N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 371
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Dim 25 Mar 2018 - 23:16

On traversait la jungle, le climat était plutôt désagréable. J’étais habitué au froid de Tetsu no kuni ou encore aux bonnes températures de Hi no Kuni mais certainement pas au climat de jungle de Taiyo. Je ne savais pas ce qui était pire : La jungle ou les marais. Les deux étaient plutôt désagréable avec une certaine air lourde. Le sol se transformait progressivement en eau et le déplacement n’en devait que plus difficile et désagréable. Après tout, l’eau des marais n’était pas réputée pour être la plus propre, non, c’était de la grosse merde.

Le choix du groupe se fit rapidement pour quitter le sol au profit de la végétation. Il allait de soi que si on continuait sur cette route, on allait prendre des semaines pour arriver à destination, bon d’accord, peut-être pas autant mais vous voyez où je veux en venir. Ainsi donc on voyageait plutôt sur les branches pour des raisons de facilité, bien que la nature elle-même poussait n’importe comment, rendant parfois les déplacement plus délicat et difficile. Bien sûr arriva ce qui devait arrivait, Izumi se blessa le pied.

Takeo lui ordonna de prendre soin d’elle avant de nous rejoindre au village, il serait probablement préférable qu’elle reste en dehors du combat car son handicap, aussi léger soit-il, allait être un sacré problème pour elle. On n’avait pas un simple adversaire et il serait fort regrettable qu’elle se fasse bouffer.

Moi et Takeo reprirent la route tranquillement, évitant de nous-même nous blesser comme des bras cassés. Finalement nous route mena vers un lac, étions-nous réellement bon ? Après tout, on pouvait vite se perdre dans une jungle ou un marécage si on ne faisait pas attention. On n’avait pas le temps de contempler ou de réfléchir sur la chose puisqu’un cri nous interpella. Un fichu Gekei-Héron nous avait remarqué et son comportement était plutôt étrange et puisqu’il était pour moi difficile de le juger ; j’attrapais mon katana et me mis en position pour le dégainer par précaution. Je le fixais nous foncer dessus et pourtant il semblait avoir peur, mais avait-il peur de nous car il voyait en nous une menace ou était-ce autre chose ? Nous attaquait-il ou voulait-il discuter ? Dans tous les cas, je restais prêt à réagir au besoin, fichu Gekei.

La réponse j’allais rapidement la recevoir et alors que je restais prêt à dégainer l’arme s’il osait faire l’idiot, il demanda notre aide pour son frère. Manifestement il avait été attaqué par ce fou bouffeur de Gekei. Je fis un signe à Takeo et je le suivais en direction du blessé. Il n’avait rien à dire, il était dans un sale état et probablement aurait-il été intelligent de juge l’achever. Les ailes cassés, une jambe en moins et les boyaux qui n’attendaient qu’une chose : retrouver la liberté. Le pire dans tout ça, on n’avait guère les moyens de le soigner. On n’était pas des médecins et au mieux on pouvait lui faire quelques bandages qui, il fallait l’admettre, n’allaient pas servi à grand-chose.

En tout cas, Takeo sorti des bandages pour se mettre à l’œuvre, m’en donnant au passage pour que je m’occupe, manifestement de sa jambe. Je me contentais de ne point dire qu’il était probablement inutile de tenter de le soigner car, entre nous, il n’allait sûrement pas survivre. Il fallait un sacré miracle à ce stade et si on n’avait pas un bon et vrai médecin dans les environs, il n’allait pas survivre. Ceci dit, pour la forme, je pris les bandages et tentait, tant bien que mal, de lui bander la jambe blessée avec les bandages. Il fallait essayer de non seulement stopper l’hémorragie qui était, à ce stade, assez difficile, mais en prime il fallait couvrir la plaie pour éviter que trop de saleté vienne infecter la chose.

Une fois la chose faite, Takeo voulait s’occuper des ailes qu’il fallait remettre en place. Je n’étais pas certain qu’il était pertinent, a ce stade, de faire une telle chose au vue de la situation. D’autant plus que la nuit commençait à tomber, il fallait trouver une autre solution que ça.


Est-ce qu’il a un village ou un médecin dans les environs ?


C’était important car si la réponse était non, il allait pouvoir commencer à creuser sa tombe car il n’allait pas passer la nuit avec de telles blessures et avec une telle perte de sang. Aussi cruel que cela pouvait paraître, il fallait savoir voir la réalité en face. Les Gekei n’étaient-ils pas les mieux placer pour savoir que la mort fait partie de la vie, du cycle et que tout finir par mourir ? Enfin, pour l’heure Takeo allait devoir remettre les ailes en place et j’allais l’aider au besoin.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Maître Animateur
Messages : 74
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Lun 26 Mar 2018 - 18:54

Animateur

Effectivement la vie du Gekei héron ne tenait qu'à un fil et c'est entre autres pour cette raison qu'une fois séparés d'Izumi, les Konohajins ainsi que leur nouveau compagnon s'étaient attelés à une tâche critique et extrêmement indélicate. Les trois secouristes appliquèrent tant bien que mal les savoirs qu'ils avaient acquis grâce à leur expérience du terrain, et l'avis de Shingen n'était pas loin d'une vérité macabre et qui semblait de plus en plus évidente à mesure que la victime commençait à sombrer dans l'inconnu.

KRONK !

C'est le bruit que fit l'aile replacée, réveillant dans un éclat de douleur le Gekei héron qui commençait à n'être plus que l'ombre d'un mort. L'espace d'une fraction de seconde, les trois sauveurs purent voire les yeux écarquillés du repas à peine entamé par Kitatsu. Après un moment de silence durant lequel les regards s'échangèrent, le mort vif commença à délirer et ses serres s'agitèrent dans tous les sens, menaçant de lacérer ses trois sauveurs !

KRONK !

Le bruit de la deuxième aile remise en place arracha un puissant "crêêêê !" que le Gekei ne parvint pas à retenir. Fragiles, ses ailes commencèrent à accompagner ses mouvements, au risque de se disloquer à nouveau et de balayer ses partenaires...

Cependant que les trois parvinrent à maîtriser l'agité qui revenait d'entre les morts, les mots commencèrent à sortir de son bec. Gesticulant dans sa propre fange au milieu de la nuit, le malheureux leur fit :

Gekei héron (victime)
"Crêêê ! Mourrrrirrr ! Je ne veux pas qu'on me mange ! Crrrrêêêê ! Démons ! Sortez-moi de sa bouche !"


Il fallut plusieurs minutes pour que Takeo, Shingen et le frère du Gekei héron stabilisent l'état de la victime. Les plaies bandées et l'âme plus tranquille, la victime de Kitatsu sembla commencer à s'apaiser pour profiter d'un sommeil salutaire qui sans doutes lui ferait le plus grand bien.

Pour veiller à ce que ce dernier ne refasse pas une crise ni ne s'échappe, les trois héros dormirent quelques heures à côté de lui. Takeo avait très justement anticipé qu'il ne servirait à rien de progresser dans les marais sombres, sinon de s'égarer et de perdre définitivement la trace de leur proie. Toutefois, le samurai avait très nettement anticipé autre chose également.

Les deux Konohajins se réveillèrent en entendant les sanglots du Gekei héron qui les accompagnait. Il pleurait au-dessus du corps froid de son frère qui, sans surprise, avait succombé à ses blessures. Ses ailes de géant ne voleraient plus jamais.

Gekei héron
"Maudit démon... snif... je le vengerais... snif..."

La scène était pénible à voir. Les deux frères échangeaient leurs deniers moments, et le seul survivant laissait filer entre ses doigts une réalité glissante sur laquelle il n'avait aucune accroche. Le temps était irrattrapable, comme un pétale emporté par les eaux.

Pour autant, il accepta de guider les deux Konohajins vers la ville de Zouka, à l'Ouest, là où Kitatsu se rendait probablement... car c'était pour le possédé comme un buffet à volonté !

_______________________


Après quelques heures à sauter de branches en branches, Takeo et Shingen arrivèrent sur les lieux. Le Gekei héron les laissa à leur sort, jugeant qu'il ne ferait que mettre sa vie en péril en les accompagnant jusqu'au combat final. Pire, il pouvait devenir une contrainte pour les deux guerriers.

Le village avait été bâti à la lisière des marais. Les rues pavées faisaient un total contraste avec le décor que les Konohajins venaient d'affronter : c'était soulageant et quelque part réconfortant. Ce retour à la civilisation avait le mérite de leur apporter un peu moins d'isolement... ce qui n'était pas forcément un avantage, compte tenu du fait qu'à présent, le danger pouvait venir de partout. Ils passèrent devant une échoppe derrière laquelle se tenait une étrange stèle, sur laquelle était écrit un mot dans un langage inconnu. Probablement la langue des Gekei, qui sait ?

Les maisons étaient fort ressemblantes et se couvraient de toits de paille portées par des murs en terre cuite. C'était rustique et il était clair qu'on n'avait pas cherché le chef d'oeuvre architectural. Mais surtout, les rues étaient vides ! Ils marchèrent le long du chemin, passèrent la place centrale, mais pas une âme ne vint disputer le silence macabre qui régnait dans ce village.

Soudain, un volet s'ouvrit brusquement et laissa apparaître un homme à tête de chien.


Gekei chien
"Wof ! Qui va là ?! Vous empestez le sang de héron !!"

Le regard du Gekei chien de garde était intransigeant et dépassait du cadre de sa fenêtre, située au premier étage. Dans sa main, cachant cette dernière à la vue de ses interlocuteurs, il tenait une machette, prêt à les mettre en pièces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 890
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Ven 30 Mar 2018 - 0:31

Je devinais les pensées de Shingen-san, mais si nous voulions avoir une chance de trouver la piste de Kitatsu demain matin, il nous fallait l'aide de ce héron. Je n'étais pas non plus optimiste des résultats de nos efforts, sauf que pour le bien de notre mission nous n'avions pas d'autre choix que d'essayer. Même si le pauvre Gekei rendait l'âme dans nos bras, au yeux de son frère nous aurons au moins essayer et peut-être tiendra-t-il sa promesse. Une fois que j'eus terminé de passer les bandages autour de son abdomen, je ne pus m'empêcher de me dire que ce n'était que rudimentaire et ne tiendrait que pour quelques heures; il ne faudrait pas perdre de temps à le ramener au village il aurait peut-être plus de chances de s'en tirer. Mais avant cela, il fallait replacer les ailes du héron quand bien même le choc avait des chances de l'achever.

Un craquement sinistre retentit dans les marais lorsque je replaçai la première aile et la victime sembla revenir des morts. Plus que cela, il semblait encore croire qu'il était sous attaque puisqu'il commença à se débattre comme un forcené avec une force que je ne le croyais pas capable d'avoir. Nous dûmes nous y prendre à trois afin que je puisse replacer la deuxième aile, car il était hors de question de laisser ce travail à moitié fait. Maintenant qu'il était réveillé, le Gekei lança un cri de douleur et commença à battre frénétiquement de ses ailes nouvellement replacées. Si nous ne faisions pas quelque chose rapidement, elles se disloqueraient de nouveau! Nous redoublâmes tous nos efforts et à travers notre lutte il lança quelques paroles qui confirmèrent qu'il se pensait encore attaqué. Heureusement pour nous, nous eûmes à le retenir quelques minutes de plus avant qu'il ne soit vidé de toutes ses forces et qu'il sombre dans l'inconscience. Le première chose que je vérifiai était s'il respirait encore et s'il avait encore un pouls puis me retournai vers les deux autres hommes.


- Il respire encore, il n'est qu'inconscient; espérons que le sommeil lui fera du bien.

Je regardai autour de moi et force fut de constater que la nuit était déjà tombée autour de nous, rendant la traversée des marais impossibles. Déjà que nous avions eu de la difficulté en plein jour, je ne voulais pas essayer de nuit. Nous devions surveiller notre patient improvisé de toute façon, nous ne pouvions pas aller très loin. Nous décidâmes donc de prendre quelques heures de repos et nous essaierions de le bouger lorsqu'il ferait un peu plus clair. Peut-être aurions-nous pu faire des rondes pour veiller sur le héron, peut-être n'aurions-nous pu rien faire, mais je me fis réveiller quelques heures plus tard par des sanglots et compris que Kitatsu venait de faire une nouvelle victime. La gorge serrée, je regardai ce triste spectacle en retrait et lorsqu'il eut fait ses derniers au revoirs il se tourna vers nous et nous informa qu'il comptait tenir sa promesse. Sans plus attendre, celui-ci s'éleva dans les airs et nous guida vers la ville de Zouka.

Quelques heures plus tard et nous étions arrivés à Zouka. Dès que nous fûmes arrivés notre guide se sépara et avec ce que venait de lui arriver je ne lui en tins pas rigueur. Non seulement venait-il de perdre son frère, mais nous allions directement vers le responsable. Je lui étais toutefois reconnaissant de nous avoir amener jusqu'ici où nous pourrions reprendre notre chasse. La première des choses fut toutefois de retrouver Izumi-chan, qui devait probablement être arrivée ici la veille au soir. J'espérai que sa blessure ne soit pas trop grave, même si je savais qu'elle était faite pour le restant de la mission. Une fois que nous la retrouvâmes à l'auberge du village nous pûmes, Shingen, mes ninkens et moi, se remettre sur notre traque. Je n'avais pas remarqué tant j'étais préoccupé par l'Aizawa, mais maintenant que je portais attention il y avait un détail perturbant: malgré la quantité d'habitation, il ne semblait pas avoir une âme qui vive dans le village. Étions-nous encore une fois trop tard? Le cannibale avait-il déjà fait ses ravages avant de continuer son chemin?

Alors que nous marchions dans les rues du village, un bruit sec vint d'au-dessus de nos tête et je levai les yeux vers la source du bruit pour voir des volets ouverts et la tête menaçante d'un gekei-chien sortir de la fenêtre. Sans préambule, ce dernier nous demanda qui nous étions, nous faisant par le fait même remarquer que nous puions le sang de héron. Je regardai mes vêtements rougis par le sang du gekei que nous avions essayé de sauver la nuit dernière et me demandai s'il était vraiment judicieux de répondre à cette question, d'autant plus qu'elle n'était pas rapidement répondable. Devant l'air austère du Gekei, je pris rapidement la décision de jouer la carte de l'honnêté.


- Bonjour à vous, Gekei-san. Nous sentons de la sorte puisque nous revenons des marais où nous avons tenté sans succès de sauver un gekei-héron victime d'une créature dangereuse que nous chassons pour Gekei Kiba-dono. Nous avons toutes les raisons de croire que cette créature viendrait ici après les marais. Cela a-t-il été le cas? Est-ce pourquoi le village semble désert? Nous ne voulons que vous aider.

Les Gekeis avaient la réputation d'être méfiants, surtout envers les humains qui les ont persécutés si longtemps, mais j'espérais que leur besoin les ferait voir par-dessus cela. J'avais même trouvé cela étrange que la nation du Soleil requiert de l'aide extérieur, j'imagine que cela ne faisait que montrer leur détresse de régler cette situation. Si les instincts de ce Gekei était aussi développés que celui de mes ninkens, il verrait que nous disions la vérité et que nous voulions régler ce problème tout comme eux. Même que nous quitterions les lieux sans plus attendre sur Kitatsu n'était plus ici puisqu'il était celui qui nous intéressait. Il suffisait simplement que le gekei-chien ait des informations à nous donner afin de retrouver la trace de notre cible.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 371
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Dim 1 Avr 2018 - 16:02

Les ailes avaient été remises en place comme on l’avait voulu, redonnant par la même occasion un peu d’énergie à notre victime. Rien de bon sortait de son bec si ce n’est des cris de détresses et plus tard quelques délires. Il était traumatisé par ce qu’il avait subi, on ne pouvait lui en tenir rigueur. On n’avait pas tout les jours l’occasion de se retrouver dans la gueule d’un démon et j’en arrivais presque à me demander si nous pouvions réellement parler de cannibalisme dans ce cas. Certes, la réflexion pouvait s’avérer inutile dans notre situation, mais autant utiliser le bon vocabulaire, non ?

Malheureusement pour nous, la nuit était déjà avancée et nous ne pouvions risquer de reprendre la route, à moins si notre volonté était de nous perdre dans ce trou. On était contraint à y passer la nuit, c’était du moins ce que nous convenions tous de faire. Je me retenais d’affirmer que cet héron n’allait pas survivre la nuit, au vue des blessures ce n’était guère étonnant, mais peut-être avaient-ils encore de l’espoir.

Ma formation de samourai m’avait rapproché de la mort, on vivait pour mourir. Mon rapport avec cette chose naturelle était bien différent des autres, elle me rendait presque indifférente. Je ne pouvais agir autrement, car comment peut-on mettre sa vie en jeu si on craint la mort ? Il faut l’embrasser et en faire une part de sa vie pour que nous puissions avancer dans l’indifférence vers la mort. Peut-être même que j’étais devenu trop froid émotionnellement, regardant certaines choses avec indifférence alors que les autres pleuraient.

En tout cas, on prenait un peu de repos, laissant le blessé entre les mains de la mort. Quelques heures plus tard, il avait enfin rejoint l’au-delà et ce n’était probablement pas plus mal pour lui. Il n’allait plus souffrir, il n’allait plus devoir penser à cette horrible situation. Après tout, la mort d’une personne ne dérange-t-elle pas ces proches ? Maintenant, il est en paix quelque part pendant que son frère pleure sa mort.

J’étais plutôt content qu’Izumi n’était plus avec nous, elle n’avait pas à voir cette situation qui l’aurait, à coup sûr, fait mal. Je restais pour ma part discret, je n’avais guère envie de commenter la chose. Je pouvais toujours dire « Les forts survivent, les faibles meurent », mais la chose aurait été plutôt déplacé. Il était toujours bon de savoir quand le moment était venu de parler et quand il fallait la fermer. Cela me rappelle de mon ancien sensei « Vie quand il est bon de vivre et meurt quand il est bon de mourir », une étrange phrase n’est-ce pas ?

Le frère héron décida de nous aider malgré la perte, après tout que pouvions-nous faire de plus ? Nous n’étions pas des médecins et des bandages n’allaient guère faire de miracles. On ne pouvait lui redonner le sang qu’il avait perdu, on ne pouvait annuler le traumatisme que son corps avait subi par les blessures, on ne pouvait reboucher miraculeusement les blessures avec des bandages. Lorsqu’on savait qu’un samourai n’hésitait pas à s’ouvrir le ventre avec une lame pour se tuer, il était plutôt clair que sans soin adéquat, il allait mourir tôt ou tard.

Le héron nous emmena vers l’un des villages de ce foutu pays dont les habitants dégageaient autant de sympathie que ce fichu Kitatsu. Les habitations et les bâtiments avaient toujours ce côté plutôt primitif qui, malgré cet aspect, dégageait un certain charme. Je trouvais plutôt étrange que l’endroit était désert, vide. Je doutais que nous faisions un tel effet, était-ce Kitatsu ? Peut-être, mais je gardais ma réserve à ce sujet. Après tout, aucune trace de lutte, aucune goûte de sang et encore moins un quelconque morceau de Gekei. Pourtant lorsqu’on se rappelait des scènes d’attaques, elles étaient plutôt répugnantes. Ce maudit démon n’était pas du genre à finir son assiette, c’est qu’il aimait gaspiller sa nourriture. On pourrait presque croire que ces parents ne lui ont jamais appris à finir son assiette avant de se lever.

On traversait ce village vide dans l’espoir de trouver un quelconque indice sur ce monstre. Peut-être que les gens avaient fuis le village en entendant que le criminel allait venir ici. On pouvait envisager beaucoup de théories et peut-être serait-il même bon de frapper à l’une des portes pour voir si des Gekei étaient encore présent. Je laissais mon regard observer les alentours pour essayer de repérer un élément intéressant, quelque chose qui allait nous donner des informations.

Mon attention fut rapidement attirée par le Gekei-chien qui ouvrit les volets pour nous regarder, je me retournais brusquement en sa direction, m’attendant presque au pire. Je le fixais droit dans les yeux, posant ma main sur mon katana au cas où. Il fallait s’attendre aux pires avec ce peuple et il ne fallait pas baisser sa garde. Même si nous étions ici pour les aider, ils n’étaient pas du genre très sympathiques. Je laissais Takeo prendre la parole pour expliquer la chose avant que je prenne la parole.

Vous n’auriez pas vue ce…. Monstre ?

Je voulais dire « ce chien » mais au vue de notre interlocuteur, il n’était certainement pas une bonne chose de le dire… Après tout, il était lui-même un chien.

Le plus vite nous pourrons lui régler son compte et le plus vite vous vous débarrasserez de nous.

Je continuais de le fixer, dans le fond je n’avais pas tord. Il était évident qu’ils n’étaient guère très heureux de nous avoir près d’eux. Autant nous donner les informations que nous voulions pour que nous puissions repartir aussitôt. Chacun était gagnant dans l’affaire, ils se débarrassaient du démon et de nous en nous fournissant les informations souhaitées. Ceci dit, après cette discussion avec le Gekei, je comptais bien avoir une discussion avec Takeo au sujet de Kitatsu. J’étais conscient qu’on nous avait demandé de le capturer, mais au vue de la situation, au vue de ces méfaits… Il me semblait clair que la seule chose logique à faire était de purement et simplement le tuer. Il avait déjà été capturé et pourtant le voila libre maintenant, répandant la terreur dans un pays incapable de le capturer. Il laissait derrière lui que de la souffrance et de la mort, éparpillant les morceaux de ses victimes dans la nature. Ces victimes auraient pu être évités si, dans un premier temps, cet homme avait été tué.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Maître Animateur
Messages : 74
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Lun 2 Avr 2018 - 11:54

Animateur

Derrière sa fenêtre, le Gekei chien continuait de fixer les deux intrus avec une ardeur qui témoignait de la méfiance qu'il leur accordait. Mais plus que le regard, il fallait se méfier de son flair : effectivement, ce dernier était semblable au Inuzuka et le moindre doute, le moindre écart qui aurait animé les phéromones du mensonge aurait tout de suite été repéré. Les griffes et les crocs du Gekei avaient plus d'une fois découpé et croqué des étrangers qui, de la sorte, s'invitaient sur leurs terres en imposteurs sans craindre de représailles.

Il écouta attentivement les paroles de ces deux inconnus. L'évocation de Kiba lui donna la nausée. Il avait toujours eu du mal à apprécier le genre reptilien, bien que forcé de cohabiter avec eux. Pour autant, les arguments donnés par Takeo et Shingen étaient bien choisis et avaient la forme adéquate pour faire oublier cette odeur de mort qui planait autour d'eux. Il ferma ses volets.

Une minute passa sans que rien ne bouge. Le matin laissait une légère brise souffler sur Zouka, emmenant avec elle le froid humide de l'aube. La caresse de ce vent-là sur la peau des deux guerriers était douce et stimulante. Mais ce n'était que le calme avant la tempête. Face à cette maisonnée au toit de paille, les deux étrangers s'apprêtaient à faire front contre l'ultime ennemi.

La porte s'ouvrit dans un léger grincement. Les yeux fauves et menaçants du Gekei chien luisaient dans une maison enfoncée dans la pénombre, presque vide : deux grains d'or au milieu des ténèbres. Dans un autre contexte, cette vision aurait pu être propédeutique à un véritable carnage. Mais pour l'heure, le Gekei chien gardait tout son calme.

Il sortît lentement. Son pelage était court et laissait entrevoir une musculature herculéenne qui ne laissait planer aucun doute sur la violence dont il était capable. Surtout, son visage laissait courir une balafre récente qu'il avait acquise au prix d'un combat explosif face à des reptiles. Raison notoire de son aversion pour Kiba.

Puis il s'arrêta, toisant les émissaires de Konoha. Son regard se déporta un instant sur le ninken de Takeo. Il détestait l'idée que ses semblables puissent être domestiqués. Cela lui enleva une crispation et une grimace qui laissa entrevoir des crocs puissants et aiguisés comme des lames.

Gekei chien
"Grrr... j'ai bien senti les marais. Cette odeur a précédé celle de la mort. C'est arrivé cette nuit. Grrr..."

Sa langue passa d'un coup sur son museau, comme pour le nettoyer, tandis que ses yeux prédateurs se plongèrent dans ceux de Shingen.

Gekei chien
"Malheureusement nous n'avons pas pu l'arrêter. Nous avons donné l'ordre aux habitants de se barricader chez eux. Je sais qu'il est encore dans les parages... il a camouflé son odeur, mais son ombre plane encore sur notre village."

Il pointa son doigt dans une direction que les deux shinobis n'avaient pas encore visité.

Gekei chien
"Par ici, vous trouverez une fontaine. Il a laissé le cadavre d'un de nos compatriotes gisant dans celle-ci. Nous n'avons pas eu le temps de tout nettoyer... grrr... pauvre Aru... mais ce n'est pas la seule victime. Derrière cette fontaine, vous verrez une petite maison. La seule avec une porte en chêne blanc. Une vieille louve y habite. Son louveteau a également disparu... Peut-être pourra-t-elle vous témoigner de quelque chose. Sinon, demandez aux habitants ce qu'ils ont vu. Les histoires qu'ils ont à raconter valent le détour."

Fit-il avec un air sinistre qui marqua, pour la première fois, le chagrin qui l'habitait.

Gekei chien
"A vous de voir comment vous voulez mener votre enquête. Malheureusement, je ne peux pas vous suivre : je dois veiller sur les miens. Bon courage, messieurs... j'espère que vous saurez faire taire ce meurtrier une bonne fois pour toutes."

La remarque fut accompagné d'un courant d'air puissant, balayant le décors et secouant la paille des maisons du village Zouka. Quelle décision allaient-il prendre ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 371
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Mar 3 Avr 2018 - 22:48

Le Gekei ne bougeait pas, probablement essayait-il de nous juger, mentait-on ? Finalement après ce qui semblait être une éternité, le Gekei sorti de sa maisonnée pour reprendre la conversation. Visiblement il nous faisait confiance, ce qui était une bonne chose. Il nous expliqua la situation et on comprit assez rapidement pourquoi ce village semblait si vide.

Le monstre était dans les environs et continuait sa traque, recherchait-il le plus délicieux des Gekei ? Allez savoir, il était difficile de comprendre clairement les agissements de ce monstre à ce stade, rien en semblait être très logique. Certes il voulait manger, mais il ne dévorait pas entièrement ces victimes, pourquoi ? Seul lui pouvait le savoir et je doutais que ce fichu goinfre allait nous expliquer la chose. Il fallait s’attendre à une stupide créature qui était dirigée par sa seule volonté de manger. Il ne fallait pas pour autant sous-estimer sa force et sa capacité de nuisance, après tout Taiyo pouvait en témoigner.


Le chien nous donnait quelques pistes à suivre et indirectement nous avait livré une information importante sur les capacités de l’ennemi. Même si on avait déjà beaucoup d’informations sur les capacités de notre criminel, notamment qu’il utilisait une hallebarde et possédait des bouches, on savait maintenant qu’il avait des capacités sensorielles. Il pouvait au moins masquer son odeur, ce qui expliquerait ces capacités à pouvoir surprendre les Gekei. Ce qui nous posait un sacré problème car moi je ne possédais pas de capacités sensorielles et Takeo n’utilisait que l’odorat…. Il fallait donc rester vigilant, si notre cible avait l’initiative de l’attaque, on allait avoir un sacré problème.

Je hochais la tête avant de m’incliner légèrement.

Je vous remercie pour ces informations. Nous allons nous mettre au travail pour rapidement arrêter le criminel.

On avait déjà perdu du temps, beaucoup de temps te chaque minute qui s’écoulait pouvait signifier une autre victime. Nous pouvions interroger les habitants, mais je ne jugeais pas la chose fondamentalement nécessaire. Nous avions déjà eux quelques témoignages et ils vont tous dans le même sens : Il attaque par surprise sa proie pour la dévorer. Notre cible avait toujours le plaisir d’avoir la végétation à son avantage, idéalement il fallait donc l’attirer et le combattre dans un endroit dégagé… Une plaine serait parfaite pour ça, mais il restait à savoir comment l’attirer dans une plaine…

Je m’éloignais un peu avec Takeo question de pouvoir parler un peu plus avec lui.

Je pense que nous devrions nous contenter de tuer notre cible. Sa survie ne devrait pas être une priorité à ce stade, même si on nous demande de le capturer. Il est non seulement un ennemi très redoutable, mais le capturer me semble stupide. Après tout, il a déjà été capturé une première fois et maintenant qu’il est libre, regardez le carnage qu’il fait. Si nous le laissons faire, ça ne sera qu’une question de temps avant qu’il soit de nouveau libre et commette un tel carnage. Notre cible n’a plus rien d’un humain, il n’est qu’un vulgaire monstre dirigé par sa faim. Peut-être que la prochaine fois il n’ira pas bouffer du Gekei mais du Konohajin, peut-être même des membres de votre clan. Nous avons aujourd’hui l’occasion de rendre un service important à notre monde ; le libérer d’un monstre.

Je ne craignais pas notre adversaire, c’était l’approche qui me semblait la plus sensée à ce stade. Je ne voulais pas miser sur les capacités à maintenir une telle chose enfermée pour l’éternité ou tout du moins jusqu’à ce que la mort s’ensuive. Je doutais que les Gekei avaient réellement les capacités à le contrôler et le maintenir dans un endroit sûr. Après tout, ils vivaient encore dans des maisons faites de bois et de pailles.

Je ne sais pas si interroger les gens nous sera d’une réelle utilité. Nous savons qu’il combat avec une hallebarde, possède plusieurs bouches et nous sommes certains qu’il a des capacités sensorielles. Il sait camoufler son odeur, peut-être possède-t-il encore d’autres capacités, mais ça sera difficile à le savoir.
Nous connaissons également son mode opératoire, il utilise ses capacités sensorielles et la végétation pour se rapprocher de sa ou ses cibles pour les attaquer, les dévorer partiellement puis de repartir.


Je marquais une courte pause avant de reprendre.

Je suggère que nous tentons de l’attirer vers des plaines pour le combattre là. Si nous le traquons et essayons de le retrouver dans la forêt ou la jungle, nous allons avoir un sacré désavantage. S’il nous tend une embuscade, nous risquons d’y passer rapidement. Nous pourrions essayer de l’attirer avec les hurlements de vos compagnons canins. Je ne sais pas comment il fait pour repérer ces proies donc utiliser le hurlement d’animaux serait une bonne méthode pour l’attirer. Les plaines nous permettrons de le voir venir et peut-être même préparer quelques pièges si nous en avons les moyens.

J’affichais un léger sourire.

Qu’en pensez-vous ?

Après tout, il était le chef de groupe, il avait le choix à faire. Ceci dit, s’il voulait adopter l’idée, il fallait sûrement demander où se trouvait un endroit dégagé qui se trouvait dans la zone où se baladait notre cible. Ce n’était guère un plan simple à appliquer, mais c’était, à mes yeux, la meilleure façon d’éviter de se retrouver dans une embuscade avec une partie de son corps dans la gueule du monstre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 890
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Ven 6 Avr 2018 - 21:49

Je sentais le regard du Gekei plomber sur nous avec intensité et même d'ici je voyais son museau tressauter alors qu'il devait être à l'affut de la moindre arnaque. Il devait être à l'affut du moindre signe qui nous trahirait – je devais avouer que notre histoire était difficile à croire – mais lui-même avait dû se rendre compte que nous ne faisions que dire la vérité. Même lorsque Shingen-san avait assuré que nous quitterions les lieux le plus rapidement après avoir eu réponses à nos questions nous étions sincère; rien ne nous retenait ici si ce n'était notre traque. Quelques chose changea alors dans l'attitude du Gekei et ce dernier referma aussitôt les volets sous notre nez. Enfin, pas littéralement sous notre nez, mais vous avez compris. Je restai l'air bête pendant quelques secondes, ne comprenant pas vraiment ce qui venait de se passer. Nous avions été le plus honnêtes que nous l'avions pus et quelque chose me disait qu'il nous avait cru sans quoi je ne serais pas là en train de me demander ce que je faisais, alors pourquoi s'était-il refermé sur nous. Nous restâmes une bonne minute en silence sans qu'aucun de nous deux ne disent quoi que ce soit lorsque finalement un son sembla provenir de la maison. Changeait-il d'idée?

La porte s'ouvrit dans un grincement lugubre et tout ce que je discernai au début fut sa paire d'yeux qui brillaient dans la pénombre de sa maison. L'idée que ma dernière heure avait sonnée me passa brièvement par la tête, mais le gekei-chien sortit tranquillement de sa maison, laissant finalement apparaître le restant de son corps. Un pelage court qui lassait voir des muscles noueux et sur son visage était traversé par une cicatrice qui était encore un peu trop rosé pour ne pas être récente. Je crus l'espace d'un instant qu'il s'agissait d'une rencontre avec notre cible, mais je me ravisai rapidement parce qu'il n'aurait pas simplement une balafre s'il avait rencontré Kitatsu, quand bien même je ne le lui dirais jamais. Tout comme je l'étudiais ce dernier nous regardait avec intérêt jusqu'à ce que son regard se pose sur mes ninkens. Une grimace déforma alors ses trait et si je comprenais la raison, ce n'était pas le temps ni le moment pour lui expliquer comment les choses n'étaient pas aussi pires qu'elles ne le semblaient. Au lieu, je l'écoutai alors qu'il me révélait qu'il avait bel et bien senti une odeur similaire à la nôtre pendant la nuit et qu'au lieu de l'affronter ils s'étaient protégés chez eux. Je fus soulagé d'entendre que personne ne l'avait chargé imprudemment, mais le fus un peu moins lorsqu'il affirma que son ombre planait encore sur le village, le plaçant en bordures du village. Un mot en particulier me fit tiquer et un simple regard échangé avec le samouraï me fit comprendre qu'il en était venu à la même conclusion. Cela allait corser les choses.

Le Gekei me tira alors de mes réflexions en pointant dans la direction vers laquelle nous nouos dirigions avant de nous arrêter, que nous n'avions pas encore visité. Il nous apprit qu'il y avait une fontaine où se trouvait la dépouille d'un des leurs, Aru, malheureuse victime du passage de Kitatsu. Il nous mis également au courant de certains villageois qui avaient eu des déboires avec notre cible, nous proposant d'aller à leur rencontre pour en savoir plus. J'ajoutai ces personnes au décompte de victimes du cannibale en me faisait la prommesse de redonner autant de coups qu'il avait fait de morts dans ce pays. Sur ces paroles notre premier contact à Kouza se retira chez lui pour veiller sur ses proches. J'hochai la tête et le remerciai alors que nous commencions à faire notre chemin vers la fontaine. Peu importe ce que nous déciderions de faire, nous devions nous rendre dans cette direction. Quelques minutes après avoir quitter le gekei-chien Shingen-san s'ouvrit en premier, mais prit une direction que je ne m'attendais pas. Ce dernier proposait soudainement de simplement éxécuter notre cible, voyant les dégâts qu'il causait partout là où il allait. Il avançait également que le premier enfermement ne l'avait pas empêché de sortir pour causer de nouveaux troubles. Je pouvais comprendre son point de vue et aurais sûrement été d'accord en d'autres circonstances, mais ce n'était pas mission ordinaire que nous faisions.


- Je comprends ton sentiment et j'aurais été enclin à penser comme toi, mais ne laisses pas tes sentiments outrepasser ton devoir. Entre autres, rappelles-toi que nous ne sommes pas sur notre territoire, nous n'avons pas autant de liberté d'action que nous l'aurions normalement. Qui plus est, nous sommes sur une mission commanditée par l'une des plus hautes instances de cette nation; déjà qu'il est mal vu de déroger à l'ordre de mission lorsqu'il s'agit de nos propres missions, t'imagines-tu ce qui arriverait si nous dérogions à celui d'une autre nation? Nous pourrions en un clin d'oeil toute relation entre nos deux pays.

Non, nous allons nous concentrer sur sa capture. De toute façon, tuer un démon est bien plus facile à dire qu'à faire; quelque chose me dit que même si nous donnons le meilleur de nous-même cela ne sera pas si facile. Je sais que tu tiens tes capacités martiales en haute-estime, Shingen-san, mais il serait bien de ne pas sous-estimer notre cible. Cela dit, si les choses venaient réellement à mal tourner nous n'aurons pas d'autres choix; je ne tiens pas à perdre un Konohajin pour les problèmes des autres.


Pour avoir travaillé avec lui par le passé je savais qu'il pouvait être un peu fanfarron avec ses habiletés avec ses épées, mais je tenais à lui rappeler que notre cible n'était pas simplement un homme qui faisait des ravages, mais un homme qui avait été consumé par le demon qui l'habitait. Nous avions déjà été témoins du genre de dommages qu'il pouvait causer et ce n'était pas à prendre à la légère. Il ne fallait pas non plus oublier que ce n'était pas une mission de Konoha qui nous envoyait en dehors de son territoire, mais bien Taiyô qui cherchait notre aide et comme il s'agissait d'une des premières fois qu'il s'ouvrait au monde extérieur nos faits et gestes auraient des répercussions sur les relations entre nos deux pays. Les mots de Kibas-dono avaient été clairs: ils le préféraient en vie, mais si nous devions le tuer ils comprendraient. C'était exactement ce que nous allions faire. Si cela se trouvait, ils avaient également l'intention de le mettre à mort une fois dans leurs griffes.

Nous discutâmes ensuite de la voie à suivre pour la suite de notre traque. Tout comme moi, ce dernier semblait d'avis de concentrer nos efforts sur la fontaine, jugeant que nous en savions suffisamment sur lui pour pouvoir nous préparer. J'avais tendance à penser comme lui, d'autant plus que j'étais impatient de l'arrêter dans sa folie meurtrière. Je n'avais aucun doute que cela aurait fait du bien à ces gens de se vider le coeur et ils avaient peut-être des choses intéressantes à partager, mais cela ne durait que depuis trop longtemps pour que nous nous arrêtions pour leur parler. J'allais approuver ses paroles quand il continua avec sa propre idée comme plan d'action. Ce n'était pas trop mal, jusqu'à ce qu'il propose d'utiliser Aka ou Sei comme appât. Ce dernier semblait sourire comme s'il pensait avoir eu une bonne idée, mais mon visage venait de prendre une dureté qu'il n'avait pas eu la chance de voir de ma part auparavant.


- Hors de question. Les mots avaient été lancé d'une voix plus tranchante que son propre katana. Mes ninkens ne sont pas des simples bêtes à utiliser comme appât et on ne jette pas des coéquipier dans la gueule du loup d'une telle façon contre un ennemi que nous n'avons jamais encore rencontré. Si tu penses que c'est une façon de faire je ne sais pas ce que tu fais Chûnin.

J'accélérai le pas et le laissai derrière, voyant la fontaine se rapprocher. Le plus tôt je pouvais me reconcentrer sur la traque le plus vite je pouvais oublier ce qui venait de se passer. Je voulais mettre cela derrière moi sans attendre afin de ne pas garder cette animosité plus longtemps. Ce n'était pas à la veille de ma rencontre avec Kitatsu que je devais avoir l'esprit obstrué par ce genre de pensées. Arrivé sur les lieux, je vis que les événements de la nuit avaient laissé leur marque autant sur les gens que sur les lieux sauf que plutôt que de me concentrer sur les premiers, je me concentrai sur les derniers. Je me dirigeai sans attendre vers la fontaine et vit le corps sans vie qui giseait à côté de la fontaine. Depuis le temps, on avait trouvé le temps d'au moins le sortir de là pour éviter que son corps ne gonfle trop. En l'observant de plus proche j'identifiai des blessures similaires à ceux que nous avions vu jusqu'à présent, confirmant que c'était bien celui que nous recherchions qui avait fait cela. Mon attention fut alors portée vers une grosse coulisse rouge qui partait de la fontaine. Était-ce le sang de la victime ou celle de l'assaillant?

- Nous allons suivre cette trace de sang, s'il s'agit des restes de son repas ou d'une résistance imprévue reste à voir.

Après plusieurs minutes d'observation, je n'avais plus rien trouvé digne d'intérêt et avait donc décidé de suivre la piste de sang laissée par Kitatsu. Le but n'était pas de remonter directement jusqu'à lui – foncer tête baissée vers lui n'était pas logique – mais de savoir la direction qu'il avait prit afin de trouver une façon d'agir. Si l'idée de Shingen était impensable, nous devions tout de même faire quelque chose pour le faire sortir. Il était vrai que la meilleure de l'avoir était de le faire sortir de sa cachette, mais mon intuition me disait que Kitatsu était un chasseur intelligent; il ne sortirait pas à la moindre petite tentative. Il ne serait même pas étonnant qu'il soit à l'affut de la moindre personne quittant le village. Au début je suivis la trace avec mes yeux, étant facilement repérable, mais lorsque nous eûmes quitté le village je dû continuer en me fiant à mon nez puisque celle-ci sortait rapidement hors des sentiers battus. L'odeur métallique du sang ressortait de toutes les autres du coin, il était donc facilement de la suivre. En même temps de me concentrer sur l'odeur devant moi, je gardai une autre partie de mon esprit occupée à rester aux aguets. Les traqueurs pouvaient facilement se retrouver les traqués et je voulais m'assurer que cela ne m'arrive pas.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Maître Animateur
Messages : 74
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Sam 7 Avr 2018 - 10:19

Animateur

Le duo Konohajin avançait bon gré dans la petite ville de Zouka. Retranchés chez eux, les habitants ne posèrent aucun problème aux traqueurs, si bien que ces derniers purent mener leur enquête à leur aise. Pourtant, une sorte d'animosité semblait naître entre celui qui jouait de la lame et l'autre qui jouait de son flair. Le Gekei chien qu'ils venaient de rencontrer aurait montré les crocs s'il avait entendu la proposition de Shingen. Utiliser les compagnons canins comme appâts l'aurait heurté autant que cela avait pu heurter Takeo. Ce point de division allait-il jouer en leur défaveur face à Kitatsu ?

A une centaine de mètres plus loin, tandis que les enquêteurs suivaient la piste de sang, la mère louve retrouvait son louveteau, qui après s'être caché dans les bois alentours avait décidé de regagner sa maison. Un vulgaire cache-cache lié de fait à la présence du démon, mais qui aurait sûrement fait perdre du temps aux deux Konohajins.

Cependant qu'ils continuaient leur route, ils pouvaient aussi ressentir toute la peur prégnante qui pesait sur Zouka. Probablement que les villageois avaient quelques informations intéressantes, mais est-ce qu'elles pouvaient les faire avancer ? La crainte aurait guidé la parole des victimes et encore une fois, ils auraient perdu du temps.

Finalement, leur choix avait été le bon. Se concentrer sur la piste de sang presque fraîche n'était pas une mince affaire, mais c'était encore la meilleure solution pour s'approcher du démon... des gerbes d'hémoglobines se répandaient ça et là, parfois sur les pavés, parfois sur les murs, et indiquaient plus ou moins le chemin suivi par Kitatsu. Si la piste s'arrêtait parfois, le duo n'avait qu'à poursuivre un peu plus pour se rendre compte que le trajet du démon n'était pas des plus complexes : il se dirigeait tout droit vers un nouveau bois, en lisière de la ville.

Le vent frais continuait de souffler lorsque l'odeur de mort se fit de plus en plus envahissante, au point de donner la nausée aux deux traqueurs. Même Shingen, avec un odorat moins développé que celui de son collaborateur, pouvait humer le parfum macabre et répugnant qui caractérisait la mort. Comment Takeo faisait-il pour ne pas vomir, lui que son flair confrontait encore plus les autres à cette odeur infecte ?

Arrivés à la lisière de ce bois, ils aperçurent d'abord une stèle, semblable à celle qu'ils avaient croisé plus tôt, dont les écriteaux étaient toujours indéchiffrables. Puis, sans trop de difficultés, ils comprirent que l'odeur de mort régnante venait d'une petite trappe d'égouts. Cette dernière était entre la lisière du bois et un pâté de maisons, dans lesquelles se retranchaient probablement encore quelques habitants, abrités derrière des murs en terre cuite et des volets de bois. Les maisons dispatchées laissaient un court espace entre elles et les bois. Cela n'avait rien d'un champs de bataille. Et pourtant.

Et pourtant les traqueurs devraient choisir. Car, tapi dans l'ombre des égouts, le monstre récupérait sagement de sa nuit. Son corps fatigué par les déboires du Henka Akuma demandait à retrouver toute sa forme. A côté de lui demeurait la patte d'Aru, qu'il avait encore grignoté avant de s'endormir, et qui justifiait sans doute cette odeur de mort qu'on pouvait humer même du dehors. Pour Kitatsu, c'était un parfum tout à fait naturel, vaste reflet d'une existence condamnée à l'errance et à la gourmandise cannibale. Son sommeil était agité et pour cause, l'entité qu'il abritait continuait de le dévorer de l'intérieur, ayant à coeur de prendre le contrôle totale sur son hôte. Suffisait que quelqu'un ouvre cette trappe, et le démon surgirait sur lui.

Heureusement, Takeo profitait d'un instinct qui lui éviterait cette peine. Il n'était pas difficile de se rendre compte qu'ils venaient d'arriver à leur but. Quelle sensation auraient-ils en découvrant l'épouvantable spectacle de la mort ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 371
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Mar 10 Avr 2018 - 0:01

Je pouvais m’attendre à une telle réaction, il n’était guère capable de penser plus loin que sa carrière. On devait laisser vivre une nuisance sous prétexte qu’on nous le demandait, bien que notre commanditaire nous avait signalé qu’on pouvait tuer la cible au besoin. Je considérais sa logique lacunaire, il était bien plus difficile pour quelqu’un comme moi de capturer un adversaire plutôt que de la tuer. Après tout, chaque coup de katana devait être mené dans le but de pourfendre l’adversaire.

Je me contenterais de frapper avec le plat de la lame, ça ne devrait pas lui faire mal…


Disais-je d’un ton sec, puisqu’il fallait mettre la survie de l’ennemi au-dessus de tout le reste, pourquoi pas après tout. Une vision qui avait une certaine valeur, seulement si les choses tournaient mal, se serait déjà trop tard. Si on gaspillait notre énergie à combattre dans le but de le capturer, ce qui impliquait d’éviter toute attaque potentiellement mortelle, autant dire que nous perdrions notre potentiel de le tuer. Il était plus difficile de capturer un adversaire plutôt que de le tuer, c’était un fait. Pour le tuer, il suffisait de se déchaîner sans se soucier du bien être de l’ennemi, on frappait, on tentait de le vaincre. Par contre si on désirait le capturer, il fallait penser à chaque mouvement, à chaque attaque pour s’assurer qu’elle ne soit pas mortelle.

Peut-être qu’il ne pouvait comprendre ce genre de soucis lorsqu’on se contentait de frapper avec les poings et les pieds un adversaire. Par contre un coup de katana était bien plus dangereux, chaque blessure pouvait s’avérer rapidement mortel. Coupez un bras et il se videra de son sang et sans traitement, il meurt.

La suite se passait de commentaire, il pensait avec les émotions sans aller plus loin. Ce n’était pas étonnant. Après tout, c’était le monde dans lequel il vivait, on jugeait sur bases des émotions, ni plus, ni moins. Il n’était nullement question de sacrifier des ninkens, juste de les utiliser sur un terrain dégagé pour attirer l’adversaire. Si nous prenions les précautions nécessaire, nous aurions largement le temps de réagir pour protéger les appâts. Si notre cible devait traverser plusieurs kilomètres de plaines avant d’atteindre les chiens, il était certain que nous aurions le temps de réagir, mais soit… Je n’en n’attendais guère mieux de lieu.


Allons donc nous jeter dans la gueule du démon, c’est préférable.

Disais-je d’un ton sarcastique, je ne cherchais même pas à maintenir le rythme avec lui. Je le laissais prendre de l’avance, marchant d’un pas tranquille. S’il voulait râler, soi, qu’il le fasse. Je gardais mon avant-bras posé sur le pommeau de mon katana, laissant mon regard parcourir et surveiller les alentour dont je ne ressentais plus que mépris.

Je le laissais s’amuser avec la piste de sang, ne me souciant pas plus que nécessaire avec ça. De toute façon, je n’allais pas pouvoir être une grande aide à ce sujet. Bien sûr nous allions suivre aveuglément la piste sans prendre la moindre précaution, j’espérais juste que si nous tombions en embuscade, il serait la première cible. Je ne voulais guère payer le prix de sa stupidité. Je me contentais donc de lui répondre sèchement « Si vous le désirez ».

Nous suivions donc la piste jusqu’à tomber sur une cabane et non loin de celle-ci des égouts. L’odeur était plutôt dégoûtante et elle n’allait certainement pas aider pour le combat. Je pouvais jurer que même un champ de bataille avait une bien meilleure odeur, je me demandais même comment des gens pouvaient vivre ici. Entre nous, je doutais que des gens vivaient encore ici, l’odeur aurait du les faire fuir entre temps et s’ils ne sont pas partis, je partais du principe qu’ils étaient morts depuis.

On pouvait être tenté par sauter dans les égouts pour s’en prendre directement à notre cible qui semblait dormir, dormait-il profondément ou qu’à moitié ? Qui pouvait le savoir. En tout cas, on avait déjà notre cible, c’était déjà une bonne chose, mais il restait à savoir l’approche qu’on allait avoir. J’étais plutôt partant pour l’attirer à l’extérieur, pour des raisons de sécurité et de pratique. Même si les égouts étaient plutôt grands, on ne savait finalement rien du tout. Notre cible, s’il est doté d’un minimum d’intelligence, pouvait piéger les égouts avec des parchemins explosifs ou toute autre forme de joyeuseté. Nous aurions l’air bien con avec les parois qui nous retombent à la gueule.


Honneur aux jonins pour aller dans les égouts…


Disais-je d’un ton sarcastique et à voix basse, question d’éviter de réveiller la créature. Je ne pouvais pas la considérer comme humaine et digne de respect, c’était ainsi. Comme on dit toujours, il faut appeler un chat un chat. Je repris dans un ton plus sérieux, bien que je parlais à voix basse.

C’est stupide de foncer tête baissée dans ces égouts, on est 4 à y aller. Regardez l’espace, s’il fait une attaque de zone, on se gênera, dans le pire des cas on ne pourra même pas esquiver par manque de place. Sans parler de l’obscurité ni des potentiel pièges.

Je marquais une pause puis repris.

Si nous parvenons à donner le premier coup, vous avez intérêt à assurer car sinon je doute que ça se passera bien pour nous…


La chose pouvait être intéressante si notre objectif était de le tuer car une frappe mortelle dans l’ombre était plus simple que le reste. Vue notre adversaire, je doutais qu’une seule frappe pour le mettre hors d’état de nuire allait être possible, ainsi donc il fallait partir du principe qu’il allait vite se réveiller pour nous attaquer.. Peut-être n’aurions-nous même pas le temps de l’attaquer par surprise. Après tout, la solution d’aller dans les égouts ne représentait que le seul intérêt de pouvoir, potentiellement, donner le premier coup.

Enfin, faites ce que vous voulez.

Disais-je cette fois d’un ton nonchalant et désintéressé. Je laissais ma main glisser le long du manche puis de la garde de l’arme avant de saisir le fourreau. Je poussais avec mon pouce la garde du katana pour dégainer légèrement l’arme, question d’être prêt pour le combat.

La décision avait été prise, on allait l’attaquer dans les égouts. On allait devoir se battre dans un lieu pourri dont la visibilité était douteuse et dont tout reposait, pour l’essentiel, sur le succès de l’attaque surprise. Je doutais fortement de l’aspect intelligent du plan, mais c’était bien lui le chef d’équipe. Nous pourrions voir si cela serait couronné de succès ou si nous allions finir comme nourriture.

Lorsque nous étions prêt, l’assaut allait pouvoir commencer. Takeo et les ninkens allaient attaquer en premier. Pour ma part, j’attendais un peu le temps qu’il lance l’assaut, lorsque celui-ci était donné et que notre cible s’en prenait à lui ; je sautais dans les égouts à mon tour. La main qui tenait mon arme, j’y concentrais déjà une partie de mon aura.

Une fois dans les égouts, j’essayais de rapidement comprendre la situation, où étaient mes alliés, où était mon ennemi avant de me mettre en position. Je dégainais rapidement mon katana en direction des jambes de ma cible, tirant par la même occasion une lame d’aura. J’espérais que ça allait au moins lui faire mal.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 890
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Ven 13 Avr 2018 - 22:53

La première fois j'avais essayé de rester calme et lui expliquer la raison pour laquelle on ne pouvait pas simplement tuer ce monstre même si ce n'était pas l'envie qui manquait, mais lorsqu'il y alla avec une deuxième proposition qui me hérissa les poils sur les bras, je commençai à regretter le choix de leur avoir laissé le loisir d'avoir leur mot à dire. Je ne voulais pas paraître comme un tyrant qui ne faisait qu'à sa tête, mais quand on avait des réactions comme celle qu'il recevait du samouraï je me disais que c'était parfois ce qui était le mieux. Cette fois-ci, cependant, je n'avais que difficilement contenu ma furer pour lui siffler que son plan ne verrait jamais la lumière du jour, pas tant que je serais en charge de cette traque. Je l'entendis marmonner quelque chose pour lui-même, mais je pris toutefois la décision d'agir en adulte et de ne pas répondre à ses piques, qui n'étaient lancées que pour montrer son mécontement que les choses n'allaient pas comme il le voulait. Peu importe ce qu'il dirait je restais le chef d'équipe et je prenais la décision finale, que cela lui plaise ou non.

Poursuivant ma traque seul – le samouraï n'étant utile que pour sa lame de toute façon – la trace me fit traverser le village en se dirigeant vers les limites de celui-ci, traversée pendant laquelle je pus sentir la terreur que la créature causait dans toute sa puanteur. C'était comme si un nuage nauséabond nous suivait peu importe où nous allions. Par moment je perdais la trace de sang dans tout le chaos qu'il avait causé, mais mon nez me remettait toujours sur le droit chemin, m'amenant à la prochaine marque qui nous mènerait à notre cible. Celles-ci s'arrêtèrent à la lisière du village pour disparaître sous une petite trappe d'égoût. Rendu à ce point l'odeur putride de la peur avait fait place à celle de la mort, une odeur encore pire à endurer et même malgré mes années de pratiques à atténuer les odeurs autour de moi celle-ci était si forte que j'en perdais mes moyens. Au bout de beaucoup d'efforts, je retins la nausée qui menaçait se sortir et observai notre environnement.

Une drôle de stèle nous faisait face, la dernière barrière entre le village et une forêt, proche de la fameuse trappe d'égoût alors que juste derrière nous se tassaient encore quelques maisons où se terraient des habitants apeurés. Deux options s'offraient alors à nous, soit que nous faisions sortir la bête de son antre ou nous entrions dans celle-ci. Si nous le faisions sortir, nous risquions de mettre les villageois en danger alors que si nous le rejoignions, nous étions plus à risque. Pour moi, la questions ne se posait même pas. Bien sûr, mon coéquipier avait une vue totalement différente de la mienne ce qui n'aurait pas dû autant me surprendre que cela. Après tout, il était un samouraï et j'étais shinobi c'était donc inéluctable que nous ayons des divergences d'opinions. Je le laissai donc se vider le coeur pendant que je gardais mon attention concentrée sur la trappe. Tout en moi me disait que quiconque ouvrirait la trappe causerait une réaction de l'intérieur, mais c'était justement avec cet instinct que nous pouvions prendre le dessus, du moins assez pour tenter de gagner l'avantage. Ce ne fut que lorsqu'il eut terminé sa tirade que je me retournai vivement sur mes talons, mes yeux lançant des éclairs.


- Écoutez-moi bien, Taira ,commençai-je avec une voix plus basse qu'un murmurre, mais à travers laquelle on pouvait sentir toute la fureur que j'entretenais envers le démon maintenant tournée vers le chûnin, si je vous avais demandé votre avis je vous l'aurais dit. Vous voulez avoir une chance de ressortir vivant de cette rencontre? Suivez les ordres et n'ayez pas la soudaine envie de jouer aux héros.

Je faisais bien sûr référence à la dernière fois où nous avions affronté cette folle en plein milieu de la capitale et où il s'était jeté tête baissé sur elle.

- Je vais attirer son attention lorsque j'ouvrirai la trappe et entrerai dans les égoûts, vous aurez alors la chance de rentrer à votre tour. Mes ninkens vous suivront, nous donnant l'occasion de le prendre en tenaille. Maintenant je veux plus entendre un son.

Je me retournai une nouvelle fois pour faire dos au samouraï, bien décidé à ne plus lui donner une parcelle de mon attention. Celle-ci devait maintenant être entièrement dirigée vers la trappe que je m'apprêtais à ouvrir. Tous les instincts dans mon corps me criaient de prendre garde à ce qui se cachait derrière, mais je n'avais pas d'autre choix. Déjà trop d'innocents avaient succombés à sa gourmandise et maintenant qu'il semblait se terrer pour récupérer, je ne pouvais l'attirer à l'extérieur sans risquer de réveiller sa faim par le fait même. J'avançai jusqu'à la trappe à semi-accroupi, prêt à réagir à n'importe quoi, et ouvrit alors d'un coup sec la trappe tout en plongeant dans les égoûts commençant déjà mes mudras. À peine avais-je atteris que je vis une paire d'yeux reluisant dans la lumière créer par l'ouverture et mes bras ainsi que mes jambes se recouvrirent d'une couche rocheuse. Je pris aussitôt une position défensive en essayant de protéger les parties plus vulnérables avec ma protection. Espérons pour que cela soit suffisant.

De leur côté, Aka et Sei suivaient le samouraï alors qu'il faisait son entrée dans les égouts et qu'il lançait sa lame d'aura sur les jambes du monstre. Dès que la lame frappe sa cible, les deux bêtes se jetèrents elles aussi sur leur adversaire pour alléger un peu la pression que la créature exerçait sur leur frère, à savoir moi. Ils comprenaient toutefois qu'il s'agissait d'un adversaire plus que dangereux et qu'il valait mieux ne pas traîner trop longtemps autour de lui aussi retournèrent-ils aux côtés du samouraï le temps que je puisse à mon tour me distancer de Kitatsu.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Maître Animateur
Messages : 74
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Dim 15 Avr 2018 - 14:01

Animateur

Les deux héros du village de la Feuille baignaient dans une atmosphère de litiges et l'odeur de putréfaction environnante amplifiait sans doute la pénibilité de la situation, même pour ceux qui n'avaient pas l'odorat canin. Nonobstant cette animosité palpable, le binôme accompagné des ninkens affrontait également un stress non négligeable, compte tenu de la dangerosité de la manoeuvre qu'ils venaient d'envisager sous le commandement arbitraire de Takeo. Le courageux Inuzuka avait-il raison ou tort d'avoir ainsi affirmé son autorité, malgré la mise en garde de l'intrépide samurai de la famille Taïra ? Sans doutes trouveraient-ils cette réponse dans la suite de cet affrontement.

Accroupi devant l'ultime barrière qui séparait la délégation konohajin du cannibale démoniaque, Takeo ressentait probablement tous les symptômes d'une angoisse de plus en plus lourde, surveillé de près par ses chiens et par le regard d'aigle de Shingen. Il leva subitement le couvercle de fer et s'enfonça aussitôt dans l'obscurité des égouts, faisant vaillamment face à la créature affamée au prix d'un sacrifice qui pourrait lui coûter très cher.

Les yeux fauves de l'être possédé s'animèrent derechef. Deux perles d'or prédatrices, seul manifestation du démon, s'ouvrirent sur la silhouette alléchante de l'homme. L'odeur de héron, d'homme et de chien réveilla son appétit avec une intensité trop vive pour qu'il reste indifférent.


Il jaillît sur l'Inuzuka comme un trait. Ce dernier avait par précaution entamé une armure qui l'aurait certainement protégé d'une attaque fatale, si cela avait été l'intention du démon. Seulement, le terrible Kitatsu était animé par l'appétit plus que par la soif de tuer, et son instinct primitif négligeait sûrement trop la menace que représentait ce leurre.

Kitatsu
"FAAAIIIIIIIIIIM !!! Grwwwaaar !"

Bestiale, la créature prédatrice fit gonfler son bras droit en plein vol avant d'attraper ce qu'il considérait comme un petit gibier. Ses doigts de géant se fermèrent sur le maître canin lorsque celui-ci se mit en bloc pour encaisser l'assaut. Terreux. Mauvais. A son atterrissage, l'Akimichi démoniaque se rendît rapidement à l'évidence que la couche de roche empêchait ses dents acérées de croquer une chair vive et humectée de sang. Oui, ses dents acérées. Car si la poigne géante du Akimichi permettait d'immobiliser sa proie, les différentes gueules du Henka Akuma qui le possédait commençaient à faire festin du petit homme. S'ouvrant dans la paume géante de son porteur, la gueule démoniaque commença à mâcher. Un sourire naquît sur son visage, tandis que l'armure de roche craquelait déjà sous la pression des mâchoires sanguinaires de l'Oni.

Kitatsu
"Gwahahaha ! Faim ! Attend que je te débarrasse de ton manteau de roche ! Ta chair doit être si bonne ! Gwahahaha !"

Puis ce fut au tour du samurai de faire son entrée. D'un geste vif et plein d'assurance, il tira son sabre et une lame d'aura jaillît de son fourreau. Son regard de mercenaire fixait son ennemi avec fermeté et conviction, et il débarquait en sauveur. Le démon n'était cependant pas aveugle et un coup d'oeil au-dessus de son épaule lui permît de comprendre que la cavalerie arrivait dans son dos, derrière le maître canin. Takeo n'était qu'un leurre. Shingen était la véritable menace. Confiant, Kitatsu fît un bond pour esquiver l'attaque tranchante et réalisa que le samurai serait très certainement l'adversaire le plus expéditif dans cette bataille. Il puait l'humain autant que la mort et l'absence d'esprit miséricordieux. Méfiant, il resta malheureusement trop longtemps concentré sur le sabreur impitoyable et ne vît pas l'arrivée des deux chiens qui déversèrent toute leur rage sur lui en effectuant un assaut croisé censé le déstabiliser pour sauver leur maître. En plein vol, Kitatsu n'eut d'autre choix que d'encaisser et fut projeté violemment par les deux compagnons domestiques. Son torse devint une peinture sanguinolente manifestant l'agressivité des chiens ninjas. Cependant, il garda sa poigne serrée autour du corps de l'Inuzuka, tandis que la mâchoire dans sa paume continuait de faire pression contre la peau de roche dont il était pourvu.

Les trois intrus faisaient face au cannibale, qui déjà ne ressemblait plus du tout à un homme. Sa barbe tombait sur un ventre lacéré qui lentement prenait la forme d'une gueule démoniaque, et sa peau tournait vers une teinte grisâtre, signe de la déshumanisation progressive de son porteur. Petit à petit, l'Oni commençait à prendre possession de l'homme. Qui sait s'il ne finirait pas bientôt par soumettre totalement Kitatsu à sa propre volonté, et à le transformer en bête instinctive dépourvue de raison ?


Kitatsu
"Je vois que tu n'es pas seul, petit gibier. Voilà donc d'autres pièces de viande ! Gwwwwarrh !"

Son bras gauche gonfla tandis qu'il se jetait sur ses adversaires. Il jeta son poing directement vers Shingen, ignorant les bêtes qui l'accompagnaient, tenant toujours Takeo dans son autre main. Ces immenses phalanges allaient s'écraser sur le samurai : comment l'équipe réagirait-elle face à la créature monstrueuse ? Il fallait se rendre à l'évidence que les konohajins faisaient désormais face à ce qu'ils avaient tant recherché : s'ils avaient cru qu'ils s'en tireraient sans séquelles, ils s'étaient dangereusement fourvoyés. L'affrontement serait sans merci. Le cauchemar ne faisait que commencer. Pour eux, comme pour Kitatsu, dont la peau se craquelait à mesure que les gueules de l'Oni envahissaient son corps.

Citation :

♢ Puisque Takeo se livre de lui-même, Kitatsu en profite pour l'attraper avec une main géante rang A. Cette dernière fonctionne comme une immobilisation totale sans besoin de maintien.
A ceci près que le Henka Akuma qui habite Kitatsu se réveille et déploie une mâchoire géante dans la paume de son hôte, infligeant donc une morsure géante rang B au prisonnier, qui voit son armure de craqueler lentement. La mâchoire géante commence ainsi un travail de mâche sur Takeo.
♢ Constatant l'arrivée de Shingen, Kitatsu saute pour ne pas encaisser la lame d'aura (esquive rang B). Il se retrouve sans défense face à l'attaque des ninkens et encaisse des dégâts rang C (lacérations sur le torse).
♢ Après avoir atterri, Kitatsu riposte avec une frappe géante rang B lancée sur Shingen du bras gauche.

♢ Récapitulatif :
- Immobilisation totale sur Takeo rang A (pas besoin de maintien) avec main droite (main géante)
- Morsure géante sur Takeo rang B (brise l'armure) depuis la paume droite
- Esquive l'attaque de Shingen (rang B)
- Encaisse l'attaque des ninkens rang C : lacérations sur le torse
- Attaque avec une frappe géante rang B lancée sur Shingen

♢ Informations :
Chaque attaque liée au Henka Akuma peut provoquer des dégâts sur son hôte. Ainsi, Kitatsu prend des risques à chaque fois qu'il l'utilise. Ces risques sont nivelés par seuils et aléatoires en fonction des jets de dés (sauf 1ère technique : 1er seuil obligatoire). Cela dit, plus les techniques utilisées sont puissantes, plus il y a de chances que le démon passe à un seuil supérieur.
- Technique de rang D : 0% de chances de passer à un seuil supérieur.
- Technique de rang C : 20% de chances de passer à un seuil supérieur
- Technique de rang B : 30% de chances de passer à un seuil supérieur
- Technique de rang A : 50% de chances de passer à un seuil supérieur
- Technique de rang S : 80% de chances de passer à un seuil supérieur

Ici, en l'occurrence, la morsure rang B lancée sur Takeo offre 30% de chances de passer à un seuil supérieur. Cependant, vu qu'il s'agît de la première technique, on arrive directement au 1er seuil.

♢ 1er seuil : dégâts rang D (la peau de Kitatsu se craquelle et des gueules apparaissent sur son corps)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 890
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Dim 15 Avr 2018 - 20:19

Je pensais m'être préparé pour ce qui nous attendait à l'intérieur des égouts, mais je m'étais trompé. Dès que j'ouvris la trappe et que j'entrai, l'odeur de mort se fit plus intense que jamais et pendant une fraction de seconde j'oubliai ce que je devais faire. Mon instinct me ramena toutefois rapidement à l'ordre et me couvris sans attendre d'une couche de roche protectrice. Au même instant, le cannibale se manifestait en proclamant sa faim, sa victime évidente et je me préparai à l'attaque qui allait venir. Sauf qu'elle ne vint pas et au lieu je fus pris soudainement dans un étau qui me prit par surprise. Étonné, je regardai ce qui me tenais prisonnier et reconnus... une main géante? Je pris alors conscience que nous avions pris les descrptions de géant comme métaphoriques alors qu'elles étaient littérales: notre possédé était du clan Akimichi. Je ne m'en rendait que trop tard pour pouvoir changer quoi que ce soit à notre stratégie, nous n'aurions qu'à nous adapter.

Si être pris dans la poigne immense de Kitatsu était ce que je pensais être un désagrément, parlez-moi donc d'essayer de se faire dévorer par ladite poigne puisqu'à peine étions-nous atteris que la forme démoniaque se réveilla en lui et des dents acérées apparurent dans la paume de l'homme. Si ce n'avait été de ma protection rocheuse, il n'aurait fait qu'une bouchée de moi et encore là je la sentais s'effriter sous la morsure du démon; je devais me sortir d'ici et vite. J'aurais bien aimé rétorquer quelque chose de malin, mais je ne voulais pas gaspiller mon souffle limité sous cette prise et au lieu je couvai ma fureur en attendant le moment propice pour le faire ressurgir. Ce fut à cet instant que le samouraï intervint en lançant une lame d'aura vers les jambe de notre cible, qui évita d'un bond surprenamment agile et je sentis que le moment approchait. Mes ninkens profitèrent alors de ce moment d'infime vulnérabilité pour frapper, comme à leur habitude, et pour se lancer en même temps dans une attaque sanglante même si seulement en surface. En général, c'était pendant ce genre d'attaque que les gens se retrouvaient vulnérable et c'était à ce moment que j'intervenais, mais la poigne solide de l'Akimichi n'avait pas bronché aussi devais-je attendre encore un peu plus longtemps pour le moment propice pendant que je sentais la bouche grotesque se rapprocher de moi.

Mes ninkens étaient rapidement retournés aux côtés du Taira, sachant instinctivement qu'ils risquaient de se faire happer s'ils ne prenaient pas leur distance. Une autre petite remarque de sa part concernant les nouveaux arrivants, mais je ne lui donnai pas la satisfaction de paraître affecté par ses paroles; c'était déjà une petite victoire. Cependant, lorsque je vis son autre poing gonfler et sentis son corps se fléchir avant de sauter, je compris que c'était le moment que j'attendais. Au moment où ce dernier sautait pour se rendre vers le restant de mon équipe, je fis ressurgir toute la fureur bestiale que j'avais maintenu jusqu'à maintenant et commençai à me débattre dans l'emprise du cannibale. Avec la force dont je faisais momentanément preuve en plus de l'avoir fait en plein saut, je serais sûrement capable de le déstabiliser un peu et de m'en défaire une bonne fois pour toute. Au fur et à mesure que je me démenais, je sentais ma couche protectrice se désagréger et lentement les dents éraflaient mes bras. Au bout de plusieurs efforts que j'espérais distrayaient Kitatsu, je parvins finalement à m'extirper de sa poigne non sans toutefois en payer de plusieurs égratignures qui me lacéraient les bras. Leurs longues traces me brûlaient les bras, mais ce n'était rien comparé à ce que j'avais évité; j'étais prêt à l'endurer.

Maintenant que je n'étais pas collé à lui il m'était plus facile de le voir dans toute sa laider et compris que son état était loin de ce à quoi je m'attendais. Je savais que le démon prenait peu à peu possession du corps de son hôte, mais jamais je n'aurais cru que cela impliquerait des changements aussi... drastiques. J'avais cependant plus important à faire puisque le samouraï se retrouvaient maintenant être la cible de Kitatsu et contrairement à moi ce dernier n'avait pas grand-chose pour s'en protéger. J'émis un sifflement qui se perdit dans la foulée des bruits du combats, mais pas pour ceux à qui il était destiné puisque mes deux ninkens réagirent instantanément et se distancèrent de Shingen. Sans plus attendre, nous tournoyâmes tous les trois sur nous-même jusqu'à atteindre une vitesse phénoménale pour ensuite nous élancer vers le démon, son odeur putride ne laissant aucun doute sur sa localisation. La rotation dans laquelle j'étais prise ne me permettait pas de voir si nous avions atteint notre cible avant que celle-ci n'atteigne Shingen-san ou s'il avait été capable de se tirer de ce faux-pas, mais j'espérais que nous n'arrivions pas trop tard. Malgré les différents que nous avions eu avant l'affrontement, je ne devais pas les laisser brouiller mes décisions.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 371
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Lun 16 Avr 2018 - 17:25

Notre attaque avait foirée de la plus belle des façons, l’effet de surprise était nul et notre chef d’équipe se retrouvait enfermé entre les doigts d’une main géante. Nous avions néanmoins un avantage, il semblait être animé que par la faim telle une stupide bête qui ne voyait en chaque être qu’un morceau de viande juteux. Il ne fallait pas pour autant le sous-estimer car il restait extrêmement dangereux et j’étais persuadé qu’il cachait encore quelques surprises par-ci et par-là.

Son visuel changeait et même si initialement il pouvait avoir l’apparence d’un homme, certes pas un homme très joli mais tout de même. Il se transformait lentement en un monstre dont l’apparence n’avait rien de réjouissant, il était probablement plus joli et agréable de regarder une belle bouse plutôt que lui. Son apparence n’avait plus grand-chose d’un humain et allait certainement, avec le temps, s’empirer.

Je ne pouvais m’empêcher d’afficher un large sourire sur mon visage, c’était bien l’excitement face à cet adversaire qui promettait un combat des plus dignes. Après tout, qui pouvait se vanter d’avoir littéralement combattu un monstre aussi répugnant ? Son ventre se transformait en une bouche, qu’allait-elle pouvoir faire ? Je n’étais pas certain d’avoir envie de le découvrir.

Je n’avais pas pour autant le chômer ni même de penser au chef de groupe qui se faisait attaquer par quelque chose, du moins si on s’en fiait au bruit qui s’en dégageait. Notre adversaire avait décidé de me prendre comme cible et s’il espérait avoir face à lui une proie facile, il allait se tromper. J’allais lui montrer de quel bois se chauffait un samourai, j’allais lui faire regretter d’avoir attiré l’attention. Même si mon chef de groupe tenait à le ramener en vie, pour moi sa survie n’avait rien d’une priorité. J’allais tous donner, je n’allais pas me retenir, je n’allais pas chercher à en faire un prisonnier. Ma vision était simple : Le fort survie, le faible meurt.

Je concentrais une partie de mon aura dans ma lame, fixant sa main se diriger vers moi en pleine vitesse. Je restais immobile, tenant mon arme devant moi avant, d’un mouvement rapide, je fais un pas sur le côté pour sortir de la ligne de frappe. Dans le même temps j’utilisais mon katana pour dévier sa frappe en direction de Takeo pour me créer une ouverture digne de ce nom, je ne pouvais m’empêcher de maintenir un large sourire sur mon visage.

Je profitais de cette ouverture pour lancer une rapide contre-attaque, lançant une attaque d’estoc en direction du coude que je venais d’exposer par la déviation et se dans le but de détruire cette articulation. Je comptais me donner à fond alors je n’allais pas me limiter à simplement lui planter la lame dans le coude pour casser l’articulation, si je touchais, j’allais déchainer à l’intérieur même de cette partie du corps une violente explosion d’aura pour aggraver les dégâts, après tout lui mettre hors d’état un bras allait être un bon début, non ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Maître Animateur
Messages : 74
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Lun 16 Avr 2018 - 23:03

Animateur

Le combat n'avait pas tardé à prendre une intensité redoutable. Malgré l'odeur putride des égouts, les trois combattants et les deux ninkens livraient une bataille qui, au-delà d'être épique, se voulait impitoyable. Dans l'obscurité relative du souterrain, personne ne pouvait se douter de ce qui se tramait sous le village de Zouka, et pourtant les conséquences de cet affrontement terrifiant faisaient déjà trembler les murs de cet endroit oublié du monde. Tout se jouait systématiquement sur une fraction de seconde : la moindre inattention de l'un des duellistes pouvait lui coûter si cher que chacun commençait à révéler son côté le plus bestial. Entre l'instinct prédateur de l'Inuzuka, l'esprit sanguinaire du Taira et l'appétit vorace de l'Akimichi, tout portait à croire que cette rixe finirait mal. Mais qui saurait raconter cette guerre que se livraient les trois virtuoses ? Personne. Le sang des combattants se déversait dans les abysses d'une nation qui sans doute était plus préoccupée par sa propre survie que par celle des émissaires de Konoha.

Brave, Kitatsu faisait toujours face à ses deux détracteurs. Ils étaient venus s'offrir à lui comme un festin supplémentaire, mais cela ne suffirait certainement pas à satisfaire son appétit d'Oni, si tenté qu'il survive aux assauts incisifs de ces deux sauvages qui l'avaient acculé jusque dans le plus rebutant de ses repères. Soudain, alors même qu'il s'apprêtait à déverser toute sa rage sur le samurai, la proie qu'il avait commencé à mâcher se débattît avec une force si vive qu'il se libéra de sa poigne. Jamais personne n'avait réussi à se défaire de sa main de géant, aussi fut-il troublé de constater que cette fois, l'ennemi devait être pris au sérieux.

Kitatsu
"Espèce de..."

Pas le temps d'achever son sermon. Son poing continua sa course folle alors même que Takeo entamait une triple attaque, croisant son assaut tourbillonnant avec celui de ses chiens. Un triple vortex qui l'aurait sans doute déchiqueté sur place s'il n'avait pas eu le réflexe de se couvrir d'une armure de pierre qui malheureusement ralentît ses mouvements : une aubaine pour Shingen qui, d'un coup d'oeil, s'avisa de la faiblesse éphémère du possédé. Tandis que l'armure du démon éclatait en lambeaux de pierre, le samurai dévia le poing de géant qui s'écrasa dans le mur. Pour peu, il se serait écrasé sur Takeo, mais au lieu de cela ses phalanges avaient rencontré la paroi rocheuse des égouts, l'éclatant littéralement et provoquant une volée de débris qui s'écrasa sur tous les combattants.

Ce n'était pas fini. Car aussitôt que son attaque avait ébranlé la structure des égouts, Shingen ne laissa pas le temps à l'Oni de savourer le sang qu'il avait volé dans la chair du maitre canin : il planta son sabre dans le bras de Kitatsu et le fit exploser sans autre forme de cérémonie. Une destruction pure et simple de tout un membre qui fit hurler de douleur le démon.

Kitatsu
"AAAAAAAAARRRGH !!! Espèce de chien !!! Je vais te bouffer !!!"

Le bras désarticulé du nukenin pendait comme un cordon ombilicale sur le côté gauche. Le samurai avait bien réussi son coup, mais il avait ainsi provoqué la colère de son antagoniste qui, mêlée au goût du sang que l'Inuzuka lui avait permis de savourer, commençait à faire monter l'adrénaline dans l'esprit du gourmet. Son appétit grandissait proportionnellement à la douleur et à l'excitation. Un filet de bave coula de ses lèvres, tandis que ses yeux injectés de sang fixaient son opposant avec une intensité redoutable. Il leva son bras droit et, d'un geste expéditif, tenta d'aplatir l'assaillant sous poing.

Kitatsu
"Crève, misérable !!!"

Le poing de géant s'abattît sans autre forme de procès mais cela n'était pas tout : conscient que cet assaut ne suffirait pas à balayer l'impudent, il décida de lui ajouter une suite encore plus massacrante. La gueule abdominale qu'il avait sur son torse s'ouvrît en grand et, abominable, se referma sur le samurai comme un piège à loup avec la ferme intention de croquer toute la partie droite de son corps.

Citation :
♢ Kitatsu sent la riposte arriver, et décide de se protéger du triple assaut de Takeo avec une armure doton rang A
♢ Son poing est ensuite dévié par Shingen et s'écrase dans le mur : l'attaque fait jaillir des débris qui provoquent des dégâts rang D à tout le monde (Kitatsu compris)
♢ Déstabilisé par l'assaut, il encaisse la totalité des dégâts liés à la technique de Shingen (2xB pour un bras en moins)
♢ Il profite alors d'être à proximité du samurai pour riposter avec l'autre bras : il assène une frappe géante style Akimichi rang B sur Shingen de haut en bas (comme un coup de marteau) pour le blesser sur place
♢ Après avoir tenté d'écraser son adversaire, il se jette sur lui avec sa gueule abdominale pour une morsure géante style Henka Akuma rang A, avec l'intention de lui arracher la partie droite du corps (Lancer de dés : pas d'augmentation de seuil)

♢ Récapitulatif :
- armure rang A contre l'attaque de Takeo
- son attaque déviée crée des débris de roches de zone rang D
- encaisse l'attaque de Shingen : bras gauche inapte
- tente d'écraser Shingen avec un coup de marteau Akimichi rang B
- tente de dévorer la partie droite du corps de Shingen (bras + une partie du torse) avec une morsure de Henka Akuma rang A

♢ Informations :
Kitatsu commence à être mal en point. Son bras gauche est inapte. Son torse est toujours sanguinolent, gardant la trace des griffes et crocs des ninkens. Sa peau se déchire lentement à cause du Henka Akuma. Les débris de roches ont provoqué des hématomes sur son corps. Le goût du sang de Takeo commence à l'exciter.

♢ Henka Akuma :
- 1er seuil :
dégâts rang D (la peau de Kitatsu se craquelle et des gueules apparaissent sur son corps)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 371
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Mar 17 Avr 2018 - 0:29

Mon plan se passait comme je le souhaitais, le bras avait été dévié pour créer une ouverture. Fort heureusement, Takeo avait réussi à s’échapper, mais c’était un détail auquel je ne faisais plus réellement attention. J’étais arrivé au stade dans lequel il n’avait que moi et lui, un combat au corps à corps et impitoyable se déroulait. Chaque coup que je donnais étais fais dans le but de pourfendre mon adversaire, aucune pitié n’allait lui être accordé et il semblait le savoir.

Malheureusement sa main s’écrasa contre la parois des égouts, faisant voler des débris auxquels je ne faisais guère attention. Je me pris l’un de ses débris en pleine figure, bougeant légèrement la tête sur le côté sous le choc, mais ce n’était pas suffisant pour m’empêcher à mettre en place la suite de mon plan. La tempe était ouverte sous la violence du coup, laissant couler un petit ruisseau de sang le long de ma joue qui me donnait une agréable sensation de chaleur.

Je parvins à lui planter l’arme dans le coude et de faire exploser cette partie du corps sans la moindre pitié, sans une once de honte. Son bras avait été mis hors de jeu, c’était un gros plus pour nous et il ne semblait pas avoir les facultés pour se régénérer non plus, ce qui n’était pas pour me déplaire. Dans tous les cas, ce coude, il n’allait probablement plus pouvoir l’utiliser dans sa vie, s’il survivait à ce combat bien sûr.

Cette action attira ses foudres et l’ambiance générale dans les égouts ne devaient certainement pas aider à la chose. L’odeur répugnante, la vision qui pouvait s’avérer plutôt limitée par rapport à la surface, sa faim qui devait grandir et maintenant ses blessures, il avait de quoi s’enrager. Étrangement, c’était bien ça qui me plaisait dans ce combat. Ce combat avait l’art de m’exciter bien plus que la folle de tornade à Hi no Kuni. Je ne savais même plus quand était le dernier combat qui m’apportait une telle satisfaction, qui me donnait de telles intenses sensations. Peut-être que c’était bien un tout qui rendait se combat si délicieux et exceptionnel. Au fond, j’étais heureux qu’il n’avait que moi et Takeo, le combat n’en devenait que plus merveilleux.

Je n’avais pas le temps de chômer, fixant intensément mon adversaire qui n’avait plus que des yeux et, accessoirement, un appétit pour moi. Il décida de passer à l’assaut, il commençait par me frapper de son poing verticalement et comme une volonté de montrer que je pouvais lui tenir tête, je bloquais l’attaque avec mon arme. Je la tenais horizontalement au-dessus de ma tête, utilisant mon autre bras que je mettais sous la lame pour soutenir le choc. Le coup était violent et sans mon bras pour soutenir la lame, elle aurait cédé face à la violence de la frappe. J’avais eu du mal à me maintenir debout et je devais utiliser tout mon corps pour amortir la frappe.

Je voulais déjà me réjouir mais c’était sans compter sur l’appétit et la rapidité de ce sac à viande. Il se ruait vers moi avec sa gueule répugnante pour me dévorer et ce, littéralement ! J’essayais d’esquiver tant bien que mal, sa rapidité m’avait surpris, projetant rapidement mon bras droit vers l’arrière par réflexe. Je ne pouvais totalement esquiver, je sentis ses dents, ou devrais-je plutôt dire ses crocs, venir s’abattre sur la chair de mon torse, la partie droite pour être plus précis.

Le tissu céda sous les crocs, une partie de la chair était également emportée, me laissant de vilaines entailles verticales sur la partie droite de mon torse. Je concentrais rapidement une quantité d’aura dans ma lame, donnant un coup de katana diagonale pour tirer une lame d’aura en direction de son torse et ce, pour éviter qu’il continue sa poursuite et me laisse quelques secondes de répit.

Je fis quelques bons en arrière pour prendre mes distances, baissant rapidement mon regard pour vaguement évaluer la situation. Les entailles crées par ses dents étaient profondes, le sang coulait, la douleur commençait à irradier mon torse mais c’était bien ça qui rendait le combat si délicieux. Je le regardais, les yeux brûlants sous l’excitation du combat avant de me mettre à rire.


C’est bien ça ! C’est bien ça ! Tu es un ennemi digne et c’est pour ça que je t’offrirais une mort digne de ce nom et soit rassuré, je ne t’oublierai jamais ! Ta mort me donnera une belle histoire à raconter !

Un large sourire sur mes lèvres se dessinait sur mon visage, ignorant totalement ce que mon coéquipier pouvait faire. Pour ma part, je me mis en position pour ma prochaine attaque, celle qui allait avoir pour objectif de le tuer. Je tenais ma lame derrière moi, la pointe tenue vers le sol...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 890
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Jeu 19 Avr 2018 - 0:01

La peau grisâtre, l'air moribond et une bouche béante sur le ventre qui pour une façon inexplicable ne le dépossédait pas de toutes ses entrailees, on aurait plus dit que nous affrontions une monstruosité d'outre-tombe qu'un homme possédé d'un démon, quoique rendu là c'était pratiquement bonnet blanc, blanc bonnet. Tout cela pour dire que Kitatsu n'était vraiment pas beau à voir ce qui dans un temps me répugna puis me fit repenser à l'éventualité de le ramener à Kiba-dono. Pouvais-je vraiment le leur laisser si ce dernier finissait par être consumé par l'entité démoniaque le possédant? J'avais accepté de leur ramener pour empêcher qu'une telle situation se produise, mais si le pire scénario se produisait sous mes yeux, avec ce que je venais de vivre, je ne pouvais pas le laisser sortir de ces égoûts. Sifflant pour attirer l'attention de mes ninkens, nous nous lançâmes dans un barrage de Crocs Lacérants qui fusèrent vers le démon, l'un de nos combos les plus puissants.

Sauf qu'au lieu de rencontrer notre cible, nous fûment stoppés par une façade rocheuse et je compris qu'il avait retourné mon tour contre moi en se faisant lui aussi une armure de roche. J'eus toutefois la satisfaction de la sentir faiblir sous notre assaut combiné à mes ninkens et moi jusqu'à ce qu'elle vole en éclats en même temps qu'un bruit éclatait dans le tunnel des égoûts. Quelques secondes plus tard, j'étais bombardé d'éclats de roche qui ajoutèrent de nouvelles coupures sur mes avants-bras, sentant en même temps quelques petites brûlures çà et là alors que d'autre fragments de roche ajoutaient de nouvelles entailles. À travers tout cela j'entendis la voix du démon rugir qu'il allait bouffer l'espèce de chien et devant les paroles qu'il avait sorti lorsque je n'attendis pas une seconde pour prendre mes distances, ce qui me permettrait par le fait même de laisser la poussière retomber et ne pas me jeter aveuglément dans une nouvelle frappe.

Lorsque j'eus pris assez de distance, je pus voir l'un des bras du démon prendre mollement à ses côtés, sans l'ombre d'un doute inutilisable pour un très long moment si ce n'était à vie, mais aussi que ce n'était pas à moi qu'il s'adressait plus tôt. En effet, ce dernier devait probablement avoir parlé au samouraï puisqu'il était concentré sur lui, bien décidé à lui revaloir son bras, et levait son dernier bras valide pour essayer de l'écraser sur son adversaire. Cela aurait été suicidaire d'aller se jeter dans la mêlée devant une telle attaque aussi regardai-je avec une certaine anxiété ce qui allait se passer, cherchant le bon moment pour aller porter assistance à Shingen-san. Malgré nos différences, il n'y avait aucune chance que je laisserais un coéquipier se faire bouffer vivant par un démon. Le poing s'abattit finalement sur l'homme ou plutôt sur la lame puisqu'il décida de parer l'assaut avec son katana et je fus étonné qu'il ne brise pas sous la force du coup. L'étonnement se transforma en horreur alors que je voyais la bouche béante s'ouvrir pour essayer d'happer le samouraï et décidai que c'était mon moment pour frapper. C'était maintenant ou jamais si je voulais lui empêcher ce triste sort.

Sans perdre une seconde je commençai à concentrer mon chakra et mes ninkens, ressentant le changement, comprirent que c'était à eux d'y aller. Au même instant, Shingen se dérobait tant bien que mal de la morsure mortelle du démon et donnait un coup dans le vide. L'air sembla alors se troubler devant lui et une onde se dirigea vers le démon. Mes ninkens bondirent quelques instants plus tard et assaillèrent une nouvelle fois ce qu'il restait de Kitatsu comme ils l'avaient fait un peu plus tôt. Se retirant avant que cela ne soit dangereux pour eux, cela m'avait toutefois laissé tout le temps pour emmagasiner mon chakra katon que je laissais lentement sortir de mes poings. Je n'avais pas arrêté de concentrer ce chakra alors que je suivais mes ninkens et qu'ils perturbaient notre adversaire pour me donner le plus de temps possible, voilà que je déversais sur le criminel une pluie de coups de poings et de pieds à travers desquels je diffusais tout ce chakra enflammé. Je gardais le dernier de ce chakra dans mon pied et délivrai un solide coup de pied circulaire. Cela allait sentir le cramé dans les égoûts!

Quand je me retrouvai de nouveau avec les deux pieds à terre, je reculai assez pour ne pas être dans la portée de l'Akimichi tout en pouvant être capable de l'observer. Par le fait même, je renifflai légèrement afin de voir si j'arrivais à discerner les odeurs qui accompagnaient celle du feu. Nous avions tous les deux pris nos distances avec la créature, ne voulant pas rester plus longtemps que nécessaire proche d'elle maintenant que nous avions tous les deux vus ses horribles bouches de plus près même si je voyais le Taira préparer quelque chose de son côté. Le connaissant, il devait se préparer pour son coup de grâce qui mettrait fin à la vie du criminel. Quant à moi, j'attendis de voir dans quel état notre assaut avait laissé la créature, son bras invalide lui donnant déjà un air mal en point, mais je ne voulais pas laisser cela me leurrer dans un sentiment de sûreté. Après tout, cela pouvait être lorsqu'elle était acculée dans leurs derniers retranchement que la bête pouvait se retrouver extrêmement dangereuse. Ce n'était que lorsqu'il serait hors d'état de combattre que cela serait réellement terminé, peu importe dans quel état il serait. J'espérais cependant que nous soyons capable de le ramener à Kiba-dono, cela constituerait un pas de géant dans nos relations avec la nation du Soleil.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Maître Animateur
Messages : 74
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Ven 20 Avr 2018 - 16:22

Animateur

La main géante du cannibale s'écrasa sur la lame de Shingen dans un bruit de fracas et avec une telle violence que le choc souleva la poussière tout autour du samurai. Il fallait le faire : rares étaient ceux qui pouvaient prétendre ne pas céder face à un tel impact et, surtout, à rester debout malgré la puissance déferlante de l'Akimichi. On reconnaissait bien là l'aguerrissement des samurais. Seulement, ce n'était pas encore suffisant pour échapper au gourmet. D'un claquement de dent, l'Oni arracha des lambeaux de chair à son ennemi, enrobant toute sa bouche de cette saveur si douce qu'était celle du sang humain. S'il avait voulu se régaler d'un nouveau type de mets en explorant ces nouveaux territoires, Kitatsu n'oubliait pas ce qu'il avait si souvent croqué avant les Gekei. Inévitablement, cela l'excita davantage et l'onctuosité de ce liquide chaud coulant dans la gorge de sa gueule ventrale le fit grimper à un nouveau seuil, lui arrachant un cri de jouissance.

Kitatsu
"Rrrraaaaaaaahhh ! Si bon !!!"

Il écouta les paroles de Shigen, mais déjà la folie s'emparait de lui. Plus aucune phrase ne sortirait de sa bouche : il n'était plus que râles, grognement, aboiements. Un monstre bipède défiguré par la faim et par la haine.

C'est d'ailleurs par un réflexe instinctif que l'Oni, prenant possession de l'homme qui le portait, décida d'agir de son propre chef. La même gueule qui avait croqué la chair de Shingen dévoila une langue qui lécha le guerrier, activant le sceau qu'elle portait sur sa face supérieure, un sceau tout à fait propice car protecteur. Ce sceau si précieux lui avait sauvé la vie plus d'une fois déjà, et il expliquait sans doute que le monstre soit arrivé jusque-là. Est-il nécessaire de préciser que, privé de raison et obnubilé par ses folies sanguinaires, Kitatsu devenait peu à peu l'esclave d'une entité qui, force de considérer les situations souvent dangereuses auxquelles le nukenin pouvait s'exposer, lui épargnait bien des cicatrices en se délectant au passage de son emprise sur l'esprit trop fragile de son hôte ? Ses muscles se raidirent d'une façon si extraordinaire qu'ils devinrent aussi dur que la pierre : si cette armure là n'était pas de roche, elle n'en demeurait pas moins redoutable. Une défense que le Henka Akuma gardait dans sa gueule, secrètement, souvent pour échapper in extremis à des assauts comme celui que le samurai venait de livrer. Et que Takeo s'apprêtait à conclure.

Tandis que la lame d'aura frappait le colosse endurci, les ninken exécutèrent un nouveau coup de semonce. Tourbillonnant sur eux-mêmes, ils tentèrent de dépecer Kitatsu de son armure, mais leurs griffes et leurs crocs ne parvinrent à passer la barrière d'un épiderme aussi robuste. Dans la continuité, Takeo décida de leur prêter main forte : ses poings et ses pieds frappèrent le démon dans un enchaînement chevaleresque face auquel le cannibale finît par être acculé. Forcé de reculer, il tenta tant bien que mal de saisir entre ses mâchoires l'un des membres du frappeurs, mais les coups du dresseur canin étaient trop vifs et brûlants. Takeo brisa sa garde et, voyant que l'Akimichi se trouvait sans défense, il délivra un ultime coup de pied de feu qui eut raison de son ennemi, projeté quelques mètres plus loin.

Kitatsu se redressa avec difficulté. Avec une côte brisée, son souffle devenait pénible. Il avait l'impression que quelque cherchait à lui arracher la peau et qu'on le plongeait dans l'acide pour soigner des plaies encore vives. Les hématomes brûlants causés par les coups répétés du Inuzuka s'étalaient sur toute la face de son corps et en particulier sur son flanc droit. Une épaisse fumée se dégageait d'un corps déchiré et flambant. Le long de sa barbe dégoulinait un filet de bave et de sang.

Quelle bande de misérable, songea-t-il dans une âme refoulée par les pulsions destructrices de l'Oni. S'il ne s'était agi que d'un seul, il l'aurait dévoré vivant. Mais à deux, les konohajins avaient le dessus et ce n'était pas pour lui plaire. Un son guttural vint manifester son mépris et sa douleur. On pouvait voir dans les ténèbres son visage poussiéreux et fatigué. Mais ce n'était pas fini. Alors que l'odeur de sang commençait à se mélanger à l'odeur de décomposition, un ultime cri de rage réveilla la bête qui sommeillait en lui.

Kitatsu
"Rrrrraaaaahh !!!"

Son corps se décupla à vue d'oeil et à une vitesse incontrôlable. Bientôt, le plafond des égouts céda, soulevé par l'énorme dos du colosse. L'Akimichi montrait enfin son vrai visage, tandis qu'un éboulement venait secouer toute la team venue ici pour secourir les habitants.

Pour ces derniers, la scène était cauchemardesque. Un immense titan sortait littéralement des entrailles de la terre. Son corps semblait être celui d'un agonisant échappé d'une salle de torture. Surtout, des gueules géantes agitaient leur mâchoires sur tous ses membres : et la plus terrible d'entre toutes, la ventrale, semblait vouloir engloutir tout le village.

Des cris suivirent les claquements de volets, mais il était trop tard : la main du criminel balaya un toit de paille et fit apparaître une petite famille recroquevillée sur elle-même. Alors même que son corps retrouvait sa taille normale, le cannibale se jeta sur ces Gekei, à moitié cochons, à moitié hommes. Il avait faim. Et il était uniquement guidé par son appétit. L'une des gueules qui s'agitait dans sa paume n'allait faire qu'une bouchée de ces innocents si l'équipe de Konoha ne trouvait pas un moyen de leur venir en aide.

Citation :
♢ Shingen bloque donc la paume écrasante et esquive une partie de la morsure. Il reçoit cependant une partie des dégâts (B) ce qui se caractérise par des entailles profondes sur la partie droite du torse (attention, ces dégâts peuvent engendrer des pertes de sang conséquentes après le combat) et par l'éveil du deuxième seuil pour le Henka Akuma (face à la situation, je considère que le passage de seuil est automatique)
♢ Sentant le danger arriver, l'Oni de Kitatsu s'octroie une armure Fuin/Tai rang A qui se caractérise par un durcissement extraordinaire du corps
♢ La protection du nukenin lui permet de résister à une partie des dégâts liés à l'attaque Tranche-Air (B) de Shingen, ainsi que ceux liés à l'attaque des ninkens (C) et une partie infime du combo de Takeo (B) : en d'autres termes, considérons que le combo de Takeo vient à bout de cette armure
♢ Kitatsu encaisse donc la fin du combo (C) et le coup de pied (C)
♢ De colère, Kitatsu utilise ses capacités Akimichi pour s'agrandir considérablement. Si cela est habituellement considéré comme un boost de force, il s'avère que dans ce contexte l'amplification géante fait s'effondrer le plafond des égouts, causant un éboulement qui est comparable une technique de zone rang A (dégâts rang B, question de rendre le truc épique, comme le souhaite Shingen :p)
♢ Aussitôt à l'air libre, Kitatsu retrouve une taille normale et tente de croquer un habitant

♢ Récapitulatif :
- sceau de protection rang A (armure Fuin/Tai) qui absorbe Tranche-Air, attaque des ninkens et début du combo de Takeo
- encaisse une partie du combo de feu et le coup de pied (dégâts équivalents à 2xC)
- amplification totale rang A : au lieu d'agir comme un boost, provoque des dégâts rang B de zone par écroulement du toit des égouts
- attaque rang C sur une famille de Gekei cochons

♢ Dégâts sur Kitatsu :
- bras gauche inerte
- peau craquelée
- torse lacéré
- hématomes sur le corps
- hématomes sérieux et brûlures (côté droit)
- passage au 2ème seuil : confusion, esprit instinctif, début de la folie

♢ Henka Akuma :
- 1er seuil :
dégâts rang D (la peau de Kitatsu se craquelle et des gueules apparaissent sur son corps)
- 2ème seuil : effet illusion rang C (Kitatsu devient confus, ses actions deviennent instinctives et il a tendance à cibler le premier venu)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 890
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Ven 20 Avr 2018 - 23:08

Dès que mon premier poing atteignit Kitatsu je fus surpris par la dureté de son corps. Malgré les flammes qui enveloppaient mon poing, j'avais l'impression d'avoir frappé dans un mur comme si j'avais complètement manqué ma cible. Je devais toutefois me rendre à l'évidence que c'était bien le criminel que j'avais frappé quand je le vis devant moi qui me surplombait de sa taille digne des Akimichis. Ce n'était pourtant pas une raison de baisser les bras et je continuai de frapper la créature sans répit en espérant finalement l'atteindre. Et l'atteindre je fis, au bout de plusieurs tentatives infructueuses j'avais sentis son corps enfin réagir à mes frappes enflammées et j'y étais donc allé d'un dernier coup de pied circulaire. Ce dernier avait frappé de plein fouet le cannibale et l'avait même soulevé de terre pour l'envoyer quelques mètres plus loin. Il s'écrasa lourdement au sol et y resta un peu avant de se relever avec difficulté. Le combat étant loin d'être terminé, je me retins mon sourire de satisfaction.

Nous étions éloignées les uns des autres, nous toisant à la recherche du moindre signe trahissant nos intentions. Shingen-san tenait bon, mais la dernière morsure de notre cible l'avait laissé mal en point, même si ce n'était rien comparé à ce qu'avait l'air Kitatsu. Ce dernier respirait difficilement et courbait sous les blessures, ce qui n'empêchait pas ses yeux de nous dévorer du regard avec un mélange de colère et de désir. Un son bestial sortit de lui et je n'eus aucune difficulté à en comprendre la signification: il n'était pas content. Le grognement se transforma alors en véritable cri de rage et je pensai aussitôt que le démon venait de gagner du terrain. Si nous voulions avoir une chance de le ramener à Kiba-dono avant qu'il ne soit entièrement possédé par le démon, nous devions faire vite.

Je n'eus cependant pas le loisir de continuer le fil de mes pensées puisque l'Akimichi se mit à gonfler devant mes yeux pour prendre des mesures incommensurables. Dans le temps de le dire, il était devenu plus gros que ce que les égoûts pour accueillir et perça le plafond pour se retrouver à la lumière du jour. Les débris causés par la transformation descendèrent en une pluie sur nous et j'eus tout juste le temps de recouvrir mon dos de roche pour essayer de nous protéger mes ninkens et moi comme possible. Les morceaux de la canalisation me tombèrent dessus et j'en ressentis chaque choc sans pour autant ressentir de la douleur ni crouler sous leur poids, ma protection de fortune tenant bon jusqu'à ce que les fragments cessent de nous tomber dessus et que le calme revienne. Enfin, calme était vite dit puisqu'à peine sorti des décombres j'entendis les cris de détresse de villageois qui venaient sûrement de voir une créature grotesque apparaître en plein milieu de leur village. Sans perdre un instant, j'accumulai du chakra dans mes jambes et l'expulsai en plusieurs puissants bonds qui me sortirent des égoûts et m'amenèrent à la terrible scène qui se passait dans le village.

Profitant de son agrandissement, il avait quitté les égoûts et l'appétit que nous avions tous les deux réveillé s'en prenait maintenant aux pauvres villageois de Kouza. Comme s'ils en avaient pas déjà assez pâtis maintenant il tournait sa faim vers une famille de gekei-cochon qui n'avait pas pu se cacher à temps du cannibale. Sa main où s'ouvrait une gueule béante – celle-là même qui me tenait prisonnier quelques minutes plus tôt – se dirigeait droit vers la famille et malgré tout je n'hésitai pas une seconde pour me propulser d'un autre bond entre les gekeis et la main gourmande. Je grimaçai de douleur lorsque les dents plongèrent dans ma chair et devant l'air extasié que Kitatsu prenait, mais celui-ci se transforma en sourire carnassier alors que je profitais de la proximité que j'avais subitement avec lui pour lui asséner une série de coups bien placés autour de la gueule au plein centre de son abdoment qui, s'ils ne semblaient pas faire de gros dégâts, iraient grandement perturber les organes internes de la créature, peu importe où ils se trouvaient avec cette bouche sortie de nulle part

Le côté un peu moins génial dans tout ça était que j'étais aux prises avec la morsure du démon, mais avec la rapidité avec laquelle j'étais venu barrer son chemin et que la suite d'événements s'était déroulée, j'étais plutôt confiant de l'avoir pris de court. Il pensait sûrement qu'il avait réussi son coup lorsque ses dents s'étaient plantés dans mon corps aussi la surprise devait-elle avoir été encore plus grande lorsque je m'étais abattu sur lui. Une pensée alla vers le Taira qui, je l'espérais, s'était également tiré des décombres et à mes ninkens qui devaient certainement essayer de venir nous rejoindre. Si cela se trouvait Aka et Sei aida le samouraï à se dépêtre des débris et ils arriveraient tous ensemble pour me porter renfort. Parce que si notre adversaire tenait encore debout après cela, j'aurais besoin de renforts.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 371
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha] Hier à 23:05

Le monstre n’avait plus rien d’humain, il ne faisait que grogner comme une vulgaire bête, aveuglée par ses instincts les plus primitifs. Takeo avait été bien trop optimiste sur sa faculté à pouvoir être humain, à vraie dire il n’avait rien d’humain à lui et jamais je n’allais le considérer comme tel. Si c’est ce que Takeo voulait faire, soit, mais pour moi il n’était rien d’autre qu’un vulgaire monstre dont son seul but dans la vie était de bouffer tout ce qui bouge. On avait suffisamment de monstres qui arpentaient ce monde que l'on n'avait guère besoin de lui en prime.

Je m’apprêtais à lui lancer un ultime assaut, mais les attaques de Takeo avaient eu pour effet de l’enrager. Il commençait à s’agrandir, encore et encore pour prendre une taille gigantesque. Il devenait plus grand que les égouts, cassant le plafond. On pouvait enfin avoir un peu plus de lumière, mais c’était bien au prix d’un nombre importants de débris. Je ne savais pas s’il avait fait cela volontairement ou si ce n’était qu’un joyeux hasard. Dans tous les cas, je n’avais pas de temps à perdre si je voulais tuer ce monstre. Mon katana toujours en main, je commençais à découper tous les débris qui tombèrent sur moi, je n’allais pas fuir. Criant ma rage à chaque coup que je donnais, ils ne pouvaient résister à ma lame.

L’avalanche n’était que de courte durée, mais suffisante pour continuer à me fatiguer davantage. Ma respiration était toujours plus rapide et tout mon corps commençait à me faire mal et à devenir lourd. Je n’aimais pas cette sensation du sang couler le long de mon corps, je jetais de nouveau un coup d’oeil à la blessure. Le sang coulait plutôt bien et cette plaie allait bien avoir du mal à cicatriser. Je ne pouvais m’empêcher de sourire avant de regarder ma lame.

Elle n’était plus en très bon état, la lame n’était plus totalement droite, bien que sur ce plan le coup de poing avait eu un effet limité. Le tranchant semblait s’user aussi doucement mais sûrement, mais qu’attendre d’autre d’une arme que j’utilisais brutalement et sans la moindre limite. Mon arme était utilisée à l’image de mon corps : Sans retenue et jusqu’à la limite et même au-delà.

Je relevais le regard, le monstre avait reprit une taille normale, c’était presque regrettable. Affronter un géant aurait sûrement été amusant, bien que je doutais que je pouvais encore tenir longtemps. Je sortais des égouts malgré que mon corps me faisait souffrir, mais je m’étais habitué à ignorer la douleur, continuer à marcher malgré les souffrances. Après tout, un samourai digne de ce nom devait pouvoir s’ouvrir le ventre sans exprimer la moindre douleur, rester indifférent à cela et ce, jusqu’à ce que la mort nous emporte.

J’arrivais enfin à la surface, quelque peu en retard il fallait le dire et je vis déjà le monstre foncer sur des Gekei, je ne pouvais m’empêcher de penser « Stupides bêtes ». Takeo avait déjà réagit, il se déplaça rapidement pour intercepter l’attaque, se laissant mordre pour lancer une contre-attaque. Je tenais fermement mon arme, m’apprêtant à lancer un assaut si notre adversaire était encore debout.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha]

Revenir en haut Aller en bas
 

Traque criminelles commune: Kitatsu [Team Konoha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Reste du Monde :: Reste du Monde :: Taiyô no Kuni-