N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Développer sa résistance aux maléfices

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1648
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Développer sa résistance aux maléfices Jeu 4 Jan 2018 - 23:41

Il est courant de dire que la vie est une succession de choix à faire, généralement des bons et des mauvais – même si la notion de '' bon '' et de '' mauvais '' est très subjective et contextuelle. Selon Natsuki, la vie se résume surtout à des choix entre deux mauvaises options. Communément, l'on nomme cela la politique du moins pire.

Ce qui permet de définir si un choix est bon ou mauvais est dépendant des circonstances. Pour des personnes altruistes, un choix bon est avant tout une décision dont les conséquences vont profiter positivement à autrui. Exemple : endurer la torture et ne pas dénoncer les réfugiés cachés dans sa cave. Pour d'autres, un bon choix est celui dont il va bénéficier, sans regard pour les conséquences derrières. Exemple : s’enrichir en vendant de la foi à des personnes fragiles.

Entre les deux, il y a une infinité de nuances, mais le calcule se révèle toujours être le même pour définir la qualité d'une décision. L'on compare les effets positifs espérés, les conséquences négatives attendues, et la part d'incertitude dont l'on n'a pas idée de ce qu'il va survenir mais que l'on suppose quand même.

Présentement, avec le formulaire d'inscription qu'il tenait entre ses mains, Natsuki était justement en train de se livrer à ce savant calcul : à quel point était-ce une mauvaise idée de recruter Shigo Yamanaka dans son équipe shinobi ?

° Shigo était présent sur le forum depuis longtemps, et avait quand même passé du temps auprès de Natsuki à travers ses différentes incarnations. Ils avaient même fait une mission ensemble, et le Yamanaka n'avait pas mystérieusement disparut au cours de celle-ci. En terme d'historique pour Matsudaï, l'on pouvait dire de Shigo qu'il résistait plutôt bien à la malédiction de l'équipe de Natsuki. Argument pour.

° Natsuki détestait Shigo, et ce dernier faisait en sorte de l'être par tous. S'ajoutait à cela de grosses suspicions pesant sur lui, au point que le Nara tatoué était certain de ne jamais pouvoir lui accorder aucune confiance. Argument contre.

° D'un autre côté, avoir Shigo dans l'équipe présentait un avantage dans tous les cas : s'il résistait à la malédiction, il deviendra un facteur fiable pour le bonus d'influence mensuel, et s'il y succombait, eh bien Natsuki le monde seront débarrassés de lui. Argument pour.

° Shigo était un danger sur pieds pour les autres, et surtout pour ses alliés. Non pas pour sa puissance physique, mais pour sa mentalité froide et son esprit retord. Argument contre.

° Mais pragmatiquement, il ne risquait pas de nuire à ses équipiers de Matsudaï, vu que ces derniers disparaissaient déjà tous seuls. Argument pour.

° Cependant, il allait assurément apporter beaucoup de soucis à Natsuki en mission, qui avait mieux à faire que d'être toujours au dessus de l'épaule du Yamanaka, et de regarder tout le temps par-dessus la sienne par crainte qu'il ne lui poignarde le cul avec une saucisse. Argument contre.

° Shigo était très actif. Argument pour.

° Mais c'était surtout pour causer des problèmes aux autres. En devenant son mentor, Natsuki aura à assumer tous les débordements et les conséquences que causera le Yamanaka. Argument contre.

Ce qui faisait quatre '' pour '' et quatre '' contre ''. Mais même si c'était équilibré, cela ne suffisait pas. D'une part parce que la situation n'avançait pas, et de l'autre parce que certains arguments, qu'ils soient pour ou contre, avaient forcément plus de poids qu'un autre. A titre d'exemple dans la situation présente, '' quelqu'un que l'on déteste '' pèse forcément plus dans la balance que '' quelqu'un d'actif. '' L'on dirait même que le premier ne joue clairement pas en la faveur du second.

Finalement, le fait qu'il attendait Shigo à une table du restaurant du Septième ciel pour le repas de midi en disait long sur sa décision. Son esprit toutefois en disait une toute autre : qu'il était de mauvais poil, et d'humeur à prendre de mauvaises décisions juste pour avoir un prétexte pour se défouler un peu plus tard.


« Ah, vous voilà Shigo. »
dit-il en refermant la carte des menus. « En avance pour ne pas changer. C'est bien. Vous voulez vérifier sous votre chaise qu'il n'y a pas d'explosif avant de prendre place ? »

Voyant la table pleine, un serveur vint s'enquérir de leurs apéritifs.


« Une limonade pour moi, et un verre vide pour le jeune homme en face. Il a pour habitude de ne boire que ce dont il connait l'origine, alors ne vous embêtez pas trop. »


Natsuki ramena son regard vers Shigo.


« J'imagine que c'est là que l'affinité aqueuse prend tout son sens, même si cela revient à boire sa propre urine selon moi. Malheureusement, il va vous être difficile d'user de chakra pour vous déshaltérer ici, de puissants sceaux d'annulation impreignent les murs, le terrain, les sols et les plafonds à chaque étages en dehors de mon appartement. Donc si vous ne vous sentez pas l'âme d'un joueur aujourd'hui, j'espère que votre gourde est remplit. Je n'ai pas besoin de vous inviter à manger non plus dans ce contexte, j'imagine. »


Natsuki ajusta l'écharpe de son plâtre au bras droit, puis en revint à son voisin de tablé avec le même ton cordiale et poli.


« Bien, venons en au cœur du sujet. J'ai eu votre formulaire d'inscription. J'ai été assez surpris... »
de vous avoir accepté « … mais vous voilà dans l'équipe. J'ai arrêté de faire le tri dans ce qui entrait ainsi que les questionnaires, tout simplement parce que c'est de l'énergie et du temps gâchés pour des individus qui dans 90 % des cas vont partir du jour au lendemain. Une seule question donc : qu'est-ce que vous pensez que je puisse faire pour vous dans le cadre de Matsudaï ? »

Pourquoi chercher plus compliqué quand dans le fond, c'était des questions simples qui l'intéressaient le plus?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 619
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Développer sa résistance aux maléfices Sam 6 Jan 2018 - 11:20

    En avance certes, mais c’était tout d’abord un cafard qui vint inspecter l’intérieur du restaurant pour connaître l’identité du chef du Matsudaï avant que je n’y aille moi-même. Non, je n’étais pas un Aburame, mais les Yamanaka avaient la capacité de transférer leur esprit dans les animaux également, bien que ce soit déconseillé car les perceptions diffèrent et une transe trop longue pourrait altérer notre propre conscience. Mais celle-ci ne dura guère : je n’eus le temps que de remarquer Natsuki qu’un serveur vint tuer le cafard discrètement pour éviter que la réputation du restaurant ne soit entachée. Evidemment, j’avais quitté son enveloppe juste avant l’impact de la chaussure.

    C’était donc bien Nara Natsuki et non une autre personne, hélas… Devais-je faire demi-tour ? Et s’il se transformait de nouveau ? Je connaissais la parade à présent, depuis la diffusion de Fantasy FM à laquelle j’avais participé. Je m’étais exercé sur cette nouvelle connaissance technique de Zone Derground. Un coup bien placé, suffisamment puissant, entre les omoplates pour déplacer ou abimer une vertèbre afin de paralyser la cible. Plus bas et la cible ne sera que partiellement entravée. Plus haut et elle risquera la mort. Ainsi, je privilégiais la partie supérieure de la zone inter-scapulaire.

    Hélas, je ne pus m’exercer que sur des pantins en bois en m’appliquant pour laisser une trace bien nette d’impact sur la structure et en procédant de plus en plus rapidement pour vérifier si la précision suivait toujours le mouvement. J’étais donc assuré d’un geste vif et puissant contre une cible inerte. Mais il me manquait encore la pratique contre cible mobile et à vérifier si un corps humain se retrouverait bien paralysé. Ou un démon…

    Je décidais finalement d’entrer dans le restaurant avec ma dégaine habituelle : des vêtements amples qui dissimulent toute trace de chair et qui ne peuvent trahir mon gabarit réel, des pieds nus, crasseux et écorchés, et un crâne faisant office de masque.

    « Je vous fais confiance, Nara Natsuki… »

    Dis-je en m’inclinant respectueusement avant de m’installer sur la chaise sans la vérifier. Un mensonge, évidemment. La véritable raison était la présence de témoins dans le restaurant. Son statut et mon apparence ne pouvaient qu’attirer l’attention et toute personne dans cette salle saura alors que nous avons siégé ensemble. Ainsi, il n’osera rien faire contre moi. En principe. Et pour cette même raison :

    « Je prendrais comme monsieur, si vous voulez bien.
    C’était bien là l’intérêt de l’affinité aqueuse, mais c’était ma précédente incarnation qui la maîtrisait. »


    J’observais mon interlocuteur et son bras plâtré. Depuis quand était-il blessé ? Serait-ce une mascarade pour abaisser ma garde ? Ou pour me pousser à agir contre lui ? Parlais-je à Natsuki ou au démon ? Il demanda ce qu’il pouvait faire pour moi dans le cadre de son équipe. Devais-je répondre sincèrement ou dire ce qu’il souhaitait entendre ? Je pouvais également ne dévoiler qu’une partie de la vérité…

    « M’apprendre à vous aider. Devenir suffisamment fort ou habile pour vous porter secours lorsque votre force et votre habilité vous fait défaut. Lorsque votre humanité vous fait défaut… »

    Survivre et vaincre le démon qui sommeillait en lui. Connaître ses forces et ses faiblesses. Le lieu était hélas exempt de chakra, donc je ne pourrais sonder ses pensées à la recherche de réponses. Avait-il choisi cet endroit pour se prémunir de mon don ? Parce que je connaissais une technique qui laisserait le champ libre à son démon intérieur ?

    « Et… je pense que vous me devez quelques explications. Est-ce lui qui vous a infligé ce plâtre ? »

    Après tout, lors de notre dernière rencontre, il me poursuivait sous l’apparat d’un démon sanguinaire et invincible qui n’avait qu’une seule idée en tête : me détruire. Un homme juste et bon débuterait par des excuses. Ou bien pensait-il que je méritais ce destin ? Son démon serait-il l’incarnation de ses pulsions primaires ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1648
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Développer sa résistance aux maléfices Lun 8 Jan 2018 - 10:08

« Ce n'est pas réciproque, Yamanaka Shigo. » répondit Natsuki du ton le plus neutre possible. « Et avant que vous ne me demandiez pourquoi ou que vous me serviez une soupe de patriotisme narrant à quel point vous êtes un ninja exemplaire et la fine fleur de notre Nation, la réponse est '' parce que ''. »

Natsuki préférait clore immédiatement un débat stérile qui ne lui apportera rien, pas plus qu'il n'enrichira Shigo sous quelque forme que ce soit. Il avait beau être généralement ouvert d'esprit, le courant ne passait clairement pas avec ce Yamanaka là, ce qui lui ôtait toute envie d'argumenter.


« Tiens donc, vous avez changé une partie de vos statistiques et pouvoir après le reboot ? Je n'ai personnellement pas jugé cela nécessaire, mes aptitudes couvrant déjà ainsi l'essentiel de ce dont j'ai besoin, je n'ai pas trouvé de meilleures combinaisons. Qu'avez-vous trouvé de plus vitale que l'élément aqueux ? »


Peut-être un peu trop de quatrième mur pour un premier rendez-vous, même s'il se retenait. Mais bon, c'était Shigo qui l'avait lancé là-dessus le premier. S'ensuivit une discussion plus sérieuse, où le Yamanaka répondit à la question de son interlocuteur.


« Voyez-vous cela. M'aider ? »
répéta Natsuki en se fendant d'un sourire qui n'avait aucun lien de parenté avec l'amusement. « Je suis très hésitant entre vous rire au nez ou enfoncer mon poing dedans, pour ce tissu d'âneries que vous venez de me déballer. Les deux indisposeront très certainement les autres clients du restaurant, aussi je vais garder contenance pour cette fois-ci. »

Son sourire s'effaça toutefois, et son ton perdit quelques degrés.


« Mais n'importe comment, je suis tout de même vexé d'être à ce point prit pour un imbécile. Votre dossier a beau être sans tâche, ce n'est pas pour autant qu'il est propre. Aucun de vos équipiers de mission ne vous recommande, et le seul moyen pour que votre nom soit sur la même ligne que '' altruiste '' dans un dictionnaire est qu'il soit précédé de '' antagoniste ''. Revoyez donc un peu la taille de vos mensonges, histoire qu'ils correspondent davantage à votre réputation. »


L'arrivée des boissons ne brisa pas la glace, et c'est un serveur nerveux qui prit note de leur commande pour le repas malgré le ton cordial de Natsuki pour s'adresser à lui.


« Je vais prendre le menu du midi, avec le poulet à l'ananas. Mettez un plat pour ce jeune homme sur ma note. Cela le changera des cadavres. »


Retour à la conversation.


« Vous pensez très mal dans ce cas. »
lui répondit-il haussant un sourcil. « Je ne vous dois rien du tout, pas même mes connaissances. Ces dernières seront issu d'un échange de bons procédés, et non d'un dû. Alors recommençons sans les masques. Qu'est-ce que vous attendez de Mastudaï ? »

Natsuki espérait pour lui-même qu'il ne lui sorte pas encore une idiotie couverte de guimauve.


« N'ayez pas la crainte de me décevoir avec une réponse purement égoïste ou même ostensiblement menaçante, c'est impossible puisque je n'attends absolument rien de vous. »


Autant que les choses soient claires dès le début, dans l'hypothèse où Natsuki n'avait pas été assez explicite jusqu'à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 619
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Développer sa résistance aux maléfices Lun 8 Jan 2018 - 23:37

    En infirmant la réciprocité de la confiance, Natsuki savait-il qu’en réalité c’était bien le cas ? Ou plutôt qu’il y avait réciprocité dans l’absence de confiance ? Mais, comme il pouvait avoir accès à mes capacités simplement en demandant mon dossier, je n’avais aucun intérêt à me montrer distant ou méfiant en lui dissimulant mes nouveaux attributs.

    « L’élément aqueux n’était pas vital en soi, à part lors d’un périple à travers le désert de Kaze. Mais l’affinité Suiton m’avait intéressé dans l’unique but d’obtenir un élément solide, soit le Hyoton en combinant Suiton et le Futon que vous maîtrisez déjà. Et tout cela pour pouvoir me façonner des armures afin de me protéger.
    Mais j’avais cru qu’il était possible de former des armures ou des techniques similaires à l’aide du taïjutsu en maîtrise supérieur seul, neutre. Alors je pouvais laisser le second pouvoir spécial vacant, et ainsi opter pour des affinités sans restriction particulière. Bien qu’il s’avéra plus tard que je me trompais sur l’existence d’armure neutre…
    Me voici donc avec le Raïton et le Katon afin de contrer les deux affinités les plus exploitées à mon sens : le Fûton pour sa diversité et le Doton car seul élément primaire solide permettant ainsi les meilleures défenses. »


    Quant aux capacités et limites de mon Kinjutsu, elles n’étaient pas inscrites dans mon dossier, ni mon souhait de mon futur pouvoir spécial. Alors je n’avais aucun intérêt à les lui dévoiler. Pas présentement en tout cas.

    En tout cas, l’absence de confiance du Nara en ma personne semblait aller plus loin encore. Il disait ne rien attendre de moi. Etait-ce là le comportement normal d’un professeur ? Pourquoi m’avoir accepté dans ce cas ? Simplement pour me surveiller et me garder à l’œil ?

    « De quel type de recommandation parlez-vous ? Au sujet de l’efficacité ou d’un quelconque sentiment amical ? Car je pense pas que vous pourriez trouver qui que ce soit qui puisse critiquer ma cordialité, ma bienséance ou même mon efficacité. Mais s’il faut faire tomber le masque, sourire et s’embrasser, je ne suis en effet pas recommandable.
    S’il s’agit de mon manque d’initiative : je n’en prends aucune lorsque je ne suis pas le chef de la mission. »


    Histoire de ne porter aucune responsabilité en cas d’échec de la mission.

    « Hormis si la situation dégénère vraiment. »

    Lorsque ma vie est en danger quoi.

    « Car il s’agit là du rôle du chef de la mission : d’élaborer la meilleure stratégie et de répartir les ordres. Et non aux autres de discuter ses directives ou d’empiéter sur son autorité. Donc, à ce sujet, je plaide coupable.
    Mais c’est peut-être parce que vous n’avez pas encore lu de rapport où je me trouvais être en position de chef ? Une mission de la sorte a lieu actuellement, dans une chronologie parallèle. Peut-être que de nouvelles recommandations viendront égayer mon dossier ?
    Par conséquent, mise à part pour la franche camaraderie, je ne pense pas que l’on puisse me faire la moindre critique. Ou sinon, peut-être auriez-vous quelques exemples en tête ? Des exemples où ma froideur efficace permettant de résoudre la mission avec succès n’était pas en cause de l’absence de recommandation ? »


    Mise à part mon caractère froid, je ne voyais pas. La confiance est matière de comportement : les sourires et les embrassades l’alimentent. Mais les réelles recommandations ne devraient-elles pas plutôt concerner l’efficacité ? Soit notre aptitude à être de bons ninjas, et non de bons humains ? A ce sujet, qu’il aille questionner Hyuga Bankichi. Ce dernier lui donnera son point de vue sur ce que doit être un ninja efficace et si je suis apte à être recommandé en conséquence. Ne m’avait-il pas recruté au sein de la Racine pour cela ? Mais je ne pouvais dévoiler ce dernier point, hélas. Natsuki ne faisait pas parti de cette unité après tout.

    Quant à la vraie réponse qu’il souhaitait entendre, il n’en entendra pas tout pour autant. Pourquoi ? Combien de grands octroient la parole à un vagabond pour que ce dernier s’exprime honnêtement, quitte à effleurer la fierté du noble qui ravalera son sourire chaleureux pour finalement le jeter aux cachots ? Non, je n’étais pas de ceux naïfs qui répondaient subitement ce qui était attendu, qu’en bien même la narration laissait penser qu’il n’y avait aucun piège. Je me devais de le suspecter et de m’en méfier comme s’il y en avait un. Mais la réponse que je lui réservais devait suffire à le contenter étant donné l’opinion qu’il se faisait de ma personne :

    « J’attends du Matsudaï d’être capable de vous tuer la prochaine fois que vous tenterez d’attenter à ma vie. »

    Une franchise qui n’avait rien d’étonnant : l’instinct de survie primait sur tout. Quant au repas, étant donné qu’il était offert, je pris évidemment celui qui était le plus coûteux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1648
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Développer sa résistance aux maléfices Mer 10 Jan 2018 - 11:31

Normalement, le serveur devait annoncer ce plat là avec enthousiasme et à haute voix lorsqu'un client le choisissait, mais avec l'ambiance qui régnait à la table – faute principale Natsuki -, c'est beaucoup plus nerveux qu'il s'exécuta. Les autres clients par contre s'extasièrent joyeusement en applaudissant pendant une poignée de secondes.

« Une marinade de Fugu ! Je retrouve bien là l'esprit joueur et aventureux qui vous caractérise tant Shigo. »
complimenta Natsuki dans un faux sourire impressionné. « Je savais que j'avais bien fait d'ajouter ce plat au menu du mois, même si tout le monde ne peut pas se l'offrir. »

Il se tourna ensuite vers le serveur qui s’apprêtait à partir.


« Demandez à ce que ce soit Hisagomaru qui s'en occupe, il me semble qu'il est de service aujourd'hui. »


Il reporta ensuite son attention sur son invité.


« Il s'agit de la dernière recrue du restaurant du Septième Ciel. Un cuisinier très compétant, mais a encore besoin de s'exercer un peu pour être au niveau de notre cuisinière en chef. »
lui expliqua-t-il afin qu'il ne se sente pas exclu du cours des événements.

Natsuki ne se permettrait pas de commettre une telle impolitesse.


« Bien, que disions-nous ? Ah oui, vos états de services. »
dit-il après avoir prit quelques instants pour faussement réfléchir. « Vous êtes vraiment mignon à vous défendre avec autant de vigueur là où l'attaque ne vous est pas portée. Je n'ai jamais mit en doute tout ce que vous venez de me déballer. J'ai bien notion que vous êtes le brave toutou d'armée bien dressé qui ne bouge pas du pied de son maître sans ordre, le genre que chaque chef de mission rêverait d'avoir sous son commandement. Il me semblait d'ailleurs vous avoir demandé plus tôt d'éviter de me sortir ce genre de soupe : au cas où vous êtes malentendant, ce n'est pas cela mais un poulet à l'ananas que j'attends pour mon repas. Mais là n'est pas le sujet, puisque j'ai affirmé que votre dossier était sans tâche, n'est-ce pas ? Shinobi efficace, taux de succès en mission honorable etc etc... »

Et surtout bla bla bla.


« Alors je suis très touché que ce que je pense de vous vous importe autant pour vous défendre de la sorte, mais vous partez dans la mauvaise direction là. Peut-être me suis-je mal exprimé, mais mon seul reproche est que vous me sortiez des mensonges aussi éhontés qui ne correspondent même pas à l'individu que vous êtes. Je sais que plus c'est gros, plus cela passe, mais il y a des limites à la crédibilité. Du coup, quand vous me dites que Matsudaï serait pour vous un moyen d'apprendre à éliminer un corps comme celui-ci, l'on est déjà sur quelque chose que je serais plus sensible à croire. Et s'il n'y a que cela pour vous faire plaisir, alors nous devrions arriver à faire quelque chose pour vous. »


Natsuki consulta son agenda mental, puis fit part de sa pensée à Shigo.


« J'ai trois heures devant moi après le repas, avant mon prochain rendez-vous. »


L'on avait toujours un rendez-vous lorsque l'on était amené à passer du temps avec Shigo.


« Nous irons donc ensemble sur un terrain d'entrainement relativement libre pour voir déjà votre niveau après manger. Ce sera plus aisé pour moi de savoir à quelle hauteur vous êtes pour viser les étoiles. Des idées déjà sur ce que vous voudriez apprendre, ou vous vous fiez uniquement à mon expertise martiale ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 619
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Développer sa résistance aux maléfices Mer 10 Jan 2018 - 15:17

    Je m’étais en effet interrogé sur l’identité de ce Hisagomaru et sur la raison de son choix. Devait-il ajouter quelque chose de particulier dans le plat ? Un parasite ? Un poison ? Hélas, n’étant pas accoutumé des plats coûteux, j’ignorais le goût qu’il devait avoir et ne pourrais donc déceler quoique ce soit. J’espérais au moins que c’était bon : ou le plaisir d’un repas cher serait simplement de débourser de l’argent ? Hisagomaru était un cuisinier en dessous du niveau des autres. L’avait-il choisi dans le but de me provoquer ? Pour me prouver qu’il était le chef et qu’il avait le pouvoir sur tout ?

    Etonnamment, le Nara ne semblait pas surpris par ma dernière réponse. Il indiqua même que si ce n’était que ça, il devrait pouvoir accéder à ma requête. Me permettre d’avoir la force de le tuer ? Etait-il idiot ? Qui ferait ça ? Où était le piège ?

    « Trois heures ? »

    J’avais cru au départ que c’était le temps qu’il lui fallait pour accéder à mon souhait, et je me demandais alors s’il me surestimait ou s’il se sous-estimait. Mais il avoua ensuite que c’était pour m’évaluer dans un premier temps, afin de savoir le chemin qu’il me restait à parcourir. Mais je me méfiais toujours, cherchant l’écueil dans son discours et ses intentions. Hélas, je pouvais habituellement m’appuyer sur les pensées de mon interlocuteur pour certifier mes soupçons, mais son restaurant à l’architecture peu banale m’en empêchait. Voulait-il connaître mes capacités pour mieux m’éliminer ensuite ? S’il m’écoutait, il me répondrait simplement qu’il n’avait pas besoin de ça pour me tuer, et que si c’était son intention je serais déjà six pieds sous terre.

    « Je suppose que vous ne pourrez pas beaucoup me conseiller sur les arts Yamanaka. Cependant, si nous formons une équipe, nous avons accès aux entraînements en plus des apprentissages et nous ne sommes plus cantonnés aux techniques déjà connues et maîtrisées…
    Pour autant, ce sont quelques bases du taïjutsu qui m’intéressent dans un premier temps : les esquives et les frappes. Evidemment, je me fie aussi à votre expertise martiale et suis ouvert à toute proposition.
    Dans un second temps, je souhaiterais des leçons concernant le fuïnjutsu que j’espère pouvoir maîtriser dans un futur plus ou moins proche. Je crois savoir que vous en maniez les rudiments. »


    Les entraînements étant permis, le Nara lui-même pourra profiter de nos leçons pour apprendre de nouvelles techniques.

    « Je vous souhaite donc un bon appétit… »

    Mais j’attendis évidemment qu’il goûte en premier à son plat, bien que nous ne partagions pas la même assiette. Simple habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1648
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Développer sa résistance aux maléfices Lun 15 Jan 2018 - 0:22

« Vous n'avez pas l'air spécialement excité par votre plat. En général, les gens le commandent surtout pour le frisson du risque. Dois-je en déduire que seul son prix vous a tapé dans l’œil et que vous ignoriez ce que c'était ? »

Natsuki haussa un sourcil, cachant bien une petite pointe de déception dans l'ensemble de la mise en scène.


« J'en ai déjà mangé à deux reprises personnellement, et je le trouve plutôt fade en sushi. »


Mais il n'était pas mangé pour cela, rappelons-le.


« En marinade par contre, la sauce lui rend bien hommage. Il faut dire que la chef cuisinière du Restaurant du Septième Ciel est incroyablement doué, tout comme tous ceux qu'elle forme. Bien, sur ce, bon appétit. »


Natsuki attrapa ses baguettes de la main gauche, et commença à manger son plat déjà découpé. Le repas se passa dans un silence relative – le Nara tatoué le trouva un peu gâché par la présence de Shigo, mais il devait faire son deuil, c'était un mal pour un bien – et la seule discussion digne d'intérêt – la seule discussion tout court, en fait – concernait les ambitions du Yamanaka en terme de formation.


« En effet, les arcanes secrètes de votre Famille me laissent autant dans le brouillard que vous le seriez avec les techniques ancestrales de mon clan. Je ne peux pas grand chose pour vous de ce côté-là, et de toute façon, ce n'est pas cela qui arrêtera mon corps : vous avez déjà fait la bêtise une fois par ignorance, je pense que vous avez comprit que cela ne fonctionne pas, bien au contraire. »


Et maintenant, il avait une bonne idée de comment éviter un désagrément similaire du genre. Applicable s'il n'était pas déjà en plein élan de furie, bien évidemment.


« Pour ce qui est de l'art des sceaux, sans entre dans les détails, je devrais pouvoir vous aider, selon ce que vous attendez d'un sceau. Attaque, défense, stockage, utilitaire etc... »


Natsuki savait faire les quatre, dans des intensités et des complexités variables, mais sa manière de les créer tendait à le faire se tourner vers des symbologies très simples.


« Quant au taijutsu, il s'agissait jadis de ma spécialité primaire, avant que je ne me tourne vers une voie qui me permettait davantage de tuer sans les mains. Mais l'on n'oublie pas plus de vingt ans de formation dont plus de la moitié en pratique sur le terrain comme cela. J'en connais encore assez pour prétendre être une pointure dans ma branche, à défaut de pouvoir être le Nec Plus Ultra. »


Quand il arrivait à faire démonstration de technicité plutôt que de carnage aveugle.


« Vous n'avez pas le profil de quelqu'un qui aime s'encombrer avec des immobilisations, peut-être tout au mieux des boucliers humains, donc ce sera probablement des leçons orientées attaques et défenses dont vous avez besoin. La base, en somme. »


A un moment, le repas toucha à sa fin. Natsuki refusa poliment le dessert et invita Shigo à en faire de même. Il était déjà tard, et le temps, c'était de l’entrainement. Il était donc temps de s'y mettre, et un terrain les attendait pour cela. Pas trop à l'écart, pas trop occupé, le genre qui devrait plaire au Yamanaka.


« Bien, commençons par un petit classique en guise d'échauffement. Attaquez-moi, je me défends / défendez-vous, je vous attaque. Cinq minutes de chaque devrait déjà me donner une bonne idée de votre niveau général et en corps à corps. Celui en genjutsu ne m'intéresse pas beaucoup, pour tout vous avouer. »


Et pour ce qui était de l'exercice, Natsuki visait du classique. Commencer doucement sur les assauts, augmenter progressivement la cadence jusqu'au point de rupture, privilégier la vitesse à la force.

Pour la défense, eh bien il se défendra jusqu'à avoir cerné ce qu'il voulait voir chez son étudiant. L'esquive privilégiait sur les blocages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 619
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Développer sa résistance aux maléfices Lun 15 Jan 2018 - 21:40

    « La curiosité est un vilain défaut, mais la soif de connaissance est un fleuve intarissable… »

    Au sujet du repas. Les Fugu n’étaient pas vraiment le type de gibier que l’on trouvait dans la forêt de Hi, lorsqu’on ne voulait pas débourser son sou pour un repas. Des racines ou de l’écorce de bois les mauvais jours, du lapin ou de la biche les bons. Parfois du sanglier. Rarement du chien. Plus depuis que j’avais arrêté d’être esclave, car ici cet animal semblait adulé comme un être humain. Certains insectes l’étaient aussi, et il fallait faire attention à ce que l’on mange. Pour le moment, il ne m’était pas encore arrivé de croquer dans la cuisse d’un Gekei.

    « Pour le Fuinjutsu, je ne sais guère quoi attendre d’un sceau pour le moment. Peut-être que vos leçons m’aideront à y voir plus clair. Mais chaque chose en son temps. Je ne possède pas encore le rang nécessaire à l’étude d’une telle spécialité. Et puis, évitons de courir deux ninkens à la fois. Le Taïjutsu sera un excellent début, et je ne doute aucunement de votre talent en la matière. »

    Après tout, il était capable de courir un marathon à travers la forêt de Hi tout en la déboisant sans ralentir son rythme et sans manquer de souffle.

    « Cependant, qu’entendez-vous par tuer sans les mains ? Faites-vous mention aux célèbres ombres du clan Nara, comme celui qui accueillait les invités chez vous ? »

    Curieux phénomène que celui-là. Quant au fait de tuer sans les mains, les possibilités demeuraient infinies. Il y en avait, pour ainsi dire, bien plus sans qu’avec. Mais peut-être aurais-je l’occasion d’en apprendre plus en pratique ? Par exemple sur un terrain d’entraînement ? Celui que nous avions rejoint suite au repas ? Et c’est ainsi que la transition fut toute trouvée pour embrayer sur l’exercice proposé par le Nara : l’attaque et la défense.

    D’abord la défense pour moi. Je pouvais me mouvoir à loisir au début, tant que le rythme n’était pas trop effréné, mais je devais rapidement basculer sur les mouvements et gestes que je maîtrisais pleinement : les parades. Voire une épreuve de force me permettant de me libérer s’il venait à tenter une clé par exemple. Mais ni armure ni esquive. Notions qui étaient étrangère de la fiche de mes capacités, pour le moment. Et lorsqu’il passa à l’assaut du rang le plus élevé : il toucha le point de rupture. Lui était un agent triple S tandis que j’arborais tant bien que mal mon titre de A avec des techniques de même volée. Au-delà, je n’étais guère efficace pour l’instant. C’était un fait dont j’avais conscience. Mais malgré mes nombreuses économies, je n’étais pas aussi riche que le Nara qui me faisait face.

    Aussi, il me fallut demander une brève pause avant de passer à la seconde étape de l’échauffement, histoire de reprendre un minimum de souffle. Natsuki optait pour les esquives, contrairement à moi. Ce n’était donc pas sur la puissance brute que je devais jouer pour l’atteindre mais la vitesse ou la stratégie. De toute façon, je ne pouvais monter bien haut en termes de force. Cependant, pour ce qui était du reste : le Nara put apercevoir des changements de rythme, dont une accélération stimulée par du chakra, des assauts sous des angles divers et avec des outils différents : poings, pieds, morceaux de terre, … Et, me positionnant dans son dos, je tentais même d’envoyer ma main en direction de sa colonne, entre les deux omoplates, comme l’avait expliqué Zone Derground pour immobiliser une personne.

    Natsuki allait-il être satisfait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1648
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Développer sa résistance aux maléfices Jeu 18 Jan 2018 - 0:03

« Pas uniquement les ombres de mon clan, mais le ninjutsu en général. L'art qui permet de réaliser mille prouesses, mais dont le caractère éphémère trouve son emploie essentiellement dans la guerre. »

Tout ce qui était bâtit avec du ninjutsu s'éroderait rapidement au fil des jours, aussi les architectures et la manufacture devaient compter un gros support matériel extérieur pour espérer passer la semaine sans s'effondrer une fois le chakra évaporé.

Sur le premier tour de chauffe, Shigo se montra un peu raide dans ses mouvements, mais globalement il savait se défendre. Chaque personne avait une façon de se battre particulière, mais celle du Yamanaka ne lui donnait pas l'impression d'appartenir à un style en particulier. Il ressemblait plus à une brique qu'à un élastique, le genre qui comptait sur sa solidité pour s'en sortir plutôt que sa finesse. Cinq minutes ne furent pas de trop pour porter un coup significatif – s'il avait été appuyé tout du moins.

Le diable savait se défendre, en effet, mais pas que. Pas étonnant qu'il avait survécu jusqu'ici. Parce que pour ce qui était d'attaquer, il se débrouillait tout autant. Il plaça Natsuki en position de difficulté plus d'une fois, montrant par là que l'écart de niveau n'était pas si creusé que cela. La différence tenait surtout dans la gestion de l'effort et du combat : Shigo comptait encore des déchets dans certains mouvements, mais rien d'irrécupérable.

L'évaluation initiale prit fin lorsque sur une feinte, Shigo utilisa l'animation de l'attaque pour appuyer son coup dans le dos de Natsuki. Ce dernier s'immobilisa alors, les yeux écarquillés. Le combat lui-même se figea, les deux adversaires dans leur position, le vent balayant leurs chevelures pendant quelques secondes. Puis dans un craquement osseux sinistre, Natsuki redressa son dos, et pivota du buste sans bouger les jambes pour poser un regard accusateur sur Shigo.


« Est-ce que c'est moi, ou bien, venez-vous d'essayer de me briser la colonne vertébrale là ? Parce non seulement ce serait grossier de votre part, mais en plus très malvenu de le tenter dès le premier rendez-vous. »


Surtout quand c'était Natsuki qui avait payé le repas.


« A quel moment vous vous êtes dit que cela serait une bonne idée ? »


Natsuki pivota dans l'autre sens, produisant un nouveau grincement de son squelette avant de faire face à Shigo.


« C'est un peu tôt pour essayer de me tuer non ? »


Le contrat stipulait que Natsuki devait lui apprendre deux ou trois choses avant. Ce serait embêtant pour tout le monde si Shigo brisait déjà leur accord. Enfin, presque tout le monde, Et le Nara tatoué n'était pas certain de savoir s'il était concerné ou non. Dans le doute, il s'abstint de tenter de broyer le crâne de Shigo entre ses doigts devant cette agression caractérisée.


« C'était une frappe un peu trop localisée pour passer pour un simple accident. Je ne sais pas qui vous a apprit à faire cela, mais c'était trop faible pour fracturer des vertèbres. Suffisant toutefois pour tenter d'en déplacer chez quelqu'un. Vous donnez dans la tétraplégie maintenant ? »


Pas de quoi le surprendre, en définitif. Mais comment lui jeter la pierre, alors qu'il savait faire plus ou moins la même chose ? Pour autant, tout ce qui venait du Yamanaka lui semblait sale, et cela, c'était purement personnel : raisonner sur la question ne mènera nulle part.


« Trop ciblé pour être le fruit du hasard, disais-je, mais pas assez adroit pour être un mouvement dont vous avez l'habitude. Depuis combien de temps vous entrainez-vous à cela ? Ou plutôt devrais-je demander, sur combien d'adversaires avez-vous déjà tenté de pincer leur vertèbres ? »


Et il demandait cela sans jugement, de professionnel à professionnel. Parce que les deux avaient bien notion que c'était dans le combat que l'on forgeait son corps et son esprit.

Que c'était sur le corps de ses adversaires que l'on épanouissait ses aptitudes martiales.

Que c'était dans le sang que l'on assurait sa survie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Développer sa résistance aux maléfices

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Quartiers Civils :: Le Septième Ciel-