N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 259
Rang : B+

Message(#) Sujet: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Lun 15 Jan 2018 - 17:21

L'heure n'était plus à se reposer ou à papoter avec des moines bien trop spirituels pour moi. La religion n'avait jamais été pour moi qu'une excuse d'être humain pour pouvoir se faire pardonner des crimes et espérer que la mort soit clémente. La plupart de ces gens-là ont tellement une peur bleue de la mort qu'ils essayent à tout prix de vivre en paix pour ensuite, une fois celle-ci terminé, continuer de vivre dans je ne sais quel monde. Pour ma part, je suis plutôt du genre à profiter de la vie, de la vivre comme elle vient et de me soucier de la mort qu'une fois qu'elle sera devant moi. Avoir peur de la mort revient à renoncer à vivre sa vie, de plus une Suzurane qui a peur de mourir, une bien belle blague.

Le réveil fut assez tranquille ce matin, levée assez tôt, nous laissions notre roi dormir encore un peu pour que celui-ci ne soit pas trop fatigué. La suite de la route n'allait pas être de tout repos, passer à travers ces tunnels ne me disait vraiment rien. Je n'aimais clairement pas être sous terre, aucun contrôle sur les alentours, un peu de malchance et nous voilà enterré vivant. Je devais faire confiance à mon chef, son talent de shinobis nous protégerait.

Histoire de patienter, Hiyori m'avait donné quelques exercices matinaux pour passer le temps, voilà une façon parfaite pour commencer la journée. Travaillant à la fois mon taijutsu et mon fuinjutsu, j'essayais principalement de me concentrer sur ce qui se trouvait autour de moi. Sentir son adversaire était une chose très utile en combat, surtout quand celui-ci savait se camoufler. Je n'avais aucun talent dans le domaine du repérage, foncer tête baissée et taper tout ce qui bouge, ça marchais sur des novices mais les missions allaient devenir de plus en plus difficile, je devais évoluer intérieurement pour progresser mentalement et gravir les échelons.


« Maintenant qu'il est réveillé et rassasié, je pense qu'il est temps de se mettre en chemin Hiyori, même s'il faut être sympa avec lui, on ne peut pas tout lui donner non plus… »

J'osais de plus en plus parler avec mon supérieur, de manière moins formelle disons. Oui il était un haut gradé du village, mais tout ce temps passé à ces côtés m'avaient rapproché inexorablement de lui. Je n'étais pas non plus familier car j'avais toujours du respect pour lui, je ne voulais pas subir un entraînement d'enfer pour trop de familiarité.

Finalement la troupe était prête pour s'aventurer dans ces fameux tunnels, ils devaient nous faire gagner du temps et surtout des forces. Personne à affronter et si jamais on nous cherchait, il fallait être devin pour deviner que nous nous baladions sous terre.

Nous avons gardé la même manière de déplacement pour nous promener en sécurité là-dessous, j'étais donc tout à la fin du convoi pour être sûr de ne laisser personne de côté. Il fallait être fou pour avoir envie de rester ici tout seul de toute façon, peut-être que Hoheinheim s'entraînait ici, voilà pourquoi il avait l'air d'un démon qui cherchait à sortir de sa coquille. La solitude fait de nous un autre homme, une bête incapable de se calmer qui cherche seulement à en finir avec la vie. Non il était sympa notre ermite, j'espérais pouvoir le revoir un jour dans ma vie, nul doute qu'il avait beaucoup de chose à raconter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin - Chef d'Avalanche
Messages : 162
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Jeu 1 Fév 2018 - 1:01


Citation :
Une personnalité importante et influente a décidé de quitter la Citadelle pour se diriger vers son pays d'origine Ta no Kuni. Malheureusement, celui-ci est connu pour ses excès d'humeur et ses travers, ainsi, ayant atteint le demi-siècle d'âge, l'homme à la bedaine imposante a eu le temps de se faire bon nombre d'ennemi. Votre but sera de le protéger en faisant en sorte que son voyage ai été le plus agréable possible. Ceci en comptant les attaques de bandit qui sont plus qu'à prévoir.


Ayant parcourus pendant de longues heures un dédale souterrain, c’est avec soulagement que le petit groupe arpente un terrain ascendant les ramenant à la surface. Après cette promenade atypique, le Balafré à la tête de l’expédition n’est pas peu satisfait. Parcourir les entrailles du monde n’est pas chose à laquelle on s’habitue ; et lorsqu’on est accompagné d’un impondérable permanent, autant s’armer de patience si on veut retrouver la lumière, au sens propre comme figuré.
Dans un premier temps, les civils et le commanditaire de cette escorte ont fait preuve de bien des réticences, et les premiers pas dans ce long couloir sans fin se sont accompagnés de plaintes, de crainte et de sermons sans intérêt. Mais à la longue, à force de discussions et de conseils afin de les rassurer et de leur prouver la sécurité des lieux, la fine équipe put enfin parcourir le reste du trajet sans trop de dommages.

Quand elle fait son apparition hors des souterrains, la lumière les aveugle tous un bref instant. Cela faisait cinq heures qu’ils marchaient dans l’obscurité, aucune surprise à ce qu’ils souffrent de cette agression lumineuse à la sortie. Les voilà à l’autre bout du Pays, et non loin se fait entendre le bruit métallique et l’agitation urbaine de la ville de Shiomizu. Ces souterrains ont été d’un vrai secours, et la mission n’en sera ainsi que plus sécurisée, et plus rapide. Après une courte pause, afin que tout le monde puisse boire et souffler un peu, la troupe prend enfin la direction de la ville voisine, afin de récupérer quelques éléments nécessaires pour la suite du voyage. A l’approche des portes de la ville, le Jisetsu se rapproche du client afin de lui présenter les prochaines étapes du voyage.

» Seigneur marchand, nous approchons de la ville de Shiomizu. Une fois sur place, nous trouverons le matériel et les cartes nécessaires pour la fin de notre voyage.
» Il me faudra également un véhicule de transport ! Je reconnais l’utilité du souterrain sur le long terme, mais je ne compte pas aller jusqu’à mon point d’arrivée à pied, Ninja !
» Nous trouverons facilement un transporteur sur place. De plus, nous sommes à une ville frontalière, et proche de la ville de Tekken à Tetsu no Kuni, notre escale au Pays du Fer. Je ne doute pas que vous avez des contacts ici qui saurons vous aider … .
» … Tu es un homme intelligent, Hiyori … . Assure-toi que la fin de mon voyage soit agréable et sans risque, et je saurais garder ton nom en tête … .


Toujours plein d’arrogance et d’auto-suffisance. Mais le Ninja d’Iwa préfère en faire fi. Après tout, seule la mission compte dans le cas présent, et chercher à jouer avec les mots n’apportera rien de positif à cette affaire. La vraie sagesse commande donc d’opiner du chef, et de s’occuper des petites tâches avant les premiers contrôles aux portes de la ville.
Après quelques déboires administratifs, l’équipe pénètre dans les rues en plein balbutiement, et se décide à s’affairer. Kenjin est envoyé à l’ouest de la cité pour acheter un véhicule pour le client, avec l’un des gardes civils. Hiyori, de son côté, doit garantir la sécurité de son commanditaire ; et ne le quitte donc pas lorsque ce dernier se rend dans un quartier commercial très huppé, afin d’y trouver quelques connaissances.

Après quelques renseignements et échoppes visité, le quatuor trouve enfin la personne tant recherchée.


» Matsumoto !
» Ho ! Maître Jenka ! Je ne pensais pas que vous reviendriez nous voir aussi vite … .
» Je me rends à Tekken, avant de prendre la route pour Ta. Des affaires urgentes avec mes contacts de l’ouest. Les routes ne sont plus sûres, donc je m’offre un peu plus de sécurité.
» Je vois ça ! Quel service ?
» La Roche.
» Un peu rustres, non ?
» Oui, mais moins chers hahaha !


Clairement, on voit bien là le prototype du Ninja-objet, dont la seule fonction reste celui du sacrifiable en cas de pépin. Ce discours ne choque pas Hiyori, qui ne réagit pas à la boutage, malgré une inquiétude visible sur le visage des deux soldats civils. Notre combattant de l’Ombre est au-dessus de ce genre de commentaire. A peine une pensée lui effleure l’esprit ! … « Toi mon gros, si l’Empereur était encore des nôtres, on ne donnerait même pas aux chiens ce qu’on ferait de ta viande … ». Rien d’important vous voyez ! Passons.

Le dialogue entre les deux hommes s’installe, et passe peu à peu du confort quotidien aux affaires les plus lucratives. Il est apparemment question d’armures venant du Pays du Fer et à ramener au Pays des Cascades. Pour l’un, c’est donc une marchandise à récupérer ; pour l’autre, un profit à réaliser ! Le Ninja ne s’immisce pas dans ce débat sans intérêt ou rentabilité pour lui. Son regard se balade d’un côté et de l’autre, afin de s’assurer que personne ne menace la sécurité du client. Après quelques minutes, il est brusquement repris dans la discussion par l’injective du fameux Matsumoto.

» En tout cas, si cette sécurité se montre efficace, je pourrais certainement y faire appel moi-même en cas de besoin ?
» … Les Ninjas d’Iwa ne sauraient faire mentir leur réputation.
» J’en prends bonne note.
– L’homme reporte son attention sur le Maître. » Tu auras ton véhicule et un pourcentage, si tu me ramènes les armures à ton retour.
» Compte dessus. Et elles seront sous bonne garde, rien ne pourra leur arriver !


L’affaire est conclue sans ajouter beaucoup plus. Et ce récit commence à être trop long pour introduire un simple personnage secondaire. Utilisons le Kinnegan pour avancer dans le temps, et passer à l’étape suivante !


L’équipe s’est donc dotée de deux véhicules grâce à ce Matsumoto et à Kenjin ; et voilà la petite troupe à voyager le long des routes avec bien plus de matériel qu’avant ! Mais la nature du voyage vient de légèrement changer … . Quoi qu’il en soit, la frontière est déjà traversée et bientôt, le premier poste frontière sera sur leur route. Pour cette nouvelle étape, le Balafré compte bien laisser le jeune Kenjin se débrouiller pour passer sans problème ce simple point de contrôle ! Après tout, il reste certes sous son commandement, mais le Ninja est déjà un jeune adulte ! Et s’il peut être combattant, le bon Ninja doit savoir manier d’autres ficelles dans ce métier … .



Dernière édition par Jisetsu Hiyori le Sam 17 Fév 2018 - 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 259
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Lun 5 Fév 2018 - 15:59

Finalement cette voie souterraine se passait sans aucun problème et pour dire vrai je ne fus jamais aussi heureux de revoir la lumière du soleil. Dans un premier temps elle vint me frapper violemment les yeux mais la chaleur qu'elle produisait était bien trop agréable pour que je ne puisse y succomber. Petit à petit je retrouvais la vue, me voilà capable de l'admirer sous les moindres détails. Si je pouvais je l'embrasserais de tous les côtés, mais trop de distance nous séparait, l'amour à distance, voilà une façon bien difficile de vivre. Cachant ma peine, je continuais la route en compagnie de ma troupe.

Mon supérieur prenait les choses en mains comme toujours, il savait arrondir les angles dans sa manière de procéder, si cet empoté ne le voyait pas, moi j'avais appris au fil du temps à déceler cette forme de langage. Savoir être courtois dans les bons moments suffisait à se faire bien voir, une manière qui intérieurement me faisait bien rire. Hyiori était un homme bien trop intelligent pour être courtois juste par politesse, il avait sans doute quelque chose derrière la tête. J'avais confiance en lui et ne cherchait pas le dialogue pour mieux comprendre, je devais l'observer et apprendre de lui. C'était encore la meilleure façon pour moi de progresser.

Arrivant dans la ville de Shiomizu, un moyen de locomotion devait être trouvé pour sa seigneurie. Il faut dire qu'au vu de sa corpulence imposante, il devait connaître beaucoup de monde pour bouger sa graisse palpable. Je ne me faisais aucun souci pour lui, le problème c'est que j'étais moi-même chargé de trouver un véhicule pour notre troupe. Accompagné d'un des civils que nous protégions, celui-ci ne faisait que de se balader sans trop m'aider. Je le comprenais un peu, on avait passé un bon moment sous terre, revoir la lumière du soleil et d'autres formes humaines pouvaient être jouissifs…


* Où est-ce que je vais trouver ça moi… Puis pas trop cher non plus… Sinon je vais me faire engueuler… *

Guettant le moindre marchand, j'envisageais déjà de voler le véhicule juste devant moi. En réalité je pourrais aisément sauter sur ce cheval et d'un grand coup de pied dans le derrière le faire galoper à vive allure. Le problème était que je ne pourrais fuir comme j'en avais envie, après tout nous étions censé garder en sécurité un homme important, si je le volais, je ferais passer le village pour ce qu'il n'est pas. Finalement je trouvais mon bonheur quelques rues plus loin, un véhicule tout à fait basique et idéal pour cette fin de trajet. Retrouvant toute la troupe au lieu de rendez-vous, je constatais qu'eux aussi avait trouvé de quoi se déplacer. Sortant de la ville, un point de contrôle était encore à passer. Logiquement, rien ne devait poser problème, placé devant tout le monde, c'était donc à moi de gérer cela.

* Relax Kenjin… Reste toi-même et ça devrait le faire… *


Un homme s'approchait de nous, regardant légèrement notre véhicule et celui de notre « patron », il prit la parole avec un accent bien particulier. Un mélange entre un zozotement et une mâchoire de travers, autant dire que c'était vraiment drôle.


« Bonsour à vous… Vous svenez d'où comme saaaa… »

« Bonjour monsieur !! Nous sommes simplement en voyage, nous accompagnons un amis hors de ces contrées bien trop visqueuses pour ses yeux. Se pourrait-il que votre bonté soit assez grande pour que notre chemin ne soit pas écourté. »


J'étais vraiment fière de moi, aucune moquerie, aucun rire n'était sorti de ma bouche, un vrai pro qui négociait aisément son passage. Malheureusement l'homme continuait dans sa démarche, après tout c'était son rôle de contrôler les gens.

« Humm s'êtes sûr de n'asoir rien à déclarqer msieur ? Vous m'semblez bien loushe avec votre chapseu noir… »

« Mon chapeau, messieurs, représente clairement ma haute hiérarchie dans ce monde piteux, je n'apprécie guère votre comportement et croyez-moi sur parole, j'en ferais référence à votre supérieur ! »

« … Parson msieu, je fais juste mon travail… »

« JAMAIS !! Jamais on ne m'a critiqué sur mon chapeau !!! Vos manières me gênent !!! Continuez comme ça et vous serez châtiés !!! »


Pris par une peur bleu, le jeune contrôleur reculait de quelques pas, il admettait sa défaite et nous laissait passer. Je gardais cette posture d'homme fort, je devais faire l'homme blessé intérieurement alors que j'en avais juste rien à foutre. L'objectif était de passer ce contrôle sans problème et ce fus le cas grâce à mon talent d'acteur et d'orateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin - Chef d'Avalanche
Messages : 162
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Dim 11 Fév 2018 - 11:26



Le passage de la frontière se fait, semble-t-il, sans encombres ! Pendant un temps décontenancé par la stratégie adoptée par Kenjin (c’est quoi cette histoire de chapeau ??), Hiyori préfère ne pas intervenir, et garde le silence lorsque le groupe passe à côté du garde frontière. Pauvre bonhomme, tu n’es pas tombé sur un comique ! Ou plutôt sur un comique avec son style bien à lui ! Dix bonnes minutes après avoir traversé la frontière, le supérieur avance un peu pour être proche de son acolyte. Le sourire est malicieux, mais l’avertissement est sincère.

» Une bonne stratégie pour obtenir ce que l’on souhaite. Attention néanmoins, car ce genre de méthode ne plaira pas nécessairement à tout le monde !

Le voyage s’annonce maintenant un peu plus court, mais à priori sans problèmes ! Si l’instabilité fantôme de Taki peut se comprendre par son historique impérial, la tranquillité de Tetsu no Kuni n’est pas une légende ! Peu importe son affiliation ou son allégeance aux grandes puissances, cette contrée s’est toujours distinguée comme un territoire stable et sécurisé, sous bonne garde de l’autorité Samouraï et de la famille Sanada. Fervents serviteurs de l’ordre impérial et du Kamui, la contrée avait couru le risque d’un grave bouleversement par l’observation du Bushido ; mais la nouvelle dirigeante s’était assurée que l’incident ne puisse jamais se reproduire, permettant ainsi à cette belle nation de retrouver un appui et de s’élever de nouveau.

Le convoi ne s’enfonce pas dans les terres. Il doit passer non loin du Temple de Byakko pour rejoindre la ville de Tekken, puis prendre le nord pour remonter la route de Tsuyoisuifou, ville portuaire frontalière avec le Pays des Rizières, leur destination. Le tout ne devrait pas prendre plus de deux jours ; un éventuel prolongement en fonction du commanditaire, si ce dernier estime voyager trop inconfortablement et préfère se reposer dans une réelle auberge de la première cité rencontrée. Les routes sont protégées, par des patrouilles régulières qui garantissent le confort et la tranquillité des badauds et des voyageurs éventuels. En revanche, un autre fait se montre bien plus complexe à gérer … .

» Le Pays des Samouraï vouait une fidélité totale à l’Empereur-Dieu. Lui et son allié, l’ancien maître de Tetsu, sont morts sur le même champ de bataille, et de nombreux Samouraï se sont donnés corps et âme afin que l’on puisse rapatrier leurs corps. Aujourd’hui encore, l’idéologie impériale est très forte sur ces terres, et les Ninjas sont très peu appréciés. Autant dire que même si nous sommes sur un territoire pacifié, nous ne sommes pas non plus en sécurité.

En effet, pour la première fois depuis le début de cette mission, les deux Ninjas représentent le seul et unique danger de cette escapade ! Ce ne serait certes pas la première fois qu’ils seraient pris à partie dans ce voyage ! Mais la première fois, le comité d’accueil s’intéressait surtout aux marchandises, et sous le prétexte d’un contrôle bidon et de l’identité des Ninjas de la Roche, s’en était pris à la marchandise. Ici, la rivalité peut être bien plus organisée, mieux armée, et compter sur un soutien à plus large échelle ! Bref, tout ne sera pas si simple.

C’est une occasion de plus de tester les efforts et l’investissement du Suzurane. Ayant fait quelques pas ensemble, et après avoir raconté les instants glorieux de ce pays lors de « la chute des Héros » et « le Salut du Sabre ». Arrivés en visuel du temple Byakko, Hiyori se permet une réflexion en observant de loin le bâtiment devant lequel ils passeront sans pour autant s’arrêter.

» Le sentiment pro-impérial est encore fort dans ce pays. Et nous, Ninjas de la Roche, risquons de poser des problèmes au client si notre identité est révélée. Que proposes-tu, Kenjin : que nous restions ainsi sans révéler qui nous sommes, ou de nous camoufler et nous faire passer pour autre chose ? Le risque étant que, si on est découvert, on passe un mauvais moment avec les autorités ! …



² BG Nuke-NinSamouraï.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 259
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Mar 13 Fév 2018 - 17:34

La route se poursuivait sans problème, mon petit numéro nous avait permis de passer ce petit contrôle de frontière sans embûche. Même si l'objectif avait été atteint, mon supérieur n'avait pas l'air d'être le plus heureux des hommes. La manière de faire n'était sûrement pas dans sa méthode, personnellement, je n'avais en tête que l'objectif, peu importe la manière d'y parvenir. Nous étions passés et j'étais bien content de mon petit sketch de tout à l'heure.

Le pays des samouraïs était une destination bien complexe, ce territoire était neutre, un moyen plus simple pour dire qu'ils n'étaient amis avec personne. Pouvait-on dire qu'ils nous détestaient ? Oui clairement dans le sens où leur honneur et fierté étaient dirigées vers l'empereur, celui-ci étant tombé par notre faute, nous n'étions pas en sécurité ici. Pour une fois, c'est nous qui pouvions attirer le bain de sang, la tactique d'approche était donc bien différente que durant les derniers jours.

Hiyori en étant bien conscient et n'hésitait pas à parler de ça à voix haute pour que tout le monde sache ce qu'il en résultait. Des hommes prêts à faire face aux dangers étaient déjà psychologiquement dans la bataille, l'effet de surprise serait moindre en cas d'attaque.

Venant à ma portée, je sentais que mon chef voulait encore me demander mon avis, la venue vers ce temple pouvant être risqué pour nous. Pour moi, le choix était rapide, nous étions des shinobis d'Iwa, aucune chance que je me fasse passer pour autre chose. Les blagues ça marchaient quelques fois mais pas tout le temps.


« Nous sommes des shinobis de la Roche, je pense que notre déguisement ne pourra être parfait pour passer pour de simples touristes… Et pour être franc, aucune chance que j'accepte de passer pour n'importe qui, j'ai ma fierté en tant que shinobis, si les dangers venaient à nous, un peu de baston serait amusante haha !! »


Mon éclat de rire terminait cette petite conversation, même si je donnais mon avis, Hiyori restait le seul à décider. Savoir écouter son supérieur n'était pas ma principale qualité, mais je savais être obéissant quand il s'agissait du bien de la mission. Nous n'étions plus qu'à quelques minutes du temple, une décision devait être prise rapidement.

« Alors ? On enlève nos affaires personnelles et nos bandeaux ou bien seulement nos bandeaux ? Je pense que les gardes à vue sur nous serait pris comme de la provocation de leur part, nous ne sommes pas là pour créer le danger non plus… Même si ça serait marrant à voir comme situation… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Reste du Monde :: Restes de l'Empire :: Tetsu no Kuni-