N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Un air de déjà vu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Un air de déjà vu. Sam 3 Fév 2018 - 11:52

Natsuki avait pour habitude d'être toujours occupé. Que ce soit par son métier de shinobi, l'entrainement physique et mental inhérent à sa profession, la gestion de son complexe du Septième Ciel, son équipe Matsudaï, son rôle d'Intendant en l'absence d'Ayumi Yamanaka, au détriment de sa vie privée. Certains disaient que ce tel investissement lui permettait de rembourser ses emprunts pour son établissement, alors que d'autres avançaient que là était plutôt le résultat de sa dernière décennie passée, et expliquait sa progression rapide vers les Hautes-Sphères du Village en seulement trois ans. L'un dans l'autre, le Nara tatoué trouvait tout de même du temps pour d'autres activités, comme d'assurer un rôle d'instructeur à temps partiel à l'Académie des Shinobi de la Feuille. Il ne dispensait pas de cours magistraux, mais assurait ponctuellement la transmission de son expérience au travers d'exercices pratiques lorsqu'il y avait des demandes. Une activité qui allait pleinement dans la continuité des objectifs pour lesquels il avait fondé son équipe : transmettre à la génération suivante les capacités de se défendre par elle-même. Une version tronquée de l'idéal qu'il visait, certes, mais ce n'était pas comme s'il avait la possibilité de faire plus en une ou deux journées.

En cet après-midi, c'était pour son équipe qu'il consacrait du temps, même si l'équipe en question se limitait présentement à Shigo Yamanaka. Il ne l'appréciait toujours pas plus depuis la dernière fois – un euphémisme -, mais tant que son étudiant continuait d'assurer sa part du contrat, alors Natsuki respectera la sienne aussi. Car c'était ainsi que les choses fonctionnaient en ce monde : il y avait les choses que l'on voulait faire, et ce qu'il était nécessaire de faire pour les atteindre.

Pactiser avec le diable semblait devoir en faire partie.

En ce jour, et comme convenu la dernière fois, ils se retrouvaient sur le terrain d'entrainement. Natsuki avait fait le choix d'un espace dégagé, et sans obstacle sur une base de terre. Il avait réfléchis à des exercices en lien avec ce que Shigo lui avait demandé de travailler, et avait élaboré un programme en fonction.

Le genre habituel, qui incluait les bases sur une journée, et qui demandait à l'apprenti de les perfectionner ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu. Sam 3 Fév 2018 - 12:36

    Quelques jours s’étaient écoulés depuis la dernière entrevue avec Nara Natsuki, et à ma grande surprise je respirais encore. Alors le Nara ne souhaitait-il réellement pas ma mort ? Dans ce cas, qu’espérait-il en me prenant pour apprenti étant donné la faible opinion qu’il avait de moi ? En effet : il n’essayait même pas de me prodiguer des leçons de morales ou de changer ma vision du monde. Il ne m’avait donc pas pris sous ses épaules dans l’espoir de me rendre meilleur pour la société. Bien sûr, on pourrait supposer que c’est parce que tous ses élèves disparaissaient mystérieusement et qu’il se retrouvait donc sans événement mensuel où il pouvait jouer le mentor qui lui permettrait d’obtenir un bonus à son salaire. Peut-être l’ennui de ne pas trouver de partenaire régulier d’écriture ? En effet, le Nara faisait souvent son apparition à l’approche des soldes : un texte posté le deuxième est offert. Mais n’ayant pas accès, normalement, au monde en dehors de ce monde, et donc des arguments qui y étaient inhérents, il me fallait raisonner autrement.

    Peut-être que le grand Natsuki souhaitait quelqu’un capable de le tuer près de lui au cas où il perdrait véritablement et durablement le contrôle de lui-même ?

    Oui, partons sur ça. Car de toute façon le Nara ne l’avouera jamais et préférera arguer les arguments de l’autre monde pour se voiler la face.

    Comme à mon habitude : c’était un oiseau possédé par mon âme qui survola le lieu du rendez-vous avant que je ne vienne en mon corps propre. Ce n’était pas par manque de confiance en Natsuki : je ne faisais confiance en personne. Je m’avançais comme à l’accoutumé : masque de crâne, vêtements amples et pieds nus crasseux et écorchés. Une fois devant le mentor, je m’inclinais respectueusement.

    « Bonjour. Je vous remercie de votre temps. »

    Je me méfiais toujours, mais s’il avait voulu me tuer je serais déjà mort depuis longtemps et sans tout ce stratagème.

    « Je ne vois aucune particularité à ce terrain : je suppose donc que nous sommes nous deux le matériel nécessaire à la nouvelle leçon ?
    Si vous me permettez la question : vos tatouages… Sont-ce des fuinjutsus ou une histoire propre que vous avez gravée sur votre peau ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu. Mar 6 Fév 2018 - 12:02

« Non, je ne vous le permets pas. » répondit Natsuki d'un ton neutre qui coupait court à toute discussion.

Il lui semblait important de lui rappeler la nature de la relation qui les unissait.


« Pour ce qui est de l'entrainement du jour, non plus, il n'y aura pas que votre corps et ma voix en guise d'outillage. Tout le nécessaire en lien avec ce qui sera fait aujourd'hui est dans ce sac. »


Il désigna le sac en bandoulière qui pendait contre sa hanche.


« Pendant que je prépare tout, je vais en même temps vous expliquer le déroulement de la séance, tel que je le conçois initialement. Bien évidement, le programme peut être amené à changer en fonction des besoins et des résultats. »


Natsuki activa un premier sceau, qui fit apparaître une sorte de grosse boite en fer sur pivot avec un long cylindre planté dans l'un des côtés.


« D'abord, nous allons faire une partie théorique. »
expliqua-t-il en pianotant sur un petit clavier de la machine. « Cela me permettra de voir si vous avez déjà une idée de comment fonctionne le principe de l'esquive. Ensuite, '' PB MARK-II '' va entrer en scène. Vous allez vous mettre là-bas, sur le terrain dégagé, et bouger votre corps pour éviter les projectiles qu'il va vous lancer dessus. »

Natsuki dirigea ensuite l'appareillage en direction de la zone indiquée. Il s'éloigna d'environ cinq mètres en invitant Shigo à le suivre, puis tira d'un second sceau une machine identique sur laquelle il entreprit les mêmes réglages.


« De mon côté, je vais observer, et vous conseiller pour vous aider à ancrer dans vos muscles les mouvements et les réflexes essentiels à l'esquive. La dernière fois, j'ai vu que vous étiez davantage une brique qu'un élastique, nous allons donc tenter d'assouplir tout cela. Des questions peut-être ? »


Shigo avait le temps d'en poser pendant que Natsuki réglait le second dispositif de tourelle.


« Je vous invite à vous échauffer aussi, cela ne vous fera pas de mal. Car autant préparer les trois machines que je vais utiliser va aller assez vite, autant je vais avoir besoin d'une dizaine de minutes pour tracer un sceau sur le terrain afin d'éviter les projectiles perdus : mieux vaut rentabiliser ce temps pour qu'il ne soit pas perdu. Et cela va vous donner l'occasion de réfléchir à la question théorique suivante : quels sont les critères d'une esquive convenable ? Vous me donnerez votre version de la réponse quand je reviendrai vers vous. »


C'est-à-dire, une quinzaine de minutes plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu. Ven 9 Fév 2018 - 14:37

    Le Nara ne voulut rien dire au sujet des tatouages qui recouvraient son corps, hélas. Simplement parce qu’il ne m’appréciait pas, ou parce que c’était bien une histoire personnelle ? Dommage. Plus on avait d’informations sur une cible, plus on avait de chance de l’abattre. Mais Natsuki voulait rester sur un plan strictement professionnel.

    Il se mit à installer de biens étranges attirails, ressemblant au fruit de la technologie Saibogu qu’utilisent les célèbres base bolleurs lors de leur session d’entraînement. Sauf qu’ils ne faisaient pas un ballon prisonnier avec. Or, il semblerait que ce soit l’idée qui trottait dans l’esprit de Natsuki. Des esquives donc ? Via une machine ? S’il s’agissait d’un programme, c’était qu’il existait un schéma. Et si je parvenais à le saisir : prévoir et donc éviter les assauts sera d’une simplicité.

    Je suivis donc les consignes, commençant à m’échauffer tout en observant les machines installées par le Nara. J’essayais de comprendre leurs mécanismes et de connaître leur angle de tir selon leur conformation spatiale. Jusqu’à quelle hauteur pouvaient-ils lancer ? A quelle fréquence ? A quelle vitesse ? Mais sans les voir à l’œuvre, il était complexe de s’en faire une idée fidèle. La quinzaine de minutes n’était donc pas de trop pour me préparer.

    « Quand vous mentionnez les critères d’une esquive convenable, vous voulez parler des critères externes ou de points techniques ? Sinon je dirais qu’une esquive est dite convenable lorsqu’elle permet d’éviter un assaut sans qu’il n’y ait contact et sans que l’attaqué ne perde l’équilibre au cours du procédé. Sinon il se retrouverait à la merci de l’agression suivante, ce qui rendrait l’esquive inutile…
    C’est bien ici que je dois me placer ? Quelles sont les limites de la zone dans laquelle je puis me déplacer ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu. Dim 11 Fév 2018 - 21:14

« L'idée y est. » convint Natsuki lorsque Shigo arriva au terme de sa réponse. « Je vais me permettre de compléter selon mon avis sur la question, ouverte au débat. »

Les bras croisés, il leva un premier doigt de sa main gauche, en toute politesse.


« De mon point de vue, la base de l'esquive est l'observation / réaction. Plus vous êtes capable de déterminer où et comment l'adversaire va frapper, et mieux vous pouvez envisager le mouvement le plus efficace pour vous protéger. En combat bien évidemment, ces moments se comptent en fractions de seconde, mais l'entrainement est là pour cela. Alors comment faire ? Personnellement, je ne connais que deux moyens : l'habitude et l'observation. Le premier est dangereux, le second compliqué. L'observation, j'ai pu voir que vous ne manquiez pas de compétence là-dedans. Quant à ce qui est de s'habituer au rythme du combat pour parer et esquiver, cela peut se montrer très risqué si l'adversaire s'en rend compte et sait casser son propre rythme. »


Il leva un second doigt.


« Facteur important aussi : la rapidité, que ce soit dans la vitesse d'exécution, ou de réaction. Parce qu'un dixième de seconde plus loin que le fil d'une lame qui vise votre gorge est parfois ce qui fait la différence entre une tête encore sur les épaules, et une tête qui regarde ses orteils. »


Il leva un troisième doigt.


« Le positionnement pour ne pas perdre l'équilibre que vous avez mentionné est tout aussi juste : cela s'appelle '' le positionnement intelligent ''. Il ne sert à rien de bouger et de se contorsionner dans tous les sens sans logique derrière, sans quoi l'on finit simplement avec des nœuds partout, dans une position inconfortable et ouverte à l'adversaire. Lorsque l'on se bat, la première règle à retenir est de ne jamais faire de mouvements inutiles. D'une part car cela fatigue, et de l'autre car cela entame sur notre temps de réaction. Chaque mouvement doit apporter un avantage, ou supprimer un désavantage. Éviter l'attaque et être position de représailles, ou se soustraire à l'assaut et être immédiatement apte à se préserver du suivant. »


Il ne leva pas davantage de doigt.


« Analyse pertinente, réaction rapide, et positionnement intelligent. Voilà les bases d'une esquive réussi. La première se travaille avec l'observation, la seconde avec l'expérience, et la troisième avec la mémoire musculaire. L'exercice du jour concernera l'observation principalement.»


Natsuki composa un signe que l'on ne retrouvait pas dans le zodiaque, ce qui provoqua en réponse l'illumination de l'immense sceau de huit mètres de diamètre qu'il avait tracé. Pas très impressionnant en plein jour, une légère lueur bleutée s'élevait toutefois au niveau des branches jusqu'à une dizaine de centimètres au-dessus du sol. La protection restait cependant effective beaucoup plus haut.


« Voilà cotre territoire. Vous pouvez en sortir ou y entrer sans problème, mais je vais vous demander de rester dedans pendant l'entrainement. Les sceaux sont surtout là pour bloquer les projectiles que j'ai marqué. Nous allons commencer avec un rythme en douceur. Vous avez devant vous trois PB MARK-II : un en face et un dans chaque coin. Les attaques viendront donc toujours du même côté, à une vitesse de quarante kilomètres/heure. Le temps de les charger, et la première séance de cinq minutes débutera. Mettez-vous en place. »


Natsuki ouvrit le capot de la première machine, et posa un sceau en papier dessus avant de le refermer. Il procéda de même avec les deux autres, et donna le top départ. Les réglages des machines étaient simples. Celle la plus à gauche visait le buste de Shigo, et tirait une pierre parfaitement ronde de la taille d'un poing toutes les treize secondes. Celle du centre ouvrait le feu au niveau de la tête au bout de sept secondes. Celle de la dernière extrémité envoyait son projectile chaque vingt secondes dans les jambes.


« Je vais déjà voir comment vous bougez dans ces conditions là. Vous me direz à la fin de la première série ce que vous avez ressenti, observé et mobilisé. Et contentez-vous d'esquiver pour le moment, pas de contact. »


Car si le fuinjutsu de l'arène avait la propriété de les bloquer et les inactiver, chaque pierre était marquée d'un sceau explosif détonant en cas d'impact. L'équivalent de la gifle d'une jeune fille en fleur, soit pas de quoi blesser réellement, mais pas spécialement agréable non plus.

Enfin, Shigo le lui dira déjà s'il se fait toucher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu. Lun 12 Fév 2018 - 19:48

    L’analyse, la réaction et le positionnement. Les trois clés pour une esquive réussie. La recette de la technique. Mais plus que de simplement me donner les indications pour parfaire l’apprentissage, Natsuki me donna de précieux indices sur les étranges machines qui me tireront dessus. Notamment la vitesse à laquelle iront les projectiles.

    Une fois toutes les consignes données et les préparatifs terminés, je n’avais plus qu’à me placer et indiquer que j’étais prêt pour la première session de cinq minutes. Ce fut la machine du centre qui tira la première. Seule. Une pierre ronde qui filait droit vers ma tête : je n’eus qu’à me baisser pour l’éviter. Ainsi j’approchais mon centre de gravité du sol et m’octroyait de meilleures possibilités de mouvements, mais il n’y eut pas de suite directement. Il fallut attendre quelques secondes avant qu’une autre machine n’envoie sa pierre, visant le buste. Mais immédiatement après, le son de tir m’interpella : une autre pierre ciblait ma tête. Buste puis tête. Je me jetais alors au sol : mains et orteils contre terre pour pouvoir me propulser en cas de besoin.

    Troisième salve : jambes puis tête. Un bond accroupi entre les deux, mais je n’appréciais guère ce choix : n’ayant aucun appui je ne pouvais me rediriger si la dernière machine choisissait de tirer à cet instant. Heureusement, ce ne fut pas le cas.

    Elles tiraient donc à la même vitesse, mais à une fréquence différente les unes des autres. La tête était la plus souvent visée, suivie du buste et enfin des jambes. Soit le plus souvent près des yeux, et le moins au loin. De quoi focaliser mon attention en haut pour que j’en vienne à oublier mes points d’appui principaux… Astucieuse fourberie.

    Il y avait donc bien un schéma. Mais la fréquence des machines n’étaient pas le multiple l’une de l’autre, ce qui rendait l’opération plus délicate. Pourtant : plus les salves avançaient, plus les tirs se rapprochaient, avant de s’éloigner de nouveau, et de se rapprocher, le tout de manière cyclique. Hélas, il y eu un instant où les trois tirs étaient bien trop proches. Ou était-ce parce que je réfléchissais trop au lieu de simplement agir à ce qui venait ? Je dus bondir sur le côté pour éviter la pierre du buste, mais je n’avais pas un appui suffisant pour changer de direction et esquiver celle des jambes. J’optai donc pour la parade : dévier la trajectoire de la pierre pour ne pas prendre le choc de plein fouet. Cependant, au premier contact, au lieu de glisser contre ma jambe, la pierre détona. Une explosion pas suffisante pour me blesser, mais bien assez pour me faire perdre l’équilibre. Cependant : j’avais fini par comprendre le schéma et savais donc dans quel ordre les tirs se déroulaient. Les trois derniers assauts étant proches, la suivante allait être la tête : car c’était la machine avec la fréquence la plus élevée. Suivie par le buste, accompagné de la tête encore une fois. Et finalement les jambes avec la tête. Je devais donc me placer vers le bas à deux reprises, puis bondir à hauteur de poitrine, …

    « La fréquence… La fréquence des machines et la vitesse de tir étaient fixes. On pouvait donc y lire un schéma. L’habitude et l’observation n’est-ce pas ? Ici les deux pouvaient s’appliquer. Une fois le cycle compris.
    Je préférais opter pour des déplacements près du sol tant que je le pouvais : car plus les points d’appuis sont larges, mieux il est possible de se mouvoir par après.
    Par contre… Je ne m’attendais pas à la détonation… »


    Certes, la fréquence de tir était trop grande pour qu’une pluie d’explosions ne s’abatte sur moi, mais je devais avouer être surpris par la méthode. Comme si une pierre lancée à quarante kilomètres / heure n’était pas suffisant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu. Mar 13 Fév 2018 - 22:01

Tout au long de l'exercice, Natsuki observa, se posant la question de pourquoi Shigo était si raide alors qu'il était pourtant capable de s'enfuir si vite en cas de danger.

« Combien de fois vous êtes-vous cassé/fêlé/foulé les membres sans qu'il y ai eu une intervention médicale convenable derrière ? »
finit-il par demander à la fin de l'exercice.

Il allait peut-être y avoir toute une rééducation pour assouplir cela.


« L'analyse est pertinente. Vous avez rapidement trouvé le rythme, mais vos mouvements sont très nombreux pour éviter, vous plaçant parfois en situation inconfortable. Pour un début sur base brute, c'est cependant plutôt bon. Nous ne serions pas ici si vous excelliez déjà, après tout. »


Il pencha légèrement la tête sur le côté, et rebondit sur la dernière remarque de Shigo.


« Je ne connais que peu d'adversaires qui ont la décence de vous prévenir de ce qu'ils vont vous faire. Une part de réactivité devant les surprises est indispensable à une vie plus longue. »


Il aurait pourtant juré Shigo doté d'un spider-sens du danger, mais peut-être qu'il ne savait que sentir les opportunités de tirer son épingle du jeu. Pendant un instant, il songea à lui faire une démonstration du niveau que le Yamanaka dépassera dans quelques années, puis il se dit qu'aujourd'hui ne valait pas la peine de transpirer.

Le reste des trois heures se passa ainsi, une alternance entre phases de récupération et exercices. Natsuki variait le rythme et la vitesse vers une difficulté croissante mais de progression lente, davantage dans le but de faire bouger Shigo que de lui faire travailler une capacité d'analyse qu'il voyait bien déjà très développée.


« Vos exercices pour la semaine. »
lui tendit Natsuki à la fin de la dernière série. « C'est une liste de mouvements d'assouplissement. Faites-en votre quotidien. »

Il ne précisa pas de durée, c'était Shigo qui voyait. La souplesse devait s'entretenir régulièrement de toute façon.


« Ce que nous voyons pour le moment n'a pas d'application véritable en combat réel, ce sont juste des briques que je vous fais poser ici et là jusqu'à obtenir le mur désiré. Les exercices auront davantage de sens vers la fin de la semaine, lorsqu'ils mêleront ce que vous apprenez. »


Le lendemain, même endroit, même heure, même durée, Natsuki compliqua la chose. C'était désormais cinq machines qui attendaient Shigo, ainsi qu'une double barrière de sceaux pour éviter que la disposition en pentacle des lanceurs ne les fassent se tirer dessus. L'observation devait s'ouvrir à un périmètre plus large cette fois-ci, dans une situation où il y avait forcément des angles hors champs visuel. Ouvrir davantage les instincts et les sensations de perception, anticiper les assauts pour éviter à temps.

Le niveau restait relativement simple pour quelqu'un du niveau de Shigo, mais la difficulté croissante incitait à rester concentré pour espérer progresser. Surtout quand sur les deux dernières séries de dix minutes, Natsuki ajouta une nouvelle touche de surprise dans le programme.

L'avant-dernière série concernait les pierres déjà lancées. Car si ces dernières qui heurtaient la barrière étaient immobilisées et leurs sceaux neutralisés, elles n'en restaient pas moins présentes sur l'aire d'entrainement. Et de par leur nature, elles restaient contrôlables. Par des signes discret des mains, Natsuki en agita à l'occasion l'une ou l'autre pour les relancer dans la direction de Shigo à la vitesse des tout premiers projectiles qu'il avait rencontré la veille. Des attaques supplémentaires qui partaient toujours de face, dans son champs de vision.

Le dernier round quant à lui voyait son sol devenir mobile. L'ensemble du territoire dans lequel était cantonné Shigo se mouvait tel un tapis roulant, bougeant dans un sens ou dans l'autre en fonction des désirs de Natsuki. De quoi remettre en question les appuies du Yamanaka, qui voyait ses opportunités de réaction diminués.


« Alors, verdict de ce deuxième jour, qu'en avez-vous retenu ? »
lui demanda Natsuki pour boucler la séance du jour. « Demain, nous passerons à un autre exercice, différent de celui avec les PB MARK-II. Vous êtes toujours partant ? »

'' Non '' était une réponse entendable, mais pas très bien venue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu. Mar 20 Fév 2018 - 19:27

Mais finalement, tout ne se passa pas comme prévu, prouvant une fois de plus que la vie était faite d'imprévus. La vie était aussi faite de choix, même s'ils étaient un peu forcés et pas toujours très désirés : il fallait apprendre à faire avec, ou sans, en fonction. Un peu comme avec les responsabilités. Ces dernières induisaient des droits, mais ils étaient beaucoup plus rares que les devoirs, lesquels se montraient nombreux et imposaient de faire lesdits choix susmentionnés.

En tant qu'ancien Assistant du Hokage, et maintenant Intendant de Konoha en compagnie de Kihran Hayashi et Banchiki Épouvantail-Fourré, Natsuki avait bon nombre de responsabilités. Le plus souvent, c'était appliquer en pratique ce que le véritable cerveau et moteur d'impulsion du Village de la Feuille concevait. Et leur exécution imposait de faire des réarrangements dans son emploi du temps.

Shigo était l'une des victimes de ces réorganisations aujourd'hui. Une délégation Konohajin était prévu pour quitter le Village afin de rencontrer au Pays du Vent le Daimyo en fonction, dans l'optique de renforcer les liens d'amitiés tissés quelques mois plus tôt. Natsuki en était à la tête, avec trois autres genin. En soi, pas de problème, sauf que pour se rendre dans un lieu extérieur au domaine du Pays du Feu, la règle stipulait qu'il fallait boucler ses narrations en cours dans la localité afin d'éviter une sorte de problème d’ubiquité.

Deux parades existaient à cela. La première nécessitait de transférer sa narration dans la partie flashback – ce qui était ridicule, avouons-le -, et la seconde de simplement laisser ce morceau d'histoire de côté et de ne plus y toucher tant que l'on n'était pas revenu chez soi – ce qui n'avait aucun sens, avouons-le aussi.

Mais puisque Natsuki était à la tête de Konoha, il lui fallait donner l'exemple dans la mesure de ses capacités. C'est dans ce but qu'il avait envoyé une ombre rencontrer Shigo à l'aube du troisième jour de leur programme d'entrainement. Sa création éphémère tenait une lettre qu'elle lui remit.

« Shigo, j'en suis navré, mais je vais devoir couper court à notre séance d'entrainement, et ce, avant même que ne commence celle de ce troisième jour. Dans peu de temps, disons deux heures, je vais devoir quitter le Pays du Feu pour une mission capitale à l'étranger. Et pour pouvoir partir, comme vous vous en doutez, il est nécessaire que je sois libéré, délivré de tout engagement narratif dans la localité actuelle. Ce qui nous inclus donc. Heureusement, tout n'est pas perdu non plus, puisqu'au point où nous en sommes, c'est déjà assez pour prétendre à un apprentissage validable pour le rang B. A mon retour, nous reprendrons les exercices là où nous les avons laissé, ce qui fera probablement encore assez pour couvrir le nombre d'interactions nécessaire pour le rang d'esquive suivant. Je ne vous demande pas si cela vous convient, puisque je n'ai pas le choix de procéder ainsi, et qu'il faut faire avec. Ou plutôt, que vous devrez faire sans moi. Entrainez-vous bien en mon absence, nous ferons le point à mon retour.

Cordialement, Natsuki Nara. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu. Mer 21 Fév 2018 - 9:13

    « Tant que ce n’était pas nécessaire pour rester en vie. Presque à chaque fois. »

    Je ne faisais pas confiance aux médecins. Simplement : je ne les connaissais pas. Alors leur laisser mon corps vulnérable à leur entière disposition était contraire à mes principes. Il suffisait d’un mauvais docteur ou d’une mauvaise manipulation pour changer mon destin à jamais. Je préférais savoir ce qui se passe : contrôler ce qui m’arrive.

    Natsuki me donna des exercices d’assouplissement en parallèle de nos séances de tir au but. Le but étant mon propre corps. Mes mouvements manquaient-ils d’harmonie ? Les étirements diminueront ma force mais augmenteront mes amplitudes. Enfin, cela dépendait du temps laissé entre les exercices et l’entraînement où je ferais usage de ce corps étiré. Juste après la séance ? Ca ne ferait qu’augmenter les courbatures. Mais les courbatures sont la représentation du remodelage musculaire… Quoique, plutôt pour un gain de volume, de force ou d’endurance. Pas vraiment dans le but assouplissant.

    Dans ce cas, il me fallait procéder aux exercices avant la séance, mais à l’écart de cette même séance. Soit au moins trente minutes avant pour ne pas voir mes performances diminuer de quelques pourcentages.

    Ce fut avec de légères courbatures que commença la séance du deuxième jour. Et à ce rythme, elles ne feront qu’augmenter au fur et à mesure des séances. La pratique rendra-t-elle bel et bien l’ultime journée plus simple, ou la fatigue aura-t-elle raison de moi ? Je l’ignorais, mais je faisais de mon mieux pour faire fi de tout ça et ne rien laisser paraître.

    Davantage de machines, les tirs ne provenaient plus du même côté de l’arène. La vue n’était plus le seul sens sollicité. L’ouïe participait plus pour définir quelle machine attaquait, ensuite il me restait plus qu’à me tourner ou à me fier à la sensation des mouvements précédents, basés sur la vitesse constante du tir. Ce n’était pas parfait : comment le pourrais-je au bout du deuxième essai seulement ? Mais j’évitais plus de rochers que je ne me prenais. Au fur et à mesure des tirs, je me déplaçais moins pour leur échapper. Pourquoi ? Pas forcément parce que je saisissais consciemment la chose, mais parce que c’était nécessaire pour pouvoir ensuite esquiver le projectile suivant. Moins de temps pour éviter, donc moins de mouvements. Cependant, l’exercice se compliqua drastiquement lorsque le sol devint mobile à son tour. Plus je luttais, restais en bloc, plus j’étais déstabilisé. Mais ma soif de contrôle rendait la tâche bien ardue : laisser mes articulations et mon corps s’assouplir pour accompagner les déstabilisations au lieu de lutter contre.

    « Le verdict du second jour ? Je constate ce que vous vouliez faire en me donnant des exercices d’assouplissement à présent. C’est là, je crois mon obstacle principal. Sinon : j’ai remarqué qu’avec moins de temps, soit une fréquence d’assaut plus élevée, je me mouvais moins pour chaque projectile. Je suppose que c’était là le but recherché ?
    Je suis évidemment toujours partant pour demain.
    Merci pour votre enseignement. »


    Le lendemain, les courbatures et la fatigue étaient plus grandes encore, mais je n’aurais pas à paraître invincible cette fois. Ce fut un clone du Nara qui vint, portant avec lui une lettre pour l’excuser de son absence et du report temporaire de nos séances. Je lui aurais bien répondu de poursuivre avec son clone, car je ne pouvais jamais savoir quand le besoin de ces techniques se fera sentir, mais ça ne résoudrait pas la problématique de la narration qui devait se boucler. Il y aurait bien un moyen ou deux : transporter Konoha avec ou que je les accompagne. Mais Natsuki ne semblait pas m’avoir invité à cette mission capitale. Parce que je n’étais pas nécessaire ou par manque de confiance en moi ? Ca, je l’ignorais. Mais insister ne lui ferait pas changer d’avis. Dans cette situation : il n’y avait qu’une seule chose à faire.

    J’inclinais donc respectueusement la tête face au clone avant de prendre congé. Je poursuivrais les exercices d’assouplissement de mon côté en attendant patiemment son retour. Car ce ne sera qu’une fois toutes les briques agencées en le mur souhaité que je ferais la demande pour officialiser le dit mur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu.

Revenir en haut Aller en bas
 

Un air de déjà vu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Terrains d'entraînement-