ton look leur ressemble un petit peu … juste un petit peu. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 164
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un début à tout [pv] Dim 21 Jan 2018 - 15:49

Voilà maintenant quelque jour que les membres de mon clan avaient rejoint la nouvelle capitale du pays du vent. Suite à la chute de l’empire, le conseil du clan organisa une réunion pour décider de l’avenir des Akuzu, et c’est suite d’un commun accord que nous nous rallions à la force armée du village du Sable, afin de nous protéger. Les sentiments furent partagés au sein du clan, mais la majorité choisie de faire route pour Suna et ainsi devenir des membres de cette communauté. Vint ensuite une autre question épineuse : celle de rejoindre les forces armées sous le joug du Daimyô ou non. Beaucoup voyaient en ça l’opportunité d’utiliser leurs talents pour protéger la communauté, d’autres juste pour le soupçon de l’aventure ; certains cependant voulurent rester à l’écart de cette potentielle réplica de l’empire.

Et moi dans tout ça ? C’était une bien bonne question que je m’étais posé. Durant toutes ces années, j’avais suivi les enseignements de ma mère pour les domaines qui m’intéressaient : les arts martiaux et la médecine. Cela me donnait ainsi des connaissances primaires qui pouvait me donner une avance en tant que Shinobi, mais… Je ne voulais pas réellement en être un. Tout ce que je souhaitais, c’était devenir un médecin pour aider les gens, je m’en serais contenter. Cependant, plus j’explorai les connaissances du monde médicale, plus je comprenais que la maîtrise et les connaissances du chakra me seraient utiles pour approfondir mon savoir. C’est donc après pas mal de délibérations que je me retrouvais dans cette classe pour devenir Sunajin.

Les cours en soit n’étaient pas quelque chose que je dépréciais, au contraire. J’étais, de base, assez curieux de nature, mais aussi un peu trop déterminé si je devais avouer. Dans le sens où si jamais je ne savais pas quelque chose à une question, la chose m’obsédait au point que je ne pouvais détacher mes yeux des bouquins avant d’enfin trouver la réponse. Cependant, comment dire… Là où les méthodes d’enseignement de ma mère laissait beaucoup plus d’espace à l’interprétation et à la recherche personnelle, ces cours dirigistes n’étaient pas très intéressants. En soit, j’apprenais des choses, mais… Quand il ponctuait ses phrases par « C’est comme ça », cela n’aidait pas avec l’envie d’apprendre.

Néanmoins, je continuai à noter les informations. Après tout, cela restait du savoir que je pourrais rechercher par moi-même à côté. Peut être que je trouverais plus facilement intérêt avec mes propres connaissances après tout. Cependant, j’étais tellement concentré sur mes devoirs que la voix féminine à mes côté me fit sursauter légèrement. Tournant la tête, je pus me rendre compte qu’il s’agissait d’une de mes camarades de classe qui s’était rapprochée. Peau mate et cheveux blonds pâles, elle donnait elle aussi l’impression de s’ennuyer, bien que c’était pour d’autres raisons. Je rougissais un peu de me rendre compte qu’elle était un peu proche avant de me rendre compte qu’elle me parlait.


« - Oh, oui, hmmm… Moi c’est Shin. Akuzu Shin, donc pas un Yamada, désolé de te décevoir, haha… Et bon, le professeur n’est pas mauvais, c’est juste que… Il n’est pas forcément doué…
- Vous avez quelque chose à dire, vous deux ?
- R-rien ! Pardon Sensei, continuez. »

Je m’inclinai légèrement en avant, gêné d’avoir attiré l’attention sur moi alors que je replongeai mon regard dans les bouquins afin de répéter attention aux cours.

« - Désolé d’avoir attiré trop l’attention sur nous… »

Je glissai un regard du coin de l’œil avec un faible sourire désolé à la dénommée Milly. Elle ne semblait pas du tout être avec de mauvaises intentions, je ne comptais pas lui attirer de problèmes. Même si je devais avouer qu’elle m’intriguait un peu. Son style de vêtements ne correspondait pas du tout à celui des gens du voyage, ce qui faisait qu’elle n’appartenait à aucun clan que je ne connaissais. Pas Akuzu, Yamada ou Kawaguchi en tout cas. Et vu ses yeux… Loin d’être une Ketsueki. Ce n’était pas que je voulais faire un jugement de valeur aux manipulateur du sang mais… Ils ne semblaient pas vraiment être capables d’avoir des yeux aussi sympathique que les siens. Me rendant compte soudainement que je fixais les dis yeux pendant trop longtemps, je repris ma lecture du cours du jour, calmant les joues rouges que j’avais.

Pour l’heure, c’était un cours sur le chakra en général, de sa création à son utilisation, chose que j’avais encore du mal à faire. Je savais que beaucoup étaient capables de faire des sorts particuliers en utilisant cette énergie, mais moi… C’était loin d’être encore ça. Cependant, la partie qui m’intéressait le plus arrivait vite, les Tenketsu. Mêler les connaissances du chakra à un cours d’anatomie me donnait plus qu’envie de m’y intéresser. Je pouvais réussir à compléter ce que je savais des méridiens de chakra et les appliquer dans mes futures recherches. Pourtant, quelque chose clochait quand j’observais le schéma, il semblait y avoir… Quelques erreurs. Je ne pouvais pas être réellement sûr, mais comparé à ceux que me faisaient étudier ma mère, c’était différent. Sans réfléchir, me voilà en train de lever ma main pour interrompre le cours.


« - Sensei ? Je crois qu’il y a un erreur sur le schéma dans le bouquin à la page 42.
- Hmm ? Et en quel honneur vous pensez que ce bouquin a tort ?
- E-Et bien… Il dit qu’il y a au total 340 Tenketsu dans le corps humain, hors… Il me semble qu’il y en a 361 en réalité.
- Hmpf ! Foutaise. J’ai moi-même participé à la rédaction de ces exemplaires que vous tenez en main. Vous seriez en train de dire que j’avais tort ?
- N-n-non, du tout Sensei, juste-
- Quel est votre nom ?
- Eeeuh… Shin, Akuzu Shin, Sensei.
- Ah ! Un jeune homme qui n’a fait que se balader dans le désert à dos de chameau pense avoir plus de connaissances ? Rasseyez-vous au lieu de dire des sornettes, et apprenez à écouter comme le reste de vos camarades. »

Je me sentais outré de ce qu’il avait dit. Sous prétexte que je n’étais pas un citadin, j’étais moins éduqué qu’eux ? C’était n’importe quoi ! Je regardais autour, et je pouvais reconnaître d’autres membres des clans nomades, mais ils semblaient ignorer mon « appel au soutien » pour se concentrer sur le cours. Je me sentais… Honteux, oui. Peut-être que j’avais tort, qui sait. Après tout, les autres n’étaient pas en train de le contredire, donc je devais juste avoir mal lu mes parchemins. Soupirant un peu, baissant la tête, je m’inclinai pour m’excuser une nouvelle fois et retournai à la lecture du livre, en silence, essayant de ne pas me ridiculiser un peu plus. Ne me rendant pas compte que dans mon stress, je murmurais à voix basse plutôt que pensait en silence.

« - C’est ok, Shin… Tu n’as rien fait de mal… Continues à écouter... Tu n'auras pas de blem. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1600
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un début à tout [pv] Mer 24 Jan 2018 - 16:12

Le jeune garçon était définitivement timide, introverti, car il sursauta presque et rougit à mon intrusion dans son espace vital. Il ne semblait pas avoir l’habitude du contact avec des inconnu-es.

« Oh, oui, hmmm … Moi c’est Shin. Akuzu Shin, donc pas un Yamada, désolé de te décevoir, haha … » Sa voix était légèrement tremblante, peu assurée, donnant l’impression qu’il cherchait ses mots à chaque nouvelle syllabe. « Et bon, le professeur n’est pas mauvais, c’est juste que … Il n’est pas forcément doué …
- Vous avez quelque chose à dire, vous deux ? » Intervint soudainement le maître de classe en question du haut de sa petite estrade.

Shin répondit immédiatement que non et s’excusa du dérangement en s’inclinant. Il me demanda même pardon, à moi, pour avoir attiré l’attention, alors que je reprenais ma place d’un air nonchalant. Vous savez qui il me rappelle ? Les rats de bibliothèque. Pas que ce soit péjoratif, ce terme définissait justement les élèves qui préfèrent les livres aux relations sociales. Pour toute sorte de raison d’ailleurs, et cela trahissait leur maladresse lorsqu’ils sont confrontés à quelqu’un sans avoir eu le temps de se préparer mentalement en amont. Une proie facile et innocente pour une emmerdeuse comme moi. Pourtant je lui fis signe de la main qu’il n’y avait pas de soucis, qu’il n’avait pas à se faire pardonner. Après tout, c’était moi qui étais venu le voir.

Le cours d’aujourd’hui portait sur la circulation du chakra dans le corps, sa nature, la façon dont on le crée et l’utilise. Le b.a.-ba du ninja, la base de toute carrière militaire. Une étude purement théorique et d’un ennui sans nom. Certes cela restait intéressant, savoir que toute cette énergie vient du ventre et est ensuite redistribuée dans tous les muscles jusqu’à l’extrémité des méridiens. Ce sont d’ailleurs ces fameux méridiens que s’exerce à obstruer les membres d’un clan Konohajin, les Hyuga. D’après ce qui ce dit, si jamais on se retrouve avec trop de ces extrémités naturels bouchées, on peut ne plus du tout arriver à produire du chakra. Avouer que ce serait emmerdant.
Les yeux parcourant le bouquin avec la tête avachie dans la main gauche perchée sur son coude, je parcourais en diagonale les innombrables lignes de savoirs et de connaissances du corps humain. Une unique illustration agrippa un peu plus mon attention que le reste. "Les pervers du froid" … Rien à voir avec les types louches en chaleur, non il était ici question d’un méridien très précis. Un point que l’on peut stimuler lorsque les températures chutent, afin de se prémunir des effets vicieux de l’hiver.

Le jeune garçon réservé et silencieux rompit le calme de la classe, venant emmètre l’hypothèse que le livre de cours comporterait une erreur sur le nombre total de méridiens contenu dans le corps humain. Chose dont s’insurgea le professeur qui appela au silence, sous prétexte qu’il avait lui-même participé à la rédaction de cet ouvrage. Bah voyons, ça arrive à tout le monde de faire des erreurs monsieur.

« Quel est votre nom ? » Demanda-t-il sur un ton supérieur.
« Eeeuh … Shin, Akuzu Shin, Sensei.
- Ah ! Un jeune homme qui n’a fait que se balader dans le désert à dos de chameau pense avoir plus de connaissances ? Rasseyez-vous au lieu de dire des sornettes, et apprenez à écouter comme le reste de vos camarades. »

Oh ça c’était vraiment sale monsieur, presque raciste. Et à entendre les murmures ici et là, je n’étais pas la seule à noter cette remarque. Shin cherchait du regard un soutien parmi les élèves, avant de se renfrogner dans son coin, honteux. Je n’y connaissais rien en anatomie, et à vrai dire je n’en avais non plus rien également rien à cirer. Donc impossible de prendre un quelconque parti concernant cette dite erreur, mais pour le reste … je vins simplement poser ma main sur son épaule, souhaitant être rassurante.
Les mots sont inutiles dans ce genre de cas, et puis ce ne serait pas le moment d’attirer à nouveau l’attention sur nous. Je repris ma place peu après, pour déchirer un bout de papier de mon cahier, et y noter :
« Ne t’en fait pas, ça ne m’étonnerais pas qu’il se soit planté et qu’il refuse de le voir. Ça te dit une glace après le cours ? Ce sera pour me faire pardonner pour tout à l’heure. »
Puis le petit mot glissa jusqu’à son destinataire, aussi silencieusement qu’un coup de vent. Se faire des amis c’est important, et plus encore s’ils peuvent combler vos lacunes. Lui m’a l’air particulièrement studieux, attentif. Le genre qui réfléchit avant d’agir, possiblement trop aussi mais ça c’est un détail à corriger plus tard.

La fin de l’heure se passa sans plus d’embrouilles, juste un ennui et une lassitude grandissante, durant laquelle les regards vers le ciel bleu et les oiseaux voltigeant dans le ciel se faisaient de plus en plus nombreux. Et sitôt la sonnerie retentissante que la majorité des élèves étaient déjà dehors, moi inclue. A l’extérieur de l’académie, juste en-face des portes, un marchant de sucrerie et autres délices gustatifs avait très judicieusement choisi d’ouvrir une boutique face à la plus grosse source de consommateurs. Autant dire que son commerce fonctionnait aux horaires de l’école.
C’est devant la vitrine que j’attendis le jeune garçon, alors qu’une file d’attente commençait à sortir de la boutique, tant il y avait de monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 164
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un début à tout [pv] Sam 3 Fév 2018 - 11:47

Le reste du cours se passa dans le silence le plus total, mis à part les paroles du professeur et les murmures. Non, le vrai silence fut de ma part. Plus un bruit, plus un mot, la peur qu’un simple son puisse à son tour provoquer une nouvelle vague d’ennuis. Je ne savais même plus si j’étais encore en cours ou alors déjà enfourné dans mon lit à oublier tout ce qui venait de se passer. Pourquoi, pourquoi a-t-il fallu que j’ouvre ma bouche ? Enfin, pour l’heure, le prof semblait m’avoir oublié, ce qui était pour le mieux.

Dans mes pensées isolées, j’en avais presque oublié la présence de ma camarade de classe, jusqu’au moment où une pression fut appliquée à mon épaule. Un bref regard dans la direction générale et je pus voir qu’il s’agissait d’elle qui semblait être compatissante à mon égard. Ca me fit presque sourire, savoir qu’au moins elle ne m’en voulait pas d’avoir causé autant de problème… Mais cela ne voulait pas pour autant dire qu’elle se rangeait de mon côté. Il fallait me faire une raison, j’avais tort pour le coup.
Cependant, alors que je voulu me concentrer à nouveau, un papier glissa sous mes yeux. Une invitation pour traine après le cours ? Je regardai vite fait en direction de Milly-san pour confirmer qu’il s’agissait d’elle, mais elle semblait à nouveau dans ses pensées, ignorant aussi bien le cours que ma présence. Je ne pouvais que soupirer en me demandant ce qui m’attendait réellement ensuite.

La fin du cours arriva, alors que je n’arrivais plus vraiment à me concentrer sur ce dernier. Les notes défilaient sur mon cahier, mais l’envie de les relire ou de les analyser n’était plus vraiment là. Peut-être qu’une fois chez moi, cela pourrait revenir ? En tout cas, il était temps de rejoindre la sortie, en ignorant les regards. Je pouvais sentir le professeur en train de me pointant du regard de son air suffisant, alors que je fuyais le sien pour me concentrer sur la sortie. En marchant, je débattais pour savoir si c’était vraiment une bonne idée d’accepter la proposition de ma camarade. Elle ne semblait pas être quelqu’un de mal attentionnée, encore une fois… Bon, après tout, j’ai effectivement besoin de me détendre, et une glace est tout indiqué pour !

Gonflant ainsi le torse pour essayer de me remotiver, je me précipitai ainsi en direction de la sortie, cherchant du regard où pourrait se trouver ma pétillante camarade. Oui, j’emploi des termes particuliers, et il me semble bien attribué pour la Milly-san. Cependant, dans ma marche rapide, je n’avais pas vu les personnes en face de moi et leur rentra dans le dos, trébuchant. Paniqué, j’étais sur le point de m’excuse d’inattention quand l’un des trois m’attrapa par le col pour me soulever… Oops.


« - Tu te prends pour qui, le clodo ?
- Eeeuh, j’ai une maison vers l’extérieur de-
- Je t’ai dit que tu pouvais parler ?!
- … Je dois répondre ? »

Il semblerait que ma réponse ne fut pas la bonne puisqu’il me repoussa contre le mur avant de partir, me disant que je devais arrêter de faire le malin où ça risquait de mal finir. Super… Humilié en cours, mal vu des proviseurs, et maintenant quelqu’un ne m’aimait pas… Peut-être que finalement, je devais rentrer directement à la maison avant de m’attirer plus d’ennuis ? Mais pas de chance, car à peine me voilà à la sortie que je croisais le regard de la blonde qui semblait impatiente dans la file d’attente. Les épaules tombantes dans un soupire, je m’abandonnais à mon sort en me disant que cela ne pourrait pas être pire. Me forçant à reprendre un visage plus aiguaillé que je ne paraissais, je m’avançais vers Milly-san afin de la rejoindre.

« - Désolé du retard. J’ai eu un empêchement, haha, je sais pas si tu étais pressée, mais vu la queue, on risque de devoir traîner par ma faute… »

Très vite, je pouvais sentir mon hésitation grimper alors que je repensais aux idées noires sur le potentiel mauvais fond de ma camarade de classe. Non, ce n’était pas bien de penser les choses ainsi, il me fallait être un peu plus positif, comme dit ma mère. Après tout, elle ne m’avait pas tendu de piège, je n’avais aucune raison de me méfier. Mais malgré tout, je ne pouvais que me demander pourquoi elle était là, à vouloir me parler… Bon, autant jouer le jeu. Les mains coincées derrière la tête, j’observai un peu devant, autour, ne me concentrant que peu sur elle.

« - Du coup, je me posai la question : tu viens de Suna de base ? Sans vouloir faire de suppositions seulement sur ton apparence, tu ne sembles pas être une femme du désert. Moi, héhé, je suppose que le prof a fait un assez bon résumé de mon appartenance aux clans nomades, enfin, pas tant que ça si on y réfléchi… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1600
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un début à tout [pv] Mar 6 Fév 2018 - 15:03

Etais-je trop entreprenante ? Absolument pas. Il est tout de même important de rappeler aux potentiels esprits douteux, qu’il n’y a aucune drague là-dedans. Ce n’est ici qu’une façon de passer le temps, rendre le moral à un voisin et éventuellement aussi m’excuser pour avoir attirer l’attention sur lui. Ça à l’air d’être quelqu’un de particulièrement timide, introverti, en somme clairement pas mon genre ! … Après s’il y a moyen d’en tirer des astuces pour avoir des bonnes notes, ne crachons pas dessus.
Ah le voilà enfin qui arrive. Tête baissé, les épaules tombantes malgré un sourire que l’on pourra qualifier de poli. Oh on dirait un petit chiot maltraité, pauvre chou.
En s’approchant, le premier mot prononcé fut un désolé … De quoi me faire lever les yeux aux ciels. Il s’excusait d’arriver si tard et perdait ses mots au milieu de toutes ses lamentations.

« Mmh, t’es du genre à te cacher sous l’escalier dès que ça gronde nan ? Tu devrais relever la tête plus souvent, ça donnera nettement moins envie aux autres de te rabaisser. » Une tape sur son épaule vint appuyer mes dires. « Ne t’en fait pas va, ça nous laisse plus de temps pour discuter. »

A la vitesse à laquelle on avance, il va nous falloir une bonne dizaine de minutes – au mieux – pour atteindre le comptoir. Devant nous, un groupe de garçons s’échange ce qui ressemble à des cartes de collection, sans doute rare vu la façon dont ils en parlent, la voix basse et en veillant le plus possible à maintenir un cercle fermé avec leurs épaules. Derrière, une fille lisait un épais bouquin derrière ses lunettes ovales, l’ongle droit du pouce entre les lèvres.

« Du coup, je me posai la question : tu viens de Suna de base ? » Demanda Shin sur un ton légèrement hésitant. « Sans vouloir faire de suppositions seulement sur ton apparence, tu ne sembles pas être une femme du désert. Moi, héhé, je suppose que le prof a fait un assez bon résumé de mon appartenance aux clans nomades, enfin, pas tant que ça si on y réfléchi …
- C’est tout à fait exacte mon cher Watson. » Répliquai-je en ricanant. « Je ne suis pas du tout d’ici. A vrai dire je ne suis même pas du continent. Si je te dis Mizu no Kuni, ça te parle ? Un groupe d’ile au milieu de l’océan, avec de la brume quatre-vingt pour cent de l’année …
- Avec la ville de Kiri, c’est ça ? » Demanda soudainement l’intello à lunettes. « Un archipel où il y a plus souvent la guerre que la paix n’est-ce pas ? Je connais tout sur le sujet et …
- Ouais et ça ne nous intéresse pas, retourne dans ton bouquin. » Coupai-je sèchement avant de revenir sur Shin, à nouveau avec le sourire. « Je viens de là-bas, sur la côté ouest et je suis arrivée à Kaze à mes cinq ans, environ. Toi tu viens du désert c’est ça ? Ça ressemble à quoi ? Je veux dire, à part du sable, du sable et encore du sable, y a quoi ? »

La fille derrière nous s’apprêta à nouveau à étaler sa science, mais se ravisa en croisant mon regard.

« Oui il doit y avoir des oasis magnifiques, et zones plus rocheuses par endroit, mais je ne sais pas ça reste un désert … Non ? »

La file d’attente avança de quelques pas, et nous commençions à entendre la musique de fond qui résonnait dans le magasin. Une musique qui donne envie de danser, de chanter jusqu’à l’aube. Une activité qui ne serait sans doute pas dans les habitudes de notre jeune homme originaire des endroits vides de toute civilisation.
Ponctuellement cependant je ne pus cacher quelques trémoussements, mouvements d’épaules ou de talons au rythme des trompettes et des tambours.
~ musique ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 164
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un début à tout [pv] Dim 25 Fév 2018 - 9:40

« - Ah ah ah… Disons que j’ai du mal à m’habituer à Suna pour l’instant… »

La blonde semblait bien plus enjouée que la plupart des personnes que j’avais pu rencontrer en arrivant à Suna. Il fallait dire, l’ambiance des grandes villes semblait bien plus différente que celles des vastes étendues désertiques, sans doute à cause de l’influence qu’aurait la Daimyô sur la cité. Les Ketsueki avaient une histoire… Difficile, c’était le cas de le dire. Et à côté de cela, on avait Milly-san, qui certes était un peu trop rude sur ses propos, mais se montrait déjà bien plus accueillante que le reste de ma classe… Même si cela ne semblait pas si dur en voyant les gens autour.

Nous trouvant ainsi dans la file d’attente, j’observais un peu les alentours de la cité, ainsi que notre entourage. La zone urbaine avait réussi à réellement se développer rapidement. J’ai cru comprendre que c’était surtout grâce à la participation d’un clan qui avait des connaissances et compétences développées en technologie. Il faudrait que je me renseigne sur eux. Qui sait, cela pourrait m’être utile un jour ?

A côté de ça, j’écoutais ainsi l’histoire de Milly, me confirmant qu’elle n’était pas du tout originaire du Désert, mais encore moins de Kaze. J’haussais un sourcil alors qu’elle m’annonça le nom de « Mizu no Kuni ». Je n’étais pas un expert en géographie, mais il me semblait effectivement que le pays se trouvait presque à l’opposé du continent. Cela avait dû faire de la route pour arriver jusqu’à ici.
La fille derrière elle semblait vouloir s’inviter à la conversation, mais la réponse cinglante de Milly fut assez catégorique. Les épaules un peu tombantes, je lançai un regard brièvement désolé à l’égard de la lectrice, alors que je me concentrai à nouveau sur Milly qui me demanda ce qu’était la vie dans le désert. Mon sourire se fit un peu plus naturellement alors que mes souvenirs de nomade revinrent en mémoire.


« - Le meilleur comparatif que j’aurais pour toi serait assez simple : Mizu no Kuni possède des vagues dans ses mers… Kaze, elle, a ses dunes de sable. Le désert est en effet une immense étendue de sable, mais tu ne sais jamais sur quoi tu peux tomber. D’autres tribus nomades, des décors idylliques, des tempêtes sorties de nulle part… Parfois même des bandits que l’on doit corriger pour se protéger… »

Ces rencontres-là étaient assez difficiles. Non pas que je ne savais pas me battre, loin de là… Juste que je n’aimais pas du tout devoir recourir à la force en dehors de compétitions amicales, même si c’était nécessaire. Mais ce sentiment disparu rapidement alors que je me remis en mémoire le meilleur souvenir du désert.

« - Mais les choses dont je me souvenais le plus étaient surtout les nuits. L’air était frais, alors que nous étions tous rassemblés autour d’un feu de camp à admirer les étoiles sans le moindre nuage et festoyer toutes la nuit. Il y avait jeux, musiques… Tout pour nous rappeler que malgré les intempéries du désert, si nous restions unis, nous pourrions nous en sortir ensemble. »

Bien plus assuré, je souriais à Milly-san avant de me rendre compte de mon enthousiaste trop prononcé. Rougissant un peu, je tournai la tête en devenant plus silencieux, alors que nous continuons d’avancer vers la fin de la file d’attente.
L’entrée du magasin était symbolisée par une ambiance bien plus animée qu’à l’extérieur. Bien que beaucoup de personnes aient choisi de prendre leur commande et partir du magasin, beaucoup étaient rassemblés afin de profiter de l’ambiance musical et énergique. Le style n’était pas celui auquel j’étais habitué au désert, mais il restait malgré tout entrainant. Je pouvais également remarquer quelques mouvements légers et un sourire enjoué de la part de ma camarade, chose qui me fit légèrement rire.


« - La danse te scies bien ? Cela nous fait deux ! Je dois bien avouer que la musique ici est assez énergique et peut comprendre l’entrain des gens. Après, ce n’est pas du tout le style de danse auquel je suis habitué, héhé. »

J’observais devant et voyait que les mouvements étaient vraiment simpliste, juste des gens bougeant au rythme de la musique avec simplicité. Le clan Akuzu était connu des nomades pour être extrêmement acrobatique dans toutes activités physiques. Notre don héréditaire, bien que si exploité nous donne une souplesse inhumaine, nous donnait naturellement un corps apte fait pour ces jeux. Sans demander mon reste, je m’avançai un peu plus pour observer la scène, main sur la hanche. Je comprenais un peu plus pourquoi la queue se faisait dehors : avec le centre de la pièce prise par ceux s’amusant, les gens ne savaient plus réellement par où passer afin d’atteindre le comptoir. Une idée me vint à l’esprit alors pour rembourser un peu la blonde.

« - Milly-san ? Tu peux me dire quel est votre parfum souhaité ? Et essaye de nous trouver une place si possible. Je me charge du reste. »

Pa, paaaalapa, paaaalapa. Le rythme arrivait facilement à s’imprimer dans ma tête alors que je m’avançai vers la piste de danse, la commande de Milly enregistrée. Les gens n’osaient réellement s’aventurer sur la piste par peur de gêner les autres ou de se percuter à un danseur. Dans ce cas, le but n’était pas de seulement marcher dans la masse, mais de suivre le rythme. Les premiers pas dedans, et mes mouvements s’accommodèrent avec ceux des danseurs en place. Mouvements de hanches ici, jeté de bras par-là, un-deux-trois, on tourne et se baisse… L’avancée fut des plus aisée une fois le rythme trouvé, alors que je m’amusais à prédire comment les gens bougeait pour « danser » avec eux.

Atteindre le comptoir fut ainsi assez simple et amusant en soit ! Bon, je devais avouer que je me sentais un peu honteux d’être passé devant tous ceux qui avaient du mal à avancer, mais bon… Premier arrivé, premier servi on dira ! Payant les commandes et les récupérant, j’observai un peu autour pour retrouver mon amie du jour… Amie ? L’interrogation se fit alors que je qualifiais Milly-san ainsi. Pouvions-nous réellement nous considérer ainsi ? Je ne saurais dire… Repérant ainsi la tête blonde, j’avançai avec un calme un peu plus exprimé, alors que la question se tue mentalement et que je m’installai face à elle.


« - Désolé d’avoir mis du temps, j’espère ne pas avoir été trop long. »

Le ton était plus calme, alors que je laissais mon regard se perdre sur la piste. L’ambiance était sûre bien plus agréable qu’en cours, où je n’avais pas tant besoin de réfléchir… Mais vous devez savoir qu’avec moi, les choses ne sont pas si simples. M’affalant un peu plus contre ma chaise, j’observai l’étudiante avec moi avec plus de retenue, même si un sourire poli était présent.

« - Tu viens ici souvent ? Je peux comprendre vu l’ambiance ici. C’est bien ma première fois dans ce genre d’endroit. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1600
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un début à tout [pv] Sam 10 Mar 2018 - 1:57

Parler des étendues désertiques lui rendit aussitôt le sourire. On le sentait bien plus enjoué, bien plus à l’aise. Il comparait dans ses descriptions Kaze et Mizu, où l’un a une mer d’eau salée, l’autre à une mer de sable.

« Le désert est en effet une immense étendue de sable, mais tu ne sais jamais sur quoi tu peux tomber. D’autres tribus nomades, des décors idylliques, des tempêtes sorties de nulle part … Parfois même des bandits que l’on doit corriger pour se protéger … »

Des bandits ? De ce que j’ai pu entendre d’eux, c’est qu’ils sont plus sauvages que civilisés, et extrêmement violent. Je doute qu’ils puissent égaler les Kaguya dans le domaine, mais pour la région cela doit déjà pas mal. Un conseil de mon père revint en mémoire : sous-estimer son adversaire c’est perdre le combat avant qu’il ne commence.
Shin poursuivit en décrivant ce qu’il aimait le plus dans le désert, la nuit et la convivialité de son clan autour du feu camp. Les jeux, la musique, la fête toute la nuit. Punaise ça donne envie de voir et vivre ça soi-même. Pour moi qui n’ais pratiquement jamais vécue dans un groupe de plus de deux – je compte mon père, si jamais vous n’avez pas compris – l’idée d’avoir une plus grande famille, c’était intrigant.

« La danse te scies bien ? Cela nous fait deux !
- Hein ? Oh nan nan, c’est rien … »

Petit instant de malaise, même si lui avouait ne pas être très fan du style musical qui résonnait depuis la boutique ; simplement en le regardant il était certain qu’il pourrait mettre le feu à une scène, avec le bon tempo ! Ce peuple du désert était de plus en plus intéressant. Notons dans un coin de notre tête d’aller leur rendre visite un de ces jours.
D’ici-là, Shin demanda le parfum de la glace et de trouver une table. Le mignon il voulait m’offrir le dessert, c’est chou. Et je ne vais pas refuser voyons, ça me ferait en plus économiser trois ryos. On ne crache pas dessus !
J’approuvai d’un mouvement de tête et partis d’un coin tranquille, suffisamment à l’écart des relous de l’Académie mais pas trop loin non plus, parce que ce serait bête qu’il ne me retrouve pas une fois ma glace en main. L’endroit choisi fut alors un banc sous un palmier. Et les deux pintades qui gloussaient comme des dindes dessus n’y opposèrent aucune résistance. A vrai dire elles partirent chercher un autre endroit où se moquer, quand elles me virent approcher. Serait-ce grâce à mon charisme intimidant ? Ou bien plutôt à mon regard de prédatrice impitoyable ? En fait pas du tout, la cible de leur moquerie venait de s’éloigner et il semblait que ce soit plus que nécessaire de la poursuivre … Bande de connes.

Le jeune homme réapparu après quelques minutes, à nouveau en s’excusant, et avec les glaces dans chaque main. Je le remerciai chaleureusement en même temps que me décaler afin de lui laisser une place. Mmh, saveur vanille. Rien de très extravagant mais on s’en fiche, ça reste super bon ! Et plus encore sous la chaleur perpétuelle de Suna, ce supplément de froid était d’autant plus apprécier.
Au cours de la première ou deuxième bouchée, la conversation reprit en tournant cette fois autour du quartier et de l’ambiance.

« Bof, à part pour les cours nan je viens pas souvent par ici. J’habite en-face du port, à deux rues des quais alors tu comprendras que d’ici ça fait une petite trotte. Mais sinon ouais c’est assez souvent animé. Enfin comme à la sortie d’une école quoi, avec des gosses qui braillent, des mégères qui se moquent, des types qui jouent les caïds, et toute autre sorte de groupe. » J’observais en même temps la dite rue, avec une certaine lassitude. « Vulgairement présenté, tu as là toutes les castes du village, tous les genres, tous les styles. Ou du moins les balbutissements … »

En parlant de ça, il y avait dans l’angle d’une ruelle un trio de garçon aux dégaines typiques des gens chiants, qui nous fixaient en discutant. Ou alors est-ce que ce serait Shin qu’ils fixent ? Celui du milieu s’époussetait le pantalon de quelques résidus de poussière, avec le même rythme qu’une personne agacée.
Préférant les ignorer je repris la conversation, toujours en dégustant ma glace entre les pauses :

« Au fait, tu devrais arrêter de t’excuser sans arrêt. Ça ne te vraiment pas service. Après je dis ça c’est pour toi hein … Mais bref, tu ne connais pas du tout la ville ? Un minimum tout même, nan ? On ne peut pas vivre en total autarcie dans le désert il me semble, ou alors c’est un secret qu’ont seuls les plus expérimentés … » Le trio ne nous lâchait toujours pas du regard. « Tu me feras visiter un de ces jours ces étendues de sable ? Pour quelqu’un de l’océan comme moi, ça doit être quelque chose. Et puis ce que tu racontais sur la danse et la musique, ça donne envie d’en savoir plus héhé. »

Cette fois le groupe se mettait en route, prenant notre direction. Ce n’est pas une impression là, ils viennent vraiment chercher les problèmes.

« Hum tu les connais eux ? Parce que moi ils ne me disent rien du tout … Tu leur a fais quelque chose ? Si tu as besoin d’aide je suis là hein, et je sais cogner fort. » Dis-je pour le rassurer, en serrant le poing et en lui envoyant un clin d’œil.
« Dit donc le clodo, il parait que tu ne t’ais pas excusé pour avoir poussé mon ami tout à l’heure. C’est pas très gentil ça. Il va falloir que tu t’y mettes et vite. Autrement c’est ta minette qui va devoir s’y coller, haha.
- Tss, compte-là-dessus. » Répliquai-je en ricanant.
- Hein ? Tu cherches la merde toi aussi ?
- Ah non non, je ne suis pas dans vos histoires. Par contre si vous, vous venez nous faire chier, il ne faudra pas vous plaindre de prendre une raclée. »

Vous savez ce qu’on dit, quand on rajoute de l’huile sur le feu … Et provoquer des merdeux, c’est tellement marrant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 164
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un début à tout [pv] Lun 26 Mar 2018 - 0:07

Les glaces en main, retrouver Milly fut bien plus facile que je ne l’aurais cru. Je m’étais dit qu’avec autant de monde, il serait dur pour elle de trouver une place ou un endroit sur lequel nous pourrions nous poser. Pourtant, par je ne savais quel moyen, elle avait trouvé un banc pour nous deux, super ! Ainsi installés, on pouvait enfin se reposer avec toute l’agitation qui se trouvait autour. Non pas que j’étais fatigué d’aller sur la piste, l’inverse même. Juste que… C’était ce qui s’était passé avant qui avait eu le don de me fatigué, haha… Tu parles d’un premier jour réussi.

La discussion continua ainsi alors que je découvrais un peu plus de la vie de citadin, et plus particulièrement celle de Milly. Et de ce que je pouvais entendre de sa bouche… Ce n’était pas du tout l’amusement constant que j’aurais pu deviner. Les gens avaient plus l’envie de gueuler sur les autres que chanter avec eux. Et avec réflexion… Je ne pouvais pas réellement lui donner tort.
A côté de ça, elle continua de me rappeler que ce n’était pas forcément la meilleure des choses d’être aussi passif face aux gens qui me donne un mauvais moment. Je laissais mes épaules un peu tombantes alors que je riais d’un air gêné, ne sachant pas réellement si j’étais de son côté ou non, et très franchement, je n’avais pas envie de reparler de ça, comme je ne savais pas si j’avais tort ou non.
Au final, la discussion parla ensuite de ma situation avant de m’installer et mon rapport à la ville, quelque chose dont j’avais bien plus intérêt de discuter.


« - Il nous arrivait effectivement de faire des provisions en ville, en accompagnant deux ou trois adultes. Cependant, nous nous arrêtions que très peu dans les villes de passage, et c’était en fait ma première fois à Suna. Notre clan était un peu… Hésitant de base à intégrer le village du sable, à cause de certains échos… »

Je ne voulais pas réellement développer à la suite de cela. J’étais bien conscient que mes mots pouvaient sonner faux sur certains points, mais je n’allais pas non plus mentir sur le sujet. La deuxième partie de son discours avait cependant réussi à me donner de l’énergie.

« - Oui bien sûr ! Tu peux compter sur moi sur moi pour te servir de guide. Qui sait, avec un peu de chance, on pourra tomber sur une petite « fausse tempête » et faire de la planche de sable à deux ! »

Un petit clin d’œil pour sceller l’invitation, je me ré-imaginais la sensation extrême de la planche… Ainsi que les casses gueules que j’ai pu avoir, haha… Mais bon, c’était ce genre de risque qui rendait la chose si divertissante.
Cependant, la tranquillité arriva à sa fin alors que je sentais le regard de la blonde se porter ailleurs, par-dessus mon épaule, et qu’elle me demandait si je connaissais des gens. Sans ayant à me retourner, je sentais déjà que ça allait se passer assez mal, comme un mauvais pressentiment… Tournant ainsi la tête, mon sourire disparu peu à peu alors que je vis les hommes approcher de moi, et quelque chose me disait qu’ils ne voulaient pas nous inviter à danser… A côté de moi, Milly aussi sentait aussi les dangers et proposait directement la violence en solution, chose que je ne voulais pas faire, pas besoin de régler ce genre de conflit avec des coups !

La discussion entama, et je compris que c’était bel et bien ma faute s’ils étaient venus nous voir. L’altercation précédente semblait avoir fait son bruit, et ils exigeaient des excuses… Si ce n’était que ça, je pouvais bien courber l’échine une nouvelle fois, ça n’allait pas changer grand-chose. Pourtant, il parla ensuite de « minette » ? Est-ce qu’il y avait un chat dans le coin ? Mais quand Milly répondit aussitôt à la provocation, le déclic se fit, et je ne pus me retenir.


« - Attendez ! Milly-san n’a rien à voir avec ça. »

Attirant soudainement l’attention sur moi, je reculais légèrement le torse avant de déglutir et de me lever, les yeux bien moins hésitants, même si mon visage n’affichait pas vraiment la confiance que je devrais avoir.

« - C’est de ma faute si c’est arrivé, donc ne faites rien à Milly-san, s’il vous-plait.
- Ah ! Tu penses vraiment que de simples paroles suffiront ? Si ça se trouve, il est blessé, va falloir payer des frais pour le soigner, si tu vois ce que je veux dire…
- Il est blessé ?! J-j-je suis désolé ! M-m-ma mère est médecin, elle peut l’osculter si vous voulez, je voulais pas !
- … Tu te fous de ma gueule ou tu le fais exprès ? »

Je n’ai pas voulu le blesser, pas du tout, et je comprenais qu’il voulait que je fasses en sorte qu’il soit soigné. Plutôt que de le payer et de le faire patienter trop longtemps en salle d’attente à l’hôpital, c’était plus simple de l’emmener voir directement ma mère !... Du moins, je pensais que c’était la bonne solution.
A la place, le plus grands des hommes m’attrapa par le col pour me soulever, me faisant perdre l’équilibre et lâcher ma glace, pour m’amener au niveau de son visage.


« - Je vois que t’as pas compris, alors je vais être plus direct : file nous ton fric ou je te cognes.
- M-mais je n’ai plus… Plus rien sur moi, j’ai tout utilisé pour nos-
- Je m’en fous ! Tu payes pas, tu casques. »

Je le vis lever alors son poing pour être prêt à frapper, et le coup évidemment vint. Mes instincts naturels prirent le dessus, alors que je lâchai ce que j’avais en main pour enrouler mes bras autour du sien, sans utiliser mon don héréditaires, et fit une rotation sur moi-même afin de le projeter au sol. On est souvent habitué chez les Akuzu à voir les bras s’étendre de manière trop lace, donc les attrapais devenait rapidement un réflexe… Réflexe que je regrettai immédiatement en voyant que j’avais mis mon agresseur au sol.

« - Aaaaaah j-j-j-j-je suis désolé ! C’était un réflexe, je voulais pas ! »

J’étais rapidement à genou en train d’essayer de le relever, complètement paniqué, et essayer de voir s’il n’avait rien de cassé. Heureusement pour moi, cela ne semblait pas être le cas. Mais comme je m’y attendais, l’action ne fut pas sans conséquences. Je pouvais voir des veines apparaître sur le front des autres qui étaient prêts à charger eux aussi… Jusqu’à ce qu’on entende la voix d’un adulte nous disant de nous calmer. Me tournant, je vis ainsi un membre du Ryôdan en train de nous surveiller. Naturellement, je fus le premier à m’excuser de mon comportement, courbant l’échine plusieurs fois, alors que les autres se contentèrent de se relever en me jetant un regard noir avant de partir.

« - On règlera ça durant les leçons de combat… »

Et voilà, je venais encore de m’attirer des ennuis… Mais qu’est-ce que j’avais fait pour mériter ça ? C’était que des malheureux malentendus ! Je me laissais une nouvelle fois retomber, dans un soupire, sur le banc en me demandant ce que j’allais faire après.

« - Désolé, Milly-san, je crois que je vous ais encore attiré des ennuis… Juste… Juste finissons nos glaces et restons-en… Ma glace ! »

Jetant mon regard sur le sol, je ne voyais pourtant pas la crème glacée que j'avais lâché pour répliquer à la frappe de l'autre brute. Elle était où ? Je regardais partout, les épaules tombantes en ne voyant rien, et en me disant que de toutes façons, elle serait sans doute inmangeable... J'avais vraiment gagné ma journée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1600
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un début à tout [pv] Sam 5 Mai 2018 - 20:29

Le jeune Shin n’était cependant pas du tout du même style. Vous l’aurez remarqué vous aussi, il passe plus de temps à s’excuser et à baisser la tête à la moindre confrontation qu’aller au devant des problèmes. Pourtant très sympathique et je dirais même intéressant, cette attitude de soumission permanente ne fera que lui jouer des tours, et ça a déjà commencé.

« Attendez ! Milly-san n’a rien à voir avec ça. » S’écria-t-il soudainement, défiant toutes les idées arrêtées.

D’accord je l’ai très probablement jugé trop vite. Sous cette apparence hésitante et introvertie se cache donc un grand courage. Il prenait ma défense en attirant tous les feus sur lui. Touchant, et malgré mon étonnement je refusai rajouter mon grain de sel, cela ne ferait que lui couper l’herbe sous le pied.
Naturellement le trio d’imbécile reporta sa rage sur sa cible initiale, ils cherchaient à le faire chanter en invoquant le fait que leur pote était blessé. Ce-à-quoi Shin répondit avec la plus belle et innocente franchise du monde : sa mère était médecin et elle pouvait en occuper. J’explosai de rire pendant que les gêneurs étaient piqués dans leur orgueil.

« Ahahah ah punaise ! Magnifique ! Ahahah ! »

Le plus grand des trois reprit la parole en tentant de se faire plus menaçant, et se mit à réclamer l’argent de l’apprenti-ninja. Il s’approchait de lui en serrant les poings, sans doute également pour profiter de ses quelques centimètres supplémentaires. Moi je ne fis que lever le bras derrière lui pour empêcher ses potes d’avancer aussi, le regard leur annonçant clairement qu’ils auraient un adversaire de plus s’ils forçaient le passage.
Ils n’en firent rien, peut-être par confiance en leur leader, ou peur de ses représailles s’ils le privaient de sa victoire sur un gosse définitivement pacifique. C’est là que je fus aussi surprise qu’eux, quand Shin fit une clé de bras à son agresseur en le projetant au sol. Woah, badass dites donc. Belle mise en pratique du cours de la semaine dernière d’ailleurs. En fait il n’a pas du tout besoin d’aide … Oula la glace ! Dans la précipitation il l’avait lâché, j’eus tout juste le temps de la rattraper par le cornet avant qu’elle heurte le sol. On a frôlé le gâchis !
L’énergumène se redressa avec clairement l’envie de se venger, et ça ne s’arrangeait pas avec les multiples excuses et bégaiements du jeune Akuzu. En fin de compte il fallu la présence – même lointaine – d’un membre du Ryodan pour calmer les tensions. Ce n’était que partie remise.
Le trio s’éloigna alors, toujours avec cette allure de caïd. Bon débarras, au moins la prochaine fois nous seront préparer.

« Désolé, Milly-san, je crois que je vous ais encore attiré des ennuis … Juste … Juste finissons nos glaces et restons-en … Ma glace ! » Fit Shin après s’être rassis.

Un large sourire s’étira sur mon visage, l’expression de l’héroïne, du spectaculaire, de la sauveuse. Avec telle une auréole autour du poignet et des choristes derrière chantant l’hymne de la victoire, je présentai le cornet légèrement fondu devant son propriétaire.

« Tadam ! Ça aurait été dommage de gâcher une si belle victoire comme ça. Ton mouvement était très bon, je dois avouée que je ne m’y attendais pas du tout, et le type non plus. » Lui tendant la glace, je la ramenai seconde à moi pour y passer un coup de langue. « Hop, c’est la taxe. Héhé, je te laisse ici mon cher Akuzu, il est temps que je file. On se revoit demain en cours ! Et penses à demander à tes parents une autorisation pour que je vienne squatter. » Un clin d’œil, un sourire et une tape sur l’épaule suivirent. « A demain Shin. Prend soin de toi. »

Puis je filai en direction de chez moi, le cœur vaillant et la mine joyeuse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Un début à tout [pv]

Revenir en haut Aller en bas
 

Un début à tout [pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Passé & Lettres :: Flashbacks-