N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 360
Rang : B+

Message(#) Sujet: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Lun 15 Jan 2018 - 17:21

L'heure n'était plus à se reposer ou à papoter avec des moines bien trop spirituels pour moi. La religion n'avait jamais été pour moi qu'une excuse d'être humain pour pouvoir se faire pardonner des crimes et espérer que la mort soit clémente. La plupart de ces gens-là ont tellement une peur bleue de la mort qu'ils essayent à tout prix de vivre en paix pour ensuite, une fois celle-ci terminé, continuer de vivre dans je ne sais quel monde. Pour ma part, je suis plutôt du genre à profiter de la vie, de la vivre comme elle vient et de me soucier de la mort qu'une fois qu'elle sera devant moi. Avoir peur de la mort revient à renoncer à vivre sa vie, de plus une Suzurane qui a peur de mourir, une bien belle blague.

Le réveil fut assez tranquille ce matin, levée assez tôt, nous laissions notre roi dormir encore un peu pour que celui-ci ne soit pas trop fatigué. La suite de la route n'allait pas être de tout repos, passer à travers ces tunnels ne me disait vraiment rien. Je n'aimais clairement pas être sous terre, aucun contrôle sur les alentours, un peu de malchance et nous voilà enterré vivant. Je devais faire confiance à mon chef, son talent de shinobis nous protégerait.

Histoire de patienter, Hiyori m'avait donné quelques exercices matinaux pour passer le temps, voilà une façon parfaite pour commencer la journée. Travaillant à la fois mon taijutsu et mon fuinjutsu, j'essayais principalement de me concentrer sur ce qui se trouvait autour de moi. Sentir son adversaire était une chose très utile en combat, surtout quand celui-ci savait se camoufler. Je n'avais aucun talent dans le domaine du repérage, foncer tête baissée et taper tout ce qui bouge, ça marchais sur des novices mais les missions allaient devenir de plus en plus difficile, je devais évoluer intérieurement pour progresser mentalement et gravir les échelons.


« Maintenant qu'il est réveillé et rassasié, je pense qu'il est temps de se mettre en chemin Hiyori, même s'il faut être sympa avec lui, on ne peut pas tout lui donner non plus… »

J'osais de plus en plus parler avec mon supérieur, de manière moins formelle disons. Oui il était un haut gradé du village, mais tout ce temps passé à ces côtés m'avaient rapproché inexorablement de lui. Je n'étais pas non plus familier car j'avais toujours du respect pour lui, je ne voulais pas subir un entraînement d'enfer pour trop de familiarité.

Finalement la troupe était prête pour s'aventurer dans ces fameux tunnels, ils devaient nous faire gagner du temps et surtout des forces. Personne à affronter et si jamais on nous cherchait, il fallait être devin pour deviner que nous nous baladions sous terre.

Nous avons gardé la même manière de déplacement pour nous promener en sécurité là-dessous, j'étais donc tout à la fin du convoi pour être sûr de ne laisser personne de côté. Il fallait être fou pour avoir envie de rester ici tout seul de toute façon, peut-être que Hoheinheim s'entraînait ici, voilà pourquoi il avait l'air d'un démon qui cherchait à sortir de sa coquille. La solitude fait de nous un autre homme, une bête incapable de se calmer qui cherche seulement à en finir avec la vie. Non il était sympa notre ermite, j'espérais pouvoir le revoir un jour dans ma vie, nul doute qu'il avait beaucoup de chose à raconter.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin - Chef d'Avalanche
Messages : 208
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Jeu 1 Fév 2018 - 1:01


Citation :
Une personnalité importante et influente a décidé de quitter la Citadelle pour se diriger vers son pays d'origine Ta no Kuni. Malheureusement, celui-ci est connu pour ses excès d'humeur et ses travers, ainsi, ayant atteint le demi-siècle d'âge, l'homme à la bedaine imposante a eu le temps de se faire bon nombre d'ennemi. Votre but sera de le protéger en faisant en sorte que son voyage ai été le plus agréable possible. Ceci en comptant les attaques de bandit qui sont plus qu'à prévoir.


Ayant parcourus pendant de longues heures un dédale souterrain, c’est avec soulagement que le petit groupe arpente un terrain ascendant les ramenant à la surface. Après cette promenade atypique, le Balafré à la tête de l’expédition n’est pas peu satisfait. Parcourir les entrailles du monde n’est pas chose à laquelle on s’habitue ; et lorsqu’on est accompagné d’un impondérable permanent, autant s’armer de patience si on veut retrouver la lumière, au sens propre comme figuré.
Dans un premier temps, les civils et le commanditaire de cette escorte ont fait preuve de bien des réticences, et les premiers pas dans ce long couloir sans fin se sont accompagnés de plaintes, de crainte et de sermons sans intérêt. Mais à la longue, à force de discussions et de conseils afin de les rassurer et de leur prouver la sécurité des lieux, la fine équipe put enfin parcourir le reste du trajet sans trop de dommages.

Quand elle fait son apparition hors des souterrains, la lumière les aveugle tous un bref instant. Cela faisait cinq heures qu’ils marchaient dans l’obscurité, aucune surprise à ce qu’ils souffrent de cette agression lumineuse à la sortie. Les voilà à l’autre bout du Pays, et non loin se fait entendre le bruit métallique et l’agitation urbaine de la ville de Shiomizu. Ces souterrains ont été d’un vrai secours, et la mission n’en sera ainsi que plus sécurisée, et plus rapide. Après une courte pause, afin que tout le monde puisse boire et souffler un peu, la troupe prend enfin la direction de la ville voisine, afin de récupérer quelques éléments nécessaires pour la suite du voyage. A l’approche des portes de la ville, le Jisetsu se rapproche du client afin de lui présenter les prochaines étapes du voyage.

» Seigneur marchand, nous approchons de la ville de Shiomizu. Une fois sur place, nous trouverons le matériel et les cartes nécessaires pour la fin de notre voyage.
» Il me faudra également un véhicule de transport ! Je reconnais l’utilité du souterrain sur le long terme, mais je ne compte pas aller jusqu’à mon point d’arrivée à pied, Ninja !
» Nous trouverons facilement un transporteur sur place. De plus, nous sommes à une ville frontalière, et proche de la ville de Tekken à Tetsu no Kuni, notre escale au Pays du Fer. Je ne doute pas que vous avez des contacts ici qui saurons vous aider … .
» … Tu es un homme intelligent, Hiyori … . Assure-toi que la fin de mon voyage soit agréable et sans risque, et je saurais garder ton nom en tête … .


Toujours plein d’arrogance et d’auto-suffisance. Mais le Ninja d’Iwa préfère en faire fi. Après tout, seule la mission compte dans le cas présent, et chercher à jouer avec les mots n’apportera rien de positif à cette affaire. La vraie sagesse commande donc d’opiner du chef, et de s’occuper des petites tâches avant les premiers contrôles aux portes de la ville.
Après quelques déboires administratifs, l’équipe pénètre dans les rues en plein balbutiement, et se décide à s’affairer. Kenjin est envoyé à l’ouest de la cité pour acheter un véhicule pour le client, avec l’un des gardes civils. Hiyori, de son côté, doit garantir la sécurité de son commanditaire ; et ne le quitte donc pas lorsque ce dernier se rend dans un quartier commercial très huppé, afin d’y trouver quelques connaissances.

Après quelques renseignements et échoppes visité, le quatuor trouve enfin la personne tant recherchée.


» Matsumoto !
» Ho ! Maître Jenka ! Je ne pensais pas que vous reviendriez nous voir aussi vite … .
» Je me rends à Tekken, avant de prendre la route pour Ta. Des affaires urgentes avec mes contacts de l’ouest. Les routes ne sont plus sûres, donc je m’offre un peu plus de sécurité.
» Je vois ça ! Quel service ?
» La Roche.
» Un peu rustres, non ?
» Oui, mais moins chers hahaha !


Clairement, on voit bien là le prototype du Ninja-objet, dont la seule fonction reste celui du sacrifiable en cas de pépin. Ce discours ne choque pas Hiyori, qui ne réagit pas à la boutage, malgré une inquiétude visible sur le visage des deux soldats civils. Notre combattant de l’Ombre est au-dessus de ce genre de commentaire. A peine une pensée lui effleure l’esprit ! … « Toi mon gros, si l’Empereur était encore des nôtres, on ne donnerait même pas aux chiens ce qu’on ferait de ta viande … ». Rien d’important vous voyez ! Passons.

Le dialogue entre les deux hommes s’installe, et passe peu à peu du confort quotidien aux affaires les plus lucratives. Il est apparemment question d’armures venant du Pays du Fer et à ramener au Pays des Cascades. Pour l’un, c’est donc une marchandise à récupérer ; pour l’autre, un profit à réaliser ! Le Ninja ne s’immisce pas dans ce débat sans intérêt ou rentabilité pour lui. Son regard se balade d’un côté et de l’autre, afin de s’assurer que personne ne menace la sécurité du client. Après quelques minutes, il est brusquement repris dans la discussion par l’injective du fameux Matsumoto.

» En tout cas, si cette sécurité se montre efficace, je pourrais certainement y faire appel moi-même en cas de besoin ?
» … Les Ninjas d’Iwa ne sauraient faire mentir leur réputation.
» J’en prends bonne note.
– L’homme reporte son attention sur le Maître. » Tu auras ton véhicule et un pourcentage, si tu me ramènes les armures à ton retour.
» Compte dessus. Et elles seront sous bonne garde, rien ne pourra leur arriver !


L’affaire est conclue sans ajouter beaucoup plus. Et ce récit commence à être trop long pour introduire un simple personnage secondaire. Utilisons le Kinnegan pour avancer dans le temps, et passer à l’étape suivante !


L’équipe s’est donc dotée de deux véhicules grâce à ce Matsumoto et à Kenjin ; et voilà la petite troupe à voyager le long des routes avec bien plus de matériel qu’avant ! Mais la nature du voyage vient de légèrement changer … . Quoi qu’il en soit, la frontière est déjà traversée et bientôt, le premier poste frontière sera sur leur route. Pour cette nouvelle étape, le Balafré compte bien laisser le jeune Kenjin se débrouiller pour passer sans problème ce simple point de contrôle ! Après tout, il reste certes sous son commandement, mais le Ninja est déjà un jeune adulte ! Et s’il peut être combattant, le bon Ninja doit savoir manier d’autres ficelles dans ce métier … .



Dernière édition par Jisetsu Hiyori le Sam 17 Fév 2018 - 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 360
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Lun 5 Fév 2018 - 15:59

Finalement cette voie souterraine se passait sans aucun problème et pour dire vrai je ne fus jamais aussi heureux de revoir la lumière du soleil. Dans un premier temps elle vint me frapper violemment les yeux mais la chaleur qu'elle produisait était bien trop agréable pour que je ne puisse y succomber. Petit à petit je retrouvais la vue, me voilà capable de l'admirer sous les moindres détails. Si je pouvais je l'embrasserais de tous les côtés, mais trop de distance nous séparait, l'amour à distance, voilà une façon bien difficile de vivre. Cachant ma peine, je continuais la route en compagnie de ma troupe.

Mon supérieur prenait les choses en mains comme toujours, il savait arrondir les angles dans sa manière de procéder, si cet empoté ne le voyait pas, moi j'avais appris au fil du temps à déceler cette forme de langage. Savoir être courtois dans les bons moments suffisait à se faire bien voir, une manière qui intérieurement me faisait bien rire. Hyiori était un homme bien trop intelligent pour être courtois juste par politesse, il avait sans doute quelque chose derrière la tête. J'avais confiance en lui et ne cherchait pas le dialogue pour mieux comprendre, je devais l'observer et apprendre de lui. C'était encore la meilleure façon pour moi de progresser.

Arrivant dans la ville de Shiomizu, un moyen de locomotion devait être trouvé pour sa seigneurie. Il faut dire qu'au vu de sa corpulence imposante, il devait connaître beaucoup de monde pour bouger sa graisse palpable. Je ne me faisais aucun souci pour lui, le problème c'est que j'étais moi-même chargé de trouver un véhicule pour notre troupe. Accompagné d'un des civils que nous protégions, celui-ci ne faisait que de se balader sans trop m'aider. Je le comprenais un peu, on avait passé un bon moment sous terre, revoir la lumière du soleil et d'autres formes humaines pouvaient être jouissifs…


* Où est-ce que je vais trouver ça moi… Puis pas trop cher non plus… Sinon je vais me faire engueuler… *

Guettant le moindre marchand, j'envisageais déjà de voler le véhicule juste devant moi. En réalité je pourrais aisément sauter sur ce cheval et d'un grand coup de pied dans le derrière le faire galoper à vive allure. Le problème était que je ne pourrais fuir comme j'en avais envie, après tout nous étions censé garder en sécurité un homme important, si je le volais, je ferais passer le village pour ce qu'il n'est pas. Finalement je trouvais mon bonheur quelques rues plus loin, un véhicule tout à fait basique et idéal pour cette fin de trajet. Retrouvant toute la troupe au lieu de rendez-vous, je constatais qu'eux aussi avait trouvé de quoi se déplacer. Sortant de la ville, un point de contrôle était encore à passer. Logiquement, rien ne devait poser problème, placé devant tout le monde, c'était donc à moi de gérer cela.

* Relax Kenjin… Reste toi-même et ça devrait le faire… *


Un homme s'approchait de nous, regardant légèrement notre véhicule et celui de notre « patron », il prit la parole avec un accent bien particulier. Un mélange entre un zozotement et une mâchoire de travers, autant dire que c'était vraiment drôle.


« Bonsour à vous… Vous svenez d'où comme saaaa… »

« Bonjour monsieur !! Nous sommes simplement en voyage, nous accompagnons un amis hors de ces contrées bien trop visqueuses pour ses yeux. Se pourrait-il que votre bonté soit assez grande pour que notre chemin ne soit pas écourté. »


J'étais vraiment fière de moi, aucune moquerie, aucun rire n'était sorti de ma bouche, un vrai pro qui négociait aisément son passage. Malheureusement l'homme continuait dans sa démarche, après tout c'était son rôle de contrôler les gens.

« Humm s'êtes sûr de n'asoir rien à déclarqer msieur ? Vous m'semblez bien loushe avec votre chapseu noir… »

« Mon chapeau, messieurs, représente clairement ma haute hiérarchie dans ce monde piteux, je n'apprécie guère votre comportement et croyez-moi sur parole, j'en ferais référence à votre supérieur ! »

« … Parson msieu, je fais juste mon travail… »

« JAMAIS !! Jamais on ne m'a critiqué sur mon chapeau !!! Vos manières me gênent !!! Continuez comme ça et vous serez châtiés !!! »


Pris par une peur bleu, le jeune contrôleur reculait de quelques pas, il admettait sa défaite et nous laissait passer. Je gardais cette posture d'homme fort, je devais faire l'homme blessé intérieurement alors que j'en avais juste rien à foutre. L'objectif était de passer ce contrôle sans problème et ce fus le cas grâce à mon talent d'acteur et d'orateur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin - Chef d'Avalanche
Messages : 208
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Dim 11 Fév 2018 - 11:26



Le passage de la frontière se fait, semble-t-il, sans encombres ! Pendant un temps décontenancé par la stratégie adoptée par Kenjin (c’est quoi cette histoire de chapeau ??), Hiyori préfère ne pas intervenir, et garde le silence lorsque le groupe passe à côté du garde frontière. Pauvre bonhomme, tu n’es pas tombé sur un comique ! Ou plutôt sur un comique avec son style bien à lui ! Dix bonnes minutes après avoir traversé la frontière, le supérieur avance un peu pour être proche de son acolyte. Le sourire est malicieux, mais l’avertissement est sincère.

» Une bonne stratégie pour obtenir ce que l’on souhaite. Attention néanmoins, car ce genre de méthode ne plaira pas nécessairement à tout le monde !

Le voyage s’annonce maintenant un peu plus court, mais à priori sans problèmes ! Si l’instabilité fantôme de Taki peut se comprendre par son historique impérial, la tranquillité de Tetsu no Kuni n’est pas une légende ! Peu importe son affiliation ou son allégeance aux grandes puissances, cette contrée s’est toujours distinguée comme un territoire stable et sécurisé, sous bonne garde de l’autorité Samouraï et de la famille Sanada. Fervents serviteurs de l’ordre impérial et du Kamui, la contrée avait couru le risque d’un grave bouleversement par l’observation du Bushido ; mais la nouvelle dirigeante s’était assurée que l’incident ne puisse jamais se reproduire, permettant ainsi à cette belle nation de retrouver un appui et de s’élever de nouveau.

Le convoi ne s’enfonce pas dans les terres. Il doit passer non loin du Temple de Byakko pour rejoindre la ville de Tekken, puis prendre le nord pour remonter la route de Tsuyoisuifou, ville portuaire frontalière avec le Pays des Rizières, leur destination. Le tout ne devrait pas prendre plus de deux jours ; un éventuel prolongement en fonction du commanditaire, si ce dernier estime voyager trop inconfortablement et préfère se reposer dans une réelle auberge de la première cité rencontrée. Les routes sont protégées, par des patrouilles régulières qui garantissent le confort et la tranquillité des badauds et des voyageurs éventuels. En revanche, un autre fait se montre bien plus complexe à gérer … .

» Le Pays des Samouraï vouait une fidélité totale à l’Empereur-Dieu. Lui et son allié, l’ancien maître de Tetsu, sont morts sur le même champ de bataille, et de nombreux Samouraï se sont donnés corps et âme afin que l’on puisse rapatrier leurs corps. Aujourd’hui encore, l’idéologie impériale est très forte sur ces terres, et les Ninjas sont très peu appréciés. Autant dire que même si nous sommes sur un territoire pacifié, nous ne sommes pas non plus en sécurité.

En effet, pour la première fois depuis le début de cette mission, les deux Ninjas représentent le seul et unique danger de cette escapade ! Ce ne serait certes pas la première fois qu’ils seraient pris à partie dans ce voyage ! Mais la première fois, le comité d’accueil s’intéressait surtout aux marchandises, et sous le prétexte d’un contrôle bidon et de l’identité des Ninjas de la Roche, s’en était pris à la marchandise. Ici, la rivalité peut être bien plus organisée, mieux armée, et compter sur un soutien à plus large échelle ! Bref, tout ne sera pas si simple.

C’est une occasion de plus de tester les efforts et l’investissement du Suzurane. Ayant fait quelques pas ensemble, et après avoir raconté les instants glorieux de ce pays lors de « la chute des Héros » et « le Salut du Sabre ». Arrivés en visuel du temple Byakko, Hiyori se permet une réflexion en observant de loin le bâtiment devant lequel ils passeront sans pour autant s’arrêter.

» Le sentiment pro-impérial est encore fort dans ce pays. Et nous, Ninjas de la Roche, risquons de poser des problèmes au client si notre identité est révélée. Que proposes-tu, Kenjin : que nous restions ainsi sans révéler qui nous sommes, ou de nous camoufler et nous faire passer pour autre chose ? Le risque étant que, si on est découvert, on passe un mauvais moment avec les autorités ! …



² BG Nuke-NinSamouraï.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 360
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Mar 13 Fév 2018 - 17:34

La route se poursuivait sans problème, mon petit numéro nous avait permis de passer ce petit contrôle de frontière sans embûche. Même si l'objectif avait été atteint, mon supérieur n'avait pas l'air d'être le plus heureux des hommes. La manière de faire n'était sûrement pas dans sa méthode, personnellement, je n'avais en tête que l'objectif, peu importe la manière d'y parvenir. Nous étions passés et j'étais bien content de mon petit sketch de tout à l'heure.

Le pays des samouraïs était une destination bien complexe, ce territoire était neutre, un moyen plus simple pour dire qu'ils n'étaient amis avec personne. Pouvait-on dire qu'ils nous détestaient ? Oui clairement dans le sens où leur honneur et fierté étaient dirigées vers l'empereur, celui-ci étant tombé par notre faute, nous n'étions pas en sécurité ici. Pour une fois, c'est nous qui pouvions attirer le bain de sang, la tactique d'approche était donc bien différente que durant les derniers jours.

Hiyori en étant bien conscient et n'hésitait pas à parler de ça à voix haute pour que tout le monde sache ce qu'il en résultait. Des hommes prêts à faire face aux dangers étaient déjà psychologiquement dans la bataille, l'effet de surprise serait moindre en cas d'attaque.

Venant à ma portée, je sentais que mon chef voulait encore me demander mon avis, la venue vers ce temple pouvant être risqué pour nous. Pour moi, le choix était rapide, nous étions des shinobis d'Iwa, aucune chance que je me fasse passer pour autre chose. Les blagues ça marchaient quelques fois mais pas tout le temps.


« Nous sommes des shinobis de la Roche, je pense que notre déguisement ne pourra être parfait pour passer pour de simples touristes… Et pour être franc, aucune chance que j'accepte de passer pour n'importe qui, j'ai ma fierté en tant que shinobis, si les dangers venaient à nous, un peu de baston serait amusante haha !! »


Mon éclat de rire terminait cette petite conversation, même si je donnais mon avis, Hiyori restait le seul à décider. Savoir écouter son supérieur n'était pas ma principale qualité, mais je savais être obéissant quand il s'agissait du bien de la mission. Nous n'étions plus qu'à quelques minutes du temple, une décision devait être prise rapidement.

« Alors ? On enlève nos affaires personnelles et nos bandeaux ou bien seulement nos bandeaux ? Je pense que les gardes à vue sur nous serait pris comme de la provocation de leur part, nous ne sommes pas là pour créer le danger non plus… Même si ça serait marrant à voir comme situation… »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin - Chef d'Avalanche
Messages : 208
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Lun 19 Mar 2018 - 1:13


Le Hari est un gamin, mais malin comme un singe ! Certes, il n’a pas envie de se déguiser, mais est quand même capable de porter une réflexion jusqu’au bout, malgré ses envies et caprices personnels. Sa logique étant valide, ainsi soit-il : les deux hommes resteront en apparence des Ninjas, mais tâcheront de garder pour eux leurs origines. Les bandeaux sont bientôt rangés, les deux soldats de l’Ombre se placent d’un côté et de l’autre du convoi et se rapprochent pas à pas du lieu de culte.

Sur place, le temple est encore un lieu bien fréquenté. Des pèlerins sont là, assurément. Mais aussi des vendeurs du jour, quelques mendiants, des moines qui accueillent et discutent avec les nouveaux arrivants … . Et des patrouilles. Pas moins de deux, comptes chacune une dizaine de samouraï en armes, effectuant une ronde circulaire autour du temple et de ses alentours. S’arrêtant parfois à la demande de passants et badauds, peu en fait osent s’interposer sur les pas cadencés de ces hommes présents dans le cadre de leur devoir. Nul n’ignore la rigueur et le dévouement que ces hommes appliquent dans leur tâche quotidienne.

S’étant rapproché du marchand, Hiyori et le commanditaire discutent un bref instant. Finalement, ils s’entendent pour ne pas s’attarder. Le voyage est déjà long, et le capitaine de l’équipe a souligné le risque qu’il y aurait à se faire contrôler ici. Bien que ronchon, le marchand comprend et acquiesce pour prolonger un moment la ballade. Certes les gardes du convoi font la grimace, mais ils n’ont ni l’autorité ni la confiance d’aller s’opposer à cette décision. Restant donc sur la voie principale, ne se rapprochant pas de la bâtisse, l’expédition s’avance.

C’est à l’orée du bois proche, alors qu’ils sont sur le point de quitter les terres du sanctuaire que deux hommes se placent sur l’entrée de la route. L’un d’eux se plaçant au centre même du passage, le second s’avance en levant la main afin de ralentir le convoi. Le personnage, kimono sombre nappé d'une fine bande blanche, porte une main sur le pommeau de son katana, non armée mais toujours présente et visible.

» Autorité de Tetsu. D’où venez-vous ?
» Nous sommes en route pour le Pays de Ta. Nous accompagnons le seigneur Kabanga. Nous ne passerons pas plus de quelques jours à Tetsu, histoire de traverser le pays.
» Je vais demander à voir vos papiers et votre client.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 360
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Mer 21 Mar 2018 - 11:57

Pour une fois mon idée fut acceptée par mon supérieur, nous allons donc rester des shinobis n'enlevant que nos bandeaux pour ne pas provoquer la colère des samouraïs. J'aimais vraiment provoquer les gens, mettre leurs nerfs à bout pour savoir jusqu'où ils peuvent tenir. Malgré ça, j'étais en mission et me comporter de la sorte ne faisait pas professionnelle. Marchant sur le côté du convoi le passage vers le sanctuaire se passait plutôt bien pour le moment. Le problème serait de se faire contrôler, même si rien ne devait engendrer un combat, je me tenais prêt à affronter le premier qui se voyait un peu trop agressif.

Alors que nous commencions à quitter les lieux, un homme vint se mettre devant nous avec un signe annonciateur qui voulait dire beaucoup de choses. Un geste de la main pour nous dire de ralentir, un contrôle si proche du but, c'était bien notre vaine.

Un homme s'approche de nous, vêtu d'habits très spéciaux, il savait mettre en valeur son sabre attaché au niveau de sa taille. Une lame tranchante, voulait il la tester sur Hiyori ? Une grossière erreur qui pourrait lui coûter un bras. Voilà que maintenant ce samouraï désirait nos papiers ainsi que celui de notre client. Une situation délicate pour nous, shinobis d'Iwa. Mettre en danger notre client n'était pas envisageable mais faire marche arrière n'était plus possible. Tout en gardant mon sérieux, je fis le tour pour me placer à côté de mon supérieur et camarade. Lui, devait prier pour que je ne fasse pas n'importe quoi, me prenait il pour un enfant capricieux ? Haha... Qu'est-ce qu'il me connaissait bien. Je pris la parole très naturellement, tentant une approche différente que celle que j'emploie d'habitude.


« Shinobis d'Iwa en mission !! Un long voyage nous attend, croyez nous, nous aurions bien aimés éviter votre région mais ce n'était hélas pas possible. De plus, dans un coin de ma tête, je sais que vous rendre visite ne causerait pas plus de bruit que ça, après toutes les choses changent en ce monde. Peu importe le passé, si vous regardez toujours en arrière, comme voulez-vous avancer samouraï ? »

J'avais du mal à savoir comme il allait prendre mon intervention, ne voulant pas lui laisser le temps de répondre, je continuais de parler. Après tout, cela lui laisserait le temps de réfléchir avant de se lancer dans une action qu'il regretterait.

« La décision ne peut venir que de vous, avoir une rancœur est compréhensible mais en faire souffrir tout le monde n'est pas la solution. »

Tout en le fixant sérieusement dans les yeux, je gardais un air sérieux, ne pas flancher était mon objectif. Je n'étais pas dans la provocation mais bien dans un travail psychologique. Aucune menace proposé de mon côté, je restais serein quant à sa décision.

« Quel est votre réponse samouraï ? »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin - Chef d'Avalanche
Messages : 208
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Dim 8 Avr 2018 - 23:45


S’étant approché du convoi pour rencontrer le propriétaire, le samouraï voit son chemin entravé par le gamin. Ce dernier commence à entrer dans une joute verbale dont l’objectif reste difficile à définir ! Soit il s’est décidé à l’empêcher d’atteindre ses objectifs, soit il veut proposer un nouveau motif de baston. L’espace d’un instant, Hiyori se tâte sur un facepalm assez violent pour mettre fin à un débat inexistant et attirer l’attention sur autre chose. Aussi peu probable que cela puisse marcher.
Mais finalement, la réponse du samouraï est très claire.

» Votre appartenance à Iwa ne m’intéresse pas. Pour l’heure, je veux savoir ce que vous faites ici, et dans quel but.

Dépassant Kenjin, le garde et le marchand se retrouvent donc face à face. Bien que grommelant sur ces formalités administratives dont il souhaitait se passer, le commanditaire finit par montrer ses papiers sans insister. Le samouraï s’écarte un instant afin de voir de quoi il s’agit. Un « voyage d’affaire », où l’homme retourne dans son pays d’origine. En soi, rien de bien anormal. Et même la présence de ces deux Ninjas peut éventuellement se comprendre ; puisque le voyage reste long. En revanche, c’est le nom du commanditaire qui le fait tiquer !

» Vous êtes Maître Jenka ? de l’association marchande Kinyuri ? La guilde du Lys d’Argent ?
» C’est moi, oui. Un problème, soldat ?
» Nous savons que vos affaires vous ont mises en conflit avec la compagnie Junkinuma. Certains disent que vous vous disputez le commerce des armes.
» Et en quoi est-ce un problème, impudent ?!
» Messieurs, messieurs, navré de cette interruption … .


Le Balafré a fait le choix de s’interposer, sans mouvement agressif, mais pour éviter que le ton ne monte et que la situation ne s’aggrave. A force de discussion et de voyage, ils en ont oublié que leur patron pour cette mission est un homme de peu de patience et de grande médiocrité. Et les samouraïs, bien que respectant un code d’honneur très strict, ne sont pas prêts à se laisser insulter gratuitement. En se plaçant entre les deux, l’Iwajin espère éviter le pire.

» Nous avons tous les documents officiels pour traverser ce pays, et nous ne voulons aucun problème !
» J’entends bien ! Mais votre recruteur est l’un des chefs de file de l’une des guildes marchandes les plus agressives ! Au point que la situation est devenue délicate pour toute affaire commerciale dans les environs ! S’il doit y avoir un nouvel affrontement, soyez sûrs qu’on ne vous lâchera pas !


L’air menaçant, le samouraï se décide à tourner les talons et à rejoindre son collègue, sans en rajouter. Les choses sont plus calmes, plus posées ; et surtout plus précises ! Hiyori se remémore maintenant l’affaire discutée un peu plus tôt avant le passage de la frontière : il était question de vente d’armures. Si deux compagnies commerciales s’affrontent sur le même produit, et que ce dernier est intimement lié à la pratique de la guerre, ce ne serait pas une surprise que la marchandise devienne outil pratique lorsque le besoin s’en fait sentir !
Le capitaine de l’équipe s’en tourne directement vers maître Jenka.

» Seigneur marchand, si certains de vos ennemis sont clairement connus, je préfèrerai que nous ayons ces informations au plus tôt pour vous protéger plus efficacement !
» Attention, Ninja ! Rappelle toi que vous êtes chargés de ma protection, quoi qu’il arrive, et peu importe les situations !


C’est le genre d’instant où notre Jisetsu enverrait volontiers un poing bien placé pour remettre les pendules à l’heure. Mais les consignes de cette mission sont on ne peut plus claires : rendre le voyage le plus agréable possible. Autant dire qu’il faut à la fois éviter toute rencontre, mais aussi éviter tout danger. Bref, une véritable partie de plaisir … . Toute la stratégie est maintenant à revoir, d’autant que l’adversaire – la compagnie du Cheval d’Or, Jukinuma – est identifié.
Alors que le convoi est toujours à l’arrêt, Hiyori décide de presser le pas pour rattraper le samouraï.

» Navré de cette situation, et merci pour vos informations. Notre client n’est pas toujours commode … . Ces membres de la Jukinuma … vous savez comment les reconnaître ?
» … Si j’ai souligné le risque d’affrontements, c’est parce qu’en passant près du temple de Genbu et de la capitale, Bukeyashiki, vous serez en plein dans leur territoire. Si vous êtes identifiés, ce serait surprenant de ne pas être pris pour cible ! Je vous conseille d’éviter les grandes routes … . Ou de renoncer. Car si la garde doit intervenir, ils porteront d’abord leur priorité sur la stabilité locale, peu importe les conséquences commerciales ! … Bonne chance …


Les encouragements sont donnés sur un ton monocorde, mais les informations sont précieuses. Pour le coup, c’est avec un véritable avantage que repart le groupe. Mais les nouvelles sont loin d’être rassurantes. Il va falloir trouver une astuce pour remplir les trois objectifs : divertir le seigneur marchand, arriver à bon port … et détourner l’attention de la compagnie rivale ! Cette fois-ci, le cadre de la mission dépasse de loin les risques encourus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 360
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Lun 9 Avr 2018 - 16:55

La puissance des mots me permis de résister à une futur bataille, c'est en tout cas ce que je pensais en voyant mon interlocuteur samouraï me dépasser après m'avoir répondu assez sèchement. Il se moquait bien de savoir d'où nous venions, seuls nos agissements semblaient avoir un intérêt à ces yeux. Moi qui pensais me prendre un soufflet de la part de mon supérieur pour avoir pris une trop grande initiative, voilà que le samouraï en question, apercevant notre client, allait lui parler. Il l'avait reconnu, n'étant pas très loin d'eux, je pouvais parfaitement écouter leur discussion.

Alors comme ça notre gros et chiant bonhomme était un peu connu, mais peut-être pas pour les bonnes choses. J'entendais des mots bien plus intéressants après ça, « commerce d'arme », « conflit », voilà qui me redonnait le sourire. J'avais été un sage petit shinobis depuis le début, zappant parfois l'autorité d'Hiyori, j'étais resté dans mes baskets préférant faire bonne figure plutôt que de mettre en péril la mission. Mais si la suite des évènements annonçaient un conflit, il allait falloir que le méchant petit canard brise sa coquille et perforent celle de ces adversaires.

La mission prenait donc une tournure différente, les risques encourus avaient littéralement augmentés en l'espace de quelques minutes. Je n'avais pas peur pour moi, j'étais un shinobis, il était hors de question que je meurs pour sauver ce gros lard même si ma mission m'en tenait rigueur. Ma vie était bien plus importante que la sienne. Malgré ça je ne voulais pas rentrer en village avec un mort sur les épaules, cela ferait mal dans mon piètre dossier. Il fallait donc réfléchir à un plan pour réussir tous nos objectifs, la mission allait se corser, un peu d'action ne ferait de mal à personne. Le petit groupe repartait donc avec plusieurs informations en tête, nous savions que le danger nous guettais, c'était un avantage à ne pas oublier. M'approchant de mon supérieur, j'étais curieux de savoir comme il voyait les choses à présent.


« Vous avez un plan en tête j'espère car ça fait pas mal de choses à s'occuper. Pour regarder à la fois à droite et à gauche, il faut être plusieurs or nous ne sommes que deux shinobis. Si on nous attaque par surprise, je ne suis pas certain que nous puissions protéger tout le monde... »

Je préférais lui dire clairement ce que je pensais, j'avais confiance en lui et nul doute qu'il allait mettre un plan en tête. J'allais en faire partie et le décevoir n'était pas envisageable.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin - Chef d'Avalanche
Messages : 208
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Mar 10 Avr 2018 - 18:56



On revient donc sur des bases plus claires, même si cela ne les rend pas plus simples ! Le marchand dans cette région est clairement une cible de choix ; la concurrence autour du commerce bat son plein et peut aller jusqu’à l’affrontement ; les autorités interviendront si cela tourne au vinaigre, et de préférence du côté des opposants ; et nous ne sommes pas trop de deux Ninjas pour gérer tout ce merdier ! Une véritable partie de plaisir !
En soulignant les principales difficultés présentes, Kenjin rappelle bien ici le gros souci de cette mission : distraire tout en restant discret, être efficace sans être brutal. Une véritable mission de Ninja, en somme !

Hiyori reste un instant silencieux. Il se doit d’élaborer une stratégie. D’autant que s’il faut répondre à tous ces objectifs, leurs effectifs ne sont pas suffisants. Répartir les activités de chacun est donc incontournable. Le regard mauvais, tourné vers l’horizon et la réflexion infinie, il calcule, prévoit et anticipe. Il veut également passer à autre chose qu’à du gardiennage. Et le caractère de leur commanditaire lui tape progressivement sur le système. Bon ! Il est temps d’opérer autrement !
Se retournant vers Kenjin, sa voix porte suffisamment pour qu’elle soit audible par les gardes civils présents pour ce convoi.

» Bon ! Kenjin et moi allons laisser derrière ce convoi et partir au devant pour régler d’éventuels problèmes à venir !
» Qu’ … QUOI ?!


La nouvelle surprend certainement l’assemblée dans sa totalité ! Même le maître Jenka a sorti sa tête de son mode de transport pour s’assurer que c’était bien une plaisanterie – pas de chance, ce n’en est pas une ! Il a pourtant payé pour cette protection rapprochée, et pour qu’elle ne le quitte pas d’une semelle jusqu’au point d’arrivée ! Les gardes eux-mêmes, qui ont déjà voyagé avec cet illustre marchand, savent à quel point ce n’est pas drôle d’être constamment avec lui, et se sentent naturellement plus en sécurité avec des renforts. Si nous étions en démocratie, jamais cette proposition du chef d’équipe ne passerait. Fort heureusement, ce n’est pas une question de démocratie ; mais de stratégie.

» Nous allons au devant de nombreux obstacles, et si nous voulons pouvoir voyager tranquillement, il va falloir les neutraliser, tout en détournant l’attention. Dans ce but, Kenjin et moi ne pouvons pas rester à vos côtés. Néanmoins, je laisserai à votre disposition un clone, qui a mes connaissances et mes capacités. Il sera largement à la hauteur pour vous défendre ! Et s’il devait être vaincu, j’en serai immédiatement informé et reviendrai dans l’instant pour vous tirer d’affaire.

En soi, l’affaire semble jouable. Ce départ annoncé ne se fait pas que sur un coup de tête. Une véritable stratégie semble émerger, tandis que la sécurité – bien que réduite – reste assurée ! Pour l’instant, pourquoi pas !

» Nous irons tous les deux en amont de la route, et neutraliserons les groupes pouvant poser problème. Par la suite, nous trouverons le moyen de détourner l’attention de la compagnie principale. Vous pourrez vous rendre à Ta sereinement.
» Mais mon adjoint à Shiomizu m’a fait savoir qu’un stock d’amure se trouvait dans la banlieue de Bukeyashiki ! Je dois mettre la main dessus pour rentabiliser ce voyage et pouvoir tordre les pattes de ces crétins de « chevaux de zinc » !
» … Alors nous trouverons également une solution à ce dilemme.


Clairement, ça commence à bien faire. Cette mission serait terminée depuis une éternité, si la close « en faisant en sorte que ait été le plus agréable possible » n’existait pas ! Bref, passons à la suite. Après quelques arrangements, les choses sont organisées : les deux Shinobis progresseront sur la route à pas accélérés afin de repérer, d’identifier et de neutraliser les principaux fauteurs de trouble. Ils s’affaireront ensuite dans la capitale pour obtenir ce qu’ils veulent – ou plutôt ce que l’appétit insatiable et égoïste du marchand souhaite – et détourneront l’attention de la compagnie rivale afin que le convoi principal puisse voyager sans dommages ni trouble.

Le Balafré ouvre donc la course et les deux compagnons d’armes s’élancent vers le nord, laissant le clone et ses protégés en arrière. Pour le binôme, les objectifs sont simples : défaire ceux montrant une attitude hostile ou une appartenance particulière à cette guilde marchande ; puis rejoindre la capitale ! Un jeu d’enfant en somme, mais à la condition de ne pas trop attirer l’attention, et encore moins celui des autorités !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 360
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Ven 13 Avr 2018 - 15:42

Mon chef était à la hauteur de sa réputation, il n'avançait jamais sans un réel plan en tête et la suite de la conversation allait pleinement dans ce sens. Nos objectifs étaient clairs, défendre en amont nos clients tout en évitant de trop faire de bruit. Une frappe précise et minutieuse, tel un assassin dans la brume j'allais devoir faire preuve de discrétion, une qualité qui n'était pas mienne.

De toute façon, je n'avais pas vraiment le choix, les ordres étaient les ordres, de plus cela m'enchantait d'avoir un peu d'action. Pour le moment cette mission était plutôt du gardiennage qu'autre chose, à nous de rendre la fin de l'aventure agréable pour tout le monde. Partant en compagnie de mon supérieur, je réfléchissais déjà à des moyens plutôt discrets pour défendre le groupe.


* Hummm avec mon raiton cela devrait être assez facile de les paralyser, j'imagine que commettre des crimes n'a rien de très discret puis les entendre crier n'est pas envisageable. *

« Hiyori, j'espère que ton clone tient la route, ça serait dommage de rentrer avec un échec après tant de jours... »

Je rigolais un peu dans ma manière de parler, je savais que lui aussi commençait à en avoir marre de notre client. Il était patient mon chef, mais si vous lui montiez trop au cerveau, il vous le ferait savoir sans l'ombre d'un doute et j'en avais déjà fait les frais.

Avec un peu d'avance sur le groupe, nous pouvions à présent guetter le moindre comportement agressif. L'hostilité des bandits et autres crapules était monnaie courante ici, plus que les vaincre, j'avais bien compris que les divertir faisait aussi partie du plan. Je ne trouvais pas utile de rester sur la route pour chasser nos brigands, je pris donc l'initiative de partir quelques mètres sur le côté, traversant la forêt et pouvant ainsi prendre par surprise les petits malins qui souhaiteraient tendre un piège à mon client.

D'un signe de la tête vers mon chef, je m'engouffrais dans ce qui ressemblait à une grande forêt. Si j'étais un voleur, un piètre marchand ne cherchant qu'à voler les autres, je me mettrais dans un arbre attendant la venue du plus bête pour l'attaquer. Chargeant mon chakra raiton au niveau de mon poing, j'anticipais un futur affrontement. Comprenez donc que je fus légèrement surpris en voyant une sorte de campement avec une dizaine de brigands en tout genre. Les combattre prendrait du temps et ça n'aurait rien de discret.


* Il va donc falloir créer une diversion... *

Mon talent d'acteur n'allait pas être suffisant pour eux, la façon franche serait donc optimale pour une bande d'abrutis comme eux. Parcourant les quelques mètres qui me séparaient d'eux, je sautais par-dessus leurs petites têtes en prononçant quelques mots.

« On dort les filles ? »

Avouez que cela aurait le don de vous mettre en rogne, imaginez donc une dizaine de bêta ayant trop forcé sur l'alcool. Mordant à l'hameçon comme un poisson clow à un verre de terre, je partie dans la direction opposée au chemin pour les éloigner au maximum de mon client. Je n'étais pas très doué en géographie mais je connaissais tout de même ma droite et ma gauche. Esquivant les arbres à allures modérés, pour que les bandits aient toujours une bonne vision sur moi, j'essayais d'évaluer la distance suffisante pour disparaître sans qu'ils ne puissent revenir attends pour attaquer le convoi.

* Hummm autant continuer un peu, histoire de prendre un peu de marge. J'espère qu'Hiyori ne s'ennuie pas trop sans moi... *


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin - Chef d'Avalanche
Messages : 208
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Sam 28 Avr 2018 - 11:53



Maintenant éloignés du convoi d’origine, le binôme progresse le long de la route à vive allure. Objectif simple : s’assurer que d’éventuels fripons et autres idiots du village ne deviendront pas une gêne pour ce convoi. En somme, il suffit de les éloigner, de les convaincre d’abandonner leur entreprise … ou de les « convaincre » de toute autre façon possible. En soi, un jeu relativement facile, auquel les deux Ninjas n’éprouveront aucune difficulté majeure.
Se décidant à agir de son côté dans un premier temps, le jeune Kenjin s’enfonce en terrain forestier et va se charger de sécuriser l’orée des bois. C’est un choix judicieux, même si cela revient à diviser les forces. Voyant le gamin à tête de linotte disparaître, Hiyori grince des dents, fait quelques signes et finit par invoquer un allié aujourd’hui fidèle sur son épaule.

» ₪؁ؼ₹₪ﻼϠ؁؁₪؁
» גםؼ[₹ﻼϠ؁



Le petit caméléon saute au sol, et ses pattes gigottent frénétiquement pour le conduire en pleine forêt. Une fois sur la place, il suivra du mieux qu’il peut les mouvements de l’Iwajin et servira d’agent de localisation et de rassemblement. De son côté, le Jisetsu presse le pas et continue sur sa propre lancée. Certes les attaques de brigands représentent un danger ; mais celle de la guilde rivale sont bien plus sérieuses. Or, si elles sont ici en terrain acquis – pour ne pas dire conquis – elles n’hésiteront pas à se placer sur les routes afin de bloquer directement la progression du convoi. Pourquoi recourir aux armes, quand il est possible d’utiliser la loi à mauvais escient ?? Ayant un avantage certain quant à la législation du pays – le samouraï l’a bien fait comprendre tout à l’heure – ils trouveront certainement les arguments qu’il faut pour retenir le convoi et lui faire perdre son temps et ses intérêts.
Et dans ce genre de condition, cela revient à échouer à la mission. Quelque chose que le Balafré ne tient pas à expérimenter cette fois … .

Une bonne course et quelques kilomètres parcourus le mettent ainsi face à une première escale. Incarnée par une petite bicoque, qui sert de lieu de pause et de bar à thé pour les amateurs, sa surpopulation indique clairement que certains ne sont pas là juste pour terminer leur promenade. Cela risque donc d’être compliqué. Mais en soi, rien d’insurmontable ! Hiyori fait le tour, et observe un instant les lieux. Une dizaine d’hommes, armés sommairement comme un samouraï le serait. Ce ne sont pas des gardes ; aucun signe distinctif particulier. En revanche, l’étoffe coiffée d’un cheval d’argent qu’ils arborent sur leur épaule en dit suffisamment. Il va donc falloir se débarrasser d’eux efficacement et sans faire d’esclandre. Trop de bruits ou d’agitation reviendrait à attirer l’attention de la garde du Daimyo … . Chose que l’on souhaite éviter.

Se charger d’eux prendra peu de temps, mais nécessitera par la suite de progresser rapidement en direction de la ville pour éviter que leur échec ne soit colporté aux chefs de la corporation adverse. Et pour continuer sur cette lancée … il faudra bien que Kenjin se décide à réapparaître !!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 360
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Jeu 10 Mai 2018 - 8:52

Voilà quelques minutes que je courais à petite foulée pour que les bandits ne me perdent pas de vue, maintenant qu'ils étaient assez loin de la route principale, je pouvais faire demi-tour et rejoindre mon supérieur. D'un bond je partis dans les airs, m'accrochant à l'un des arbres et fis mine de les surveiller. Les guignols n'avaient rien vu et couraient toujours en m'insultant de tous les noms, qu'il était facile de manipuler des gens sans cerveaux.

Je savais qu'Hiyori avait dû s'occuper du reste, il restait bien plus fort et intelligent que moi. En soi il n'avait pas vraiment besoin de moi pour cette mission, sauf si la protection du convoi devenait trop difficile. Les assauts répétés et en nombre sont un point important à prendre en compte, s'il était seul, bien que très puissant, il ne pourrait sauver tout le monde.

Quelques minutes et voilà que je me mettais à réfléchir, chose pourtant interdit dans mon esprit. Fallait-il que je retourne au convoi pour m'assurer que tout se passait à merveille ou bien continuer mon repérage en amont. Cela indiquerait que ma confiance envers mon camarade et chef était totale, il avait laissé des clones au niveau de notre boule de gras malpoli, cela devrait suffire à les protéger du menu fretin.

C'est donc positivement que je changeais ma trajectoire pour essayer de sortir plus loin sur la route, en chemin une bestiole pour le moins étrange fit son apparition et vint s'agripper à mon épaule. Elle était bien trop docile et calme pour que ça ne soit une araignée tombée du ciel. Mon savoir n'égalait pas celui des plus grands chercheurs, mais il s'agissait sans aucun doute d'un caméléon, on n'en croisait pas beaucoup dans la région... Voir aucun en fait... Devais-je me défaire de cette rareté et bien prendre ça comme un porte bonheur ? Pointant sa patte vers une direction légèrement différente de la mienne, je compris que la bestiole n'avait rien de commun.


« Pfff encore une invocation bizarre... Ils ont tous des bêtes comme ça dans leur répertoire ou quoi... »

Tel un sous-fifre je me laissais guider par ce petit être tout collant, j'étais son taxi pour les minutes à venir sauf que je n'aurais aucune paye une fois arrivée. La conversation que j'eu avec ce reptile fut tellement distrayante que je ne fis pas attention, la ville était déjà à portée de main. Je sortis quelques mètres plus tôt pour ne pas trop éveiller la curiosité de certains, mais aucune trace d'Hiyori ni du convoi par la même occasion. Après tout, nous étions ici pour eux avant toute chose.

« Bon... Il fait un pti somme ton maître ou quoi... »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin - Chef d'Avalanche
Messages : 208
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Ven 11 Mai 2018 - 11:39


S’étant rapproché du lieu de pause, le Ninja s’est débrouillé pour se placer en amont des lascars attendant certainement la venue du convoi. L’opération n’est, somme toute, pas compliquée ; mais elle est délicate ! Il s’agit de neutraliser les loustiques, sans perturber les occupations d’éventuels autres passants, et de s’assurer qu’ils ne seront pas assez tôt d’aplomb pour rejouer dans cette partie … . Une attaque éclaire devrait être suffisante pour n’en faire qu’une bouchée … .

Partant de l’arbre qui ombre le petit baraquement, le Balafré envoie au sol une bombe fumigène avant qu’il n’y atterrisse. La surprise cède rapidement à la panique des surveillants, qui sont rapidement pris au dépourvu, et dépassés par la situation. Tentant un instant de voir d’où provenait la furieuse attaque, le camouflage fumigène associé au Kinnegan ne laisse aucune chance aux défenseurs. Assommés, frappés en plein ventre ou lourdement cognés, les hommes de garde tombent un à un sans avoir le temps de demander une confrontation équitable et égale. Avec la dissipation du fumigène, le bilan est simple : les serviteurs de Jukinuma sont tous à terre ! Prenant le temps de les placer dans les buissons à proximité, Hiyori perd certes du temps mais il est confiant qu’ils ne pourront plus intervenir dans cette partie. Après s’être assuré qu’ils sont tous en bonne santé et inconscient, il s’élance de nouveau sur la route. En espérant rapidement croiser son collègue de mission.


A la lisière de la ville, Kenjin et son voyageur clandestin sur épaule sont en attente ! Cela fait déjà un moment que l’étrange binôme est arrivé sur place, et autant le dire la conversation est en train de tourner au ridicule voire à l’ennui ! A chaque question que peut lui poser le jeune Genin d’Iwa, ne vient en réponse qu’une paire d’yeux exorbités le fixant de façon aléatoire, sans qu’un réel contact se mette en place ! Comme l’a dit le Hari, « conversation tellement distrayante qu’il ne fit pas attention » ! Lorsqu’il tentait de communiquer, Kimiléo lâchait un simple « ₹₪ﻼϠ », et lorsqu’il était inquiet, il changeait son épiderme de couleur afin de se camoufler et d’éviter d’éventuels coups ! Une vraie croisière ! …

Le capitaine de l’équipe arrive quelques minutes plus tard, et ne s’étend pour sur le déroulement de leur rôle respectif. S’ils sont tous les deux là, c’est qu’ils sont parvenus à se débarrasser de ce qui menaçait le convoi et son propriétaire ! Maintenant, il est question de jouer double : attirer l’attention de la Compagnie du Cheval d’Argent et des autorités pour que le convoi passe inaperçu ; et parvenir à s’emparer d’un stock d’armure qui sera certainement sous bonne garde ! Bref, une double mission fort périlleuse, mais à laquelle nos deux acolytes ne peuvent pas se déroger s’ils veulent satisfaire leur client et entrer dans ses bonnes grâces.

Etant aux commandes, il est plus que normal que le Balafré prenne la place qui lui sied le mieux et avec laquelle il aura le moins de difficultés ! C’est toujours une aubaine d’être chef d’équipe, car c’est un excellent moyen de confier les tâches les plus ingrates aux subordonnés, pendant que l’on va se détendre en terrasse pour siroter une grenadine !
Avec plus de sérieux, les deux hommes pénètrent la ville en tâchant d’être les moins remarqués. Ils s’engouffrent dans une ruelle et attendent un instant, que revienne l’invocation qu’a dépêché Hiyori. Le petit Caméléon revient rapidement, et transmet à son invocateur dans sa langue reptilienne des informations aussi précises que précieuses ! Le quartier général du Jukinuma n’est pas loin, et l’entrepôt où se trouvent les armures n’est qu’à deux pâtés de maison ! Deux lieux proches ! C’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle : car s’éloigner avec les armures reviendra à s’éloigner de leurs détenteurs ; mais s’y rendre revient également à se rapprocher de l’ennemi ! Il faudrait une diversion. Assez brutale et efficace pour attirer l’attention, mais pas trop évidente pour ne pas susciter la suspicion !

A cette pensée, le Balafré porte un regard souriant et malicieux à son partenaire. Depuis le début du voyage, il a commencé à cerner la personnalité de l’individu ; et il sent que la tâche qu’il va lui confier lui fera grandement plaisir !

» Quelque chose me dit que si un parfait inconnu cherche la bagarre avec des membres du Jukinuma sans raison réelle, ces derniers se sentiront assez offensés pour vouloir défendre la réputation de leur compagnie … tu ne penses pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 360
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Mar 15 Mai 2018 - 16:07

La conversation tournait au vinaigre, je lui posais des questions mais il me répondait dans une langue que je ne connaissais pas. Changeant de couleur au fil des secondes, je voyais à travers ces yeux globuleux qu'il était parfois contrarié. Le temps était long, parler tout seul ça pouvait se comprendre, mais parler à un animal qui se moquait bien de vous, c'était autre chose. Finalement j'abandonnais, lui avait l'air de me comprendre parfaitement, à moins qu'il soit juste très bon acteur.

J'apercevais son maître arrivé et c'était un réel soulagement, il avait l'air d'avoir réussi sa mission lui aussi. J'en attendais pas moins de lui, après tout c'était mon supérieur, l'erreur ne lui était pas permise.

L'entrée dans la ville se fit assez rapidement, il fallait savoir rester discret tout en observant bien les alentours. Toute cette mission allait finalement se jouer ici, un échec et ça serait la fin. Je n'étais pas du genre à ressentir la pression, mais si je commettais une erreur, pourrais-je vraiment revenir en vainqueur au village ? Hiyori avait tout compris et son plan machiavélique se mettait petit à petit en place. D'un air innocent il me dit clairement ce que je devais faire. Pour une fois qu'on m'autorisait à créer une bagarre, bien entendu il ne m'en donna pas l'ordre, peut-être qu'il n'en avait pas le droit. Je le regardais alors que lui observait les alentours.


« J'ai compris ça va... Faut que ça ait l'air d'une vrai baston j'imagine, une bagarre de rue... J'ai déjà ma petite idée haha !! »

Je jouais pleinement le jeu, voilà un rôle que j'allais devoir interpréter sans aucune faille, sinon ils se douteraient de quelque chose. Levant les yeux au ciel, je pensais à un l'un de mes camarades, lui aussi aurait adoré jouer ce rôle, surtout avec l'idée que j'avais eu.


« Bon, je vais me préparer Hiyori, je serais prêt d'ici cinq minutes, je te laisse te charger des armures... Moi je m'occupe de ces guignols héhé !! »

Partant un peu plus profond dans la ville, je laissais mon supérieur seul avec son animal de compagnie. Je ne voulais pas lui donner d'indication sur ma futur diversion, il risquait peut-être de ne pas apprécier l'ensemble de mon plan.

---

Le soleil n'était que peu présent dans le ciel, certains nuages gris le cachait, il n'allait pas pouvoir être spectateur de l'action mythique qui allait se passer. Titubant à moitié, je déambulais en direction du quartier général du Jukinuma, mes amis du moment. Alors que je passais devant, plusieurs hommes étaient dehors, un verre à la fin à discuter. Il y avait sûrement d'autres hommes à l'intérieur mais le but était avant tout d'attirer l'attention sur moi. On ne pouvait pas savoir si des gardes étaient présents au niveau de l'armurerie, quoique, la bestiole pourrait aisément se faufiler et voir ce qu'il en était.

Le show allait commencer, ma voix était celle d'un homme saoul et mes habits délabrés par mes soins me faisaient parfaitement rentrer dans la peau du personnage.


« Youhouuu alors les gaaaaaars !! On boit un pti verre de s'kéééééééiaaa !! Putainnnn ça donne envie de pisser toutes cette flotte vous trouvez paaaaas !! »

Baissant mon pantalon d'une seule traite, je commençais à me soulager allégrement sur le rebord de l'habitation. Vous imaginez qu'un homme tel que moi me moquant ainsi d'homme si fière, cela allait réveiller leur virilité et l'envie de me casser la tête serait bien trop forte pour résister.

* Je suis le centre de l'attention... Tout va fonctionner à merveille héhé... *


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin - Chef d'Avalanche
Messages : 208
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Dim 20 Mai 2018 - 1:04


Ayant observé son jeune acolyte se faufiler entres les badauds et passant, Hiyori se gratte le nez et décide de s’occuper de sa propre affaire. La tâche qu’il vient d’attribuer à son second est des plus simples, et elle exige pourtant beaucoup de doigté ! Être trop peu entreprenant ne permettra pas au Balafré de s’introduire dans les lieux et d’agir librement ; l’être beaucoup trop risquerait de tourner en rixe générale, et ainsi de troubler l’ensemble de la ville, rendant toute circulation impossible ! Bref, la petite mission qui semble être du gâteau s’avère être plus sérieuse et plus stratégique que prévue ! …

De son côté, le Ninja de la Roche se décide à se placer un peu en hauteur. Attendant le rapport de son Invocation, il en profite pour scruter les environs. Il note des rondes, du personnel de garde tout ce qu’il y a de plus réglementaire ; de sa position, il remarque également des entrepôts bien gardés et des allers et venues dans tous les sens. Apparemment, on s’affaire dans la boutique ! Bien, cela lui dit clairement où est la marchandise, et lui permet d’anticiper ses premières actions.

Sa tâche à lui sera plus délicate et discrète. S’infiltrer dans la place est naturellement la première étape ; mais il doit également faire sortir tout un chargement d’armures dans une carriole sans se faire remarquer. Ca, c’est un vrai challenge ! Cela signifie : neutraliser les éventuels gardes qui ne seront pas attirés par les affaires extérieures, prendre possession des biens à dérober, traverser la ville en prenant des petites rues pour ne pas se faire remarquer, et sortir de la cité, le tout sans se faire prendre ! Énoncé comme cela, ca touche plus du miracle que de la mission. Il n’y en a pas beaucoup de cet acabit, mais elles existent … . En fait, elles sont surtout rares lorsqu’elles émanent d’une demande expresse du client alors que ce n’était pas prévu sur la route ! Autant se dire que le reste du voyage devra se faire sous haute garde … .

Un frémissement vient parcourir la main de notre homme de l’ombre. Kimiléo vient de revenir ! Il est donc temps de voir si les informations récupérées sont de valeur … . Car si certains éléments sont visibles d’une position élevée, certains ne le sont qu’une fois au contact. Et c’est bien ce genre de facteur qui pourrait pénaliser Hiyori dans sa démarche.

» ﻼῷ٨ؼϠ؁≈ם₪₪
» ₪₹ﬓؼϠג؁ῷ؁םגﬓﻼג₪Ϡ
» ג٨.ῷﭪᴓﭪ₹ג


Des surveillants supplémentaires, donc … . Habillés en civils, ils se planquent dans les ruelles avoisinantes afin de contrôler toute personne s’approchant de trop près. Pour l’option de fuite, c’est un problème ! Il faut donc les éliminer avant d’entrer en action. Il est impossible de prédire d’éventuels tours de garde ou un échange régulier, alors l’équipe devra compter sur la chance ! Et sur les talents d’acteurs de Kenjin pour se garantir une porte de sortie !

Laissant la petite bête verte se glisser dans son cou, l’ancien impérial s’élance du toit, et retombe dans une petite rue avant de jouer avec les ombres … .
Bientôt, il réapparaît derrière un homme qui surveillait la grand’rue d’un angle à l’ombre. Une simple prise à la nuque, et le voilà au tapis. Au suivant de ses messieurs ! Pendant cinq bonnes minutes, le Balafré passe de rue en rue, d’ombre en ombre, et élimine les obstacles. Pas besoin de faire des scènes, les mettre K.O. suffira. S’il en vient à les éliminer purement et simplement, la découverte de leurs corps ne fera qu’interpeler les autorités, ce qui représentait un problème pour quitter le pays incognito. Pour l’heure, il faut absolument rester discret !

Bientôt, le jeune Hari fait son entrée en scène. Provocateur et sans vergogne, il tente d’humilier les membres de la guilde au Cheval d’Argent, et à les attirer loin de leur poste de surveillance. Son supérieur en profite pour escalader le mur et atterrir dans la cour intérieure, où il se cache derrière quelques éléments du décor. A l’intérieur, on parle déjà du remue-ménage devant la grande porte ; apparemment, un plaisantin complètement ivre s’amuse et prendra bientôt une torgnolle ! Mais ce n’est pas encore suffisant pour inquiéter la sécurité à l’intérieur ! Si Kenjin veut ouvrir la voie à Hiyori, il doit faire bien plus que ça ! Et le temps presse … .

Dans le même temps, Kenjin attire assurément l’attention ; mais cela reste de l’ordre de la provocation basique ! Bon, ca énerve légèrement les gardes en première ligne, mais ceux-ci se contentent de plisser les yeux, de montrer les dents et de tenter de l’ignorer. Quelques uns essayent de se moquer, mais n’insistent pas. En gros, le Genin est avant tout vu comme un alcolo qui ne se rend pas compte de ce qu’il dit. Lorsqu’il entame les gestes obscènes, un homme sort du rang et s’approche, confiant de lui mettre une dérouillée sans trop se salir les mains !

» Hé, minus ! Je préfère te dire d’emblée que si je m’en mêle, tu risques de ne plus jamais toucher une goutte d’alcool, pigé ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 360
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2] Ven 25 Mai 2018 - 11:44



J'étais ivre, en partie, et mon talent d'acteur s'avérait pour le moins... bidon. Les gardes riaient, se moquaient de moi, comme si un alcoolique ne pouvait simplement vivre sa vie. J'imaginais les dures moments que devait passer mon camarade et ami Len, lui qui n'avait comme compagnon que sa bouteille, souvent vide malheureusement.

L'un des gardes semblait un peu moins patient et joueur que les autres, alors que je me soulageais tranquillement, il s'approchait de moi pour me menacer. La menace en question était de me retirer toute forme de vie ce qui aurait pour effet d'annuler complètement l'effet de l'alcool dans mon corps. Une proposition intéressante mais qui arrivait un peu trop tôt, j'avais encore tant de choses à faire, il ne s'en doutait sûrement pas.

Le gaillard me dépassait de plusieurs têtes, il faut dire que je n'étais pas bien grande. Musclé comme un vrai chien de garde, l'effet de surprise serait un élément particulièrement important. Hiyori m'avait bien dit de créer une diversion via une bagarre, bien entendu ça ne devait pas partir en bain de sang.


* Frapper sans tuer... frapper sans tuer... *


Alors que l'homme se rapprochait de plus en plus, légèrement énervé par mon comportement d'attarder mental, je faisais mine de me gratter le derrière avec ma main droite. En réalité je commençais à laisser parcourir mon chakra raiton pour paralyser sa cage thoracique et ainsi le mettre KO très rapidement. Bien entendu, ces camarades ne verront pas l'affrontement de la même façon et devrait se ruer sur moi en criant, de quoi alarmer ceux qui se cachaient peut-être à l'intérieur.

Terminant mon grattage, l'homme, voyant que je n'arrêtais pas de pisser, tenta de me frapper au visage. L'alcoolique que j'étais esquivait sans souci une frappe aussi lente et cachant mon bras derrière sa tonne de muscle, je lui touchai la poitrine pour le calme instantanément. Un léger cri sortie de sa bouche pour finalement venir s'écrouler doucement sur moi, et ça ce n'était pas prévu. Sa tonne de muscle vint s'abattre sur mon corps, la jambe coincé, j'étais à moitié déshabillé et finissait mon envie sur son visage. Le pauvre, il était humilié jusqu'au bout. J'entendais déjà les autres gardes crier, allaient ils prendre ça comme une attaque ? De toute façon je devais me dégager de ce gros balourd pour les affronter du mieux que je pouvais.

« Youhouuuu qu'il est lourd ce gros ours héhé !!! »

Je gardais toujours l'air un peu ivre, en réalité je l'étais réellement pour donner une réelle prestation. Les gardes ne devaient pas se douter que tout cela était une ruse, j'avais la tâche de faire rentrer plus facilement mon supérieur à l'intérieur, je ne devais pas échouer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2]

Revenir en haut Aller en bas
 

Caressons le grognon [Hyiori / Partie 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Reste du Monde :: Restes de l'Empire :: Tetsu no Kuni-