N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Une entaille de plus sur la crosse de mon âme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Une entaille de plus sur la crosse de mon âme Dim 4 Fév 2018 - 14:47

La situation commençait à se tasser. Ayumi était toujours portée disparue, et aucun des moyens déployés pour la retrouver – morte ou vive – n'avait porté ses fruit. L'on s'était fait à l'idée que c'était trois Intendants qui géraient Konoha désormais.

La rumeur comme quoi Natsuki avait protégé le Village en capturant en lui un démon sanguinaire l'été dernier plutôt que de le laisser faire ses carnages à l'air libre s'était répandu jusqu'à presque toutes les oreilles des shinobi Konohajin. L'on commençait à accepter qu'il y avait une bombe à retardement assise dans le Palais du Hokage.

Shigo était devenu chûnin, et continuait de progresser dans la hiérarchie militaire malgré des méthodes discutables et une tendance à provoquer des événements douteux autour de lui.

Dans le fond, personne n'aimait les situations anormales, mais avec le temps, l'on finissait par s'y habituer et les intégrer à notre quotidien : l'anormalité devenait la normalité. Tout aussi bien, si l'Empereur était parvenu à mener à bien son projet d'extension et à pacifier le continent entier sous sa coupe, au bout de quelques décennies, chacun aurait prit le pli et admit la situation comme étant normale et acceptée.

Selon ce courant de pensées, Natsuki avait finit par accepter que son équipe shinobi soit celle avec le plus de passage à Konoha. Matsudaï n'était jamais complète, et les étudiants qui s'y inscrivaient allaient et venaient avec un rythme effarant. Ce quotidien qui avait souvent poussé le Nara tatoué à se remettre en question sur ses méthodes était maintenant une part intégrante de l'ordre des choses. Les étudiants venaient, et lui leur ouvrait les yeux. La plupart abandonnait en découvrant qu'ils n'avaient fait que fantasmer un métier pour la force qu'il procurait sans réellement comprendre ce qu'il était nécessaire de faire pour l'obtenir. Peu étaient ceux qui étaient restés jusqu'au bout de la formation possible. Peu, pour ne pas dire personne...

Aujourd'hui, quelqu'un d'autre venait tenter l'aventure. Natsuki avait reçu un courrier de la part de l'Académie, lui signifiant que l'annonce qu'il avait laissé là-bas pour recruter dans son équipe shinobi avait trouvé une intéressée. Une membre de clan qui plus est. Il avait tendance à croire légèrement plus en ces derniers car le métier de ninja leur coulait dans les veines, et leur formation datait de leur plus tendre enfance.

La contrepartie, c'était qu'une part d'entre eux avait été lancée dans cette voie par obligation, et non par envie.

Fidèle à son habitude, Natsuki fixa le premier rendez-vous dans le restaurant du Septième Ciel, pour le repas de midi. C'était là où il avait le plus de temps devant lui, dans un lieu qui permettait un contact sur un terrain neutre et au chaud. Et puisqu'il savait à qui il allait avoir à faire, il informa l'hôte à l'accueil de bien vouloir diriger la jeune femme vers sa table lorsqu'elle arrivera.

Elle était attendu pour midi et demi, alors il attendit.


Dernière édition par Nara Natsuki le Jeu 8 Fév 2018 - 18:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 42
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Une entaille de plus sur la crosse de mon âme Mar 6 Fév 2018 - 22:15

Une entaille de plus sur la crosse de mon âme
Nara Natsuki & Hayashi Rioko


« - Hein ? »

Voilà ce qu’à été sa réaction lorsqu’elle a reçu l’invitation d’un membre du Triumvirat régent sur Konoha. Bien sûr, il ne s’agit pas de son frère puisque celui-ci est bien occupé avec l’académie et sans oublier son départ pour Iwa. La flamboyante brute n’est pas ignare au point de ne pas connaître celui qui a préféré capturer un démon que de le laisser faire. Elle qui adore la bagarre n’est pas du genre à laisser les rumeurs et autre état de fait finaliser son jugement sur les personnes qu’elle croise. Oh non, Rioko était plutôt méfiante comme personne. En dehors de ceux qu’elle connaît et des étrangers, avec qui elle essaye d’être sympa surtout lorsqu’ils visitent son domaine, on ne peut pas dire qu’elle porte les autres dans son cœur. C’est aussi de sa faute mais elle est trop fière pour l’avouer ouvertement. Comme beaucoup de personnes appartenant à des clans, elle est un peu orgueilleuse. Peut-être que cela lui passera un jour. Allez savoir…

Elle reste debout en relisant l’invitation. Attendez, il l’a invité à aller au restaurant ? Il l’a prend pour une poupée de luxe ou quoi ? Sur le moment, elle se demande pourquoi il fait ça. Bien sûr, elle savait aussi que le dit restaurant appartient à la même personne qui lui a envoyé cette invitation. S’il y avait des membres du clan, ils auraient bien rit car on avait l’impression qu’elle était en mode « bug » complet. Elle n’est absolument pas habituée à se faire inviter au restaurant et encore moins par un membre du Triumvirat du village. Cependant, elle avait une idée du pourquoi cette invitation ? Non,il n’y a rien entre ce shinobi et elle. Bien sûr, elle le connaît au moins de nom. Lorsque des clans s’unissent pour reconstruire un village, ils finissent par tous se connaître.

Rioko finit par déposer l’invitation sur son bureau. Heureusement qu’une certaine personne n’est pas présente pour lui faire une scène. Lorsqu’elle y pense, elle rit dans sa barbe et elle sourit bêtement. Il n’y a qu’une seule personne qui la fait sourire mais cette personne n’est plus là. Enfin, elle est toujours en vie mais elle a choisie de s’éloigner. Après, elle en comprend tout à fait les raisons et du coup, elle va souvent voir cette personne lorsqu’elle a envie et qu’elle sait qu’elle est disponible. Débarquée à l’improviste ? Oui, c’est tout à fait son genre. Peut-être le fera-t-elle avant son départ en voyage… Elle ne sait pas encore. Une chose est sûre, elle aime laisser planer le mystère quant à son identité. Si on venait à découvrir que la brute sait être tendre, c’est sa réputation qui va en prendre un coup.

Se décidant à bouger, elle se redresse et elle finit par se changer afin de paraître plus… Pour paraître moins provocante dans sa façon de s’habiller. Ce n’est pas parce que c’est une brute qu’elle ne s’est pas s’habiller avec classe. C’est une Hayashi tout de même. On lui a appris les bonnes manières même si elle ne les met pas toujours en pratique. Son frère le lui dit bien assez mais elle aime le faire râler un peu. Surtout quand elle débarque à l’improviste chez lui pour s’occuper de son neveu. Qu’est-ce qu’elle pouvait être envahissante parfois ? Mais elle savait que son frère était sur le départ et elle n’avait pas osé aller le déranger durant les derniers préparatifs de voyage. Prenant une tenue dans sa penderie, elle se change pour être un peu moins provocante. Après tout, elle ne va pas là-bas pour faire du sport mais bien pour déjeuner. Quel mal il y a d’accepter de déjeuner avec un potentiel professeur ? Bien qu’elle soit une brute, elle n’en voit aucun.

Laissant finalement ses dagues dans ses appartements de la demeure principale des Hayashi, elle se dit qu’elle n’en a pas besoin. C’est un déjeuner… Un simple repas… Enfin, c’est que lui dit sa mère qui était venue lui rendre visite. Dans le fond, elle avait raison en disant que cela n’ira pas si Rioko ne se calme pas. Cependant, c’est plus fort qu’elle, elle ne peut pas s’empêcher de chercher la bagarre dés qu’elle en a l’occasion. Prenant une cape hivernale, elle l’a place sur son dos avant de quitter la demeure sous le regard amusé de sa mère. Ne disant rien de plus, elle devait se rendre au restaurant. Qui ne connaît pas l’emplacement du Septième Ciel dans le village ? Presque personne. C’était un établissement connu dans les rues du village et même elle connaissait la localisation de ce lieu. A croire qu’il en deviendrait touristique…

Marchant dans les rues du village, elle ne prête aucune attention aux autres. Aucun son ni mots ne semblent atteindre ses oreilles de brute. C’est comme si elle se retenait de frapper le premier passant. Non, Rioko, tu ne dois pas… Elle prend plusieurs inspirations et elle souffle afin de ne pas sauter sur le premier venu. Elle avait hâte d’arriver afin de penser à autre chose. Sa longue chevelure rousse dans le vent, elle n’aime pas les attacher et il ne lui ont jamais posé problème durant ses divers entraînements avec les Gardiens. Arrivant sur place, elle passe la porte et elle secoue ses cheveux qui doivent être emmêlés avec ce vent. Le printemps est installé mais il fait encore un peu froid. Retirant sa cape par la suite, elle la pose sur son bras et elle se présente à l’hôte. Bien sûr, elle y met les formes de politesse. Brute d’accord mais pas mal élevée.

« - Bonjour, j’ai rendez-vous avec le responsable de l’établissement ! »

Elle allait se présenter convenablement mais l’hôte lui fait signe de le suivre. Elle se tait et elle suit la personne qui va l’accompagné auprès de celui qui l’a invité à déjeuner. Levant les yeux vers la pendule, elle remarque alors qu’elle a cinq minutes d’avance. Le responsable devait probablement déjà être là puisque c’est lui qui a fixé le rendez-vous qui a aussi décidé du lieu. Suivant l’hôte, la rousse finit par apercevoir celui-ci et elle reste neutre. Puis l’hôte lui explique où se trouve la table et elle le remercie de vive voix.

« - Merci ! »

Suivant les instructions, elle finit par rejoindre un de ses supérieurs et elle ignore encore comment l’aborder. Il faut dire qu’elle n’avait jamais réellement fait attention jusqu’à aujourd’hui. Elle s’arrête à proximité de lui puis elle joint ses mains dissimulées par la cape et elle incline légèrement le torse. Il faut bien qu’elle montre du respect à l’un de ses supérieurs et elle sait que son frère ne lui ferait pas de cadeau s’il venait à apprendre qu’elle avait merdé avec un des plus haut gradés du village. Le clan est intégré au village mais cela ne donne pas tous les droits à la jeune Rioko. Loin de là. Baissant la tête, elle lui présente ses hommages.

« - Bonjour ! »

Elle ignore comment elle devait l’appeler. Senseï ? Sempaï ? Natsuki-sama ? Natsuki-dono ? Ou tout simplement son prénom ? Peut-être même Commandant ? Franchement, elle n’y avait même pas réfléchit jusqu’à maintenant. Sauf que c’est trop tard vu qu’il est devant elle. Elle finit par se redresser après plusieurs secondes dans cette position un peu gênante pour elle. Cependant, elle doit ravaler sa fierté et respecter les grades et les aînés. C’est pareil dans son propre clan alors il n’y a aucune raison que cela soit impossible.

Printemps An 5
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Une entaille de plus sur la crosse de mon âme Jeu 8 Fév 2018 - 21:12

Natsuki n'eut pas à attendre très longtemps à sa table. Pour ainsi dire, il n'eut même pas à attendre du tout, vu l'heure qu'il était : Rioko arriva avec de l'avance. Elle se présenta à lui de façon très formelle, ce qui lui tira un sourire en coin. Il était compréhensible dans le fond d'être tendu lorsque l'on faisait face à l'équivalent de la plus haute autorité hiérarchique de sa profession, l'on craignait toujours de commettre un impaire, même minime, pouvant avoir de lourdes conséquences. Le Nara tatoué se leva donc à son tour pour la saluer en s'inclinant, et tenta de la détendre un minimum d'une voix légère.

« Vous devez être Rioko Hayashi. Je suis enchanté de vous rencontrer. Je suis Natsuki, du clan Nara. »


Ce que tout le monde savait, mais la politesse lui suggérait de se présenter tout de même. Cela le plaçait aussi dans le rôle avec lequel Rioko devait le considérer : il était Natsuki du clan Nara, et non Natsuki Assistant du Hokage et Intendant de Konoha.


« Installez-vous, je vous en prie. »
suggéra-t-il en indiquant la chaise qui faisait face à sa table.

S'il pouvait se permettre l'expression, Rioko était une longue branche, c'était le moins qu'il puisse dire. La femme avait presque la même taille que lui, et il n'avait jamais été perçu comme petit. Le corps rompu aux entrainements militaire, la Hayashi était tout en muscles pour ce qu'il pouvait en observer. Elle était une combattante adepte du corps-à-corps, il était en mesure de l'affirmer sans se tromper rien qu'en observant sa manière de bouger et son gabarit. Intéressant.


« Je vous remercie d'avoir acceptée de me rencontrer ici. J'espère que la date et l'heure n'ont pas trop bouleversé votre emploi du temps, car il est plus aisé pour moi d'organiser mes entretiens à ce moment là de la journée. Soyez assurée en tout cas que je ne vous ferai pas perdre trop de votre temps : nous aurons terminé d'ici la fin de ce repas. »


Un serveur passa d'ailleurs à ce moment-là pour déposer les menus sur leur table. La main droite appuyée sur sa cuisse, et l'avant-bras gauche posé sur la table, Natsuki ne fit même pas un geste vers la carte. Son regard était posé sur Rioko.


« L'Académie m'a contacté suite à l'annonce de recrutement dans mon équipe Shinobi que j'avais déposé là-bas, annonce à laquelle vous avez répondu. Si vous me permettez la curiosité, pourquoi avoir choisi la mienne plutôt qu'une des nombreuses autres présentes ? »


Matsudaï ne brillait pas par son excellente réputation, bien au contraire. Elle était essentiellement connu pour son impressionnant nombre d'abandon de la part des jeunes ninja qui étaient entrés dedans. Y avait-il un lien avec le fait que seules des causes désespérées ou désespérantes venaient tenter leur chance ? Natsuki l'avait parfois pensé, mais jamais affirmé.


« J'accepte '' le hasard '' comme une réponse entendable. »
lui sourit-il. «  Tout comme si vous me dites que vous postulez auprès de différents mentors. Matsudaï n'a pas d'objectifs élitistes sur les candidatures, et je ne demande pas non plus de dossiers en béton avec recommandation, aussi j'entends parfaitement que vous recherchiez juste une équipe sans critère particulier. En ce qui me concerne, en tant que mentor, je vise essentiellement la transmission de mon expérience et de mes connaissances, afin d'offrir les moyens à mes étudiants d'atteindre les objectifs qu'ils se sont fixés. »

En d'autres termes, Natsuki ne s'affichait pas comme une source de motivation, mais comme des balises sur une route : il pouvait guider la personne, mais pas avancer à sa place.


« Ce qui me conduit à vous poser la question, Rioko : qu'est-ce que vous, vous attendez d'une équipe ? Et quels sont vos objectifs professionnels ? »


Un petit délais supplémentaire à la réflexion lui fut accordé par l'arrivée du serveur, qui vint enregistrer ce qu'ils souhaitaient en boisson. Natsuki commanda une limonade pour sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 42
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Une entaille de plus sur la crosse de mon âme Ven 9 Fév 2018 - 23:33

Une entaille de plus sur la crosse de mon âme
Nara Natsuki & Hayashi Rioko

Oui, très formel mais elle avait aussi la pression de son clan sur les épaules. Être tendue n’est pas véritablement le mot qui pourrait la décrire en ce moment. Elle n’aurait pas fait cette démarche si le clan ne lui mettait pas la pression. Elle aime la bagarre et elle ne fait rien allant dans le sens contraire. Cependant, elle se bataille pas avec n’importe qui. Elle a été une gardienne Hayashi puis une rebelle avant de suivre les traces de son aîné. S’il savait ce qu’on avait pu la gonfler pour qu’elle fasse cette démarche, il en serait peut-être complètement fou. Ou pas. En vrai, elle se fiche de sa carrière en tant que shinobi. Elle pourrait faire des compétitions de combat qu’elle trouverait toujours la solution pour s’en sortir. Cependant, elle respecte le choix de son père qui lui avait demandé de porter le bandeau de la Feuille en signe de respect envers ce que le clan a fondé ici. Elle a tenu parole mais pour le moment, elle ne semble pas si motivée que ça. Peut-être que par la suite, elle sera exactement ce qu’il en est. Malheureusement, elle est un peu un électron libre dans son propre clan qui n’approuve déjà pas le fait qu’elle préfère utiliser l’art de combattre au corps-à-corps plutôt que l’art d’utiliser le bois comme tous les membres du clan de naissance. C’est vrai qu’elle a un avantage avec ça mais elle ne respecte que son frère et sa famille. Le reste, elle s’en balance. Même si c’est ce qu’elle fait croire. Elle ne se fiche pas de tout mais elle se préserve de le dire ouvertement.

Elle avait fait ce qu’elle devait faire pour se présenter et elle le vit se lever afin de faire la même chose. Bon, c’est gênant mais elle ne peut pas l’empêcher de faire ce qu’il veut. Tâchant de rester posée et calme, elle prend la parole en hochant la tête sur son identité. Oui, elle est bien la brute flamboyante du clan Hayashi du doux nom de Rioko. Mais en même temps, elle ne passe jamais inaperçue et pour plusieurs raisons. La première était justement sa longue chevelure. En effet, rares sont ceux qui dispose de cette coloration assez pétante en guise de coloration naturelle. La seconde était ses tenues quelques peu extravagante même si elle tente d’être présentable et la dernière est sa fâcheuse tendance à être violente lorsqu’on la provoque en duel. Bien sûr, il y a d’autres raisons mais qui est propre au clan. Elle aime certains membres de son clan mais cela ne fait pas d’elle une intègre à celui-ci. Loin de là.

« - Enchantée de faire votre connaissance ! »

Elle s’était redressée et elle avait observé son hôte à travers ses yeux émeraude. Bien sûr, même si sa longue chevelure, sa cicatrice à l’œil gauche reste néanmoins visible. Il lui arrive parfois qu’elle fasse encore mal mais elle a appris de son passé et elle ne compte pas laisser les évènements se reproduire. Elle ne laissera plus personne parmi ses proches mourir de la même manière et elle ne sera plus jamais faible. C’est aussi pour cette raison qu’elle a opté pour une approche différente que ce que le clan prévoyait pour elle. Puis, il indique à Rioko où elle peut prendre place. Hochant la tête, elle prend donc place. Posant alors sa cape sur le dossier de la chaise où elle avait poser son imposant derrière, elle finit par faire face à celui qui s’interrogeait probablement sur les raisons qui la poussait à rejoindre une équipe tandis qu’elle avait passé les quatre dernières années derrière les remparts du domaine Hayashi afin de répondre aux Gardiens. Il s’adresse ensuite à elle et elle le regarde sans agressivité le temps qu’il s’exprime. Elle se demande encore ce qu’elle fait là et les repas de famille n’ont jamais été son fort alors le restaurant encore moins. Cependant, elle fait abstraction à tout ça.

« - Aucunement. Il est aussi plus facile pour moi de m’organiser à cette heure-ci que plus tôt ou plus tard. »

Plus tôt, elle est en entraînement et renforcement musculaire qu’elle est habituée à faire de manière quotidienne et le soir, elle agit en garde. Alors pas vraiment de solution quand au planning. C’est alors qu’un serveur s’approche et elle détourne les yeux de manière vive ayant repéré celui-ci dans son champ de vision périphérique et sans que la tête ne bouge. Accordant un dernier coup d’œil au serveur, elle pose une main sur la carte tandis que l’hôte ne semble pas accorder la moindre importance à la carte. Il devait la connaître par cœur vu qu’il gère l’établissement. Il l’observait et elle le savait. Cependant, elle ne peut pas empêcher quelqu’un de la regarder même si c’est pour analyser le moindre de ces gestes. Natsuki n’est pas le seul à le faire et il a raison.

Bien sûr, il entame le vif du sujet. Voilà qui est intéressant, il entame déjà les hostilités. Restant silencieuse, elle prend le temps de consulter la carte quelques secondes. Sachant exactement ce qu’elle compte prendre, elle n’est pas quelqu’un d’extrêmement gourmande comparé à d’autres personnes de son clan. Cependant, elle sait exactement ce dont elle a besoin pour le restant de la journée. Comme elle a été invitée, elle ne compte pas dépenser une fortune avec le repas. Bien sur, sa question la travaille un peu mais elle choisit judicieusement les mots qu’elle compte employer.

« - Je ne dirais pas que c’est le hasard. Disons que je n’aime pas être entourés par de nombreuses personnes. En moyenne, après une quinzaine de jours, j’ai envie de les mettre hors circuit tellement ils me tapent sur le système. »

Un jour est sûre, elle ne sera jamais enseignante ou senseï vu sa patience. Elle n’est vraiment pas patiente même si elle sait se montrer patiente lorsqu’on parle d’entraînements. Cela peut être un bien comme un mal à vrai dire mais elle n’a pas assez de recul pour le réaliser. Elle a aussi un langage assez cru, il faut l’admettre et le bras droit de l’Hokage va avoir un sacré challenge que de la faire progresser. Elle avait déjà répondu à la première question mais il y en a d’autres qu’elle ne peut pas non plus ignorer. Elle n’est pas là pour dire qu’elle est la sœur d’un des régents du village ni pour crier qu’elle a fait partie des fondateurs du village. Ce n’est pas son genre et il lui arrive même de maudire son nom de famille. Réfléchissant à ses réponses, elle ne sait pas trop où elle met les pieds. Il est peut-être même possible qu’elle finisse par démissionner par elle-même tellement cela peut rapidement lui monter à la tête sans prendre la grosse tête, elle est déjà bien assez fière comme ça.

Le serveur revient et je tourne les yeux et la tête en direction du serveur qui venait d’arriver afin de demander si on voulait boire quelque chose. Elle reste silencieuse jusqu’au moment où l’hôte commande une limonade. La concernant, elle commande plutôt un thé chaud. Comme toute sa famille, elle boit du thé et elle préfère ça à n’importe quelle autre boisson. Grâce à l’intervention de ce serveur, elle avait eu un peu plus de temps pour réfléchir à sa réponse qui n’avait pas fini d’émerger de sa cervelle de rousse tout feu tout flamme. Ce qu’elle attend d’une équipe ? C’est une très bonne question car en temps normal, elle s’entend rarement avec quelqu’un d’autre que les membres de son clan ou des civils à qui elle sauve la mise de temps à autre.

« - Je n’attends rien d’une équipe. Ce mot m’est presque inconnu dans le sens où mes coéquipiers finissent par m’exaspérer et donc de ne pas me donner envie de participer à des missions communes… Quant à mes projets professionnels, j’en ai aucun en tête. J’ai été poussé par plusieurs membres de mon clan à intégrer une équipe. »

Elle ne sait pas vraiment par où commencer surtout. On peut que Rioko va être une personne qui va probablement rester longtemps en mémoire de l’une des têtes pensantes du village. Certes, je lui dois beaucoup de respect et je ne cherche pas à lui mentir sur ce que je suis. La réputation dont je dispose dans le village parle bien assez pour moi alors pourquoi m’en cacher ? J’assume entièrement cette réputation même si cela dérange de nombreuses personnes dans le clan Hayashi. Il y a d’autres raisons qui me pousse en ce sens mais ce n’est que le résultat d’une blessure qui se veut bien plus profonde que ce qu’elle veut bien reconnaître.

Printemps An 5
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Une entaille de plus sur la crosse de mon âme Lun 12 Fév 2018 - 10:24

La vie de Natsuki était ponctuée de personnages haut en couleurs. Quelques uns étaient fades et sombraient bien vite dans l'oubli, mais l'essentiel qu'il connaissait ou avait connu avait un caractère bien trempé. Par sa réponse, Rioko lui montra que elle aussi était bien singulière. La vie n'était pas simple avec eux, mais depuis que Natsuki avait reprit goût en elle, il savait que c'était avec des individus de cette trempe que l'on vivait les expériences les plus intéressantes. Restait à déterminer si elles étaient positives ou négatives.

« Donc, si je résume bien, vous me donnez environ quinze jour avant d'en avoir assez de moi, et d'avoir envie de me loger votre poing dans le visage ? Voilà une entrée en matière des plus inhabituelles. »


Natsuki ne paraissait pas plus offensé ou surpris que cela : il en avait vu passer d'autres avant Rioko, et en verra d'autres encore bien après elle. La question était surtout : que faire avec cela ?


« Je ne vous cacherai pas être plutôt perplexe. Nous nous voyons dans le cadre d'un recrutement potentiel dans une équipe, mais vous me faite comprendre avoir en horreur tous les aspects qui définissent justement une équipe. J'ai à offrir les outils et les moyens pour combler vos ambitions, mais pourtant vous m'affirmez n'en avoir aucune en tête. A quoi servent donc les efforts que vous déployez pour sculpter ce corps qui est le votre dans ce cas ? N'y a-t-il aucune raison derrière cela ? »


Dans la bouche de jeunes enfants, Natsuki avait entendu cela beaucoup trop souvent : devenir fort juste pour être fort, alors qu'ils n'en comprenaient même pas le sens. Ils fantasmaient la profession de shinobi sans avoir idée de ce qu'elle était vraiment, de ce qu'elle impliquait, et de ce qu'être fort signifiait. De ce qu'il fallait faire pour le devenir, encore moins...

Toutefois, Rioko ne semblait pas être de cette branche là. Elle avait l'air de porter un tout autre fardeau, celui d'avoir la sève du clan Hayashi dans ses veines : l'héritage du sang était parfois lourd à porter, car il traçait pour soi le chemin dès la naissance. En un sens, Natsuki était en position pour le connaître.


« Vous savez, je ne suis pas du genre à forcer les autres à faire ce dont ils n'ont pas envie - hors cadre professionnel, quand je pose des questions et que j'attends des réponses, bien entendu. En ce sens, j'entends bien qu'il y a une pression faite sur vous pour intégrer une équipe, mais si vous, vous n'avez pas envie d'au moins essayer de votre plein gré, je crains que cela ne puisse pas marcher, quoi que je tente. '' L'on peut amener le cerf à la rivière, mais pas le forcer à boire. '' »
cita Natsuki « Si vous me le permettez, il y a une autre question que j'aimerai vous poser. Vous qui êtes de la même génération que moi, et qui avez grandit au sein d'une grande Famille ninja tout comme moi aussi, était-ce vraiment ce que vous vouliez faire de votre vie ? Devenir shinobi. »

Être formé à se battre dès que l'on sait tenir sur ses jambes, porter les attentes de son clan sur ses épaules, être poussé dans une direction qui nous formate bien avant que l'on soit en âge de réfléchir par soi-même, c'était ce qui attendait les enfants nés dans un clan. Certains le vivaient bien, d'autres le vivaient sans même s'en rendre compte, mais il y en avait toujours qui finissaient par se poser tout de même la question. Était-ce vraiment ce dont ils avaient envie, ou bien étaient-ils juste nés au mauvais endroit ?


« Vous n'êtes pas dans l'obligation de me répondre, mais si vous n'attendez rien des autres, et que vous n'avez aucun objectif à atteindre, je ne vois pas ce que je pourrai vous apporter en tant que formateur, si ce n'est de la tranquillité de la part d'autrui qui vous croiront dans une équipe. »


Ce qui pouvait être un argument en soi, mais un peu dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Une entaille de plus sur la crosse de mon âme Mer 21 Fév 2018 - 22:15

Dans l'ensemble, ce début de repas se passait assez bien, malgré une prise de position particulière pour Rioko vis-à-vis des équipes shinobi. Particulière, certes, mais qui ne braquait pas Natsuki. Il avait déjà vu passer une centaine d'étudiants, de tous horizons et de toutes mentalités, et avait brisé chacun d'entre eux. Non pas par plaisir, mais simplement parce que le seul quotidien de la vie de shinobi les dépassait : ils n'étaient pas fait pour ce métier.

Pour ainsi dire, ils leur avaient même sauvé la vie.

Aussi, il prenait n'importe qui dans son équipe sur simple demande, même ceux refusés partout ailleurs, tout simplement parce qu'il savait qu'il n'y avait que deux issus possible à son apprentissage : l'abandon de la carrière de shinobi en moins de deux mois, ou la réussite.

Rioko ne sera pas différente des autres, elle ira dans l'un ou l'autre de ses catégories – ce qui lui tira un sourire en se rappelant combien de ninja lui avait dit qu'ils étaient différents, et qu'en définitifs, il ne l'avaient pas été. Natsuki s'intéressait à la Hayashi et lui posait des questions pour la connaître un peu plus, mais dans le fond, il avait déjà prit sa décision.

Ladite décision tomba d'ailleurs plus tôt que prévu, quand un shinobi vêtu d'un bandana lui couvrant toute la tête entra dans le restaurant. Il murmura quelques mots à Natsuki, puis se retira. Le Nara tatoué fit une moue, puis reporta son attention vers Rioko.


« Il va nous falloir nous hâter pour manger, car une mission nous attend à l'étranger. Vous faîtes partie de l'équipe qui va assurer sa réussite, et c'est moi qui vais en faire le briefing. Serveur ! Un menu complet mixé pour moi, je dois partir dans un quart d'heure au bureau. »


Le menu complet mixé, soit l'équivalent en apports nutritionnels d'un grand repas réduit à l'état de jus dans un verre de un litre, avec une touche de menthe et de fruit des bois pour masquer le goût.


« Bien. Rioko, pour les détails de Matsudaï, nous verrons sur la route de la ville de Jad... d'Odaïchi, où habite le Daimyo que nous allons rencontrer. En attendant, bienvenu à vous dans l'équipe. »
lui sourit-il en lui tendant une main à serrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 42
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Une entaille de plus sur la crosse de mon âme Jeu 8 Mar 2018 - 9:47

Une entaille de plus sur la crosse de mon âme
Nara Natsuki & Hayashi Rioko
Parfois, la vie peut révéler de nombreux avantages comme des inconvénients. Il est vrai qu’elle est assez singulière mais elle ne peut pas cacher ce qu’elle. Le départ donc peut-être un peu mal pour elle. Mais à quoi cela servirait il si elle mentait au lieu de dire les choses telle qu’elles sont. Les shinobi ne sont-ils pas censés apprendre à être honnête ? Voilà une bonne question que seuls son frère aîné peut répondre. Faudra qu’elle lui pose la question. Cependant, même si c’est une brute, elle est quelqu’un qui n’a jamais menti dans ses fonctions et a qui ont a appris ce qu’était l’honnêteté. Si on est pas honnête, on ne peut pas avoir la confiance des autres. Bien entendu, cela dépend des demandes aussi. Il est certain que si on lui demande de parler des secrets du clan, elle ne dira rien. Il ne faut pas la prendre pour ce qu’elle n’est pas. Et puis, elle est mal placée pour en parler vu qu’elle est un peu aussi une sorte de chat noir dans son propre clan à cause de son refus d’utiliser les avantages de ces gènes et de l’art de manipuler le bois. Enfin, c’est pas qu’elle refuse… C’est que cela ne lui a pas permis de s’en sortir lorsqu’elle a été agressé juste avant qu’elle ne rejoigne la rébellion. Elle en porte encore la marque aujourd’hui et elle est bien visible sur son œil gauche… Cet œil qui a bien faillit la lâcher à la suite de cet incident… Incident qu’elle n’est pas prête d’oublier. Elle qui était alors si différente a perdu ce qu’elle était réellement pour devenir cette coquille vide qui se tient en face du responsable d’équipe. Elle reste neutre lorsqu’il lui résume la situation et elle se sent même gêné.

« - Non… Ce n’est pas réellement ce que j’ai voulu dire… Quand je parlais des autres, j’entendais les autres membres de l’équipe pas vous… Je ne me permettrais pas ! »

Bien sûr, elle n’avait pas prévu qu’il se sent concerné par le fait qu’elle finisse par frapper ses camarades. A vrai dire, cela ne lui ai jamais venu à l’esprit mais c’était trop tard. Et voilà qu’elle se montre maladroite. L’avantage lorsqu’on a à faire à une personne impulsive, c’est qu’elle ne peut pas forcement cacher ses sentiments ou son ressenti. Rioko ne veut pas se faire d’ennemis dans le village mais elle va devoir apprendre à être moins impulsive si elle veut pouvoir évoluer correctement. C’est alors qu’il parle de son corps et elle baisse la tête pour observer. Il est vrai qu’elle n’est pas du genre à se regarder dans la glace et elle n’a pas forcement conscience que ses muscles sont quand même bien répartis. Sans même le réaliser, elle était en train de serrer les poings sur la table. La raison, elle l’a connaît mais elle ignore si elle peut en parler librement. Il semble lire en elle comme dans un livre ouvert. Elle desserre alors les poings avant de redresser la tête et de fermer les yeux quelques instants. Elle devait se reprendre afin de ne pas briser ce bouclier qu’elle a mis tant d’années à bâtir. Puis elle reprend la parole une fois qu’elle s’est reprise.

« - Il y a plusieurs années de ça, j’ai été témoin d’un acte odieux envers une personne qui m’était proche… Je me suis jurée de faire en sorte que cela ne se reproduise jamais sous mes yeux… »

Bien sûr, cela date de l’époque où l’Empire avait encore l’emprise sur Konoha et les différents clans. Pour le moment, elle préfère arrêter ses explications. Peut-être, aurait-elle le courage de lui en parler plus tard lorsqu’elle sera plus à l’aise. Il lui pose des questions alors elle lui répond. Elle ne cherche pas à lui mentir. Au contraire, même si elle reste encore un peu vague. Il lui pose alors une seconde question qui concerne ce qu’elle veut faire. A vrai dire, elle ne s’est jamais véritablement poser la question. Depuis cet acte odieux, elle n’a fait que chercher la vengeance et la colère de ces adversaires. On peut dire qu’elle est elle-même enfermée dans une vengeance qui n’aboutira peut-être jamais. Pourtant, elle est parvenue à tuer ceux qui avaient fait ça mais cela n’a jamais pu apaiser sa colère qui reste encore bien ancrée au fond d’elle-même. Il avait raison sur une chose… elle devait essayer sinon cela ne marchera pas. Cependant, elle a un peu peur d’être en équipe. C’est peut-être aussi pour ça qu’elle voit les choses de cette façon. Revoir encore des camarades tomber et mourir… Ce n’est pas une chose qu’elle apprécie de voir. En même temps, c’est une Hayashi et elle aime la vie sous toutes ses formes. En soi, rien d’anormal à tout ça.

« - A vrai dire, j’aimerais réellement intégrée une équipe mais … quelque chose semble faire barrage... »

Elle ne trouve pas d’autres mots pour expliquer tout ça. Il avait lu en elle comme dans un livre ouvert peut-être parce qu’il est lui-aussi membre d’un clan avec des exigences. Elle connaissait la peur et elle pouvait clairement mettre ce blocage là-dedans. Le repas continue son cours et elle répond autant qu’elle peut à celui qui allait peut-être devenir son professeur et son guide pour les mois à venir. Rioko avait besoin de prendre un peu de distance avec la plupart des membres de son clan. Elle ne les porte pas dans son cœur mais elle ne les déteste pas pour autant. Aujourd’hui, elle réalise qu’elle s’est fait plus de mal qu’autre chose. Et puis, elle aimerait se redécouvrir elle-même. Elle s’est perdue il y a longtemps alors elle espère se retrouver grâce à ce chemin qui sera parcheminé d’embûches. Cela fait partie de la vie de shinobi et elle sait exactement à quoi s’en tenir… Malheureusement, l’interrogatoire se termine lorsqu’elle voit un shinobi arriver et se pencher sur son interlocuteur. Elle arque alors un sourcil et elle comprend qu’il peut être appeler pour son devoir. Mais elle était satisfaite de cet entretien. C’est alors qu’il lui annonce qu’on devait partir à l’étranger. Ah ? Déjà ? Elle ne s’attendait pas à partir aussi vite mais elle hoche la tête.

Au moins, elle ne sera pas dépaysée avec cette mission mais elle se souvient de la volonté de son frère à aller à la rencontre de ses alliés éloignés. Enfin, alliés. C’est vite dit. Disons qu’aller à la rencontre des autres villages et déjà intéressant surtout après ce qui s’est passé il y a cinq années. Finalement, tous les villages ont le même point commun : celui d’avoir émerger après la chute de l’empire et de s’être battu pour ça. Puis il change sa commande et elle fait de même. Vu qu’elle doit elle-aussi partir, autant aller au plus vite. Puis, il lui souhaite la bienvenue dans l’équipe. Elle tend alors sa main et elle la sert normalement. Elle montre un petit sourire car elle est tout de même contente d’avoir intégrer une équipe. Surtout qu’elle va avoir de quoi être mise à l’épreuve avec cette mission diplomatique.

« - Merci ! »

Que dire d’autre honnêtement ? Et au moins, son clan ne lui cassera plus les pieds. Le tout maintenant, cela va être de se motiver pour participer aux évènements de l’équipe. Une fois qu’elle a le menu mixé, elle se lève et elle fait une révérence au maître des lieux avant de quitter le bâtiment. Elle avait un sac à préparer et s’éloigner du clan lui fera aussi du bien. Voir autre chose que le quartier ne lui fera pas de mal. Voyager ? Elle allait souvent voir le Grand Arbre et il n’est pas impossible qu’elle refasse un séjour là-bas prochainement pour communier avec lui comme à chaque fois qu’elle y va.

Printemps An 5
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Une entaille de plus sur la crosse de mon âme

Revenir en haut Aller en bas
 

Une entaille de plus sur la crosse de mon âme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Quartiers Civils :: Le Septième Ciel-