N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 L'homme de Kuro-sama [Seigneur du Vent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 326
Rang : B+

Message(#) Sujet: L'homme de Kuro-sama [Seigneur du Vent] Mer 31 Jan 2018 - 18:57

Contexte:
 

Je me laisse choir sur mon lit piteux, inspirant longuement. C’était une longue journée.

*Ne le sont-elles pas tous?* me dis-je, cynique.

Je me défais de mes bottes en les poussant avec mes pieds, grimaçant en se faisant puisqu’elles refusent d’obtempérer. Une fois libéré des chaussures, j’expire. Enfin, après l’entraînement, les règlements de comptes, la poursuite d’un compétiteur de Kuro-sama et la complétion d’une petite mission, je peux me détendre. Bientôt, je devrai aller rejoindre le Kanzetsu pour l’événement auquel nous a invité Ruri-sama, mais, entre temps, j’ai le loisir de quelques journées sans occupation.

Quelqu’un cogne à ma porte, me faisant grogner la cigarette au bec, le briquet à un centimètre. Je soupire et me lève d’un bloc, prêt à insulter celui ou celle qui ose me déranger durant les quelques heures de détentes que je me suis octroyé.

J’ouvre brusquement, affichant un air malveillant, et découvre un Shinobi revêtant son bandeau et sa pochette d’accessoires. Avant que je ne puisse l’envoyer paître, il prend la parole autoritairement.

« T’es convoqué au Palais. Le Seigneur du Vent veut reprendre votre rendez-vous. »

Évidemment, son tutoiement me fait tiquer. Par la suite, j’observe le messager pendant un moment, réfléchissant à la meilleure approche, puis, drastiquement, je me calme. Je ravale ma frustration en me disant qu'il faut que ça ait lieu.

« Bien, » dis-je, neutre. « Donnez-moi un instant. »

Je ferme la porte. J’allume la cigarette en enfilant mes bottes. Mon bandeau officiel de Ninja de Suna installé à mon bras comme un brassard militaire, je suis prêt à sortir et affronter l’armée du désert. Avant de sortir, j’ouvre l’armoire sous mon lavabo et lève le faux-mur. J’en retire plusieurs rouleaux de papiers. Ensuite, dans le tiroir, je prends une large enveloppe brune qui, habituellement, sert aux paiements et, après avoir déroulé et défroissé tous les papiers, je les glisse à l’intérieur et celle le tout avant de le glisser dans la manche de mon manteau. Je teste la stabilité du tout, m’assurant que l’enveloppe ne tombe pas, avant de rejoindre l’homme. J’attrape par automatisme les deux sabres se trouvant sur le coin du mur.

D’un hochement de tête commun, sans prononcer un seul mot, nous nous mettons en route. C’est une nuit fraîche – pour un climat désertique - et nous avons un bon chemin à faire avant d’atteindre le palais puisque le quartier résidentiel où se situe mon appartement miteux se trouve à l’opposé du village, plus loin encore que le Centre-Ville.

Durant tout le trajet, nous n’échangeons absolument aucun mot. J’entrevois certains criminels et partenaires d’affaires, du coin de l’œil, qui s’interrogent sur la nature de ma présence avec le Shinobi. En sortant du parc avec la Grande Fontaine, j’aperçois Nataro avec Tachimoro. Les deux hommes me sourient, connaissant mes liens avec l’ordre établi. Quoi qu’il en soit, je ne réagis pas à quelconque expression, propos ou action. Je reste de marbre. Il est certain que notre binôme est surveillé et suivi; je ne veux pas mettre en branle quelque chose que je ne peux pas contrôler.

*Je crois qu’elle me pavane. Il est possible que son objectif soit de voir qui réagit à ma présence. Elle veut peut-être que j’agisse ou que je réagisse. Là n’est pas le temps. Elle peut bien tirer les conclusions qu’elle veuille!*

Nous arrivons finalement au Palais où mes armes me sont confisquées, comme la dernière fois. Entouré de trois autres Shinobi, nous montons à l’étage où se trouve les bureaux du Seigneur du Vent. Le premier me demande respectueusement de patienter à quelques pas de la porte alors qu’un second cogne doucement et l’entrouvre.

« Buyuu Eiki présent pour sa convocation, votre altesse. Je le fais entrer? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1451
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: L'homme de Kuro-sama [Seigneur du Vent] Mer 7 Fév 2018 - 15:08


La clémence. Cette vertu dont je faisais preuve beaucoup trop souvent à mon goût.
Cette notion qui, une fois de plus, avait épargné un homme pourtant mis aux arrêts pour sa corruption et ses pieds traînant dans les affaires sinistres du pays. L'envers du décor. La face cachée de l'iceberg dont je voulais éradiquer la moindre particule.

Cependant, évidemment, mon pardon n'était en rien altruiste. Il avait eu beau purger sa peine, cela ne me satisfaisait aucunement qu'il puisse reprendre une vie de quiétude en oubliant ses frasques passées. Bien au contraire, je me servais depuis lors de son implication au sein du réseau noir pour mieux le démanteler. Il était mon infiltré et n'avait guère le choix.

Ce rendez-vous pour en fixer les règles et les limites, nous aurions déjà dû l'avoir il y avait quelque temps. Malheureusement, il avait été comme qui dirait repoussé a cause d'une attaque terroriste sur la capitale... J'ignorais si l'ancien détenu avait un quelconque lien avec ce dernier ou s'il était simplement du genre à se trouver au mauvais endroit au mauvais moment mais si la moindre chose perturbait notre rencontre du jour, je lui arracherais le cœur sans sommation, dans le doute.
Il était, de toute façon, déjà sous surveillance sans forcément le savoir et cela, depuis qu'il avait quitté les geôles. C'était quelque part désolant mais rien de suspect ou de malintentionné ne ressortait de ses actions pour l'heure...

Assise en terrasse du jardin suspendu du palais, je profitais de la clarté nocturne accentuée par quelques lampes diffuses. A mes pieds était couchée l'une des panthères issue de la portée née peu avant ma reprise du trône et qui avait déjà bien grandi. L'un de ses frères était d'ailleurs entre les mains d'Oniri désormais tandis que les deux autres vaquaient à leurs occupations dans l'enceinte Seigneurial.
Après tout, j'avais un lien particulier avec les chats... comme en témoignait mon pacte kuchiyose.

Profitant de la vue, surplombant tous les autres bâtiments de la capitale, un garde vint m'annoncer l'arriver de l'homme, le faisant entrer.
Nul bureau derrière cette porte, seulement quelques fauteuils abrités sous une toile blanche tendue en triangle au dessus de nos têtes pour se protéger du soleil en pleine journée : autant dire que son utilité devrait attendre quelques heures à la vue de l'astre nocturne déjà bien en place.

Mon regard convergea vers l'invité du jour, tout comme les pupilles ambrées à mes pieds, la panthère relevant doucement la tête face à ce nouveau venu. La gratifiant d'une légère caresse pour lui intimer que rien était a craindre, je désignai de la main l'un des fauteuils libres pour l'inviter à s'asseoir.

« Buyuu Eiki... J'ai tellement entendu parler de vous... Certainement un peu trop. »

L'avisant d'un léger sourire, les jambes croisées, je cherchais son regard.

« J'imagine que vous avez une idée sur la raison de votre venue ici, n'est-ce pas ? Voilà déjà quelques temps que vous êtes libéré sous conditions. Je souhaite en obtenir les résultats à présent. »


J'espérais pour lui qu'il n'était pas venu les mains vides. Malgré tout, un sourire s'étira de mes lèvres.

« Peut-être vous vaudront-ils davantage de liberté ou au contraire... plus aucune. »



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 326
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'homme de Kuro-sama [Seigneur du Vent] Mar 13 Fév 2018 - 18:53

À ma grande surprise, lorsque l’homme me somme d’entrer, je découvre une nouvelle partie du Palais Seigneurial. Je fronce les sourcils, un instant, cherchant à comprendre comment j’ai pu perdre mon sens de l’orientation à ce point. L’image de l’endroit où j’ai affronté le flûtiste masqué me revient en tête.

*Non, ce n’était pas ici… Je crois,* pensé-je tout en chassant les images négatives de mon esprit en clignant rapidement des paupières.

Devant moi, il n’y a que le Seigneur du Vent et son grand félin. Les deux m’observent pendant un moment. Puis elle m’indique un endroit où m’installer. Je hoche de la tête, souris doucement et m’assoie alors qu’elle prend la parole, ayant une sorte de ton désobligeant et blessant. Évidemment, à mon habitude, je tique légèrement.

J’aurais dû m’attendre à ce genre d’accueil. Il est vrai que les Sunajins agissent souvent ainsi face à moi, avec arrogance ou avec xénophobie. Les seuls qui ne m’ont jamais jugé de la sorte ont été des brigands et des criminels.

Réalisant qu’elle cherche à me déstabiliser de son regard, je fixe mes yeux dans les siens.

« La menace est inutile, Seigneur, » lui dis-je, cherchant à cacher mon irritation.

Reprenant mon calme, je glisse ma main dans mon par-dessus, faisant signe avant l’autre qu’il n’y a rien à craindre.

« J’ai plusieurs noms, » continué-je en sortant un carnet de note de la poche intérieure. « Il m’en manque beaucoup parce que je suis encore tout en bas de la hiérarchie, malheureusement, mais vous pouvez déjà commencer à surveiller ceux-là. »

Je tapote le calepin et le dépose sur le bras du fauteuil, incertain du décorum ou de la marche à suivre.

« J’ai fait une liste de quelques bandes, partenaires, des noms des familles principales et de quelques-uns de leurs membres que j’ai pu confirmer. Je les ai classés sous forme d’organigramme. J’ai aussi documenté leur système, ça pourrait sûrement vous êtres utile. Pour tout ce qui est des détails comme de leurs descriptions physiques, cachettes et si certains ont des capacités spéciales, je n’ai pas pu confirmer quoi que ce soit. J’ai quand même laissé des notes sur les rumeurs qui courent. »

Je croise les bras, soutenant toujours l’intense regard de la dirigeante de Kaze.

« Je vous suggère humblement de ne pas frapper partout en même temps, car ça aura pour résultat de rendre plus compliqué mon travail, car tous les autres seront plus prudents et plus subtils encore, » continué-je en croisant la jambe sur mon autre. « C’est tout ce que j’ai découvert concernant l’organisation de Kuro-sama qui semble gouverner le monde de l’ombre de Kaze. Si vous voulez plus d’information, je devrai m’impliquer d’avantage. »

Je marque une pause d’une seconde, cherchant à dénicher la moindre émotion dans son regard écarlate.

« Vous vous doutez certainement de ce qu’une implication plus grande signifie, Seigneur du Vent-dono, » conclus-je en inclinant ma tête de quelques centimètres à peine en guise de respect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1451
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: L'homme de Kuro-sama [Seigneur du Vent] Jeu 1 Mar 2018 - 22:57


Avisant l'homme avec intérêt, je me penchai légèrement pour attraper le calepin laissé sur la table basse face à nous sans pour autant me défaire de ma méfiance. Je n'étais pas naïve au point de croire que cet ancien détenu ne trouvait pas son compte dans les activités mafieuses que je l'autorisais et même lui ordonnais de poursuivre... J'étais intimement convaincue qu'il y trouvait son intérêt personnel et cela malgré sa surveillance quasi-constante. L'idée qu'il daigne retourner le poignard contre moi ne m'avait donc pas échappé, même si je lui promettais d'être bien reçu... Les yeux ambrés de la panthère à mes pieds et les miens, n'étaient en effets pas les seuls à l'observer dans l'ombre...

Avisant rapidement le contenu du livret, je zieutai les noms, les appartenances familiales et leurs habitudes de localisations, le tout en diagonale pour me faire une idée rapide et efficace du contenu global. Après quoi, je fis appeler un garde et un spécialiste du Palais en fuinjutsu et tout autre fumisterie du genre pour qu'il identifie le carnet et me certifie qu'aucun mouchard, sceau où je ne sais quel autre subterfuge ne soient présents dans le livret ou sur sa couverture. La reliure fut aussi longuement analysée en quête d'un quelconque compartiment secret tandis que du papier ainsi qu'un stylo empli d'encre fut donné à mon invité du jour pour qu'il y inscrive ce qu'il souhaite afin de comparer les écrits et être certains qu'ils proviennent bien de l'homme face à nous.

« Simples mesures de précautions, mon cher. Je pourrais bien vous dire de ne pas y voir un manque de confiance mais cela serait un mensonge éhonté. Après tout, n'oubliez pas que même si vous ne vous trouvez plus derrière des barreaux, vous n'en êtes pas pour autant un homme libre... »

Je lui glissai un nouveau sourire appuyé un brin perfide.

« Quant à vos suggestions : elles sont inutiles. Je sais précisément ce qu'il me reste à faire. Inutile de vous précisez que vous ne serez informé de quoique ce soit, j'imagine ? Tout comme il me semble désuet de vous rappeler que si ces informations s'avèrent erronées ou volontairement incomplètes, vous en viendriez presque à souhaiter que ce « Kuro-sama » soit votre bourreau à ma place. »

Le carnet finalement vérifié fut scellé et emporté par les gardes pour le mettre en lieu sûr et sécurisé.

« Débrouillez vous pour obtenir plus d'informations sans vous « impliquer » davantage alors. Vous savez pertinemment que je ne vous laisserais pas prendre part à des éliminations quelle qu'elles soient. Pour le reste, faites comme bon vous semble du moment que cela est fructifiant. Après tout, ce que vous faites fini toujours par arriver à mes oreilles... »

Je lui adressai un nouveau regard profond plein de sous entendus. Cela n'était qu'a demi vrai puisque je restais persuadée que des choses parvenaient à m'échapper sur lui et ses agissements. Je savais de source sûre qu'il s'était entretenue avec l'une des miennes et cela n'augurait rien de bon bien que j'avais a cœur de réglé ce soucis prochainement avec la concernée...



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 326
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'homme de Kuro-sama [Seigneur du Vent] Ven 2 Mar 2018 - 18:52

Une minute après que le Seigneur du Vent ait ouvert le petit calepin, deux hommes pénètrent dans la salle et l’investigue. Je fronce des sourcils, ne comprenant pas réellement ce qui se déroule. Après un moment, durant lequel je trouve le regard de ma supérieure, l’un des deux investigateurs enfonce un crayon dans ma main et m’ordonne d’écrire. Mes yeux se plissent d’avantage, ne voyant pas pourquoi cet individu m’ordonne quoi que ce soit.

Avant que je ne rouspète, la dirigeante du pays prend la parole. Le Shinobi glisse, sous le stylo, un papier en insistant. Je lui fais signe d’attendre et inscrit les premières lettres de l’alphabet tout en écoutant mon interlocutrice. Puis, soudainement, mes yeux s’écarquillent.

« Je pourrais bien vous dire de ne pas y voir un manque de confiance mais cela serait un mensonge éhonté. »

Stupéfait, j’arrête d’écrire à la lettre « G » et mes iris se déplacent, montent pour encadrer ma libératrice, cette personne qui m’a donné une chance lorsque personne ne l’avait fait auparavant, cette sainte gouvernante qui m’avait donné un salaire, une manière de me vêtir et de me nourrir autre que voler, une raison d’être.

« Après tout, n'oubliez pas que même si vous ne vous trouvez plus derrière des barreaux, vous n'en êtes pas pour autant un homme libre. »

Je déglutis difficilement; ma salive est épaisse et a un goût amer. Sans quitter des yeux le Seigneur du Vent, je continue, par automatisme, à écrire les lettres qui suivent.

Mon estomac est chamboulé. C’est une sensation de vide, que je ressens.

*C’est la même sensation que j’ai ressenti lorsque j’ai appris que les assassins étaient des mercenaires payés par les Buyuu.*

Ma main tremble. Les dernières lettres sont moins nettes. Je me redresse, serrant des dents et expirant longuement en cherchant de conserver mon calme. Elle me menace, deux fois de plus. Le Seigneur du Vent affiche une expression satisfaite, certaine de gagner un combat qu’elle livre elle-même contre un homme ne cherchant pas à se défendre.

Elle frappe sur une proie morte et elle est heureuse de gagner.

J’inspire longuement en fermant les yeux.

« Bien, » dis-je sombrement.

Je retire mon gant droit, montrant mon petit doigt cicatrisé et bleuté.

« Votre Chuunin Seiichi m’a torturé jusqu’à m’en faire perdre connaissance. Il m’a coupé un doigt et deux orteils, en plus de la torture mentale et l’humiliation. Je me suis coupé la langue moi-même pour m’assurer de ne pouvoir lui révéler la nature de notre entente. Je n’ai pas parlé, » expliqué-je en tirant sur ma langue, montrant sa couleur pourpre. « Je viens de découvrir que mon bien-être ne vous importe pas, » continué-je avec un rictus de dédain, « mais je ne vous ai pas trahis. »

J’observe la femme pendant un instant, la trouvant plutôt pitoyable et pathétique, tout en enfilant mon gant de nouveau. Puis, je glisse ma main sous mon manteau, sortant une grosse l’enveloppe.

« Aussi, j’aimerais avoir la même confiance et le même respect que je vous offre et que je vous ai toujours offert! »

Je la lance sur la table.

« Vous savez, je n’ai pas choisi d’être en prison et je n’ai pas choisi de devoir faire ce que j’ai fait, ce que je fais encore, pour survivre, » conclus-je avec un regard méprisant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1451
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: L'homme de Kuro-sama [Seigneur du Vent] Jeu 8 Mar 2018 - 15:47


Le monde sembla littéralement se briser autour de l'homme dont le regard se mit à trembler. Une expression qui, je devais l'avouer, me surpris quelque peu malgré la satisfaction que je parvins à en retirer.
Venais-je véritablement de lui apprendre quelque chose ? Pensait-il qu'il jouissait de ma pleine confiance après son passif et ses actes long comme le bras ? … J'arquai un sourcil, songeuse. Pourquoi semblait-il connaître une réelle désillusion alors qu'il savait, tout comme moi, qu'il n'avait encore que trop peu fait pour espérer racheter, ou à défaut, expier ses fautes ?!

Lorsqu'il se mit à vouloir retirer son gant, mes gardes tiquèrent, pointant leurs hallebardes dans sa direction tandis que je levai une main en signe d'apaisement, les faisant retrouver leur position initiale, au repos. Observant dès lors la main mutilée de l'ancien détenu, mon regard se reporta vers le sien, l'écoutant tout en fronçant les sourcils à ses propos.
D'après ses dires, l'un de mes shinobis lui aurait infligé cela et bien plus encore, pour le faire parler, visiblement sur le pacte nous liant.

« Et ? Me fallait-il le deviner ? Pourquoi n'avoir averti personne de ces sévices ? Quant au reste, êtes vous véritablement sérieux ?! Vous souhaiteriez obtenir la même confiance et le même respect que vous me portez alors que nous savons tout deux que vous poursuivez vos manigances illicites ?! Vous n'avez peut-être pas choisi de mener cette vie mais vous vous y complaisez, quoique vous en dites ! La confiance et le respect, cela se mérite. D'autant plus que je ne vois pas l'ombre du second dans votre regard ! »

Arguai-je acerbe, le ton froid et le regard aussi méprisant que le sien.

« Cessez tout de suite votre apitoiement plaintif alors que vous ne récolter que ce que vous semez depuis des années ! Vous êtes le seul initiateur du changement de votre condition ! Prouvez moi votre valeur et écartez vous des ombres de notre monde que vous approchez pour satisfaire vos propres intérêts : alors là, peut-être, commencerai-je à voir un allié plutôt qu'un condamné. »

A cet instant, je le vis remettre son gant et chercher quelque chose dans son manteau, avisant une nouvelle fois les gardes pour leur intimer de ne pas intervenir. Le Samouraï en sorti une enveloppe conséquente qu'il lança sur la table de laquelle je me saisis en silence.
Il y avait des noms. Plusieurs. Ainsi que des contrats signés par le sang pour certains. Trois noms des clans emblématiques de Kaze ressortaient : Chikamatsu , Kawaguchi et Ketsueki...
Je ne connaissais pas personnellement la Chikamatsu mais j'avais conscience de l'affiliation qu'il y avait entre eux et les manieurs de sable durant la guerre clanique, faisant d'eux les opposants directs des miens...
La Kawaguchi quant à elle, je savais de qui il s'agissait. La sœur d'Amano. Celui-ci étant lui même venu m'avertir d'un complot que semblait monter sa soeur à mon encontre, et a en voir sa sollicitation du réseau pour dénicher poison et armement conséquent, il semblait voir juste.
L'hypothèse que que ce Eiki et ce Kawaguchi étaient de mèches pour faire croire à une inculpation de cette Hana et cela dans l'unique but que je concède ma confiance à l'ancien détenu était plausible mais la Confrérie elle même avait évoqué la Kawaguchi. Cette réflexion me tendait donc vers l'idée que cet homme ne mentait pas et que les informations fournies, que je pourrais facilement vérifiées, étaient emplit de véracité.
Quant à la Ketsueki... ou devrais-je dire « aux » étant donné que l'un des pseudonymes était décrit comme faisant probablement partis de mon clan... je n'avais pour l'heure rien à dire sur leurs motivations décrites. L'une cherchait à se rapprocher du culte de Jashin déjà bien ancré comme dogme familial et l'autre visait des contrats de mercenariats moyennant compensation financière... Tant qu'il ne s'agissait que de raclures n'apportant pas leur lot de problèmes même une fois passée a trépas cela ne me posait pas le moindre problème.

Ce Kaito avait d'ailleurs fait l'affront de signer avec son sang. S'il s'agissait véritablement du sien il était soit stupide soit indigne du pouvoir écarlate lui étant conféré...
Croquant mon pouce de ma canine effilée, je laissai une infime perle écarlate s'en extirper et posai mon doigt infusé de chakra sur le sang séché déposé en bas du parchemin. Mon sang ainsi mêlé à celui coagulé, j'usai de mon chakra pour modifier son état et le rendre fluide à nouveau.
Récupérant le tout sur mon pouce, en prenant bien soin de laisser une part de l'empreinte intacte sur le papier tout en occultant toute trace de la mienne, je portai le tout à ma bouche afin d'en identifier l'arôme.
Il n'appartenait pas à quelqu'un dont j'avais déjà goûté l'hémoglobine car celle-ci se révélait inconnue pour mes papilles, toutefois, j'y reconnaissais la semblance au mien. Incontestablement un membre de mon clan...

La tension à l'encontre du samouraï amoindri au profit de nouveaux destinataires, je repris la parole plus posément.

« Ce Kaito que vous avez rencontré, est de toute évidence un Ketsueki. Même s'il s'agit évidemment d'un pseudonyme car je ne connais personne de ce nom là parmi les miens... Il est fort possible que les deux que vous avez rencontré aient volontairement changé d'apparence le temps de votre entrevue, en plus de leur nom, mais seriez vous capable de les reconnaître en les voyant ou en entendant leurs voix ? »

Il s'agissait là d'une véritable question. Une nouvelle chance de s'illustrer. Un pas vers la confiance qu'il daignait devoir mériter.



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 326
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'homme de Kuro-sama [Seigneur du Vent] Lun 12 Mar 2018 - 17:35

Le Seigneur du Vent, Ketsueki Yami, n’est pas quelqu’un qui baisse le regard devant moi. Il y a un moment que je n’ai pas été en présence de quelqu’un de tel. Elle réagit de façon similaire à la mienne. Je risque gros, ici, en ce moment, à discuter avec elle. Je lui dois beaucoup. Elle ne réalise peut-être pas à quel point elle m’est redevable.

*Elle ne voit pas ce que je vis, elle ne comprend pas ma réalité!* me dis-je, relevant les yeux tout en desserrant les dents.

Alors qu’elle observe les diverses documents secrets que je lui ai offert, j’expire et prends la parole d’une voix plus calme et plus profonde.

« Ma remise en liberté était conditionnelle à ce que je vous donne accès aux réseaux criminels. Il m’avait été mentionné, il y a quelques mois, que je devais nier et cacher votre implication, c’est donc ce que j’ai fait, même sous la torture. Je n’ai pas parlé de ce qui m’est arrivé puisque, selon ces conditions, vous êtes la seule personne à qui je puisse en parler, chose que je fais présentement, » expliqué-je en m’adossant plus profondément dans le sofa.

Ma jambe se lève et se dépose sur l’autre alors que mes coudes glissent sur les bras du canapé. Mes doigts se joignent sous mon nez sauf les indexes qui, eux, passent au-dessus ne laissant que mes yeux et mon front comme partie visible de mon visage.

« Je ne veux pas que les familles comprennent que je travaille pour vous. Je ne veux pas risqué qu’un Shinobi soit impliqué dans les affaires illégales et qu’il en informe mes supérieurs. C’est pourquoi je ne parlerai de notre entente qu’à vous et uniquement à vous, » complété-je, soupirant doucement une fois ces mots prononcés.

J’évite évidemment de mentionner que plusieurs de mes supérieurs sont conscients de mon implication dans les rangs de l’armée de la nation et qu’ils se doutent que j’échange certaines informations pour des droits que plusieurs personnes n’ont pas. Je ne connais pas réellement l’étendue de leurs suspicions, mais tant qu’ils croient que j’utilise mon titre pour faciliter certaines transactions et récolter des informations sur les assauts de l’ordre, tout ira pour le mieux.

*Cette ligne est très difficile à jouer; m’assurer que les Shinobi croient que je suis plus Shinobi que Yakuza et, à l’inverse, faire croire aux mafieux que je suis réellement un criminel et non pas un homme de l’ordre est un jeu très dangereux,* pensé-je jusqu’au moment où Yami dépose les papiers devant elle et m’interpelle, plus douce.

« S’ils sont très doués pour la manipulation et l’illusion, je ne crois pas, mais s’ils n’ont déguisé qu’une partie de leur corps, je le pourrai. Il est difficile de masquer les manières et l’attitude, » dis-je avec un subtil sourire lourd de sens. « J’y travaille depuis longtemps et je n’y arrive pas complètement. »

Je lève une main, espérant rassurer les gardes nerveux, en attrapant une cigarette du paquet et un briquet de la poche intérieure de mon manteau.

« Alors, que voulez-vous de moi, Seigneur du Vent-dono? Je pourrais monter les rangs facilement, mais je ne pourrais plus être Shinobi, ce serait trop compliqué… Techniquement, ces documents suffisent à honorer la condition de ma remise en liberté, je me trompe? »

Je baisse un peu de la tête, respectueusement.

« Je respecterai vos souhaits, mais je crains que vous n’aurez jamais une occasion telle que celle-ci de pénétrer le monde de la pègre, » terminé-je en plaçant le tube de nicotine entre mes lèvres sans l’allumer. « Puis-je? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1451
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: L'homme de Kuro-sama [Seigneur du Vent] Mer 14 Mar 2018 - 15:54

Son discours redondant commençait à m'agacer, l'irritation pouvant se lire de nouveau aisément sur mon visage.

« Et je réitère mes propos. Pourquoi vous êtes vous terrez dans votre mutisme concernant les sévices que vous avez subi ? Vous auriez pu et dû venir m'en parler dans l'instant. »

Qu'il soit tenu au secret de notre entente et ne pouvait donc pas s'entretenir avec les instances de Suna était une chose, qu'il leur fasse part des tortures dont il avait été la victime sans entrer dans les détails de la raison en était une autre. Il aurait très bien pu se tourner vers le Ryodan en expliquant la situation, se gardant le droit d'expliquer la raison de ces mutilations qu'envers ma seule oreille, ou bien venir directement m'en parler. D'ailleurs, autre chose me chiffonnait concernant cette affaire.

« Qui vous a soigné si vous n'avez fait part de vos blessures à quiconque ? L'établissement hospitalier vous aurait demandé la raison de vos membres meurtris. Leur avez vous menti, à eux aussi... ? »

La question de son double-jeu me brûla les lèvres tellement elle semblait avérée, lui même arguant ne pas vouloir que les familles mafieuses aient connaissance de notre accord, comme les shinobis. Simplement pour garantir notre « couverture » ou bien uniquement la sienne ?
De quel côté était-il réellement je n'en avais pas la moindre idée. En revanche, j'avais conscience que nous partagions le même intérêt de voir le réseau couler : moi pour la prospérité du pays, lui possiblement pour créer le sien, chose que je n'étais pas prête de laisser faire.
Ce but commun me garantissait son obéissance et sa loyauté jusqu'à ce qu'il soit atteint. Après tout, même s'il possédait de mauvaises intentions, il serait bien idiot de ne pas profiter des moyens et de l'influence du Seigneur qu'il avait a disposition. Et cela quand bien même la dirigeante du pays le gardait étroitement à l’œil en s'assurant des coups d'avances... Surtout alors qu'il s'amusait à vanter ses mérites en matière de dissimulation de sa véritable attitude...

« N'ayez crainte, la pente que vous empruntez est si glissante que vous finirez certainement par vous y rompre le cou. Vous n'aurez, dès lors, plus besoin de « travailler » le camouflage de vos intentions... »

Un sourire perfide aux lèvres dénaturant complètement avec mon ton trop calme, je me pris à l'observer les yeux dans les yeux, cherchant à y déceler la moindre indication.
La manipulation auquel il s'adonnait était adressée à la mauvaise personne. J'avais, en effet, sans doute bien plus d'expérience que lui en la matière, cela faisant partie intégrante de l'héritage de mon sang.
Reprenant soudainement une voix bien plus modérée, changeant drastiquement d'attitude pour lui révéler qu'il n'était pas le seul capable d'en user, je repris le fil de la discussion.

« Je réunirais les miens prochainement. Vous vous tiendrez également là, déguisez en simple garde ou que sais-je pour avoir bien en visuel mes suspects pouvant correspondre à la description de vos rencontres, et vous me les désignerez : en les observant mais surtout, en les écoutant. Il est en effet bien plus difficile de modifier son intonation. »

Mon calme apparent se rompit cependant une nouvelle fois, arquant un sourcil en l'entendant négocier sa condition et les nôtres dans le même temps.
Il me demanda de l'autoriser à renoncer à son implication shinobi pour mieux se hisser dans le réseau... Un nouveau sourire naquît sur mes lèvres, cette fois-ci amusée face à cette idée.

« Oh... Je vois... Toutefois, mon cher, dois-je vous rappeler que vous ne devez votre liberté qu'a moi même ? Que vous êtes de ce fait, redevable à Suna pour la seconde chance qu'elle vous a laissé pour vous illustrer malgré vos méfaits ? Certes, vous avez honoré notre engagement en m'apportant une poignée d'informations... Mais cela est loin d'être suffisant.
Voyez vous, je n'ai pas besoin de cette « occasion » pour entrer dans le monde de la pègre, comme vous dites. Je pourrais tout aussi bien frapper dès à présent un grand coup dans cette fourmilière : vous savez que j'en possède les moyens... Néanmoins... je souhaite éviter les effusions de sang dans cette bataille : l'honnête peuple Kazejin n'a pas à en souffrir. Et pourtant, le réseau les y contraignent... »


Un rictus amer déforma dès lors ma bouche :

« Serez vous donc l'aide précieuse ayant contribué à la sérénité du peuple Kazejin ou bien leur bourreau, à qui je me ferais une joie de briser aussi bien le corps que l'esprit ?! »

Les gardes levèrent leurs hallebardes dans la directions de l'homme sans rien faire pour les arrêter, continuant d'énoncer mes directives.

« Vous resterez shinobi car vous le devez bien à Suna. Vous continuerez d’œuvrer comme vous le faites maintenant, en conservant votre faible influence dans la sphère militaire, réduisant ainsi vos responsabilités et le risque que vos pairs du monde obscur l'apprennent. Vos affaires avec ces derniers demeureront modestes pour l'heure, vous ôtant de leur liste de suspects comme étant la taupe. Taupe qu'ils sauront exister du fait de mes agissements futurs.
Toute dérogation à ces ordres se verra punie au prix fort ! Me suis-je bien fait entendre ? »



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 326
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'homme de Kuro-sama [Seigneur du Vent] Jeu 15 Mar 2018 - 17:28

Le Seigneur du Vent n’a pas daignée m’autoriser ou non d’allumer ma cigarette. Ce droit, je me l’octroie moi-même tout en l’écoutant, légèrement tiqué lorsqu’elle me menace derechef, s’amusant à insinuer des possibilités toutes plus déplaisantes les unes que les autres. Je souffle ma fumée hors de son visage par respect, vers les gardes qui m’irritent au plus au point.

« Comme vous le voulez, » lui réponds-je en baissant, une nouvelle fois, la tête respectueusement sans, pour autant, cesser de fixer ses yeux, « Seigneur du Vent-dono. Je suis votre humble servant. »

Je dépose ma jambe délicatement au sol et un des bras sur ma cuisse.

« Pour ce qui est de la mésaventure avec Seiichi… »

J’inspire longuement.

« Comme je vous ai dit, j’ai perdu connaissance lors de la torture. Je me suis éveillé dans une ruelle complètement, mais grossièrement, rafistolé. »

Je prends une nouvelle bouffée.

« Seiichi est à la tête d’un groupe de malfrats et ils avaient un restaurant à Aketana, près des docks, qui a brûlé. En fait, c’était en feu lors de mon réveil. Seigneur du Vent-dono, cette partie est dans mon rapport de mission, » continué-je, en glissant la cigarette entre mes lèvres. « Je n’ai pas mentionné les raisons de ma torture ni notre entente, mais j’ai bel et bien expliqué que Seiichi m’a blessé, qu’il est un leader de criminels et qu’il est disparu en me laissant seul. »

Je hausse le menton.

« Et j’ai complété la mission avec succès malgré tout. »

Je dépose la cendre dans ma main gauche, perdu dans mes pensées pendant un instant. Je ne m’étais encore jamais laissé vivre les émotions liées à ce… Traumatisme… Les images reviennent, soudainement, mais je les chasse du mieux que je le peux.

« Je l’ai cherché et je ne l’ai pas retrouvé, » complété-je, plus pour moi que pour elle. « Enfin! »

Je me redresse, démontrant que la discussion achève en mon sens.

« Nous sommes sur la même longueur d’ondes quant à mes ordres. Aussi, j’aurais quelque chose à vous demander. C’est une faveur. »

J’observe sa réaction à ces mots avant de continuer.

« J’aimerais faire construire une arène dans le désert où Sunajins, Kazejins et étrangers pourront combattre ou concurrencer dans divers jeux. Évidemment, l’établissement sera à votre disposition au besoin et je ne vous demande aucun investissement, bien sûr! J’ai besoin de votre approbation par écrit pour démarrer la construction. D’une certaine façon, ça me permettrait de redonner à Kaze. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1451
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: L'homme de Kuro-sama [Seigneur du Vent] Dim 18 Mar 2018 - 22:35

Son arrogance visible titillait sérieusement mes nerfs. Se rendait-il compte de sa position actuelle ? Il se tenait sur une corde raide et continuait pourtant de faire le malin alors qu'il me suffisait d'un geste pour le faire définitivement tomber sans m'en embarrasser davantage.
Pourquoi ne le faisais-je pas alors ? Eh bien, parce qu'il m'était bien plus utile vivant que mort, pour l'heure...

Je pris donc sa déclaration de fidèle servant sans la relever quand bien même elle était fade, manquant clairement de saveur et de conviction. Il persistait à ne pas se montrer totalement honnête... C'était aussi pour cela que je ne soulignais pas sa surveillance presque constante, dans l'ombre. Qu'il se pense libre de tout mouvements ou peu contraint m'arrangeait. Cela me permettrait de le prendre plus facilement la main dans le sac.
Car, ce qu'il ne savait pas, c'était que les entrevues qu'il avait condensé en rapport m'étant destiné... j'en étais déjà informé.
Bien sûr, je ne disposais pas des détails qu'il m'avait fourni sur le contenu de ses discussions mais je m'étais assurée de récupérer des données le concernant pour les confronter avec celles qu'il était censé me fournir, pour vérifier sa loyauté.

Concernant sa rencontre tortueuse avec Inagawa Seiichi, je me mis à tiquer lorsqu'il évoqua son « rafistolage » grossier. Pourquoi l'avoir laissé pour mort et le soigner ensuite ? Seiichi pensait-il que cela allégerait sa peine ? … Ou bien, une force extérieure était-elle intervenue pour prêter au samouraï un secours anonyme ?
Les agissements de Seiichi ne m'était pas inconnus bien que l'étendue de ses activités restaient floues. Il m'aurait été facile de le confronter pour lui faire payer son audace mais malheureusement, il avait disparu de la circulation lors de sa mission sur Haï no kuni... Un coup des membres de la Confrérie des Marionnettistes porteur de l'attaque sur Suna, probablement. Mais dans quel but ? Etait-il affilié à eux ? Rien ne me permettait de le déterminer pour l'heure.

« Je suis au courant des trafics de Seiichi et j'ai lu votre rapport. Je cherche actuellement à remonter la piste de Mirai Gosho pour le confondre. Cependant, Seiichi demeure introuvable depuis qu'il a été missionné à Haï no Kuni avec un autre Sunajin que vous connaissez bien : Asshu Masao. »

Je les savais appartenant à la même team : celle de Chikamatsu Ruri, un autre personnage haut en couleur.

« Je suspecte les membres de la Confrérie des Marionnettistes ayant participé à l'attaque sur Suna de l'avoir enlevé, bien que j'en ignore les raisons. Etait-il de mèche avec eux? Possible mais j'en doute. Les méthodes de Seiichi sont bien plus extravagantes que celle des assassins de la Confrérie. Quel est votre avis ? »

Non pas que j'en cherchais un deuxième mais sa vision des choses pouvait se révéler intéressante et montrer deux, trois indices de sa part...
Le regard rivé sur lui en quête de la moindre expression parlante, je poursuivis, enchaînant sur sa « faveur » :

« L'idée n'est pas déplaisante en soi mais je crains que cela ne soit guère possible de l'entreprendre en l'état... »

Mon regard se montra plus sévère, laissant sous entendre que je comprenais où il voulait en venir. Un lieu pour exercer son influence dans le milieu mafieux. Quartier général de tous ses trafics ne laissant pourtant voir que la face émergé de l'iceberg... Il n'en était pas question.

« Une telle structure ne pourrait être tenue que par le Pays pour ne pas le décrédibiliser à l'international. Tout comme elle ne pourrait être assurée qu'entre les murs de Suna pour garantir son bon encadrement. Le désert est peuplé de nomades et autres bandits qui, j'imagine, se font déjà une joie de guerroyer entre les dunes sans avoir de construction adaptée pour s'y adonner. »

Mes mains se rejoignirent pour que mes doigts puissent former une pyramide.

« Et puis, vous ne pensez tout de même pas que je laisserais un ancien détenu encore en rémission, construire et s'octroyer la gestion d'un tel fourbi composé essentiellement de mauvaises graines? »

Il prenait décidément ses rêves pour des réalités...



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 326
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'homme de Kuro-sama [Seigneur du Vent] Mer 21 Mar 2018 - 17:45

Ketsueki Yami, le Seigneur du Vent, est un personnage haut en couleur. Elle ne me fait absolument pas confiance et cherche à jouer avec moi, acceptant sans remord que je risque ma vie et ma santé secrètement pour son gouvernement sans, pour autant, ne m’accorder d’opportunités pour accélérer les choses ou de liberté pour les faciliter. Elle veut un contrôle total sur moi.

Je l’écoute silencieusement, prenant une position similaire à la sienne, hochant de la tête ça et là.

« Pour ce qui est de Gosho, il me ferait plaisir de lui tendre un piège pour vous, Seigneur du Vent-dono, » dis-je, inspirant une bouffée de cigarette. « Pour ce qui est de Seiichi, je crois qu’il travaillait pour Haï. »

Je jette un coup d’œil rapide aux gardes et revient à Yami.

« Je ne connais pas les systèmes complexes de tous les pays du Yuukan, mais Masao m’a bien expliqué qu’à Haï, ça joue du couteau. Selon ses propos, le crime organisé et les gangsters sont plus présents et plus violents qu’ici, » expliqué-je, probablement inutilement.

Je tape encore ma cigarette près de ma main, regroupant les cendres avec les autres.

« Seiichi m’a dit qu’il était Haïjin avant d’être Sunajin. Il a aussi dit que les hommes qui l’ont aidé à me torturer étaient ses hommes. Il a dit qu’il ne jouait pas à être le méchant, qu’il était le méchant… »

Je prends une nouvelle touche.

« Je le suspecte d’être à la tête d’un groupe en provenance d’Haï cherchant à implanter leur mafia à Aketana puisque ces hommes contrôlaient et peuplaient le restaurant; il n’y avait pas de clients, seulement eux, et ils m’avaient emporté dans l’arrière boutique. Ils ont brûlé l’établissement pour brouiller les pistes. Je suppose qu’ils croyaient pouvoir trouver quelque chose pour manipuler quiconque me payait ou me commandait, » continué-je, écrasant maintenant la cigarette sous ma botte avant de la déposer dans mon gant que je retire comme un sac pour contenir les détritus.

« En bref, je ne crois pas qu’il travaillait pour la Confrérie des Marionnettistes au final, mais pour son pays d’origine, » complété-je.

Ensuite, le Seigneur du Vent m’explique les raisons pour lesquelles elle ne peut pas – et ne pourra sûrement jamais – accepter la construction de l’arène.

« Je vois, » réponds-je, déçu. « Je ne tentais que de suivre vos commandes, de m’écarter des ombres, avec cette offre et, par la même occasion, de remettre à la nation ce qu’elle m’a donné : une opportunité. »

Je marque une pause durant laquelle je réfléchis.

« Enfin, je comprends vos raisons et elles sont complètement sensées, » conclus-je. « Peut-être qu’un jour, vous me ferez confiance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: L'homme de Kuro-sama [Seigneur du Vent]

Revenir en haut Aller en bas
 

L'homme de Kuro-sama [Seigneur du Vent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Vent :: Sunagakure no Satô :: Palais Seigneurial-