N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Ceux qui pensent | PV Sun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 40
Rang : C

Message(#) Sujet: Ceux qui pensent | PV Sun Dim 21 Jan 2018 - 15:08


Sous un ciel gris et froid, une petite escouade d'une vingtaine de genins semble s'être rassemblé en l'honneur d'un évènement précis : la course des tuiles. Aux frontières du quartier résidentiel, les jeunes pousses de Konoha ajustent leurs derniers préparatifs : ils serrent davantage leurs ceintures, leurs bandeaux, leurs lacets. Certains d'entre eux, plus précautionneux que les autres, s'appliquent à quelques rotations articulaires, de sorte à déverrouiller leur squelette : mieux vaut être souple pour ne pas courir le risque de la blessure.

L'humeur est relativement bonne. Les genins échangent sourires et petites provocations nasillardes, enrhumés par la fraîche atmosphère. Des rivalités juvéniles s'affichent entre les différents concurrents. La course aux tuiles connait des règles bien précises : les candidats ont droits d'utiliser leurs dons claniques, mais aucun d'entre eux ne peut poser le pied au sol. Nobusada n'est pas ignorant des modalités de cette épreuve, et c'est bien la raison pour laquelle il n'y participe pas : conscient de ses lacunes physiques, il a abandonné avant même que l'épreuve ne démarre.

Désinvolte à souhait, il a accepté d'être juge de la course en traînant des pieds. Il a fallu que ses camarades s'y prennent à plusieurs reprises pour le convaincre d'accepter ce rôle, d'autant que le froid n'arrange pas le jeune Nara qui, pour le coup, a enfilé sa veste.

Mais voilà que l'heure sonne. Tandis que les jeunes poulains bondissent sur le toit qui fait office de ligne de départ, Nobusada jette un oeil aux camarades qui composent, avec lui, le jury. Ils sont trois. Trois genins à encadrer la course aux tuiles. Jusque-là, il ne leur a pas adressé un mot. Il se serait bien tût tout le long de l'épreuve, mais chacun d'eux sait pertinemment qu'il va falloir ouvrir le dialogue pour répondre à une question. Une question que le Nara décide de poser.

    -Hey, qui est-ce qui lance le départ ?

L'air de dire : certainement pas moi. Ils sont trois, après tout. Pourquoi ce labeur lui reviendrait-il ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Ceux qui pensent | PV Sun Dim 21 Jan 2018 - 22:12

Tes yeux vides passent de l’un à l’autre, erratiquement, sans que tu ne saches arrêter leur course folle. Que fais-tu ici ? Pourquoi as-tu accepté cette folie douce ? Tu n’es pas comme eux. Tu ne l’as jamais été. Immobile au possible, tu refuses de bouger, attendant que la tempête ne passe. Du bruit. Il y a tellement de bruit alors qu’ils s’échauffent. Tellement de vie. Tellement de chaleur. Tu te sens perdre et noyer dans ce fracas qui s’abat sur toi comme le dernier des châtiments, et tu t’effaces, progressivement ils oublieront que tu es là. Pourquoi avoir accepté… Tu clignes des yeux une fois. Malgré l’indifférence cruelle qui frappe autour de toi, tu ne te sens pas bien. Exclu. Comme si chaque inspiration d’autrui t’expliquait soigneusement que tu devrais disparaître. Mourir. Fuir. T’enterrer vivant. Il n’y a de douleur suffisamment grande pour expier le péché de ton existence. Et pourtant, tu es là. Impassible. Indifférent. Eteint. Une fois de plus, tes yeux font le tour de tous les participants. Ce sont tes parents qui t’ont demandé de participer. De t’intégrer. De faire un effort. Une partie de toi, aussi minime soit-elle, s’est déjà rendue, abandonnée. Il fait chaud et froid à la fois, tu ne sais que penser.

Ta respiration saccade alors que tu demeures immobile. Ils sont tous prêt, n’est-ce pas ? Pourquoi même es-tu jury dans ce concours de vitesse alors que ton corps pourrait t’emmener loin devant ? Une pilule. Une drogue. Une injection. Mais la victoire ne t’intéresse pas. Tu n’es pas même dérangé par le fait de n’être, à l’évidence, pas à ta place. Un feu infini. Une pauvreté de l’âme. Ce n’est que lorsque l’un des deux autres parle que tu comprends que tu n’es pas seul à la tâche. Telle une bulle qui éclate, tu recentre le vide de ton regard sur eux, regardant aveuglement l’un puis l’autre. Trois pour superviser. Est-ce si grand pour avoir besoin de tant, ou êtes-vous tous des rejets de cette société qui ne savent que faire sinon regarder ? Les deux autres ne semblent guère vouloir donner le départ. Se fixant du regard comme si tu n’étais guère là, une fois de plus, ils cherchent tout un chacun la faiblesse qui fera céder l’autre pour l’obliger à lancer l’événement. Tu ne comprends pas. Tu ne vois pas l’intérêt, le bout, l’objectif. Le présent appel au présent et c’est comme si une force extérieure t’animait alors que ton corps n’est plus à toi.

Tu lèves le bras, implorant par une obscure prière dont toi seul à le secret le silence absolu. Inspirant une bonne fois, chacun se met en position pour se préparer au lancement, ne te quittant pas du regard. Tu n’aimes pas ça. Tu n’aurais pas du. Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Tu ne sais pas. L’impulsion du moment. Le besoin d’autrui. L’indifférence. Tout t’es tellement égal que tu ne mesures les conséquences de tes actes. Alors, tu fermes les yeux et d’un geste las, tu baisses le bras. Ils sont partis. Tu n’as pas attendu l’accord des autres. Pas même leur avis. Inclinant doucement la tête, tu te retournes pour regarder et faire ton travail, non sans attarder ton regard sur le garçon qui se demandait qui allait lancer. Etait-ce si difficile ? Non. Peut-être qu’aujourd’hui, une fois de plus, tu ressentiras le besoin d’appartenir à ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 40
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Ceux qui pensent | PV Sun Mer 24 Jan 2018 - 21:56


Sans dire un mot, celui qui semblait le plus énigmatique parmi les trois juges ouvrît le bal. D'un simple mouvement de bras, il lança les coureurs comme on envoie des hommes sur le front. Un simple geste, parfois lourd de conséquence.

Il s'était juste porté volontaire. Personne n'avait trouvé à y redire. Sans même remuer ses lèvres, il avait tout orchestré pour que le départ se fasse dans les règles. Et même après ça, il n'avait rien dit. L'autre juge non plus. C'est dire l'ambiance.

Mais Nobusada était accoutumé à ce silence de plomb. C'était un joueur invétéré et, souvent, l'esprit demandait à la langue de dormir pour pouvoir officier dans sa plus grande mesure. Les mots pouvaient malheureusement fausser certains jugements. Il avait appris cela au shôgi : le moindre détournement d'attention pouvait faire commettre au joueur l'irréparable erreur.

Aussi les trois juges étaient-ils tout absorbé par leur tâche. Aucun ne daigna faire une remarque, ni émettre le moindre avis. L'analyse exigeait d'eux leur plus totale dévotion. Ils regardèrent ensembles.

Pour les dix premières secondes, le duel se disputait entre trois candidats, dont d'eux issus de clans célèbres. Le premier était, à en juger par son compagnon, un Inuzuka. Il n'employa pourtant aucune technique typique de sa meute, se réservant probablement le loisir de révéler ses talents lors de l'occasion parfaite. La course aux tuiles avait aussi un côté stratégique, songea la Nara. Et c'est le deuxième, un Akimichi, qui le prouva. S'il n'avait visiblement pas un physique de sprinteur, il avait du moins cette capacité à grossier ses membres pour entraver la course de ses adversaires : une main géante par là, un pied trop gros par ici. Aucune règle ne spécifiait qu'il était interdit de semer des embûches sur le parcours des autres concurrents, aussi profitait-il de l'absence de consignes à ce sujet pour jouer des coudes. Mais cela n'empêcha pas le troisième, le plus véloce d'entre eux, de prendre la tête, même chevauché de près par les deux autres. Celui-là ne provenait pas directement d'un clan ; il avait choisi la voie du ninja de lui-même, certain de pouvoir compter sur ses qualités physiques pour guerroyer.

Nobusada estima alors qu'il pouvait participer, à sa manière. Il lança un regard aux deux autres juges de course, avant de lancer les hostilités :

    - Je mets dix pièces sur le Inuzuka.

Un pari. Voilà qui créerait un enjeu pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Ceux qui pensent | PV Sun Ven 26 Jan 2018 - 1:09

Ceux qui pensent
ft. Nara Nobusada

A quoi inspires-tu ? Tes yeux suivent la course de leur mieux, passant rapidement de participant en participant pour t’assurer du bon déroulement de cette dernière, surveillant vaillamment qui touche le sol et qui l’évite. Tu n’analyse pas. Tu n’anticipes pas. Les prouesses de tout un chacun t’échappent sans même que tu ne fasses violence – on te voulait juge et c’est ainsi que l’on t’aura. Que sont-ils rares ces moments où une tâche t’es attribuée et toute ton intention focalisée sur cette dernière sans la moindre hésitation ni relâche. Il n’y a de monde autour de toi. Les deux autres, même, tu es capable de les oublier en échange de la réussite. Est-ce légitime d’y accorder autant d’importance ? Tu ne sais pas. Tu le fais sans réfléchir et c’est suffisant pour toi. Instaurer des limites d’engagement dans quoi que ce soit, tu en es incapable et tu le sais, alors pourquoi bon essayer de faire quoi que ce soit ?

Ils se perturbent et avancent, tout un chacun. Une fois, tu en pointes un du doigt sans mot dire – il a touché le sol et par les règles que tu fais appliquer ne participe plus. Intransigeant. Inespérant. Infléchissable. S’il grimace et te dévisage, tu l’ignores royalement. Il n’est plus ton problème dès lors qu’il a quitté la tâche qui t’étais assignée, c’est aussi simple que cela. Et s’il refuse de se soumettre, tu l’obligeras. Tu n’es pas à ça prêt, seulement espères-tu que quelqu’un sera en mesure de t’arrêter dans ta correction. Combien de fois t’as ton corrigé avec excès dans ta vie ? Tu ne le comptes même plus, ayant arrêté à la centième fois. Les limites sont quelque chose d’obscur pour toi. Pourtant, il se ravise rapidement et accepte sa défaite, bien que cela ne t’importe guère, tes yeux à nouveau dansants entre les différents participants à la recherche de la prochaine intervention.

C’est le même autre juge qui brise le silence une fois de plus, même si tu ne lui adresses pas un regard. Tu réfléchis rapidement une fois puis deux si l’on s’adresse ou non à toi. Le troisième, tu l’entends déjà, semble vouloir jouer à ce jeu étrange et avance « dix sur l’indépendant». Si tu ne montres aucun entrain ni aucune marque de faiblesse, ton esprit hésite et tu le sens. Dois-tu t’intégrer plus encore, quitte à participer, ou dois-tu rester fidèle et ne faire que ce qu’on demande de toi ? Peut-être encore demande-t-on implicitement que tu participes au pariage ? Si l’indifférence est ta mère, l’incompréhension est ton roi – car comment choisir et savoir lorsqu’on ne comprend pas. Déjà tu oublies de quoi s’agissait-il, ton esprit préférant sagement écarter tout embarra en le noyant dans le néant de ton existence, et ce n’est que lorsque le troisième touche ton épaule pour attirer ton attention et te demander, explicitement cette fois, si tu comptes participer, que tu ne redescends brutalement sur terre.

« Je… »

Tu ne t’es pas intéressé à la course pour pouvoir parier, n’est-ce pas ? Leurs prouesses t’ont été si insignifiante pour toi… Tu inspires calmement avant d’expirer avec autant de calme. Ton corps et ton regard sont déjà tellement mort que tu as cette impression que l’air ne vient en toi qu’entretenir la pourriture, mais tu ne le montres pas. Il faut que tu choisisses, comme plié par le regard interrogateur du troisième.

« Quinze sur l’Akimichi. »

Tu ignores pourquoi ce choix – certainement qu’il s’agit là du seul t’ayant marqué ne serait-ce que d’une infime façon. Assez pour que tu te souviennes de sa présence. Et alors que tu te retournes une fois de plus pour suivre la course retentit un important fracas. Si tout le monde détourne le visage vers ce qu’il s’est passé, tu persistes à suivre le déroulement de la course, éliminant d’un regard sévère un jeune garçon qui essaya de frauder du pas.

copyright. Perks


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 40
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Ceux qui pensent | PV Sun Mer 7 Fév 2018 - 12:11


En prenant le cadran horaire pour référence, le fracas avait lieu à environ 16 heures par rapport à leurs positions. Une centaine de mètres plus loin. Rien à voir avec la course, ou du moins presque : le concurrent éliminé jouait des siennes. Mécontent de la décision prise par le muet, il avait accepté sans contester toutefois, mais avec quelques idées derrière la tête : nuire au résultat de la course. Pour bien expliciter la situation, son élimination était due à la partie glissante d'un toit sur lequel il avait eu le malheur de poser ses appuis : après avoir glissé, il n'avait pas su rattraper sa chute. Si d'aventures cette malchance aurait pu être épargnée par une étude plus minutieuse du terrain, il demeurait néanmoins que cela ne justifiait en aucun cas que ce genre de dégradations soit cautionné par l'équipe des juges.

Un long coup de sifflet retentît, sommant aux candidats de faire halte. Le troisième juge, qui avait parié sur l'indépendant, sonna ainsi l'arrêt temporaire de la compétition, de sorte à pouvoir focaliser son attention sur le genin éliminé. Le fracas venait d'un échafaudage accolé à une baraque en construction sur plusieurs étages, qui en toute logique n'avait pas de toit ; et sans échafaudage, il n'y avait somme toute que quelques maigres appuis pour les voltigeurs des tuiles. Si certains maîtrisaient déjà la technique permettant d'avoir des appuis sur les surfaces verticales, cela n'était pas le cas de toute la piétaille rameutée ici et, en toute considération, cela biaisait visiblement le déroulement du jeu.

En fait, cela avantageait vraisemblablement l'indépendant. Ce coureur était particulier, puisque n'ayant aucun pouvoir héréditaire, il avait décidé de se concentrer sur la maîtrise du chakra : il était l'un des seuls concurrents à pouvoir exécuter la technique prodigue qui permettait de courir sur les murs, ce qui lui offrait la victoire sur un plateau. Trop large, l'Akimichi ne passerait certainement pas l'obstacle. Et à deux, le Inuzuka et son chien seraient forcément ralentis.

Le troisième juge, celui-là même qui avait sifflé, était somme toute fair-play d'avoir arrêté aussitôt la course. Nobusada lui concéda ce trait de dignité. Mais il ne comptait pas rester les bras croisés. Ils étaient trois à devoir s'occuper de ce genre de cas, et il ne comptait certainement pas se faire voler la vedette : en tant que Nara, il était le mieux placé parmi tous pour capturer le récalcitrant.

Déjà il bondissait de leur promontoire pour se diriger vers la source du fracas. Le genin en question, sentant la mauvaise affaire arriver, décida de prendre la poudre d'escampette. Malheureusement, le Nara n'était pas un coureur, contrairement à sa cible : jamais il ne pourrait rattraper le fripon. Aussi, sous ses airs de justicier en herbe, il implora ses camarades de lui venir en aide :

    - A nous de jouer ! Dîtes-moi que vous avez quelques cartes sous manche pour pouvoir le ralentir !


Les autres coureurs étaient trop loin et, au vu de leur immobilité, semblaient bien trop focalisés sur la compétition pour soutenir les juges. Ils ne pourraient compter que sur leur maigre trio.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Ceux qui pensent | PV Sun

Revenir en haut Aller en bas
 

Ceux qui pensent | PV Sun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Quartiers Civils-